2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [Sam/Oliver/Bogdan] A la pointe de l'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bogdan Lupescu
avatar
Octobre 2075

Je viens d'un petit village en Europe de l'est, le genre petit, familial. Etuis j'ai connu autre chose. Plus petit, moins familial. Et puis Mégalopolis s'est imposée à moi. Je déteste trois endroits dans cette ville. Le premier et le plus ironique : l'Underground. Trop petit, trop serré, trop fermé. Mais le plus sécuritaire pour moi. La Ville Haute. Trop de monde, trop de boîtes de conserve cyclope à vous chanter le rif de Terminator au moindre regard. Et le Sanctuaire. Grand, uniquement des frontières naturelles à la périphérie nord ouest de la ville, du sable... Jusque dans vos godasses. Et un micro climat au soleil de plomb, même en plein automne. Quand il fait un temps à pas mettre un poisson clown dehors et que des trombes d'eau s'abattent sur la Ville Médiane... C'est comme Paradise au Sanctuaire. Une curiosité climatique qui attire toujours autant de touristes comme Stonehenge et les bases de ses pierres levées à moitié dans l'eau.

Ici, celui qui fait la loi, personne ne le connaît. Ceux qui font affaire avec lui sont des menteurs, le genre à se faire mousser. Pour ce que j'en sais, ça peut aussi bien être une femme. En tout cas, ici, il n'y a qu'une seule règle : c'est qu'il n'y a pas de règles. Le Sanctuaire survit par le bon sens et le respect de ses 'habitants'. 'Honor among thieves', hein ? Quoiqu'il en soit, les gens viennent des états voisins trouver asile dans des résidences de fortunes, certaines sont mêmes creusées dans les roches des Appalaches. Le Sanctuaire abrite comme des petits villages pour des gens comme vous et moi ou des nomades, de passage, en voyage... Une zone de transit, même si certains s'y trouvent depuis des années. C'est une région encore jeune mais prometteuse. Je reconnais son attrait, je n'y viens pas forcément par conviction, mais je reconnais qu'ici... Tout est permis, c'est une liberté non négligeable. Pour autant, j'ai grandi dans une forêt, ma liberté, c'était l'air frais. Et ici, j'étouffe.

Mais quelqu'un a parlé d'un Saloon détruit par un accident de voitures et j'ai peine à le croire, alors je viens le voir de mes propres yeux. Qui sait au détour d'un stand de figurines de la Statue de la Liberté sans ses pieds je vais bien pouvoir rencontrer ou retrouver.

Le Souk du Sanctuaire est un endroit où il est facile de se cacher, comme de faire de bonnes affaires. C'est aussi un lieu rêvé pour les petites frappes de se la jouent Hombre à la place de Zorro... De vous à moi ? J'espère que cette fois, ma venue au Sanctuaire se passera bien.

(HJ : J'en rate jamais une, vraiment... Soupire )


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Samaël
avatar

A la pointe de l'épée.
Feat. Bogdan Lupescu & Oliver Bishop


Octobre ou pas, disons le clairement, le Sanctuaire c'était pas son lieu de prédilection. Fallait qu'il les aime ses libérateurs parce que subir cette chaleur et ce soleil... C'était ça le Sanctuaire: personne n'aime, tout le monde y va. Comme voter à des élections. Libération n'était plus sous le même format qu'auparavant et s'ils étaient toujours liés, ils étaient séparés, éparpillés. Le Saloon n'était plus si loin, du moins ses cendres, et le Puzzle n'était clairement pas dans le coin et pourtant Samaël venait de passer avec joie sous les premières toiles tendues des souks du Sanctuaire. Ça ressemblait sans ressembler à quelques semaines plus tôt à part que cette fois il n'était pas déguisé en clochard. Mieux, il sentait bon, enfin aussi bon que le permettait la chaleur ambiante. La raison de sa présence ici? Le commerce. Du moins en partie. S'il avait bien des contacts pour se procurer ce qu'il souhaitait, on ne pouvait pas aller contre le fait que le marcher noir restait d'une discrétion sans pareille. Encore que, il fallait savoir graisser la bonne patte. Il venait surtout faire du lèche vitrine, voir ce qui se vendait, on sait jamais. Il n'avait jamais vraiment visité les Souks, il faut dire que c'était seulement la seconde fois qu'il venait, mais la première fois avait été tellement amusante.

En vérité? Quoi que le shopping était aussi véridique? Il avait pensé passer voir Lantern. Sam n'avait pas eu de nouvelles de Paul depuis leur escapade nocturne et il était curieux, autant sur un plan relationnel que sur un plan sécuritaire. Ce jeune homme avait des compétences pour le moins singulières et il fallait bien s'assurer que tout allait bien. Les bras croisés dans le dos tel un vieux qui se balade au marché, Sam parcourait les étalages, son regard jonglant entre les produits et les visages, son attention tournée vers un tout autre regard cependant, un qu'il ne faisait que percevoir.


« That's what we do! We fight for it! We fight for... Things! Like chicken! I love chicken. » - Samaël
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t652-samael-observateur-shifter http://forum.childrenofluxaeterna.com/t657-samael http://ectraconcept.tumblr.com
Oliver Bishop
avatar
Bon ça fait un petit moment maintenant que je suis arrivé Mégalopolis, je commence à me familiariser avec les lieux, les gens...Tout doucement, je cartographie l'immense mégalopole et ses recoins sombres, même si je dois avouer qu'il y en a tellement que je suis encore très loin du compte. J'arrive à me fondre plus ou moins bien dans la masse, même si je suis encore émerveillé par tout ce que je voix et découvre, au camp du MSS j'étais à des millions d'années lumières de penser que de tels lieux existaient, même si, on nous faisait des topos sur la situation actuelle dans le monde pour qu'on soit au mieux préparé lorsqu'ils nous enverraient sur le terrain. Enfin en entendre parler et le voir, le vivre... C'est juste un gros délire !

J'avais quitté les rues sombres et miteuses de la ville basse pour me rendre au Sanctuaire. Bon faut avouer que niveau marchés de fortunes et souks glauques, il y avait à peu près la même chose, de même pour les ruelles coupe-gorges. Mais le climat n'était clairement pas le même, avec ce désert, ce foutu sable qui te rentre par tous les orifices, c'est à vous en rendre dingue ! Mais quand on sait que c'est une terre « libre », et donc qu'on à plus de chance d'y trouver n'importes qu'elles informations et surtout autant de membres de Liberation que de L'Underground, ça vaut le coup de bouffer l'équivalent d'une plage de sable fin. Du coup j'avais décidé d'y faire un tour, voir ce que je pourrais y dégoter comme matos mais aussi comme infos, après tout le MSS m'avait chargé de plusieurs missions toutes plus ou moins importantes et cruciales, il était temps que je leur montre qu'ils pouvaient me faire confiance et que je valais vraiment quelque chose, ne serait-ce que pour ne pas retourner au camp.

M'infiltrer, quoi de mieux qu'un désert anarchique pour s'infiltrer dans une organisation terroriste ? Mais en attendant de pouvoir provoquer cette infiltration, je louchais sur un magnifique flingue, petit, simple, mais efficace, le genre de gun que tu peux dissimuler n'importe où sur toi et que donc, tu es bien content d'avoir dans les cas désespéré. J'observe autour de moi, histoire de voir où se trouve le commerçant, entrain de parler avec un espèce de nomade balafré, dommage pour lui... Je zyeute vite fait autour de moi, personne ne semble m'avoir remarqué sous la capuce de mon long manteau vert foncé. Je tends la main et saisis en vitesse le petit pistolet, mais avant même de pouvoir tirer pour le ramener discrètement dans la poche de mon manteau, une autre main me l'empoigne et me tient fermement. Et merde !

-Et patron ! Je crois qu'on a un chapardeur par ici !

Visiblement il va falloir que je regarde mieux la prochaine fois, en même temps quand on est plus myope et miro qu'une taupe... Je tire pour tenter de libérer mon bras et filer en vitesse, mais le grand costaud me tient fermement. Va falloir la jouer fine, parce qu'une baffe de cette brute et me voilà bon à voir trente-six mille chandelles.

-Non c'est pas ce que vous croyez, j'allais la payer, je voulais juste la voir de plus près !

-A d'autres! moustique, je vais t'écraser comme un insecte ça t'apprendra.

-Non mais ma maman est malade et mon papa est mort, je voulais juste de quoi les protéger !

-Et toi qui va te protéger hein ? Hahahaha!!

Il avait vraiment un rire gras et sale, presque perverse. Mais il avait raison, j'étais dans de beaux draps, il fallait que je trouve une solution à ce merdier et vite... Une attaque frontale ? Je risquais d'y passer, mais visiblement la discussion n'avait pas l'air de les brancher...
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Certains ont une mauvaise mémoire... D'autres une mauvaise vue. Fort heureusement pour le premier, comme pour le second, ce n'est pas mon cas. Les armes à feu, ce n'est pas spécialement mon truc. Autant dire que ça ne l'est pas du tout, en fait. Je suis bon - Samaël le sait - mais ça ne veut pas dire que j'aime ça. Toujours est-il qu'au Sanctuaire, on n'a pas trop de problème à mélanger les torchons et les serviettes. C'est assez amusant de constater que les étals d'armes à feu et les services de hitman, se trouvent face aux étals médicaux. J'avais besoin d'un truc assez fort qu'on ne trouve pas simplement en pharmacie, ou alors avec une ordonnance en béton, ce qui ne m'était pas vraiment accessible sans une puce. Même s'il m'arrivait de l'oublier, je restais tout de même un fugitif. Et le MSS montrait les dents depuis quelques temps, j'aimais autant me rappeler de faire attention.

Aussi, alors que je négociais un tube d'aspirine de compet, hors de prix mais hors concours quant à son efficacité, j'ai entendu qu'on gueulait. Qui que ce soit ce gamin, si on le chopait en train de voler une arme à feu, c'était une première. Il ment. J'ignore pourquoi il veut cette arme et pourquoi il ne veut pas la payer comme tout le monde, mais je suis à des années kilo lumière de penser que c'est un agent superbement entraîné. Mais surtout... Je suis un grand coeur. Je suis certain que ses mensonges en cachent d'autres plus terribles. Une véritable Mère Teresa. Regardez.

Je tapote l'épaule du type qui tient mon mignon en joue. Quand il se retourne, je lui offre mon plus grand sourire.

"Moi, par exemple !"

"Toi ?"

"Allez, vieux, c'est pas un voleur, je l'ai vu, il tendait la main pour prendre son argent ! Il allait payer. Quoi, tu me crois pas ?"

Le type cligne des yeux.

"Si..."

Et je lui fais un clin d'oeil avec mon plus beau sourire.

"Bah tu vois ? Tout va bien, maintenant, tu peux reprendre ton travail."

Si tout va bien, alors... Le type fusille Oliver du regard et finit par s'en aller, non sans récupérer son arme. C'est pas pour les loustics de son âge.

"Achète-toi des livres et va à l'école, ça coûte moins cher !"

Vous avez vu ? Sans les mains.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Oliver Bishop
avatar
Alors que je me pensais foutu, la Providence m'envoya un chevalier blanc à la rescousse. Sorti de nul part, un homme s'interposa, un sourire aux lèvres contre toutes attentes. Calme et posé, il semble se jouer du grand gaillard. Tout se passa alors si rapidement, en quelques échanges verbaux le problèmes fut réglé. D'un clignement de cil, l'inconnu embobina le vendeur et d'une manière que je ne pus m'expliquer, parvint à le convaincre que je comptais payer ce flingue...C'était impressionnant, terrifiant et surtout fascinant. Le commerçant me fusilla du regard avant de me lâcher et de partir avec l'objet du délit. Je le regardais dépité, ce pistolet aurait vraiment pu m'être utile...Bah je m'en trouverai rapidement un autre à dérobé et cette fois-ci, sans me faire prendre.

Cela me fait pensé que je pourrais m'exercer pour développer ma capacité de localisation...Peut être que je pourrais arriver à savoir quand je ne suis pas perçu par les gens autour de moi ? Ou pas... Enfin avant que je n'aille plus loin dans cette réflexion, le commerçant conclu en s'adressant à moi comme à un gosse de six ans, c'est vexant tout de même !

-Si j'ai l'âge du bac à sable alors toi tu es bon pour la maison de retraite...

Bougonnais-je pour lui rétorqué que j'étais aussi jeune que lui était vieux, c'est à dire pas le moins du monde. Puis me tournant alors vers mon sauveur, ne me préoccupant que de l'observer. Même si un charisme émanait de sa personne, on ne pouvait pas dire que c'était un colosse, mais cette facilité qu'il avait eut à convaincre le commerçant me fascinait et pourrait me servir ! Il fallait que j'en sache plus sur lui. Je ne le lâchais donc plus d'une semelle.

-En faite ? Comment tu as fait pour le convaincre avec trois phrases ? Tu l'as hypnotisé ? Tu dégages une aura envoûtante ou libère une onde sonore qui agit sur le cerveau de ton adversaire ? A moins que ça ne passe par le regard ?

Je me doutais bien qu'avec la réputation des Positifs en ce moment, il allait se montré méfiant. Du coup devais-je me dévoiler à mon tour pour le pousser à la confidence ? C'était un grand risque mais ça pouvait en valoir la peine vu la capacité qu'il avait. D'ailleurs il valait mieux que je me méfie, pas qu'il me fasse avouer mes missions... Pour cela, tant que je ne suis pas fixé, autant ne pas le regarder trop dans les yeux, l'écouter d'une oreille distraite et garder mes distances...

-Tu sais moi aussi j'ai heu comment dire...une particularité...

J'allais pas me dévoiler comme ça non plus, mais peut être qu'en piquant sa curiosité, je parviendrais à gagner du temps pour obtenir quelques infos avant d'en donner à mon tour.
Revenir en haut Aller en bas
Samaël
avatar

A la pointe de l'épée.
Feat. Bogdan Lupescu & Oliver Bishop


Autant le dire simplement, Sam tournait en rond. Les étalages ne lui offraient rien de satisfaisant. Il avait déjà tel objet ou en mieux, il n'avait pas besoin de tel autre article. Au final il faisait son tour du dimanche pour finalement tourner à un coin et poser son regard sur un visage familier aux prises avec un commerçant un poil irrité. Sam esquissa un sourire, croisant les bras en l'observant. Il n'était pas loin aussi avait-il tout entendu et son sourire avait traduit son amusement lorsqu'il avait vu le commerçant changer de ton quand on lui avait assuré que le petit comptait payer. A peine le type s'était-il éloigné, son article à la main et non sans une réflexion agacée, Sam avait commencé à marcher vers eux.

Est-ce qu'on peut parler de coïncidences à ce stade? A quelques mois prés bien sûr, mais le même endroit, la même personne. C'était presque louche. Plus prés il pu entendre ce que disait son jeune ami et ses sourcils se froncèrent. A peine était-il à portée de voix sans avoir à crier pour que tout le monde entende que Sam s’immisça dans la conversation. - Tu parles trop jeune homme. - Etre un positif n'était pas une tare, encore que pour certain si, mais jouer avec le feu et parler comme ça en public, en plein milieu des souks du Sanctuaire, c'était pas vraiment malin. N'importe qui autour d'eux pouvait être un psychopathe extrémiste anti-positif. Autant ne pas plus attirer l'attention sur soit après ce qui venait de se produire, il y avait bien des façons de remercier super Bogdan pour son intervention.

Bonjour très cher. - Avait-il lancé au menteur sur un ton faussement soutenu. Sa tenue à lui devait probablement détonner avec ses souvenirs de la dernière fois, il faut dire que cette nuit là Sam était couvert de sang, pas que le siens, et vêtu comme un gars qui avait trop longtemps marché dans le désert. - Qu'est-ce que vous faites ici tous les deux? - Les pensait-il venu ensemble? Oui probablement. Après tout lorsqu'il était arrivé Bogdan était déjà entrain de jouer au héro qui sauve sa donzelle en détresse.


« That's what we do! We fight for it! We fight for... Things! Like chicken! I love chicken. » - Samaël
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t652-samael-observateur-shifter http://forum.childrenofluxaeterna.com/t657-samael http://ectraconcept.tumblr.com
Bogdan Lupescu
avatar
La plupart du temps, les gens ne reviennent pas sur ce dont je suis capable. Au pire, les filles me demandent de leur offrir la vérité, comme si c'était un privilège qui les rendrait uniques. Je comprends le sentiment... Mais faut pas pousser, non plus... C'est pas comme si je me faisais une faveur... Je vais pas menacer ma vie et me causer des migraines à déraciner des perruques juste pour une fille, vous voyez ce que je veux dire ? Bref, ces trucs qu'on promet aux filles certains soirs d'hiver.

J'aime ce dont je suis capable. Il m'a sorti de sales situations. J'en suis fier, même ! Autant que je le suis des taches sur ma mâchoire. Je n'ai pas traîné avec Abel pendant tous ces longs mois pour ses grands yeux noirs ténébreux qui avaient de quoi percer mon âme... Il avait de la suite dans les idées et j'étais assez d'accord avec. Je veux dire... Allez quoi, je vaux mieux que ça, pas vrai ? Mais encore une fois, faut pas déconner. Pour cette raison, je hausse les épaules aux questions du blondinet. Je me retiens de rire, des fois qu'il le prenne mal, mais le coin de mes lèvres s'étire.

"Hein ? Non, rien, je suis juste très convaincant..."

Peu importe la particularité du gamin, j'acquiesce en posant une main sur son épaule, près à lui dire de prendre le large et de se faire un peu oublier des souks. On aime pas beaucoup les voleurs par ici. Et puis j'entends la voix de Sam par-dessus mon épaule jusqu'à ce qu'il trouve à nos côtés. Je souris nettement moins, pour le coup. Ce gars, c'est les mauvaises nouvelles dans mon premier café de la journée. Cependant, je dois admettre qu'il a raison. Le fait est que Oliver parle trop. Et trop fort.

Je regarde Samaël, comme s'il était mon meilleur copain et je grimace.

"Sérieusement, mec, t'as quel âge ?"

'Très cher' ? Vraiment ? Qui parle encore comme ça de nos jours à part les Anglais ? Et pour ce qu'il en reste des vrais, des originaux, des natifs... Se pourrait-il que j'ai mis la main sur l'un de ces rares spécimens ?

"Je faisais ma quête de drogue pour la semaine. Toi ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sam/Oliver/Bogdan] A la pointe de l'épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ZONES DE NON DROIT :: Le Sanctuaire-