2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Reese/Eve] I'll be in the back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Reese Owen
avatar
Sujet : Sarah Connor ?
Date : 17 juillet 2075 - 9.02pm
De : darth_vadorian@unitedmails.com
À : +Star Wars, +Star Treks, +Star Gates
Message :
Notre vénérable fête c 40 pijes.

Je ns invite au bar du Docteur Jackson le 20 juillet. Venez pas ts, suis pas un riche, non pls. On dit 6pm ! N'oubliez pas de lui fêter, Han Solo pas grognon, sa sera jms Han Solo. Que se soi aussi un peu notre fète à ns.

Semper Fi.


[…]

Sujet : Sans Sujet
Date : 10 avril 2075 - 02.32am
De : han-soloian@unitedmails.com
À : princess_leia55@unitedmails.com
Message :
C'est au moins la dixième fois que j'écris ce mail, je vais essayer de pas le jeter cette fois. Je ne suis pas sûr que tu les reçoives encore. Elvis a dû oublier de détruire la boîte, je n'ai pas reçu d'erreur pour le premier.

Dis-moi juste que tu vas bien. Ca me suffira.


[…]

Sujet : Sans Sujet
Date : 5 février 2075 - 5.24am
De : han-soloian@unitedmails.com
À : princess_leia55@unitedmails.com
Message :
Tu aurais pu dire au revoir toi-même et ne pas demander à Maddison et Maze de parler pour toi. Je croyais que tu étais une grande fille.

Je nierai si on me demande. Mais tu vas me manquer.

Tu aurais dû me parler.


Juillet 2075

Finalement, les mêmes s'étaient retrouvés au Magic Alice - diminutif de Alice was a Junkie Down the Rabbit Hole. Les mêmes de Salvation, les militaires, et Dean. Maddison était de service, comme tous les soirs mais elle était passée leur faire un coucou en début de soirée avant de repartir. Skandar menait l'animation pendant que Cole, le meilleur ami de Reese, commandait les meilleurs alcools. Ce soir, ils étaient la table la plus bruyante. Mais en semaine et en période de vacances, le était bruyant, quoi qu'il arrive.

Reese se leva, déjà joyeux par les quelques pichets cadavériques descendus et il se pencha sur la table.

"Je reviens, je vais pisser mes trois litres, ce sera meilleur dehors que dedans !"

Elégance toujours de mise. Et il laissa sa tablée de sept ou huit gais lurons attardés pour rejoindre les toilettes à quelques mètres du bar. Et alors qu'il sifflait le générique d'Indiana Jones, il entendit la porte s'ouvrir derrière lui. C'était un lieu public, aussi, il se contenta d'arrêter de siffler. Certains hommes n'aiment pas être dérangés dans ces situations.


« When you stay long enough, you start fooling yourself into thinking that this is... how it's always gonna be. Then you remember what this place'll look like when it's on fire and... you realize you'll do whatever it takes to keep from watching it burn again. I want you to hear this in no uncertain terms. Someday one of these things is gonna kill you. »
Revenir en haut Aller en bas
Eve
avatar
Il y a des jours où, tu ne sais pas pour quelle raison, ton cerveau, surtout le mien, avait des lubies soudaines. Lors d'une sortie en ville, rarissime moment que je m'accordais seule pour faire des emplettes, je suis passée devant une vitrine où se trouvait une vieille boite de jeu Star Wars entourée d'autres boites et figurines qui avaient autant vécus. Et ? Vous me direz. Et rien en fait, j'ai souri au souvenir qui m'avait traversée l'esprit. La tête de Skandar lorsqu'il m'avait tendue mon adresse mail et qu'il comprit qu'il venait de faire un gros flop avec son humour de geek...

Il avait mis ça sur le dos de l'amnésie. Elle avait bon dos celle-là, n'empêche qu'aujourd'hui, s'il n'avait pas fait ma culture cinématographique, qu'il ne m'avait pas saoulée en m'imposant toute la saga Star Wars, je me demanderai encore aujourd'hui pourquoi princess_Leia55@...

J'ai laissé tombé le but premier de ma sortie pour me rendre dans un cyber café. Je n’avais que très peu d’espoir, ils avaient du supprimer tout ce qui me reliait techniquement à  l’underground.
Le serveur est venu m’apporter ma dose de caféine, j’ai attendu qu’il soit éloigné pour entrer l’adresse qui m’avait été attribuée. Et par je ne sais quel miracle, elle était toujours effective, j’avais  un sacré paquet de mails, un bon paquets de merdes et j'ai mis un temps monstre à trier. Mais trois mails avaient attiré mon attention .

Comme ça Monsieur Reese allait faire 40 ans, bien conservé quand même ! J’ai relevé les sourcils d’étonnement à ma réflexion. Je pense que cette invitation est une erreur, enfin que l’erreur a été de ne pas supprimer cette adresse qui s’était perdue dans toutes les autres.
Je ne vous parle même pas comment j’ai bloqué sur les deux autres mails…
Quand même Reese… Faudrait penser à dormir parfois.

Je n’ai pas répondu, évidemment, je me suis malgré tout méfiée, ça me paraissait gros. J’avais à peine bu ma tasse, je suis partie, avec une idée en tête. Le hasard ou la destinée je n’en sais rien, faisait que la petite sauterie se passait le lendemain.

Et j’y étais. Je ne vous raconte même pas comment j’ai galéré pour entrer dans ce fichu bar sans me faire repérer. Je savais que j’étais connue par certains employés, et peut être même plus que je ne le pensais. Et comme le bar était bondé, cela arrangeait mes affaires, je m'étais même faite jolie pour l'occasion.
Je me suis placée au fond, là où je pouvais l'observer, lui et ses "potes" tranquillement. J'aurai aimé aller enlacer Skandar et j'ai cru que j'allais me faire choper à l'arriver de Maddie, fort heureusement, non.

Je me suis demandée combien de verres il devait boire pour arriver au niveau de non retour de sa vessie. Et bien je peux vous dire que ce fut long ! J’ai pu me glisser dans un endroit sombre, le voir enfin se lever pour satisfaire son besoin naturel m’avait soulagée. Les toilettes étaient un endroit idéal pour rendre une petite visite. Je l’ai suivi de près, je n’étais pas sûr de connaître l’air qu’il sifflait, je peux même vous dire que même si entrainant, c’était une torture sonore.
Je ne me suis pas avancée de suite, je me suis planquée dans une cabine juste derrière lui. Je l’ai laissé œuvrer et je n'ai rouvert lentement la porte qu’une fois le bruit du jet d’urine moins abondant, signe que la chose était faite ou presque. Je me suis retrouvée derrière lui, planquée dans mes chiottes.

- Bonsoir.

L'avantage des toilettes ? L'intimité, nous étions au paroxysme du romantisme...


Revenir en haut Aller en bas
Reese Owen
avatar
L'endroit parfait, Reese aurait largement hésité. Cependant, il put reconnaître qu'au moins, ils étaient passablement tranquilles. Mais pour combien de temps ? En entendant la voix, il tiqua avant tout de la jeunesse, puis du ton aigu. Une femme ? Dans les toilettes pour hommes ? Il tourna la tête, ses yeux bleus perçants scrutant la pièce. Il ne dit rien d'abord. Il remonta sa braguette, activa le rinçage automatique et se passa les mains sous l'eau sans les passer ensuite au séchoir.

"Je crois que la blague du petit oiseau va sortir pour donner l'heure, c'est démodé."

En réponse à son bonsoir, en tout cas. Il s'approcha de la cabine d'où il lui avait semblé avoir entendu la voix et il fronça les sourcils jusqu'à la voir. Une main sur la porte pour mieux l'ouvrir, son visage se décomposa en la reconnaissant. Il l'observa sans rien dire pendant de longues secondes.

"Qu'est-ce que tu fais ici ?"

Pourtant, il n'engagea aucune sortie ni fuite. Il resta là à la scruter comme si au moindre mouvement, elle pourrait détaler, ou pire, disparaître.

"Sam…"

Il avait réfléchi à tout ce qu'il voudrait lui dire s'il la revoyait - à commencer par gueuler - mais maintenant qu'il était face à elle… Rien ne lui vint. Il resta muet comme une carpe, un tourbillon de sentiments et d'émotions se mêlant dans sa tête et sa poitrine. Il avait un tas de choses à lui dire - et à lui reprocher - mais il resta interdit.


« When you stay long enough, you start fooling yourself into thinking that this is... how it's always gonna be. Then you remember what this place'll look like when it's on fire and... you realize you'll do whatever it takes to keep from watching it burn again. I want you to hear this in no uncertain terms. Someday one of these things is gonna kill you. »
Revenir en haut Aller en bas
Eve
avatar
J'ai eu un sourire en coin à sa blague pourrie, heureusement qu'il ne me voyait pas encore, je pense qu'il aurait continué rien que pour m'emmerder.
Lorsqu'il s'approcha, j'ai repris un visage plus sérieux. J'ignorais quelle serait sa réaction en me voyant. D'après ce que j'avais pu lire dans ses mails, pas grand chose, mais qui sait si l'envie me m'encastrer dans le mur ne lui viendrait pas à l'idée.

Ce que je faisais ici ? C'était simple ! Je me suis approchée en attrapant une de ses mains pour l'attirer à l'intérieur.

- J'ai reçu une invitation.

Je ne l'ai pas quitté des yeux jusqu'à ce que je grimpe sur la cuvette pour me mettre à hauteur du gaillard, en m'aidant de lui pour appui. Je le dépassais de peu maintenant, mes mains posées sur ses solides épaules.

- Til hamingju með daginn, Reese.

Petit message accompagné d'un simple baiser sur ses lèvres. Ce n'était pas grand chose, ça ne voulait rien dire non plus, mais faut avouer que j'ai quand même apprécié l'instant, malgré le lieu et l'odeur ambiante...
Puis en réponse à ses mails, autant faire une pierre deux coups n'est-ce pas, je lui ai souri.

- Je vais bien. Et toi ?

J'ai passé mes bras autour de son cou et me suis laissée glisser contre lui pour descendre sans le quitter des yeux. Je n'avais pas envie de me retrouver les pieds dans la cuvette, je vous assure que vous non plus... Sans donner de détails.


Revenir en haut Aller en bas
Reese Owen
avatar
Reese se laissa faire. Pas seulement par curiosité, mais parce que contre toute attente, il ne se senti pas en danger avec elle. Il haussa les sourcils en la voyant monter sur la cuvette et releva légèrement le menton pour la regarder - ce qui ne lui arrivait suffisamment jamais pour être mentionné. Quelle invitation ? Et avant qu'il n'ait le temps de réagir, elle l'embrassait. Il écarquilla d'autant plus les yeux pour la regarder mais ne sembla pas mieux comprendre, pourtant, il ne se dégagea pas. C'était, somme toute, un baiser innocent et il n'avait pas pour habitude de les refuser.

Encore une fois, elle le prit de vitesse alors qu'il s'apprêtait à lui demandait quel honneur lui valait cette attention toute particulière. Il prit ses poignets entre ses mains alors qu'elle glissait pour rejoindre le sol, toujours interdit et par sa présence, et par sa voix, et par son baiser - chose qu'il n'avait pas reçue depuis plus de 3 ans.

Mais enfin, il chercha à se dégager d'elle, lui faisant baisser les bras avec ses mains. Quand il retrouva la voix, celle-ci était assez basse,s ur le ton de la confidence et il se pencha suffisamment sur elle pour être proche.

"J'ai à côté une bonne demie douzaine de gars qui ne seraient pas heureux de te savoir ici et l'autre moitié te demanderaient plusieurs comptes. Dont Skandar. A quoi tu joues ?! Personne ne sait qui tu es, ici, et ça suffit pour créer des problèmes. Tu sais dans quelle merde ta fuite m'a mis ? Tu en as parlé avec Maze et Maddison, mais pas avec moi ? Tu ne crois pas que ce genre d'informations aurait pu m'être utile ?!"

Finalement, la mémoire lui revint et il se souvint tout ce qu'il lui reprochait et ce qu'il avait à lui dire. Malgré tout, il ne s'éloigna pas pour autant. Il se rendit alors compte qu'il tenait toujours ses mains dans les siennes et il baissa les yeux pour les regarder avant de lui rendre.

"Tu ne devrais pas être ici…"


« When you stay long enough, you start fooling yourself into thinking that this is... how it's always gonna be. Then you remember what this place'll look like when it's on fire and... you realize you'll do whatever it takes to keep from watching it burn again. I want you to hear this in no uncertain terms. Someday one of these things is gonna kill you. »
Revenir en haut Aller en bas
Eve
avatar
Il prenait ma présence plutôt bien, enfin je trouvais. J'étais encore entière, il n'a pas sourcillé lorsque je lui offris "mon présent" un peu spécial. Non tout allait bien. Je me suis penchée aussi pour lui répondre, murmurant ce que j'avais à lui dire. Je n'étais pas bien fière malgré tout. Je m'en étais voulue de lui mentir à l'époque alors que je lui avais promis l'inverse. J'ai serré ses mains avant qu'il ne les relâche.

- Je les ai vu, et c'est pour ça que je ne me suis pas approchée de votre table la bouche en coeur.
Reese, crois le ou non, je n'ai pas voulu te créer de problème. Mais quand Maddison m'a avouée qui j'étais, elle aurait pu me dire que j'étais la reine d'Angleterre que ça ne m'aurait fait plus d'effet. Comment te parler d'une chose qui me dépassait ? Et j'ai surtout eu peur de ta réaction tout autant que Maddie. Je ne voulais pas que tu me traites autrement tout ça par ce que j'étais de Libération. Je voulais être traitée comme étant un des tiens et si je devais encore croupir des mois à l'underground, j'ai préféré être avec toi que dans une cellule sordide dans le meilleur des cas.

J'ai passé mon index que je suivais des yeux, succinctement sur son bras.

- J'ai préféré venir t'en parler de vive voix, je m'en suis voulue d'être partie comme ça. Maze et Maddie ne m'ont pas vraiment laissée le choix. Et l'invitation envoyée par Skandar m'a permis de t'approcher loin de "chez toi". Ne lui en veux pas, je crois que mon adresse n'a pas était effacée comme tu l'avais souligné dans un de tes mails. Maintenant que c'est fait, je vais te laisser rejoindre tes hommes.

Je lui ai souri et j'ai glissé de l'autre côté pour faire dos à la porte de la cabine., c'était plus fort que moi, il fallait que je le taquine.

Et franchement tu n'es pas mal pour ton âge.


Revenir en haut Aller en bas
Reese Owen
avatar
"Tu aurais dû m'en parler, qu'est-ce qui te fait croire que je m'en serais pris à toi, c'est faux ! J'aurais été embêté, mais…"

Il soupira en secouant la tête, ça n'avait plus d'importance, c'était fait. Il ne l'écoutait que d'une oreille. Pas que ça ne l'intéressait pas, mais elle était là. Il s'était tant énervé face à son absence et maintenant, elle se tenait là, face à lui. Et il n'avait aucune envie qu'elle parte. Il lui rattrapa le poignet, faisant abstraction de sa moquerie.

"Je comprends, mais… J'aurais aimé que tu me fasses confiance. Tu l'étais…" Il pausa une seconde. "Des miens. J'ai lutté pendant un temps, mais j'ai fini par accepter la vérité. Je ne voulais pas que tu partes. Liberation ou quoi que ce soit d'autre."

Il leva les yeux pour étudier l'endroit et grimaça. Il allait lui demander de rester mais très certainement qu'ils pouvaient se voir ailleurs. Dans de meilleures conditions. Finalement, il sourit en se remettant face à elle et lui caressa une joue du pouce.

"Fais attention à toi, tu veux bien ? Liberation joue des jeux dangereux, tu en as fait les frais… Promets-moi que tu feras attention…"

Il voulut lui demander s'ils se reverraient mais dans le doute de la réponse, il préféra taire sa question et laissa sa main retomber.

"Merci…"


« When you stay long enough, you start fooling yourself into thinking that this is... how it's always gonna be. Then you remember what this place'll look like when it's on fire and... you realize you'll do whatever it takes to keep from watching it burn again. I want you to hear this in no uncertain terms. Someday one of these things is gonna kill you. »
Revenir en haut Aller en bas
Eve
avatar
C'était fait de toute façon. A moins de laisser Maddie jouer à Dieu, je ne vois pas comment on pouvait changer les choses. Aujourd'hui la pilule avalée, il pense qu'il aurait bien réagi, je crois malgré tout l'inverse mais le gardais pour moi. J'ai été touchée quand il me confia qu'il aurait préféré que je ne parte pas, si je m'attendais à ça.
Je ne vais pas mentir, je me sentais bien finalement à l'underground, et je pense qu'avec le temps, j'aurai pu me faire accepter, et j'aurai même aimé rester sous les ordres de ce grand machin en face de moi. Je lui ai souri tendrement, mon sourire s'est élargi lorsque son pouce caressa ma joue.

- Éh... Dis-je doucement comme pour le rassurer. Je suis une grande fille, tu le sais aussi bien que moi, ce sont juste les risques du métier. J'aurai pu tomber pire.

J'ai suivi la main qui retombait, et lorsqu'il me remercia, pour je ne sais pour quelle raison, je me suis approchée de lui, je l'ai enlacé puis serré, mes bras étaient trop courts pour en faire le tour, j'ai posé ma tête contre son torse.

- Merci à toi. Pour tout.

Je n'arrivais pas à ma décoller, et avant que je ne me décide, j'ai ajouté.

- Tu sais comment me contacter, ce ne sont pas des adieux, si tu le veux...

Je me suis enfin détachée de lui, j'ai souri encore. Je devais partir au risque de voir débarquer un de ses gars qui s'inquiéterait pour les intestins du roi de la soirée.

J'ai poussé la porte, prête à partir.


Revenir en haut Aller en bas
Reese Owen
avatar
Reese la serra contre lui plus qu'il ne le voulais. Il fourra son nez dans ses cheveux et emprisonna ses épaules dans ses bras. Il ferma même les yeux pour en profiter encore. Puis, il acquiesça en se redressant malgré lui. Il lui donna un visage dur et déterminé, mais il n'en menait pas large. Il s'ennuyait sans elle. Il avait l'impression de faire quelque chose de différent. Il l'aidait à se découvrir et puis il lui apprenait à se servir d'une arme, à se battre, à être quelqu'un, tout simplement. Juste quand il commençait à se sentir bien, en confiance et avec une âme complice, on lui avait enlevé. Il lui embrassa le haut de la tête avant de lui tapoter la joue délicatement.

"J'espère bien. Fais attention à toi s'il te plaît, je ne veux pas être le prochain à te trouver dans un caniveau, d'accord ?"

Reese lui sourit en la laissant s'éloigner, non sans lui offrir un clin d'oeil. Il lui pinça le menton, malicieux.

"T'es pas mal non plus pour ton âge."

Il était vraiment heureux de l'avoir vue. Plus que son visage ne le laissait paraître, mais ses gestes parlaient d'autant plus pour lui. Il lui fit un geste de la main pour la saluer, les lèvres pincées. C'était tout Reese : tout dans la retenue. Il avait plus envie de passer la soirée avec elle qu'avec ses buveurs de fortune, mais il était aussi trop raisonnable. Et il l'a laissa partir, le coeur plus lourd qu'à l'arrivée.


« When you stay long enough, you start fooling yourself into thinking that this is... how it's always gonna be. Then you remember what this place'll look like when it's on fire and... you realize you'll do whatever it takes to keep from watching it burn again. I want you to hear this in no uncertain terms. Someday one of these things is gonna kill you. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Reese/Eve] I'll be in the back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville basse :: "MAGIC ALICE" Bar et Night Club-