2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Garin/Sky] Love You Rock'n'Roll (The Riplets)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sky Cervantes
avatar
Sky fit la grimace. Saqué de qualité ou pas, elle ne faisait aucune différence. A part pour le plaisir de vider une bouteille à laquelle Hyun tenait, elle n'y reviendrait pas en d'autres circonstances.
Elle allongea les jambes devant elle et posa ses mains sur le sol derrière son dos. Le monde lui semblait comme un songe à travers le voile de l'alcool. Plus flou, plus accessible, plus malléable à sa guise. Et tellement plus beau.
Garin posa des questions mais elle sentit poindre derrière ses mots plus d'inquiétude que de curiosité, presque de la déception. Il allait falloir mobiliser les derniers neurones pas trop ivres pour éviter de se tirer une balle dans le pied.
Elle commença par le plus tactiquement facile avant de répondre : Sky alla se lover contre lui tandis qu'il jouait avec une mèche de ses cheveux.

- Je sais pas plein de trucs sur toi.

Oh chouette ! les mots étaient venus dans l'ordre. C'était un bon début.

- Juste j't'écoute.

Le jardin se mit à tourner, imposant une valse à son estomac qui, pour l'instant, suivait la cadence sans trop protester.
"Saqué l'a tuer"
Elle attendra un peu avant un autre verre. Puis c'était vraiment un jeu à la con. Qu'elle adorait ok.

- J'tais dans son commissariat. C'tait quand il a pris son service. Il était là. J'l'ai pas appelé.

Pas appelé dans le sens où Garin l'entendait. Parce que concrètement, elle avait hurlé son nom pendant des heures.
Sky regarda Garin en souriant, se délectant du spectacle de ses yeux d'ambre qu'elle trouvait encore plus magnifique qu'elle était saoule.

- J'le ferai. Promis. Si tu m'donnes les moyens de le faire... et que tu répondes.

C'était bas. Et c'était un mensonge aussi.
Bas, parce qu'elle comprenait en le voyant aujourd'hui pourquoi il était resté silencieux mais elle en avait souffert et en gardait une certaine rancœur qui s'effacerait probablement avec le temps.
Et un mensonge. Parce que le mettre en danger ou prendre le risque que Hyun mette tout en oeuvre pour l'en séparer était inconcevable. Là dessus, Garin et elle étaient raccords. Le souci que l'un portait à l'autre n'admettait aucun compromis. Si Sky se retrouvait dans une merde noire, elle appellerait Maze.

Elle soupira d'aise, de bonheur d'être contre lui, satisfaite que les retrouvailles aient été si faciles après avoir eu tellement peur de ce qui l'attendait. Sky s'assit sur ses cuisses, face à lui, entourant sa taille avec ses jambes et son cou de ses bras.

- Qu'est-ce que t'es beau !

Et elle le pensait vraiment. Mais quand même elle ajouta :

-... beau gosse.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Au moins, elle m'écoutait. Mais elle ne me parlait pas plus d'elle, c'était ça que je voulais dire. J'ai acquiescé néanmoins et j'ai embrassé sa tempe quand elle s'est lovée contre moi. Encore une fois, ce n'est pas parce que je ne ressens plus les choses comme avant que j'en ai perdu une certaine gestuelle.

"Je sais, j'aurais dû te répondre, je suis désolé. Je ne voulais pas engager une discussion que je n'aurais pas su tenir."

Quand elle s'est redressée, j'ai fait de même, mais elle a été plus rapide et j'ai haussé les sourcils avant de placer mes mains sur ses hanches. J'ai inspiré profondément avant de lui sourire en l'admirant sans m'en cacher. Mais sa phrase m'a laissé interdit. Les sourcils hauts, j'ai fini par pouffer de rire.

"Je crois que l'alcool t'a tapé à la tête plus que tu ne le penses."

J'ai ramené ses cheveux en arrière, y mêlant mes doigts, pour dégager son visage. Elle arborait toujours ce côté sauvage qui m'inspirait tellement. C'était ce qui m'attirait aussi. Du pouce, j'ai caressé sa joue en l'admirant allègrement. Je n'avais aucune conscience de l'effet de mes propres yeux sur elle, mais quand je la regardais, je voyais autre chose que son visage. Il y avait son caractère, sa fougue, sa passion. Elle était vivante et c'était ça qui me plaisait le plus. Son regard était vif et éveillé. Sans pour autant être amoureux, j'étais accro à cette fille, ça c'était un fait. Elle me donnait envie de vivre, et je me sentais vivant à son contact. Peu importe le niveau d'alcool. Je l'ai embrassée à mon tour.

"T'es plutôt pas mal non plus…"

Et j'ai souri d'autant plus contre ses lèvres.

"…Princesse."

Mais quel beau parleur. Toutefois, j'avais du répondant en face. Mes mains ont glissé de son visage dans son dos jusqu'à retrouver ses reins. Je me suis redressé un peu plus pour la serrer contre moi. Cette fois, je n'avais rien à faire, nulle part où aller, alors je comptais bien en profiter.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Par nature, Sky n'était pas vraiment farouche. Elle en avait fait la démonstration plus d'une fois, déjà, dans sa capacité à accorder sa bienveillance au premier qui lui parlait gentiment et en faisait montre à son égard. Garin lui-même n'avait eu aucune difficulté à l'approcher si on omettait que, concrètement, c'était plutôt elle qui lui avait sauté dessus. Enfin sur sa moto. Mais c'est pareil. Toujours est-il que l'alcool aidant, et si elle pouvait encore montrer un peu de résistance, elle en était plutôt au stade du "ranafout'". "Ranafout'" de où elle était, "Ranafout'" du temps, de l'heure, "Ranafout'" de ce qui lui avait tenu les yeux ouverts toute la nuit précédente, "Ranafout'" de tout et de tout le monde. Elle avait l'acool Ranafout'.
Et une chose était à peu près certaine, c'est qu'elle était bien décidé à prendre ce qu'elle voulait quand elle le voulait. Bon a peu près comme d'habitude en fait. De toutes manières, elle n'avait jamais résisté à un joli caillou de valeur alors un tas de diamant ?

Elle sourit en réponse à son compliment, les yeux qui brillaient comme une surcharge électrique avant le black out. Elle était bien consciente qu'elle avait atteint la limite de ce qu'elle pouvait boire avant le coma ethylique mais ses pensées avaient tellement de mal à s'organiser qu'elle laissa parler sa bouche et ses doigts. Sky leur laissa carte blanche.
Elle posa ses mains sur celles de Garin pour qu'il resserre son étreinte autour d'elle. Toujours délicat, elle savait qu'il mesurait sa force, alors elle le guidait.
Son baiser était doux quand elle posa ses lèvres sur les siennes puis il devint plus audacieux. De ce qu'elle avait pu observer, la patience payait toujours avec Garin. Tant dans les mots que dans les caresses. Sky refrénait ses ardeurs, son envie de le dévorer là maintenant, pour que sa peau s'ouvre à la sienne et qu'il retrouve progressivement un peu de sensation.
Ses mains délaissèrent les siennes et, comme elles firent cette nuit là sur le muret, s'aventurèrent à la hauteur de sa taille puis sur ses reins.
Patience... et longueur de temps, elle allait s'en trouver des trésors, avant de lui montrer les siens.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Et tout à coup, c'était un peu comme si je reprenais là où je m'étais arrêté. Sans rien entre les deux. Je me suis souvenu du soulagement que j'avais ressenti quand mon pouvoir avait enfin laissé place à la sensation dans mes mains, électrisant la peau de mes bras. Et alors, j'en voulais plus encore.

Et ça a recommencé. Le picotement dans mes mains est revenu et j'ai soulevé son haut d'une caresse forte pour ressentir son dos réchauffer ma paume. J'ai plus vivement appuyé mes lèvres contre les siennes, la faisant pencher en arrière légèrement mon autre main longeant sa hanche jusqu'à sa cuisse pour aller s'aventurer au creux de son genou. Je me sentais toujours retenu, d'une certaine façon. D'une part parce que ce n'était pas Eve, je ne connaissais pas Sky, c'était une chose d'être avec elle, c'en était une autre de l'être pour elle. D'autre part, parce que mon pouvoir était toujours pleinement actif. Je le sentais naviguer à travers mon corps et chaque atome de carbone suivre ses propres gestes, comme guidés par cet aimant qu'elle était. Mon pouvoir avait pour habitude de me protéger depuis que j'étais revenu parmi les vivants. Mais cette fois, il épousait ses caresses comme un jeu de séduction, presque comme s'il dansait avec elle. Elle n'en était probablement pas consciente, à moins que ma peau change de texture, ce qu'elle faisait en temps normal, mais je ressentais tout à l'extérieur. Et à l'intérieur.

Et puis j'ai pensé à Angela.

Oui, je sais.

Mon chemin de pensée tortueux m'a rappelé à l'ordre et je me suis d'un coup détaché de ses lèvres en secouant la tête, alors que ma discussion avec Angela me revenait. J'ai grimacé en crispant les paupières, mon front contre le sien. J'avais déjà le coeur battant la chamade dans la poitrine et je sentais ma respiration s'accélérer.

"Il faut que je te dise…" J'ai grimacé légèrement sans rouvrir les yeux. "Je n'ai jamais…" Ma phrase s'est coupée alors que je déglutissais. Si mon coeur battait si vite… Ce n'était pas uniquement parce que Sky ouvrait un nouveau champ de possibilités à ma vie sentimentale...


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
C'était une sensation singulière. Sky ne sut si elle devait le mettre sur le compte de son état alcoolisé ou sur un véritable ressenti. Il lui semblait que sous ses mains, la peau de Garin changeait, comme si du sable roulait sous ses doigts.
Du fin fond de ses limbes éthyliques, elle se moqua d'elle-même.
En tous cas, il répondait comme elle l'espérait mais il coupa court à cette parenthèse sensuelle qu'elle avait ouverte avec un autre "Je n'ai jamais.."
Oh pitié.
Sauf qu'il avait l'air sérieux. Ou alors il avait un sens de l'humour pas franchement à propos.
Sky posa un doigt sur sa bouche avant qu'il ne termine sa phrase.

- Non. Non là j'arriverai pu à avaler un verre d'alcool. Moi j'ai déjà, alors non. Mais là t'vois, j'en n'ai ranafout'.

Pas même l'ombre d'une hésitation ou d'une réprobation sur son visage. Elle n'avait aucunement l'intention de le laisser finir et de s'esquiver encore une fois. Pas cette fois.

Sky se releva, non sans difficulté tant le jardin s'était mis à tanguer. Elle posa une main sur son estomac, ferma les yeux et respira un grand coup, puis prit la direction du salon.
A la baie vitrée, elle se retint au montant pour enlever ses sandales qu'elle balança dans le jardin d'un coup de pied, sans même regarder où elles tombaient.
Puis le sourire dément du Joker glissa sur sa poitrine et sur son visage, laissant apparaître ses sous-vêtements en dentelle synthétique fushia. Elle se retourna à moitié et jeta son tee-shirt à Garin avant de disparaître dans le salon.
Petite poucette coquine, elle attendit d'être hors de sa vue pour se délester de sa jupe au bas des marches de l'escalier qui menait à l'étage. En haut, sur le palier, elle dégrafa son soutien-gorge et le laissa par terre et, histoire de bien enfoncer le clou, accrocha sa petite culotte sur la poignée de sa chambre.
S'il la suivait, et elle n'en doutait pas, il la trouverait allongée sur le ventre sur son lit, les pieds battant l'air pour compter les secondes. S'il ne suivait pas, c'était un endroit parfait pour cuver.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
"Non, mais je…"

J'ai louché les yeux sur son index avec la soudaine envie… de lui mordre. J'ai rouvert la bouche mais son ton n'autorisait aucune contradiction. En soi, je n'avais pas non plus envie de la contredire. Elle s'est levée et j'ai failli la maudire. Pourquoi elle s'en allait ? Pourquoi elle me faisait ça ?! Et ma mâchoire a commencé à tomber quand j'ai compris. Oh bon sang… J'ai cligné des yeux, la bouche à gober des mouches.

Et puis elle a disparu.

Je me suis levé, non sans que la tête tourne légèrement. Je me suis approché lentement jusqu'à tenir le chambranle de la baie vitrée pour la regarder semer ses vêtements et monter. Oh bon dieu. Cette fois… J'ai regardé autour de moi en déglutissant. Il n'y avait qu'une façon de savoir, mais j'étais relativement inquiet, tout de même. Je me suis passé une main sur le visage et je l'ai suivie, non sans conserver une certaine distance.

Une fois en haut, j'ai porté une main sur ma bouche. Je ne la voyais toujours pas, mais je savais une chose : elle était nue. Ecoutez, je suis pourtant pas né de la dernière pluie, encore moins du dernier siècle à en juger par mes mémoires, mais je me suis connu bien plus confiant. Il n'y avait qu'une façon de savoir ce que j'étais devenu...

J'ai un peu poussé la porte pour la voir et je crois que mon coeur a raté un battement et que peu importe dans quel état était ma peau, elle a craqué de toute part sous les rougeurs. Il y avait une fille. Nue. Sur mon lit. Et rien qu'à son sourire, je me suis dit que celui qui passerait à la casserole ce soir, ce n'était pas celui qu'on croyait. Elle allait me tuer. Pas l'inverse. De toute façon, si je sentais que ça n'allait pas… Il me suffisait de l'arrêter, de lui expliquer, et j'étais certain qu'elle comprendrait. En attendant ? Il était hors de question que je lui donne un indice qui pourrait éventuellement lui tirer une moquerie.

Je suis pas forcément très grand, mais je suis fort. Et avec tout ce que j'avais affronté, je pouvais bien prendre du bon temps avec une fille sans me poser trop de questions, pour changer, pas vrai ?

Pas vrai ?

J'ai commencé par enlever mon t-shirt. Je l'ai jeté sur un des sacs en m'approchant et le sourire est enfin arrivé sur mes lèvres. J'ai béni Hyun d'être parti plus tôt ce jour-là pour aller porter des trucs à la nouvelle adresse avant le travail. Cela dit, j'avais déjà, oui, mais dans d'autres circonstances. L'alcool aidant, je ne me suis pas non plus hyper étendu dans mes pensées, je dois dire. Mon jean a assez vite rejoint le t-shirt et la seconde suivante, je l'avais rejointe. Magic Sky, toujours. J'avais eu tout à loisir de la détailler de la tête aux pieds, cela dit. Et elle avait eu tout à loisir de constater que ça me plaisait à la hauteur de ses espérances J'ESPÈRE !

Je n'avais pas joué les bombes artifices façon festival son et lumière depuis que j'étais revenu d'entre les morts, alors j'étais assez confiant. Je l'ai faite rouler dans mes bras sur le dos, une de mes mains soutenant ses reins, j'ai parcouru son cou des lèvres. Mon problème étant que j'avais du mal à me passer de Sky. Mes doigts parcouraient tout son corps, chaque parcelle de peau profitant de la sensation douce et délicieuse. En d'autres termes : elle accaparait tout mon esprit. Et le reste. Sky était on ne peut plus particulière et que j'avais pas moins de prétention qu'elle dans le domaine de l'originalité.

Plus je prenais conscience de sa peau contre la mienne, et mieux je me sentais.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Ils avaient pour eux le désir, les lieux et le temps et Sky comptait bien profiter de ces augures et de Garin.
Elle ne collectionnait pas les hommes. Il était assez difficile de les ranger dans une petite boite secrète au fond d’une planque. Ils avaient leur volonté propre et ca demandait beaucoup trop d’énergie pour les plier à la sienne pour un résultat très aléatoire. Malgré tout, elle avait pu remarquer que les mêmes choses fonctionnaient plus ou moins de la même manière sur tous. Alors à défaut de mobiliser son expérience lacunaire, elle usa de son audace.
Comme dans chaque entreprise, ca finissait souvent par payer.
Il était juste aussi parfait qu’elle l’avait imaginé et finalement pas si fuyant qu’elle l’avait craint. Il n’avait pas mis longtemps à se ressaisir et à la rejoindre sur ce lit, même si elle n’avait pas manqué cette légère hésitation quand elle lui avait souri. Ce pouvait-il qu’elle se soit montré plus carnassière qu’elle ne le voulait ? C’était vrai, quelque part, elle voulait définitivement le lier, pieds et poings, à elle. Et de ce qu’elle avait en pu voir quand il fut nu, c’est qu’il semblait être une victime plutôt consentante.

Ses mains étaient câlines et chaudes sur son corps et irradiaient cette fièvre dont elle ne se lassait pas. Elle ondulait en réponse à ses caresses, et ses soupirs faisaient écho à ses baisers. Sky glissa ses mains sur ses épaules puis son torse et sur son ventre, dignes d’une publicité pré-estivale pour une salle de sport, le genre de truc qui vous rend complètement dingue à son âge. Enfin… à tout âge en fait. Elle profitait de ce qu’il s’offrait à elle pour se rassasier mais elle en voulait plus, plus encore à en perdre la tête. Chaque fois qu’il lui donnait l’opportunité de revenir sur ses lèvres, elle apaisait son désir pour profiter avec douceur de sa bouche tendre et sucrée comme un fruit mur encore parfumée des effluves du whisky.
Son corps réclamait le sien et elle se rapprocha de lui, peau contre peau, puis ses jambes s’enroulèrent autour de sa taille.
Elle sentait dans le creux de ses reins, la pression de sa main qui la maintenait fermement contre lui.
Sky s’apprêta à prendre un peu plus d’initiative, comme elle le fit jadis, en l’invitant à se redresser, assis, pour que son regard plonge dans le sien lorsqu’elle serait sur lui. Mais elle se souvint, malgré l’alcool et malgré son appétit, qu’il fallait lui laisser le temps, son temps, celui qui l’amènerait à ce qu’elle voulait. Alors elle refréna ses ardeurs et s’abandonna à son désir à lui.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
C'était comme si mon bassin pesait une tonne et qu'il allait traverser le lit, puis le sol pour atterrir dans la cave sans une éraflure. Sky ne m'aidait pas pour le coup. C'était même pire. Ses jambes autour de moi étaient comme deux étaux chauffés à blanc, j'ai bien cru que mon coeur allait exploser dans ma poitrine. Je ne sais pas si c'était le fait de mon pouvoir actuel, ou bien si Yu faisait de nous quelqu'un de particulier dans ce domaine, mais c'était en tout cas, de sûr, la première fois que je ressentais les choses de cette manière. Ou bien peut-être juste qu'on avait trop bu, trop tôt, et trop à jeun. Ma tête me tournait et ça, en revanche, ce n'était pas uniquement du à l'alcool, je connaissais parfaitement cette sensation.

Plus que l'envie, c'était le désir, brûlant et ardent, à vif qui m'animait et j'en perdais peu à peu ma concentration. Pour ne pas dire que je n'avais plus aucun contrôle sur mon pouvoir à ce moment-là. Vous avez déjà essayé de penser à deux choses à la fois ? Non, avez-vous déjà essayé de faire deux choses à la fois ? J'entends par là, touiller votre soupe dans le sens des aiguilles d'une montre d'une main, et dans le sens inverse de l'autre ? En même temps ? Si vous n'avez jamais exercé votre ambidextrie, alors c'est un exercice plus que complexe. C'était un peu ce qui m'arrivait à ce moment-là.

Je lui ai dit d'attendre. J'ai été obligé. J'avais pourtant le souffle court, la poitrine en feu, les mains brûlantes et la fièvre aux lèvres. Mais j'ai été obligé de lui dire d'attendre quand je me suis rendu compte que là où j'aurais dû, nécessairement, avoir des sensations… je n'avais rien. Absolument rien. J'étais remonté comme Apollon. La statue du Louvre, pas le dieu…

Je pesais pas loin d'une tonne et ses mains me faisaient l'effet d'une chape de plomb sur mes épaules. Le nez dans son cou, j'ai essayé de respirer, reprendre le contrôle de mon pouvoir pour qu'il aille se concentrer ailleurs. C'était même un exercice plus que complexe, le reste de mon corps la ressentait et la désirait pleinement, il était comme partagé. Je ne me souvenais même plus si Sky avait déjà eu une démonstration de mon pouvoir ou pas. Etait-elle déjà inconsciente lorsque je m'étais défendu d'Itembe ?

Bon sang que c'est devenu long à partir de là, j'ai cru que jamais je n'y arriverais. J'en avais de la fièvre. En fait, j'en suis certain parce que j'ai eu envie de tousser. Comme avant. Me sentant comme un poids considérable sur Sky et avant de risquer de la tuer autant par l'étouffement que par le reste, je l'ai redressée avec moi, mes mains naviguant avec une paradoxale impatience dans son dos, jusqu'à sa nuque. Mes doigts se sont mêlés à ses cheveux alors que je dévorais allègrement ses lèvres. Si elle faisait montre de douceur à son tour, pour le coup, les rôles étaient inversés. Ce n'était pas parce que je lui avais demandé d'attendre encore que je me dégonflais. Il n'en était plus question - ça ne l'avait jamais été de toute façon.

Je ne collectionnais pas plus qu'elle, à dire vrai. Il y avait une part d'intimidation dans tout ça, que je dissimulais sous des caresses appuyées jusqu'à ses cuisses que mes doigts serraient fermement. Quand j'ai commencé à avoir des difficultés à respirer, je me suis caché dans son cou pour embrasser sa peau et ses épaules, mais il était toujours hors de question que je m'arrête. Je devais encore essayer. C'est simple, j'ai tout essayé avec Sky. La lenteur : non, c'est pire après. La douceur : trop long. L'acharnement : je ne crois pas qu'elle ait apprécié compte tenu de ma comparaison citée plus tôt. Le calme : ou comment appeler l'ennui. La confiance : c'était à moi de garder le contrôle. La concentration : et pendant ce temps là, on se tourne les pouces à deux en attendant ? J'étais pratiquement certain que, malgré la patience dont elle faisait preuve, celle-ci était cruellement limitée dans le domaine. Quoiqu'il en soit, je n'ai pas essayé de tester cette limite-là. J'ai opté pour une toute autre solution : ne pas y penser.

Mon problème venait précisément de ma concentration. Je ne pensais qu'à ça et à cet endroit-là en particulier qui nous unissait intimement. A la place, j'ai laissé mon corps suivre les gestes de Sky puisque c'était à elle qu'il répondait et non à moi. Je l'ai senti naviguer sous ma peau pour retrouver la forme de ses jambes, suivre les mouvements de sa poitrine et accompagner ses mains. Petit à petit, je me suis senti plus léger - si c'était possible - et j'ai repris confiance. J'avais chaud, c'est une certitude. J'étais même au-delà de ça. J'ai béni sa poitrine de mille baisers brûlants alors que je la soutenais dans mes bras, des fois qu'elle cherche à s'évader.

J'ai d'abord accompagné ses mouvements, mes lèvres contre les siennes à y chercher son air. Sky n'attendrait pas non plus toute la nuit, je n'étais pas dupe. Et de toute façon, je n'avais pas envie d'attendre non plus. J'avais envie d'elle, j'avais envie de tout avec elle et pour elle. J'avais envie de la chérir, j'avais envie de lui donner tout ce qui me manquait et en profiter. Le secret, c'était de la garder contre moi, à tout moment. Laisser mon pouvoir réagir avec elle, danser avec elle, même. Et puis je l'ai libérée, je l'ai rendue à son instinct.

[J'en ai déjà chié mais rarement autant... Je poste sinon c'est moi la dégonflée.]


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Il lui avait parlé de son don mais comme tout positif qui s’y essaie, c’était un exercice difficile et la compréhension de son interlocuteur dépendait grandement de son imagination. N’avait-elle pas eu toutes les peines du monde à expliquer à Matt de quoi il en retournait pour elle ? Les conséquences en étaient simples la concernant mais pour Garin, il aurait au moins fallu une encyclopédie illustrée. Alors même s’il n’avait pas fait de secrets sur sa condition, elle n’y avait pas vraiment tout compris. Pour ne pas dire rien.
Quand elle sentit son poids sur elle et qu’elle eut la très nette impression qu’il augmentait, elle mit cette sensation sur le compte de l’alcool. Mais Sky dut se rendre à l’évidence. Ce n’était pas une vue de l’esprit, c’était bien réel, et elle en fut troublée.
Il lui était difficile de mesurer le combat contre lui-même qu’il menait alors que son corps répondait au sien et de ce qu’elle en percevait, parfaitement normalement. Dans un souffle, Garin l’appela à la patience et Sky sentit sur ses paumes la fièvre très concrète qui lui colorait les joues et le front.
C’eut au moins l’effet de la sortir quelque peu de sa propre torpeur, apaisant son appétit aussi avide qu’une bête affamée, et laissant à Garin le loisir d’imposer sa danse et son tempo si c’était ce qu’il souhaitait. Après tout, elle était du genre à vouloir tout, tout de suite, et l’expectative dans laquelle il la plongeait malgré lui ne pouvait être qu’une jolie leçon de vie.
Alors elle le prit comme elle prenait à peu près tout dans la vie : comme un jeu, un jeu sensuel qu’il lui imposait pour qu’elle le désire plus encore si cela était possible. Ses luttes intimes contre son pouvoir passèrent à ses yeux pour des joutes amoureuses.

Sky se plia docilement à son invitation quand il la redressa contre lui, et gouta avec un sentiment partagé de délectation et d’impatience à ses baisers voraces. Ses petites mains continuaient leur danse, tantôt caresses, tantôt exploratrices, douces ou bien téméraires, comme un aveugle qui découvre le monde de ses doigts. Elle apprenait son monde, s’en imprégnait, s’en marquait au fer rouge. C’était elle qui se liait à lui, pieds et poings, et cette attente qu’il lui imposait terminait de la consumer. Elle allait mourir.
C’est alors que Garin changea de danse et qu’il lui rendit les rênes.
Il s’abandonna à ses invites et la laissa seul guide de leur bateau ivre. Comme un signal, elle ne pouvait attendre plus et ne se fit pas prier.

Sky laissa son cœur qui martelait frénétiquement sa poitrine marquer la mesure, et son souffle s’emballer. La chaleur qui l’animait irradiait de tous les pores de sa peau et elle pulsa au rythme qui s’imposa bientôt à son bassin et à son corps tout entier. Elle scella ses lèvres à celles de Garin, les yeux clos par toutes les délices qui l’envahissaient, et elle agrippa ses doigts aux siens pour ne pas perdre pied. Pas encore, pas déjà. Mais elle ne maîtrisait plus rien et n’en avait aucune envie, avec cette impression de n’être plus qu’un frisson, un brasier, un océan mu par le flux et le reflux de son plaisir.
De loin, du fin fond de sa conscience - faible lueur - elle espérait que cet instant soit, pour lui, à la hauteur de ce qu’il était pour elle.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
C'est toujours le doute. Ce sentiment de parfaite incertitude qui nous pétrifie : suis-je à la hauteur ? Le méritais-je ? Ai-je le droit ? Est-ce le bon choix ? Ces questions que l'on se pose avant, ou alors pendant quelques secondes. Et puis, c'est l'envol. Notre esprit s'engage dans des voies proches d'un état de transe et c'est notre pilote automatique qui prend le relai. Il ne reste que pour nous que le voyage pour profiter. J'ignore si ce sont mes tentatives désespérées pour me contrôler qui ont porté ses fruits, ou bien Sky qui exerçait sa magie, ou tout simplement la nature des choses telles qu'elles étaient maintenant : simples, vivables, salvatrices et exquises.

Je me sentais toujours si lourd, encombrant en un sens, mais j'ai laissé Sky seule maîtresse à bord. J'avais peur de la casser, de lui faire mal sans le vouloir, de l'étrangler, de l'étouffer ou que sais-je d'encore bien pire. Mais il ne s'est rien passé. Ou plutôt, il s'est tout passé. J'ai dû me faire violence pour ne pas reprendre le dessus, serrant ses doigts mêlés aux miens d'autant plus. Du peu que je la connaissais, et suffisamment pour le dire, je pense, Sky attendait ça depuis un moment et elle était restée bien sage parce que je n'avais envoyé aucun signal signifiant de mes propres attentes. Finalement, nous avions les mêmes doutes intérieurs, même éloignés à cet instant précis. Ils nous reviendraient bien assez tôt, lorsque nous aurons regagné la conscience des vivants.

Tout s'est enchaîné et si elle ne maîtrisait plus rien, j'ai bien peur que ça n'est plus vraiment été mon cas non plus. Je me raccrochais d'une main à sa cuisse, la remontant chaleureusement contre mes côtes avant de l'emprisonner entre mes bras. D'une certaine façon, je la faisais mienne et d'une autre certaine façon, quelque part au plus profond de moi, j'aimais ça.

Pour la première fois - et je vivais le tout comme telle - j'étais moi-même, entier. Entièrement moi-même. On m'appréciait pour qui j'étais, ce que j'étais et pour ce que j'étais. Cela impliquait mon faux nom, mon pouvoir aussi complexe soit-il et mon caractère peu aisé. Plus qu'on m'appréciait, on m'aimait pour tout ça. Ce sentiment, quasiment inespéré, me donnait plus que des ailes. Il me donnait cette ferveur dans mes caresses, cette passion dévorante pour ses lèvres, ce rythme sauvage des battements de mon coeur contre le sien et une force que je ne me connaissais pas dans ma propre confiance.

N'y tenant plus, et en prise à une faim que je me découvrais, je l'ai renversée en arrière, mes mains remontant tout son corps avec passion jusqu'à retrouver les siennes et y mêler nos doigts. J'ai senti sa poitrine gonflée contre mon torse et j'ai fait taire l'expression du délice sous toutes ses définitions contre ses lèvres.

C'est là que j'ai entendu un craquement, sentant quelque chose s'affaisser sous son bassin. Une ou deux lattes du lit avaient dû céder, mais à ce moment, je n'ai pas pensé à ça. J'ai rouvert brutalement les yeux dans les siens avec une main contre son visage.

"Sky !"

Mais elle était là, éveillée et bien vivante, sa douce peau réchauffant la paume de ma main. La soulagement qui a pu se lire sur mon visage à ce moment devait être mémorable. J'ai fermé les yeux et délicatement posé mon front contre le sien. Soupirant pour reprendre mon souffle, j'ai joué de mon nez avec le sien et un sourire est né sur mes lèvres. Un sourire qui s'est transformé en un très léger rire, à peine audible, alors que je l'embrassais doucement.

J'étais tellement épuisé tout à coup mais je me suis efforcé à n'en rien montrer. Qui plus est, je ne voulais rien perdre, pas une miette de cet instant avec Sky. Si seulement elle savait tout ce qu'elle représentait alors, et tout ce que j'avais envie de lui dire… Au lieu de ça, j'ai continué à jouer avec ses lèvres, mon sourire plus grand encore.

J'étais tout de même un gros froussard. Ca n'a pas beaucoup changé avec le temps.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Les craintes de Garin étaient infondées. Son appréhension de cet instant l’emportait sans doute sur sa perception. Rien de ce qu’il imaginait de pire n’avait eu lieu ni même n’avait alerté Sky. Elle était là, avec lui, inconsciente au monde, esclave de sa fièvre, pas même l’ombre d’une retenue ou d’une hésitation à son égard. Elle s’abandonnait complètement et sa tête se renversa quand elle ne chercha même pas à retenir ses gémissements. Au-delà des brumes de son plaisir elle ressentait la passion qu’il exprimait dans ses gestes dévorants, possessifs et pleins d’ardeur, exigeant une forme de douce aliénation qu’elle lui concéda volontiers.
Elle ne se posait plus de questions depuis longtemps si tant est qu’elle l’avait déjà fait. C’était comme ca. Elle prenait, dévastait, attendait que la poussière retombe et comptait les morts. Si regrets il devait y avoir, ils venaient bien après. Avec Garin les choses lui semblaient aller de soi. Elle le voulait, elle avait tout mis en œuvre pour parvenir à ses fins et il n’y avait rien d’autre à ajouter.

Le voyage s’intensifia soudainement et elle sut qu’il toucherait inexorablement à sa fin. Comme à chaque fois, Sky en repoussait l’échéance et la suppliait pourtant, prête pour cette délivrance extatique qui marquerait l’issue de cette parenthèse magique.
Quand elle arriva, elle l’accueillit avec abandon et ne retint rien de ce qu’elle lui arracha, quand bien même Garin l’avait renversée et fermait sa bouche de la sienne. Puis elle sentit son corps se contracter avant ce craquement dont le bruit retentit jusque dans les méandres de leur retour à la réalité.
Ca, elle ne s’en souvenait pas. C’était nouveau.
Et elle comprit que c’était le lit.
Garin l’appela mais elle affichait ce sourire qui hésitait entre l’amusement et la satisfaction, incapable de prononcer ne serait-ce que son nom.
Ses yeux doux posés sur lui, elle ne sut pas vraiment interpréter l’expression qu’il affichait. Du soulagement ? Possible, s’il n’avait jamais, qu’il se sente plus confiant maintenant qu’elle avait clairement exprimé par l’intermédiaire de tout son corps ce qu’elle pensait de ses performances. Le doute n’était pas permis.

Elle redescendit doucement sur terre, à contrecœur, accompagnée par ses baisers tendres et ses sourires. Sky ne s’en montra pas avare non plus. Il y avait entre eux cette volonté commune de prolonger l’instant, de vider chaque bribe de temps qui coulait entre leur doigt des dernières gouttes de son nectar. Aucun des deux ne semblait pressé. Elle le caressait délicatement, jouant avec sa peau, s’amusant de sa singularité.
Dans ce moment où la chaleur des rayons du soleil lui semblait bien fade et tiède à côté des mains de Garin, elle se dit qu’elle n’avait finalement vécue que pour ces quelques minutes. Et son sourire était immense, aussi lumineux qu’un matin d’été.

Ce n’était pas utile de briser le silence, mais c’est le lit qui avait commencé et tôt ou tard il leur faudrait revenir parmi les vivants. Sky renoua avec sa nature taquine et lui glissa dans l’oreille :

- C’est sympa les cuites avec toi.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Et ça a été la fin de mes inquiétudes.

J'ai ri dans son cou, manquant de m'étouffer dans cette toux qui me brûlait les poumons depuis un moment, maintenant. Je me suis raclé la gorge et le soulagement m'a gagné alors que mes doigts jouaient entre les siens, caressant son poignet doucement. J'ai embrassé son épaule et en fermant les yeux. J'étais même au-delà du soulagement. Je ne sais pas ce que c'était mais ça m'a vidé de toutes mes forces. Je ne savais pas du tout combien de temps il me restait avant que mon corps ne retrouve son état normal, à savoir : qu'il me coupe à nouveau de toutes sensations. J'ai retrouvé ma respiration régulière, sentant les battements de son coeur contre le mien, comme une douce musique.

A moitié étouffé dans son cou, j'ai commencé à lutter.

"Je vais mourir…"

Pour le coup, c'était une façon de parler. Mais j'avais déjà fait des choses difficiles dans ma vie, mais celle-ci était sûrement parmi les plus éprouvantes. Je me suis redressé sur mes coudes en picorant sa peau d'un milliard de baisers entre l'amusement et la fusion. Autant pour l'alléger de mon poids que pour mieux l'admirer. Mes doigts jouaient avec ses cheveux pendant que mes yeux la dévoraient, un sourire malicieux sur les lèvres.

"Tu sais comment je te surnomme dans ma tête ?" J'ai souri d'autant plus. "Magic Sky."

Mon pouce caressait sa joue délicatement, jusqu'à souligner sa lèvre inférieure. J'avais encore un tir taquin dans mon carquois.

"Tu es encore plus belle quand t'es en colère…"

Le truc que tous les mecs disent, comme un argument de drague. Mais la plupart le pensent réellement, c'est ça le pire. On ne s'était pas ratés, ni l'un ni l'autre. Rien que ça m'amusait grandement.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
"Je vais mourir…"
Pour le coup elle rit aussi.

- C’est déjà fait tu m’as dit. Ca devrait pas être pire cette fois, si ?

Autant plaisanter du sujet tellement il était improbable. Elle n’en revenait même pas de le prendre avec autant de naturel en fait. Pas sur que soit elle qui soit magique. Alors quand il lui dit comment il l’appelait quand il pensait à elle, elle ouvrit les yeux en grand :

- Magic Sky ? Pourquoi ? j’ai pas de supers pouvoirs non plus !

Ca lui semblait incongru et elle se demanda bien ce qui avait pu le conduire à imaginer ca la concernant. Sa faculté à se tirer des emmerdes avec brio peut-être ? à la Houdini ?
Mais Garin était bien comme elle, il fallait qu’il lui sorte sa petite pique home made, sport dans lequel il devait la battre haut la main et dont elle se gardait bien d’entrer en compétition. Restait qu’en terme de colère, elle était une flambeuse, et comme beaucoup de sentiments extrêmes, ca la lessivait. De son point de vue, elle n’aimait pas s’abonner à ce genre de démonstration. Elle plia les doigts pour lui donner un petit coup de poing sur l’épaule.

- Hey ! me fout pas en rogne exprès, j’vais finir par me lasser. Et puis tôt ou tard j’arriverai à défoncer ta porte, méfie-toi.

Elle l’embrassa puis ferma les yeux.

- J’suis encore saoule. J’ai pas encore tous mes neurones de connectés je crois….






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
"Crever la gueule ouverte, c'est un truc facile. Ca fait bobo deux minutes pis après c'est le Schwartz total. Rien à voir. Même je vais te dire, la première fois, je m'en suis même pas rendu compte. C'est le doc qui m'a fait 'On a cru te perdre.' Je l'ai regardé, je lui ai dit 'Vous êtes vraiment désordonné.' Et j'ai replongé dans l'inconscience pendant quelques jours. Ca tue de mourir, je t'assure ! J'ai fait de jolis rêves, cela dit. Une belle blonde avec de grands yeux bleus, un sourire à tomber."

Un peu comme Sky, quoi… Je n'ai pas parlé de la seconde fois. Pour le coup, ça n'avait strictement rien d'amusant et Sky n'était pas là pour que je plombe l'ambiance comme un abruti. Sky m'avait rendu mon humeur et ma prestance, je n'allais sûrement pas gâcher ses efforts. Après son petit coup sur mon épaule, j'ai tourné la tête pour essayer d'attraper sa main et lui embrasser en guise de punition, mais à la place, j'ai pouffé de rire contre ses lèvres.

"L'alcool te va plutôt bien, alors et tu me vois heureux de pas m'être fait dégobiller dessus, alors. Parce que ça, ça n'a vraiment rien de romantique pour le coup, et je t'assure que je peux trouver du romantisme dans presque n'importe quoi !"

J'ai haussé une épaule avec un sourire, allant pour lui reconnecter ses neurones.

"Pas forcément besoin de super pouvoirs pour être une super gonzesse. Mais je savais… J'ai su en te voyant sur le pas de ma porte que tout irait bien. Tu m'as remonté les rosticognes dans l'estomac avant que je remonte le chemin de mes pensées, mais bon. C'est… Ce que tu es. Ce que tu fais."

J'ai levé les yeux vers son front alors que je lui écartais une mèche de cheveux d'un index. Mon regard a suivi mon geste et mon pouce a longé son sourcil.

"C'est ta façon de me regarder. J'aime bien. Ca rend certaines choses plus faciles."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky n’avait pas l’impression de le regarder de façon particulière mais il se pourrait bien que ses sentiments transparaissent à travers ses yeux. En fait, depuis le début, depuis leur première rencontre, beaucoup de choses passaient par ses yeux. A double sens. Les siens, à elle, et les siens à lui. Son obsession avait d’ailleurs prit racine dans la couleur si particulière de ses pupilles, et encore aujourd’hui qu’elle pouvait pourtant les contempler à loisir, elle portait toujours autour de son cou les dormeuses en ambre. C’était la seule chose dont elle ne s’était pas défaite avant de s’allonger sur son lit. Elle ne se s’en séparait jamais et elles reposaient là, sur sa poitrine.
Ce qu’il lui disait la faisait fondre comme neige au soleil. Personne ne lui avait dit qu’il aimait ce qu’elle était. Oh oui elle avait bien eu des encouragements mais à chaque fois, ils venaient en paiement de ses efforts ou… de ses duplicités.
Ce que Garin voyait d’elle, en elle, alors qu’elle ne portait aucun masque avec lui, elle en aurait pleuré de reconnaissance et de bonheur. En fait, depuis John, il était le premier. Et ca lui faisait un bien énorme au-delà de ce qu’elle aurait même pu imaginer. Pour elle, ça valait toutes les déclarations d’amour.
En tous cas, il avait de l’imagination pour admettre qu’il avait vu de bons augures dans cette furie qui était entrée dans sa chambre avec toute la hargne dont elle était capable pas plus tard que ce matin. Au moins, il ne lui en tenait pas rigueur. Tant mieux. Parce qu’au fond d’elle, très très très au fond, elle avait un peu honte. Juste un peu. Mais elle ne se changerait pas.

Toutefois ce qui retint surtout son attention, ce fut ses mots quand il avait rebondi sur sa petite remarque.
La première fois ? Ah parce que y’avait eu une première fois ? Donc une deuxième ? Sky le regarda avec des yeux comme des soucoupes. Ou y’avait eu un court-circuit direct au cerveau ou il était plus dingue que ce qu’elle avait imaginé. Elle ne sut s’il plaisantait ou non mais ca n’avait pas l’air.
Elle s’écarta légèrement de lui.

- Ton pouvoir te permet de revenir à la vie ? sérieux ? tu déconnes là…

Et c’était elle qui était magique ? Petite cyber à peine envolée qui apprenait tout juste à utiliser son don ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Elle déconnait. C'était évident. Je lui avais parlé de ma mémoire carbone, au pire, je lui avais parlé de mon composé de sable pour faire simple. Mais avais-je une fois parlé de revenir à la vie ? MMmmhhh. Oui, mais pas de moi-même. Alors je l'ai dévisagée quelques secondes, comprenant que j'avais omis certaines choses, et j'ai ri.

"Euh… Non. Sinon je ne courrais pas aussi vite, je me laisserais crever chaque fois pour tromper l'ennemi. Admets que ça serait plutôt pratique !"

J'ai glissé mon index le long de son nez, mon sourire s'estompant lentement.

"Non, je suis Candidat, tu te souviens ? Je suis pas né comme ça. J'ai fait un arrêt cardiaque à mon exposition. Tu sais, je t'avais montré la blessure à mon abdomen. C'est de la suggestion. L'exposition m'a plongé dans un coma et je me suis retrouvé à une autre époque où je prenais une épée dans le dos avant d'être jeté à l'océan pour me noyer. Mon corps l'a interprété comme réel et j'ai fait une intoxication à l'oxygène. Ouais, pour vrai. Ils ont mis de longues minutes à me ranimer, mais comme je suis pas du genre à me laisser abattre, même inconscient, je suis revenu. J'adore ma vie, c'est plein de trucs funs, lumineux, drôles et tout, top chouette. J'ai largement de quoi emballer toutes les nanas en mal de rédemption."

J'ai haussé une épaule. Des mecs qui claquaient en opération et qu'on réanimait, y en avait plein, de ça, je n'avais pas de difficultés à en parler. Qui plus est, je n'étais en arrêt que quelques minutes. Abel m'a tué pendant des heures et ça, j'avais toujours la sensation dans les genoux, je n'étais pas encore prêt de m'en remettre. J'ai secoué doucement la tête.

"Je ne défie pas les lois de la nature, non. J'aimerais bien. Mais toi, tu défies les miennes."

J'ai embrassé son nez, puis son oeil.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky comprit mieux ce qu’il entendait par « mourir ». Un arrêt cardiaque après une exposition ? Elle ne savait pas grand-chose des candidats si ce n’est que leur don leur avait été imposé et pas toujours avec leur consentement. Ce n’avait pas été le cas de Garin si elle se souvenait un peu des quelques bribes de son histoire qu’il lui avait contées, mais cela supposait quand même beaucoup de souffrances. Comme tout positif, elle avait eu son don par héritage, non par force.
Sky fut désolée pour lui.
Non pas de cet incident qui arrivait assez communément et dont il parlait avec légèreté, mais plutôt pour ce que cela sous-entendait en termes de tourments. Il en plaisantait pourtant, comme de coutume. Garin dans toute sa splendeur… et qu’elle adorait.
Il déposa deux baisers sur son visage et elle sourit à sa remarque. Machinalement, une de ses mains glissait sur son corps nu pendant leur conversation. Si son pouvoir à lui reprenait ses droits, au moins elle ne se privait pas de ce plaisir.

- J’ai du mal à comprendre ton don tu sais.

Elle commençait aussi à avoir mal à la tête maintenant que le whisky avait un peu délaissé son estomac pour lui monter aux cheveux.

- Je sais pas trop pourquoi un coup tu ressens rien et puis pouf ca change quand t’embrasses une fille.

Elle rit.

- C’est complètement débile dit comme ca, hein ? Ton don doit avoir le sens de l’humour ! M’enfin c’est pas une raison pour emballer toutes les nanas. Moi ca suffit.

Précision sans doute inutile mais elle n’avait pas résisté. Un petit peu possessive quand même.
Ses yeux suivirent le trajet de sa main puis ils s’arrêtèrent sur le tatouage, une langue qu’elle ne parlait ni ne savait lire.

- Ca veut dire quoi ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
"Sans Hyun, je crois que je le comprendrais pas non plus, tu sais… En gros." J'ai haussé les sourcils. "C'est comme une multitude de billes de métal que j'aurais sous la peau. Et tu es l'aimant. Dans le cas où je suis en danger, c'est comme si tout ce métal venait en armure sur l'endroit à protéger. Tu vois ? Maintenant… Imagine ce qui arrive… Dans un cas comme le tien… Où toute ma concentration va… Là." Je me suis raclé la gorge, c'était une façon d'aborder les choses, dirons-nous. "Ca protège alors une partie de moi, mais pas l'intégralité, autrement dit, ça me rend mes sensations où je ne suis plus protégé. A la différence que ce n'est pas du métal ou un quelconque matériau, mais un élément minéral qu'on retrouve dans pas mal de choses comme… Disons, le calcaire. Ou le marbre."

Je devais être passablement rouge d'embarras malgré ma légèreté.

"Et de toi à moi ? C'est tout nouveau pour moi aussi. C'était pas comme ça avant. Je te dirais même plus : j'avais jamais été avec une fille depuis que mon pouvoir a évolué dans ce sens. Mais je savais que tu trouverais bien une solution. Tu es Magic Sky, après tout."

Je lui ai souri. Et j'ai senti sa main. Je me suis mis à rire comme une pucelle et je me suis décalé sur le côté en lui attrapant sa main, plus par jeu que par véritable pudeur.

"De quoi ?"

J'ai baissé les yeux, suivant le chemin de son bras et j'ai froncé les sourcils. Ah. Oui, j'avais oublié. Je me suis raclé la gorge en relevant la tête et je me suis passé une main sur les lèvres.

"C'est euh… Une citation d'un poème sur les âmes soeurs."

Je n'avais pas envie de lui mentir, mais je n'avais pas non plus envie de lui parler d'Eve. J'aurais été obligé de le faire si elle m'avait demandé pourquoi la phrase n'était pas entière. Elle m'aurait forcément demandé où était la suite. Pas que ça ne la regardait pas, mais quelque chose me disait qu'elle s'en foutait bien royalement de la fille avec qui j'étais avant elle et pour laquelle je n'avais plus donné signe de vie pendant deux semaines. J'étais même convaincu.

Ainsi décalé, j'avais une bien meilleure vue sur elle et j'en ai profité pour balader ma main sur son ventre, jusqu'à sa poitrine. En coulant mon nez dans son cou, j'ai passé mon bras sous sa nuque pour la resserrer contre moi, mes doigts glissant sur ses côtes jusqu'à ses reins pour la soutenir dans mon étreinte. Un truc m'est tombé sur le nez et j'ai redressé la tête pour voir son pendentif glisser sur son épaule. Je l'ai ramené sur sa gorge, rendant délicatement sa jolie forme en V à la chaîne. Je n'avais aucune idée de l'histoire de ce bijou, mais j'ai souri à la coïncidence des ambres qui me rappelaient mes yeux. J'y ai vu un signe. J'avais tort mais dans l'ignorance, je me suis raccroché à ça, comme si… C'était écrit. J'avais beau ne pas aimer mon destin, je l'embrassais volontiers.

"Une fille nue sous un bijou, ça me fait le même effet qu'une fille qui planque un billet de 500 dollars dans sa petite culotte."

J'ai laissé libre cours à son imagination pour ça, mais si je n'étais pas en train de subir le retour de choc de mon pouvoir à en cligner trop souvent des paupières, je crois que je l'aurais dévorée à nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Elle écouta attentivement. Plus imagée, l’explication passait mieux. Il lui avait parlé de « sable » la dernière fois. Qu’importe en fait, le mécanisme était le même. Sky fit une petite moue dubitative, la bouche en cul de poule. D’un coup elle imaginait aussi quelle performance ca avait du être pour lui et combien éprouvant.

- T’as flippé. J’suis magique ok mais t’étais quand même pas sure que je le sois complètement.

Et d’un sourire amusé

- Et si j’avais pas trouvé de solution ? remarque bien que je sais pas encore vraiment ce que je t’ai fait mais si tu dis que ca a marché, j’vais pas m’en plaindre. Moi j’y ai vu que du feu. Un vrai grand feu même.

Elle se pinça les yeux sous une petite pointe de whisky qui se rappelait à elle.
Garin était aussi un poète à ses heures visiblement. Un vers sur les âmes sœurs, c’était trop mignon. Son explication succincte lui suffisait. Elle ne lui demandait pas une thèse sur le sujet, juste d’assouvir sa curiosité. Sky n’avait jamais songé au tatouage, elle n’en voyait pas trop l’intérêt. Gamine elle arborait ses décalcomanies qu’elle trouvait dans les chewing-gums qu’elle piquait mais avec l’adolescence, assez curieusement, l’envie lui en avait passé. Et c’était plutôt une bonne chose compte tenu le nombre de fractures et de blessures qu’elle avait récoltées entre temps. Ils auraient une sale gueule aujourd’hui.
Il la rapprocha contre lui et elle profita un peu plus de son contact et de la chaleur de son corps, puis il remit à leur place la bride qui retenait les ambres. Sky sourit de ce petit geste. Sa remarque fit briller ses yeux et elle roula sur lui pour déposer un baiser sur sa bouche.

- J’ai pas de billets de 500. Ca brille pas assez. Et en plus j’ai même pas de culotte.

Ca la fit rire mais au-delà de la blague, elle entrevoyait d’autres perspectives.

- Tu te souviens ? on en a déjà parlé. Je t’ai pas menti quand je t’ai dit pourquoi j’allais chez Itembe. C’est toujours dans mes projets. Pour l’instant, dans ma collection y’a que ces deux petites merveilles. Et bon… disons que celles-ci ont une place à part. Mais y’a des tas de jolis cailloux qui sommeillent dans des coffres froids qui n’attendent que mes petits doigts agiles pour s’ouvrir comme des fleurs. Janus m’a pas appris qu’à faire les pancakes. T’imagines ? des rubis rouge sang ou des émeraudes d’un vert tropical… rien que des couleurs qui me vont bien au teint. Non ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
"Je savais que ça marcherait. C'est tout."

Le reste, je ne préférais pas y penser. Une seule. Seconde.

J'ai calé un bras derrière ma tête, une position dangereuse pour qui manque de s'effondrer d'une minute à l'autre, caressant son bras du bout des doigts. J'ai froncé les sourcils en l'écoutant. Des pierres ? Vraiment ? Des cailloux ? Qui brillent ? J'étais pour le moins dubitatif.

"C'est ça ton fantasme ? Je dois me rhabiller ?"

Donc, si je devais la satisfaire pleinement, il fallait que je trouve un vieux trésor enfoui orné de plein de pierres transparentes de toutes les couleurs… Ou bien que je me scie les pattes. Bizarrement, je n'ai pas trop eu envie de lui parler d'une autre particularité qui me distinguait de tous les êtres humains, Positifs, Candidats comme Négatifs. Non, j'allais garder ça encore un petit moment pour moi. Je suis persuadé qu'elle était capable de me saigner à blanc des fois que ça fasse des rubis… Non ? Ok, peut-être que j'étais un peu saoul encore moi-même...

"Je n'ai pas les moyens de passer ma vie avec toi à ce prix-là. Je croyais que c'était juste de l'histoire que tu me faisais le temps qu'on récupère tes jouets ! Pas que tu nourrissais un intérêt certain pour les bijoux de la Reine !"

J'ai soupiré. Ok, ça avait quelque chose d'attirant. Dans une de mes visions, il y a quelques années, je tenais dans ma main la Pierre Noire. Oui, celle-la même. Je dois reconnaître que le sentiment de puissance et de pouvoir m'a donné des frissons jusque dans le creux des cuisses. Si j'avais une salade d'émeraude parfumée au jus de rubis, assurément que je saurais quoi en faire ! De plus… Je n'y pouvais rien. Arrêter les plans de Sky : ppff autant siffler sur une caravane en pleine tempête de sable. Autant plutôt assurer son escorte des fois qu'elle se casse un ongle pour lui vernir, plutôt que de l'empêcher et déployer le tigre Berserk de sous sa jupe.

"Tu m'épuises." J'ai soupiré, signe que j'abdiquais. "Ok, Princesse, j'écoute… Vas-y."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
- Arrête un peu de faire ta farouche, et te rhabille pas. Juste écoute.

Sky affichait ce petit gourmand qui fleurait bon les emmerdes en perspective dès qu’une idée lui passait par la tête.

- L’argent ca va et ca vient, sa valeur change selon les pays, les époques et puis l’économie tout ca, j’y connais rien. Pas que ca m’intéresse pas hein, si j’en trouve je crache pas dessus. Et puis j’en ai déjà autant que j’en veux si je suis un peu prudente alors, pfuitt… y’a pas de défi.

Elle fit un petit geste de la main pour balayer devant elle, dédaigneuse.

- Alors qu’une pierre, c’est l’histoire que tu possèdes, un petit peu d’éternité… de la vie quoi ! C’est pas un truc qui pue et qu’est passé par plein de mains dégueu ou des petites culottes.

Ce disant, elle avait pris le lacet qui retenait les ambres et le faisait rouler dans ses doigts.

- Chaque caillou à quelque chose à raconter. Même s’il est tout jeune : qui l’a sorti de terre ? où ? qui l’a racheté ? revendu ? pour quel bijou ? C’est ca qui me plait. Ca te viendrait pas à l’idée de te dire « Oh tiens, ce billet de 500 il me rappelle la dernière petite culotte que j’ai croisé », parce que celui-là ou un autre, en fait, on s’en fout.

Oui ses yeux brillaient. Pas grâce à l’alcool ou grâce à Garin cette fois.

- Après l’argent c’est bien aussi remarque, tu peux acheter des bijoux avec. J’aime les pierres précieuses c’est tout et je sais où elles sont. Alors quitte à me faire gauler parce que j’ai piqué un truc, j’aimerais bien que ca en vaille la peine.

Elle croisa les mains sur son torse et posa son menton dessus, songeuse. Pourquoi est-ce qu’elle y pensait de plus en plus sérieusement ? ca revêtait un coté aventureux qui la séduisait peut-être. Difficile à dire. Elle ne trouvait pas de raisons valables. C’était comme ca.

- Y’a plein de grognasses pétées de thune qui ont des bijoux juste pour les montrer et qui ne savent même pas les apprécier à leur juste valeur. Elles les portent comme elles mettent leurs chaussures hors de prix. C’est..

Elle haussa les épaules et se tut, perdue dans ses pensées. Garin montrait des signes évidents d’épuisement. Le retour de manivelle de ses efforts à maitriser son don sans doute.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Je l'ai écoutée sans rien dire. Juste, mes yeux suivant chacun de ses gestes, les oreilles bien tendues. Elle me parlait à moi de pierres précieuses, d'histoire et de valeur. C'était à peu près tout ce que mon pouvoir représentait, et ça me faisait bizarre. Il y avait quelque chose avec cette fille. Je ne saurai probablement jamais trop quoi, mais il y avait une résonance, ça c'était certain. J'ai recalé mon bras derrière ma tête pour mieux la voir et alors, je me suis mis à jouer avec ses cheveux, les balayant du bout des doigts et les lissant sur son épaule.

"La dernière fois, ça a failli mal tourner, Sky. Si Hyun n'était pas intervenu, qui sait ce qu'ils t'auraient fait. Tout ça pour des sachets de poudre blanche qui n'avaient un effet que sur moi parce que je subissais des effets retours de Yu, rien à voir avec une quelconque accoutumance. Probablement que Janus serait toujours en vie. Il n'est pas question que je te laisse y retourner, juste pour une page d'histoire et un peu de fierté. Ca ne vaut pas la peine de risquer sa vie." J'ai haussé les sourcils. "Tu m'entends ?"

Je l'ai relevée pour la ramener contre moi, une main caressant ses cheveux depuis sa tempe et j'ai tiré la couverture par dessus en lui embrassant le front. D'une main, j'ai serré la sienne contre mon torse et j'ai tourné la tête, suffisamment pour la voir.

"C'est toi qui est trop précieuse. Et je suis plutôt pas mal connu pour conserver jalousement des secrets dignes d'une mine d'or." J'ai secoué la tête. "Et je n'ai aucun envie de te perdre pour une simple question de cailloux rigolo."

Mes doigts ont glissé sur son bras, jusqu'à son épaule et je l'ai serrée contre moi, appuyant mes lèvres contre son front. J'aurais voulu ajouter quelque chose. J'ai même pris une inspiration pour dire quelque chose. Mais je me suis dégonflé. Je suis un gros froussard.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Elle rêvait à voix haute : d’autres cieux, d’autres ambitions, d’autres choses que ce qu’elle avait pu vivre jusqu’à maintenant. Une vie de lumière, clinquante, qui sentirait le parfum haute couture. Parce que mine de rien, la vie, elle l’avait devant elle.
Son attrait pour les bijoux et les pierres précieuses résumait à lui seul tout ce qu’elle imaginait qu’elle pourrait accomplir. Et puis hey, s’acheter une histoire quand on en n’avait pas, c’était plutôt tentant, non ?
Oui, elle l’entendait.
Elle l’entendait résumer tout ce qu’elle savait déjà et qu’elle ruminait parce que ce n’était pas comme ca que ca aurait du se passer. Sky avait tourné ses yeux clairs vers lui et le regardait quand il lui parlait.
Pas de leçons, pas d’accusations. Il lui disait juste qu’il tenait à elle et qu’il ne voulait pas prendre de risques inutiles.
Ca la toucha en plein cœur et elle se laissa cajoler quand il la ramena vers lui.
Elle déposa un tendre baiser sur sa bouche en se pelotonnant contre lui.

- Ok.

Et lui offrit un sourire ému.
Mais voilà.
Sky n’était pas le genre de poupée qu’on mettait sous vitrine pour la protéger d’elle-même et de la vie. Elle avait ce désir ardent de lui plaire et de se plier à tous ses désirs parce qu’il était son trésor, son amour, qu’elle n’avait jamais aimé personne aussi intensément dans sa jeune vie. Mais... Sky n’était pas une poupée qu’on mettait sous vitrine. Elle en mourrait.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Garin/Sky] Love You Rock'n'Roll (The Riplets)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville médiane-