2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [MISSION - Terminée] [Garin] Mission Improbable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Garin DeLyons
avatar
Octobre 2075

Inventaires:
 

Même si Hyun en savait plus que moi, il n'en a rien dit, bien sûr. Il nous a garés une rue plus loin et pendant qu'on vidait le coffre pour prendre notre sac, j'ai fait de l'humour.

"Ton père m'aime pas en ce moment."

Hyun m'a lancé un de ses regards qui laissent entendre qu'il n'en avait rien à foutre, mais j'ai continué.

"Je te jure, il m'a appelé Monsieur. Quand il utilise mon nom de famille, c'est toujours pas bon. Non, j'ai pas raison ?"

Il a soupiré en refermant le coffre. Faut reconnaître que les excuses, c'est pas mon domaine. C'est sûrement ce qui lui a laissé penser que je disais que de la merde.

"J'aimerais savoir ce que j'ai fait, pour pouvoir m'excuser, tu vois ? Je veux dire, si j'ai marché dans la crotte de son Chihuahua et que j'ai laissé une trace de pas sur son carrelage tout blanc, faut que j'appelle le service d'entretien, tu crois ?"

Hyun a balancé sa sacoche sur son épaule puis il a tourné les talons pour remonter la rue. Je l'ai imité en haussant une épaule.

"Parce que bon, qu'on soit clairs, me foutre à quatre pattes sur le carreau pour astiquer ses pompes, c'est pas trop mon truc... Les microbes, tout ça..."

A la lecture des plans, on a préféré passer par l'arrière du bâtiment. On aurait pu prendre la grande porte, mais on n'était pas sûrs que tout le monde soit  vraiment absent. Les scientifiques, ça regarde pas beaucoup sa montre pour juger de l'heure de départ. A se demander s'ils font la différence entre le jour et la nuit. Je me suis souvent posé la question... Bref, on a préféré lé jouer safe. Parce qu'on est pas des kikis non plus.

En approchant de la porte donnant sur les déchets, sur le côté du bâtiment, Hyun s'est arrêté pour vérifier les caméras de surveillance vidéo. Avant de traverser la rue, il voulait s'assurer qu'il n'y avait aucun drone en approche.

Je voulais partir seul, à la base. D'abord parce que j'en ai pris l'habitude et ensuite parce que Hyun a la mauvaise habitude de regarder tous mes mouvements et que ça me lourde. Mais le MSS l'a désigné car il est leur scientifique le plus billingue. En d'autres termes, il n'était pas mon agent de liaison, cette fois. Il était mon équipier, celui qui transporterait les analyses pendant que je casserais des murs.

"Et s'il y a quelqu'un, on fait quoi ?"

J'avais eu pas mal de chances sur mes dernières missions. L'Arabie face à la CIA, le Codex face à... ma copine. Mais cette fois, c'était une vraie mission, je n'étais plus à l'essai. J'étais là pour rapporter quelque chose au MSS, à l'ennemi que je croyais combattre quand ma vie a changé. D'ailleurs, je m'étais fait faire un tatouage, quelques jours plus tôt, ça me démangeait rageusement sous le frottement de ma ceinture, au niveau des reins et des hanches. Maintenant que je savais rendre ma peau souple et accessible aux aiguilles, j'en ai profité. Sky ne l'avait pas encore vu, mais celui-ci... Je savais que je pourrais lui donner la signification.

"On ne tue personne."

J'ai acquiescé avec les sourcils hauts.

"Entendu, c'est toi le boss. Mais je t'avouerais que ça me chiffonne, j'ai pas refroidi mon américain matinal..."

Il a soupiré, j'étais assez en forme, faut l'admettre.

"Bon sang, Garin..."


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Nous deux agents s’avançaient dans la pénombre du bâtiment, esquivant les lumières du parking, de la rue et du petit espace verdoyant entourant le laboratoire.
Ils avaient quand même attendu la nuit pour dissimuler leur forfait mais comme le dit si bien la légende, un scientifique ça ne dort jamais. Ca boit trop de café, mange du donuts ou des bonbons et va se siffler un pot après le travail du genre « hey John on a découvert comment éradiquer la vérole, si on allait se boire une bière ? » mais revient toujours après parce que « hey John on se retrouve au bar, j’ai oublié un dossier super urgent pour lutter contre la syphilis sur mon bureau ». En général c’est à ce moment que le tueur se fait repérer et se doit de se débarrasser de ce témoin gênant en laissant des traînées de sang sur les murs et…. Hum *kof kof*. Bref.
Donc les deux agents n’avançaient même pas courbés en courant comme dans les films. Ils marchaient prudemment et Hyun dessina une petite croix mentale sur le dos de sa main pour se souvenir d’intégrer un bâillon boule à la cagoule de Garin pour la prochaine fois.
Aucun drone en perspective.
Le coin était désert et en fait, à part ce laboratoire, il n’y avait franchement rien de bien intéressant dans le quartier. Etant donné qu’il ne s’agissait même pas d’une succursale de la Waleman, tout le monde se fichait bien de ce qui pouvait se passer à l’intérieur. Certainement rien de secret qui méritait l’attention du MSS. Oh wait…
Toujours est-il que la sécurité environnementale était minimale pour ne pas dire inexistante.
Hyun utilisa les fonctions ultra-sophistiquées de ses lentilles mais ne repéra pas de caméras de là où ils étaient, si ce n’est devant l’entrée principale. L’œil de l’appareil n’était d’ailleurs même pas dissimulé.
Toujours aussi prudent notre Chinois (qui en fait n’en était pas un comme on l’a dit dans un épisode précédent mais si vous l’avez manqué, pas d’inquiétude, l’intégrale de la biographie de « Moi, Hyunjune, faux chinois mais vrai agent » devrait sortir bientôt dans toute vos librairies préférées), il était restait quelques instants à observer les fenêtres du bâtiment et la sortie principale pour repérer du mouvement. A priori, les employés avaient bien profité de leur day off.
Dernier coup d’œil à la rue, rien à droite, rien à gauche, pas de caméras non plus, les deux agents se sont glissés comme des chats sur le flanc du bâtiment près de la porte d’évacuation des déchets.
De ce qu’ils en percevaient encore à distance, elle était fermée par une serrure à digicode. Une large porte en métal avec une poignée centrale avec un petit panneau indiquant de ne pas gêner le passage « please », stationnement interdit (des fois que vous seriez assez con pour bouder le vaste parking adjacent et vous garer juste là pour… faire chier.)
En fait tout était calme et tout laissait suggérer que pénétrer dans le laboratoire serait facile. Le plus dur serait de trouver le produit parce que la liste des indications… voilà quoi… paye ta misère.
Et tandis que Hyun se faisait cette réflexion et que Garin l’avait enfin fermé, la lumière s’alluma !
Nos deux agents furent pris dans le feu des projecteurs, tels deux acteurs sur un plateau de tournage.
Parce que oui ! Chez Icare on se fout de la sécurité, mais voir où on met les pieds quand on sort du bâtiment la nuit (ou quand on y revient pour le dossier super important), c’est primordial. De fait, la sortie était équipée d’un éclairage à détection de mouvement.
Le bon côté des choses, c’est qu’ils verraient bien clair pour forcer la serrure digipass.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
"Tu vois, toi tu m'appelles même pas par mon nom ! Je le saurais si t'étais en colère contre moi pour quelque chose."

"Ca, c'est parce que tu me mets toujours en colère."

"Oh ! Ca, c'est trop gentil, ça me va droit au coeur."

J'ai regardé Hyun traverser, un sourire en coin, et je l'ai suivi. Oui, ça m'amusait. On a regardé en hauteur mais la voie était libre. C'était tellement calme que ça donnait envie de faire du bruit. De mon point de vue, ce n'était qu'une routine. Nous étions bien équipés, l'endroit était désert, nous avions toute la nuit pour mettre la main sur ce truc, peu importe ce que c'était...

Et puis, j'ai fait un pas de trop et la lumière s'est allumée, comme en plein concert dont j'étais le bassiste. Mon coeur s'est arrêté et je me suis figé, à moins d'un mètre de Hyun qui a eu exactement la même réaction que moi. On a tendu l'oreille en regardant autour de nous, mais... Rien. Absolument rien. C'était toujours silencieux, à croire qu'un mort allait surgir sur nos pompes. Mon coeur s'est remis à battre et j'ai dégluti. D'une voix blanche et basse, j'ai grogné.

"Ca va encore être ma faute, tu vas voir."

"Chut."

"Yokay..."

On a attendu là quelques secondes, encore, que la porte s'ouvre, que quelqu'un surgisse avec une arme... Hyun est revenu sur nos pas pour vérifier la rue. Un regard à la lumière en plissant les yeux et j'ai remarqué la plaque photosensible. J'ai soupiré et me suis approché de la porte et du digicode. A force de voir Sky faire, j'avais fini par prendre la même habitude de me balader avec des sucreries dans les poches. Hyun machouillait toujours son chewing-gum quand il ne pouvait se contenter de chips, mais ce n'était pas tellement ma came. J'ai sorti une sucette et je l'ai collée dans ma joue pour poser ma montre sur le digicode. Je me suis même mis à marmonner une chanson que j'avais entendue à la radio dans les cuisines le temps du déchiffrage.

Comme je le disais... Juste une sortie de routine.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Jet de dés #1 :
D100 : 30%

Pas de bruits pas de mouvements.
Hyun scrute la rue mais rien.
Garin a repéré la cellule de détection et en a rapidement conclu qu’il s’agissait juste d’une action automatique, rien qui n’ait à voir avec une alarme. Le soir tombait vite en hiver et les employés devaient avoir besoin de lumière au moment de sortir les poubelles avant de partir.
En quelques secondes la montre débloque le digicode dont la petite diode passe au vert. Il suffit de pousser sur la poignée pour pénétrer dans le bâtiment.
Garin en premier, Hyun sur ses talons, ils arrivent dans une petite pièce non meublée et propre quoiqu’odorante. De larges containers vides sont alignés sur leur gauche
Sur leur droite une première porte.
Devant eux, une seconde.
Aucune ne semble fermée par un système complexe.
Garin repère une large grille de ventilation dans l’angle du plafond sur sa gauche, juste à côté de la porte par laquelle ils ont pénétré dans le bâtiment.
Dès que le battant de métal se referme derrière eux, la pièce est plongée dans le noir.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de 100' : 46


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Une fois dans le bâtiment, je me suis tu. Je veux dire, le travail, c'est le travail, vous êtes d'accord. Et contrairement aux apparences, je suis un mec plutôt sérieux. Je vous assure que c'est vrai. Hyun est passé devant moi dans la pièce étroite et il a posé sa main sur la poignée de la porte jusqu'à ce que le battant se referme derrière nous. Hyun avait cette couleur mi chaude mi froide dans mes lentilles, c'était marrant, à croire que ce type était vraiment imperturbable, même en situation de stress. Je me suis souvent demandé quelle couleur je pouvais avoir en vision thermique.

J'ai scruté la pièce, jouant avec la boule de sucette dans ma bouche. C'était pas mal de savoir qu'il y avait une ventilation qui donnait jusqu'ici. Une fois de l'autre côté de la porte, j'espérais en voir la continuité, pour savoir dans quel pièce je pourrai le rejoindre. Règle #22 : 'When in doubt Know your way out'.

Il a compté sur ses doigts et quand il a brandi son pouce, j'ai fait un pas vers la porte qu'il m'ouvrait. J'ai fait glisser la boule de sucette dans mon autre joue et j'ai marché vers l'extérieur, l'arme au poing et les yeux levés vers les plafonds à la recherche des caméras.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
HJ : Quelle porte ? y'en a deux. Celle qui donne sur le couloir ?


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
(Ah oui pardon ! Celle du couloir !)


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
L’endroit est calme.
Le long du couloir, différentes petites Led marquent le chemin au sol. Dans les lentilles thermiques, elles apparaissent en surbrillance.
A droite des salles d’analyses. A gauche une autre.
Chacune est équipée d’un hublot qui permet de visualiser l’intérieur ou de voir si quelqu’un s’apprête à ouvrir la porte quand vous arrivez les bras chargés. Autant limiter les accidents domestiques dans un laboratoire.
Garin peut remarquer que la ventilation continue en hauteur de plafond sur sa gauche, passant certainement dans les salles fermées du côté-ci du bâtiment. Pas de caméra de surveillance visible. Vu le peu de soin accordé à la dissimulation de celle sur l'extérieur, c'est qu'il n'y en a sans doute pas.
Le silence règne.
Tout est envahi par la quiétude. Tout ? Non ! Un petit espace résiste encore et toujours à l’envahisseur, un peu plus loin sur la droite. Une lumière crue s’échappe du hublot de contrôle. En consultant le plan, ils verront qu’il s’agit de la salle Froehn.
Visiblement tous les savants fous ne sont pas chez Hubert pour manger son hamburger d’anniversaire. C’était prévisible n’est-ce pas ?
Ce qui l’est moins, c’est le soudain ronron perpétuel de tout bâtiment qui s’arrête. Le genre de bruit permanent auquel on n’accorde plus d’importance. Et en même temps ? Plus d’électricité.
Seules les Led persistent et les indications fluorescentes de sortie de secours.
Le temps suspend son vol, chacun retient son souffle.
La porte de la salle s’ouvre alors prudemment.
Dans les lentilles thermiques apparait une silhouette humaine qui se tient sur le pas de la porte du labo.
« C’est pas vrai…. » Soupire une voix féminine. Se guidant à l’aide des petites lumières persistantes, la silhouette se dirige vers le fond du couloir, à l’opposé des deux agents du MSS.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Je m'avançais à pas de loup, assurant la sécurité pendant que Hyun vérifiait les hublots. Je sais pas lequel de nous deux l'a entendu en premier, mais on a levé les yeux au plafond, comme si le ronronnement venait de là. Entre la lumière et ça, c'était comme si une présence nous suivait. J'aimais pas beaucoup ça. Sans électricité, on pouvait espérer aussi pas de caméra pour nous prendre par surprise. Cet endroit, on aurait dit de la purée de pois.

Quand j'ai vu la femme sortir, je me suis figé et j'ai cessé de respirer, mais elle ne semblait pas nous avoir vus. Elle partait même dans le sens inverse. En fait, elle prenait surtout la direction que je voulais. Ok donc la routine devenait un peu pète-noix. Rien que je ne puisse pas gérer jusque là. J'ai attendu qu'elle disparaisse et j'ai continué à avancer, Hyun sur mes talons.

J'y voyais un avantage à avoir quelqu'un dans le bâtiment. Ca nous éviterait de chercher trois plombes... Hyun se montrerait très convaincant et BOOM, le produit qui pète et raus, à la maison... Dans mon lit tout chaud qui me manquait. Entre le restaurant et le MSS, je me cognais des journées de cadre, payé comme un technicien de surface ! Je suis sûr qu'ils se vengeaient de quelque chose. Sûrement de mon insolence. Mais c'était bien quelque chose qui me poussait à continuer, pas l'inverse.

Je visais la chambre froide, sur la droite du couloir. Tout ce que j'espérais, c'est que ce n'était pas son chemin. Si, par chance, on pouvait se contenter de prendre le bousin et de rentrer chez nous, sans être vus ?

... Ouais, bon d'accord, j'ai un facteur chance limité.

Hyun est passé devant moi. Si la femme revenait sur ses pas, il l'attendrirait à sa manière, un sourire, un faux accent de chinois perdu et il lui dirait de rentrer à sa maison retrouver ses enfants et son chéri... Mais, avec prudence, je me suis calé dans le renfoncement des murs, juste avant la salle que la femme venait de quitter.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Elle n’est pas allée jusqu’au bout du couloir. En Fait, elle a tourné à gauche, en direction du Sas. Pas besoin d’avoir des oreilles ultra-soniques pour comprendre qu’elle est entrée dans le Bureau du personnel technique.
Hyun s’assure du trajet de la jeune femme et de ce qu’elle fait pour intervenir dès que possible, tout en restant à couvert juste avant le croisement.
Garin de son côté vise directement la chambre froide.
Qui est hermétiquement close.
Forcément, si tous les appareils électriques se sont arrêtés avec la perte de l’électricité, il en va de même pour les fermetures électroniques. Imaginez la chambre froide comme un grand frigo qui peut assurer un peu d’autonomie pendant quelques heures, le temps que le dépannage électrique soit effectué. De fait, la porte se ferme hermétiquement pour conserver la température.
L’homme sucette se creusait les méninges pour trouver une solution (parce que oui, un produit qui doit être réfrigéré est forcément dans la chambre froide).

Jet de dés #1 :
Echec : Garin

Au bout du couloir, un mouvement subtil, comme une ombre dans le champ de vision, attire aussitôt l’œil en alerte de Garin. Mais à peine comprend-il qu’il ne s’agit pas de la femme qui est dans une autre salle, qu’une grenade dégageant une fumée blanche roule au sol dans leur direction.
Au même instant, l'électricité revient.
Le hublot de la salle Forehn éclaire soudainement cette partie du couloir.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Protégé dans mon renfoncement de murs, j'ai laissé mon nez dépasser pour m'assurer que le couloir était désert. J'ai attendu que la femme tourne, Hyun à quelques mètres devant moi, près d'une porte juste avant le couloir menant au bureau technique (ou d'une fenêtre, je pense que c'est une porte). Je suis sorti de ma "cachette" une fois la voie dégagée, visant la chambre froide, mais je n'avais pas atteint la hauteur de Hyun que j'ai aperçu quelque chose dans le fond du couloir.

J'ai froncé les sourcils et Hyun m'a observé, se demandant pourquoi je m'arrêtais subitement. J'ai vu un objet dégageant quelque chose m'arriver droit dessus. Quand la lumière a frappé le couloir, j'ai écarquillé les yeux. Je n'ai pas réfléchi, je n'avais pas envie que le gaz - peu importe ce que c'était - m'atteigne, j'ai tourné les talons et je me suis engouffré dans la salle Froehn anciennement occupée par la femme. Elle était éclairée alors il n'y a pas de doute qu'on m'aperçoive, mais on m'avait déjà remarqué pour m'envoyer une fumigène !

Hyun a pris refuge dans le couloir dans lequel la femme avait tourné. Je n'aimais pas spécialement qu'on soit séparés, mais je savais qu'il pourrait gérer la laborantine si elle devenait dangereuse. L'avantage étant que même séparés, on restait en liaison via notre oreillette. J'ai glissé contre le mur pratiquement jusque dans le coin de la pièce et j'ai jeté un rapide regard aux alentours avant de brandir mon arme vers la porte ouverte, tournant la sucette de l'autre côté de ma bouche. J'ai régulé ma respiration en restant concentré, espérant que ce p'tit con viendrait me chercher.

A voix basse et calme, j'ai parlé à Hyun.

"La prochaine fois, j'organise la fête, je te garantis que tout le monde aura vidé les lieux pour venir s'amuser plutôt que de s'enterrer vivant ici."


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Et tout s’enchaina rapidement.
Dans un réflexe [modeMJvendue]trop trop extraordinaire que ca c’est de l’agent que c’est pas du kiki et même que cay mon chouchou namoi[/OFF], Garin s’engouffre dans la pièce d’où sortait la scientifique quelques minutes plus tôt.
La salle est petite. Deux paillasses, un bureau avec un ordinateur. Sur l’une des tables d’analyses un holo-portable continue de ronronner. Il n’a pas eu à subir de reboot, visiblement tournant sur une batterie autonome.
Des papiers étalés, un stylo posé avec négligence et un autre holo-écran mais celui-ci relié à l’alimentation générale. Certainement une interface du laboratoire.
Il semblerait que la jeune femme ait laissé en plan son travail.
La porte n’est pas hermétique mais elle fait suffisamment barrière pour que le gaz pénètre dans le local qu’en quantité négligeable en se glissant sous le pas de porte.
Les yeux qui grattent, la gorge comme du papier de verre… pas de doute, un vieux bon gaz lacrymogène des familles, du genre qu’on balance encore dans les manifestations quand Libération fout pas son bordel. Garin en est à l’abri tant qu’il reste à distance du couloir.
Ca risque d’être plus chaud pour Hyun du coup s’il ne trouve pas rapidement une.
L’angle du couloir ne le protège pas du gaz, tout juste lui accorde-t-il quelques secondes.
La laborantine choisit ce moment pour sortir du local technique et tomber sur… un homme tout en noir, tenant une arme à la main et qui la regarde avec des pupilles qui brillent dans le noir.
Ca suffit à lui foutre la trouille de sa vie et l’oiselle pousse un cri à réveiller les morts… avant de commencer à pleurer et à tousser. Son instinct la pousse à fuir le chinois mais assez intelligemment, elle ne revient pas sur ses pas. Elle semble vouloir se diriger vers le Sas.
Tandis que Hyun commence à sentir les effets du gaz lacrymogène, deux silhouettes surgissent de l’extrémité du couloir.
Des professionnels. Ou alors ils ont tous le même couturier. Ou bien... le noir est à la mode. Sauf que eux ne portent que des bonnets noirs surmontant de légers masques à gaz high tech, du genre minimalistes mais ultra efficaces.
La plus massive des silhouettes se dirigent tout droit sur la salle dans laquelle s’est réfugié Garin. La plus menu lève la main tenant un pistolet avec silencieux. La présence de la jeune femme semble la surprendre, laissant le temps à Hyun de réagir.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Ok, je fais du piano. Ca, y a que Hyun qui le savait. Et Angela. Même Sky le savait pas mais parce que je me voyais mal l'emmener à un concerto dans le plus bel opéra de Chicago. Non, vraiment. Ca l'aurait faite chier. Curieusement, j'aurais savouré le truc à la moindre note, mais hey, ça c'est moi. Elle aimait les lames ? J'aimais les touches longilignes noires et blanches. Chacun son instrument. Mais y a un autre truc auquel je suis bon et je l'ai toujours été. Parce que ouais, avant d'être un agent de la Candidat de la CIA hors pair *tousse* j'ai été un adolescent comme Buffy. Ouais bon ok, mauvais exemple, mais vous voyez e que je veux dire. Non ? Ce que je veux dire c'est que j'en ai passé des heures à cuver ma transpiration sur le canapé en cuir de mon meilleur ami quand j'avais entre 10 et 17 ans. A jouer à des jeux vidéos. C'est un amour qui ne m'a jamais quitté, d'ailleurs, c'est ce qui faisait que j'étais plutôt pas dégueulasse aux entraînements. Vous voyez pas le rapport ? J'y viens, ça va, je peux parler de moi deux secondes ?

Donc, j'étais là, sans réponse de Hyun dans mon oreille, ce qui m'inquiétait. Et sans arme. Je ne connaissais pas l'équipement de ces gars, je ne savais même pas ce que c'était. J'ai donc fait l'inventaire de mes munitions dans ma tête, la sucette roulant contre ma langue à une vitesse folle, comme un ordinateur qui compile face à une grosse base de données importée. D'une main rapide, j'ai éteint la lumière et j'ai pris couverture derrière l'une des paillasse. En glissant au coin de celle-ci, j'ai attrapé le stylo de la femme au vol, avant de m'accroupir, un oeil dépassant des pieds.

Donc, les jeux vidéos. J'ai toujours été très compétitif, dans le genre, je supporte mal de perdre. Et quand je joue, c'est pour gagner. Autant dire que l'histoire, je m'en cogne pas mal, je joue toujours sur les modes difficiles parce que plus que détester perdre contre les copains - contre Hyun ici - je hais perdre contre un ordinateur. C'est ma façon de le défier. Et comme je suis un mec prudent, j'aime aller directement au corps à corps. Pourquoi ? Pour économiser mes munitions et les garder quand ma vue est dégagée et que je sais que je n'aurai besoin que d'un coup pour réussir. Maintenant, pourquoi le stylo ? C'est là que ça devient challenge...

A peine j'ai entendu la femme crier puis se taire - Hyun avait dû plaquer sa main sur sa bouche et je l'ai entendu lui dire de se taire, parce que Hyun est un foutre dieu gentleman qui pipe pas une grossièreté - honnêtement moi je lui aurais dit de fermer sa gueule et de me laisser bosser - j'ai armé mon canon du stylo. Avec ma vision nocturne, c'était tout ce dont j'avais besoin. Est-ce que ça allait marcher ? Alors là, aucune idée, mais à cause de mon pouvoir, j'avais gagné une certaine confiance en moi. Et puis en Hyun bien sûr, quoiqu'un peu trop, même.

J'ai secoué la tête et me suis frotté les yeux du poignet avant de viser la porte... Et la tête du gars qui viendrait me faire coucou. #LaraCroftStyle. Un autre mauvais exemple ?

Quant à Hyun, l'hésitation lui a suffit, il était assez proche pour savoir ce qu'il voyait. Seul bémol, à cause du gaz, il n'était pas certain de réussir à viser proprement. Alors il s'est contenté de son pouvoir, incitant le mec qui le tenait en joue de vider son chargeur sur le digicode d'entrée de la chambre froide. Je l'ai dit : gentleman qui ne veut aucun cadavre derrière lui. Moi, je n'avais pas l'intention de faire tant de sentiments, je vous le dis !


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Hyun n’a pas vraiment le temps d’empêcher la jeune femme de crier. De toutes manières la silhouette savait déjà où les trouver.
La scientifique s’est mise à tousser et à pleurer puis a pénétré dans le sas en courant par une double porte battante pare-feu et relativement hermétique sans poignée.
L’agresseur a marqué la seconde d’hésitation qui a évité au chinois la balle dans la tête. Seulement tout se passe vite et il est clairement gêné par le gaz. Il a beau être un exemple de zenitude, quand votre corps est agressé, il entre automatiquement en état de stress. Le gaz lacrymogène lui tire les larmes des yeux et l’irritation de sa gorge lui est difficilement combattable. Il sait que s’il commence à tousser, il ne pourra plus s’arrêter.
Il lui faut donc une grande force de volonté pour éviter d’être une cible, lutter contre le gaz et se concentrer sur son pouvoir, tout ca en même temps.
Hyun laisse tomber la femme. Vif comme l’éclair il se laisse glisser près du sol pour éviter le tir de l’agent.
La balle fuse et va se ficher dans le mur, manquant sa cible d’à peine un centimètre.
Le gaz étant léger, Hyun gagne quelques secondes supplémentaires en restant près du sol. Il se concentre…

Jet de dés#1 :
Succès Echec : Il parvient à suggérer à la silhouette de décharger son arme mais dans le vide. Les balles s’incrustent dans les murs du couloir.

De son côté Garin la joue nouveau MacGyver. Filez lui un carré de chocolat et une corde à sauter, il vous fait sauter le labo.
Il n’empêche que le stylo à un diamètre suffisant pour prendre la place d’une fléchette.
La porte s’ouvre prudemment et il n’en perçoit que le frottement sur le sol. La lumière éteinte ne lui empêche pas de voir la scène, ses lentilles s’adaptant directement à la situation.
Seulement visiblement, ca ne gêne pas non plus la silhouette qui ne fait pas cas de ce qu’il se passe derrière elle dans le couloir. L’arme en premier, elle pousse légèrement la porte et s’assure du bout de son canon que sa cible n’est dans aucun des angles morts. Un professionnel. Ca ne fait aucun doute.
La silhouette s’accroupit pour pénétrer dans le labo, refusant d’offrir à son adversaire une visée parfaite, auscultant chaque recoin prudemment. Grace à la vision thermique, Garin peut constater qu’elle est aussi bien protégée que lui. Seule la tête et les bras sont à la merci de son stylo. Il va donc falloir qu’il vise pour faire mouche et se découvre un peu plus pour bien voir.

Jet de dés #2 :
Echec Succès : Le stylo part et se fiche directement dans la tête de la silhouette et rebondit sur son crane non sans lui laisser une belle balafre.

Sous le coup, la silhouette pousse un grognement et porte sa main libre à sa blessure, se demandant bien ce qui a pu lui infliger ca. Elle comprend presque instinctivement d’où est provenue l’agression et déjà son arme pointe en direction de Garin. Mais le temps qu’elle a mis à le faire à laisser le temps à notre agent de mettre en œuvre sa prochaine stratégie.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Pendant que le gars tirait, Hyun n'a pas tardé. Il a tendu sa jambe pour entraver la silhouette en tapant dans ses chevilles. Avec son chargeur vide, il n'aurait plus qu'à lui faire une ou deux prises pour l'assommer. Et lui piquer son masque. Dieu sait combien de gaz ils allaient nous enfumer.

Quant à moi, j'étais plutôt content, j'avais réussi mon effet, je n'en demandais pas plus. Mais une stratégie, aurait-il encore fallu que j'en ai une. J'aime aussi beaucoup improviser. Le stylo ayant eu l'effet escompté, il lui a suffit de lever la main vers sa "blessure" pour me donner juste ce dont j'avais besoin : deux secondes de latence. Je n'ai pas bougé d'un millimètre, sauf pour baisser mon arme de 4cm, suffisamment pour lancer une fléchette dans son cou. Je savais que celle-ci n'aurait pas un effet immédiat alors je ne me suis pas non plus reposé sur mes lauriers.

Quand il m'a visé, maintenant que j'étais à découvert, j'ai attrapé son poignet qui tenait l'arme et j'ai serré fermement - en lui évitant de viser mes côtes et quoi que ce soit qui m'appartienne, en fait - et j'ai lancé ma tête contre la sienne en le tirant en plus par le bras. Je savais que même sans mettre mon pouvoir à l'oeuvre, j'avais naturellement la tête dure.

Une sortie de routine, hein ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
L’agent adverse semble lutter contre la volonté de Hyun mais en vain. Ce dernier ne cherche pas non plus l’affrontement mental et relâche sa prise dès qu’il peut assurer le combat au corps à corps. Ce qu’il fait.
D’un mouvement latéral des jambes il met sa cible à terre à son tour mais cette dernière offre une résistance inattendue. Il semblerait qu’elle sache se battre elle aussi. Le Chinois comprend à la maîtrise et à l’équipement qu’il a affaire à un vis-à-vis aussi entrainé que lui et certainement aussi bien équipé.
Hyun reconnaît les techniques du krav-maga. Sa maîtrise en art martial est mise à rude épreuve.

Jet de dés #1
Succès Succès : Mais le chinois est juste une bête de combat surentrainée. Non seulement il reprend le dessus sur sa cible mais parvient à l’assommer d’une manchette.

Son adversaire sur le carreau, le chinois s’équipe de son masque. Il respire de nouveau clairement et ce n’est pas pour lui déplaire.
Sous l’équipement, Hyun découvre un visage féminin.

Garin ne perd pas une seconde. Il arme, relève son bras et tire la fléchette. Cette dernière ne manque pas sa cible à cette distance et se fiche directement à la base du visage de la silhouette. Son adversaire s’empare de la petite flèche et pousse un grognement de frustration quand il comprend. Mais là encore, c’est un adversaire entrainé et il devine que Garin va venir au corps à corps. Il met à profit la seconde nécessaire à l’agent du MSS pour se rapprocher, et roule sur le flanc, arme au poing.
La balle fuse.

Jet de dés #2 :
Double Echec : la balle fuse et son adversaire ne rate pas un éléphant dans un labo même sans lumière. Garin qui tendait la main pour attraper le poignet de la silhouette prend la balle dans l’avant-bras.

La faute à pas de chance pour une petite expédition Club med ! Son adversaire espère profiter de sa seconde d’étonnement pour se remettre sur ses jambes, mais quand il croit le faire, elles se dérobent sous lui. Impossible de se tenir debout.
Il tend de nouveau le bras, prêt à faire feu de nouveau mais son environnement semble tanguer. Il a beau lutter, il n’est même pas certain de parvenir à toucher Garin tant son bras lui semble lourd et malhabile.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Une fois remis de ses émotions et le coeur battant, Hyun s'est autorisé à respirer plus convenablement. Un homme ou une femme, ça ne faisait aucune différence pour lui. Il l'a fouillée sans vergogne à la recherche de pass et autres clés... Et il s'est servi de son stylo magique pour lui lier les mains dans le dos avant de la transporter dans le local technique juste à côté. Est-ce qu'il a pensé à moi ? Non... A dire vrai, pendant que j'occupais l'attention de notre pote, lui, il s'est porté vers la chambre froide. Le plus vite on sortait de là, le mieux c'était.

"Garin ?"

Quand j'ai senti la balle s'enfoncer dans mon avant bras, ma peau ralentissant le projectile, j'ai pas pu m'empêcher de pousser un grognement. Je savais que mon état naturel empêcherait les dégâts, mais la douleur restait la même. Pour se défendre, ma peau s'est durcie autour de la balle, en la faisant prisonnière. L'avantage de ne pas ressentir la totalité des sensations, c'est que ça me faisait sûrement moins mal que ça n'aurait dû, même si la blessure conservait sa gravité. Encore qu'une balle dans le bras, honnêtement, je m'en fichais. J'avais connu bien pire !

"Deux secondes !"

En me relevant, j'ai à nouveau cogné son poignet pour le faire dévier.

"On t'a jamais dit que c'était très impoli..."

J'ai envoyé mon pied dans sa tête pour le faire chavirer sur le dos.

"De poser un lapin à son boss ?"


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Sur la femme il n’a rien trouvé si ce n’est un matériel quasi similaire au leur. Pas de papiers d’identité, pas de pass. Rien.
Une fois son corps calé dans le local technique, il s’approche du grand frigidaire. Ce dernier n’est pas verrouillé. A priori il ne contient rien de secret défense, juste les potions magiques qui ont besoin d’être maintenues au frais.
Seulement c’est pas non plus une glacière de pique-nique et sur les trois parois de la pièce froide s’allongent des étagères pleines de fioles, tubes, boites, etc.
Il va falloir faire un tri sélectif et ca risque de prendre du temps.

De son côté Garin s’apprête à faire la démonstration de ses talents de combattant à l’autre agent mais l’anesthésiant commence à faire son effet. Il note lui aussi que l’autre sait se battre. Il anticipe ses coups, tente de les parer et se mobilise efficacement. S’il n’était pas groggy, surement qu’il aurait eu à en suer autant que le chinois. Le coup de pied dans la face assomme son adversaire qui était sur le point de s’effondrer de lui-même dans un profond sommeil.
Garin en profite pour faire le point et retrouver son souffle.
Alors qu’il se tient debout, envisageant la suite des opérations, l’alarme à incendie se déclenche et une pluie froide lui tombe dessus. L’ensemble du laboratoire est arrosé.
Garin et Hyun comprennent alors qu’ils ne leur restent que 15 minutes maximum avant que les pompiers et les flics ne débarquent.
Ce que comprend aussi le chinois, c’est que la laborantine, malgré les circonstances, a eu de la suite dans les idées. L'eau entraînera le gaz avec elle, libérant le couloir.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
"Ouais, t'as raison. Fais dodo."

La sucette dans ma bouche s'était cassée entre mes dents quand j'avais pris la balle. J'ai fini de la croquer et bizarrement, le sucre m'a fait du bien. Au coeur, pas au corps. Mon corps était au-delà du sucre, à moins qu'il s'en foute. Mais je me faisais une note personnelle à moi-même de remercier Sky pour cette brillante idée. Comme Hyun, j'ai fouillé mon bonhomme qui, au toucher, semblait bien costaud. J'étais presque étonné que la fléchette ait été si efficace. Si une petite voix ne réclamait pas l'économie de mes fléchettes, je lui en aurais mis deux. Bien sûr, ça aurait été inutile mais... Comme quoi, les apparences.

"Tout va bien ?"

Hyun avait fait un choix. Le produit ou la femme. Bien sûr, c'était un choix qu'il allait vite regretter. Ou pas. Il dit tout le temps que ça l'intéresse pas, qu'il n'a pas de futur, qu'il ne se voit pas dans le futur, qu'il ne comprend que le présent, bla bla bla... Mais une femme, innocente, qui plus est, il lui donnerait le bon dieu sans confession. C'est très agaçant quand on sait que les plus machiavéliques... Et bah ce sont les femmes. J'ai grimacé en passant la main sur mon bras.

"Je vais survivre. Toi ?"


"Je ne crois pas que ces types soient de la maison."

"Tu penses qu'on est encore deux sur le même truc ?"

"J'en sais rien, mais il y a quelque chose de bizarre. Reste sur tes gardes."

J'ai soupiré en acquiesçant. J'étais toujours sur mes gardes. J'ai récupéré le masque pour le mettre sur mon visage. C'est quand j'ai voulu sortir de la pièce pour rejoindre Hyun que l'eau m'a pété au-dessus de la tête. Je HAIS l'eau. Nous n'étions pas seuls, aussi le masque protégeait mon visage. Même si le gaz se dissipait, je ne m'en suis pas débarrassé. Je suis revenu dans le couloir, arme au poing. J'ai vérifié à droite, puis à gauche avant de m'avancer. Pour couvrir le bruit de l'eau, j'ai haussé d'un ton.

"Les pompiers seront là d'une minute à l'autre !"

"Couvre mes arrières !" Et après une ou deux secondes de réflexion, il a ajouté calmement. "Si dans 10 minutes, on n'a pas trouvé, on abandonne la mission."

J'aime discuter les ordres. Par principe. Mais j'avais confiance en Hyun et son jugement. Je savais qu'il agissait toujours en connaissant tous les paramètres et qu'il calculait vite dans son cerveau géant. Alors ses ordres - ou du moins ses suggestions - je ne les discutais pas. Aussi, pendant qu'il fouillait la chambre froide, je m'assurais que personne ne vienne l'interrompre.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Hyun connait peut-être tous les paramètres dans son petit cerveau mais y’a une chose qui est sure c’est qu’il va falloir faire vite pour trouver un produit en dix minutes qu’il aurait peut-être eu moins de mal à trouver en utilisant un autochtone. Un laborantin par exemple. Dommage que… Oh wait…
Ou alors qui sait, en checkant les ordinateurs internes. Comme ceux encore allumés dans les labos. Dommage que… Oh wait…
Ou bien en vérifiant les listings des produis en cours d’études surement dans un des bureaux administratifs. Des bureaux comme ceux dans le coin. Dommage que… Oh wait…
Ou bien en interrogeant un des MIB qui leur est tombé dessus et qui savait peut-être bien ce qu’ils cherchaient, eux.

Ouuuuuuu biiiiiien en classant tous les produits du grand frigo par couleur. Puis par taille. Puis par quantité… en 10 minutes. Voilà. C’est que qu’allait faire le chinois donc.
Bon.
Commençons par éliminer les grandes bouteilles de 150 ml et plus. Y’en a pas beaucoup faut bien le reconnaître.
Ensuite, il élimina les produits purement chimiques, s’intéressant à ceux qui étaient biologiques et en plus grande quantité bien entendu. Le laboratoire était avant tout un centre d’analyses médicales.

Jet de dés #1
Chance de Hyun de trouver : 10%
Echec

Pendant ce temps Garin fait la vigie. Mais finalement, s’il ne discute pas les ordres, il a le temps de faire montre d’un peu d’initiative tout de même. Après tout Hyun ne lui a pas dit « reste planté là ». Non ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de 100' : 52


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
J'ai rarement entendu Hyun râler, ni grogner, mais le timing serré m'a offert cette opportunité.

"Où est la femme qui était là ?"

"Quelque part dans le bâtiment."

"Génial. Tu trouves oui ou non ?"

"Non ! Tu n'as vu aucun ordinateur ?"

De là où je venais, si, mais l'informatique n'étant pas mon truc, je m'en suis remis à Hyun. Sûrement une erreur. Une grosse erreur de croire qu'il savait tout faire, qu'il était capable de tout. Un peu rageusement, j'ai retiré le masque et poussé un juron avant de m'en retourner d'où je venais, en espérant trouver quelque chose d'assez utile pour accélérer la recherche. C'était comme s'il pleuvait sur les ordinateurs, un problème en plus. Bon, l'informatique, c'était peut-être pas mon domaine de prédilection, mais je savais encore faire des recherches.

"Qu'est-ce que je cherche, d'abord ?!"

Une chose était sûre : il était censé en savoir plus que moi, mais finalement, en fait, il n'en savait pas plus du tout. Ce que j'ai trouvé dérangeant. J'ai regardé le travail de la femme si je voyais quelque chose coïncidant avec quelque chose que je cherchais, ainsi que ses notes... Et puis j'ai vu l'holoportable. Sans la coupure, je me suis dit que je n'aurais pas besoin de mot de passe.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
La femme, elle, était planquée dans un des bureaux administratifs, HP en main en train d’essayer de garder son calme pour expliquer au messieurs du MPD que non, elle n’avait rien bu, que non elle n’avait rien pris non plus, et que oui elle était toute seule dans le laboratoire enfin non, pas vraiment, parce que y’avait des hommes bizarres en noir qui avaient essayé de la tuer mais que non pour la 50ième fois, elle ne savait pas ce qu’ils foutaient là.
Elle avait au moins eu la présence d’esprit de déclencher l’alarme incendie pour alerter les pompiers qui, eux, lui poseraient les questions après.

Pendant ce temps, Hyun essayait toujours de mettre la main sur les échantillons.
Jet de dés #1 :
Chance de trouver : 10%
Echec

Garin avait décidé de repartir pour une seconde douche. Peut-être qu’il n’aimait pas l’eau mais il n’avait pas le choix. Dans la salle Froehn, le petit holo-portable continuait de ronronner courageusement, semblant complètement hermétique à la pluie qui lui tombait dessus. Les notes manuscrites de la scientifique n’avaient pas eu cette chance et l’encre commençait à couler, rendant illisible l’écriture qui s’approchait plus des hiéroglyphes que des mots. En jetant un rapide coup d’œil, Garin pu quand même identifier quelques réflexions et équations jetées rapidement en vrac sur le papier. Visiblement quelque chose qui posait problème à notre laborantine mais n’étant pas Will Hunting qui veut, c’est pas lui qui allait lui donner la solution. Qui plus est les stylos, lui, il les utilisait pas pour écrire.
L’agent s’intéressa alors au travail en court qui s’affichait sur l’écran du portable. Et vous savez quoi ? Il se put bien que la fatalité ait décidé de lui sourire un peu quand même. Après tout, qui était encore assez zélé pour bosser en pleine nuit, un dimanche, sur du boulot officiel ? Personne ! Mais qui l’était assez pour faire des études et des recherches sur un truc personnel et qu’on pouvait pressentir d’explosif ? Une laborantine consciencieuse et curieuse.
Quelques graphiques s’affichaient, des tableaux récapitulatifs, des noms barbares scientifiques… ici des équations, là des références à des publications d’autres scientifiques. Et là, en bas de page, une nota bene : « NTeYu1 stabilisé par catalyseur. Bio ? C ? Prévoir analyses med/bio en J+4. Incub H48. Stase à 6°C et moins (Col.3 Rang 5) »


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de 100' : 73


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Je me suis passé la main sur le visage pour m'essuyer - jusqu'à la prochaine - et j'ai lu les notes à voix haute, m'emportant peut-être un peu sous l'adrénaline. Si j'avais su, on serait déjà hors du bâtiment, pas vrai ?

Et à peine j'ai eu la confirmation que je ne me suis précipité à nouveau dans le couloir. Couvrir les arrières de Hyun pendant qu'il chopait le je ne sais quoi pour le confiner dans une autre boîte, hein ? Et on sortirait d'ici ? Mon lit m'appelait. L'arme au poing, j'ai à nouveau vérifié à droite et à gauche avant de sortir et je me suis dirigé du côté où la femme avait disparu plus tôt. Un coup d'oeil dans le local technique pour voir la Belle au Bois dormant et j'ai relevé le regard vers la porte au fond du couloir - celle du sas.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Les indications de Garin sont spectaculairement efficaces. Hyun relève les yeux et met quelques secondes avant de percuter. Les étagères sont numérotées en rang et en colonne. Plus facile pour retrouver un produit surtout quand autant de personnes travaillent dans un même espace.
Il trouve rapidement la colonne 3 et le rang 5 mais il lui faut deux-trois minutes supplémentaires pour identifier le produit planqué derrière ceux étiquetés. Il s’agit de deux petits tubes fermés hermétiquement. Il n’y en a qu’en très petite quantité mais les caractéristiques correspondent à celles données par le MSS. Qui plus est, les tubes ne sont pas identifiés, comme s’ils étaient tranquillement planqués là.
De son côté Garin s’assure que la voie est libre, toujours sous la pluie torrentielle des plafonds. La jeune femme assommée a pris un sacré coup sur le coin de la tronche et est toujours dans les pommes. Hyun s’est assuré qu’elle serait immobilisée au cas où elle se réveillerait de toutes manières. Il lui serait impossible de se libérer par elle-même.
L’agent pousse jusqu’au sas mais rien à l’intérieur. La laborantine a pris la poudre d’escampette. Personne en vue.
Garin fait demi-tour et retourne vers le grand frigo. Le chinois termine de ramasser sa boite réfrigérée dans son sac et se relève aussitôt, prêt à partir.
Les deux hommes remontent alors le couloir en direction de la salle des déchets.
La porte est toujours ouverte et dès qu’ils posent un pied dehors, la lumière s’allume de nouveau, projetant leurs ombres devant eux.
Au loin, ils peuvent entendre les sirènes des pompiers qui arrivent. Ils seront là d’une minute à l’autre mais eux deux auront déjà mis les voiles.
Discrètement, ils se fondent dans l’obscurité des rues en direction de leur voiture.
Mais Hyun s’arrête juste avant d’arriver à destination.
Il scrute leur véhicule garé à 20 mètre à peine. Quelque chose le dérange. Il se retourne, observé les environs et son regard se porte de nouveau sur l’étrange silhouette qui les attend debout dans la nuit, juste à côté de la voiture.
Il ajuste alors son sac et prend son arme en main, bras le long du corps.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
J'ai entendu quelqu'un dire un jour 'J'ai fini par accepter le désarroi, prendre pour acquis la laideur des choses. Alors c'est un peu désarmant quand arrive quelque chose de... Bien.' Et bien c'est le même sentiment que j'avais ici quand on est sortis du bâtiment. Juste, comme ça. D'accord, c'était une petite structure, on le savait, mais tout de même, envoyer le MSS pour un job qu'un petit voleur ferait pour son argent de poche ? Sans vouloir te vexer, chérie. Non, Hyun et moi, on ressentait la même chose. A défaut d'être mauvais, ça restait un pressentiment.

J'aurais pu sortir une de ces vannes à la con dont j'ai le secret, mais j'étais moi-même trop sur mes gardes, pour le coup. Alors, j'ai imité Hyun, tout simplement. Mais s'il a pris un côté de la voiture, j'ai pris l'autre. S'il nous attendait à notre voiture, alors inutile de se cacher. Je ne suis pas quelqu'un de curieux fondamentalement. Si ça n'avait été pour Hyun, j'aurais tiré et posé mes questions plus tard. Mais après tout, nous étions en surnombre, alors...

Je n'ai pas totalement imité Hyun, en fait. Moi, j'ai visé le bonhomme de mon arme. Faut pas pousser, non plus.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
La nuit, le peu d’éclairage, si ce n’était ce pressentiment diffus qui agitait nos deux agents, rien n’aurait laissé supposer que la silhouette puisse être agressive.
Où les choses se compliquent particulièrement c’est quand elle se déplace pour venir à leur rencontre.
La démarche et la carrure laisse supposer un homme. Calme, posé, comme s’il était juste là pour une balade.
Quand il se place en vis-à-vis c’est juste la surprise.
L’homme est nu.
Complètement. Et pour le coup plus aucun doute sur son genre parce qu’il est entièrement… nu. On aurait tendance à penser qu’un type suréquipé, armé et habillé tout en noir est le summum du mec effrayant. En fait non. Un type nu, sans équipement aucun, tenant dans la paume de ses mains deux… boules de pétanque ?... Non plus gros, plus de la taille de melons… qui s’avance vers vous avec ce petit sourire contrit du mec qui pense que franchement, on aurait pu refiler cette petite mission de merde facile au premier petit voleur venu, oui, ca peut vous foutre les jetons. Surtout que le gaillard est taillé pour le combat, pas le genre une armoire à glace mais plutôt sportif de haut niveau, cheveux très court, face burinée.
Les boules de métal sont curieuses. Pas que les agents du MSS ont particulièrement envie de s’attarder sur le sujet mais la situation incongrue attire forcément leur attention.
Les sphères semblent autonomes comme si elles lévitaient au-dessus des paumes de l’homme, leurs contours floues comme un mirage. Il profite de ce petit instant de sidération, une fraction de secondes, pour ouvrir plus largement ses mains. Les boules de métal semblent alors devenir liquides et se glissent sur sa peau pour recouvrir ses mains et ses poignets.
Il n’a visiblement pas l’intention de faire les présentations ou du moins à sa manière.

Jet de dés #1 :
Succès : Hyun
Echec : Garin

En un éclair, l’homme saute sur Hyun et lui assène un coup de poing d’une force incroyable. L’impact est décuplé par le gant de métal qui enserre sa main. Le chinois est projeté en arrière sous la force du coup.

Jet de dés #2 :
Dégâts
Succès Echec : Le chinois ne tombe pas dans les pommes et se redresse, sonné

Sonné, Hyun mettra quelques secondes à retrouver ses esprits.
Garin n’a pas perdu une seconde, lui. Il tire aussitôt sur l’homme mais… la plaque de métal liquide se meut instantanément et vient protéger l’épiderme de l’agresseur. La fléchette anesthésiante percute la protection et retombe au sol. Déjà, il se tourne vers monsieur rigolo,  prêt à lui faire subir le même sort que son copain asiatique.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Me manque un autre tirage de dés.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Je savais que j'aurais dû tirer cette fléchette. Mais none, j'ai fait confiance à mon pote le Chinois ! Comme d'habitude ! Parce que trop bon trop con ! Et voilà, c'était moi, à ne pas en louper une. Je me suis promis que la prochaine mission, je conduisais les opérations, sénior ou non, les situations qui dérapent, ça commençait à devenir casse-pompon. Et bien sûr, le temps que je tire, Adam s'était déjà protégé. J'avais une bonne protection aussi, mais je savais que du moment que je l'utiliserais, il ne me resterait pas beaucoup de temps avant de m'effondrer comme la Belle au Bois Dormant. Et puis, j'étais pas encore assez énervé pour ça.

J'ai lu un truc comme ça. Un gars qui prenait la texture de l'objet qu'il tenait, ou même simplement avec lequel sa peau était en contact. Un de ces trucs favoris, je vous le donne dans le mil : le métal. Ca en faisait le mec le plus indestructible de l'histoire, pourtant encore plus con que moi. Il avait bien une faiblesse, mais rien que je ne tienne moi-même dans ma main à l'heure actuelle. Et zut.

J'ai eu le temps de comprendre une chose. Son pouvoir fonctionnait comme le mien, il contrôlait sa propagation et Yu agissait en prime comme une protection naturelle contre les agressions. Donc, même si je voulais le cogner, ça ne servirait à rien. Autant économiser mes forces, et mon pouvoir. J'ai commencé à esquiver, plus qu'à attaquer.

J'ai moi-même renforcé mes mains, poignets et la moitié de avant-bras, juste de quoi me défendre, arrêter ses coups pour le repousser ou me protéger. Les mains, je pouvais gérer. Je savais que je tiendrais un moment comme ça, je l'avais déjà fait. Mais plus je propageais Yu à mon corps, moins de temps j'avais pour résister contre le black-out. Tant qu'il aurait son attention sur moi, Hyun pourrait reprendre ses esprits et viser le dos avec son couteau. Ou une fléchette. Personnellement, j'aurais pris le couteau. Je suis pas un grand sentimental...


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
L’homme se retourne à peine pour lancer son second poing, lui aussi métallisé, dans la mouille de Garin mais ce dernier a eu le temps de voir venir le coup et concentre son Yu dans ses avant-bras. Conditionné par le travail acharné de Hyun sur ses techniques de combat, il pare le coup solidement.
Monsieur « tout-nu » affiche un air surpris mais ne perd pas de temps et va pour asséner un second uppercut. Là encore, Garin pare.
L’homme change de stratégie. Il s’éloigne légèrement et pivote sur lui-même. En un éclair le métal glisse de son poing à ses tibias et il vise les genoux de son adversaire.
Cette fois, le jeune homme esquive d’un bond sur le côté qui lui offre une ouverture sur le flan de son vis-à-vis.
Garin en profite pour frapper. Aussitôt le métal glisse au point d’impact, protégeant l’homme.
S’ensuit un échange de passe d’arme pendant lequel aucun des deux protagonistes ne l’emportent sur l’autre. L’agent du MSS favorise l’esquive autant que possible afin d’économiser ses forces.
Comme le chinois, il peut reconnaître les techniques utilisées : positionnement, rotation, placements des coups… du krav maga.

Jet de des #1 :
Echec : Podzob

L’homme ne semble pas se fatiguer. Il multiplie les attaques et même s’il s’agace de ne pas parvenir à mettre rapidement hors d’état de nuire Garin il n’en montre rien. Il continue ses tentatives de déstabilisation. La rue est vide à cette heure et heureusement, auquel cas ils n’auraient pas contribué à faire bonne publicité aux positifs.
Pour autant Garin est bien en droit de se demander ce que fout son binôme qui n’a pas encore lever le petit doigt après avoir décollé son cul du bitume. Hyun serait-il sonné plus que prévu ? Ou bien… il se risque à un rapide coup d’œil de l’autre côté de la voiture pour voir le chinois debout, observateur, sans bouger.
L’enfoiré.
Cette fraction de seconde d’inattention suffit à monsieur « tout-nu » pour ceuillir Garin.

Jet de dés #2 :
Localisation :
½ : Menton

Instinctivement, Yu fit son office et amoindrit le coup mais pas assez pour éviter quelques effets.
Sa machoire ne se disloque pas, certes, mais il ressent l’impact jusque sous son crâne avec cette désagréable impression que tous les os de sa tête vibrent.
Mais monsieur « tout-nu » avait ce défaut des hommes surs d’eux, celui de se satisfaire de ses victoires mêmes infimes, oubliant qu’Humilité est sœur de Concentration. Garin fit de cet instant de faiblesse une opportunité et lui retourna la politesse.

Jet de dés #3 :
Localisation :
½ : Menton

De la même manière, le métal glisse jusqu’au visage de son adversaire. Pourtant Garin aurait pu jurer que cette fois-ci…
A cet instant, il entend Hyun lui parler dans l’intercom.
«  Il faiblit. »
Tiens marrant ca ! Il n’avait pas noté… alors qu’il esquivait une nouvelle attaque.
« Le métal se déplace moins vite. Plus tu le fatigues et moins il peut se protéger. »
Sur que monsieur « tout-nu » ne devait pas s’attendre à tomber sur un os comme son adversaire actuel. Il devait bien compter sur un nettoyage rapide du problème ce qui visiblement n’était pas le cas.
A mesure que Hyun parlait, Garin continuait de parer et d’esquiver des agressions de plus en plus hargneuses et violentes. Au détour d’une succession de coup de poings, il réussit à placer un nouveau coup.

Jet de dés #4 :
Localisation.
¾ : Estomac

Et cette fois ci, le métal n’arrive pas à temps pour protéger la zone. L’homme suffoque sous l’impact et est pris d’un haut le cœur qui lui coupe la respiration. Il recule.
Hyun avait raison. Le pouvoir de ce positif avait lui aussi ses limites.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 6' : 2

--------------------------------

#3 'Dé de 6' : 2

--------------------------------

#4 'Dé de 6' : 4


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Il se fatiguait, peut-être, mais s'il continuait à pomper dans mes propres ressources, j'allais fatiguer encore plus vite que lui !

"Tu envisages de me donner un coup de main ?!"

J'ai pris un coup dans la mâchoire et mon dos a embrassé la voiture. J'ai accusé le coup avant de secouer ma tête qui résonnait comme la cloche d'une église en pleine fête des morts au Mexique. J'ai cligné des paupières pour chasser les étoiles. J'ai esquivé un coup avant de porter le mien. Il y a un an, je n'aurais pas tenu cinq minutes un combat pareil. Il y a six mois non plus, d'ailleurs. Il me manquait une pièce de mon puzzle pour comprendre.

Aux "conseils" de Hyun - non mais appelle-moi con... - j'ai failli rire.

"C'est pas le seul, je te ferais remarquer !"

Quand j'ai enfin réussi à le toucher, j'ai écarquillé les yeux de victoire, mais je ne me suis pas laissé abattre. Je résistais à l'envie de laisser mon pouvoir parler à ma place, mais il n'était pas assez fatigué à mon goût. Par conséquent, il me fallait encore économiser mes forces. Pour autant, quand il a reculé, je n'ai pas tardé. J'ai renforcé mon pied - qui l'était déjà avec les boots - et je l'ai envoyé... Et bien disons que je suis pas un géant, atteindre son visage ne m'était pas possible compte tenu de mon manque total de souplesse, alors métaleux ou non, on reste tous un homme en dedans. Et en dehors, aussi.

C'est seulement là que j'ai compris pourquoi Hyun ne faisait rien, il essayait de prendre le contrôle de notre soldat de l'ombre. Alors, je sais pas s'il est capable de vraiment prendre le contrôle des gens, mais je sais qu'il est drôlement doué à vous retourner la tronche dans tous les sens.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Garin ne laisse pas une seconde de répit à son adversaire. S’il fatigue lui aussi, il n’a pas l’intention de faire la petite pause pipi du milieu de combat. L’homme recule et l’agent tente une attaque dans la foulée de la première.

Jet de dés #1 :
1 Succès : L’attaque passe mais le métal protège

Jet de dés #2 :
Localisation
½ : Tête

De son côté Hyun a compris que plus l’homme fatiguerait moins il serait apte à se protéger. A multiplier les attaques, il sera vulnérable.
Le chinois délaisse son état contemplatif et prend son arme en main. Il va lui falloir puiser dans ses ressources au maximum pour utiliser son pouvoir et son flingue en même temps.

Jet de dés #3 :
Succès Echec : Il parvient à suggérer à l’homme un gros état de fatigue et un besoin de récupérer. L’homme n’attaque plus et se protège des coups de Garin avec le métal, délaissant des parties vulnérables de son corps. Hyun tire et une fléchette mais l’effort consenti pour le maitriser mentalement est trop intense. Il manque sa cible.

Garin continue son attaque et comprend que son acolyte est en train de maitriser l’esprit de son adversaire quand ce dernier se contente de reculer tout en parant autant que possible. Mais arrive l’instant où le pouvoir de l’homme perd de sa fiabilité. Le jeune homme feinte, assenant un petit uppercut du poing gauche qui va mobiliser les protections de métal tout en lançant le pied dans le ventre de son adversaire. Pour la seconde fois, ce dernier tombe à genoux, suffoquant.
Hyun en profite pour resserrer son emprise.
L’homme relève des yeux hagards et comprend qu’il est en mauvaise posture. Son instinct de survie risque fort de l’emporter sur sa vanité…


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 6' : 2

--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Je n'avais encore jamais utilisé mon pouvoir dans un combat réel, et encore moins contre un autre Positif. Je dois avouer que ça vous flanquait une sacrée rouste. Quand il est tombé à genoux, j'ai fondu sur lui en l'entourant d'un bras autour de sa gorge et j'ai serré de toute mes forces pour l'étouffer. Même si ce clown était à poil et en métal, je valais son poids. Même sans mes fringues sur les fesses. Il était peut-être jaloux, qui sait.

Pour démoraliser ce gars, il aurait fallu le séparer de son dit métal, non ? La chaleur ? Mmmmhhhh, non. Je crois que c'est dans une série que j'avais vu que sonner les cloches, ça remettait quelques pendules à l'heure. Quoiqu'il en soit, je n'avais pas de cloche et le briquet de Hyun ne nous aurait pas aidés longtemps.

Maintenant, j'étais curieux. J'espérais maîtriser Tin Man pour avoir quelques réponses. En tout cas, je le laissais pas partir. Questions/réponses ou non. Je voulais juste l'étouffer assez pour le maîtriser, pas le tuer.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Sous l’emprise du pouvoir de Hyun et la maitrise de Garin, l’homme est à leur merci. Il se sent complètement démoralisé, résultat du fort pouvoir de suggestion du chinois. Le bras enserre son cou dans une étreinte qui le mène aux portes de l’inconscience. Le métal se déplace jusqu’à ses épaules mais n’arrive pas à glisser sous la prise de Garin.
Il tente le tout pour le tout, en désespoir de cause.

Jet de dés #1 :
Echec Succès : L’homme est plus fort que prévu et particulièrement résistant. Il parvient à donner un coup de coude à son adversaire pour desserrer l’étau autour de sa gorge.

De surprise de tant de vigueur encore, Garin relâche l’étau une fraction de seconde qui suffit à son adversaire pour reprendre une goulée d’air. Il ne va pas le finir aussi facilement.
Hyun, lui, continue de se concentrer sur l’homme pour laisser plus de marge de manœuvre à Garin. Malgré l’effort consenti, il essaie une seconde fléchette, tant que le métal est complètement mobilisé à essayer de protéger son cou. En vain, bien sûr, car il semblerait que les protections se meuvent en fonction de la volonté du positif et non par autonomie. Ce dernier lutte pour sa survie et perd en rationalité.

Jet de dés #2 :
Chance que la fléchette se plante dans l’épiderme : 75%
Réussite critique.

La fléchette anesthésiante se plante aussitôt dans la peau de l’homme. Il sent la piqure malgré la situation et ouvre des yeux effarés. Est-ce la fatigue du combat ? Une particularité physique qui le rend plus vulnérable ? La chance qui était du côté du MSS ? Toujours est-il qu’en quelques secondes à peine, l’homme s’écroule inconscient.
Le métal glisse sur le sol en des milliers de petites billes de quelques millimètres de diamètre, s’éparpillant sur le bitume.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 100' : 1


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
Je serrais autant que je pouvais, je ne voulais pas lâcher. J'étais influencé par la manière dont le MSS me voyait. Je faisais partie de ces rares personnes qui comprenaient ce qu'ils essayaient de faire : se rattraper. Je questionne leurs méthodes, oui, mais la CIA, le Mossad, le KGB... Tous logés à la même enseigne, je ne me rends pas aveugle pour une guerre mondiale, c'est tout. Je serrais le type avec mon bras blessé, autant dire qu'il ne fallait pas que ça dure longtemps.

Coup de chance, Hyun a enfin fait mouche. C'est que le bestiau se défendait comme un beau diable, même avec la fléchette. Je l'ai gardé dans mon étau le temps qu'il fatigue et je sentais mon bras trembler sous l'effet du pouvoir.

Son poids s'est ajouté au mien et je me suis laissé tomber en arrière, à bout de souffle. Je n'arrivais pas à bouger mon bras, je savais que si je me relâchais maintenant, je tombais dans l'inconscience en quelques secondes. Alors j'ai tenu bon, j'ai juste respiré calmement jusqu'à ce que Hyun me débarrasse de notre bonhomme pour le mettre à l'arrière de la voiture.

Il m'a aidé à me relever mais j'ai tangué avec un pied de 50kg et l'autre léger comme une plume.

"Ca va aller ?"

J'ai cligné des yeux, je voyais des étoiles. Sa main, celle qu'il avait posée sur mon bras qui n'avait pas serré le type, était comme des milliers de piqures à travers ma peau. La dernière fois que j'avais ressenti ça, c'était après l'accident que Sky avait provoqué au Sanctuaire. Génial comme retour de force, non ? 'Tiens, tu voulais ressentir les choses à nouveau ? Cadeau du chef.' J'ai acquiescé pour répondre mais j'en menais pas large non plus.

Je me suis trainé jusqu'au siège passager pour m'y laisser tomber - et la voiture s'est penchée sur le côté, ça c'est pour le fun. Hyun m'a donné son sac avec la boîte réfrigérée et il a pris la direction de notre ancienne maison de la Ville Médiane qui était occupée par deux agents du MSS. C'était une safe house, à présent. Une bonne couverture pour nous tous. Heureusement qu'il faisait nuit, j'imaginais bien la gueule de la petite vieille voisine en nous voyant transporter un type complètement à poil... Et à l'intérieur, il l'a fermement vissé à l'arbre dans le jardin. Après qu'on lui ai fait enfiler un pantalon... Quand même. On est pas des kikis, mais on est à cheval sur la présentation, quand même.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION - Terminée] [Garin] Mission Improbable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ARCHIVES :: Children of Lux Aeterna :: [ÉPISODE 0] Missions-