2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Bogdan/Sharleen] Of mice and men

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sharleen ODonnell
avatar
NOVEMBRE 2075

Le triumvirat avait approuvé ses projets et Sharleen avait enfin l’impression d’être utile à l’Undergound. Elle avait conscience de la hauteur de ses ambitions mais d’une certaine manière, elle ne s’était pas sentie aussi vivante, aussi…. Investie depuis tellement longtemps.
La perspective de permettre à cette organisation de gagner en moyens et en crédibilité pour que plus jamais elle n’ait à déplorer des morts, que ce soit dans les rues de la ville ou sur les parvis des palais de Justice, apaisait son cœur. Le délit d’être positif ne devrait pas même exister. Yu n’avait fait que des victimes, il était temps qu’ils fassent des héros.
Sharleen ne connaissait pas tous les membres de leur communauté mais avait bien en tête les compétences des plus influents. Depuis l’enquête sur la disparition d’Ethan et de jeunes positifs, Bogdan avait grandement gagné de points dans son estime qu’elle accordait déjà facilement. Qu’il puisse être un homme digne de la confiance de Maze en faisait le candidat idéal pour ses projets.
Sa compétence singulière était un atout indéniable.
Il leur faudrait mentir et séduire et il était tout désigné pour cette tâche qui lui apporterait le soulagement indispensable à son état mais aussi les résultats escomptés par Sharleen.
Qui plus est, Bogdan était un garçon délicat et agréable qui saurait se fondre dans les dîners mondains sans l’ombre d’un souci. Un as dans sa manche.

Le pitch, quant aux relations qui les unissaient, était clair et Sharleen n’avait pas mis longtemps à le mettre au point. De toutes manières, moins ils conviendraient des détails, plus Bogdan serait convaincant. Il serait son neveu de Chicago qu’elle présentait aux gens influents de Mégalopolis. Le reste n’avait pas d’importance.
Elle épousseta machinalement le costume suspendu et Sharleen se prit à imaginer Odin dedans. Qu’il aurait été beau et charismatique ! Cela lui tira un petit sourire.
Elle-même avait fait de sérieux efforts de tenue et de maquillage, redonnant à son visage des traits plus doux et plus avenants. Sharleen avait opté pour un tailleur noir simplissime : un pantalon droit et un top en col V sans manche. Aux oreilles elle portait les pendants en perle qu’elle n’avait plus mis depuis des siècles sans doute. Pour apporter une touche plus mondaine à l’ensemble, elle avait accessoirisé sa tenue d’une pochette à main en velours noir et d’une écharpe de soie qu’elle laissait tomber négligemment sur l’épaule.
D’une certaine manière, elle était méconnaissable.
Restait à convaincre Bogdan de s’habiller pour l’occasion aussi. Il lui avait été si difficile d’accepter la puce, que le costume ne devrait être qu’un détail insignifiant.
Elle jeta un regard à l’heure et constata qu’elle était très en avance sur l’horaire et même si elle n’en montrait rien, cet exercice la rendait nerveuse.
Sharleen se servit un dernier thé pour se calmer un peu en attendant que Bogdan arrive.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'ai dit adieu à beaucoup de choses cette année. Au chiffre 2 devant mon âge, déjà. Ma virginité que j'avais regagnée avec l'Underground. J'avais réussi à m'amender, à y trouver une rédemption pour les crimes que j'avais commis. Tout ça envolé dans les bas fonds du Sanctuaire. Ma mère... Mais je crois que le plus dur a été d'abandonner ma liberté. Cette puce, dans mon poignet, elle me gratte, me démange, j'en ai la peau rouge que seule la tache en forme de tête de loup arrive à cacher une partie. D'ailleurs, cette forme a bien changé depuis plusieurs mois. Ca ressemble à un loup si vous êtes un peu bourré, oui, mais en fait, je ne sais plus trop ce que ça pourrait être. Bref, c'est bizarre et ça bouge. On dirait presque que l'oeil du loup s'est ouvert au niveau de la puce, la très fine cicatrice créant une forme de paupière. Yu est merveilleux, non ?

BREF ! Je suis là avec une puce que j'ai refusée de porter pendant des années. Croyez moi quand je vous dis que j'ai entendu tous les arguments possibles pour me convaincre. 'Tu pourras aller en ville quand tu veux sans craindre les poulets !', 'Plus besoin de portefeuille, ton argent sera virtuel !', 'Mec, tu pourras aller dans les meilleurs clubs de la Haute !'

Est-ce que j'ai une gueule à aller m'éclater en boîte de nuit ? ... D'accord, j'admets, cet argument a été plutôt convaincant, j'aime les boîtes de nuit, j'ai toujours voulu y aller, mais sans puce, celles de la Basse sont assez décevantes.

C'est Sky qui m'a convaincu, en me montrant tout ce qu'on pouvait faire avec. Je pensais que cette puce serait un frein à ma liberté, mais en réalité, elle étend mon territoire de jeux. La tête que Maze et Sharleen ont faite quand je suis arrivé un jour en disant, d'accord, je vais le faire, perforez ma liberté avec votre machinerie de Satan.

Ce n'est pas parce que je vis à l'Underground que j'ai aucune éducation et que j'aime me fringuer comme un clodo. Avec tout le respect que j'ai pour Tibor... J'ai des goûts de luxe. Alors quand j'ai vu le costume, j'ai surtout plongé dedans. Passer pour James Bond l'espace d'une soirée, c'était comment dire... Le meilleur jeu de rôle auquel j'ai participé. J'ai fait mine de râler, pour le sport, pour mentir un peu. Mais une fois dans ma chambre, je l'ai enfilé plus vite que je ne sais désassembler un 9mm.

Je me suis regardé dans le miroir, j'ai mis 20min à me coiffer en lissant mes cheveux en arrière. Ils sont assez bouclés pour me faire chier, mais j'ai réussi à les discipliner. Libby m'avait appris comment masquer les taches de mon visage et j'avais piqué du maquillage chez Gen. J'ai soupiré en regardant le résultat parce que, oui, dissimuler Yu reste probablement la chose la plus difficile. Mais au moins ça ressemblait plus à des taches de rousseur mal dégrossies qu'à des taches d'Ether. D'ici la fin de soirée, je suis pratiquement sûr que ça n'aura servi à rien.

J'ignore comment Sharleen a deviné ma taille, mais le costume me tombe à la perfection et je prends un long moment à l'apprécier. C'est assez rare pour mériter qu'on prenne conscience de la chance qu'on a de porter une chose pareille. Je serre les manchettes pour vérifier que mes poignets et leurs propres taches n'apparaissent pas facilement. J'ai beau être fier de ce que je suis, mon but est de réussir peu importe ce que Sharleen veut de moi, pas de jouer au plus malin.

Quand je la retrouve, un sourire en coin de gros malin s'affiche sur mes lèvres. Méconnaissable, c'est faible. Elle a perdu 20 ans et ce n'est pas pour me déplaire. Parce que oui... Je suis ouvert à toutes les opportunités qui peuvent s'offrir à moi. Je m'incline devant elle pour prendre sa main et déposer sur sa peau le bout de mes lèvres de gentleman crâneur.

"MiLady, vous êtes belle comme 1 000 000$, ce soir."

Faut pas déconner, non plus. 50 000 ça sera déjà pas mal.

"Puis-je dire à quel point vous me rappelez ma tante, cette merveilleuse dame."

Ma tante avait tout de ma mère, autant en largeur qu'en hauteur.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Honnêtement elle pensait vraiment qu’il aurait montré un peu plus de résistance. Bogdan avait râlé mais avait finalement prit le costume sans trop se battre. Il lui allait bien et elle se félicita d’avoir encore l’œil. Même plus que ca. Dans cet ensemble le roumain donnait le change et avait une certaine allure pour ne pas dire une allure certaine.
Sharleen sourit à son compliment sans en être dupe. Bien trop exagéré pour que ce soit crédible mais elle redécouvrit grâce à lui qu’elle pouvait avoir encore un peu de fierté féminine. Les frusques et les habitudes de l’Underground avaient quelque peu éteint cet aspect-là de sa personnalité. Et puis elle avait oublié combien c’était agréable de se suspendre au bras d’un joli garçon.

- Je suis ravie de te rappeler ta tante, Bogdan. Ca tombe plutôt bien, vois-tu, je le suis. Tout du moins pour cette soirée et les autres à venir je l’espère.

Elle s’écarta de lui et termina son thé avant de prendre des clés de voiture qu’elle lui jeta avec précision.

- C’est la plus propre que nous ayons. Tu pourras dire merci à Maze. Nous passerons quand même par la porte arrière du bâtiment pour éviter les flashs et les journalistes.

Sharleen, attrapa une veste de tailleur qui reposait sur un cintre et qui attendait l’heure du départ.

- Ne te vexe pas si je te désigne chauffeur mais je ne sais plus conduire. Je n’ai jamais vraiment su d’ailleurs…

Elle revint vers lui, fin prête, en lui adressant un doux sourire.

- Je te briefe un peu quand même ? Rapidement. C’est un gala de charité. Grâce à Mogdawi on a pu avoir nos entrées. La plupart des invités sont des personnalités du spectacle mais il y aura aussi quelques familles influentes. Des gens qui ont de l’argent.

Tout en parlant, Sharleen quittait l’Underground, accompagnée d’un Bogdan qu’elle espérait attentif.

- J’ai bien fait mes devoirs et d’après ce que notre cher Maire m’a suggéré, il y aurait trois personnes en particulier auprès desquelles il va falloir te montrer convaincant pour les inciter à investir dans notre fond financier. Pour la petite histoire, tu es un spécialiste en placements et en actions de chez…

Zut. Elle ne se souvenait plus du nom. Evan lui avait pourtant mâché le travail…. Ah si.

- Kalper-Grant & Associés. Une boîte de Chicago. Ta brave tante que je suis est ta plus fidèle cliente et récemment tu lui as proposé un contrat fort avantageux dont elle est extrêmement satisfaite et d’ailleurs… elle pourra leur en parler.

A proximité de la voiture, Sharleen se tourna vers Bogdan et réajusta son nœud papillon en haussant les sourcils.

- Ils ne voudront pas parler argent, ils sont là pour s’amuser. Ca tombe bien, toi aussi. Tu seras là-bas pour les séduire, l’argent n’étant que secondaire. Si tu réussis à obtenir un rendez-vous privé et leurs coordonnées, je me chargerai du reste. Ca te semble un challenge à ta hauteur ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je suis toujours attentif.

Pendant qu'elle marche, je suis Sharleen en écoutant le scénario. C'est dans mes cordes et je dirais même plus, c'est largement faisable. Je sais me montrer convaincant et le plus souvent, je n'ai même pas besoin de mentir, il me suffit de forcer quelques traits, de sourire, d'être aimable... Ca marche d'autant plus quand c'est une femme. Je ne sais pas pourquoi.

Je baisse les yeux quand elle redresse mon noeud papillon. Soyons honnête, un vrai homme, ça porte une cravate. Je vais juste ressembler à Doctor Who. Je vois le bon côté : l'enlever sera un appel à la mise à l'aise. Déboutonner le haut de la chemise invite souvent les autres à faire de même. Il ne me manquera plus qu'une cigarette et une blague vaseuse et le tour sera joué. Pas vrai ?

Je rigole dans ma tête et je me moque un peu d'elle sans qu'elle le sache, mais l'attention qu'elle me porte - même juste une seconde alors que le noeud va bouger d'ici à ce qu'on arrive - me rappelle vraiment ma tante et je relève les yeux sur Sharleen en souriant.

Je lui ouvre la portière - je suis un gentleman, un vrai - avant de prendre le volant. Pour aller au gala de charité, j'ai délaissé la voiture de Maze pour emprunter celle de quelqu'un d'autre, plus moderne, moins cabossée - désolée vieux - et surtout plus classe.

"D'accord, donc je dois séduire trois personnes. Je suis flatté Sharleen, mais je dois viser qui directement ? Tu veux qui comme investisseur ? Le gendre, la fille, le beau père ou la marâtre ?"

J'acquiesce et je me gratte le poignet à un feu rouge. Il va me falloir des mois pour m'accommoder à cette chose. La direction de la Haute n'est pas non plus dans mes itinéraires les plus fréquentés. Voilà que je suis nerveux, maintenant.

"Ouais ouais, c'est dans mes cordes, ça va."

C'est sûrement une erreur, mais je n'ai jamais eu beaucoup à forcer pour plaire. Cela dit, je pourrais encore avoir des surprises. Je tourne la tête vers elle pour lui sourire à nouveau.

"Dis-moi juste qui. J'attire le poisson, tu le nourris et on rentre fêter ça à la maison, ça te convient ?"

Je ne crois pas avoir déjà vu la Haute une seule fois dans ma vie. Je suis arrivé sans puce, mais qui plus est,ça ne m'a jamais intéressé. Quand il s'est agit de Stenton, je n'étais déjà plus là...

"Ou alors, je ressors m'amuser tout seul et toi te coucher ?"

Je hausse les sourcils avec un sourire malicieux en coin.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Sharleen s’installa dans la voiture une fois que Bogdan lui a ouvert la porte. Elle attendit qu’il l’ait rejointe pour répondre à ses questions.
Dans le petit miroir de courtoisie, elle termina sa mise en beauté plus par réflexe antédiluvien que par nécessité.

- Tu dois obtenir leurs coordonnées personnelles et si tu es particulièrement doué, un rendez-vous privé ultérieur avec moi et tes conseillers financiers. Ils seront de toutes manières réticents à parler finances un soir comme celui-ci, donc il sera inutile d’insister.

Il avait l’air sur de lui. Elle n’aurait su dire si cela était lié au personnage qu’il se créé parfois, lui-même enlisé dans ses mensonges, ou s’il s’agissait d’un sentiment réél. En retour, elle lui sourit aussi.

- Georges Doroty. Grand chirurgien qui a hérité de la fortune familiale par son mariage. Les biens appartiennent à son épouse mais ce n’est pas elle qui gère l’argent. Ils ont un fils unique, Nick, pédiatre dans l’unité infantile de l’hôpital Rosenberg. George est un homme arrogant, suffisant mais qui prend de l’âge. Il a une aversion pour tous les positifs qu’il considère avec mépris la plupart du temps.

Le paysage défilait et Sharleen se félicitait du travail d’Evan pour l’aider dans ses projets. Elle se demanda si elle l’avait remerciée à la hauteur de ses efforts mais qu’offrir à une personnalité virtuelle qu’elle n’ait besoin ou qu’elle n’ait déjà ?

- Ken J. [HJ : Tribute to ma fille *] chanteur populaire notamment auprès des adolescentes. Je ne te dirais pas ce qu’il fait, j’en n’ai aucune idée. Il a un tube qui cartonne en ce moment…

Elle fronça les sourcils

- « Mega Love » un truc du genre. Bref pas de la grande musique mais il a les moyens. Reconnu internationalement, il a fait escale chez nous pour un concert qu’il donne demain soir. C’est le fils d’un entrepreneur du bâtiment et d’une artiste peintre. Négatif… à ce qu’il dit… mais possible qu’il doive son talent à autre chose que la génétique. C’est une star. T’es son BFF en 5 minutes et si tu es généreux avec lui, t’auras le droit à un selfie surement.

Sharleen fit une petite moue devant la mine interrogatrice de Bogdan

- Best Friend Forever. C’était une expression qu’on utilisait beaucoup quand j’étais plus jeune.

Et d’un petit geste de la main elle chassa ce petit malentendu. Le vocabulaire évoluait aussi vite que la technologie dans ce bas monde.
Lorsqu’ils durent s’arrêter à un feu et qu’elle vit Bogdan gratter frénétiquement son poignet, elle posa une main douce sur la sienne pour l’inviter à arrêter, tout en continuant de parler.

- Angélique. Elle n’a pas de nom connu. Elle ne se présente que comme ca. Nous n’avons pas d’antécédents la concernant. C’est un mystère mais un mystère influent. Tout le monde la connait et elle connait tout le monde. Elle a de l’argent, beaucoup mais dont nous ne connaissons pas la source. Ce que l’on sait d’elle est surtout lié à des rumeurs. La plus fondée sans doute, c’est le fait qu’elle soit positive. Angélique a suffisamment de poids et de notoriété pour se permettre de prendre ouvertement parti pour leur cause. Elle connait l’Underground et …

De nouveau elle fronça les sourcils.

- Le Sanctuaire. A des petits détails, rien d’avéré cependant. C’est une vrai cosmopolitaine. Qui plus est, elle connait Megalopolis comme sa poche.

Elle avisa le bâtiment qui se profilait dans leur champ de vision. Un défilé de belles voitures stationnait devant l’entrée principale.

- Tu prendras à gauche là. Le parking est à l’arrière, nous pourrons passer par là.

Des voituriers attendaient effectivement mais la plupart des invités de marque préféraient les flash des journalistes et arrivaient en voiture de location. Finalement peu de personnes avaient fait le choix qu’ils avaient fait.
Une fois garé et hors de l’habitacle, Sharleen se suspendit au bras de Bogdan.

- Je te montrerai chacun d’entre eux discrètement. Quand tu auras fini ton travail, tu pourras aller t’amuser si tu veux, je prendrai un taxi.

Elle tourna la tête vers lui avec un petit sourire

- Je rentrerai me coucher. J’ai déjà horreur des mondanités et il y a longtemps que, pour moi, veiller relève plus de la corvée que du jeu.




[*]
Moi –Tain il me faut un nom de chanteur
Mafille – De quoi ?
Moi – J’ai un perso… c’est un chanteur populaire tu vois, qui chante de la merde mais qui a vachement de succès… il me faut un nom.
Mafille – Du genre ?
Moi – J’sais pas… à la Justin Bieber…
Mafille – Qui chante de la merde mais qui est mignon et a vachement de succès
Moi – Ouais…
Mafille – Kenji. Non ! Ken… et J. pour son nom !

#MaFilleEstGéniale



Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Jusqu'au chirurgien, je suivais plutôt bien. Attentif, à l'écoute - je sais, c'est la même chose - et concentré. Et puis l'aversion du Positif me fait tourner la tête en fronçant les sourcils.

"Il eut été utile d'insister sur ce point avant que je néglige le maquillage." Je montre ma mâchoire de l'index. "C'est pas totalement discret ce que je porte et ça va pas tenir des heures, ma copine est pas une experte en maquillage non plus."

Déjà, j'imagine que convaincre un type pareil ne va pas être du gateau. J'ai un don, mais je peux rien faire contre les cons.

Ah, Ken J... L'idole des jeunes. J'acquiesce parce que je connais le nom. Je traîne avec des enfants, mais aussi des adolescent...es. Alors je sais pas pour la blonde à sucette, mais je suis aussi souvent à écouter la radio pendant que je travaille. Oui, cuisiner, c'est travailler. Me lever pour préparer le p'tit dej, aussi.

"J'adore."

Et me voilà en train de chantonner Magic Love en tapotant mon volant. Ne me jugez pas, j'aime ce qui est cheesy et populaire. J'ai vécu 15 ans de ma vie dans une roulotte, les 5 suivantes dans un cachot militaire, les 5 d'après dans une grotte et les 5 dernières dans les souterrains d'une ville. Alors non. Je ne me laisse pas abattre. Et je rappelle que je passe le plus clair de mon temps avec des jeunes.

"Oui oui oui, je sais ce qu'est un BFF, Sharleen, je ne suis pas SI jeune, si ? Bref, ok, lui ça va. Ensuite ?"

Au prénom, je tourne la tête vers elle. Angelique, vraiment ? Une call girl ? Une danseuse de lap dance ? Quoi d'autre, euh... Une escort girl ? Qu'est-ce que j'en sais moi ? Une Positive mystérieuse, pour peu qu'elle soit rousse, et je sais que j'ai au moins 2 personnes sur 3 dans mon panier en sortant ce soir.

"Elle connaît l'Underground de quelle façon ? Parce que tout le monde connaît, non ?"

Je suis ses indications et en même temps, mes yeux vont et viennent dans la ville. Visez-moi les grattes ciels. Je les voyais que de loin, d'habitude et je n'avais pas vraiment envie de m'approcher, je n'étais pas très curieux, mais là, pour le coup, c'est un level up dans ma connaissance du monde. Je sors et sent à peine Sharleen à mon bras tellement j'ai la mâchoire occupée à racler le trottoir. J'acquiesce, machinalement et avance pour rentrer dans l'immeuble.

C'est un sentiment étrange, je ne suis pas à ma place, très clairement, mais j'ai l'impression que si. J'ai déjà les doigts qui me démangent à l'idée qu'une ravissante et jolie nana vienne m'offrir une coupe de champagne. Je regarde beaucoup la télé dans mes souterrains...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Sharleen sourit à Bogdan et claqua de la langue.

- Pas de panique. Ne me fait pas croire que tu n’as pas une histoire toute trouvée pour ces petites tâches ? Voyons… nous savons tous les deux qu’une petite dermatite familiale sévit depuis plusieurs générations. Rien de méchant, juste d’ostentatoire.

Ce petit détail l’amusait. Elle savait pertinemment que le jeune homme trouverait une esquive, elle n’en doutait pas. Ce n’est pas pour rien qu’elle avait choisi Bogdan. Il était parfait, tant dans son costume que dans l’utilisation de son don. Sharleen se targuait d’être assez perspicace quant à cerner les personnalités.
Cette partie de la ville haute en jetait, c’était vrai. Ils étaient dans le coin le mieux fréquenté, le plus « dans le vent ». Des bars, des lounges, des boites de nuit et des restaurants qui marquaient le « la » de toute une génération de nantis et de jet setters.

- Il est difficile de savoir ce que sait Angélique ou ce qu’elle ne sait pas. C’est son travail de posséder les informations, tout du moins elle vit aussi de ça. Ce qu’elle sait de l’Underground dépasse ce qu’en savent la plupart des gens mais elle n’en fait pas étalage.

Elle tourna la tête vers lui et eut un petit sourire amusé

- Dans la littérature française on appelle ce genre de femme « une courtisane ». Chez les japonais de l’empire, une « geisha ». Mais…

Sharleen fronça les sourcils

- … elle peut-être plus, ou bien moins que ca. Considère juste qu’elle est suffisamment influente pour nous ouvrir le chemin vers d’autres grandes fortunes.

L’entrée est aussi discrète que l’avait annoncé Sharleen et elle baissa le ton dès que les tentures et les tapis étouffèrent leur conversation.
Deux hommes en costume, dont un qui portait une oreillette, scannèrent leurs puces et cochèrent leurs invitations. Pas même un sourire, juste un « bonne soirée » laconique.
Après avoir suivi un couloir décoré de tableaux contemporains, ils débouchèrent sur un grand hall dont l’entrée principale s’illuminait de milliers de flash extérieurs.
Sharleen tourna la tête machinalement vers la double porte mais n’en fit pas plus cas. Ils avaient esquivé la foule.
Le Hall s’ouvrait sur une salle immense, richement décorée. Les invités de marque se tenaient debout au premier plan en train de discuter par petits groupes d’affinités, certains avec un verre à la main. Dans le fond de la salle, des tables rondes étaient mises, vides pour l’instant, attendant qu’il soit l’heure pour les convives de s’installer.
Sharleen inspira un grand coup et jeta un regard acéré sur l’assemblée.
Resserrant son étreinte sur le bras de Bogdan, elle lui murmura

- Là-bas à droite vers la bourgeoise à la robe bleue et le collier de perles. C’est Georges Doroty.



Elle continua de regarder mais ne vit pas les deux autres personnalités. La jeune femme devrait pourtant être déjà là même si la rock star se faisait attendre.
Sharleen s’approcha un peu plus du buffet tout en guidant Bogdan, espérant avoir ainsi une meilleure vue sur les invités.  
D’une petite salle adjacente, le maire, en bonne compagnie, fit son entrée, attirant tous les regards. Légèrement en retrait mais bien à sa suite, une sculpturale rousse, dans une robe fourreau d’un vert émeraude qui mettait en valeur son teint lactescent. Elle était éblouissante.

- Voici Angélique.



- J’imagine que notre ami chanteur se fait attendre… dit Sharleen qui avait repris son observation.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Et bien non, je n'avais pas d'idée. Je n'ai jamais eu à en trouver ni à me faire passer pour ce que je ne suis pas. C'était bien une première. Mais je ne dis rien.

En entrant, je pose ma main sur celle de Sharleen, comme pour lui signifier que je l'ai entendue et que je l'écoute. Je suis son regard vers le vieux. Autant dire qu'il ne m'attire pas pour l'instant. D'autant plus que je n'arriverai à rien avant que la soirée soit plus avancée. C'est encore le temps de présentations et je me ferais rembarrer si je me mettais à harceler les gens dès maintenant. Non, il était trop tôt.

Même quand la rouquine est arrivée. J'ai ouvert la bouche et je n'ai pas d'autre expression plus adéquate que 'je suis tombé amoureux'. Elle était grande, belle, venimeuse et ai-je oublié de mentionner qu'elle était rousse ? Ca suffit à tout dire. Je suis... Je ne réponds plus de moi quand il s'agit de rousse. Cette fois, ce n'est pas la stratégie qui me fait tourner les talons, c'est les rougeurs sur mon visage. Je me passe une main sur les joues en m'éclaircissant la gorge pour me rendre ma contenance. Le but est de me montrer professionnel, comme d'habitude.

"Ok, facile à approcher si elle fait partie de la suite du maire."

Je promène mon regard alentour. Le maire est en bonne compagnie et je me demande s'il connaît le visage de Sharleen. J'imagine que non, Reese étant le seul à avoir fait affaire avec lui.

"Est-ce qu'il sait que nous sommes là ? Je veux dire, il sait qu'il doit nous aider ou bien je peux ouvertement et allègrement lui mentir à lui aussi ? Quand tu dis que personne ne sait rien de cette Reine Angelique, tu veux dire que nous non plus ? Que je sache, le maire n'est pas un Positif. De ce que je sais, le chanteur non plus, mais qui sait, si je fais fasse à d'autres Positifs, mon don seul ne suffira pas je pense. Et le dernier ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Sharleen ne manqua pas la réaction de Bogdan quand il aperçut la jeune femme. Elle n’aurait pas dit qu’elle s’y attendait mais elle ne doutait pas qu’elle ait pu l’impressionner. A dire vrai, du peu qu’elle savait d’elle, c’était sa prérogative éminente. Faire tourner la tête des hommes. Et jusqu’à preuve du contraire, Bogdan en était un.
Elle le laissa retrouver sa contenance sans commentaire. Pour sa part, elle attendait le troisième larron qui se tardait à se montrer.
Georges Doroty délaissa la compagnie de ses amis pour aller saluer le maire, faisant démonstration de toute son obséquiosité. Son épouse suivait ses pas et lui décrocha une foule de sourires tous plus complaisants les uns que les autres.
Elle ne savait pas si Angélique serait plus facile à aborder que les autres mais elle ne voulut pas décourager le jeune roumain. D’ailleurs, à peine avait-il fait cette remarque qu’elle délaissait la suite du maire pour rejoindre un autre groupe de convives qu’elle semblait connaître.

- Le maire sait qui nous sommes tous les deux. Enfin… de noms. Reese ne lui a communiqué que nos noms et une rapide description. Il sait que nous servons l’Underground mais il ne sait pas ni dans quelle mesure, ni dans quel but. Nous lui avons demandé une invitation, il nous l’a fournie. Il ne sait rien du reste et honnêtement, cela ne le concerne pas vraiment.

Venant de l’extérieur, une clameur retentit, attirant forcément tous les regards. Les flashs crépitèrent frénétiquement et des cris se firent entendre.

- Je crois que voilà notre chanteur…



Elle reporta son attention sur Bogdan et ses questions

- Nous ne savons pas grand-chose d’Angélique non. Elle couvre assez bien ses arrières et je t’ai donné toutes les informations en notre possession la concernant.

Le chanteur populaire venait de faire son entrée dans la grande salle. Il était forcément bien entouré, notamment de quelques jeunes femmes particulièrement attractives mais aussi de quelques membres de son staff. Une table entière avait été réservée pour eux.

- Si mes données sont bonnes, nous serons à une table à proximité de Mogdawi. Je ne sais pas qui sera assis avec nous. Après le repas pendant lequel nous serons régulièrement sollicités pour des donations, il y aura la soirée proprement dite. Prend ton temps et surtout n’oublie pas que rien n’est grave. Si ce ne sont pas eux, nous aurons d’autres occasions.

Elle lui donna un sourire encourageant. Sharleen ne doutait pas que le jeune homme s’en tirerait.

- Il y aura d’autres positifs sans doute mais tout le monde ment Bogdan, surtout dans ce milieu. Toi, un autre… elle haussa les épaules. Ne te formalise pas de ça, fais de ton mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je tourne la tête comme Sharleen en entendant notre chanteur arriver et je souris gaiment en donnant un coup de coude dans le bras de mon acolyte du soir.

"Tu crois que j'aurais droit à un autographe ? Et un selfie ! Tu crois ?!"

Je ris, mais c'est surtout pour la moquerie. Je me fous de ce chanteur comme de mes premiers mensonges. Je sais juste qu'il endiablé pas mal de petites culottes et que je connais certaines chansons par la force des choses. Quand on nous invite enfin à nous placer, je me demande avec qui Mogdawi a-t-il jugé appréciable de nous placer.

Pair : Angelique
Impair : George

Bien sûr, pour le coup, j'aurais préféré George. Pourquoi ? Parce que ce type aurait été vissé le cul à son siège pour répondre à mes questions et bien entouré, il n'aurait pas eu le choix que de sourire à mes conneries. Poliment, je lui aurais fait comprendre que son avis, je m'en contre balance. Mais Angelique ? Quand je la vois s'asseoir, je ne peux pas m'empêcher de penser que stratégiquement parlant, ce n'est pas forcément en ma faveur. La piste de danse aurait probablement été un meilleur terrain de jeu. Le pire qui pourrait arriver ? Qu'elle soit assise à côté de moi. La politesse veut que - j'ai travaillé mon placement de couverts avant de venir - l'ordre soit alterné. Un homme, une femme, un homme, une femme. Je m'assure la place de Dieu à côté de Sharleen en tout cas.

Vite Bogdan, trouver une idée, un bon sujet de conversation. Allez, mon vieux, c'est qu'une fille... Sûrement plus âgée que toi.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Bogdan Lupescu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de 6' : 4


Revenir en haut Aller en bas
Sharleen ODonnell
avatar
Sharleen fut ravie de constater que Mogdawi avait fait plus que de leur fournir des entrées. Cet homme était une véritable providence pour l’Underground et sa faculté à leur donner la main sans y paraître attestait de sa grande maîtrise de l’art de la politique.
Leur placement était idéal. Une table peu éloignée de celle du Maire mais pas trop près non plus. Ils ne passeraient pas pour des invités de marque mais ils étaient tout de même bien situés. C’est aussi très certainement pour cette raison qu’Angélique se retrouva avec eux. Sharleen avait même noté le regard qu’elle lui avait accordé et qui l’avait poussé à se demander si c’était de la simple curiosité ou plus que ca. Elle fut à peu près certaine qu’il contenait plus que de l’interrogation quand elle la vit prendre place juste à côté de Bogdan.
Angélique était une énigme à elle seule. C’était une très belle femme à n’en pas douter et quelque part, Sharleen ne put s’empêcher de l’envier un peu. A vu de nez elle lui donnait la trentaine mais son âge était assez indéfinissable.
La rousse flamboyante était charmante, souriante, riait poliment aux petites anecdotes de chacun et déclinait avec grâce les compliments tandis qu’elle passait entre les convives pour rejoindre sa place.
Sharleen observa son voisin, un homme d’une quarantaine d’années qu’elle ne connaissait pas mais qui était accompagné de son épouse et, à côté d’elle, leur fils adolescent. Cette dernière, bien que tout autant souriante que les gens autour de la table, ne lâchait pas Angélique des yeux. Sans doute n’en pensait-elle pas moins à son sujet.
L’autre homme assis aux côtés de la rouquine était visiblement une de ses connaissances. La trentaine aussi, très bien habillé, avec un goût certain, même très à la mode, il échangeait quelques confidences discrètes avec elle pour la faire rire.
Sans hésitation aucune, Sharleen était prête à parier qu’il était homosexuel et à peine se faisait-elle la réflexion que son compagnon vint prendre la dernière place à leur table.

- Tu es en retard, Marcus, dit l’ami d’Angélique avec acidité.

Son compagnon lui retourna un sourire amusé mais ne prit pas la peine de répondre.

- On est là pour passer une bonne soirée, ne te formalise pas, dit Angélique en lui posant une main apaisante sur le bras.

Sans même laisser quelques secondes à son vis-à-vis pour répondre, elle se tourna vers Bogdan et Sharleen.

- Je ne crois pas avoir le plaisir de vous connaître et pourtant je connais du monde.

La rouquine tendit une main délicate à la sexagénaire par-dessus les couverts.

- Angélique…

… et fit de même envers Bogdan quand Sharleen l’eut serré en s’identifiant à son tour.
Aussitôt que la rouquine eut prononcé son nom, le roumain sut que c’était un mensonge.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Bien sûr que c'est un mensonge. Vous avez vu cette fille ? Chelsea ou Ange ou ce que tu veux, même Bogdan n'est pas mon premier prénom. Je me fiche pas mal que ce ne soit pas son vrai prénom. Ce n'est pas là l'importance. J'observe à mon tour les autres convives de la table. Toutes ces têtes inconnues, toutes ces personnes, je ne suis plus habitué à faire autant de rencontres d'un coup, qui plus est, ils sont tous adultes. Peut-être l'adolescent se trouvera des points communs avec moi ?

"Qui peut encore prétendre connaître qui que ce soit de nos jours ?"

A mon tour de tenter le trait d'humour. En attendant, la rouquine est juste à côté de moi et je peux presque sentir la chaleur qui émane de son corps vers le mien. J'aurais préféré qu'elle soit en face pour mieux capter son regard. Je pourrais lui serrer la main, mais j'en reviens à des classiques - vus à la télé - et embrasse le dos de cette main si douce que j'en ai des palpitations.

"Bogdan. Et voici ma tante Sharleen."

Gen me tuerait si elle me voyait. A n'en point douter. J'admets forcer le trait aussi, mais ce n'était pas comme si j'allais participer à ce genre de soirées tous les soirs ! J'en profite pleinement et j'en rajoute encore avec mon sourire, que je sais à toute épreuve.

Lui demander ce qu'elle fait dans la vie, bla bla bla... J'ai peur que ce soit mal perçu et peut-être trop intrusif. Quant à parler de moi-mêle, trop égocentrique. Je joue la carte de la neutralité. Pour le moment.

"En arrivant, je me suis demandé comment tout ce monde pourrait tenir dans une si petite salle. Je ne m'attendais pas à ce que nous soyons si nombreux !" Je regarde brièvement autour de nous. "C'est fantastique, je suis ébloui par cette bâtisse."

A croire que je n'en avais jamais vue de pareille. Pour le coup, c'est pas totalement faux. Est-ce que je suis censé être habitué ? Je n'en ai pas la moindre idée. Ca fait quoi un placeur financier d'après toi ? Je n'étais pas très attentif en cours. Improvisation totale, donc. C'est dans mes cordes. Je relève le défi. Mon alter ego est sûrement allé à la fac, lui. Laquelle ? Et pendant que ça parle autour de moi, pendant que je parle et qu'on me répond, une multitude de scénarios se frayent un chemin dans ma tête mais aucun d'eux n'a de créature fantastique en guise de personnage principal ou vilain... Mon imagination est mise à rude, très rude, épreuve.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
La remarque de Bogdan était des plus pertinentes et ne manquait pas de second degré. Si Sharleen savait qu’elle n’avait pas pour but de mettre en porte-à-faux son interlocutrice, elle aurait aisément pu passer pour un moyen de prendre bonne note du mensonge de la rouquine quant à son identité.
Mais tout le monde ment, n’est-ce pas ?
Angélique afficha un petit sourire qui s’élargit quand Bogdan ne se contenta pas de lui serrer la main. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas été saluée de la sorte. Un petit côté suranné qui l’amusa.

- Enchantée, répondit-elle tant à l’adresse de Sharleen que de son prétendu neveu.

Des yeux elle suivit le regard du roumain et regarda leur environnement comme si elle le découvrait. Jusque là, elle n’y avait prêtait aucune attention.

- La fantastique salle de réception de Mégalopolis ! dit son ami sur un ton goguenard, un brin blasé. Je crois qu’il n’y a pas plus cliché et ostentatoire que cet immeuble. C’est d’un convenu !

Le dénommé Marcus rit doucement mais Angélique soupira.

- Sandro, c’est ton cynisme d’enfant pourri gâté que je trouve convenu. Cet endroit est superbe et nous avons la chance d’y croiser des invités de marque, dit-elle en montrant du menton le chanteur qui venait de s’installer avec son troupeau.

- T’appelles ca un invité de marque ? T’es pas sérieuse ! dit le dénommé Sandro, beau brun soigné aux yeux noirs, maniéré avec un léger accent italien

Angélique lui retourna un regard pétillant et un petit sourire en coin mais ne répondit pas. L’épouse du quadragénaire, elle, parut surprise.

- N’est-ce pas ce chanteur à la mode qu’on entend partout ?

- En effet, répondit Sharleen. Il est de passage sur Mégalopolis. Je crois qu’il donne un concert demain soir. Shannon l’a reçu à son talk show.

Il fallait bien alimenter la conversation et autant qu’elle n’ait pas fait ses devoirs pour rien. Sharleen se tourna vers Bogdan et lui dit :

- Je crois qu’il va à Chicago juste après. On dit que ce sera le concert du siècle…

Angélique regarda une dernière fois le chanteur et soupira.

- Une ville que je ne connais pas. Je n’ai jamais mis les pieds dans notre capitale ! Il faudra que j’y pense !

Elle se tourna plus franchement vers Bogdan, ses boucles de feu dénudant ses épaules blanches dans le mouvement. Ainsi, il était plus facile d’échanger.

- Vous êtes d’ici ? J’ai cru comprendre que vous découvriez ce lieu mais peut-être est-ce seulement parce que vous êtes casanier…


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"J'espère être rentré à temps pour y aller, alors !"

Démasqué. Paf. Comme ça.

Bon sang, tu as vu le déhanché de ses boucles ? Je me demande si j'en ai les yeux qui brillent. Il faudrait que je pense à demander à Gen de se teindre en rousse, je suis pratiquement certain que ça lui irait. Je suis pratiquement certain que tout lui irait... Parfois, je me dis que si on devait mélanger nos ADN, ça ferait des mini-nous d'un autre univers. Je suis quelqu'un de très optimiste. Et en même temps que j'ai cette pensée, je me dis qu'avoir des enfants vu ma gueule, c'est pas une bonne idée. Au passage, j'entends Gen se marrer dans ma tête. Un peu jaune, cela dit. Je crois. J'en sais rien j'en ai jamais parlé ! C'est la première fois que j'y pense. Concentre-toi !

J'ouvre la bouche pour répondre. On commence par moi, très bien, elle n'a pas l'air plus intéressée de parler d'elle que moi. En ce qui me concerne, ça me permet surtout de gonfler mon capital mensonge.

"J'ai commencé par découvrir la ville vue d'en haut, en vérité ! J'ai atterri cet après-midi, je viens de Chicago ! Il faut savoir que depuis que la ville a été officiellement nommée capitale, les travaux de rénovation sont assez stupéfiants. Pour ma part, j'ai grandi là-bas. Mes parents sont morts dans un accident de voiture quand j'étais enfant et mon oncle et ma tante m'ont élevé comme leur propre enfant !" Alerte bullshit mais t'as remarqué comme je parle bien ? Je pose une main sur celle de Sharleen. "Mon oncle est mort il y a deux ans et nous avons découvert son testament avec une certaine stupéfaction." Showtime. Je regarde Sharleen en pinçant les lèvres avec une certaine tristesse. "Mais ça ne comblera jamais le manque qu'il a creusé dans nos vies." Et je me retourne vers ma charmante cible avec le regard d'un homme suffisant mais déterminé et dévoué. "Je me suis juré de rendre hommage à son héritage avec des donations pour les bonnes causes."

Je repars sur quelque chose de plus léger en lâchant la main de Sharleen pour me concentrer sur Angelique.

"Vous êtes de Megalopolis, aussi ? A l'occasion, je me ferais un plaisir de vous faire visiter Chicago !"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique avait l’air captivé par l’histoire de Bogdan. Ce qu’il fallait de mélodrame sans tomber dans le pesant. Bien que Mégalopolis soit la ville vitrine des nouveaux états unis, Chicago, en tant que capitale exerçait tout de même une certaine fascination.
Lorsqu’il mentionna sa tante et eut ce petit geste affectueux, la rouquine adressa un sourire attendri à Sharleen qui lui en retourna un rayonnant.

- C’est admirable que d’honorer la mémoire de votre oncle avec des causes justes. Je suis certaine qu’il en serait fier.

Sharleen ne démentit pas, approuvant d’un bref signe de tête.
Marcus et Sandro écoutaient d’une oreille, échangeant entre eux sur les décorations, les invités et les tenues de chacun. De vraies commères dont Angelique se détournait. Le couple écoutait poliment mais ne semblait pas vouloir prendre part à la conversation, monsieur par décence vis-à-vis de sa femme qui guettait la moindre réaction déplacée ou trop ostentatoire à l’encontre de la sculpturale beauté rousse.

- Je suis née ici et je n’en suis jamais partie. Il y a tant à faire à Mégalopolis et j’ai la prétention de contribuer à son éclat…

Elle détourna les yeux dans un sourire avant d’ajouter

- …dans la mesure où j’œuvre autant que possible à ce qu’elle soit un pôle culturel et avant-gardiste. Je reste persuadée que cette ville a beaucoup plus à apporter que ce qu’on imagine. Toutefois je prends bonne note de votre invitation et je ne manquerai pas d’y répondre si je devais me rendre à la capitale.

Il était certain qu’elle ne comptait pas ses sourires. Elle les distribuait allègrement. Charmante. Et menteuse comme un arracheur de dents. Bogdan ne manqua pas de noter qu’en matière de mensonges il venait de trouver son pendant féminin, à la différence près que ca ne devait pas être vital pour elle. Pourtant, à bien y réfléchir, Angélique devait se douter que tôt ou tard elle tomberait sur un psy, alors pourquoi mentir si effrontément ?

- J’espère quand même que vous trouverez Mégalopolis aussi attractive que Chicago. Vous êtes venu pour le travail ou pour le plaisir ?

Angélique réussit à mettre au moins une centaine de significations et tout autant de promesses dans ce dernier mot et sans une once de vulgarité. Du grand art.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je l'aime déjà, mais chut, ne le dites à personne. J'aime cette vie. Je me sens grand, beau et fort. J'ai même jamais été aussi propre de toute ma vie, j'ai raclé jusque sous les orteils. Si elle ne compte pas ses sourires, moi non plus. Encore une fois, elle peut rien mentir tout ce qu'elle veut, je m'en racle la plante de pied. Je suis pas là pour connaître sa vie, je suis là pour m'attirer ses faveurs. D'ailleurs, je lui réponds avec le même ton doucereux. A croire que c'est celui qui mentira le mieux et avec le plus de style.

"Pour affaires. Je suis venu négocier un nouveau contrat avec un client et j'en profite pour revoir celui de ma tante. Je suis courtier et conseiller dans une agence d'aide au placement de fortunes. De nos jours, savoir placer son argent, surtout quand on en a, ça relève de la stratégie militaire !"

Je suis tellement fauché comme les blés que faire croire que je dors sur des lingots d'or, ça fait de moi un autre Bogdan. Qu'on soit clairs, j'ai beau être fier de ce que je suis, je ne m'en servirais pas pour faire mon trou dans le monde. Je ne suis plus à Liberation, ce n'est pas pour rien. Quand je vois un Positif faire la manche aux médias pour des raisons autres que la cause mondiale - pour se montrer, donc - ça me donne plus vite la nausée. Mais ici, je ne suis pas moi-même. Alors je n'ai aucun état d'âme.

Je ris même doucement à ma petite marque d'humour. Je doute cependant que jouer les michetons plaise à ma compagne alors j'espère que le fait de forcer le trait lui mettra la puce à l'oreille pour comprendre qu'il y a autre chose à voir qu'un simple flambeur. Au passage, je n'y montre pas plus d'intérêt physique que ça. Je ne suis donc pas en ville pour quelconque plaisir sinon la famille, et je n'ai de contacts physiques qu'avec ma "tante". Je marque ainsi ma distance entre Angelique et moi, conservant un certain professionnalisme. Les femmes détestent qu'on leur résiste et je cherche encore comment attiser la curiosité de celle-ci. Je balaye l'air d'une main.

"Mais vous avez parfaitement raison, nous ne sommes pas là ce soir pour parler travail, mais pour passer une bonne soirée. Êtes-vous vous-même maîtresse d'une cause ce soir ou bien êtes-vous venue en simple invitée du maire Mogdawi ?"

Je joins l'utile à l'agréable et je tente de faire d'une pierre deux coups. Parle-moi, Angelique... Raconte-moi des histoires, mère Castor.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Quand il évoqua son métier, Angélique haussa un sourcil et ne prit même pas la peine de cacher son examen audacieux. Elle l’observa des pieds à la tête, sans doute pour vérifier si sa vision du courtier correspondait à celle que donnait Bogdan. Malheureusement, il n’aura pas le résultat de ce test impromptu puisqu’elle se contenta de hocher doucement la tête.

- C’est certainement la providence qui vous a placé sur mon chemin alors. Il se trouve que j’ai fait quelques placements malheureux dernièrement et que j’aurais bien besoin de conseils avisés.

L’homme placé aux côtés de Sharleen intervint à son tour.

- Un courtier ? C’est intéressant ! Vous êtes le premier que je croise… Vous nous conseillerez d’investir dans quoi en ce moment ?

Sharleen sourit largement et c’est elle qui prit la parole

- Je ne sais pas si c’est bien le moment de parler de ceci, je crois que la soirée va débuter, dit-elle en montrant le centre de la salle où un homme et une femme très élégants et tenant des micros s’apprêtaient à prendre la parole.

La tablée tourna la tête vers eux mais pas Angélique qui répondit à Bogdan.

- Je suis dans l’événementiel.

Pas tout à fait un mensonge pour une fois. Bogdan peut supposer que ce n’est pas vraiment le terme approprié mais cette fille pouvait bien être un événement à elle toute seule alors… pourquoi pas.
De la main elle indiqua les tables et l’ensemble des convives.

- Je fais profiter de mon carnet d’adresses au maire quand il veut organiser une soirée. Je connais beaucoup de monde et parmi eux, des gens fortunés. Mais je ne connais pas tout le monde non plus. Le Maire a aussi quelques prérogatives.

Elle tourna alors la tête vers le couple qui saluait tout le monde et présentait le déroulement de la soirée à venir. Les applaudissements retentissaient et les rires aussi quand ils plaçaient de bons mots.
Angélique écouta quelques secondes le petit speech puis se pencha vers Bogdan pour s’assurer que sa voix couvre le brouhaha de la salle. Comme il pouvait s’y attendre, sans aucune surprise, elle portait un parfum capiteux aux notes de santal et d’épices.

- Disons que vous pouvez me considérer comme une invitée parmi tant d’autres ce soir.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Ne lui montre pas que tu es curieux qu'elle soit curieuse. Peu importe le mensonge, ne montre rien. Peut-être croit-elle que je suis trop jeune ? Ou trop beau, va savoir. Peut-être qu'elle a vu que j'étais un Positif, faut dire, je suis pas très bien caché derrière mon pommier. Je me demande bien ce qui peut l'étonner, mais avant que j'ouvre la bouche, elle m'offre déjà une opportunité de me caser. Y a un truc quand on est menteur, aussi.... C'est que tu peux user de tous les plus beaux mots de la terre, si tu sais pas de quoi tu parles, ça change que dalle à la donne. Heureusement pour ça, Sharleen est là. Je soutiens le regard de braise de ma voisine.

"Alors à l'occasion d'une visite à Chicago, nous pourrions discuter de vos placements. Ou avant selon vos besoins..."

En tout cas, elle ne s'intéresse pas à la soirée. Pour le moment, je fais en sorte qu'elle continue de s'intéresser à moi. L'événementiel, bah tiens. Je l'ai dit dès le départ, mais on doit avoir une définition qui diverge. Je jette un oeil au maire. Coquin or not coquin ? En tout cas, je ne viens pas de son carnet d'adresse à elle... Mais du sien à lui.

Quand elle se penche vers moi, j'incline également légèrement l'épaule pour mieux l'entendre. Si je m'attire des jalousies, je sais pourquoi. Mon sourire s'étire quelque peu. j'ai aucune idée de l'odeur que je renvoie en ce qui me concerne, mais je sais que je dois pas respirer le premier con venu, non plus. Elle se penche pas pour rien. Hein que tu te penches pas rien... Aussi, je prends le même ton qu'elle.

"Dans ce cas, nous sommes deux simples invités présents pour passer une charmante soirée en charmante compagnie."

J'ai une autre carte à mentir dans ma manche mais je ne les dégaine pas gratuitement, non plus. Le secret du mensonge, c'est de le contrôler, pas de le laisser filer comme on vomit. J'évite de croiser le regard de Sharleen, même si j'en ai envie. Je me redresse pour applaudir au dernier jeu de mots en fanfare. Je me plais bien, ici ! Les gens sont tous aussi faux les uns que les autres, je ne fais même pas tache dans le paysage. Discrètement, je cherche George des yeux. Impossible de manquer le chanteur. Je me désaltère d'une goutte de champagne - sans déconner, tu te rends compte que c'est la première fois ? J'ai les yeux qui piquent - et je me réintéresse à Angelique.

"Dans quelle branche de l'événementiel ?"

Comme me dirait Gen : 'Lie to me'.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
A l’occasion d’une visite de Chicago… encore faudrait-il qu’elle y mette les pieds. Angélique hocha brièvement la tête en signe d’assentiment mais ne rebondit pas sur la proposition. Néanmoins, elle se la tint pour dite.
Bogdan entrait dans son jeu et c’était tant mieux. La plupart des hommes ne prenaient même pas la peine de le faire considérant que l’intérêt qu’elle leur portait leur était du. Le jeune roumain put lire un éclair de curiosité dans son regard qui trahissait son questionnement à ce sujet, pourquoi lui le faisait ? Et réciproquement. Que savait-elle de lui au juste ? Peut-être rien du tout.

- Nous avons tout le temps de profiter à loisir de cette soirée, en effet.

Les autres convives de la table semblaient absorbés dans le petit spectacle d’introduction qui se déroulait et touchait à sa fin, appelant déjà aux premiers donations. Des garçonnets en livrée et des fillettes en robes passaient entre les tables pour déposer des cartons vierges à remplir de promesses de dons.

- J’organise des événements privés pour les gens qui disposent de plus d’argent que de temps et qui souhaitent aussi profiter de charmantes soirées en de charmantes compagnies.

Elle ne se départit pas de son sourire même lorsque Sandro se tourna vers eux pour hausser un sourcil interrogateur. Angélique ne lui prêta aucune attention. Elle attrapa le carton qu’on venait de lui donner d’une main gracile qui portait de somptueuses bagues mais non ostentatoires. Ce qu’il fallait de discrétion et de faste mêlé.

- Je crains que mon activité soit bien moins lucrative que la vôtre et bien moins prestigieuse, mais on fait avec les atouts que la vie nous a donnés, n’est-ce pas ?

Bogdan finit par repérer Georges Doroty. Ce dernier était à une table un peu plus éloignée du maire, en compagnie bien moins agréable mais qui semblait bien plus à sa mesure : beaucoup d’hommes, certains seuls, et qui semblaient approuver avec beaucoup de hochements de tête les paroles du chirurgien.
Angélique suivit le regard du roumain.

- Un vieil imbécile, lui dit-elle sur le ton de la confidence. Si vous voulez mon avis, vous ne devriez que parler d’argent avec lui. C’est le seul langage qu’il entende. Celui là…. Et celui de la jeunesse.

De nouveau elle posa des yeux évaluateurs sur Bogdan et lui décocha un sourire charmant

- Trop vieux pour lui…

Sharleen faisait mine de se désintéresser de l’échange à côté d’elle mais ne perdait pas une miette de ce qu’elle parvenait à entendre. Au fond d’elle, un brin de fierté exprima sa joie d’avoir choisi Bogdan. Il était parfait. Angélique n’avait pas résisté à la curiosité que suscitait ce jeune homme inconnu.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Quoiqu'elle fasse, je partage son sourire. Ni pervers, ni intéressé, ni condescendant, un brin opportuniste à sous entendre, qu'après tout, nous sommes deux créatures à profit ce qui, l'un dans l'autre, avec ou sans mensonge, je suis. En d'autres termes, nous avons des points communs que je ne peux nier et qui pourrons se montrer un atout dans mon jeu à un moment donné.

Je perds un peu de mon sourire en l'écoutant me parler de mon autre cible. Les yeux dans sa direction, je me demande quelle importance il peut bien avoir pour Sharleen, bien que ce ne soit pas une information que je juge importante pour moi. Si c'est un con, je ne comprends pourtant pas en quoi il peut nous être utile. Admettons... Nous avons besoin d'argent et l'argent, en général, c'est assez sale, donc ce n'est pas si étonnant, pas vrai ? Je m'occuperai de ce guignol plus tard. Quand j'aurais fini de me mettre en bouche avec ma belle donzelle aux côtés de laquelle je me promets un Selfie à poster avant la fin de la soirée.

"Vous, quelle langue aimez-vous entendre ?"

Trop vieux ? Moi ? Je m'offusque. Que dis-je, je m'insurge ! Je porte une main à mon coeur et affiche une expression scandalisée sur mon visage avant de prendre une voix montant dans les aigus outrés.

"Moi ?! Mais on me donne toujours moins que mon véritable âge. Il paraît que j'ai une peau de bébé et que je plais à la gente adolescente !"

D'un coup, je défais mon noeud papillon. C'est un peu anticipé par rapport à mon plan d'attaque initial mais ce n'est pas grave. Si ce qu'elle dit est vrai, j'ai besoin de la fidéliser pour plus tard. Je peux ne pas réussir ce soir en ce qui la concerne, mais dans ce cas-là, je dois pouvoir m'assurer une seconde chance. Délivré de mon étrangleur que je jette par dessus mon épaule vers Sharleen, je m'ébouriffe les cheveux avant de poser mon menton dans ma main. Ainsi penché vers la table, je regarde Angelique avec un sourire digne de son nom.

"Et là ? Combien vous me donnez ? Je ne souffrirai d'aucune résistance, pas même de la part du troisième âge." Excuse-moi, Sharleen, c'est pour la bonne cause. Je t'aime. "Dites-moi la vérité, n'ayez pas peur."

Et je n'ai même pas encore fumé quoique ce soit... Je sens bon l'herbe fraîche et la rosée matinale de l'écorce de chêne...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique parlait bien des langages et celui de l’argent n’était sans doute pas celui dont elle usait le plus. Son allure, ses manières et son assurance attestaient aisément qu’elle parlait avant tout le langage de la séduction.

- Quelle langue ? c’est une vaste question. Je dirais que toutes ont leur charme. Très personnellement j’ai une aisance naturelle pour le langage du corps et une oreille délicate pour le français.

Elle se tut quelques secondes avant d’ajouter

- Et vous ?

Il était évident qu’elle peinait à évaluer vraiment Bogdan. Angélique n’était en rien dupe de la soupe qu’il lui servait, tout du moins en ce qui concernait son attitude, mais elle n’arrivait pas à définir ce qui l’étonnait le plus chez le jeune homme. Comme beaucoup de courtiers, il était sur de lui mais d’un autre côté il semblait plus désinvolte que la plupart d’entre eux.
Lorsqu’il changea sa mise pour rebondir sur les propos qu’elle avait eu au sujet des goûts de Georges Doroty elle s’esclaffa derrière sa main.
Sharleen jeta un coup d’œil interrogateur à Bogdan et haussa les sourcils quand elle le vit enlever le nœud papillon de son smoking. Discrètement elle irait le ramasser. Autant pour jouer les jolis cœurs cela pouvait passer, autant pour les imbéciles acariâtres, moins.
Angélique se piqua au jeu et prit la même pose que Bogdan pour lui répondre.

- Et bien… je n’ai rien d’une adolescente mais je vous donnerais quand même sept sur dix. Ce qui, compte tenu de mon degré d’exigence, est une très bonne note.
- Moi je lui donnerai neuf mais il faudrait voir un peu mieux sous la chemise, ajouta Sandro à qui personne n’avait rien demandé.

Marcus ne sembla pas s’offusquer du manège de son compagnon et rit à sa remarque. Angélique, elle, soupira, et se tourna vers son ami.

- Je n’ai pas souvenir de t’avoir demandé ton avis. S’il te plait…

Elle agita les doigts dans le vide pour chasser l’opportun qui se retourna face à son assiette en faisant une moue dédaigneuse.
Les entrées étaient sur le point d’être servi et de jeunes serveurs faisaient le tour des tables pour remplir de nouveau les verres de vin ou de champagne.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Faut dire ce qui est, elle donne chaud. Même moi je n'aurais jamais dit un truc pareil à si haute voix avec tant de gens autour... J'ai beau dire la vérité - de ce qu'en croient mon auditoire - le langage du corps - puisqu'on en parle - trahirait Dieu lui-même. Pas que j'y crois en celui-là. Alors quand je pouffe de rire sur ma main, le plus naturellement possible, c'est sincère.

"Je parlais de l'âge. Je n'ai pas la prétention de prétendre à une note, quelqu'elle soit mais... Merci, le fromage est pas tombé à côté de la soupe." Puis, je me redresse, le sourire toujours sur les lèvres en observant le rejeté d'Angelique. "J'ai toujours eu du succès au sein de la communauté gay !"

Et je lui fais un clin d'oeil, malgré les protestations de la rouquine. Pendant qu'on nous sert les entrées, je réponds à sa précédente question avec un sourire en coin.

"Je suis doué en langues. J'ai appris deux langues complexes plus vite que mes camarades de fac, bien que le français n'en fasse pas partie, mais je ne voyage pas. Je suis aussi plutôt bon avec les chiffres aussi, alors j'en ai fait mon métier !"

Je n'ai pas que ces langages, mais je lui laisse le soin de le penser toute seule. Quand on commence enfin à manger, je m'offre le luxe de me moquer un peu d'elle. Juste un peu, pour entretenir cette complicité naissante.

"Et donc, Ken J... Est dans votre carnet d'adresse ?"

En coin, je lui adresse un sourire rempli de malice.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique ne doutait pas que Bogdan put avoir du succès dans la communauté gay mais elle se garda bien de lui dire que ce gay là n’était pas vraiment farouche. Elle se contenta d’en sourire et dédaigna aussitôt Sandro.
La jeune femme observa son assiette avec un œil acéré avant de gouter le plat.

- Quelles langues avez-vous appris sans indiscrétion ? J’imagine que dans votre métier vous n’avez pas vraiment besoin de voyager du moment que vous avez un téléphone ou une connexion…

Elle n’en dit pas plus à son sujet. Si Angélique parlait effectivement d’autres langues elle n’en dit rien. Sharleen se contentait de la regarder avec le sourire mais privilégier la conversation avec son voisin de table et son épouse. Visiblement le couple était plutôt avenant et avait la conversation facile tant que cela ne concernait pas une sulfureuse rouquine.
Ladite rouquine jeta un regard au chanteur qui occupait sa soirée bruyamment. Il n’était pas vraiment discret mais les maitres de cérémonie en profitaient pour l’inclure et le faire participer à leur animation. Il s’y prêtait volontiers, faisant le show comme il en avait l’habitude.
Angélique se tourna vers Bogdan et lui rendit son sourire.

- Il y sera ce soir.

Et tout ca dit avec un aplomb a vous faire pâlir une montagne de jalousie.

- Vous le connaissez ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ne peux pas dire les langues que je parle sans être fiché. Je ne sais même pas si l'Underground sait que je parle ces langues. La simple réaction de Maze lorsque j'ai dit partir et qu'il a cru qu'il s'agissait d'une affaire de Libration... Parfois, je me demande si je ne suis pas ce que je suis simplement pour masquer ce que je suis réellement. Ce n'est pas le moment de se poser ces questions existentielles stupides. Alors je souris... Et tout le reste n'est que pure invention.

"Norvégien, japonais et... Inuit."

La dernière est prononcée avec un certain défi dans le ton de ma voix aigue. Comme pour 'Tu t'y attendais pas à celle-ci, hein ?' Je souris un peu plus en étudiant mon assiette. Je sais même pas ce qu'il y a là-dedans, je reconnais pas les formes.

"Non, je... me suis reconverti. Je voulais être interprète quand j'étais môme, et voir du pays. Je voulais être capable... De parler n'importe où. C'est dingue comme les choses arrivent."

Il y a ce petit ton dans ma voix qui attendrirait un repris de justice. Je fronce les sourcils en étudiant mon assiette. Y a quoi là-dedans, sérieusement ? Je jète un oeil à Sharleen. Discret.

"Il sera où ?" Je reporte mon attention sur Angelique et suit son regard vers le chanteur. "Ah !" Je ris et secoue la tête avant d'entamer mon plat sans me poser plus de questions. "Je n'en doute pas un instant. Je ne le connais pas non, mais la concurrence est rude ! Il faut que je vous prévienne. Elles sont nombreuses celles qui aimeraient l'avoir dans leur carnet d'adresse !"

Et puisqu'elle a l'air encline à papoter le temps du dîner...

"Vous n'avez jamais voulu voyager ? Parler... D'autres langues ?"

Je force mon visage à rougir un peu, juste pour l'effet d'optique émotionnelle.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
- Inuit ?

La réponse eut l’effet escompté. Angélique était réellement surprise. Elle fronça d’ailleurs les sourcils.

- Qu’est-ce qui peut pousser quelqu’un à vouloir apprendre l’Inuit ? C’est peu commun… est-ce un endroit de la planète qui vous attirait particulièrement ?

Qu’importe ce qu’il y avait dans son assiette, elle semblait faire confiance au cuisinier. Sharleen pour sa part eut le même regard suspicieux que Bogdan. Le menu était mis à disposition discrète au centre de la table et sans aucune gêne, elle se permit d’y jeter un œil. Visiblement, il s’agissait d’un consommé avec un tartare de poisson. Quelque chose qu’elle n’avait pas mangé depuis des siècles. D’ailleurs a bien y réfléchir, elle n’en avait sans doute jamais mangé. Elle montra le carton à Bogdan avec un sourire de connivence mais Sharleen avait cette grâce naturelle à faire les choses avec naturel et simplicité. Aussi, elle entama son assiette comme si elle était coutumière des grands repas.
Angélique reprit la parole au sujet du chanteur qui n’avait pas l’air d’avoir envie de manger mais semblait avoir très soif. Les filles taillées dans des allumettes et qui l’accompagnaient avaient à peine touché à leur plat.
Désolant. La rouquine ne fit pourtant aucun commentaire et se contenta de répondre.

- J’aurais de la concurrence si nous jouions dans la même équipe.

Elle lui adressa un sourire amusé.

- Nous ne jouons même pas le même jeu…

En termes d’assurance et de confiance en elle, elle se posait là. Autant dire, en la considérant bien, qu’elle en avait les moyens. Marcus pouffa à sa remarque mais elle n’en fit pas cas. A la place elle se lança de nouveau dans les mensonges.

- Non je n’ai jamais voyagé, je suis une grande casanière. J’aime le confort de mon appartement pas très loin d’ici et la plupart des gens qui m’adresse la parole le font dans ma propre langue, je n’ai donc pas besoin d’en apprendre une autre. Qui sait, peut-être qu’un jour j’aurais envie de parler autrement qu’en anglais ?

Bogdan ne perçut pas une seule once de vérité dans ce laïus pourtant dit le plus naturellement du monde. Bien entendu, le fard du roumain ne passa pas inaperçu. Son regard était assez aiguisé pour qu’elle le remarque.
Des photographes firent leur entrée et se précipitèrent sur la table de Ken J qui se prêta à l’exercice. Ils s’intéresseraient aux autres convives juste après, flashant les fashonsistas et têtes connues qui figureront dans les tabloïds dès le lendemain.
Sandro réajusta sa mise et prit conseil auprès de son compagnon. Il voulait être sous son meilleur jour s’il devait apparaître sur papier glacé.
Angélique ne termina pas son assiette mais se fit resservir en champagne.

- Combien de temps restez-vous à Mégalopolis ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ne suis pas un garçon difficile. Je ne l'ai jamais été. Je pense même qu'ils sont nombreux à me qualifier de poubelle alimentaire. Quand vous avez vraiment eu faim dans votre vie, au point d'être malade et de frôler la mort, je crois que vous apprenez à tout manger, même quand c'est pas bon ou bizarre. On apprend à aimer toutes ces douceurs. Aujourd'hui, personne ne pourrait imaginer d'où je viens et les kilomètres que j'ai traversés en priant pour qu'un tigre ne nous trouve pas avant qu'on ait fabriqué une arme digne de ce nom. Je ris doucement en dévorant mon assiette le plus lentement possible pour ne pas révéler ma nature d'homme des cavernes.

"Non, pas vraiment, je... Comme beaucoup, il y avait cette fille et... Voilà."

Simple et efficace.

As-tu noté avec quelle aisance elle m'a indiqué vivre non loin d'ici ? Je dois me forcer pour ne pas sourire d'autant plus et franchir la barrière entre la perversité et la politesse. Encore qu'en matière de jeu, je ne sais pas trop ce qu'elle veut dire. Ken J serait gay ? Ou alors, je suis un homme d'argent et elle de corps ? Les deux sont liés en général, le sait-elle seulement ?

Je soutiens son regard comme un défi et je lui laisse penser que j'ai plus d'un atout dans ma carte alors que je termine mon plat d'une longue mastication. Je pourrais dévorer un éléphant à chaque repas. C'est sûrement pour ça que j'ai l'air plus en chair que mes comparses de l'Underground dont les ados ressortent avec un dessin géométrique à faire s'évanouir la plupart des donzelles. Cela fait trop longtemps que je n'ai pas fait d'exercice, je suis certain que ça se voit.

Je ne lâche pas son regard en reposant mes couverts. Cette fois, c'est moi qui suis de plus en plus curieux. Je fais à peine cas du talk-show qui se déroule derrière moi à l'autre table des vainqueurs "Notre Megalopolis a du talent". J'aimerais savoir pourquoi elle ment autant. Je veux dire, moi, j'en ai besoin. Elle prend un tel plaisir à enrober tout ce qu'elle dit que c'est... Je ne sais pas. Des menteurs, j'en vois tous les jours, mais c'est parce qu'ils cachent quelque chose et ne veulent pas dire la vérité. J'ai posé une question assez basique et même à ça, elle ment. Pourquoi vouloir me faire croire des choses aussi insignifiantes ?

"Je ne peux qu'acquiescer, j'ai moi-même un amour passionnel avec mon plumard."

Oups. Ca m'a échappé. Oh ça va, mettons que j'ai droit à trois failles dans la soirée... Une par cible. Je me passe un pouce sur les lèvres et prend mon verre - le sien ne m'ayant pas échappé - et secoue la tête avant de lui répondre.

"Une, deux semaines peut-être. J'ai envie d'en profiter pour visiter un peu." Ok, Larousso... Laisse-moi approcher un peu plus sur ton terrain. "Donc, si je comprends bien, l'anglais n'est pas votre langue maternelle ?"

Comme ça, à froid, je ne lui entend pas d'accent... Mais je n'en ai pas non plus et je n'ai pourtant pas appris l'anglais au berceau.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Une fille Inuit. Pourquoi pas. Du peu qu’elle connaissait de ce peuple… du très peu… elle les imaginait plutôt sauvage et peu propice à quitter leurs terres. Peut-être que son vis-à-vis avait fait un voyage dans ces froides contrées et était tombé amoureux. C’était assez original comme histoire pour être tout à fait plausible.
Angélique ne releva pas, ne cherchant pas à faire parler Bogdan sur ses anciennes histoires de cœur. Au-delà-du fait qu’elle s’en contrefoutait, elle avait assez d’éducation pour savoir où étaient les limites.

- L’anglais est ma langue maternelle, si. Je remarquais juste que jusqu’à maintenant je n’avais pas eu l’utilité d’en apprendre une autre et que je n’en avais pas eu non plus l’envie mais je suis assez prudente pour savoir que je ne connais pas l’avenir.

Elle n’avait pas non plus relevé sa familiarité mais c’était sans aucun doute délibéré. Elle se le tenait pour dit. Finalement, elle commençait à se faire une image de ce jeune homme. Attentionné et affectueux avec sa tante, il avait pu faire des études mais gardait un fond de bon garçon de famille. Il ne devait pas être habitué à cotôyer les milieux argentés préférant sans doute les voyages et les aventures. Ca revêtait un côté assez romanesque qui n’était pas sans la séduire. Et si elle en jugeait par les coups d’œil de Sandro, lui non plus.

- Sur la dizaine de jours à venir je devrais pouvoir trouver un peu de temps pour vous faire découvrir les merveilles de Megalopolis. Cela vous ferait plaisir ? Une sorte… d’avance sur votre invitation à faire de même avec Chicago…

Sharleen ne put retenir un sourire amusé mais se garda d’ouvrir la bouche. Définitivement, elle se demandait quelle était l’étroitesse des liens d’Angélique avec Mogdawi et si elle faisait un jeu de leur échange ou si elle ne savait rien d’eux.
L’entrée fut desservie et après un bref interlude de nos deux gais lurons, on apporta le plat. Cette fois-ci, la viande fut tout à fait identifiable ainsi que les accompagnements. Les jeunes garçons et filles firent une tournée des tables pour récupérer les premiers cartons de promesse de dons.
Un photographe s’approcha de leur table et avec un naturel déconcertant, Angélique posa aux côtés de Sandro. Tous deux affichaient la mine rayonnante des gens ravis de participer à un tel événement. La rouquine était magnifique, à la fois mise en valeur par son ami et sa tenue. Elle serait surement dans un papier demain.
Elle se retourna vers Bogdan une fois le manège terminé.

- Mégalopolis aime ce genre d’événements. C’est une ville qui met plus en avant son apparence que son essence. C’est dommage je trouve. Son cœur palpite de trésors qui mériteraient d’être mis en valeur…


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Coucou, rendez-vous. Pourtant, je ne crie pas joie et fête. J'ai encore toute la soirée pour me vautrer dans les règles de l'art... Je lui souris et acquiesce.

"Avec plaisir, oui."

Je n'ai pas les mêmes questionnements de Sharleen. Pour moi, Angelique n'est ni plus ni moins qu'une bête de scène. Reste à connaître son camp.

J'aimerais bien être sur toutes les photos. Alors, j'insiste pour que Sharleen en fasse au moins une avec moi. J'ignore si elle aime ça ou non, mais j'y tiens. Ce n'était pas tous les jours que je portais un costume pareil. Je me suis même recoiffé rapidement pour l'occasion. La prochaine, elle est pour Angelique, mais pas à table. je ne sais pas ce qu'elle fait de réel dans la vie et pendant une seconde, j'ai même envie de lui rentrer dans le lard. Plus tard, il y a encore trop d'oreilles qui traînent.

Je profite du repas pour échanger des banalités sur la météo et l'histoire avec les autres convives. Rien de politique, rien de religieux, je tiens à conserver mon avantage sur Angelique. Je repousse doucement mon assiette vide sans plus une trace de sauce et je croise un bras sur le bord de la table. A nouveau, je pose mon menton dans ma main pour regarder ma plus charmante voisine. Pour une fois que je peux être auditeur et non orateur... Qui plus est, je ne me risquerai pas à raconter des histoires ici.

"Parlez-moi de ces trésors, qu'est- qui, selon vous, mériterait plus d'attention et de valeur ?"

J'étais on ne pouvait plus attentif. Je m'attendais à peu près à tout mais je voulais surtout voir si les Positifs faisaient quelque part partie de son discours. J'ajoute, très sérieux.

"Si vous me répondez les joyaux de la couronne, je serai dans l'obligation de vous imposer une danse avec moi après le repas. Laissez-moi vous dire que je suis un exécrable danseur."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Lorsque les photographes passèrent à proximité et mitraillèrent, Bogdan invita Sharleen à se prêter au jeu. On ne pouvait pas dire qu’elle était particulièrement friande de ce genre de chose mais il avait l’air assez enthousiaste pour que ce soit communicatif. Juste… si la photo apparaissait quelque part, elle en connaissait plus d’un a l’Underground qui ne manquerait pas de s’en amuser.
Sharleen appuya son épaule contre Bogdan et offrit son plus beau sourire pour la photo. Ca l’amusait finalement de le voir faire. Tant mieux si la soirée ne lui pesait pas trop. Elle avait parié sur son don mais ne connaissait rien de sa nature.
Pendant que le roumain faisait l’effort de la conversation avec les autres personnes autour de la table, la rouquine échangeait discrètement avec ses voisins. Ils avaient l’air de parler sérieusement mais une fois le plat principal débarrassé, une pause intervint pour relancer les appels au don.
Bogdan reprit la conversation avec Angélique, relançant leur discussion.
Elle lui retourna un sourire charmant et poussa un bref soupire avant de répondre

- Et bien pour commencer il y a l’architecture. Les reconstructions en ville Médiane comme ce magnifique Casino devenu un foyer d’accueil pour adolescents positifs il me semble. Le bâtiment vaut le coup d’œil. Puis les rues de l’ancienne New york qui longent la ville basse, encore empruntes de cette frénésie du siècle dernier. Les expositions sauvages ou temporaires de ces artistes positifs ou non, les concerts de modern jazz dans des cafés cosys mais somptueux… et si vous êtes adeptes de sensations fortes, vous pouvez tout avoir à portée de mains pour peu que vous laissiez la ville vous chahuter.

Son sourire s’élargit et elle murmura

- Mégalopolis ne dort jamais…

Elle devait en connaître un rayon sur les nuits de cette ville si son carnet d’adresse était si volumineux. Par ailleurs elle rebondit sur la remarque de Bogdan quant à ses talents de danseur.

- Vous êtes si piètre cavalier ? C’est dommage. Cela réduit considérablement votre charme. Vous brisez la magie en un claquement de doigt. Vous qui me vendiez du rêve me voilà déçue…

Son petit air théâtral ajoutait à la boutade.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Mon coeur a manqué un battement. Je ne sais pas trop pourquoi, je m'en fichais pourtant. Mais si Angelique s'intéressait au Casino, elle avait pu m'y voir une ou deux fois. Depuis que je possédais ma puce, Sunny m'avait engagé comme animateur, de temps en temps. Une fois par semaine ou toutes les deux semaines. Les fans d'Halloween avait réclamé d'autres histoires aussi saisissantes. Mon accord avec la Positive avait été de contrôler suffisamment mon don pour ne pas les effrayer car leur laverie ne tiendrait peut-être pas à ce rythme. Certes, ce costume me donnait un air tout autre que celui que j'arborais dans la vraie vie, mais c'était sûrement la même chose pour elle. Et après tout, pourquoi ça me gênait qu'elle m'y ait vu ? Je pouvais bien trouver une explication. C'est mon job, non ? C'est bien pour ça que je suis là, pas vrai ?

Bon sang et qui plus est, elle s'intéresse beaucoup à l'underground de la ville. Pas nous, hein... Le côté chien perdu. Bordel, elle devient vraiment intéressante. Je lui souris doucement avant de baisser les yeux. J'ai aucune idée de ce qu'est le Modern Jazz et si j'aime ça, mais maintenant, j'ai envie de le savoir. Elle est douée... A sa dernière remarque, je souris, puis ensuite, je tourne les yeux vers elle, suspicieux.

"Vous mentez."

Tant de flatteries, elle est douée, mais je suis pas con. Je sais encore quand une fille me fait la cours. Et elle, elle me fait la tête.

"Vous mentez parce que si j'avais véritablement du charme, vous auriez tout de même dit les joyaux de la couronne. D'ailleurs !" Je regarde Sandro à côté d'elle. Je prends mon verre pour désigner son voisin d'un index lâche. "Je suis persuadé que votre ami l'aurait dit et que lui, en revanche, n'aurait pas brisé cette magie dont vous parlez."

Et je bois une gorgée avant de reposer ma verre de lui offrir mon sourire le plus espièglement connard.

"Mais comme je ne suis pas revanchard..." Mon sourire s'étire. "Je vous mets au défi de m'enseigner quelques pas."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique sourit à son tour et regarda Bogdan sans sourciller.

- Sandro est un homme facile, il choisit toujours les chemins les plus aisés. Personnellement j’aime un peu la difficulté et vous répondre directement « les joyaux de la couronne » c’eut été vraiment manquer de challenge.

Elle porta la coupe de champagne à ses lèvres peintes d’un rouge vif et fit une petite moue boudeuse.

- Je mens toujours cela dit mais jamais sur ce que je pense des hommes. Excepté quand ils me demandent expressément ce que je pense d’eux bien sûr.

Au moins elle avait le mérite d’annoncer la couleur. Voilà chose faite.
D’un geste elle indiqua Sharleen.

- La courtoisie voudrait que vous offriez votre bras à votre tante pour commencer...

Sharleen tourna la tête vers la jeune femme quand celle-ci la prit à partie.

- … mais je pense que si je prenais la peine de vous enseigner quelques pas, je lui épargnerais quelques désagréments. Pourrai-je ? demanda-t-elle à Sharleen.

Cette dernière eut un petit rire bref. Danser ne l’enchantait pas des masses et elle aimait autant laisser cette partie de la corvée à Bogdan.

- Je vous en prie, répondit-elle.
- Alors je vous enseignerai deux trois petites choses, dit-elle à Bogdan, et si vous êtes assez attentif, il se pourrait que mes leçons aillent au-delà de quelques pas de danse.

Le show touchait à sa fin et on apporta quelques mignardises avant le véritable dessert qui serait servi bien plus tard. En attendant, les convives étaient invités à profiter de leur soirée et, s’ils le souhaitaient, quitter leurs tables respectives. Sandro et Marcus virent cette invitation comme un gong de départ et aussitôt ils disparurent.
Angélique observa rapidement la salle pour se faire une idée de qui allait voir qui et établir son propre plan des courtoisies.

- Ne prenez pas la peine de vous dérober. Vous m’avez mise au défi et je les relève toujours.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Je ne suis pas égocentrique, je vous laisse penser ce que vous voulez et vous êtes libre de me jeter votre verre à la figure si vous le jugez nécessaire, je suis bon joueur."

Voilà chose dite. La courtoisie. C'est pas que j'en ai pas, c'est que j'ai jamais eu à la placer. Pas celle-ci, en tout cas. Je hausse les sourcils et regarde Sharleen.

"Ah bon ?"

Puis, Angelique. Je reconnais qu'en effet, elle abat son jeu de cartes d'une manière qui me laisse suffisamment interdit pour être noté. Cette fois, la vue est un peu plus dégagée et je remarque qu'elle me fait peut-être du fringue mais je ne voudrais pas qu'elle me prenne pour ce que je ne suis pas. Obtenir un rendez-vous privé, oui. Pour parler argent, d'accord. Mais je suis pas... Ok, peut-être un peu. Je veux bien jouer, mais... Rah, si je me dégonfle maintenant...

Je regarde la salle. J'ai besoin de m'occuper de George, maintenant que je suis libéré du repas. Je suis pas un grand danseur et la musique que j'entends n'a rien à voir avec celle du Sanctuaire que j'affectionne. Mais si je la contrarie, c'en est fini. Peut-être que je peux faire d'une pierre deux coups, bousculer notre ami George et m'excuser comme un gros maladroit attendrissant que je suis, le tout avec un diplôme de Bac+5 en léchage de grolles.

J'ouvre la bouche pour protester, mine de rien. Bon sang, elle m'a pris de court et c'est quelque chose qui n'arrive pas souvent. J'étais presque persuadé d'avoir merdé sur ma dernière carte mais il semblerait que j'ai plutôt dégainé un joker. Je sais danser, oui. Des trucs païens, si tu veux. Autour d'un feu, dans un cirque si je me dérouille, un peu. Mais avec une femme de cette envergure ? Cependant, si je recule maintenant, ne serait-ce que d'un millimètre, je sais que je n'aurais pas d'autres chances. Je jète un oeil à Sharleen. C'est pas que j'ai peur ! Je n'ai jamais peur... Mais elle aurait pu m'aider, non ? Angelique doit aussi comprendre que j'hésite car elle insiste. Moi aussi, j'aime relever les défis. Mais pas quand ils sont profondément stupides ! Je me gratte la mâchoire. La prendre de court, c'est ma solution.

Je me lève en ramenant ma chaise, parce que je suis un garçon bien élevé et je m'incline légèrement en tendant ma main vers Angelique, réclamant la sienne comme un gentleman émerveille.

"Je serai donc votre élève ce soir."

Une autre idée me vient.

"Cependant, je m'en veux de vous accaparer. Vous êtes une merveille de cette ville à vous seule, je m'en voudrais de ne pas partager. Nous avons un chanteur parmi nous, peut-être pourrait-il choisir une chanson sur laquelle vous me donneriez mon premier cours ?"

Putain, Bogdan, c'est la pire que tu aies eue. Tu as l'occasion de l'avoir pour toi tout seul, joue contre joue et tu ne penses qu'au travail. Rien me dit qu'il choisira quelque chose qui me permette ce joue contre joue qui viendrait sceller mon rendez-vous privé avec cette nymphe.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
La musique n’a rien d’extraordinaire. Un peu de foxtrot mâtiné de jazz, quelque chose de discret et qui ne demande pas de grandes compétences de danse. La soirée débridée ce sera sans doute pour plus tard, quand la nuit serait bien avancée mais Angélique n’avait encore aucune idée d’où elle serait à ce moment-là.
Pour l’instant, elle était aux côtés de Bogdan et rejoignait l’espace dégagé pour les quelques danseurs amateurs.

- La flatterie ne vous mènera nulle part mon ami, dit-elle en lui décochant un sourire entendu qui disait tout l’inverse. Mais je vous en prie, continuez, j’adore ca.

Du menton elle indiqua un Ken J très absorbé dans une discussion avec le maire et son entourage.

- Nous allons éviter de le faire chanter pour l’instant. Je ne peux pas dire que je sois une grande fan mais il ne m’a certainement pas fait la démonstration de toute l’étendue de ses talents.

Une fois sur la piste, Angélique se rapprocha du roumain. Leur promiscuité attirait indubitablement les regards mais elle n’en faisait pas cas.

- Ce n’était pas difficile, il suffit de suivre la musique et d’éviter de me marcher sur les pieds. Quand vous vous sentirez plus à l’aise, vous pourrez même me regarder dans les yeux et vous n’aurez plus besoin de vous assurer de vos pas.

Une fois que Bogdan ait effectivement gagné en aisance, elle reprit la conversation.

- Je vous ai vu observer Georges Doroty. Je le connais un peu. Si vous le souhaitez je pourrais vous présenter. Toutefois je me dois de vous prévenir. Il est ennuyeux et très imbu de lui-même. Vous n’obtiendrez son attention que si vous lui parler argent ce qui, si j’ai bien compris, est votre domaine de prédilection, n’est-ce pas ?

Angélique avait la grâce de savoir garder ses distances tout en les réduisant au minimum. Mais au fond, elle ne pouvait s'empêcher de s'amuser et d'aguicher de ce jeune homme qui piquait sa curiosité.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Okay... Elle mène. Je suis.

"Je ne connais pas une femme qui n'aime pas la flatterie. Cela dit, je ne vous flatte pas... Je dis la vérité."

Ce qui, dans mon cas, est assez risible, mais continuons. Ca va, ne pas marcher sur les pieds, je sais faire. Je sais pas les techniques de danse, mais je suis pas un éléphant en tutu rose non plus. Tant qu'on reste dans le classique, ça me va. On danse pas mal à l'Underground, contrairement aux apparences. Et d'ailleurs, quand j'y pense, je souris en penchant légèrement la tête. On peut me regarder, je m'en fiche, c'est pas leur main sur ses reins. C'est la mienne. Je défis le premier qui vient m'enlever mon petit privilège.

Elle n'a pas eu besoin de me dire de la regarder dans les yeux, je les lui ai accrochés assez rapidement. Quoi, je suis menteur professionnel, je sais peut-être pas super bien danser, mais je connais mes bases. Il fallait juste que je l'approche pour qu'elle soit seule à m'entendre. J'ai un léger sourire en coin et je suis pas du genre à manquer de confiance. Je vais pas jouer les timides pour ses beaux yeux.

"Vous pourriez, oui. Vous savez, je suis également plutôt ennuyeux à mourir et imbu de moi-même."

Je lui souris un peu plus en penchant la tête. Je la dévore du regard, ça je pense que n'importe qui peut le remarquer. Elle peut se rapprocher, encore une fois, je suis pas là pour jouer les grands puceaux timides.

"Vous pourriez peut-être aussi m'en dire un peu plus sur lui, qui sait, nous pourrions aussi convoquer une réunion où je vous présenterai mon travail, mes idées... A moins que vous préfériez un entretien privé, ce qui me convient tout aussi bien. Sinon plus."

Je sais pas de quoi j'ai la grâce, mais à cet instant, je sais que je vais le regretter. En tout cas, je tiens une de ses mains dans la mienne sans la serrer, mais je compte pas la lâcher. Mon sourire ne me quitte pas, il n'est pas immense, il n'est pas faux, il est là, suffisant à la situation.

"Le Maire, c'est un ami à vous ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
De son côté Sharleen observa la couple sur la piste de danse histoire de conserver Bogdan dans son champ de vision mais elle n’avait pas l’intention de lui laisser tout le travail à faire. S’il y’avait bien une chose qu’elle n’avait jamais su faire et qu’elle n’avait jamais fait, c’était bien de jouer les potiches ornementales.
A son tour, elle alla se présenter, lier des connaissances et travailler son image. Après tout si les trois cibles désignées à Bogdan étaient prioritaires, d’autres pouvaient s’adjoindre. Il lui fallait aussi commencer à devenir un visage familier de tous ces gens qui à l’avenir elle entrait dans le jeu politique et diplomatique de Mégalopolis.
Angélique pencha la tête et constata que son cavalier, s’il était imbu de lui-même, n’était clairement pas farouche. A vrai dire, elle ne se souvenait pas d’en avoir connu de tels. Pas en sa présence en tous cas.

- J’évite Georges Doroty autant que faire se peut. C’est son épouse qui a amené la fortune familiale mais Georges en est le gestionnaire reconnu. Si vous avez des placements intéressants à proposer, il est votre homme.

Elle eut un petit sourire amusé à la proposition de Bogdan.

- Personnellement je privilégie toujours les entretiens privés. J’aime être le seul centre d’intérêt quand je parle affaires mais je n’ai pas encore décidé si je dois vous concéder du temps pour ce genre-là d’activité. Je me laisse la soirée pour y réfléchir.

Ses yeux délaissèrent ceux du roumain une fraction de secondes pour croiser le regard de Sandro qui devenait insistant. Il attendait visiblement après elle mais ne voulait pas la déranger ouvertement.

- Le Maire est un ami oui, autant qu’on peut l’être dans ce milieu. Disons que nous défendons des causes communes et que nous avons à cœur de promouvoir les mêmes idées, dussent-elles être impopulaires parfois.

Il y a surement plus qui la lie à Mogdawi et c’est assez facile à deviner dans ses propos mais elle ne s’étend pas sur le sujet. La présence trop rapprochée d’une femme comme elle près du Maire doit susciter bien plus de rumeurs que d’approbations. D’ailleurs, en dehors de leur entrée commune, elle avait soigneusement gardé ses distances avec lui.
Le morceau de musique s’interrompit et avant qu’un autre ne débute, Angélique s’était suspendu au bras de Bogdan

- Souhaitez vous que je vous présente Mr Doroty ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je fronce les sourcils à la mention de Doroty. Je suis assez discret pour ne pas poser plus de questions à l'heure actuelle, nous ne sommes pas seuls et je ne veux pas la faire fuir, mais pas assez pour que ma curiosité ne se remarque pas. Quant à sa réflexion, je souris doucement.

"Vous seriez déçue, je n'ai pas grand chose à offrir en dehors de mon travail." Ca, c'est vrai. "Je suis d'un ennui profond, je me lève tôt, je ne déjeune même pas avant de partir, j'adore regarder le sport à la télé avec les pieds sur la table, je lis Dickens et Zola avant de me coucher et je n'ai aucune photo sur mes murs. Je n'écoute pas de musique, non plus. Quoi d'autre... Je hais les clowns. J'oublie constamment mon téléphone, je ne suis pas un grand féru de technologie, ces trucs me dépassent. Ah ! Et puis je suis circoncis !" Je souris un peu plus, moqueur, flambeur, branleur, adolescent, insolent... "Nan, je déconne."

Encore que, qui peut le dire ici, mmhm ? A nouveau, je l'écoute avec un grand intérêt, parler de Mogdawi. Ma curiosité est à nouveau mise à l'épreuve, d'autant que si elle est une alliée de Hogan, elle est mienne également. Je repousse son offre, pourtant alléchante. Si on peut plus s'amuser au boulot un peu...

"J'ai toute la soirée pour parler d'argent..."

Autrement dit, je peux lui consacrer plus de temps pour elle avant d'utiliser son carnet d'adresse à mon profit. Je la dévisage, m'attardant quelque peu sur ses lèvres et je replace sur son épaule une de ses boucles rousses qui tentait de s'échapper. J'ai le geste délicat et je n'ai toujours pas touché un centimètre de peau - en dehors de sa main. Moi aussi, je sais jouer sur les distances.

"Vous m'avez l'air d'une femme qui sait ce qu'elle fait, où elle met les pieds et avec qui. S'attirer les faveurs du maire, c'est quand même pas anodin... Qui sait, peut-être que nous défendons les mêmes causes."

C'est une technique d'approche comme une autre, non ?


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Autant dire qu’il ne cherchait pas à se vendre. La plupart du temps elle avait plutôt droit à du rentre dedans. Angélique ne sut pas vraiment comment elle devait prendre cet humour à la hussarde mais par politesse, elle lui sourit quand même. Toutefois elle rebondit quand même sur ses propos.

- Je vous remercie pour ce tableau de votre personne que j’espère non exhaustif. Si cela ne vous ennuie pas j’aime assez me forger mes propres opinions et être seule juge de vos qualités. N’y voyez aucune offense personnelle, je procède toujours ainsi.

Elle fronça les sourcils et ajouta

- Dickens et Zola ? Vraiment ?

Allez donc savoir pourquoi était-ce la seule chose qui avait attiré son attention. Elle ne fit pas mine de se dégager ou de s’offusquer de son geste quand il replaça une boucle de ses cheveux mais pour le moins, en de telles circonstances, cela n’était pas moins lourd de sens.

- Contrairement aux apparences, il ne m’est toujours aisé d’obtenir ce que je veux. Notre Maire est quelqu’un de très courtisé, les conséquences de la fonction j’imagine, et c’est un homme perspicace. Il a fallu que je sache me montrer convaincante pour bénéficier de son estime.

Elle eut un rire bref et délicat

- Il est possible que nous soyons tous deux attachés à une même cause mais que nos moyens de la servir diffèrent. Vous à Chicago, moi ici. Vous avec votre argent, moi avec mes relations.

Ses yeux se tournèrent vers Sharleen qui continuait de discuter affablement avec les convives.

- J’ai conscience que je suis une positive privilégiée mais il m’a fallu du temps pour avoir cette position aujourd’hui et il me faut tout autant d’énergie pour la conserver.

Bogdan peut le prendre pour ce que c’est : un aveu, d’une certaine manière. Reste à savoir si elle aurait dit la même chose à n’importe qui, ou juste parce que c’était lui.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ris doucement en acquiesçant. J'ai beau mentir avec des mots, le reste est parfaitement sincèrement.

"Oui, je sais. Ma tante a eu un moment d'égarement aussi."

Et puis, je hausse les épaules, comme la mettant au défi avec un sourire malicieux. Elle joue un jeu que j'apprécie aussi je m'y prête avec plaisir. Et c'est bien tout ce que c'est pour le moment, un jeu. Ce qu'elle a à révéler m'intéresse et elle est vraiment très belle, elle a du charisme... Mais je sens que nous n'avons rien en commun sinon un caractère génétique bien particulier. Je suis pas de la haute, nous ne sommes pas du même monde, mais ça ne veut pas dire que je lui manque de respect ou que je la juge. Ce n'est qu'un état de fait, c'est comme ça. Je suis trop terre à terre pour jouer les pingouins tous les jours.

"Comme vous voudrez, mais je vous aurais prévenue..."

C'est ça en fait. C'est exactement. Je suis un hussard. Si je voulais me dresser un portrait au poil, je devrais rester en Europe. Mais j'ai préféré ici, le combat y a l'air plus glamour. Je hausse les sourcils pour lui répondre.

"Notre maire est un président, si vous voulez mon avis."

Son aveu ne m'a pas échappé, mais je ne vais pas lui retourner la politesse. Elle ne le porte pas sur elle, son Yu et ici, je n'ai pas envie de tenter le diable. Je ne sais pas ce qui fait qu'elle s'ouvre de cette manière à moi, mais en tout cas, je ne veux pas griller plus de chances.

"Si vous pensez que je n'ai que l'argent comme atout, vous vous trompez... Je n'ai rien à voir avec ces hommes robotiques faits et de noir et de blanc. J'ai souvent l'impression qu'ils n'ont pas d'âme. Pourquoi avoir absolument cherché son estime ? Vous semblez être plutôt fière de qui vous êtes, et de ce que vous êtes... Pourquoi chercher le regard d'un homme politique ?"

Si elle ne me répond pas concernant le maire - je fais d'une pierre deux coups - je lâcherai l'affaire en me contentant de ce que je sais et de ses liens avec Doroty.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique hocha la tête. Sans s’en rendre compte, elle avait poursuivi son cours de danse improvisé avec Bogdan quand la musique avait repris. Absorbée par la discussion elle n’avait pas même cherché à jouer les hôtesses de charme avec d’autres.

- Hogan est un homme juste et bon. Il sait s’entourer et j’espère qu’il ne s’arrêtera pas à Megalopolis. Sa carrière politique mérite plus d’envergure. Je souhaite sincèrement qu’il puisse avoir le pouvoir de changer la société. Je crois en lui et je serai toujours son plus fidèle soutien.

Angélique sourit à sa dernière question qui contenait un compliment à peine voilée. Du moins le prit-elle comme ça. Elle laissa son regard dériver vers Mogdawi puis vers d’autres personnes qui discutaient ou dansaient autour d’eux, le temps de formuler sa réponse.

- Si l’on est fier sans estime, alors nous ne valons pas mieux que tous les Georges Doroty du monde. C’est l’estime qui confère à la fierté une certaine noblesse. Ainsi vous apparaissez comme sûr de vous et méritant, et non pas imbus et parvenu. Je vous accorde que la différence entre les deux est subtile mais néanmoins existante.

Elle eut un sourire mutin qui devait faire des ravages chez certains hommes.

- A quoi me servirait-il d’être une jolie fille sans intérêt ?

Puis elle soupira

- J’aime m’entourer de gens passionnants et qui autant à offrir au monde qu’à moi-même. Le maire est de ceux là.

Elle se tut quelques secondes avant de demander

- Parlez moi de votre âme alors. On dit que dans votre milieu elle se vend aussi bien que des actions. Vous avez donc sauvegardé la votre ? L'offre n'était pas assez généreuse ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Elle ne répondait pas à ma question. Ca ne me disait pas pourquoi lui. Pourquoi pas un autre, il n'était pas le seul homme influent en ville et Mégalopolis n'était pas la seule ville au monde. Je m'étais promis de ne pas insister. Alors, je n'insiste pas et garde mes autres questions pour plus tard, ou un autre jour, je l'espère. Le regard de Sandro me brûle la nuque mais ça m'est complètement égal.

J'aurais pu répondre à Angelique, et lui donner ma version de l'estime et qui plus, quelque chose de plus que ce qu'elle semblait vouloir mériter, un peu comme si c'était là la seule chose qu'elle voyait possible pour elle. Je ne suis pas son frère ni son père, mon avis et mon opinion, elle s'en fiche royalement et qui plus est, je ne suis pas là pour ça. Cependant...

"Vous n'avez pas besoin du maire d'une ville pour être intéressante..."

J'ai beaucoup de mal à détacher mon regard du sien et j'imagine que c'est parce qu'elle provoque mon intérêt, plus que parce qu'elle me plaît bien. De l'extérieur, je dois presque paraître insistant, mais personne n'entend notre conversation qui, je pense, fait bien de rester entre nous. Je profite que le tempo soit plus lent pour la garder contre moi. Mon visage est plus sérieux à présent, mais je ne la quitte toujours pas des yeux en penchant la tête.

"'Quel homme serait celui qui ne chercherait pas à rendre le monde meilleur ?' Je me suis juré que jamais je ne vendrai mon âme à qui que ce soit. Alors ce n'est sûrement pas l'argent qui l'aura..."

L'argent, une femme, un homme... Personne. A nouveau je lui souris avec une empreinte de curiosité laissée au mystère.

"De quoi êtes-vous capable, Angelique ? Votre don..."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique poursuivit la conversation qui prenait une tournure inattendue.

- Non bien sur que non je n’ai besoin de personne pour être intéressante et surtout pas d’un homme. Disons que j’aime voir grand et que j’ai des ambitions mais pas à n’importe quel prix. Hogan Mogdawi est un homme exceptionnel et il me plait qu’on m’associe à lui. Demain, qui sait, je serai peut-être dans l’entourage du président lui-même ? Je prends mon temps car la précipitation n’amène jamais rien de bon. Et pour tout vous dire, il y a des hommes qui cherchent avant tout à rendre LEUR monde meilleur. Pas « le ».

Elle suivait les pas de Bogdan qui se débrouillait fichtrement bien pour quelqu’un qui ne savait pas danser. Même si la musique n’exigeait pas de grandes connaissances, elle demandait quand même un peu d’aisance.

- Ce pourrait être un bon point de départ pour une collaboration fructueuse, j’y pense. Je vous présente tout ce beau monde à Mégalopolis et vous me renvoyez l’ascenseur à Chicago, lui dit-elle dans un charmant sourire.

Puis elle roula des yeux et fit une petite moue

- A moins que vous n’ayez le sentiment de perdre de votre intégrité. Rassurez-vous toutefois je n’en veux pas à votre âme. J’en ferais quoi ?

Sa dernière question suscita une intense réflexion chez elle. Non pas parce qu’elle ne voulait pas y répondre mais plutôt parce que ca lui apparaissait tellement abrupte. Un peu comme s’il lui avait demandé la couleur de ses sous-vêtements.
Elle humecta ses lèvres et baissa les yeux avant de répondre.

- Ce dont je suis capable…

Elle baissa le ton

- Les gens me paient très cher pour mon don. C’est… mon fonds de commerce. Je pourrais vous le dire ou vous en donner un aperçu mais quid du mystère qui m’entoure ? Je perdrais aussitôt cette charmante emprise que j’exerce sur votre curiosité et ca me contrarierait.

Elle sourit avant d'ajouter

- Et vous ? Quel est votre don ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Elle marque un point. Il y avait une part d'égoïsme dans l'Underground quand je réfléchissais au point de vue d'Angelique. J'ai même tordu les lèvres dans une moue de réflexion, lui montrant que je n'étais pas fermé au débat et que, même si ça se trouve, je serais d'accord avec elle. Je souris un peu plus à son offre. Je trouverai un moyen de lui rendre la pareille une autre fois, je trouve toujours.

"Ca me semble un deal acceptable et je flaire les arnaques à des kilomètres. J'accepte volontiers."

Quant au reste... Si attiser ma curiosité était la seule chose qui la poussait à me répondre, elle serait vite déçue, je ne suis pas un enfonceur de portes, encore moins quand elles sont ouvertes. Si elle ne veut rien dire, je n'insisterai pas. En général, je ne pose les questions qu'une fois.

"Je suis certain que vous me dégoterez d'autres mystères à élucider, bien plus intéressants et plus parlant de votre personnalité que... Votre outil de travail."

Je pourrais lui répondre. J'en ai envie, d'ailleurs, ça m'est égal. Je suis face à une Positive, dire que j'en suis un ne constitue pas d'un véritable danger. Elle prend un malin plaisir à se dissimuler aux yeux des autres alors je ne vois pas pourquoi elle crierait que j'en suis un ici. J'ai même envie de jouer un peu sur les mots pour continuer cette danse artistiquement verbale qu'on entretient l'un comme l'autre depuis le début du repas. Mon instinct me dit que je peux lui dire.

Néanmoins...

On n'a rien sans rien dans ce monde. J'aime trop tenter le diable et les choses qui se méritent. Aussi, je lui souris un peu plus sans rien dire pendant plusieurs secondes. Je la dévore des yeux, parce que je suis un foutu joueur de poker.

"Montrez-moi le vôtre, je vous montrerai le mien."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Il ne perdait pas le nord et c’était de bonne guerre. Elle avait tenté un coup de chance des fois qu’il s’ouvrirait en premier mais il n’en avait pas l’air décidé.
Cela la fit sourire. Sandro s’impatientait dans son dos mais elle s’en fichait.

- Je ne suis pas certaine d’avoir autant de mystères à partager mais soit. Je pense que je peux encore un peu en trouver.

Elle observa le monde autour d’elle et tourna la tête de manière à ce que seul Bogdan puisse la voir. Elle libéra sa main et de l’index suivit l’arête du nez. Quand elle arrive au bout, elle appuya légèrement dessus pour creuser l’espace entre ses deux narines. La chair garda la forme qu’elle lui avait donnée, comme de la pâte à modeler.
Angélique laissa quelques secondes à Bogdan pour comprendre ce qu’elle venait de faire puis, comme si elle s’essuyait brièvement le nez, du pouce elle en redessina les contours pour lui redonner cette forme mutine et harmonieuse.
Elle sourit et murmura sur le ton de la confidence

- Je suis une grande artiste. Dites-moi ce que vous aimez, vos préférences… je suis ce que chacun désire. Bien entendu, plus le souhait vos goûts sont singuliers, plus ils seront onéreux.

A bon entendeur.
Angélique ne craignait pas de choquer et elle tirait profit de son don. Là où d’autres en souffraient, elle en avait fait son gagne-pain.

- Si vous voilà convaincu, c’est à votre tour il me semble ?


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je souris parce que je vois bien que je remporte une partie. Mais quand je la vois regarder discrètement autour de nous, je fais de même. Quoi, c'est visible ? Personne ne fait véritablement attention à nous sinon Sandro, et elle lui tourne le dos. Je fronce les sourcils en suivant son geste des yeux.

"Quoi, t'es une sorcière ou un truc du genre ?" Je souris bêtement. "Tu vas me transformer en crapeau ?"

Je n'ai pas fait attention à la familiarité parce que j'essaye de comprendre ce qu'elle fait. Dans un film Disney, elle serait la Belle et moi son Clochard ? Non, pas sa Bête, non... J'ai mes limites animales. De plus, mon emblème est un loup, qu'est-ce que j'irais faire d'un gros chat aux longs crocs ?

Et puis, alors que j'écoute sa réponse et que je comprends, je hausse les sourcils en écarquillant les yeux.

"Une métamorphe ?! Enorme." Et puis d'un coup je grimace en réalisant quelque chose. "Mais... Les gens payent pour que vous soyez quelqu'un d'autre ? Votre personne ne suffit pas ? Han ! Ou alors vous espionne pour la CIA. Ca, ce serait vraiment très cool à raconter à mes enfants. 'Papa, raconte-nous une histoire.' 'Les enfants, un jour, j'ai dansé avec une espionne du gouvernement américain.' Et là, mon fils, aussi branleur que moi dirait 'Et elle était bonne ?' Et sans hésitation, je répondrais 'Beaucoup plus que ta mère, oui.'"

Je ris doucement. C'est la deuxième fois de la soirée que je pense à des gamins qui seraient les miens et pas ceux de l'Underground. Cependant, je n'ai pas oublié ma part du contrat, aussi je lui réponds sans me départir de mon humour.

"Evidemment, ce serait un mensonge. Vous êtes magnifique, c'est vrai, votre visage est harmonieux, vous avez des grands yeux de biche qui me donnent du palpitant et vos lèvres généreuses ressemblent à des fruits défendus. Quant à vos cheveux, je me demande si c'est eux qui me brûlent les ailes ou juste si une pareille beauté on la trouve qu'aux enfers. Je parle pas du reste, ce serait très inapproprié. Bien que je me sois déjà particulièrement déplacé de la position que je devrais adopter. Et tout ça, bien sûr, si c'est votre véritable visage. Ce que j'espère, parce qu'il est vraiment beau, même si je suis persuadé que vous êtes encore plus jolie au réveil, mais j'ai des fétichismes curieux certains diraient. Cela dit oui, je mentirais à mon fils..."

Je hausse les épaules, désinvolte. Je pourrais mentir encore en disant que je n'ai rien de Positif, mais je sais pas si le maquillage a tenu bon jusque là.

"Parce que c'est ce que je fais. C'est mon travail. Je mens. Tout le temps. Sauf sur le paragraphe précédent. Vous êtes vraiment magnifique. Je pourrais ajouter 'ce soir', mais je suis sûr que vous l'êtes tous les soirs et même tous les jours. D'ailleurs, si je vous retiens autant, c'est surtout parce que j'adore rendre les autres types jaloux comme celui qui vous lâche pas des yeux depuis des heures."

Et d'un coup, je percute. Une barbe. Avec de la barbe, je n'aurais pas à me maquiller ! Le problème étant que... Et bien elle ne pousse pas, en fait. Ah, c'est pour ça que j'utilise du maquillage quand j'ai besoin, ça me revient. Je reprends ma respiration.

"Veuillez m'excuser, je parle beaucoup quand je me sens à l'aise."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique s’attendait à du dégoût ou peut-être même de la surprise mais certainement pas de l’enthousiasme. Bogdan en oublia son rôle et son naturel sembla revenir au galop. Cela la fit rire.

- Les gens paient oui. Vous n’imaginez pas le nombre de petits secrets pervers que certains renferment en eux. Un pouvoir comme le mien leur ouvre le champ des possibles…

Qu’elle puisse être une espionne de la CIA ma foi n’était effectivement pas totalement incongru au vu de ses capacités mais si elle l’était, elle n’allait certainement pas le lui dire. Aussi elle sourit un peu plus, le laissant terminer son petit laïus sur ce qu’il pourrait bien raconter à ses futurs enfants à son sujet.

- Ce n’est pas un don de mentir, tout au plus un art. Et sauf votre respect, je le pratique aussi, à peu près aussi bien que la moitié des gens ici. Qu’est-ce qui vous rend différent ? Dois-je prendre cette succession de compliments comme un délicieux mensonge ? Vous pouvez m’affirmer qu’il s’agit de vérité, là encore, c’est peut-être un mensonge.

Ses yeux bruns pétillaient d’amusement.

- Ce n’est pas mon véritable visage bien sur que non, mais… peut-on dire d’une femme passée sous le bistouri d’un chirurgien esthétique qu’elle n’a plus son véritable visage ? Disons que j’ai apporté quelques retouches à ce que la nature avait négligé.

Son sourire s’élargit

- Mais dans l’ensemble, mon visage est mon identité, plus que ce qu’affirme ma puce, et j’aime à en conserver les traits. C’est important de savoir qui on est quand on se regarde dans le miroir, non ?

Angélique soupira et jeta un bref regard à Sandro.

- Ne vous inquiétez pas de celui-ci, sa seule jalousie est de ne pas pouvoir partager avec moi toute la conversation insipide qu’il voudrait. C’est un faiseur de ragots et il adore ca. J’avoue aimer lui prêter l’oreille souvent. Derrière les rumeurs se cachent parfois quelques vérités intéressantes.

Elle se tut quelques secondes avant de reprendre dans un petit rire amusé

- Ne vous excusez pas de trop parler. Je fais parfois cet effet aux gens. Et puis la musique est plutôt agréable et vous n’êtes pas si mauvais danseur. Je dirais même que ce petit tête à tête entre vous et moi n’est pas pour me déplaire.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Ce soir, on ne peut pas dire que j'aurais manqué de sourires. Je me rapproche de son visage avec malice.

"Là, vous voyez, maintenant, je voudrais connaître votre vrai visage. Vous continuez d'attiser ma curiosité, mais pour votre plaisir, je ne vous en demanderai pas plus. Ca vous convient ? Vous conservez tout votre intérêt à mes yeux."

Et pour le coup, c'est on ne peut plus vrai. Je n'ai pourtant pas d'obsession pour la vérité, sinon celle des personnalités. Je me fiche de savoir si c'est son vrai nom ou pas, je me fiche de savoir si elle a été coffrée pour vol à la tire ou pour exhibition sur voie publique... Mais j'aime fréquenter des personnes vraies et réelles, sincères. Je mens parce que je le dois, pas parce que je suis un faussaire.

"La seule chose que je pourrais vous réclamer, c'est votre vrai visage. Requête que j'imagine au-delà de mes moyens, sinon inestimable..."

Je laisse quelques secondes planer avant de reprendre pour lui expliquer mon pouvoir.

"Mentir... Est mon don. Je peux dire avec certitude que vous avez menti les trois quarts de la soirée. Je peux vous dire qui vous a menti et vous ne pouvez pas savoir, effectivement, si tout ce que je vous ai dit est la vérité. Mais c'est ce que je fais. Je mens."

Mon sourire se relâche quelque peu.

"Notez que j'insiste lourdement. Quand je vous parle, instinctivement, vous douterez à l'avenir. Prenez ça comme un cadeau de bonne foi en l'espoir d'une future collaboration que j'espère fructueuse. Si vous mentez, je ne connaîtrai pas pour autant la vérité, mais je saurai si vous la dites... Comme votre dernier aveu qui me va droit au coeur. Si je vous plais, vous m'en voyez flatté."

La musique change à nouveau. Sur ce, je lui reprends la main pour lui en embrasser le dos délicatement. En mon coeur, je suis fier. J'ai 1/3. Au-delà de mes espérances, même.

"Si votre offre tient toujours de me présenter à Doroty, je vous promets un bien meilleur placement que lui."

Il m'arrive bien trop facilement d'oublier que je ne suis pas courtier en assurance... Je crois que c'est ça qu'a voulu dire Six, la dernière fois.

Pourcentage restant du maquillage : 29 /100


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Bogdan Lupescu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de 100' : 29


Revenir en haut Aller en bas
Sharleen ODonnell
avatar
Angélique fronça les sourcils mais sans se départir de son sourire.

- Mon vrai visage n’est pas très différent de celui que je vous offre ce soir. Comme je vous disais, c’est une chose de camoufler son identité dans une puce, c’en est une autre de se la cacher à soi-même dans les miroirs. Je n’ai apporté que quelques améliorations mais rien de spectaculaire. Le spectaculaire, je le garde pour les demandes spéciales et lucratives.

Elle ne s’appesantit pas sur le sujet, s’il n’avait pas compris ce qu’elle faisait alors elle ne pouvait rien pour lui. Angélique n’eut cependant aucun doute que Bogdan avait saisi. Il n’avait pas l’air d’un ahuri, loin de là.
Qu’il explique plus précisément en quoi consistait son don la laissa perplexe. Comme elle le savait, tout à chacun mentait toujours, plus ou moins selon les milieux, plus ou moins selon les circonstances. Si Bogdan savait déterminer avec précision si ce qu’on lui disait était vrai ou faux, c’était un sacré atout.

- C’est très intéressant. Dans votre métier c’est un don plutôt bienvenu ! Je comprends pourquoi vous êtes doués et que vous savez avec pertinence quels sont les placements les plus profitables. Vraiment très très intéressant…

Oui ca l’était et Angélique entrevoyait déjà les horizons qui s’ouvraient avec un tel don.
La musique s’arrêta une nouvelle fois et Bogdan marqua le pas cette fois. Elle hocha la tête et se composa un sourire d’hôtesse d’accueil qui était loin d’avoir la chaleur de celui qu’elle lui avait adressé le temps de leur danse mais qui avait le mérite de préserver les apparences.
Angélique se suspendit au bras du roumain et l’entraina à travers les groupes de convives pour s’approcher de celui de Georges Doroty.

- Georges ! Pardonnez-moi de n’être pas venue vous saluer plus tôt, dit-elle avec juste ce qu’il fallait de charme et de culot.

Elle se tourna vers son épouse à qui elle adressa un sourire chaleureux

- Evelyn vous êtes radieuse ! Ses perles sont majestueuses et vous les portez à merveille.

Ladite épouse lui rendit la politesse mais elle s’était imperceptiblement raidie à l’approche de la rouquine.

- Bonsoir Angélique, répondit Georges. Vous êtes toute pardonnée, ne vous inquiétez pas.
- Vous m’en voyez rassurée. Figurez-vous que ce jeune homme a totalement accaparé mon attention mais pas pour ce que vous croyez, dit-elle sur le ton de la plaisanterie.

Par politesse, tout le petit groupe rit doucement. Angélique reprit

- Monsieur est courtier et conseiller en placements. Il nous vient directement de Chicago pour une brève escale en notre chère ville. Il fallait abso-lu-ment que je vous le présente car je connais votre intérêt pour ces questions et ce jeune homme pourrait bien vous en apprendre.

Elle tira sur le bras du roumain pour le placer légèrement devant elle, exposé aux regards curieux de la petite assemblée.

- Allez Bogdan, ne soyez pas timide. Voici Monsieur Georges Doroty. C’est de lui dont je vous parlais à l’instant.

Quoique particulièrement peu avenant, Georges semblait bien plus accueillant au contact d’Angélique, l’effet magique de la rousse sans doute, et il offrit à Bogdan un sourire bienveillant.


Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Peu importe que son visage soit peu différent. Elle l'a modelé pour de bonnes raisons. J'entends par là que c'est important pour elle. Et selon moi, ce qui est important pour quelqu'un possède de la valeur, parfois inestimable. Mais déjà elle m'amène vers George et je dégaine mon plus beau sourire de politicien. Ca aussi, c'est une carrière que j'aurais pu faire. Naturellement, je cherche Sharleen du regard.

Ici, je ne joue pas au poker mais à un autre jeu de cartes. Je doute que George soit attendri par les newbies timides, aussi, j'affiche une mine déterminée et très adulte. Si Angelique a la capacité de se modeler, moi aussi, dans une autre catégorie. Un jour, je serai transgénique, qui sait ?

"Monsieur Dorothy, c'est un plaisir ! J'ai beaucoup entendu parler de vous, et comme vous pouvez l'imaginer, c'est en éloges !"

Je tends la main à George pour le saluer. Angelique est douée, très douée et j'imagine qu'entre elle et moi, on pourrait sûrement retourner la moitié de la salle. Je garde son bras accroché au mien. Si elle peut me donner de la valeur, je ne vais pas faire la fine bouche et m'en priver. Par ailleurs, j'entrevois plus qu'une simple entraide de réseaux à cette soirée. Quelque chose me dit que je pourrais la voir pour d'autres raisons, dans d'autres cadres. Si elle est une amie du maire, elle est forcément la mienne. En tant que Positive, nous avons plusieurs points en commun et Sharleen a raison, nous manquons d'alliés en Ville Haute.

"En effet, si vous voulez parler affaires, je suis votre homme !"

Dis-je en portant une main à mon ventre pour empêcher ma poitrine de gonfler sous la fierté, imitant la majorité des hommes testostéronés des environs...

"Mais avant ça, puis-je dire que votre femme est resplendissante ?"

J'offre sa gente dame un baise main et tends la mienne à George en guise de salut. J'ai pourtant pas été élevé à la courtoisie, mais c'est un truc que j'ai toujours voulu faire.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Bogdan/Sharleen] Of mice and men
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville haute-