2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Garin/Sky] The Pretender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sky Cervantes
avatar
Septembre 2075

Sky avait dormi presque trois jours entiers, entrecoupés de réveils affamés où elle naviguait à vue jusqu’aux cuisines du foyer pour manger. Si le personnel ne l’emmerdait pas sur les horaires des repas suites aux recommandations médicales – Sky avait obtenu de mauvais résultats d’analyse et devait approfondir les investigations concernant l’un de ses reins – Sunny l’avait consignée entre les murs du Casino pendant une semaine.
Une semaine à tourner en rond comme un zombie quand elle n’avait pas de cours ou d’obligations.
Une semaine à ruminer.
Une semaine à penser perpétuellement à lui.
Une semaine à apprendre la patience.
Une semaine à faire profil bas et à se montrer encore plus taciturne que de coutume.
Sky ne disait rien, accomplissait ses tâches avec compliance, acquiesçait à tout et respectait les règles au pied de la lettre. Ce n’était même pas en prévision d’un mauvais coup, non, contrairement à ce que certains pensaient. Elle n’avait juste pas envie de gaspiller son énergie pour des choses aussi futiles alors que tout son esprit était tendu vers un seul but.
Parfois, quand la nuit tombait sur l’océan, elle ouvrait son HP et passait en boucle l’ancien message qu’il lui avait envoyé. Il était enregistré sur le portable et Sky s’usait les yeux sur son visage adoré ou touchait l’écran comme si elle pouvait l’atteindre au travers, jusqu’à ce que le sommeil l’emporte.

Dans les premiers temps, lorsqu’elle s’était relevée de sa chute, elle avait été tentée de demander à Tibor de l’aider. Mais c’était son combat. Elle devait le mener seule. Elle se souvenait de ce que Maze lui avait dit, avec toute sa froide distance et son odieux pragmatisme. Ca lui arrachait un sourire mais ca lui donnait la détermination dont elle avait besoin.

Au terme de la semaine de punition intensive, l’étau se desserra. Sunny ne comptait pas faire du Casino un bâtiment carcéral. La blonde avait tenu à marquer les limites à ne pas franchir et sans doute exprimer toute l’étendue de l’inquiétude et de la peur qu’elle avait eu pour sa petite protégée même si cette dernière le lui rendait si mal. Aussi, Sky avait le droit de quitter le foyer en journée jusqu’à 17h00 et une fois ses obligations accomplies. Cela était largement suffisant pour ce qu’elle projetait. Parce qu’elle savait exactement par où elle allait commencer et une fois de plus, être un cyber s’avérerait d’une aide précieuse.

Tibor lui avait donné une bonne leçon, en plus de lui avoir sauvé la vie. « Regarde par-dessus ton épaule ». Les circonstances faisaient qu’il avait plus que jamais raison et Sky déploya une prudence exemplaire. Ou qu’elle aille, quoiqu’elle fasse, elle s’assurait toujours de ne pas être suivie ou surveillée, usant des vitrines, des ruelles ou des culs de sac. Quand elle ne disposait d’aucun, elle se refaisait toujours une petite beauté avec son miroir de poche. Pour peu qu’elle ait le moindre doute - un visage qu’elle crut reconnaître, un regard trop insistant, un comportement étrange - elle reportait ses intentions à un temps ultérieur.

La piste débutait dans ce restaurant mexicain dans lequel ils n’avaient même pas eu le temps de toucher à leur commande. Pourtant, elle se souvenait, au-delà de ses larmes et de sa terreur, que Garin avait tenu à payer. Avec sa puce. Le fil était facile à suivre pour une Cyber. Elle y était donc retournée, non sans sentir son cœur se serrer quand elle en avait franchi le seuil, avait commandé un plat rapide et tenu à régler elle aussi en usant de sa puce. Bien sur le processus ne put aboutir puisqu’elle n’avait pas de compte mais le temps que les messages circulent, ils lui avaient ouvert la voie vers la base de données de paiement du restaurant. Toutefois Sky avait mésestimé le degré de sécurité des établissements de la ville haute et elle n’obtint aucun autre renseignement que son nouveau nom. Elle dut s’en contenter.
La suite ? Il lui fallut accorder un fond d’authenticité à ce que lui avait confié Garin. S’il ne lui avait jamais tout dit, elle avait l’indicible sentiment qu’il ne lui avait jamais menti. Au jeu de dupes, ils étaient aussi fort l’un que l’autre, usant des bons mots pour taire ceux qui dérangeaient sans jamais exposer la vérité nue.
De fait, il avait souhaité dépenser son premier salaire de larbin d’un boui boui chinois, couverture idéale pour un agent du MSS, avec elle. Livreur avait-il précisé. Et plongeur quand ils voulaient lui apprendre l’humilité.
Si la couverture devait tenir, il fallait autant que faire se peut maintenir l’administration et les instances officielles à distance. Le boui boui devait être déclaré ainsi que leurs salariés. Restait donc à accéder aux bases de données du fisc. Plus facile à dire qu’à faire.

Cela prit une bonne journée à Sky pour trouver l’idée et pour la préparer. Compte tenu du couvre-feu imposé, elle n’avait pas vraiment le choix et devait agir en plein jour. Lorsqu’elle avait cherché Garin la première fois, elle avait usé d’un subterfuge auprès du poste de police afin d’accéder aux immatriculations. En jouant la comédie, se faisant passer pour une autre, la tâche s’avérait plus aisée que de tenter un hacking dangereux et à l’issue incertaine. Aussi elle réitéra. Chemisier blanc, petite jupe noire et talons hauts, elle avait insisté sur un maquillage discret mais chic et une coiffure propre et soignée. De ses recherches sur les réseaux immobiliers, elle avait repéré un bail à céder qui lui fournissait un alibi et une adresse. Confiante, misant sur son audace et sa verve, elle s’était présentée auprès de l’administration pour déclarer l’ouverture d’un nouveau commerce. L’agent fiscal l’avait reçue cordialement, posé quelques questions intéressées auxquelles elle avait répondu avec enthousiasme, avant qu’il ne s’attèle à l’inscription dudit commerce via son interface holo connectée au réseau interne.
La voie s’ouvrit à Sky comme une fleur.
Elle suivit les messages comme elle avait coutume de le faire mais à sa grande surprise, le voyage fut compliqué et non sans écueils. Malgré son entrainement avec Matt, elle avait mangé un retour de manivelle particulièrement sévère et s’était assise sur sa dignité face à l’agent quand elle était revenue à elle.
Certes, elle avait prétexté un début de grossesse difficile mais le rouge de ses joues trahissait sa rage d’avoir eu à subir ça. Ce qui passa pour de la confusion. Obligeamment, on lui permit de retrouver un peu d’humanité dans les toilettes du personnel avant qu’elle ne reparte pour le Casino.

Sky disposait maintenant d’un nom, du restaurant et d’une adresse. Ce qui s’avérait avoir été le plus facile à accomplir car elle ne devait jamais relâcher sa vigilance et maintenant qu’elle approchait de la tanière du MSS, elle devait en redoubler.

Elle reprit ses recherches sur les réseaux pour faire le tour des appartements du quartier mis en location. Il y en avait toujours quelques-uns et après un repérage sur carte puis de visu, elle posa son dévolu sur l’un d’entre eux. L’interphone était âgé et n’avait pas présenté de difficulté face à ses compétences de cyber. Elle obtint le code aisément. La serrure de l’appartement en question lui avait causé un peu plus de souci et il lui avait fallu user de tout son attirail de petite voleuse en devenir pour la forcer.
L’immeuble présentait plusieurs avantages à ses yeux.
Il était tellement commun qu’il n’attirait pas l’attention. La majorité des locataires, de ce qu’elle avait pu en voir, était âgée. Enfin, il disposait d’une autre sortie qui donnait sur une ruelle adjacente et qu’elle pouvait surveiller de la petite fenêtre de la cuisine.
Sky prit son temps.
Celui de s’assurer qu’elle n’était toujours pas suivie et qu’elle n’avait suscité la curiosité de personne. Elle ne passa pas à la suite des opérations sans être certaine de la sécurité des lieux.

L’appartement était vide, à l’exception d’une table et de deux chaises qu’elle disposa dans la pièce principale.
Elle amena quelques cartons vides pour simuler une récente installation et quelques décorations sans valeur pour personnaliser l’ensemble.
Tandis qu’elle veillait à préparer le petit studio, elle prit la mesure de tout ce qu’elle avait mis en œuvre pour le retrouver. Insidieusement, elle se demanda si elle lui avait manqué, s’il l’avait un peu cherchée lui aussi. Mais elle balaya ses pensées pour ne pas se laisser saisir par le découragement.
D’une main tremblante elle avait alors composé le numéro du restaurant et passé sa première commande à livrer.

Six fois.
Six fois, à plusieurs repas d’intervalle pour là encore ne pas attirer l’attention, elle avait été livrée par un inconnu.
Six fois son cœur s’était emballé quand l’interphone avait sonné, et six fois elle avait été déçue à en pleurer. Elle n’avait même pas gouté à la nourriture qui avait fini dans les mains d’un clodo de la basse.
La septième cependant… fut la bonne.

Sky avait invité le livreur à monter jusqu’au studio ouvert, comme toujours.
Comme toujours, elle était assise sur la table, face à l’entrée, dans l’expectative, le HP dans les mains pour se donner une contenance.

Quand elle le vit entrer son cœur se mit à battre à tout rompre, comme s’il ne le lui avait jamais brisé. Elle se retint de se jeter dans ses bras, de sentir de nouveau son parfum, sa peau, sa force rassurante. Plonger dans ses yeux, encore, se brûler l’âme à l’éclat de ces petits soleils.
Sa gorge se noua tellement qu’elle ne sut même pas si elle pourrait parler. Elle posa son portable à côté d’elle et cala ses mains entre ses genoux pour ne pas les lui tendre, avide de mêler ses doigts aux siens. Il fallait qu’elle se montre forte, pas comme une enfant. Ce n’était pas un caprice, c’était une décision d’adulte dont il mesurerait la portée dans quelques minutes.
Garin pu constater par lui-même qu’elle était désarmée.
Sky portait un petit short en jean court incapable de dissimuler une lame. Elle avait noué une chemisette sans manche juste sous sa poitrine, laissant entrevoir assez de peau pour ne pas pouvoir y cacher une arme non plus ou quoi que ce soit que sa paranoïa pourrait envisager. Comme ça, il pouvait comprendre qu’elle avait choisi sa tenue pour lui, à dessein. Et non pas pour obtenir une solide réputation auprès des livreurs du restaurant chinois.

Elle baissa la tête, évitant de le regarder.

- Ne t’en vas pas, s’il te plait.

Elle avait envisagé qu’il puisse faire soudainement demi-tour dès qu’il aurait compris. Tous ses efforts auraient alors été réduits à néant.
Sa voix lui faisait horreur. Elle la maitrisait tellement qu’elle avait l’impression qu’elle en perdait toute chaleur.

- C’est à mon tour de parler.

Une façon de lui signifier que, pour elle, leur dernière conversation n’était pas terminée.
Sky déglutit péniblement pour se donner quelques secondes et maintenir son contrôle.

- J’ai cru… tout ce que tu m’as dit. J’ai aimé tout ce que tu m’as dit au-delà de ce que tu peux imaginer je suis sure. J’ai vraiment cru…

Elle s’interrompit pour refouler des sanglots qui lui enserraient la gorge.

- J’ai vraiment cru que c’était vrai. J’ai tout gobé.

Combien elle espérait, même encore, que ce fut quand même un peu sincère, que tout n’avait pas été que des jolis mots bien décorés.
Pour autant, quoiqu’elle en pense, cela n’enlevait rien à ce qu’elle ressentait pour lui. Ses sentiments avaient conservé leur force et elle voulait qu’il le sache. C’est pour ca qu’elle avait accompli tout ceci. Pour qu’elle ne s’avoue pas vaincue. Parce qu’un ange gardien lui avait sauvé la vie.

- Je t’aime Garin. Je t’aime à la folie. A en mourir. C’est banal quand on le dit je sais… mais c’est comme ca. J’ai pas d’autres mots. Ca veut pas dire que j’attends la même chose de toi, ca veut juste dire que je veux pas que tu crois que je suis qu’un passe-temps. Si tu veux me laisser, même si t’avais promis de pas le faire, que tu saches que pour moi, c’est pas possible. Je t’aime trop.









She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
L'avantage, quand on n'a plus rien pour nous distraire, c'est qu'on travaille bien mieux, plus vite et carrément plus. Quand je suis rentré du Casino, je crois que j'ai connu ma première colère envers Hyun. Il n'a rien dit. Bien sûr qu'il ne dirait rien. Ce qu'il faisait avec Sky dans mon dos, je l'apprendrai plus tard. Il ne m'a dit qu'une chose, une seule. "Tu as fait ce qu'il fallait. Et je n'en attendais pas moins de toi." Je n'ai que très rarement été aussi furieux dans ma vie. A tel point que ça m'en a coupé le sifflet. Alors je suis sorti, j'ai erré dans la ville pendant des putains d'heures avant de rentrer. Et le lendemain, je me suis mis au travail. Hyun a commencé à enquêter de son côté pour comprendre qui avait tenté de nous doubler pour le Codex. Le pire ? La fiole à l'intérieur, ce n'était rien. Un leurre. Mais il ne me disait pas tout. J'aurais dû demander, poser des questions. Mais j'étais dans un tel état de fureur, quelque chose m'en a empêché. En fait, maintenant que j'y pense, je le soupçonne de m'avoir un peu forcé, suffisamment pour ne pas que je m'en aperçoive aussi facilement, à le croire et à tourner la tête au bon moment. Pour une raison inconnue, je suis incapable de l'inculper. Je n'arrive pas à me dire autre chose que "Il a forcément une bonne raison."

Pour moi, il s'est passé environ un mois. Non que j'avais oublié Sky, mais mes journées avaient assez d'intérêts pour m'en garder l'esprit éloigné d'elle. La plonge, la cuisine, les livraisons... Le service en salle, même des fois. C'était un restaurant qui appartenait au MSS depuis plusieurs années, une bonne couverture bien sacrée, tenue par un couple dont le mari était chef cuisinier, et la femme agent dormante du MSS. Ils avaient deux enfants, qui m'en faisaient parfois baver parce que j'étais un blanc tentant d'apprendre à cuisiner chinois. Je peux difficilement leur en vouloir... Cela dit, j'y ai pris goût, et même, je suis devenu pas mauvais. Mais ça, c'était quand ils étaient de bonne humeur. Ce qui arrivait assez rarement, finalement. Comment j'ai atterri là ? Ma couverture officielle ? Mon oncle, Hyun, était un cousin de la femme. J'avais surtout pris de ma mère, cette Française, qui m'avait envoyé apprendre la vie d'un dur labeur chez mon côté chinois outre-atlantique, histoire que je grandisse. Ca faisait ricaner mon Chinois.

Moi, je me faisais ouvertement chier toute la journée. Il ne se passait RIEN dans ce foutu restaurant. Des clients, de la bouffe, de la vaisselle... On dort et la journée reprend. J'avais l'impression que le temps s'était figé et chaque journée était plus longue encore que la précédente. Eve et Sky hors du paysage, j'ai commencé à m'occuper l'esprit sur des produits d'entretien, et sur des formes rigolotes avec du riz. Non, en fait, je suis sérieux, j'adore cuisiner, c'est vrai, je suis même pas mauvais du tout. C'était mon plaisir de la semaine, quand on me l'octroyait.

Ce jour-là, on m'a appelé, moi, pour faire une livraison. Sur mon heure de cuisine, mon petit moment de gloire et de pause, une activité que j'aimais au milieu de tous ces trucs ennuyeux et répétitifs. J'ai bien essayé de me dégager... Mais non. C'était l'heure de pause du fils aîné, alors j'étais de corvée livraison. Quand Sky appelait, j'étais soit trop occupé, soit ce n'était pas mon tour de livraison... J'ai enfourché le scooter - ridicule... - et je n'ai pas pu m'empêcher de faire sentir mon humeur dans l'interphone.

"Wok, j'ai une livraison."

Je suis entré dans le bâtiment avec un soupir et j'ai gravi les escaliers, sans plus de motivation. Cependant, c'est en arrivant à l'étage que j'ai froncé les sourcils. La porte était entrouverte. Je veux bien qu'un client m'attende sur le pas de la porte, mais de là à me laisser entrer ? J'ai retiré mes lunettes de soleil et calé une branche entre mes dents pour pousser lentement la porte de ma main libre. Je m'en foutais, je me savais armé... Ouais, enfin... Bon d'accord, j'étais armé de Yu, encore une fois. Pour le reste, j'avais mon jean habituel, mon t-shirt sous ma chemise ouverte aux manches retroussées. J'ai préparé mon pouvoir, prêt à cogner n'importe qui. Le MSS m'avait bien entraîné : j'étais devenu foutrement parano...

Et puis je l'ai vue. Je sais pas si j'étais comme elle, mais mon coeur s'est arrêté pendant trois secondes. Elle avait maigri, de ce j'en voyais, et puis il y avait autre chose. J'ai dégluti mais mon premier réflexe a été de fermer la porte et de partir. Et puis de changer de nom... Et de travail... et de pu... Fatigue. C'est sa voix qui m'a retenu, la main sur la poignée. J'ai pincé les lèvres et j'ai écouté le début, juste le début, en me disant que quand elle aurait fini, je partirai. Sauf qu'elle m'a posé une sacrée colle.

J'ai lentement tourné la tête face à sa déclaration. Je n'avais absolument aucune idée de comment y réagir, mais ce que je sais, c'est que j'avais du mal à respirer. Quoiqu'il arrive, même si je connaissais ce qu'elle ressentait, je ne l'avais expérimenté qu'une seule fois. Et je n'étais pas certain d'avoir droit à une seconde. Le pire étant qu'elle puisse penser que j'ai menti. Sur ce que je ressentais, même si ce n'était certainement pas aussi fort ni extrême qu'elle. J'ai dégluti en la regardant. Elle avait le don pour me planter dans des situations qu'en temps normal, j'aurais évitées. Et sans gêne.

Lentement, j'ai baissé la tête et j'ai refermé la porte derrière moi en refermant mes lunettes sur le col de mon t-shirt. OK... J'ai posé la livraison sur la table et rien que les pas qui m'y ont conduit, je les ai traînés au sol. Ce n'était pas tant que je n'avais pas envie d'avoir cette conversation... J'étais juste... Pas préparé. Il m'a fallu de longues secondes pour me souvenir de tout ce que j'avais prévu de lui dire ce soir-là, alors qu'elle avait simplement fait demi-tour. J'avais tellement cru qu'elle s'énerverait, qu'elle tenterait de me dissuader, même ! Mais au lieu de ça, elle avait... Eteint ses moteurs. Et j'avais accueilli la torture comme autant de soulagement à l'idée de la déconnecter totalement de moi et du MSS par la même occasion.

Je me suis humecté les lèvres en posant les mains sur la table, la tête toujours basse.

"Comment as-tu su pour le Codex ? Comment as-tu su par quelle sécurité il était protégé ? Qui t'a mandaté ? Qui t'a fourni ton matériel ? Qui t'attendait à la sortie, qui était ton contact, qu'est-ce que tu sais en général, c'est toutes les questions qu'on t'aurait posées si on t'avait mis la main dessus !"

Tant qu'à faire, autant aller au corps à corps d'entrée, ça ne servait à rien de tourner autour du pot. En ça, j'avais passé l'âge.

"Quelqu'un nous a doublé et TU SAIS qui c'est, Sky ! Combien de temps tu aurais tenu en interrogatoire avant qu'ils te passent au sérum de vérité, mmh ?"

J'essayais en tout cas, pour commencer, de capter son regard.

"Je t'ai éloignée de moi, avec la ferme intention que jamais personne ne puisse faire de lien et te faire du mal, tu comprends ça ? Bien sûr, que j'ai pensé tout ce que j'ai dit, j'aurais eu quel intérêt à te mentir ?! J'aurais pu te tuer, Sky ! J'aurais fait N'IMPORTE QUOI pour avoir ce foutu bouquin ! Ou du moins, ce qu'il contenait. Si tu crois, ne serait-ce qu'une seule seconde, que j'ai fait ça juste parce que j'avais fini de m'ennuyer, tu te plantes. Mais tu joues un jeu dangereux, je sais pas lequel c'est, mais je sais une chose : si quelqu'un sait que tu m'as reconnu... C'est fini pour toi. C'est pas des mecs qui rigolent, tu comprends ce que je veux dire ? Est-ce que tu saisis la gravité de la situation ? Je joue pas, Sky, je m'amuse pas avec toi, là, j'ai pas envie de te faire peur. Mais mes sentiments, tout le monde s'en fout ! Tu pourrais être ma mère, ma soeur, ma tante, ma fille, même... Ils en ont rien à cirer. Tu passerais sur le carreau, comme n'importe qui."

J'ai baissé les yeux.

"Pendant un moment, j'ai cru que je pourrais mener les deux de front, c'était pas incompatible... Et peut-être même que si tu ne m'avais pas fait comprendre que tu m'avais reconnu... J'aurais continué. Mais c'est trop dangereux, Sky !"

Je ne lui disais pas le pire, elle n'en avait pas besoin pour le moment. Le MSS ne savait pas que c'était elle qu'ils cherchaient, encore. Mais clairement, ils cherchaient cette fille. Et chaque seconde, chaque image de cette soirée était passée au peigne fin.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Maze.
C’est lui qui lui avait dit que les secrets pourrissaient tout entre deux êtres. Elle en faisait l’amère expérience. Elle avait tant espéré que sa déclaration suffirait mais c’était un rêve de midinette attardée. Sky le savait et s’y était préparée.
Elle ravala sa fierté, fit taire son cœur et posa ses yeux sur lui.
Elle l’observa longuement après qu’il eut terminé son discours, dans un silence qui finirait par devenir pesant. C’était donc ca ? La peur ? Il s’imaginait donc que pour elle ce n’était qu’un jeu ? Un jeu tellement dangereux qu’elle avait failli en crever oui ! Mais il se trompait de danger.

- D’accord, lui dit-elle d’une voix rogue et déterminée.

Elle soupira et eut un rire sec et sans joie

- Trop dangereux. Très bien.

Sky prit son HP, composa un numéro qu’elle connaissait par cœur. Elle n’en enregistrait jamais aucun par prudence. Elle savait que la personne à l’autre bout finirait par décrocher même si ca lui prenait un peu de temps, alors elle avait mis le hautparleur.
Et il répondit.

- Hyun ? Salut, dit-elle.

Avant de poursuivre, elle ne lui laissa que le temps de placer quelques mots qui ne pourraient laisser aucun doute à Garin sur son identité.

- J’voulais te parler. J’sais que cette ligne est sécurisée sinon tu me l’aurais pas donnée. Même si franchement, ca pas vraiment d’importance. Et j’apprécierai que tu m’écoutes jusqu’au bout.

Elle posa le HP sur la table, la conversation audible autant par elle que par Garin.

- En fait, j’voulais te reparler de ce jour. Quand j’ai débarquée pour aider Six mais que c’est toi que j’ai trouvé entre ses mains. Tu te souviens ? ouais… tu te souviens, bien sur. C’était y’a quoi…. Deux mois ? trois ?
Bref, c’est pas elle qui morflait, mais toi. J’sais pas si je te l’avais dis à l’époque mais si j’ai tout essayé avec mes petits moyens pour te sauver le cul c’était parce que je t’étais reconnaissante de l’avoir fait pour moi avec Itembe. Ouais je sais, c’était complètement con. C’était complètement con parce que je savais pas qui tu étais avant qu’elle me le dise. Un agent chinois… quelle blague !
Et je savais pas non plus pour Jericho que c’était ton frangin. Je crois que pour Six aussi ca été une découverte. Mais bon, j’aimais bien Ros. Ca je te l’ai dit par contre je m’en souviens.


Elle se tut quelques secondes, le temps de perdre son regard vers le plafond. Sky s’agrippa à la table pour ne pas sombrer, même si sa voix ne trahissait rien de son émoi.

- Ton holo-clé que j’ai tirée sous le nez de Zaan et qui contenait le testament de ton frère et ces documents chinois… c’est le truc le plus débile que j’ai fait. Mais je l’ai fait par loyauté. Pour toi. J’ai même tiré sur Zaan pour ca, hey ! Quand j’suis allée me réfugier chez les flics pour te la rendre… je l’ai fait encore pour toi tu sais.

Elle inspira profondément.

- Mais ce que tu m’as imposé après, Hyun, je l’ai fait pour Garin. Ca tu le savais bien par contre. Tu le savais parce que tu m’as fait comprendre que je pouvais faire une croix sur lui si j’obéissais pas et que je la fermais pas. Putain j’avais vu de quoi t’étais capable, même au bout de tes forces ! Un vrai PSY de fou ! t’es fort… ouais... t’es fort. Je t’ai cru. Pas seulement la menace de la taule non, surtout la menace de la manipulation que t’as pas eu besoin de dire.

Ses poumons se vidèrent soudainement, comme si elle avait retenu sa respiration.

- Ca m’a couté tu sais. De le regarder et de faire semblant de pas savoir. De pas savoir qu’il était un agent du MSS lui aussi et que c’était ta recrue. Parce que Garin il est comme ca. Il croit que si tu dis rien tu lui mens. J’avais peur de le perdre s’il l’apprenait un jour. J’avais peur de le perdre si tu l’apprenais un jour. Mais voilà. J’ai plus envie d’avoir peur maintenant. Et puis je l’ai perdu quand même mais j’pense que ca t’es au courant…

Sky pinça les lèvres d’amertume.

- J’suis sure qu’on aurait pu s’entendre toi et moi. Vraiment. Peut-être que j’aurais du t’appeler sur ce numéro que tu m’as filé. Que je t’insulte. Ou qu’on discute. J’sais pas…

Elle laissa filer quelques secondes de silence puis reprit sur un ton faussement enjoué

- Au fait, j’sais pas si ca aura une importance mais je te le dis : Garin est peau d’balle comme agent de terrain. Franchement ce putain de Codex j’ai juste failli l’avoir parce qu’il n’a pas été foutu de s’assurer que les gardes étaient correctement immobilisés et désarmés. Il m’a filé deux tasers gratos. Et puis hey, quand on prépare un casse, on maintient la préparation jusqu’au dernier moment. Y’avait une cellule photo qui a lâchée deux heures avant le bal. Ils ont du en commander une en vitesse et faire intervenir le spécialiste en urgence. C'est comme ca qu'on a su Six et moi.

Mais ce petit interlude ne dura pas. Elle sentit de nouveau affleurer sous sa peau et à ses yeux la seule chose qui avait de l’importance pour elle. Sky tourna la tête vers Garin et porta une main tremblante à sa joue. Elle n’osa pas plus, comme si elle risquait de le voir disparaitre à son contact, un songe prêt à s’évanouir.
Tandis qu’elle continuait de parler, elle caressait timidement sa peau.

- Tu sais je l’aime. Je l’aime mais… vraiment. J’espère maintenant qu’il sait à quel point. Au point que ma vie elle vaut que dalle sans lui. Alors j’te la donne. Ou je la donne au MSS s’ils la veulent parce que moi je m’en fous. En fait, ma vie elle est à lui de toutes manières.

Sky laissa ses yeux s’embuer puis déposa un baiser délicat sur sa bouche.
Putain oui, sa vie ne valait pas grand-chose. Le danger d’être avec lui ? Mais s’il avait aimé autant qu’elle un jour, comment pouvait-il seulement imaginer que ça ait une quelconque importance ?

Elle se tut.
Quoiqu’ait pu avoir envie d’ajouter Hyun elle n’avait absolument pas l’intention de l’écouter. Si elle n’éteignit pas le portable tout de suite, c’est uniquement parce qu’elle laissa l’opportunité à Garin d’en placer une s’il le souhaitait.
Mais s’il ne disait rien, alors elle couperait la communication et détruirait la puce de l’HP.
Tout le monde savait où la trouver, elle.
Pas Garin.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Hyun n'a rien dit. Et moi non plus, d'ailleurs. Si, il a dit une chose :

"Tu as fini ?"

Mais je n'ai pas laissé le temps à Sky de répondre, ni à Hyun de poursuivre. J'ai juste écrasé mon poing sur le téléphone. C'est tout juste si j'ai eu besoin de forcer sur mon pouvoir pour y parvenir. Et puis je l'ai fixée, les lèvres pincées. Ah ça, c'était clair que j'étais au-delà de toute la colère que j'avais pu connaître. Je lui avais déjà dit combien je le détestais, mais cette fois, je crois qu'en prime, j'étais vexé. Frustré. Dégoûté. Et trahi, d'une certaine manière. Tout à la fois. J'étais tout et rien.

Je n'avais pas le temps de tout prendre en compte, j'avais saisi le principal. Je ne pouvais pas tout faire, et concevoir tout, emmagasiner... Il y avait trop et pas assez à la fois. Elle ne m'avait pas épargné, mais elle ne s'épargnait pas elle-même non plus. Je ne sentais rien. Ni sa main, ni ses lèvres, rien du tout, ma peau était totalement hermétique. Je respirais lentement, mais profondément, les dents serrées.

Je ne pouvais pas l'étrangler, ça n'aurait servi à rien. Je ne pouvais que m'en vouloir ! J'aurais dû être plus prudent, plus méfiant, plus curieux aussi ! Je ne sais pas ce qui m'a fouetté le plus. Que Hyun m'ait caché Jericho, m'empêchant de penser qu'il m'a recruté uniquement pour Liberation - cependant, ça a expliqué pourquoi il n'avait pas posé plus de questions face à mon mensonge à la morgue... - ou bien juste pour se servir de mon pouvoir en mission ? Ou bien le fait qu'il sache qui nous avait doublés sans m'en parler... Ou bien que Sky ait su pour moi avant même que je m'en doute, et qu'elle n'ait rien dit. Elle avait bon don la fortune du destin ! J'ai finalement retrouvé ma voix.

"Je ne sais pas si tu es juste au bon endroit au bon moment ou bien si tu es galactiquement stupide ou franchement suicidaire. Est-ce que tu es seulement montée sur ma moto par hasard ou parce que tu avais l'intention de me baiser la gueule en beauté ?"

J'étais au-delà de ma colère... Et de ma méfiance. Je rattrapais, disons... un peu plus de 6 mois à me la couler douce.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky savait ce que son coup de semonce susciterait. Il avait voulu la vérité ? Elle la lui donnait. Comme ca, sans artifice. Et maintenant ? il était content, soulagé de savoir ?
Ben non.
Comme la plupart d’entre eux.
Elle savait aussi que sa réaction serait violente et elle s’était attendue à tout, y compris qu’il la retourne contre elle. Même si sa poigne dépassait certainement celle de son beau-père, elle était prête. Et cette fois ci, sans terreur. Parce qu’elle l’aurait provoqué. D’ailleurs lorsqu’il avait écrasé le téléphone, elle n’avait même pas sursauté. Elle s’était contentée de le regarder faire.
Ce à quoi elle ne s’attendait pas en revanche, c’est qu’il puisse imaginer encore une élucubration quelconque sur leur rencontre. Ca, elle ne l’avait pas venu venir.

Elle laissa ses mains retomber sur ses genoux et le regarda d’un air grave. Cela lui donnait tellement d’années supplémentaires.

- Il reste encore une chose que je te dirai sans doute mais cela va dépendre de toi, Garin. Que tu puisses imaginer que notre rencontre était préméditée, ca me blesse profondément, mais je n’ai pas les moyens de te prouver le contraire alors…

Elle haussa les épaules.

- Tu gagnes. Si c’est ce que tu veux croire…

Sky emplit ses poumons et poussa un long soupir en regardant ses doigts.

- Je me suis trouvée au mauvais endroit au mauvais moment parce que j’ai voulu porter secours à Six qui était une amie. Je n’avais aucune idée de ce qu’il se passait avant d’y être. Tu peux me croire stupide mais tu sais que je ne le suis pas. Tu sais que je ne suis pas non plus suicidaire, on en a déjà parlé. Enfin… je ne l’étais pas en tous cas. Pas avant toi.

Elle se redressa de toute sa hauteur et tourna son regard droit dans ses yeux. Sa voix ne trembla pas quand elle lui parla

- Pour toi, je me suis foutue à poil, je t’ai dit ce que je ressentais. Là encore, tu peux le croire ou non, j’ai pas d’autres preuves que les battements de mon coeur. Pour toi, j’ai accepté l’inacceptable et le chantage. Par amour. Je t’ai cherché deux fois. Deux fois j’ai pris tous les risques et toutes les précautions, pour toi. Par amour pour toi je suis allée aux portes de la mort. Pour toi encore, je viens de te donner tout ce qui m’empêchait d’être complètement à toi.

Sky baissa de nouveau les yeux et se passa une main sur le visage. D’une voix douce elle reprit

- Je t’ai demandé sur ce muret de pas me laisser Garin. Il faut que je te le demande encore une fois ?

Mais ce n’est pas cette question qu’elle redoutait plus que tout. Pour celle-ci, elle mobilisa tout le courage dont elle pouvait faire preuve, dans cette idée profondément ancrée en elle que ceux qu’on aime méritent que l’on se batte, et se jeta à l’eau

- Est-ce que j’ai eu raison de tout ca, est-ce tu m’aimes assez pour faire juste un pas vers moi ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Elle. Me. Rendait. DINGUE !

J'ai tout encaissé sans rien dire. Même le pire. Entre Eve et Sky, j'en prenais sévèrement dans les dents et je ne comprenais toujours pas pourquoi. Je n'avais rien fait, à mon sens, pour en arriver là, j'étais incapable de saisir le sens profond de sa réflexion. Je comprenais, ok, elle m'aimait, ce qu'elle ressentait pour moi était fort, ça, j'avais bien compris. Seulement, j'étais incapable de comprendre... Pourquoi. Peut-être était-ce prétentieux pour moi de faire preuve de fausse modestie en me demandant ce qu'elle pouvait bien me trouver, mais les faits étaient là ! Je ne lui avais jamais rien dit, moi. Il était clair que je ne ressentais pas la moitié de ce qu'elle éprouvait pour moi. Alors pourquoi ?!

J'ai ouvert la bouche - pour l'engueuler mais ça, elle ne le saurait jamais - quand mon téléphone a sonné pour m'annoncer un message. J'ai hésité, mais si c'était le restaurant, ils m'auraient appelé pour me demander où j'étais. Et la seule autre personne à m'appeler ? Je vous le donne dans le mile. J'ai soupiré en secouant la tête et j'ai regardé mon téléphone pour y lire le message. "Tu dois gérer ça. Maintenant."

Trop aimable, mon pote. Bien sûr que l son causé par le haut parleur avait dû lui mettre la puce à l'oreille. Et Sky ne s'était pas contentée de raccrocher, après tout. Et pourquoi elle aurait lâché tout ça gratuitement ? Non, Hyun était intelligent et Sky passablement aussi machiavélique que lui, sinon plus. Elle aurait eu 10 à 15 ans de plus... Je les mariais, tant ils étaient parfaits l'un pour l'autre.

Alors que je réfléchissais - et j'essayais de le faire le plus vite possible, Sky attendait sûrement une réponse - j'ai établi tous les scénarios. Un à un. Du pire au moins pire. Soit je partais et je risquais un suicide sur les bras à l'entendre. Soit je partais et elle restait sans surveillance - à part Hyun et autant dire que je ne lui faisais pas confiance tout de suite à l'instant... Soit je restais et JE la surveillais, 24h sur 24h, 7 jours sur 7, jusqu'à bouffer le premier qui s'approche. Soit je restais mais on partait. Tous les deux. Genre à, maintenant. "Tu dois  gérer ça." J'ai fait tourner le téléphone dans ma paume. La seule raison pour laquelle je n'ai pas broyé celui-ci, c'est parce que je me suis servi de ça pour m'aider à me calmer. Si je ne broyais pas mon téléphone, alors j'étais capable de me contrôler. Si je pouvais me contrôler, alors je pouvais réfléchir."Maintenant." Et si je pouvais réfléchir, alors je pouvais prendre la bonne décision.

J'ai relevé les yeux sur elle. Dans un sens, je la détestais pour ce qu'elle m'infligeait, mais est-ce que je pouvais lui en vouloir ? De toute façon, je ne prendrai jamais la bonne décision. C'était impossible. Dans ce genre de cas, quoiqu'on fasse, ça finit toujours par nous retomber dessus. Alors, à situation désespérée, mesure désespérée. Bien sûr, on ne pouvait pas partir. Ni l'un, ni l'autre, ni ensemble... Au moins, au MSS, je n'avais plus besoin de fuir. Me cacher, au pire. Mais si on partait, je devrais fuir ET me cacher. Et elle avec. Elle avait dit qu'elle me suivrait, est-ce que c'était toujours d'actualité ? A l'entendre, oui. Mais de toute façon, ce n'était pas à l'ordre du jour.

Le pire ? Elle me prenait par les sentiments. Il n'y a pas que ça... Mais principalement de ça. Je l'avais en horreur de me faire ça. Elle me faisait du chantage, en un sens. Mais est-ce que je l'aimais assez ? A défaut de ressentir la même chose...

J'ai pris le coin de la table pour la soulever et la repousser (la table, pas Sky) Je lui ai pris la main pour la faire lever et l'attirer à moi. J'ai collé mon front au sien en serrant fermement son visage dans mes mains.

"Tu n'es qu'une idiote, stupide, bouchée et têtue !"

J'ai pris sa main pour lui mettre le téléphone dans la paume.

"Seul le MSS a ce numéro, personne d'autre. Si tu ne connais pas le numéro, c'est que c'est moi. Ne réponds JAMAIS si le contact s'affiche. Est-ce que tu comprends ce que je te dis, Sky, c'est très important ! Je trouverai une autre solution plus tard, en attendant, on va faire comme ça."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Bon sang. Il la prenait pour une gamine ou quoi ? Oui bah oui. Fondamentalement c’est ce qu’elle était.
D’accord, il était complètement paniqué et c’était sa façon à lui de réagir.
Au moins il ne l’avait pas planté là, ni même frappé ou… que savait-elle encore.
C’était déjà ca.

Sky ferma les yeux quand elle sentit ses mains sur son visage. C’était tout ce dont elle avait rêvé… et même si cela n’avait pas le sens qu’elle aurait aimé lui donner, elle s’en contenta.
Il lui mit le téléphone dans les mains et elle regarda le portable d’un œil morne tandis qu’il lui donnait ses recommandations.
Elle attendit qu’il eut fini puis elle s’écarta de lui.
Sky eut un petit sourire triste.

- J’prends jamais un portable que j’ai pas acheté.

« Piqué » aurait été sans doute plus juste.
Elle alla poser l’HP sur la table et le fit tourner avec son index sur lui-même, cherchant ses mots. De ses yeux clairs elle suivit le mouvement rotatif un peu hypnotique.

- C’est toi le parano mon amour alors je vais pas t’expliquer pourquoi. Et j’en n’ai pas besoin en plus. Si tu veux que j’ai un numéro pour te joindre, donne m’en un. Dès que je me dégote un nouveau portable je te donnerai le mien. Cui là sera safe et j’en serai certaine.

Elle inspira et se retourna face à lui. Dieu, elle avait l’impression d’avoir pris 10 ans d’un coup. Au fond d’elle, Sky savait que son comportement risquait de lui faire perdre définitivement ses chances mais les mensonges avaient assez duré. Elle en avait soupé.

- J’ai pas fini.

Et non. Parce que voilà, elle n’avait aucunement l’intention de lâcher l’affaire et Garin devait comprendre qu’elle ne l’avait pas cherché pour trouver un protecteur. Loin de là.

- J’sais que t’aimes pas ce que je suis… enfin… pas tout on va dire.

Et oui, là, maintenant, son visage de poupée se peignit d’un petit sourire amusé.

- J’suis pas stupide non. Bouchée non plus. Et têtue… oui bon d’accord sinon on s’rait pas là hein ? Mais je suis pas une idiote.

Sky s’approcha de Garin et tendit un index devant ses yeux.

- Petit 1. Quand Hyun m’a piégée j’ai pris une assurance vie. Si demain je disparais, tout l’Underground sera à ma recherche parce qu’ils savent exactement ce qu’il s’est passé.

Oui c’était un peu exagéré. Mais Maze l’avait vraiment cherchée ! ca c’était vrai.

- Je sais que tu veux me protéger et ouais j’adore ca. J’aime quand tu joues les chevaliers mais sans vouloir te vexer, l’Underground a plus de moyens.

Elle leva son majeur.

- Petit 2. Et là, il va falloir que tu m’écoutes attentivement.

Comme si ca n’était pas déjà le cas. Mais dans son mouvement de panique, elle avait peur qu’il ne retienne que ses émotions. Sky venait de comprendre que pour parler le Garin, il fallait parler pragmatique.

- J’ai une carte dans ma manche. Une seule. Qui me sauvera le cul du MSS et des autres. Seul Hyun sait. Pas l’Underground, pas Six, pas Zaan. Personne à part lui et moi.

Elle haussa les épaules

- Tu crois quoi ? qu’il s’est contenté de me dire « tu dis pas qu’on est du MSS ou tu vois plus Garin » ? non bah non. Il m’a baisée en beauté chéri, sauf ton respect. Cette clé que tout le monde veut et qui m’a collée dans la merde, Hyun en a changé le code génétique d’ouverture. Il a mis le mien à la place.

Sky soupira et laissa retomber ses bras le long du corps en secouant la tête.

- Voilà. Maintenant tu sais tout. J’suis bien persuadée que t’es complètement furax mais tu vois, au moins je sais pourquoi.

Elle ouvrit les bras en signe de reddition.

- Je comprendrais que tu me fuis. Maintenant… j’en serai malade, mais je comprendrais. J’serai jamais qu’une source d’emmerdes pour toi, même sans le vouloir.

Sky couvrit la distance qui les séparait et enroula ses bras autour de sa taille.

- Mais maintenant, y’a plus de secrets entre nous….






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Trop d'informations. Beaucoup trop. Elle me lâchait tout... Et je ne savais as comment réagir. Dans d'autres circonstances, j'aurais hurlé, cogné des murs, j'aurais brisé plusieurs objets, et je serais parti. Pas par colère... Mais par manque total de contrôle sur la situation. Finalement, je n'étais absolument pas capable de répondre à quoi que ce soit... Parce que je ne comprenais pas la moitié de ce qu'elle me racontait. J'en saisissais le sens, cela dit, alors j'ai presque implosé.

"Oh alors si l'Underground est si fabuleux, pourquoi t'es pas partie chez eux au lieu de jouer au chat et à la souris avec les services chinois ?! Sky, tu es dingue ou quoi ?! C'est QUOI cette histoire de clé, je ne comprends rien, je suis pas au courant ! Et tu es COMPLETEMENT fêlée d'avoir accepté un truc pareil ! Pourquoi prendre une assurance vie quand on signe avec le diable, c'est..."

Je me suis retourné en portant mes mains à mon visage pour me le frotter, étouffant des jurons entre mes doigts. Quand j'ai senti ses mains, puis ses bras, j'ai soupiré en levant la tête. Elle avait accepté d'être la clé d'une clé d'on ne sait quels trucs... Pour rester avec moi ? Mais quelle gonzesse de 17 ans fait ça ? Elle me tuait, elle m'épuisait... J'ai laissé mes bras retomber pour lui refaire face et j'ai porté mon regard - fatigué - dans le sien. J'ai penché la tête en la détaillant. Elle était dedans jusqu'au cou. Voire, jusqu'aux yeux. J'avais voulu lui éviter de prendre le même chemin que moi, mais finalement, on se ressemblait beaucoup plus que je ne voulais le penser, je crois.

"Tu..."

J'ai soufflé en reportant mes mains sur mon visage. Qu'est-ce que ça changerait, de toute façon ? Elle venait de prouver qu'elle était capable de me retrouver je ne sais comment. Deux fois. J'aurais beau la repousser - pour sa propre sécurité avant la mienne - même la plus violente des tactiques, elle ne l'écoutait pas, alors... A quoi bon s'époumoner ? J'ai regardé mon téléphone et à la reflexion, il était probablement suivi, j'aurais conduit le MSS directement à elle. Du moins, ceux qui pourraient, éventuellement, dans un conditionnel, lui vouloir du mal.

"Tu as sûrement raison, mais..."

Profond soupir en fermant les yeux. J'abdiquais. Totalement.

"Comment tu m'as retrouvé ?"

J'ai rouvert les yeux sur elle. Je ne lui disais pas tout, mais contrairement à elle, je n'étais franchement pas sûr qu'elle soit apte à entendre tous mes secrets... Et plus je pensais à tout ce que je ne disais pas, moins je ne l'imaginais vouloir rester près de moi.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky lui laissa le temps d’encaisser ce qu’elle venait de dire.
Elle reconnaissait qu’elle ne l’avait pas ménagé et avait tout à fait conscience que son coup de poker avait eu de quoi lui retourner l’estomac. Qui plus, la distance entre leur dispute sur la falaise et son retour à la vie lui avait largement laissé le temps de préparer ce qu’elle avait à dire.
Nul besoin d’élever la voix. Il lui avait juste fallu choisir les bons mots.
S’il était las, pour sa part elle avait eu soudainement l’impression de quitter la cour de récré pour aller jeter un œil du côté du vaste univers. Elle en avait eu le vertige. Et elle aurait sans doute besoin d’une bonne douzaine de sucettes après ca.

La blondinette regagna la table qu’il avait bousculée et s’assit dessus, affalée, comme un boxeur enfin dans le coin du ring après un combat éprouvant.
Elle espérait qu’il n’y avait plus de round parce que pour le coup, elle n’était pas certaine d’avoir encore assez d’énergie pour s’en sortir.

- Pour le diable… j’ai pas eu vraiment le choix. Y’a des choix qui n’en sont pas… on te fait juste croire… j’ai demandé de l’aide à l’Underground parce que je ne pouvais pas te le demander à toi et maintenant tu sais pourquoi. Cette histoire de clé, c’est le pourquoi de tous mes silences. Les tiens j’en sais rien, mais les miens ouais...

D’une main elle balaya l’air devant elle.

- Je t’ai retrouvé grâce à ta puce. Tu as payé avec elle au restau. Pas en liquide. Il m’a suffi de remonter la piste en espérant que ton histoire de boulot c’était vrai… ca m’a pris un peu de temps. Plus qu’avec la moto.

Elle releva la tête, et lui sourit à travers ses cheveux blonds.

- Maintenant tu sais pourquoi je me traine avec des billets. C’est pas juste pour le plaisir de détruire des DAB.

Sky se tourna vers le portable qui gisait à côté de ses cuisses, l’ouvrit, regarda l’heure et soupira.

- Merde j’me rappelle même plus si j’ai commandé à boire avec votre menu express là…

D’une main, elle fouilla dans le sac en papier qu’il avait posé sur la table dès son entrée. Dedans il y avait une boite de soda qu’elle ouvrit avant d’en boire le contenu. Une fois qu’elle eut pris sa dose de liquide, elle regarda Garin.

- Tu veux savoir quoi exactement ? Que je te raconte comment j’ai cru porter secours à une amie de la rue et comment j’suis tombée sur Hyun ? Comment j’ai assommé son binôme à coup de chaise ? D’ailleurs hey, si je l’avais pas fait, j’crois que je t’aurais pris pour son second, pas sa recrue.

Pour sa part, elle avait carrément envie de rire de l’ironie, de ce cynisme impitoyable qui lui valait tout ce qu’elle encaissait maintenant. Parce que rire à la gueule du diable, ca aide pas, mais ca soulage.
Au fond d’elle, Sky savait qu’elle avait changé. Quelque chose qui ne la laissait pas indemne de ce qu’elle venait de traverser. C’était peut-être ca grandir.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Je me suis frotté le visage à nouveau.

"Non, tu m'en assez dit, ça va, pour le moment, laisse-moi déjà encaisser tout ça, je verrai les détails plus tard, tu veux bien ?"

J'ai soupiré en revenant vers elle et je lui ai pris son soda pour le reposer à côté, éloignant mon téléphone du même geste. J'ai relevé son menton d'un index et mes lèvres ont franchi l'espace qui les séparait des siennes. J'ai écarté ses cheveux d'une main et j'ai soupiré en jouant avec le bout de son nez du mien.

"Tu... es folle à lier, même si je l'ai toujours su, ça ne cesse pas de m'étonner." J'ai rouvert les yeux sur elle en caressant sa joue d'un pouce. "J'ai toujours aimé ce que tu étais... Je te l'ai déjà dit. J'aimerais juste que tu fasses un peu plus attention à toi et que tu arrêtes de te mettre dans des situations qui peuvent te tuer en un claquement de doigts."

J'ai baissé les yeux avant de les fermer et mes mains ont glissé sur ses bras, mon front toujours contre le sien.

"Le MSS, c'est pas une vocation pour moi... C'est mon assurance vie."

Si je lui disais, c'était uniquement pour me justifier. Je ne voulais pas qu'elle croit que je faisais partie des méchants. Je ne voulais pas non plus faire partie des victimes, mais je voulais avant tout qu'elle comprenne que je n'étais pas un pourri. Commencer à comprendre le MSS ne signifiait pas que tout le monde arrivait à la même déduction que moi.

"Je ne suis pas un agent du dimanche. Mais toi, t'es un danger public."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Le souci, c’est que Sky restait convaincue que Garin était manipulé. Quand bien même Hyun s’en défendrait, elle n’arriverait probablement pas à le croire. Pas après tout ca. Cette suspicion qui se muait en rancœur n’était en aucun cas dirigée contre celui qu’elle aimait profondément. C’est le chinois qui en faisait les frais.
Alors si pour Garin le MSS était une assurance vie, elle ne le contredirait pas. D’une part parce qu’elle ne savait finalement que peu de chose sur son histoire – et que ce peu là était déjà ben gratiné- et d’autre part parce qu’elle avait compris que pour lui, son association avec Hyun relevait quand même d’un choix. Un vrai. Malgré ses réticences. Et elle n’avait pas à en juger.

Elle gouta son baiser fugace qu’elle accepta comme un baume sur son cœur et fut finalement contente qu’elle ait mis du temps à le retrouver. A son goût, ses lèvres avaient mis trop longtemps à cicatriser de ses excès et pendant des jours avaient pris l’allure d’un parchemin desséché. Quelle image lui aurait-elle alors renvoyée ? S’il y a bien une chose qui l’aurait mortifiée, c’était de lui inspirer de la pitié.

- Oui… murmura-t-elle. Je sais que je suis un danger public. Je vais faire des efforts et m’améliorer. Déjà je surveille mes arrières, je commence à avoir des yeux dans le dos. J’apprends… non, j’ai tout à apprendre parce que je sais que je ne suis pas sortie de la mouise dans laquelle je suis.

Sky soupira et le regarda gravement sans rompre le contact physique qui les unissait

- Je suis contente que tu sois là et que tu saches. Parce que maintenant j’pourrais compter sur ta présence à mes côtés. J’aurais pas besoin de te dire oui juste pour t’faire plaisir en ayant peur que ca arrive un jour, tu comprends ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
J'ai pincé ses lèvres entre mes doigts.

"J'entends ça..." Ma main en bec de canard, j'ai imité une oie jaquetteuse avant de m'immobiliser. "Et je préfèrerais entendre ça."

J'ai libéré ses lèvres pour les joindre aux miennes. J'ai enfermé sa nuque entre mes mains en faisant durer mon baiser. Je n'avais plus du tout envie d'en entendre parler. J'avais abdiqué, que pourrait-elle bien vouloir de plus ? Elle avait gagné. Je ne sais pas si j'étais profondément amoureux, ou quoi, mais en tout cas, c'était suffisant pour préférer rester avec elle. A dire vrai, je ne m'étais jamais posé la question de mes sentiments à son égard. Je crois que je voulais juste être avec elle. Et qu'en son absence, j'ai ressenti un manque sans arriver à le définir. Je l'ai serrée contre moi en oubliant tout le reste, cherchant surtout à rattraper le temps perdu - même court - et à me faire pardonner. Ca prendrait des semaines, peut-être même des mois, alors autant que je commence maintenant. J'étais juste bien avec elle, au calme, alors, quand j'avais compris que plus rien ne serait jamais calme, j'ai paniqué. Comme avec Eve, et que je me suis enfui. Parce que, après tout, c'est encore ce que je fais de mieux. Fuir.

Je n'ai, de toute façon, jamais pu expliquer pu expliquer ce que je ressentais pour elle. C'était tout et rien à la fois. Ca aussi, je ne l'ai connu qu'une fois dans ma vie.

Je me suis séparé de ses lèvres à regret, mon nez frôlant toujours doucement le sien.

"Sky... J'aime pas les secrets, non plus, mais... Les miens, ils sont..." J'ai soupiré en rouvrant les yeux dans les siens, le front soucieux. "Vraiment pas évidents. C'est plus des choses que je n'ai pas envie de te dire à toi, que de véritables secrets, c'est pas glorieux et... J'estime que j'ai déjà suffisamment de défauts comme ça, alors... Je sais pas ce que tu vois pour éprouver tout ce que tu dis, mais à défaut de pouvoir tout te dire... Il faut que tu saches que c'est faussé. Tu veux bien ? Peut-être un jour, ou si tu insistes, mais en attendant... Il y a des choses, si je ne t'ai rien dit jusque là, c'est que je ne veux pas te faire fuir."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Cela la fit sourire derrière l’étau de ses doigts. Pas tant parce qu’elle en avait le cœur – il était plutôt en mode rafistolage à l’arrachée – mais parce qu’elle aussi avait envie d’un peu de calme après la tempête.
Elle ferma les yeux quand il l’embrassa, ajoutant son baiser à la collection qu’elle avait décidé de commencer pour les jours et les nuits froides. Que dans ces moments à venir, les souvenirs lui tiennent assez chaud. Parce que si elle avait bien appris une chose, c’est que tout n’était pas gagné justement. Chaque combat n’appelait que le suivant.
Il coupa court à cet instant délicieux qui gratifiait tous ses efforts et Sky retenait encore ses émotions parce que même si elle avait espéré parvenir à ses fins, elle n’y croyait pas encore totalement. Elle savait que quand elle serait seule, elle pleurerait tout à la fois de soulagement, de ce qu’elle avait perdu et de sa victoire si chèrement acquise.
Ses confessions avaient eu un double effet. Celui escompté mais aussi celui de placer Garin dans une position qu’elle ne souhaitait pas lui imposer. En aucun cas elle n’exigeait de lui des confidences.
Sky écouta gravement ce qu’il disait et si ce n’était les circonstances, la nature de ses réticences l’aurait faite rire.
Elle se contenta d’en sourire.

- Hey j’sais pas non plus hein pourquoi tu me fais cet effet mais je me pose pas la question. Je prends. Tu sais quoi ? on va dire que dans la mesure où ma vie dépend pas d’un de tes petits arrangements avec la réalité, et ben j’ai pas besoin de savoir. Moi en tous cas ca me convient. On verra bien si un jour la question se pose, d’accord ?

Sky tordit la bouche et elle ajouta tout de même

- J’ai compris autre chose Garin. Que y’aura toujours des trucs qu’on n’aura pas envie de dire à l’autre. Pour des raisons à la con peut-être. Mais j’suis pas si naïve. Je crois pas que ca nous arrivera plus jamais. Tu vois ce que je veux dire ? C’que j’ai là avec toi maintenant, c’est le truc le plus sincère et le plus vrai de ma vie. Et ca y’a aucun mensonge, aucun secret qui le gâchera et pour moi c’est tout ce qui compte.

Elle relâcha un peu de cette pression qui lui contractait les épaules puis passa ses bras autour de la taille de Garin.
Dans un demi-sourire elle reprit doucement.

- Je vais rendre cet appartement il n’est pas terrible. En passant, je pense que tu risques d’être persona non grata au Casino. Evite de t’y pointer la bouche en cœur. Quelques.. divergences... avec le dragon...






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
Est-ce que sa vie dépendait de ce que je lui cachais ? Passons tout ça en revue. J'ai tué mon père, ma mère s'est suicidée, je suis mort une fois - non ça elle le sait déjà - la CIA me cherche, j'ai fait partie de Liberation avec le gars qui m'a tué... Ah oui, mon ex et tout ce que ça implique comme secrets à savoir : sa bombe, mes sentiments et le fait que probablement le type qui m'a tué me cherche à nouveau... Mon recrutement au MSS, elle le sait mais pas le comment ! Que j'ai touché à de la drogue, ça aussi, elle le sait. Ah oui, j'ai tué un agent de la CIA, mais j'en ai épargné un autre, au pire. J'étais conscient des agissements du MSS dans leurs laboratoires et si j'ai hurlé au début, à ce moment-là, je commençais à croire en leur bonne volonté. J'ignorais pourtant ce qui se disait dans cette foutue clé, même si, savoir que Jericho avait laissé un message, ça me rendait furieusement curieux. Mais ce n'était pas le moment, encore. Finalement, les seuls secrets qui pouvaient la mettre en danger... Ce n'était plus des secrets pour elle. Une aubaine, non ? Alors j'ai secoué la tête, un sourire naissant enfin sur mes lèvres.

"Non... Rien de tout ça, que des choses qui me concernent moi."

Et puis j'ai acquiescé. Ca me semblait un bon deal. Un jour peut-être, donc. Mes mains ont glissé sur ses avant-bras en suivant son mouvement autour de ma taille et j'ai continué à essayer de me faire pardonner en enfermant ses épaules dans mes bras pour caler sa tête contre la mienne. Et j'ai fermé les yeux en caressant ses cheveux. Vu sa personnalité, son caractère, je comprenais qu'il valait mieux ne pas lutter. Une chose que Hyun avait comprise avant moi, cela dit en la laissant rester avec moi malgré tout. A la repousser, elle revient plus fort. Je n'avais jamais voulu l'éloigner de moi, j'ai agi par nécessité et raison. Mais la raison... Bah, c'est pas trop mon truc, en fait.

"J'étais pas fan de cette fille chat, mais je dois lui reconnaître un sacré chien."

Mon sourire s'est élargi quelque peu et j'ai redressé la tête pour la regarder, caressant sa joue doucement.

"Des dragons, j'en vois toute la journée, ils me font pas peur. Je viendrai, je sais où est ta chambre. Je viendrai t'amener un téléphone, un sécurisé et tout, de la balle qui tue et tout. Je serai le seul à l'avoir et tu seras la seule à avoir le mien... Je dirai rien à Hyun, de toute façon. Mais tu sais... Ils sont pas tous comme lui. Son père, c'est... Un gros connard." J'ai poussé un profond soupir en écartant une mèche de sa tempe alors que je reprenais mon sérieux. "On reparlera de tout ça plus en détail... Une autre fois. J'ai déjà la migraine rien qu'à analyser le peu que tu m'as dit et j'ai peur d'en apprendre plus, alors... Je vais essayer de pas trop y penser pour le moment. Vendu ?"


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Parfait. Leur accord tacite lui convenait à lui aussi et c’était la dernière chose qui était sans doute nécessaire à la nouvelle donne de leur relation. Au moins maintenant chacun savait à quoi s’en tenir et Sky se dit qu’elle n’aurait jamais dû attendre si longtemps. La peur vous fait perdre un temps précieux.

Elle se laissa aller à son étreinte pour caler sa tête contre lui. A cet instant, elle aurait donné n’importe quoi pour que tout s’arrête et qu’elle puisse dormir entre ses bras protecteurs, là, maintenant. Oui encore. Elle dormait toujours beaucoup même si ca restait dans des horaires communs à tout un chacun. Sky supposait que c’était autant lié à ses problèmes de santé qu’à l’ennui qui la rongeait quand elle était consignée.

Quand il fit allusion à sa tenue et à son masque, elle rit doucement.

- J’aime les chats. Mais j’avais hésité avec Batman. Juste y’avait pas à la boutique…

C’était pour l’anecdote. En fait, elle avait surtout trouvé le masque joli. Chacun ses gouts et vu qu’elle n’allait pas à un défilé de mode mais à un casse, ca n’avait pas une grande importance.

- J’sais pas qui est vraiment Hyun, Garin et je m’en branle. Mais pour moi, son frère était un mec bien. J’sais pas tout non plus hein…

Mais elle hocha la tête et répondit dans un sourire.

- Vendu ! C’est quand tu voudras.

A regret, elle s’écarta de lui et reprit de son ton docte de grande fille.

- C’est ok pour le portable. Faudra quand même que j’aille en chercher un autre mais pas pour moi. Je te laisse partir en premier, le restau va finir par se demander ce que tu fous.

Elle avisa son sac qui reposait dans un coin de la pièce. Il contenait entre autre des affaires de rechange – hors de question qu’elle se balade dans cette tenue en ville – ses sucettes et une de ses lames. Puis son regard fit le tour de l’appartement

- L’agence va faire une sale gueule quand ils vont venir faire un tour ici !






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
"Celui que je vais t'amener, ne le donne à personne, d'accord ? Ce sera uniquement pour toi et moi."

Un burner. Tout connement. De tout à jamais, le téléphone le plus sécuritaire et le plus insoupçonné qui soit : le téléphone JETABLE ! Durée de vie limitée mais dans notre cas, c'était précisément ce qu'on voulait. Le genre de truc qui s'autodétruit, quoi. Ca me laisserait au moins le temps de réfléchir à quelque chose d'autre.

Je n'ai pu qu'acquiescer à la mention de Jericho, bien que je sache strictement rien ou presque de lui. Quant au reste, j'ai glissé le bout de mes doigts dans la ceinture de son short pour l'attirer à moi et l'embrasser en pressant mes lèvres contre les siennes à la faire pencher en arrière. Effectivement, je devais partir avant que ça devienne suspect. Je me suis redressé aussi soudainement que je l'avais embrassée et avec les sourcils hauts, dans l'attente, j'ai... Tendu une main vers elle, paume vers le ciel.

Je ne voulais rien dire à Hyun. Feinter l'ignorance de son message. Gérer quoi ? Non, cette fois, mon secret, ce serait Sky. Il avait joué avec moi. Il avait perdu. Au bout de quelques secondes, j'ai ajouté avec un sourire bien malicieux.

"Ca c'est ton problème, mon sucre, moi j'en ai un autre."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky hocha la tête.

- Pour toi et moi. Et je ne l’utiliserai que lorsque je serai au Casino sauf en cas d’urgence. J’vais virer parano moi aussi à ce rythme…

Elle leva les yeux au ciel en soupirant. Entre Garin et Tibor, elle allait se faire un ulcère.
Il l’embrassa avant de partir et lui tendit la main. Sur le coup, elle ne comprit pas ce qu’il voulait - elle n’avait rien à lui donner- puis il l’aida d’un petit coup d’œil en direction du sac en papier.

- Ah oui ! merde… avec tout ca j’avais oublié.

Sky se dirigea vers son sac et en sortit quelques billets froissés. Quand elle lui mit le montant dans la main, elle ajouta en souriant

- Y’a le menu express et un bon pourboire. J’ai un peu maltraité leur livreur mais il est resté très professionnel, j’lui dois bien au moins ca.

C’est encore Lord Charles-Henry Mountclemens III qui va être content de son repas.
Et franchement, que l’appartement soit pourri c’était le cadet de ses soucis. Si à l’avenir ils ne se résumaient qu’à ce type d’emmerdement, elle en serait ravie.
Sky, dans l’immédiat, avait un HP à remplacer et il ne lui restait que deux petites heures avant le couvre feu.

[HJ: ok pour moi]






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Garin/Sky] The Pretender
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville basse-