2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Bogdan] Marquise des Anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Le Mégamorphe
avatar
DECEMBRE 2075



Le temps avait été clément pour une veille de fêtes de fin d’année mais déjà les premières neiges avaient pointé le bout de leur nez. De fait, Angélique évitait de sortir le sien dans les rues.
D’un bout à l’autre de la haute, elle avait fait des apparitions forcées quoique toujours cordiales et son activité lucrative avait quelque peu ralenti avec la fin de l’année, propice aux retrouvailles familiales.
Assise à la table d’un salon de thé qu’elle affectionnait particulièrement, un oolong fumé légèrement citronné dans les mains, elle attendait son rendez-vous. Depuis leur première rencontre, Angélique avait fait jouer ses contacts, les plus proches qu’elle avait d’ailleurs, et avait obtenu un peu plus d’informations. Pas autant qu’elle aurait aimé cela dit, l’homme était discret et ne laissait pas beaucoup de traces derrière lui. Suffisamment en tous cas pour qu’elle s’en forge une idée un peu plus précise car pour être honnête, celle qui avait accaparé toute son attention ce soir là, était surtout la femme d’un certain âge. C’est pourquoi elle avait été surprise que son jeune acolyte la contacte pour un rencart, juste comme ca, naturellement. Elle avait été à peu près sure qu’il ne serait pas un client potentiel, ni même un banquier. Alors il lui voulait quoi ?
Elle pressentait la partie d’échec qui s’annonçait mais elle ne savait pas vraiment si elle avait de jouer. Elle détestait jouer quand elle ne connaissait pas son adversaire. Question de principes. Il lui faudrait rester sur ses gardes. Ici, dans la ville Haute, elle ne pouvait compter que sur elle-même.
L’heure tournait et ses pensées aussi.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'avais bien aimé porter un costume. J'aurais préféré la cravate au noeud papillon, mais après tout, pourquoi pas ! Cependant, je n'abuse jamais des bonnes choses. "Où est-ce que tu vas ?" Je sors, mes enfants ! Papa va prendre du bon temps en mode célibataire ! Depuis que j'avais cette puce, je me sens comme revivre, ce qui est paradoxal quand on sait combien j'ai bataillé pour ne pas en avoir et combien j'ai repoussé tous les arguments quand on m'a demandé d'ne porter une. Finalement, c'était peut-être comme une seconde vie. Ou une troisième vu mon historique. Quoiqu'une troisième si on y réfléchit bien. Quoiqu'il en soit... Je sors beaucoup plus qu'avant. Je ne m'ennuie plus, c'est devenu interdit. Et une occasion d'aller en Ville Haute, ça ne se refuse pas.

Oui, j'ai appelé Angelique pour la retrouver dans le lieu de son choix, juste comme ça. Bien sûr, j'ai une idée derrière la tête, ça n'a rien de très machiavélique, d'ailleurs. Mais elle a été comme un souffle de légèreté lors de la soirée, alors j'ai envie de la revoir. Il y a quelque chose chez cette fille qui me laisse à penser qu'elle n'est pas... Qu'une femme de la Haute.

Je ne porte pas de costume, mais je ne suis pas non plus sappé comme pour le Sanctuaire. Je n'ai pas mon vieux jean ni mon vieux pull difforme. J'avais fouillé dans la penderie de Dean pour y prendre un manteau 3/4 sombre, un t-shirt en V sous une chemise et un pantalon noir. Simple... Mais classe. Je me suis même coiffé ! Ce n'est qu'à mi-chemin que je me rends compte que j'ai oublié le maquillage. Je jure dans le rétroviseur en me passant une main sur la joue puis je me reconcentre sur la route jusqu'à la Ville Haute. Après tout, Angelique sait ce que je suis, je n'ai pas besoin de le cacher. En tout cas, ce n'est pas ça qui me pousse à faire demi tour. Rien ne m'y pousse, quoiqu'il arrive.

Je gare ma voiture - une vieille Le Baron décapotable sombre - et j'en sors pour enfiler mon manteau et laisse y pendre une écharpe, plus pour le style qu'à cause de la température. Disons-le, quand t'as traversé le Tibet en plein hiver, la neige à Megalopolis en climat tempéré, c'est de la rigolade. Je vérifie sur mon papier l'adresse. Au moins, j'ai pris un papier pour écrire... D'habitude, je fais ça à l'arrache dans la paume de ma main. Je rentre dans le café en secouant rapidement mon manteau et quand je la vois, je m'approche d'Angelique avec un grand sourire ravi. Je lui tends ma main pour serrer la sienne.

Ah ça non... Je ne suis pas un client potentiel. Avec tout le respect que je lui dois, j'en suis même outrageusement très loin. Je m'installe face à elle en enlevant mon manteau, sans quitter mon sourire.

"Comment allez-vous ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique se tenait toujours informée. De tout. C’était sa prérogative. Certaines personnes ne la conservaient pas dans son entourage uniquement parce qu’elle était un joli bibelot attractif. Ceux-là savaient aussi reconnaître ses compétences et l’information, dans la ville Haute, valait de l’or.
Tandis qu’elle sirotait son thé, elle prenait connaissance et des nouvelles nationales et internationales aussi sinistres qu’habituellement mais riches d’enseignements parfois. C’est pourquoi elle ne vit pas arriver Bogdan et ne perçut sa présence qu’au dernier moment.
Elle releva les yeux sur lui quand il fut près d’elle et qu’il s’enquit de sa santé.

- Je vais bien merci, lui répondit-elle avec un sourire avenant.

Comme de coutume, elle était discrètement maquillée avec pertinence. Loin du faste ostentatoire de l’autre soir, elle savait se mettre indéniablement en valeur. Ses yeux verts soulignés avec soin, la bouche gourmande et les joues fraîches mais rien de vulgaire, loin de là. Elle portait un parfum de jour qui était moins capiteux que celui que Bogdan avait pu percevoir mais qui laissait quand même sa marque là où elle passait.
Une mise simple quoiqu’extrêmement féminine dans un tailleur de laine couleur crème, rehaussé d’un petit béret émeraude et d’une écharpe assortie, de la teinte de ses yeux.

- Et vous-même ? Vous désirez boire quelque chose ? Thé ? Café ? je crois qu’ils en ont de Colombie ou d’Ethiopie si vous l’aimez corsé…

Elle était assise dans une banquette de velours qui s’apparentait plus à un sofa qu’à un banc de café. Les sièges eux-mêmes auraient tout à fait trouvé leur place dans un salon. Les boissons ici, quelles qu’elles fussent, devaient couter les yeux de la tête. Angélique ne s’était pas caché d’avoir des gouts de luxe et visiblement, elle avait les moyens de ses ambitions.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Euh..."

En arrangeant le col de ma chemise, je regarde la carte et j'essaye de ne pas montrer le fait que pour un simple café, les prix dépassent tout entendement. Au lieu de ça, je me racle la gorge et ordonne un café, suffisamment grand pour en avoir pour mon argent. Et suffisamment exotique pour savoir à quel prix je le paye. Etant galant, je sais que je vais payer les consommations d'Angelique en prime et je me demande si je peux réclamer une augmentation de ma part de salaire à Maze...

Ceci fait, je replie la carte, un sourcil haut tellement elle est douce sous mes doigts et pas marquée d'un seul pli. La vie en Haute, je crois que ce n'est pas pour moi, je me sens pouilleux sans l'être. Je me frotte la mâchoire - je n'ai pas l'habitude de me raser, il n'y a jamais grand chose, mais je voulais bien présenter et maintenant, ça me démange. Je me sens tout nu, comme si mon petit duvet pouvait masquer mes taches et les quelques rougeurs sur mes joues dues au froid qui me faisait passer pour un gamin de 12 ans. Puis, je croise les bras sur le bord de la table et sourit à mon interlocutrice.

"Je suis content de vous revoir ! Ma tante m'a dit que tout s'était bien passé !"

Ce qui s'est passé, je ne le sais pas et soit dit entre nous : je m'en fiche un peu... Mais elle est vraiment belle et rien que pour le plaisir des yeux, je voulais la revoir. Je sais que je n'aurais jamais une femme comme ça et j'aime bien fantasmer un peu dans mes rêves. Disons le franchement, elle a beau me plaire, je ne m'imagine pas une seconde avec ce genre de femmes. J'aurais peur de la salir avec mes gros doigts. C'est le genre à péter des arc-en-ciel et vomir des fraises Tagada ! A Washington, on l'appellerait BombAbraham Lincoln. Les douanes auraient peur de lui faire quitter le pays tellement sa poitrine ressemble à deux colis suspects. Je me reconcentre en m'éclaircissant la gorge.

"Je voulais profiter d'être toujours en ville pour vous revoir ! Ken-J est entré dans votre carnet de contacts, alors ?"

Si j'avais pu au moins faire ça pour elle...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique affiche un doux sourire tout en observant Bogdan mais en prenant soin que son regard ne se fasse pas inquisiteur.
Lorsqu’il ouvrit la conversation en commençant par sa tante, son sourire s’élargit.

- Tout c’est bien passé dans la mesure où chaque partie a trouvé son intérêt. Votre tante est une personnalité intéressante en tous cas. C’est une prérogative familiale, non ?

Le petit froncement de sourcils qui accompagnait la remarque laissait entendre bien plus que les mots. Bogdan ne lui avait pas caché être un positif et bien que les marques qu’il portait pouvaient aisément passer pour une particularité dermique, elle côtoyait assez de positifs pour ne pas être dupe. Elle-même n’en faisait pas secret non plus. C’était même son fonds de commerce et si aujourd’hui elle avait élargi ses activités lucratives, il avait bien fallut commencer quelque part.

- Ken J est dans mes contacts oui, mais je dois reconnaître que la tâche n’a pas été aussi simple que je l’avais imaginé. Si bien entouré…

Son regard se perdit quelques instants dans le vague quand elle poursuivit

- Je crois qu’il est homosexuel mais qu’il ne le sait pas encore. Sa carrière accapare toute son attention, il fera certainement son coming out d’ici quelques années quand il n’aura plus besoin de l’amour inconditionnel de jeunes fans féminines…. Comme votre petite sœur.


Elle reporta son attention sur Bogdan et afficha un air de connivence

- Vous verrez. Sur ce point je me trompe rarement.


Angélique but un peu de thé et éteignit l’écran holo sur lequel les nouvelles du jour s’affichaient.

- N’ai-je le plaisir de votre compagnie uniquement pour me parler de votre tante et de notre ami chanteur ?


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Elle est pleine de compliments et je vais m'arracher les lèvres si je souris encore plus. Angelique doit sûrement voir la totalité de mes dents à cet instant. Même que je rougis. J'adore les compliments, surtout quand ils viennent d'une belle femme comme celle-ci au charisme étouffant.

"Euh... Je pense. Ma soeur est un sacré numéro, si je puis dire. Mes frères ne sont pas en reste. J'ai une autre soeur, également, mais celle-ci est cent fois pire que moi ! J'imagine que c'est un trait de famille, en effet."

Six, Tibor... Tout ça, ce n'était pas ma famille. De sang, peut-être pas, mais ils étaient tout comme. On m'apporte ma tasse et j'en bois une gorgée en l'écoutant. Je ne me serais pas douté d'une telle chose, cependant, je hausse les épaules.

"J'attire les gays, il paraît." Je repose ma tasse et ouvre les mains en me penchant vers elle sur le ton de la confidence. "J'étais au Sanctuaire, j'avais un peu chaud, alors j'ai enlevé mon pull ! J'ai chopé un mec en train de me regarder bizarrement avant d'émettre un drôle de bruit, ses yeux fixement vissés sur mes reins. Et il y a ce type, que je connais. Ou cette fille, le souci c'est que je ne sais pas de quel sexe il est né. Suivant la température de l'eau, c'est un garçon ou une fille. Quand il me voit, il me fait des sourires en coin. Une fois, il m'a même attrapé le..." Je mouline des poignets. "En tant que garçon. Vous voyez ? Pas que ça me dérange ! Mais ça surprend." Je hausse une épaule en reprenant ma place au fond de mon siège. "Aussi, si vous avez besoin de vous rapprocher de Ken-J, je peux peut-être vous aider ! Je crois qu'il m'aime bien ! Je dois avouer qu'il m'a l'air très sympathique. Egocentrique, mais... Sympathique."

Je reporte ma tasse à mes lèvres pour en boire une gorgée et la dévisage avant de sourire.

"J'en sais trop rien. Je me suis dit que ça pourrait être sympa. Je suis en ville, vous êtes en ville, je n'ai pas grand chose à faire...  Pourquoi ne pas en profiter !"

Je ne sais pas bien comment amener la conversation vers l'Underground sans me dévoiler outre mesure. Pour commencer, rien de ce que je viens de lui dire n'est vrai. Il n'y a pas un mot de vérité.

"Et puis, j'avais l'impression que notre rencontre s'était un peu écourtée. Nous étions tous les deux occupés, j'avais un goût d'inachevé. J'ai pensé que peut-être, nous pourrions continuer notre discussion plus au calme."

Ca aussi, c'est faux, mais il y a une part de vérité. Je ne précise juste pas à quelle discussion je fais référence.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
C’était fascinant. Il avait une façon de vous raconter les choses qui la laissait toujours dubitative, cette spontanéité à aborder n’importe quel sujet, même le plus graveleux avec une aisance incroyable. Angélique ne savait pas vraiment comment prendre cette tournure de la conversation aussi se contenta-t-elle de l’écouter avec silence et intérêt. De ce qu’elle en retenait, il côtoyait des mutants aux habilités singulières visiblement et il n’était donc pas seul à porter ce fardeau. Si Angélique ne faisait pas de secret de son état, en ville Haute elle avait appris à le dissimuler avec une habile hypocrisie toute mondaine. Ce n’était pas de sa volonté. C’était le jeu, celui des apparences, et si elle voulait y jouer, elle devait appliquer ses règles.

- Au Sanctuaire ? dit-elle en ouvrant grand les yeux. Que diable allez-vous donc faire là-bas ?

Tout le monde connaissait le Sanctuaire et en Haute il se disait même que ce lieu était un état à lui tout seul. S’il restait en lien avec Megalopolis c’était uniquement pour des avantages commerciaux. Angélique, elle, savait qu’il y avait bien plus de secrets là-bas.
Elle plongea les lèvres dans sa tasse, se laissant le temps d’organiser ses pensées et ses mots.

- Je n’ai pas une envie incroyable de fréquenter Ken J. Je ne suis pas une groupie et je n’aime pas sa musique. Dans mon activité, c’est une personnalité indispensable à mon carnet d’adresses mais personnellement, je ne côtoie pas ces gens.

C’était vrai, là-dessus elle n’avait pas à lui mentir bien qu’elle se fichait qu’il sache ou non quand elle déguisait ses paroles.

- Nous pouvons rester ici pour prolonger notre conversation à moins que vous n’ayez eu une autre idée ?

Elle soupira un peu théâtralement et lui retourna un sourire

- Je n’ai rien de prévu d’absolument nécessaire aujourd’hui. Je suis toute disposée à prendre en considération vos propositions.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"C'est incroyable ce qu'on trouve au Sanctuaire ! Vous n'y êtes jamais allée ? On y trouve des denrées très rares à prix cassés. Quand je passe à Megalopolis, je vais toujours y faire un tour. Pourquoi ?"

Pour moi, le Sanctuaire n'est pas un rebut de la société. C'est une aubaine, une force de la nature. Je ne suis pas un accro de l'endroit, mais je l'aime beaucoup pour ce qu'il représente. Et depuis que je suis avec Gen, j'y vais plus souvent. Ca et... Le reste.

"Il y fait toujours chaud, les gens sont aimables entre eux, il n'y a pas de différence... On y va comme on est. On est qui on est, et on retrouve des valeurs oubliées. Je suis pas né dans l'oseille... Je vis bien, je suis un grand garçon qui trouve toujours les bons plans, emprunte toujours les bons chemins, les jolies filles, la chance me sourit tous les jours. Je ne veux pas oublier d'où je viens, encore moins qui je suis. Paradoxalement, et aussi curieux que ça puisse paraître... Le Sanctuaire est ce qui se rapproche le plus de chez moi. Mon père m'a toujours appris à ne jamais oublier d'où je viens, quoi qu'il m'arrive."

Je ne souris pas autant qu'en arrivant, mais mes lèvres sont toujours étirées. Je fais tourner ma tasse entre mes paumes de main. Au moins, elle ne dit rien sur mon visage. Peut-être l'avait-elle déjà remarqué à la soirée. Quoiqu'il en soit, j'étais bien. Elle ne me décevait pas, elle était toujours aussi parfaite. Même dans ses petites imperfections.

"Non, on peut parfaitement rester ici, ça me va très bien."

C'est hors de prix, mais admettons... Elle ne me paraît pas très aventurière, autant la garder dans son habitat naturel. Une biche sauvage, ça se respecte à hauteur de sa valeur.

"Je ne peux pas m'empêcher d'être curieux."
Je me mets à rire. Trois pieds dans le plat, je n'ai pas l'inspiration de faire autrement. "Comment avez-vous connu le maire de Megalopolis ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Il suffisait qu’elle le lance sur un sujet pour qu’il devienne bavard. Non en fait le terme n’était pas vraiment approprié. Bavard était un doux euphémisme. Il partait dans sur des lancées olympiques et finalement, elle n’en retenait que la moitié. Moitié qui, d’après lui, pouvait s’avérer complètement fausse.
Angélique repoussa sa tasse prenant quelques secondes de répit après les propos de Bogdan avant de répondre à toutes ses questions.

- Je connais le Sanctuaire et j’ai déjà eu l’occasion d’y aller.

Elle pourrait sans doute en dire des choses car elle aussi a toujours des choses à dire. La plupart du temps elle les monnaye. Le reste, elle fait à loisirs.

- J’ai connu le Maire avant qu’il ne soit élu à une époque où il s’investissait dans des causes qui nous tenaient mutuellement à cœur. Nous avions des connaissances communes aussi. Quand il s’est élevé dans la société de la ville Haute, je me suis placée dans son sillage, profitant du mouvement. Un peu comme un parapentiste qui profite d’un courant ascendant pour aller plus haut, vous voyez ? Vous connaissez le parapente ?

Angélique inspira et afficha un air amusé.

- Dites moi, selon vous quelle est mon histoire ? C’est un jeu n’y voyez là aucune obligation de répondre si vous ne le souhaitez pas !



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Voilà qui m'amuse à mon tour. Je ris en me penchant sur la table, les bras ouverts.

"Non, je ne connais absolument pas le paraplainte. Je crains de ne même pas savoir ce que c'est !"

J'ai grandi chez les pauvres, mûri chez les pauvres, survis comme des pauvres... La Ville haute, c'est tout nouveau pour moi. Je découvre chaque jour un peu plus. Cette puce est un passeport de nouveautés dont je ne connais même pas les termes. Le Parapente, c'est un truc de riches... Je vis depuis si longtemps au fond de l'Underground, et avant ça au fin fond de la Chine tibétaine que me demander ce que sont des loisirs, c'est comme... Me demander ce que ça fait de vivre seul. J'en sais rien. Je connais pas.

J'admets que je cherche le cancan auprès d'Angelique. Mais c'est une femme discrète, comme moi. Si le maire trempe dans quelque chose et qu'elle est autre chose que son faire valoir, et inversement, elle n'en dira rien. Pas gratuitement. Et pas à un inconnu comme moi.

Sa question, en revanche, pique plus que ma curiosité. Je reste interdit. De toi à moi, c'est quoi cette question étrange, sortie de nulle part ? A croire que je la prends pour une idiote et qu'elle me met au défi. Je ne sais pas quoi dire, ni quoi répondre, j'ai l'impression de faire du parapente sur des falaises d'Islande.

"Je n'en ai..." Je grimace en ouvrant les bras. "Au-cu-ne idée." Je suis là pour ça, non ? Je croise les bras à nouveau sur la table en repoussant ma tasse vide d'un index. "Mais je suis tout ouïe. J'adore les histoires. Sans me vanter, j'en connais des tas." Je pose ma tête dans ma main pour la regarder avec un sourire. "Je suis sûr que vous venez d'un pays nordique."

J'ai un autre pressentiment. Est-ce que je suis doué pour connaître les gens parce que je perçois leurs mensonges ? Ou simplement ai-je une prédisposition à cerner mon entourage ?

"Je pense que vous ne venez pas d'une grande famille riche, en tout cas." Ce que je dis pas c'est que sinon, elle n'aurait pas besoin du maire pour monter. "Et je parie que vous croyez au Prince Charmant."

Je souris un peu plus. J'ai vu un film sur ce genre de filles. Elles ont bien plus de plomb dans le crâne que je n'ai de taches sombres dans le dos.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Il ne connaissait pas le parapente. Avec la foultitude d’images et d’accès sur à peu près tous les sujets de la terre à leur époque ca avait de quoi étonner mais elle n’en dit rien. Ce n’était pas dans ses priorités de conversation de toutes manières.
Angélique pensait sincèrement qu’il jouerait le jeu des devinettes lui qui aimait les histoires comme il le lui rappelait, mais il n’en fit rien. Elle lui retourna un sourire amusé en guise de réponse dans un premier temps.

- Bien sûr que je crois au Prince Charmant. Je me le paie entre 18h et 22h les vendredis quand j’ai un peu de temps pour moi.


Et tout ca dit avec un naturel déconcertant. En fait, avec l’argent, tout devenait possible, même l’incroyable.
La jeune femme haussa les sourcils sans se départir de son sourire et reprit

- Je ne viens pas d’une famille riche, non, et je suis originaire de notre bonne vieille Amérique mais pas de Megalopolis. Cette ville n’est qu’une opportunité pour moi, un lieu de travail. Etre au bon endroit au bon moment. Au cœur de l’actualité parce qu’elle est une plaque tournante des enjeux politiques actuels. Peu importe que la Capitale soit Chicago. Fut une époque c’était Washington mais New York restait le centre névralgique des stratégies mondiales politiques, économiques et artistiques. Ca n’a pas changé. Libération ne s’est pas installée à Megalopolis par hasard et The Cure n’officie qu’ici à ma connaissance… quoiqu’ils soient plus discrets.

Angélique se souvint que Bogdan était de Chicago et peut-être avait-il une autre idée sur la question aussi, par pure politesse, elle ajouta

- Sauf votre respect, bien sûr. Le café est bon ?



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'ai de la facilité avec les gens. Je ne sais pas d'où ça me vient, je ne sais pas pourquoi, ni comment. J'ai toujours été comme ça. Je le suis devenu d'autant plus avec la Russie. Je crois que c'est mon mécanisme de défense le plus robuste. Ca ou.. Je suis naturellement con. En tout cas, Angelique est aussi spontanée que moi et je crois que c'est pour ça que j'aime être avec elle. J'ai l'impression d'être moi-même. Pourtant, ça reste un jeu dangereux. Je sais que je ne peux pas prendre mes aises avec cette fille. Je ne sais pas ce qu'elle fait réellement et elle est aussi ignare en ce qui me concerne. Je crois qu'elle a accepté de me voir pour savoir ce que je lui veux vraiment. Si elle avait voulu faire de moi un de ses "clients", je le saurais déjà. Cependant, elle n'a rien tenté, pas même une allusion. Rien. Que dalle. Je crois que je ne l'intéresse pas. Et ça... Dans mon égo... C'est un peu frustrant, même si je refuse de me l'avouer.

Dans la spontanéité qui me caractérise, je ris à son emploi du temps. C'est plus un grondement de gorge, comme si je la prenais à la plaisanterie. Je sais qu'elle ne ment pas, en revanche, je ne sais pas pourquoi ça ne me dérange pas. N'importe qui essayerait soit de la mettre dans son plumard pour tester ses atouts divins, soit la repousserait comme une vulgaire pute. Je crois que ce que je vois, moi, c'est la femme qui est en face de moi. Je suis curieux de savoir comment elle en est venue là et pourquoi ce besoin de s'élever. Quand je la regarde, je pense à du parfum, ou même une laborantine, pourquoi pas. Je la vois toujours en talons aiguilles, une jolie blouse qui met ses jambes en valeur et ses longs cheveux roux en chignons. En fait, une partie de moi ne croit pas à son métier. Elle n'est pas assez vulgaire, pas assez moche et en ça, j'imagine que j'insulte un paquet de femmes.

"Désolé, le vendredi soir, je ne suis pas disponible..." Je réalise ce que je viens de dire et je quitte ma tasse des yeux pour la regarder, mon sourire diminuant légèrement. "Non, les gens payent vraiment pour ça ? Je vais songer à me reconvertir, alors !"

Spontané ET modeste, bien sûr. Quant à Chicago, je ne percute même pas. J'ai acquiescé à ses dires car elle dit vrai, je pense la même chose et je ne vois pas en quoi j'aurais pu m'offusquer. En fait, je me méfie car les mots Liberation et Cure me donnent la chair de poule, dans la même conversation. On s'est installés ici parce qu'il y avait des choses à faire. Pas pour le tourisme. J'étais là. Je le sais. C'est un terrain glissant que je n'emprunte pas, alors dans le doute, je fais l'idiot.

"Sauf mon respect de quoi ?" Et puis je me souviens de 'qui' je suis. "Oh ! Euh... Je ne suis pas vraiment de Chicago, alors je m'en fiche."

Je ne mens pas. Je regarde à nouveau mon café comme si la réponse à sa question s'y trouvait. Je manque de m'étouffer dans une toux de rire. Spontané ET nature. Ca sort tout seul comme ça me vient.

"Putain, à ce prix-là, il peut être bon, ouais !" Je lève une main en la regardant à nouveau. "Sauf votre respect."

Je repose mon menton dans ma main pour la dévisager. Elle a le don de changer de sujet. Elle en dit très peu sur elle, beaucoup sur le monde... Je décide de tater l'autre terrain glissant sur lequel j'ai envie d'essayer ma luge.

"C'est marrant, vous avez cité deux noms sur trois. A votre avis, pourquoi l'Underground s'est installé ici, alors ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Ca la fit rire. Vraiment. Un petit rire cristallin mais spontané qui, s’il était travaillé n’en laissait rien paraitre.

- Je peux trouver un autre créneau horaire si vous souhaitez vraiment vous lancer dans cette carrière d’escort boy. Je peux même vous aider à créer votre clientèle. Il suffirait de vanter un peu les mérites de votre charme exotique, entretenir le mystère autour de votre positivité…

Elle avait dit tout ça sur le ton d’une grande professionnelle, comme si elle s’apprêtait à lancer un nouveau pur-sang sur un hippodrome réputé. De là à savoir si elle était sérieuse…. Surement.

- Les gens sont prêts à payer pour tout. Je me suis trouvée plus d’une fois étonnée par leur imagination quand ils ont de l’argent. Beaucoup d’argent.

D’une main elle avait repoussé sa tasse vide et appelait le serveur pour une autre théière. Il y avait un peu d’amertume dans sa voix. Peut-être qu’elle en avait fait sa prérogative mais un tel constat pouvait aussi facilement vous mener à l’écœurement. Angélique n’était pas dupe de la nature humaine. Elle l’utilisait et en faisait commerce plutôt que de vouloir la changer. Bogdan était rafraichissant quelque part. Un peu comme un grand bol d’air frais à la campagne quand vos journées se limitent à des heures dans un bureau.
Ses yeux d’émeraude se posèrent sur son café quand il fit une remarque sur son prix. Elle croisa les bras sur la table et eut un sourire un peu indulgent.

- Rassurez-vous, je ne suis pas là pour vous faire dépenser votre argent. Si c’était le cas, j’aurais choisi une activité plus plaisante encore. J’ai un compte ici, c’est un peu mon second bureau… et je connais bien les propriétaires. Des gens charmants…

Le serveur en livrée (ou presque) apporta un autre oolong qui répandait un parfum subtil entre eux deux. Cela laissa le temps à Angélique de penser à sa réponse.
Quand le jeune homme fut parti, elle reprit la conversation.

- Je ne sais pas exactement mais je fais des suppositions. Du peu que j’en sais je dirais qu’ils se sont installés ici par opportunisme et y sont restés par intérêt. On sait peu de choses sur les gens de l’Underground. La plupart de ce qui circule à leur sujet n’est que rumeur.

Elle haussa les épaules et lui adressa un curieux sourire.

- Il paraitrait pourtant qu’ils chercheraient à s’investir plus intensément et un peu plus ostensiblement dans la vie de Megalopolis…

Ce n’était pas une question mais pas tout à fait une remarque non plus.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Qu'elle rit me soulage. Au moins, je passe pas pour un débile profond. Cependant, elle doit lire dans mes yeux que je considère très sérieusement sa question. Moi, au bras de magnifiques femmes. Pour du pognon. Le rêve. Imagine tout ce que je pourrais rapporter à l'Underground. J'ouvre la bouche pour poser des questions parce que oui... J'envisage plus que de la curiosité,  mais je me ravise en me disant que Maze apprécierait sûrement très moyennement la blague. Pourtant, pourquoi aller chercher des têtes à Megalopolis quand on peut nous-mêmes en être une ? Bon sang, c'est plus qu'une idée qui me vient, c'est une envie.

Je me racle la gorge pour chasser tout ça dans ma tête et recommande un autre café au serveur. Sa remarque sur l'argent, en revanche, j'ignore comment la prendre. Je porte mon regard dans le sien, cherchant à le percer. Qu'est-ce que ça veut dire, qu'elle veut m'inviter ? Finalement, je baisse les yeux en souriant. Je retiens de peu une remarque vexante. Si je voulais prendre du bon temps, j'irais pas payer pour ça. Je suis trop bohémien pour ça. Quant au reste, je me redresse sur ma chaise et inspire profondément.

"Il n'y a rien à savoir sur l'Underground. C'est très simple en vérité. The Cure est pour la valorisation des Négatifs. Liberation pour la liberté des Candidats. L'Underground pour l'égalité des Positifs. Y a pas à chercher plus loin." Je me frotte le nez d'une main avant de prendre ma tasse entre mes doigts. "L'Underground oeuvre pour la ville depuis des années. Ce n'est pas de maintenant. The Cure est encore trop jeune pour s'imposer, pourtant ils oeuvrent également pour la ville depuis le départ. Je suis ce que je suis, mais je reconnais que leurs revendications ne sont pas totalement dénuées de sens. Quant à Liberation... Ils sont tous morts, alors le problème ne va plus gêner grand monde désormais. Ce que je me demande, c'est pourquoi, de toutes les rumeurs, c'est celle-ci qui vous intéresse."

Je la regarde par-dessus ma tasse alors que j'en prends une gorgée.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique écouta. Elle était loin d’être bête et peu importe ce qu’elle savait réellement ou non, ce qu’elle connaissait de l’identité de Bogdan ou non, elle savait reconnaître un discours peu académique quand elle en voyait un. Il parlait avec une assurance qui laissait entendre qu’il était très au fait du sujet abordé.
Elle but une gorgée de thé avant de reprendre la parole.

- Je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois. Libération n’est pas morte, je n’ai pas vu de cadavres et quand bien même, par les temps qui courent, Yu seul sait si la mort est vraiment toujours définitive. Convenons d’un commun accord que le groupe est en veille. On a vu des feux renaître de braises que l’on croyait froides.

Son intervention l’interrogeait en vérité. Elle se demandait bien pourquoi Bogdan avait voulu l’amener sur ce sujet-là. Que voulait-il d’elle réellement ? Des renseignements ? Des informations ?

- The Cure a des appuis de poids et gagne en efficacité. Ils finiront par avoir une influence non négligeable tôt ou tard, et ils ont pour eux l’essentiel de l’opinion publique. C’est une force dévastatrice quand elle est soigneusement manipulée. Très personnellement, je n’aime pas les populistes. Ils voguent sur des idées nauséabondes qu’ils s’approprient dans le but de diviser et de favoriser une population au détriment d’une autre. Le sens ne fait pas la légitimité… mais ce n’est que mon avis.


Elle écarta une main soigneusement manucurée pour replacer une boucle rousse derrière son oreille. Un signe d’agacement visiblement.

- Reste l’Underground. Il ne suffit pas d’avoir de grandes idées pour changer le monde, il faut aussi beaucoup de patience et de moyens. Ils ont la première mais manque des seconds.


Angélique baissa le ton et sourit en coin.

- J’ai cru comprendre qu’ils faisaient ce qu’il fallait pour les obtenir. Considérons dès lors que le maire n’est peut-être pas le seul allié influent qu’ils se trouveront. La ville Haute plus que tout autre, souffre de la discrimination. Se priver du potentiel des habiletés positives quand une unité nationale de toute la population pourrait nous conférer une avance indéniable sur le reste du monde ? c’est d’une bêtise crasse ! Les négatifs ont autant à gagner que les positifs à une égalité des droits et des chances.

La jeune femme baissa les yeux comme si ce simple plaidoyer avait été au-delà de ses interventions habituelles. C’était d’ailleurs probablement le cas. Elle inspira, but de nouveau du thé et croisa les doigts sur la table.

- Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un Yu monnayable. Et tous les positifs, candidats inclus, n’ont pas la chance d’en disposer librement.



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Ok, alors admettons que je n'ai jamais perçu quoi que ce soit de cette manière. Admettons que je ne veux pas qu'on m'associe à Liberation. Si elle veut qu'ils reviennent, ok, admettons.

Elle m'assomme.

J'ai pris une brique en travers de la tronche et je suis pas sûr d'avoir tout bien compris. Je cherche Sharleen dans ma tête alors que je porte ma tasse de thé à mes lèvres. Elle a un vocabulaire dont je ne connais pas tous les mots. Ce que je comprends, en revanche, après réflexion, c'est ce que Sharleen veut faire de l'Underground.

J'ai dû gober les mouches pendant de longues secondes, la tasse devant mon nez à la fixer. Mais disons qu'avec tout ça, je commence à percevoir l'aide que j'apporte - et que je peux apporter - à l'Underground.

"Hinnnn..." Et je ne peux pas cacher mon admiration à l'épiphanie. "Je l'avais pas vu comme ça !" J'aurais dû... "Mon Yu est monnayable. On m'appelle parfois pour du travail, justement pour ça."

Si je la fixe, ce n'est pas seulement pour sa beauté. Je l'ai compris, qu'elle était intelligente. Je ne suis pas là pour rien, je n'ai pas cherché à la revoir juste parce que je me faisais chier. J'ai pas mal de choses à lui demander tout à coup, mais j'essaye de ne pas m'éparpiller, de garder la tête froide. Mine de rien, je suis toujours en mission quand je suis face à elle. Si je fais capoter ma couverture, c'est Sharleen qui perd au change. Je reprends une gorgée.

"Et vous leur conseillerez quoi, du coup ? Je veux dire, j'ai du mal à concevoir comment on peut - avec de l'argent - élargir l'esprit des gens."

Elle parle comme n'importe quel membre impliqué de l'Underground. Je sais que j'ai visé juste avec elle. Mais malgré tout, je me méfie.

"Vous feriez quoi à votre niveau ? Vous associer à l'Underground n'est pas l'idée la plus brillante que vous puissiez avoir, non ?"

Je brouille quelques pistes comme je peux...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
La prise de conscience de Bogdan sur la potentialité lucrative de son pouvoir lui tira un sourire. Elle n’aurait su dire s’il s’agissait de naïveté, d’un de ses mensonges, ou d’une vérité avérée. C’était là toute l’étendue de l’habileté du roumain, non ?
Elle ne put s’empêcher de rebondir sur cette idée.

- Je connais quelques femmes… et peut-être bien quelques hommes… qui n’hésiteraient pas à mettre la main à leur portefeuille juste pour vous entendre leur dire avec une sincérité époustouflante combien elles sont merveilleuses, belles et fascinantes et combien vous les aimez.

Angélique haussa les sourcils et perdit son regard dans le vide avant d’ajouter

- Notez que ca pourrait s’avérer dangereux pour votre intégrité physique, il vous faudrait imposer quelques règles de sécurité je pense.


Revenant sur lui

- … mais vous en tireriez un réel bénéfice !

Bogdan enchaina sur le sujet de l’Underground. Angélique n’avait pas envisagé l’aborder et ne pensait pas qu’il puisse attacher autant d’importance à son avis mais elle joua le jeu, estimant qu’elle en apprendrait plus sur lui si elle se montrait conciliante.

- Ce que je leur conseillerais ? Je ne sais pas… je ne connais pas vraiment leur organisation ni comment ils fonctionnent. L’argent est le nerf de la guerre, ca tout le monde le sait. Il n’ouvre pas les esprits, juste des portes. Parfois c’est suffisant…

Elle inspira et accompagna ses propos de gestes gracieux des mains

- Il permet aussi de s’acheter la discrétion et la sécurité… Certaines organisations associatives et sociales ont été approchées dans la ville basse par l’Underground. Il y a des rumeurs qui disent qu’ils ont déjà investi dans des œuvres charitables… mais tout ca ne durera que s’ils gagnent de l’argent. En tant que financier, je pense que vous seriez plus à même que moi de voir les solutions possibles…

Angélique se tut quelques secondes et observa Bogdan avec intensité.

- Votre tante n’a pas besoin d’argent Bogdan, n’est-ce pas ? J’ai discuté avec elle et elle sait parfaitement ce qu’elle fait. Je lui ai assuré de mon soutien pour ses projets parce que je ne veux pas m’associer à l’Underground, même si elle ne m’a rien dit à ce sujet et que je suis sans attache, mais que j’aime aider des causes qui me semblent prometteuses. Je n’ai pas que de l’argent. J’ai aussi des contacts et j’ouvre les portes de la ville. Je connais le Maire, je connais le fils King comme je connais le Veilleur….

Elle reporta son attention sur sa tasse de thé

- Mais je n’ai pas oublié qui j’étais ni d’où je venais….


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je n'ai posé aucune question à voix haute, et pourtant, elle y répond. Comme si elle entendait mes pensées. Putain, t'imagines si c'est le cas ? J'ai intérêt à protéger mes arrières. Mince, voilà que je pense à Six... Bordel, elle me parle et j'ai Tibor qui s'impose à mon esprit. En moins de trois secondes, j'ai toute ma famille et les Douze qui popent dans ma tête. J'suis un homme mort si elle m'entend. Je HAIS les PSY... 9a aussi, elle doit l'entendre. Pourtant, son visage ne réagit pas à ce que je pense maintenant... Mais... Si elle entendait mes pensées, alors elle aurait compris que je parlais de l'Underground, pas de mes possibles talents ! ... Mea culpa, Bogdan, détends-toi, elle ne t'entend pas. Regarde-la... Elle a un regard posé sur toi, ses gestes délicats qui te donnent envie de devenir l'air qu'elle respire...

Je soupire. Mon coeur a dû décoller dans les trois dernières secondes. Les lèvres entrouvertes, je l'ai fixée le temps de ma crise de panique.

"Je... Euh..." Je fronce les sourcils en penchant la tête. "Mon intégrité physique ?" En quoi j'aurais besoin de sécurité ? "Vous en avez, vous ?" Je percute qu'encore une fois, j'ai parlé dans ma tête et je me redresse d'un coup en levant les mains. "Je parle de sécurité ! Pas de votre intégrité que j'imagine parfaitement intacte !"

Je soupire à nouveau. Bon sang, je vis les montagnes russes avec cette fille. J'en rougis.

"Ma tante... A toujours besoin d'argent. Ca c'est vrai. Maintenant, ce qu'elle en fait, c'est autre chose."

Et puis, j'écoute, j'écoute, j'écoute, mais je fronce les sourcils. Elle prête main forte à l'Underground, mais en vrai, elle ne veut pas ? C'est moi qui aimerais être un PSY maintenant pour entendre ses pensées. J'en perds mon roumain.

"Le..." J'ai les arcades qui se déchirent. "Le Veilleur ? Vraiment ! Edward King, je comprends. De ce que j'en sais, c'est un type pas dégueulasse, ok. Je m'incline. Mais le VEILLEUR ?!" Spontané, nature, tout ça... "Je veux dire... Vous sembliez récalcitrante au Sanctuaire. Qu'est-ce qui vous a conduite jusqu'au Veilleur, franchement ? C'est quoi, simplement le fait qu'il ait du pouvoir sur un terrain ? Parce que, qu'on se le dise, il n'en a pas ailleurs."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
C’était adorable cette teinte sur ses joues alors que ses mots s’emmêlaient. Surprenant aussi parce que pour être parfaitement honnête elle l’avait cru incapable de rougir de quoi que ce soit. Malgré le sourire amusé elle répondit très sérieusement à sa question.

- Bien sûr que j’ai des jalons de sécurité. Plusieurs en fait. Certains se croient tout permis parce qu’ils paient et en oublient qu’il y a des limites à tout. D’autres se laissent dépasser par leurs émotions et ne savent plus s’arrêter quand il faut. C’est l’inconvénient quand vous faites le commerce de votre personne, certains oublient que vous en êtes une. Et puis Bogdan…


Angélique chercha ses mots quelques secondes avant de reprendre.

- Comment voulez-vous qu’une femme à qui vous dites d’aussi jolies choses auxquelles elle croira forcément, ne risquera pas de tomber amoureuse et d’exiger plus de vous ? Alors oui, si vous envisagez cette voie, il vous faudra assurer vos arrières. Croyez-en mon expérience.

Elle avait l’impression qu’il confondait son activité pour assurer sa subsistance et son investissement politique. Ses propos en tous cas manquaient assez de clarté pour qu’elle se sente de préciser.

- Je ne sais pas si je suis très claire en fait dans ce que je vous dis… J’ai appris que de posséder la bonne information et le bon contact apportait plus de résultats que de disposer uniquement d’argent. Par exemple… vous pourrez être aussi riche que vous voulez, si la bonne société de la Haute vous méprise, vous croupirez dans votre argent mais n’en tirerez rien. Notez que ca peut suffire à son bonheur, très bien. Cependant, quand vous défendez une cause, cela ne suffit pas. Si vous voulez que vos actions pour cette cause portent leurs fruits, il vous faut la bonne information pour que vous la posiez au bon endroit, au bon moment, et la bonne personne pour qu’elle soit reconnue. Vous voyez ?

Angélique haussa les sourcils et toussa dans son poing pour s’éclaircir la gorge.

- Qu’importe qu’Edward soit bien fait de sa personne, que le Veilleur ne le soit pas, je m’en contrefiche. Chacun d’entre eux dispose de quelque chose que je peux utiliser ou revendre : un nom ou une information. Je ne m’investis pas personnellement pour une cause, pas même celle de l’Underground, parce que je ne veux pas porter ouvertement une étiquette qui m’empêcherait d’obtenir une information ou un contact.

Elle pencha la tête en ouvrant la main.

- Voyez moi comme un électron libre qui a parfois des réponses à des questions que les gens se posent et qui est prêt, selon son humeur, sa bonne volonté et son tarif, à les donner.

Puis elle sourit de nouveau.

- Il n’y a que dans la ville basse que mes contacts sont moins prestigieux mais néanmoins efficaces. Et contrairement à ce que vous pensez, il m’arrive de mettre les pieds tant au Sanctuaire que dans la Basse. Toutefois je ne me sépare jamais de mes escarpins de luxe,
ajouta-t-elle dans un sourire mutin.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ne pensais pas avoir besoin de précisions. Mais quand elle me les apporte, j'ai les lèvres entrouvertes et je l'écoute avec des yeux intéressés. Elle dit beaucoup de choses avec beaucoup de sens. Qu'il s'agisse de mon pouvoir - et du sien - comme de son orientation politique. Elle ne veut pas être associée à l'Underground, mais accepte quand même de nous soutenir. En fait, c'est de l'admiration dans mes yeux.

Je m'imagine, entouré de belles femmes amoureuses de moi et c'est comme un doux rêve. Pourtant, je comprends bien ce qu'elle veut dire. Ca ne m'enlève pas l'idée d'utiliser mon pouvoir pour ramener de la tune à la maison. Ca m'intéresserait de servir enfin à quelque chose de plus important.

"Vous êtes... Incroyable."

C'est dit comme dans un souffle alors que je la dévisage. Je réalise que j'ai dit ça à voix haute et je lève une main en clignant des paupières.

"Vous me fascinez. Non, c'est vrai, je vous assure. Quand je vous ai vue à la soirée, il a suffit que vous ouvriez la bouche, et je me suis dit 'En voilà une qui a de la cervelle, ça change.' Et plus je vous écoutais, plus vous me plaisiez. J'ai compris qu'avec vous, il y avait de la conversation, mais aussi des opinions que je voulais connaître, une personnalité intéressante et équilibrée. Tellement différente de tout ce que je connais, de tout ce que je vois tous les jours que... Je m'en suis retrouvé rafraîchi. Votre mode de pensée me fascine. Je suis pourtant pas le dernier des cons, mais votre perspective me laisse voir les choses d'une autre manière. Je ne supporte pas avoir l'esprit étriqué. Certains me trouvent même facilement barge, parce que je suis trop curieux ou que je parle trop, j'en sais rien. Peu importe !"

J'ouvre la bouche en la dévisageant avec un demi sourire aussi sincère qu'amusé.

"J'avais envie de vous revoir parce que je vous trouve sympathique et qu'à défaut de vous avoir comme 'contact', ça me plaisait de passer un moment simple avec une personne simple dans un endroit simple. Et vous avez fait quelque chose pour moi, j'aimerais vous renvoyer l'ascenseur. D'autant que tout ce que vous me dites m'intéresse, je crois que je vais me reconvertir..."

Quel baratineur, putain...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Et bien il pourrait se vanter de l’avoir suffisamment étonnée pour lui couper le sifflet. Angélique ouvrit d’abord la bouche comme un poisson hors de l’eau à son compliment puis, parce que c’était une femme d’apparence et qu’elle prenait toujours garde à la sienne, se reprit et retrouva un peu de contenance dans sa tasse thé.
Son visage afficha un sourire intrigué et elle fronça les sourcils.

- Je vous avouerais que compte tenu de votre Yu, Bogdan, je ne sais pas trop comment je dois prendre votre éloge. J’en suis flattée, indéniablement, mais je ne peux pas m’empêcher de penser quelque part que vous me flattez purement et simplement. Si c’est le cas, sachez que vous le faites fort bien.

Elle rit doucement.

- Vous ferez des ravages dans le milieu de l’escort, j’en suis sure.

Angélique reposa sa tasse et observa son vis-à-vis. Elle ne savait pas sur quel pied danser avec lui et elle n’aimait définitivement pas ça. Se faire bon juge de la nature humaine et deviner les intentions des gens étaient indispensable à ses activités mais Bogdan… restait un mystère. Elle ne pouvait se fier à rien de ce qu’il lui montrait ou lui disait alors que tout lui apparaissait limpide et d’une sincérité à faire rougir une nonne.

- Vous êtes sérieux ? vous envisagez vraiment de lâcher la finance pour devenir courtisan ?


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'éclate de rire. C'est un problème avec mon pouvoir, mais la dernière chose dont j'ai envie, c'est qu'elle pense que je me paye sa tête comme si elle était la dernière des connes sur terre. Je croise les bras sur la table pour lui sourire.

"On va passer un pacte. Je ne pourrai pas tout le temps vous dire la vérité, c'est impossible pour moi. Je ne peux pas non plus vous promettre de ne pas vous mentir. Mais admettons..." Je souris toujours. "Posez-vous la question 'Quel intérêt il a à me mentir ?' et vous douterez peut-être moins."

Je lui fais un léger clin d'oeil amical avant de me redresser pour finir ma tasse.

"Je mens peut-être souvent, mais jamais sur ce que je ressens ! C'est un point d'honneur. C'est pratique comme Yu, mais un peu handicapant quand on veut vraiment communiquer avec quelqu'un, je sais."

Je hausse une épaule à son 'étonnement'. Est-ce que je vais vraiment me convertir ? Je n'en sais rien. Mais qu'on soit clairs, c'est une perspective intéressante.

"Je me fais chier et je gagne pas assez." J'ouvre les mains en écarquillant les yeux. "J'envisage même de rester sur Megalopolis ! Je crois que je suis tombé amoureux."

Si je veux revoir Angelique un jour, naviguer entre Megalopolis et Chicago, ça risque de devenir problématique. Mon sourire s'agrandit d'autant plus alors que je deviens malicieux.

"Vous m'aviez promis une visite, d'ailleurs ! Je n'ai pas oublié ! Vous étiez sincère en disant que je serai doué dans votre métier ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angelique sourit à sa question comme s’il doutait de la véracité de ses propos.

- Vous êtes bien placé pour savoir quand est-ce que je mens ou non j’imagine ! Si je vous dis que votre Yu serait un atout considérable dans ce type d’activité c’est sincère.

Elle l’observa de pied en cap avant de faire une petite moue dubitative.

- Il vous faudrait travailler un peu votre allure. Quelque chose de moins sobre, d’un peu plus tape-à-l’œil et de plus onéreux…être à la pointe de la mode c’est important. Non pas parce que ca apporte quoique ce soit en crédibilité, mais parce que ca contribue à l’image de bon goût que vous véhiculez. Regardez-moi, dit-elle amusée en se piquant au jeu… Si je portais un pantalon en jean avec un tee-shirt tout simple est-ce que j’attirerais autant l’attention ?

Bien qu’elle fasse tout pour ne pas le laisser paraître, sa mise était soigneusement étudiée jusque dans les moindres détails. Toute la magie de son art résidait dans cette faculté à faire passer pour naturel ce qui ne l’était pas. Ce n’était pas seulement une question de Yu, c’était tout un art de vivre. Même ses boucles rousses et leurs courbes sensuelles qui tombaient sur ses épaules dans une souplesse toute naturelle devaient leur effet aux soins d’un artiste coiffeur.

- Je n’insinue en rien que vous êtes mal habillé soyons clairs. Je dis juste que vous ne l’êtes pas encore tout à fait assez pour mettre un pied dans ce milieu.

Ses yeux se posèrent sur sa tête

- Passer chez le coiffeur aussi serait un incontournable.

Cet amusement passager fit place à un peu de sérieux quand elle reprit.

- Merci pour l’information, je saurai à quoi m’en tenir à l’avenir quand vous me parler. Vous savez, je ne suis pas certaine que vous gagneriez plus à faire reluire l’égo des riches de ce monde qu’en plaçant leur argent. Je dois tout de même avouer qu’on peut s’amuser et que le luxe confère un certain plaisir à nul autre pareil.


Elle avait oublié qu’elle lui avait promis une visite. Ce qu’elle pouvait dire quand elle était en représentation n’avait pas vraiment de valeur à ses yeux mais elle prenait garde à ne jamais faire de promesses inconsidérées pour ne pas se retrouver piégée par ses propres flatteries. Elle connaissait bien la ville Haute et s’il voulait la visiter… pourquoi pas.

- Vous souhaiteriez voir quoi en priorité ? Musée ? Monuments ? Lieux culturels ? Lieux de fête ?


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ne mens jamais sur ce que je ressens, c'est vrai. Je n'aime pas ça. Je mens sur tout et tout le temps, mais pas sur certains fondamentaux comme celui-ci. Ce qui est important vaut quelques nausées. Alors quand Angelique me demande si en jean et t-shirt, je l'aurais remarquée, ma réponse est probablement la chose la plus honnête que je lui dis ce jour-là. Je la regarde, comme elle me l'a demandé et le plus sérieux du monde, j'abats ma carte, mes yeux dans les siens.

"Oui."

Pour moi, en tout cas. J'ai le souci des choses simples et la voir comme ça, elle est très belle, c'est une magnifique poupée Barbie. mais je parie que le soir, démaquillée, au sortir de sa douche, devant Pretty Woman à la télé, elle doit être... Parfaite. Je lève une main pour traduire ma pensée.

"Je comprends ce que vous voulez dire..." Dis-je en me recoiffant tout de même. J'ai levé les yeux vers ma tignasse indisciplinable avec laquelle je semble être né avant d'y passer mes doigts. "Ce que je veux dire, c'est que votre pouvoir ne réside pas dans votre apparence, mais dans votre charisme. Vous pourriez être la plus magnifique des femmes, si vous n'aviez aucune conversation, je crois que je ne me serais même pas intéressé à mettre des formes pour vous convaincre du projet de ma tante... Alors bien sûr, les hommes veulent en avoir pour leur argent et demandent du haut de gamme et du luxe à tous les étages. Mais je suis certain qu'en jean délavé et t-shirt mouillé, vous feriez un carnage. Mon frère se damnerait pour des filles de ce genre !"

Ca, c'est faux. Mais chacune de mes vérités doit être équilibrée par des mensonges, sinon, c'est la cuvette en moins d'une heure. Déjà que mon ventre gargouille et que j'ai un goût de café rance dans la gorge chaque fois que je déglutis...

"Vous savez, je crois que je ne cours pas vraiment après l'argent. J'ai surtout envie de m'amuser, de faire quelque chose pour les gens, de leur apporter une différence. Je sais également vendre des secrets, c'est juste que... Enfin, j'ai envie de voir un peu autre chose. Et puis, je peux être financier le jour et escorte de madame le soir. Ce n'est pas incompatible, surtout si je joue sur deux villes différentes. Je peux aussi travailler à distance. Quoiqu'il en soit, je ne suis pas fermé à quelques uns des exercices que vous pourriez me proposer."

Ceci dit avec un sourire aimable et avenant. Encore une fois, je suis très sérieux, mais je redoute le moment où je devrai en parler avec Maze... J'ai envie de m'amuser, j'ai envie de bouger, l'Underground, c'est bien joli, mais... Je ne supporte pas d'être enfermé là-dessous. Je vais péter un plomb si je n'ai pas le droit d'être dehors plus souvent, malgré les enfants que j'adore.

"Le tourisme, ce n'est pas trop ma tasse de café. Tout le monde voit la même chose, ce n'est pas intéressant, je veux des souvenirs ! Je veux que... Quand je regarde mes photos, ça ait un sens, pour moi, une valeur, quelque chose d'important. Vous disiez connaître cette ville comme votre poche, vous n'avez rien d'insolite à me faire découvrir ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
- En tee-shirt mouillé ? Quelle idée !

Angélique afficha un petit air offusqué. Pour sa part, elle n’avait dit que « tee-shirt » pas « mouillé ». Ca, c’était certainement l’expression de son imagination et pour être complètement honnête, elle ne voulait pas savoir ce qu’elle contenait. Pas tant qu’il ne payait pas en tous cas.
Elle devait lui concéder en revanche que la façon dont il envisageait de gérer sa nouvelle activité ne manquait pas de pertinence. Le monde était petite, certes, mais les huiles de Mégalopolis n’avaient rien à voir avec celles de Chicago. Et puis Bogdan était assez grand pour savoir comment gérer les risques, ce n’était pas à elle de lui faire la leçon.

- Très bien, je me le tiens pour dit. Je peux vous laisser du temps pour y réfléchir mais si vous êtes déjà acquis à cette cause alors laisser moi un numéro où vous joindre ou un mail. Il se pourrait que j’ai déjà une cliente pour vous assez rapidement…

Elle inclina la tête, ses boucles rousses suivant le mouvement avec souplesse.

- Si vous avez besoin de conseils pour…. Son doigt engloba Bogdan tout entier tandis qu’elle souriait… travailler votre apparence, je serai votre obligé.

A vrai dire, elle pourrait même trouver ça très drôle que de jouer les mécènes avec un beau garçon où tout restait à faire. Elle devait reconnaître qu’elle n’avait pas pour habitudes de les habiller mais plutôt l’inverse.
En bonne hôtesse de Mégalopolis, Angélique connaissait foule d’endroits insolites qui pourraient satisfaire la curiosité du roumain. S’il n’avait pas de limites financières, elle pourrait lui construire des souvenirs en béton pour ses longues nuits d’hiver. Dans un premier temps, elle se dit qu’il serait peut-être judicieux de s’en tenir à quelques classiques moins onéreux. Elle irait crescendo s’il en voulait plus. Et les hommes, avec elle, en voulaient toujours plus… restait à savoir jusqu’où celui-là était prêt à aller.

- L’union Pool, vous connaissez ? Un de mes endroits favoris pour passer une soirée singulière. A l’origine, au début du siècle, ce bar à spectacle était à Brooklyn. Il a déménagé dans la ville Haute il y a une vingtaine d’années, dans un bâtiment ancien. Le révérend Vince Anderson et son Love Choir Band – piano jazz et chœur de barytons – sont morts depuis longtemps mais la troupe actuelle continue de perpétrer son œuvre chaque lundi soir.
Vous ne serez pas déçu du voyage…. Parfois des danseurs imprévus se joignent au spectacle.
Qu’en pensez-vous ?



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'éclate de mon rire qui vacille dans les aigus quand elle s'offusque. Mais vraiment. Je ne sais pas si la moquerie peut payer avec cette femme-là, mais il y a certains traits de ma personnalité qui, peu importe mon degré caméléon dans l'adaptation de mon comportement, demeurent naturellement... Moi-même. J'ai les yeux écarquillés à l'idée qu'il puisse y avoir quelqu'un d'intéressé par ce que je suis.

"Vous plaisantez ?!"

Si Gen savait, je crois qu'elle me tuerait. Vraiment. Mais elle est la première fille avec laquelle je dépasse deux semaines de relation. Un mois, peut-être maximum. Je ne compte pas Magda, c'est un fait. Chassez le naturel, il revient au galop. J'adore les femmes, j'ai beau les respecter, j'adore les courtiser, c'est plus fort que moi. Un psy dirait probablement que c'est une façon de masquer un très fort manque de confiance en moi et en ce que je vaux. Je me cache derrière cette personnalité de flambeur avec une grande assurance pour me persuader que oui, je peux plaire, en effet. Avec mon pouvoir, ce doute est permanent. Suis-je vraiment comme ça, ou bien le fais-je exprès pour me défendre d'un sombre mal ancien ?

Quoiqu'il en soit, quand une femme me montre de l'intérêt, j'ai toujours du mal à y croire. J'ai beau connaître leur sincérité - ou non - ça me laisse encore comme deux ronds de flan.

"Elle est comment ? C'est qui !"

Malgré tout, quand elle m'englobe de son index de déesse, mes lèvres sont toujours fièrement étirées.

"Je me fringue comme un clodo, vous pouvez le dire, vous seriez pas la première et sûrement pas la dernière ! Je ne vais pas me vexer. Et je serai ravi d'être votre disciple !"

Après ça, je pose mon menton dans mes deux mains pour l'écouter me parler de tous ces trucs que je connais pas, parce que j'ai jamais foutu un pied en Ville Haute, avant elle. Pourtant, Brooklyn, c'est l'Underground. Alors qu'est-ce que j'ai manqué ? Est-ce que j'aime le jazz, voilà une très bonne question !

"J'en pense que ça m'a l'air délicieux, très chère !"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique haussa les épaules à sa question et répondit le plus sincèrement possible.

- Elle est riche. Très riche et très seule. Physiquement, elle n’est plus de la première jeunesse mais c’est une femme dynamique qui n’a pas peur de s’imposer. Elle gère une entreprise familiale de cosmétique, seule, et ses ambitions internationales l’obligent à multiplier les diners et rencontres d’affaires. Elle souhaiterait se faire accompagner mais elle n’a jamais trouvé d’accompagnateur à la hauteur. Si vous réussissiez, elle pourrait devenir une cliente régulière.

L’allure de Bogdan n’était pas aussi désastreuse qu’il voulait bien l’admettre. Il ne lui faudrait pas grand-chose pour qu’il donne le change.

- Vous noircissez le tableau, Bogdan. Il vous manque juste quelques petits arrangements. Un peu plus d’activité physique ciblée pour modifier légèrement votre silhouette, des vêtements de luxe… je dirais plutôt… hmmm... sportswear pour le quotidien. C’est un style qui vous irait bien. Je serais même prête à vous faire une avance sur vos premiers gains pour m’assurer que vous ayez ce qu’il faut.


Angélique trouvait cette histoire plutôt drôle. De ce qu’elle avait perçu il apprenait vite et savait donner le change. Elle pourrait partager avec lui ces bons plans et l’aiderait à assurer ses arrières. Et surtout ? Surtout ca lui permettait de garder un œil sur ce garçon qui traversait le Sanctuaire comme s’il était chez lui tout en venant briller dans un gala de charité. Elle ne savait pas d’où il sortait et ce qu’il voulait. Cela l’intriguait au plus haut point.

- Je pense que nous pourrions nous adjoindre l’avis de Sandro aussi… c’est un expert.

Elle soupira puis lui rendit un sourire entendu

- Lundi soir donc, devant l’Union pool. Disons 20 heures. J’aime la ponctualité…


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Ooowww, une mamie ! J'adore les personnages âgées. J'adore les enfants, mais les mamies font chavirer mon coeur. J'adorerais la rencontrer."

Je penche la tête en souriant. En fait, le pire, dans tout ça, c'est que si je peux aider Angelique, je le ferais. Elle soutient l'Underground, je lui dois au moins ça. Réclamer des dons de l'extérieur, c'est bien joli, mais remercier ceux qui nous ont aidés toutes ces années, ce n'est pas négligeable. Une idée me traverse l'idée de faire de Tibor un escort, également. Ca me fait marrer de l'imaginer, mais je pense qu'il aurait autant, sinon encore plus de succès que moi. Il a ce côté chien perdu qui ne veut rien savoir, mais qui découvre tout, à faire tourner des têtes. Mais ça ne fait que me traverser l'esprit car je sais que son caractère est aussi dégueulasse que celui d'un ours mal léché. Il dit trop fort ce qu'il pense et ne possède pas assez de filtres pour se fondre dans la société. Mais juste une fois, pour voir... Ca m'intrigue.

Si seulement je pouvais deviner tout ce que Angelique pense... Si seulement elle connaissait ma véritable allure ! Je me désigne d'un geste des mains.

"Non, mais je me suis fait beau pour vous, hein. En vrai, je ressemble pas à ça."

La mention du sport me fait perdre tout sourire, toutefois. Je baisse les yeux sur ma chemise que je tire légèrement en avant, comme si ça pouvait faire apparaître du muscle. Je ne suis pas très sportif... Je laisse ça à Maze et Tibor qui sont taillés dans la roche tous les deux. L'un par le pouvoir et l'exercice, l'autre par les nerfs et le stress. Moi ? Je suis tout mou. Un Marshmallow. J'ai même un peu de bide ! Je suis un peu gras, diraient certaines. Mais...

"...J'en ai pas entendu une seule s'en plaindre et croyez-moi, elles ont été nombreuses !"

Ce à quoi je hoche la tête dans un sourire particulièrement malicieux. J'en avais oublié Sandor, d'ailleurs !

"Oui, justement, je me demandais qui il était pour vous, à la soirée ! S'il était avec vous, vos clients apprécient toujours autant que vous les délaissiez pour aller jouer du pied avec un inconnu, surtout quand celui-ci est plus jeune et plus beau que lui ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique eut un petit rire sonore et cristallin.

- J’ai dit qu’elle avait un certain âge pas qu’elle était âgée. C’est encore une belle femme qui a les moyens de s’entretenir et suffisamment de goût pour ne pas s’afficher avec des minets qui donneraient d’elle une image peu estimable. Vous serez parfait. Maintenant si vraiment vous souhaitez que je vous mette en contact avec le troisième âge, c’est envisageable aussi.

Qu’il puisse se vanter de la pluralité de ses conquêtes la laisse dubitative mais elle se laissa dire que cela pouvait faire partie du personnage. Amusée, elle se sentit de lui rétorquer une petite pique provocatrice.

- Peut-être que les femmes que vous avez conquises jusqu’à maintenant n’avaient pas assez de goût pour s’en plaindre. Gagez que celles que je vous présenterai à l’avenir ont plus d’exigences. Celles-ci payent. Pas les vôtres, non ? Tout du moins je vous le souhaite.


Son sourire contrastait avec ses propos incisifs. C’était une boutade qu’elle avait osée, rien de plus. Aussi quand il revint sur le sujet de Sandro elle répondit sans malice.

- C’est un ami de longue date, je lui dois beaucoup. C’est lui qui m’a ouvert les premières portes quand je n’avais que mon ambition. Il m’a beaucoup appris sur la façon d’être et de présenter.

D’une main elle s’engloba toute entière pour désigner sa mise

- Il m’a appris à me mettre à mon avantage en toutes circonstances. C’est un artiste dans le domaine. Et il est homosexuel, il va vous adorer si j’en crois ce que vous m’avez dit. En tous cas, la jalousie n’est pas un sentiment qui a sa place dans le métier qu’on exerce. Celui qui paie à l’exclusivité pleine et entière. Celui qui paie plus, l’obtient alors sans avoir à se battre. C’est simple.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ne sais pas si ça va m'amuse longtemps ce petit jeu. Mais j'ai quand même envie d'essayer. En attendant, à sa pique, je ne suis absolument pas vexé, ni même susceptible. Je souris d'autant plus et je ris.

"Non, en effet, c'est quelque chose qui m'arrive de façon assez gratuite. J'aime faire don de ma personne."

Plus modeste et excentrique, tu meurs. En fait, je crois qu'Angelique et moi avons le même humour. Sauf que je suis plus détendu et libre qu'elle. Mais comme elle l'a dit : elle est des hautes sphères et se fait payer pour ce qu'elle est. Ce n'est pas mon cas. Pas encore, en tout cas.

"Si vous pensez que je peux convenir à cette dame, alors je vous fais confiance. Je suis même curieux. Autant dire que j'ai hâte, maintenant."

J'acquiesce à ses dires, comme un bon élève qui écoute attentivement les conseils de son mentor. Comme dit, je ne suis pas sûr que ça m'amuse longtemps, mais je me rappelle que lors de la soirée, je m'étais senti comme un poisson dans l'eau. On a toujours une appréhension pour les choses que nous ne connaissons pas, pour cet inconnu qui nous fait vibrer avant de nous jeter à l'eau. Ce moment est souvent plus jouissif que la nage elle-même. Je secoue la tête.

"Je ne suis pas quelqu'un de jaloux. Une fois, une fille avec laquelle j'étais m'a carrément engueulé parce que je n'étais pas jaloux ! Selon elle, cela signifiait que je ne tenais pas à elle. J'avais beau lui dire que j'avais confiance en elle - c'était vrai, mais en même temps je m'en foutais, disons-le clairement - rien à faire. Elle m'a plaqué." Je hausse les sourcils, incrédule. "J'ai beau en connaître un rayon sur les femmes, celle-ci reste un mystère pour moi. Bon et donc." Je croise les bras sur la table et me penche vers elle avec un sourire. "Je commence quand ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Son avis sur les femmes et son incompréhension à leur égard, autant dire qu’elle s’en cognait joyeusement. Le mystère qu’elle représentait pour lui de par son genre devait être égal à celui qu’il représentait pour elle de par son comportement.
Plus leur conversation avancée et plus elle doutait qu’il ait voulu la revoir pour trouver du travail alors que, si elle en croyait ce qu’il lui disait, il en avait déjà un. Et puis cette histoire de visiter Mégalopolis cachait surement autre chose. On n’allait pas faire du tourisme au Sanctuaire qu’on soit de Chicago ou de Trifouillis les oies. Elle se souvint d’une chose à mesure que ses pensées avançaient.

- Je vous tiendrez au courant mais ca dépendra surtout d’elle. C’est une femme très sollicitée alors je pense que vous n’attendrez pas longtemps. Ce qui nous laissera celui de vous constituer une garde-robe et de vous donner quelques trucs pour une soirée parfaite.

Elle retroussa le nez.

- Des cours de danse aussi par exemple… même si je dois reconnaître que vous avez de bonnes bases.


Angélique sourit au souvenir et enchaina aussitôt

- Avez-vous eu l’occasion de voir notre portrait dans un tabloïd d’ailleurs ? Je n’ai pas vérifié…

Et si la photo n’avait pas été publiée, elle la retrouverait de toutes manières, ne serait-ce que pour satisfaire un peu sa curiosité en posant quelques questions de ci de là.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
La vache, en fait, je vais être top model. Va me prendre au sérieux avec tout ça. Il est possible que tout ce que je fais avec Angelique, c'est pour masquer ce que je suis réellement, tout ce que je fais. Je réfléchis en me demandant de quel tabloïd elle parle avant de me souvenir. Zut. J'en sais rien. Comment je peux le savoir. Où est Sharleen ? Je hausse les épaules.

"Vous savez, moi, la presse, je la regarde peu. On y dit beaucoup de choses. Beaucoup trop, et j'aime me faire mes propres opinions."

Je ne suis pas plus emballé à l'idée que mon visage soit vu partout. D'ailleurs...

"Euh... Parce que cette photo va paraître dans les journaux ?"

Autant dire au MSS "Coucou, c'est moi, on est là !". J'ai souri, feintant une certaine modestie plutôt qu'une véritable crainte/peur. Encore une fois, je me demandais ce que Angelique pouvait bien penser. Je la soupçonnais d'avoir des tactiques, comme moi. On ne pouvait pas être intelligente comme elle et ne rien tenter. Je ne sais pas lequel de nous avait le plus à risquer, et le plus à miser. Mais je suis persuadé que nous voulons tout deux la même chose. J'en suis convaincu. Et quand j'ai l'impression qu'elle me glisse des doigts, c'est tout un sport de la rattraper. On respire bien fort et on reprend.

"En tout cas, j'ai été agréablement surpris ! Je croyais que j'allais m'ennuyer à cette soirée, et... J'ai passé un très bon moment. Je dois dire que c'est en partie grâce à vous, bien sûr. Vous excellez dans le domaine de la bonne compagnie !"

Je ne me doute pas un instant que je l'intéresse autant. Mais si c'était le cas, je serais déjà loin. C'est vrai ce qu'on dit, que quand il s'agit d'une femme, je suis borgne... Qu'est-ce qui me dit qu'elle n'est pas du MSS ? Une jolie petite poupée russe ? Je suis pas un mec parano. Ca me perdra, un jour.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Sur le fond il n’avait pas tort. La presse était ce qu’elle était mais elle était le premier véhicule de l’information (même fausse) et le premier outil de manipulation des masses. Angélique lui sourit doucement.

- Je ferai le tour des tabloïds pour vérifier mais si je puis vous donner un conseil Bogdan, ne négligez pas les médias. Ce sont eux qui influencent les opinions, proposent les idées et font l’histoire, sans accorder véritablement d’importance à la vérité. Ce n’est pas pour rien que les grands groupes industriels de ce monde sont aussi les propriétaires des grandes maisons d’éditions journalistiques et des médias télévisuels !

Pour autant, se coltiner la presse à scandale était d’un ennui mortel, elle devait bien le lui concéder. Mais pour toute femme qui fait de son image un outil de travail, il était indispensable qu’elle en tienne compte. Aussi, pour être plus claire, elle précisa à son encontre.

- Si vous évoluez dans ce milieu au bras de richissimes héritiers ou entrepreneurs, vous n’y couperez pas Bogdan. Il va vous falloir apprendre rapidement, soit à esquiver, soit à l’assumer. Les tabloïds mitraillent tout le monde dans les soirées, espérant trouver le potin croustillant ou la nouvelle tête à suivre. C’est tout un art, croyez-moi…


Art qu’elle avait fait sien. Son décolleté et son visage de rouquine incendiaire avait rapidement séduit les photographes et elle en avait profité pour accompagner son ascension sociale. Ce n’était pas de l’ambition pure qui l’animait, contrairement à ce qu’on disait d’elle. A l’origine, ses motivations étaient bien plus pragmatiques. Si elle ne les avait pas perdues de vue, elles étaient juste passées au second plan…
Quand on né sans le sou et que la mort pointe le bout de son nez un peu prématurément, on s’accommode de ce que la vie vous offre pour en récupérer quelques dividendes.

- Merci pour votre compliment. Cette soirée n’avait pas grand-chose d’exceptionnelle mais elle a au moins eut le mérite de gonfler mon carnet d’adresse. Les vernissages ou les showcase sont plus prisés et moins guindés. Il est de bon ton de se montrer dans les manifestations culturelles même si les mécènes sont rares.


Angélique décida de s’intéresser un peu plus à la vie privée de Bogdan. Cela n’enlèverait rien au mystère étant donné qu’elle ne pourrait jamais dire si ses vérités étaient… vraies… mais au moins ca comblerait un peu sa curiosité.

- Un financier de Chicago, fraichement installé mais prometteur, qui a grandi avec sa tante et son oncle aimants après la mort de ses parents... ca sent presque le conte de fées. Une petite sœur, c’est ca ? Puis une autre et des frères… ca a dû être une sacrée surprise pour votre tante d’élever une telle fratrie soudainement. Ils avaient eux-mêmes des enfants ?


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Ce que me dit Angelique, c'est marrant... Je m'en souvenais pas. Mentir, c'est bien. Quand on revoit fréquemment la même personne, autant de se souvenir de ce qu'on a dit. Je lui ai déjà avoué trop de choses, prononcé trop de vérités, j'ai le ventre qui gargouille depuis une demie heure, j'ai besoin de mentir pour soulager le mal de tête qui pointe en travers de mon front. C'est trois fois rien, largement supportable, mais si, à cet instant, je lui dévoile ma vie, je repeins la table. Et sa magnifique poitrine avec. Si je veux mentir de façon intelligente, je dois me tenir à quelque chose de simple, de facile à me souvenir. Je dois arranger la vérité. Mais suis-je obligé d'arranger la mienne ? Trop d'alternatives dans lesquelles je peux me perdre. Dans ce cas, je vais raconter l'histoire d'un autre. Une de celles que je suis parfaitement capable de ressortir sans me planter, le tout en arrangeant avec ce que j'ai déjà dit.

"Ma... Vie n'a rien d'un conte de fée. J'ai surtout eu énormément de chance."

Une chance de cocu, ouais... Je lui souris en baissant les yeux, feintant la vulgaire blague qu'est ma vie. Sur ça, je ne mens pas.

"Je suis d'origine russe, en vérité !" Ou à demi... Mais je vais pas tout lui raconter, non plus. Suffisamment pour qu'elle en ait pour son argent et se fasse une opinion de l'intérêt que je pourrai porter à la gente féminine - et masculine, pourquoi pas. "Ma mère s'est suicidée quand j'étais petit et j'ai été adopté. Ma tante n'a pas eu d'enfants non. Je viens d'un tout petit village et j'ai atterri à Chicago en suivant ma tante. Quant à mes frères et soeurs, ce ne sont pas vraiiiiment mes frères et soeurs, mais c'est tout comme ! On a tous été adoptés, finalement. Ma tante adore les gosses. J'ai hérité ça d'elle."

Pour le reste, la presse, les tabloïds, me voilà hésitant. Je ne lui ai rien montré, j'ai continué de sourire, mais ça réfléchit dans ma tête. Je sais que le MSS est en ville. Mais est-ce qu'ils nous cherchent toujours ? Six utilise son nom d'emprunt, son surnom russe depuis des mois et elle n'a vu personne. Pourtant, quand elle l'a hurlé, ils ont été deux à lui sauter sur le rable. Alors... J'ai grossi, j'ai changé physiquement, ils auraient pu ne pas me reconnaître si ce n'était pour mon pouvoir... très visible. Et si je me maquille, je passe pour un type qui n'assume pas sa situation, ce qui est faux.

Et si... Je forçais le destin ? Si j'en finissais avec tout ça ? Je suis assez fort pour me défendre, maintenant. Et puis je peux mentir ouvertement, je ne serai pas sous l'effet d'un sérum quel qu'il soit...

En revanche, je veux bien parler. Mais pas tout seul.

"Et votre histoire à vous ? Vous ne m'avez toujours rien dit. Mise à part que j'ai visé juste pour votre famille."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
En vérité son histoire était bien moins glamour qu’elle n’avait pensé à travers les éléments qu’il lui avait donnés. Une chose était sure, c’est que son histoire familiale contribuerait largement au mythe exotique qu’il véhiculerait dans le milieu de l’escort. Un bon point pour lui.

- Votre tante, négative si je ne m’abuse, qui s’est occupée avec une dévotion sans égale de petits positifs abandonnés…


Angélique eut un sourire à la fois respectueux mais teinté d’une pointe d’intérêt qu’elle ne dissimula même pas.

- Au-delà de votre sentiment personnel, permettez-moi de vous faire remarquer que cette histoire ne manquera pas d’émouvoir. N’hésitez pas à en tirer profits. Mais pardonnez-moi…


Elle se reprit et retrouva cette image attentive qu’elle lui servait depuis quelques minutes.

- Ca n’a pas du être facile tous les jours mais si j’en juge par vos démonstrations affectueuses à son encontre, elle compte beaucoup pour vous. C’est une chance en effet. Et votre petite sœur comment va-t-elle ? Elle a dû être ravie de sa rencontre avec Ken J, non ?

Angélique se doutait que de poser des questions sur la vie de son interlocuteur en susciterait à son encontre. Elle n’avait pas l’intention de lui mentir dans la mesure où elle ne voyait pas l’intérêt dans faire un secret pour lui. Une façon sans doute de dépasser la simple relation professionnelle.

- J’ai des parents encore en vie mais de l’autre côté du continent. Je les vois de temps en temps mais rarement. J’ai une sœur aussi… qui a été gravement malade. Pendant longtemps elle a vécu avec puis un jour son état de santé s’est détérioré. Il nous a fallu envisager la chirurgie et de lourds soins médicaux alors j’ai pensé qu’il était temps pour moi de mettre à profit mon don. Depuis elle va bien… mais nous ne sommes pas très proches. Nous sommes très différentes.


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
La vie de Tibor ? Un tire-larmes ? Non, sans blague. Ce mec était un biberon dramatique à lui tout seul. Je devrais même pas me servir de sa vie. J'espère que si un jour il le sait, il le verra plus comme un hommage. Non en fait, il vaut mieux qu'il l'ignore. Il me tuerait de savoir que j'ai étalé sa vie aussi impunément. Ma mère l'a peut-être pas adopté pour de vrai, mais ma tante... Oui, en quelques sortes. Je crois que je viens de faire une connerie. Mais je connais mieux la vie de Tibor que celle de Six. De ce que je sais, Six a été vendue. Plus complexe pour un mensonge simple. Si j'affiche une petite mine, c'est surtout parce que je pense à eux. Encore une fois, je m'en suis bien sorti.

Je souris à Angelique. J'apprécie ses dires, sa gentillesse, son attention à mon égard, même si je mens. L'histoire de Tibor reste similaire à la mienne. Même si c'est la sienne que j'ai modifiée, j'apprécie le regard qu'elle porte sur moi à ce moment-là. Ca me rassure. J'aime avoir de l'instinct sur une personne et ne pas me tromper.

"Je n'ai pas envie que mon histoire émeut les autres. Je n'aime pas en parler tout court, d'ailleurs. J'imagine que je mentirai avec outrance pour le simple plaisir d'émouvoir, sans pour autant qu'on me regarde comme un déporté. Je mets beaucoup de distance entre ce que les gens pensent de moi et ce que je pense de moi-même. Ma propre estime ne changera pas, peu importe la personne face à moi. Compte tenu de mon pouvoir, j'ai plutôt intérêt à ne pas perdre de vue qui je suis réellement. Je pense que sinon, il me serait très aisé de devenir quelqu'un d'autre avant de me perdre. C'est un des quelques petits dysfonctionnement de mon don."

Et puis, je ris en penchant la tête, petit malin que je suis.

"Ma... Petite soeur déteste Ken-J. C'était une énorme farce, j'adore la taquiner. Malgré tout, je lui ai fait un cadeau, je pense qu'elle a tout de même apprécié." J'acquiesce, calmant mon rire. "Elle va bien. Merci."

Quand je l'écoute, je n'entends qu'une chose. J'en perds mon sourire et je finis par l'arrêter d'une main. Logiquement, cette information devrait m'intéresser pour Sky. Mais là, c'est de la pure curiosité.

"J'ai dû louper un ou deux trains en marche. En quoi votre pouvoir peut-il guérir un cancer ? Ca, ou n'importe quelle maladie, d'ailleurs. Vous êtes sérieuse ? Ou alors j'ai mal compris ? J'espère que, pour votre propre sécurité, ce n'est pas une information que vous divulguez gratuitement."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique ouvrit grand les yeux et mis quelques secondes à comprendre de quoi il parlait avant de rire doucement.

- Vous vous emballez mon cher. Je n’ai jamais dit que ma sœur souffrait d’un cancer et je n’ai pas dit non plus que mon Yu guérissait quoi que ce soit. Ma sœur souffrait d’une maladie chronique qui a nécessité une grosse intervention chirurgicale que j’ai financée en me lançant dans mon métier.

Elle pencha la tête, faisant dégringoler ses boucles rousses sur son épaule

- C’est elle qui m’a convaincue de me lancer. Enfin… pas directement bien entendu, elle ne m’aurait jamais demandé une chose pareille. Disons qu’au début je l’ai fait pour la bonne cause, par la suite j’y ai vu mes propres intérêts. Aujourd’hui… elle a du mal à comprendre. Pour elle je me prostitue, purement et simplement.

Son sourire s’élargit avec une petite pointe de défi

- Ca ne se résume pas à cela non, mais les subtilités dans le domaine, lui sont étrangères. Nous évitons le sujet quand nous nous voyons.

Elle soupira, un peu blasée, mais résignée.

- En tous cas je suis ravie de savoir que votre sœur vous aura au moins aidé à approcher Ken J. Quel est donc ce cadeau qui lui a fait plaisir si ce n’est pas sa rencontre avec lui ? L’holo-pc que vous lui aviez offert pour l’occasion ?



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"J'ai accolé son prénom à côté du nom de son amoureux pour la dédicace."

Je me débarrasse de Sky dans ma vie pendant quelques secondes en levant les mains pour freiner Angelique.

"Attendez, attendez, je ne comprends pas. Vous parliez de votre don dans les affaires... Pas de votre... Don. De quoi souffre-t-elle ?"

Quant au reste, je ne peux pas m'identifier. Je n'ai pas ce problème. Et elle est bien place pour savoir que de toute évidence, je n'ai pas le même regard sur elle que sa soeur. Je reporte mon menton dans ma main pour l'écouter parler. A croire que je ne me lasse jamais d'elle.

"En quoi êtes-vous à ce point différentes ? Vous êtes l'aînée, je parie. C'est un peu hypocrite de vous inciter à faire carrière et de vous le reprocher ensuite, non ? Depuis combien de temps vous êtes dans le métier ? Vous avez des rivales ?"

Des questions, j'en avais plein. Trop. Je menaçais de l'assommer, c'était certain !


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Elle ne savait pas quel âge avait sa petite sœur mais elle supposait avec justesse que c’était le genre d’attention qui comblait une jeune fille amoureuse. Le genre de truc indémodable dont on orne encore les arbres même dans la Haute. S’il y avait encore des arbres dans la Haute.
Angélique sourit à l’attention et se demanda si Bogdan était assez délicat pour avoir eu cette idée géniale ou s’il avait eu un coup de chance. Qu’importe, l’avenir le lui dirait.
Elle rit alors sa remarque sur son don dans les affaires

- Je ne sais pas si je suis douée dans les affaires mais ce qu’il y a de certain, c’est qu’à l’origine je n’avais que mon Yu pour me lancer. Il y a des tas de choses que j’ai appris… sur le tas, dirons-nous. Au fur et à mesure. On ne devient une femme d’expérience qu’avec l’expérience.


Sa sœur était un sujet qu’elle n’avait pas pour habitude d’aborder. Elle en venait même à se demander qui savait, dans son entourage, qu’elle en avait une. Sandro oui, mais il ne l’avait jamais rencontrée.

- Elle avait une malformation cardiaque depuis sa naissance. C’était évolutif et on savait que tôt ou tard il faudrait envisager une chirurgie. En fait je ne suis l’ainée que de quelques minutes mais j’imagine que ca ne fait pas une grande différence. Ne vous trompez pas, elle ne m’a poussée à rien du tout. J’ai eu mes idées toute seule comme une grande. Disons que…

Comment exprimer les choses sans charger sa sœur et sans donner une mauvaise image d’elle-même ? Contrairement à Bogdan, elle y tenait, elle.

- Elle ne comprend pas que je continue. Pour elle, ce que j’ai fait, je l’ai fait par nécessité et elle m’en remercie chaque jour. Ce qu’elle ne comprend pas c’est que je puisse toujours avoir ce type d’activité et y trouver satisfaction. Le luxe, l’aisance, à ses yeux rien ne justifie ce qu’elle perçoit comme un sacrifice. Je n’arrive pas à lui faire entendre mon point de vue alors nous évitons d’en parler.

Bogdan démontrait un intérêt qui ne la lassait pas. Au contraire, rare étaient ceux qui se montraient enthousiastes, si ce n’est quelques ambitieux malvenus qui passaient dans son champ de vision aussi rapidement qu’une étoile filante.

- Presque 5 ans que je me suis lancée. Nous sommes plusieurs à exercer le métier d’escort et de faire-valoir, c’est un monde où la concurrence est rude, mais je ne compte pas vraiment de rivales dans la mesure où aucune n’a mes contacts et mes entrées. J’ai une ou deux alliées je dirais plutôt… parfois nous nous entraidons. C’est important de ne pas entretenir que des inimitiés entre collègues, vous verrez.



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'ai plein de questions. Notamment quel est le sacrifice qu'elle a pu faire. J'ai du mal à la regarder et me dire qu'elle a couché avec un homme pour de l'argent. C'est tout ce que je vois comme possibilité et j'ai beaucoup de mal à concevoir qu'une femme pareille puisse en venir à un tel extrême. Comme je ne veux pas forcer la réponse ou me montrer particulièrement déplacé, je remballe ma curiosité et me racle la gorge en levant une main pour signifier au serveur de nous resservir la même chose. Reportant mon attention sur Angelique, je retrouve mon sourire.

"Quand on n'est pas né dedans, c'est très facile de s'y faire. Je suis bien placé pour le savoir. Parfois, je me demande ce qui se passerait si je retrouvais ma situation initiale. Ca m'est totalement inconcevable, n'en déplaise à qui que ce soit. Je comprends totalement ce que vous voulez dire." D'ailleurs... "Vous ne vous êtes jamais dit 'aujourd'hui, j'arrête' ? J'en sais rien, fonder un foyer à vous, loin des apparences trompeuses, quelque chose qui serait pour vous et vous uniquement avec une famille, qui sait."

Est-ce que je le voyais pour moi-même ? Oui, mais alors pas pour le moment. Quand je serais vieux, gros, croulant, moche et plus bon à rien. Quand ma date de péremption sera arrivée. Je suis dans la force de l'âge, alors c'est pas pour maintenant. J'ai d'autres questions et je fronce les sourcils.

"Comment les gens réagissent quand ils apprennent ce que vous êtes ?" Je lève une main. "Je reformule, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Je veux dire... Est-ce que les Positifs ont plus de succès ? De par leur exotisme, leurs... Curiosités." Je me suis désigné d'un geste des doigts. "Je le porte pas sur moi, mais j'imagine que vous faites des choses fantastiques dont les gens raffolent, c'est différent."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Ca question la surprit vraiment. Elle avait le sentiment qu’au travers il ne voulait pas admettre tout ce que son métier impliquait et tout ce qu’elle avait été prête à faire pour être la meilleure. Le choix n’est possible que lorsque vous êtes sur le dessus du panier. Avant, vous sacrifiez. Pas tout non, mais beaucoup. Pourtant Angélique n’en conservait aucune amertume et ne le regrettez absolument pas. Elle n’avait d’ailleurs pas vraiment modifié ses habitudes depuis ses débuts.

- Arrêter ? Non ca ne m’a jamais traversé l’esprit. Quand j’enfile une robe haute couture et je porte une paire de chaussures dont le prix équivaut a trois mois d’un salaire moyen de Megalopolis, non je n’ai jamais voulu arrêter. Fonder une famille ? Pourquoi faire ?

Elle eut un petit rire amusé.

- Passer mes journées à faire des compromis pour quelqu’un qui exigera de moi de l’amour, de la compréhension et un peu plus de sacrifices en n’ayant jamais la certitude que ce soit réciproque ? Avoir des enfants et me priver de la liberté que j’ai aujourd’hui ? Mettre au monde de petits positifs qui au mieux devront se cacher pour accéder au confort, au pire rejoindre la cohorte des délaissés ? Qui peut souhaiter ca à un enfant qui n’a rien demandé ? Et puis rien ne vaut ce que j’ai…

Le serveur prit la commande de Bogdan sans sourciller, déjà prompt à la préparer. Angélique, absorbée par la conversation, ne lui accorda pas un regard. Elle réfléchissait à la dernière remarque de Bogdan avant de répondre.

- Oui, les positifs ont plus de succès. Ce que l’on craint le plus est aussi ce qui nous fascine le plus. Je ne suis pas dupe, au moindre faux pas, ceux qui me paient pour mon talent seront ceux qui me voueront aux gémonies avec le plus de force… mais oui, notre Yu interroge et fascine les riches quand il est visible bien sûr. Le vôtre est discret. Les gens croient ce que vous dites c’est tout. Finalement, vous n’êtes même pas obligé de dire quel est votre don, non ?



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'ai beau respecter les volontés d'Angelique, je hausse les sourcils. J'oublie souvent qu'ils sont nombreux à vouloir que tout s'arrête avec eux. Ils souhaitent faire leur part du marché de leur vivant, mais que la mascarade s'arrête avec eux. Je me surprends à penser à des enfants une fois de plus, ce qui ne m'arrivait jamais avant d'être avec Gen. Une famille, je sais pas, un foyer, j'en doute. J'ai tellement l'impression que ce n'est pas moi, que j'ai rien à faire dans une petite maison d'une résidence tranquille. Et pourtant, quelque part, je me dis que c'est ça, la finalité de la vie et qu'un jour, ça me viendra. Mais face à Angelique, je hausse les épaules.

"Quand je vois le pouvoir de ma copine et le mien, j'ai peur pour la génération qu'on engendrerait !" Et j'écarquille les yeux face à l'absurdité de la chose. Comme d'habitude, j'équilibre mes vérités avec des mensonges. Attention... "Elle pond des oeufs !"

Et puis, je ris.

"Vous avez déjà été amoureuse ?"

A l'entendre, une réponse comme l'autre, c'était plausible. Moi-même, je l'avais été deux fois. Peut-être trois. Mais j'avais parfois l'impression de n'avoir jamais aimé qui que ce soit, en vérité. Pour le reste, je réfléchis avant de lui répondre.

"Euh... En général, je ne dis pas mon don, tout court. Je vous l'ai révélé par stratégie et par respect du fairplay. Mais pour le reste de l'univers, je mens à ce sujet. Mon don est mon outil de travail. C'est ma botte secrète. Si je le révèle à des clients ou aux cibles que j'ai en mire, je me tire une balle dans le pied."

Et puis, je souris en secouant la tête, me reculant légèrement pour laisser le serveur reposer une tasse fumante devant moi.

"Et je n'ai pas toujours été très discret. Je le suis maintenant, oui. Mais je me suis caché pendant des années."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Du lard ou du cochon ? Allez savoir. Que ce soit vrai ou pas, ca n’avait aucune espèce d’importance. Ce qui comptait, c’était ce qu’il en disait. Elle voyait bien dans son silence attentif qu’il ne partageait pas vraiment sa position mais il voulait son avis, il l’avait eu. Il y a des femmes faites pour être aimante, d’autres faites pour l’amour. Angélique n’avait pas la fibre maternelle et n’avait aucunement l’intention de se lier à un seul homme. L’exclusivité, très peu pour elle.

- Bien sûr que j’ai déjà été amoureuse ! Je ne suis pas sans cœur, je suis pleine de raison, nuance. J’ai aimé plus jeune et comme toujours, c’était à la vie à la mort. En fait c’était juste la vie et finalement nous n’avions pas grand-chose en commun, pas même notre conception de l’avenir. Une autre fois j’ai mélangé les sentiments et le travail. Le retour à la réalité a été très douloureux.

Angélique haussa l’épaule, dépitée.

- Le métier qui rentre comme on dit. Depuis je ne fais plus cette erreur et je garde bien en tête qui je suis et où je suis.


Cette expérience quoique difficile, lui avait beaucoup appris sur elle-même et sur ce dont les hommes étaient capables pour s’attacher les faveurs d’une femme. Elle avait mesuré nombre de limites cette fois ci et en avait fait ses garde-fous pour plus tard.

- Vous avez raison au sujet de votre don. Votre atout c’est son secret et votre richesse viendra de ce que vous en usez.


Elle observa le serveur qui posait la tasse devant Bogdan puis la théière devant elle. Dehors la pluie tombait drue et le salon de thé offrait un espace cosy et chaleureux propices aux confidences.

- Vous vous cachiez ? Pourquoi donc ? Vous avez des choses à vous reprocher ? Si vous avez un casier judiciaire il serait bon de le garder sous clé. Certains clients pourraient le retourner contre vous..



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Ne jamais avoir été amoureuse n'aurait jamais signifié l'absence de coeur !"

Je n'ai pas voulu dire ça et je ne veux pas qu'elle croit que je la considère comme une femme inhumaine et décalée. Elle fait ses choix, c'est tout. Comme je fais les miens.

"Je vous demandais ça... Plus par curiosité. Je ne l'ai jamais été moi-même, je n'ai pas l'impression de manquer de coeur." Je lève l'index. "J'ai mélangé une fois travail et plaisir. Plus jamais. C'est un cauchemar. Il m'a fallu des mois pour sortir de cet engrenage terrible."

Et je lui souris parce qu'en réalité, ça me peinerait de foirer avec Angelique. Je ne sais pas pourquoi son avis à mon sujet m'importe tant. Être à sa hauteur a de l'importance pour moi, mais je ne sais pas dire précisément pour quelle raison. Elle ne m'apporte rien personnellement, pourtant...

Quant à mon casier judiciaire, il est vierge, ça c'est vrai. Mais je ris quand même.

"Je ne parlais pas de me cacher dans ce sens-là. Si j'avais quelque chose à me reprocher, je ne choisirais pas de m'exposer volontairement à la presse. Comme tout le monde, je possède des secrets, mais ceux-ci sont très bien cachés, enfermés dans un coffre-fort à des millions de kilomètres d'ici."

J'inspire profondément en me redressant, forçant quelques rougeurs sur mes joues. Je ne vais pas mentir... mais je ne vais pas non plus dire la vérité. Un sourire s'étire sur mes lèvres alors que je soupire, jouant avec ma tasse entre mes mains et relevant les yeux sur elle.

"Disons que je n'ai pas toujours été aussi beau gosse."

Parce qu'après tout, ma confiance en moi-même est une clé de mon accomplissement. DU moins, ce que j'en fais croire.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique rit. Ce n’était pas le genre à éclater de rire et à attirer inutilement l’attention sur elle mais sa remarque l’avait prise au dépourvu et elle ne s’y attendait pas vraiment.

- Et bien au moins vous pouvez vous vanter de n’être partie de rien pour un résultat convaincant.


Elle ne savait pas à quel point ce qu’elle disait pouvait être vrai mais en tous cas, de ce qu’il lui avait livré de son histoire, il n’avait pas eu toutes les cartes en mains dès le départ. Elle se demanda même ce qu’il serait advenu de lui s’il n’avait pas Yu.
Angélique saisit sa propre tasse dans ses mains et la leva à hauteur de ses yeux verts.

- A l’amour alors… dit-elle en faisant mine de trinquer.

Mais au fond d’elle, c’était un sujet qui ne l’intéressait pas vraiment. L’amour, en termes d’investissement, c’était très surfait. Pas sa tasse de thé quoi… dans laquelle elle trempa les lèvres prudemment pour ne pas s’ébouillanter.

- Et votre amie ? Elle souhaite des enfants, elle ? même si elle les pond… j’imagine que ca ne doit pas changer grand-chose au fait qu’il faille les élever ensuite…


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Son rire est si rafraîchissant que j'en soupire d'aise. J'adore être en compagnie des belles femmes, ça flatte mon égo. J'ai soulevé ma tasse vers la sienne, doucement, d'un simple geste esquissé.

"A l'amour, alors..."

Je sais pas trop ce que ça peut nous apporter, mais elle m'a l'air aussi différente que similaire à moi. En fait, tout ce qu'elle fait marche. J'ai envie de la connaître et j'ai envie d'être spécial pour elle. J'ai envie d'être plus que les autres et c'est très probablement ce qu'elle s'attend à ce que je veuille/désire/fantasme, car finalement, je suis n'importe qui et je devrais payer comme n'importe qui. Je repose ma tasse pour lui répondre.

"Je n'en sais rien, on n'en a pas parlé, encore. Je vis un peu au jour le jour, pour ma part. J'imagine qu'elle veut des enfants, ouais !" J'écarquille les yeux. "Mais je sais pas si elle les veut dans cette ville. Ou même dans ce monde. Je vous rejoins sur cette opinion. C'est difficile de considérer des enfants dans le monde dans lequel on vit, surtout en étant deux Positifs ! J'ai 99% de chances d'avoir un rejeton Positif ! Quand je vois ce que j'ai enduré pour en arriver où je suis, moi ou un autre, d'ailleurs, je ne suis pas un cas isolé ! Je ne souhaite ça à personne !"

Je me gratte la joue en soupirant.

"Mais je n'ai pas peur, j'ai foi en le futur, je me dis qu'un jour, on aura gain de cause. Certains groupes, et pas qu'à Megalopolis, dans le monde entier, vouent leur vie à instaurer une paix équitable et égale. Ce n'est pas inédit dans l'histoire de notre monde et de notre race. On y arrivera. Mais c'est comme pour toi... Il faut du temps. Je nourris le fantasme de voir cette époque s'installer avant de fermer les yeux. Je voudrais mourir vieux en me disant que... Quelque part. J'ai réussi."

Et ce qu'on entend, c'est mon ventre qui gargouille et l'acide qui remonte le long de mon oesophage. Je déglutis en faisant mine que ce n'est pas moi et sourit à Angelique avant de ravaler ma bile avec une grosse gorgée de café.

"C'est quoi votre plus grand souhait ? Votre... Rêve. Quand vous étiez petite, vous vouliez accomplir quoi ?"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Est-ce qu’elle avait foi en le futur, elle ? Angélique n’aurait su répondre à la question. Elle se projetait oui, d’une certaine manière, mais pas comme le faisait la plupart des femmes. Quand elle se voyait dans le futur, elle s’imaginait influente, présente auprès d’artistes ou d’hommes de l’histoire sans avoir à faire toutes les concessions qu’elle s’imposait aujourd’hui.
Oui, elle se projetait mais n’aurait pas parié sur l’évolution du monde.

- En fait, je n’ai peut-être pas votre confiance mais je crois que vous avez raison Bogdan. Le monde évoluera forcément positivement, sans jeu de mots, parce qu’il n’aura pas le choix. De tout temps l’humanité n’a jamais pu faire abstraction d’une partie de sa population quelle que soit la cause pour laquelle la majorité ait pu la rejeter. La liberté et l’égalité restent des fondamentaux de la nature humaine.


Elle hocha doucement la tête, les yeux dans le vague, puis elle revint sur Bogdan en lui accordant un sourire doux.

- Je ne suis juste pas certaine de voir ce changement de mon vivant. En ça, peut-être que c’est un devoir que nous fassions des enfants, pour que eux aient cette chance. Mais soyons honnête…

Angélique se pencha en avant pour prendre le ton de la confidence

- Je serais bien prétentieuse si je disais que je contribue à ce changement. S’occuper de ma personne me prend déjà un temps considérable !

Tous deux savaient qu’il n’en était rien. Elle lui avait fait la démonstration, à travers ses propos, de son engagement politique. Même si elle le réfutait ouvertement, dans l’ombre elle ne restait pas inactive.

- Quand j’étais petite ? Je voulais être cantatrice ! Je voulais chanter des opéras dans des robes luxueuses, être adulée et respectée et m’entourer de grands artistes, musiciens comme acteurs. J’ai toujours aimé ce qui brillait… Et vous ?



Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Cantatrice ?!" J'ouvre de grands yeux émerveillés sur ma voisine. "Je peux entendre un morceau ?"

Petit, je voulais être saltimbanque. Comme le reste du village et de ma ville. Mais c'est quelque chose qui m'est si personnel et intime que je ne peux rien en dire, alors, sans perdre mon sourire, je hausse les épaules.

"Bah, je m'en souviens plus, c'était y a longtemps. J'ai l'impression d'avoir toujours été ce que je suis aujourd'hui ! Une sorte... De place qui est mienne et que j'occupe depuis si longtemps !"

Ce jeune Bogdan que j'étais. Ioan, de mon vrai prénom, j'ai tendance à l'oublier, d'ailleurs ! On m'appelle Bogdan depuis tellement longtemps. Ma mère tenait à ce que je le porte, même si ce n'était pas en premier prénom. En tout cas, ce garçon-là, c'est un souvenir, pour moi. Un joli souvenir dont je n'ai presque rien conservé. C'est un peu triste, d'ailleurs. Souriant doucement, le nez dans ma tasse, je rêvasse quelques secondes à ma vie passée.

"Je suis certain que vous vous occupez autant des autres, sinon plus, que de vous-même. C'est marrant, tout à l'heure, vous disiez ne vouloir prendre le parti d'aucun groupe actif, pourtant, vous soutenez l'Underground. D'une certaine manière." Je relève la tête vers elle. "Vous soutenez peut-être d'autres groupes à côté, cela dit. Je ne veux pas vous juger, je suis simplement naturellement curieux et intéressé par l'opinion d'autrui. J'aime dialoguer et échanger, c'est tout."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Le Mégamorphe
avatar
Angélique sourit face à son étonnement.

- J’ai dit que je voulais être cantatrice pour les jolies robes et pour la célébrité, pas parce que je savais chanter. Je ne suis pas même une grande adepte de l’Opéra, même s’il m’arrive d’y aller pour les grands événements. Je vous épargnerai donc une démonstration de mes talents, tout du moins dans ce domaine.


Il avait beau renouveler ses sourires et ses boutades, il ne répondait pas à la question qu’elle lui avait retournée. Etait-ce une véritable amnésie ou bien il n’aimait pas se souvenir de son enfance ? Peut-être que de revenir à cette période de sa vie lui rappeler cruellement la perte de ses parents et qu’il ne voulait pas s’attardait là-dessus. Angélique n’insista pas. Elle profita qu’il revenait sur un ancien sujet pour rebondir.

- Je soutiens l’Undeground d’une certaine manière. Actuellement, ce sont les seuls qui me semblent assez solide et assez déterminé pour parvenir à leurs fins. Qui plus est, ils ont une politique et une philosophie qui correspond assez à mon point de vue personnel. De là à dire que je m’occupe plus des autres que de moi… je ne pense pas. Mais je suis ravie si vous, vous le pensez, ca ne pourra que contribuer à la bonne image que vous avez de moi.

Elle eut un petit rire amusé derrière la tasse de thé qu’elle porta à ses lèvres.

- A l’occasion je vous présenterai ma sœur et vous lui direz tout le bien que vous pensez de ma personne. Ca contribuera peut-être à améliorer nos relations, qui sait ?

Angélique but une gorgée de oolong et reprit.

- Vous avez l’air d’être à un carrefour de votre vie. Je veux dire… vous êtes prêt à délaisser un peu de votre activité pour rejoindre la mienne, vous vous posez la question de votre avenir en tant que père, et vous me questionnez sur mes motivations au regard des vôtres. Y a-t-il un événement particulier qui a bouleversé votre vie récemment ? Ou bien est-ce la sagesse de l’âge qui arrive ?


Alien
Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Peu importe comment vous soutenez l'Underground, vous les soutenez. Plus ou moins qu'un autre, on s'en fiche. Vous êtes dans leur camp. Ce qui est rassurant, j'ai connu des Positifs qui ont volontiers pactisé avec l'ennemi pour de jolies sommes ! Une stratégie de guerre comme une autre, si je puis dire..."

Ca ne devrait pas mais la curiosité qu'elle porte à mon regard m'étonne. Même Maze ne m'a jamais posé ces questions. Personne en vérité. Mon frère, Six, Tibor... Ils savent d'où je viens. Mais, Abel, Gen... Liberation en général, c'est marrant, c'est la première fois que j'ai ce genre de conversation avec... Une inconnue ? Echo m'a posé des questions, encore qu'elle ne m'a pas fait fouiller très loin, mais c'est parce que de moi-même, je suis allé vers elle. Est-ce que je suis au carrefour de ma vie ? Oui. Ca c'est un fait. Je m'en suis rendu compte moi-même, l'année précédente a été comme un bilan, d'ailleurs. J'ouvre la bouche pour répondre. La véritable réponse, je ne peux pas la dire. D'abord parce que je contredirais mon histoire que je lui ai donnée. Et puis parce que c'est si... Personnel !

"J'ai eu 30 ans l'année dernière. Pour beaucoup, c'est un cap et je ne pensais pas que ça en serait un pour moi également. Je ne vous demanderai pas votre âge, mais j'imagine que vous pouvez deviner ce à quoi je fais référence. J'ai eu 25 ans, et il ne s'est rien passé, alors pourquoi 30 ça changerait ?"

Je hausse les épaules.

"Mais je confirme, oui. Il s'est passé énormément de choses, ça a été une année très riche, j'étais à Megalopolis lors de l'attentat sur le parvis de Justice il y a un an, ça m'a un peu secoué pour commencer. Et puis..."

Je me racle la gorge en fronçant les sourcils. Je commence à déglutir en me massant le cou. Angelique ne se rend sûrement pas compte du nombre de vérités que je lui offre depuis le début, mais mon estomac, lui, il me le rappelle. Je le sens qui fait des bulles dans mon ventre, ça grogne à l'intérieur et j'ai l'impression que la bile remonte lentement le long de ma gorge. Ca tourne et ça vire, et mes tempes me lancent.

"Je ne dirai pas que je m'imagine père. Loin de là. En fait, non pas du tout. Oncle, tout au plus, ouais. Oncle Bogdan ! C'est beau, je trouve. Mais déjà que je puisse avoir l'idée d'un jour, peut-être, éventuellement, avoir des enfants, peu importe avec qui, alors ça, ça m'impressionne de moi-même !"

C'est la vérité de trop et je me plaque un poing devant la bouche. Comment tu veux entretenir une conversation avec quelqu'un quand t'es pas foutu d'être honnête deux minutes sans avoir à vérifier les issues de secours et le lumineux panneau des chiottes ! Je n'ai qu'une solution.

"Non, mais de toute façon, c'est pas une relation sérieuse. J'aime pas les relations sérieuses, j'en ai jamais eue, c'est une véritable perte de temps. Et le temps, c'est de l'argent, donc autant vous dire que j'y fais attention. Juste la fille d'une amie de ma tante, on se voit quand je viens à Megalopolis, histoire de se détendre ! Et puis elle pond des oeufs, quoi !" Je sens mon estomac se desserrer. "Tous les matins, elle nous sort un ou deux oeufs à la coque, paf, comme ça. Je pourrai jamais en manger un seul, c'est hors de question ! Je me vois absolument pas passer ma vie avec cette fille là. Et quand elle sera enceinte, elle pondera un poussin en 9 mois ? Honnêtement, ça vous fait pas flipper un peu, vous ?"

Je sens mes joues frissonner, ainsi que mes bras et le bas de mon dos, m'avertissant que mes taches sont en train de se mouvoir doucement. Pour que ça passe, je dois mentir à hauteur de mes vérités. Aussi, dire que Gen n'est rien pour moi devrait équilibrer. Au moins un peu.

"Et puis de toute façon, chaque fois que j'y pense, que je fais le bilan de ma vie, je me dis que c'est pas plus mal que ma mère soit morte. J'en suis même très content ! Quand je vois ce que ça m'a offert ! Je suis croyant et le suicide est un blasphème. Si j'étais resté avec elle, je serai toujours sans le sou, avec un paternel aussi dépressif qu'elle et j'aurais fini saltimbanque quelque part dans les pays de l'est, à faire la tournée des cirques en faisant des tours de magie pour payer les Xanax de mes parents en vivant de la bonne volonté des touristes à me filer trois pièces parce que je jongle non pas avec 5 mais 6 oranges... Alors, bon..."

C'est le pire mensonge que j'ai sorti. Et ça soulage. Vraiment. Gen, c'était déjà un beau mensonge. Mais être heureux de la disparition de ma mère, alors ça... Jamais. Je soupire en fermant les yeux et je me passe une main sur le visage. Ca va beaucoup mieux et j'ai l'impression de frissonner de l'intérieur tellement ça bat dans mes tempes. Ca me fait du bien, comme à la soirée. J'ai sorti deux énormités et je sais que plus les mensonges sont gros, plus les taches changent de forme.

"Désolé..."

Je ne suis jamais désolé. De rien ni de personne. C'est un le mensonge facile pour moi qui passe toujours comme une lettre à la poste. Ca achève le soulagement. Je m'éclaircis la voix.

"Je serai ravi de dire à votre soeur tout le bien que je pense de vous, bien sûr." Et je reporte ma tasse à mes lèvres. "Surtout si elle est aussi jolie que vous."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Bogdan] Marquise des Anges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville haute-