2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [MISSION] [David/Maddison] Punk is not dead

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
David Foster
avatar
Je repassai les infos du geek de service dans ma tête. Tout ça ne m'inspirait pas grand chose en dehors du fait que soit le type était vraiment très très doué, soit nous avions à faire à un positif, peut-être même à plusieurs. Un jumper et un cyber peut-être ? Mais bon, tout ceci restait à l'état d'hypothèse, impossible de tirer de réelles conclusions de tout ça.

Miss Souris semblait décidée à garder le silence. Ca commençait bien. Cela dit, elle n'était pas la première à vouloir la jouer muette. On finissait toujours pas leur tirer quelques mots à un moment donné de toute façon. Et ce fut DeLuca qui y parvint. En même temps, je n'avais toujours pas ouvert la bouche, me contentant de la dévisager, les bras croisés, droit comme un i, avec un air on ne pouvait plus froid. Bon, mon attitude "habituelle" en fait, quand je suis en service.

- C'est idiot. Si tu fuis alors que tu n'as rien fait. Forcément, on te court après parce que ça te donne l'air suspect. Du coup, comme on te rattrape parce que, excuse moi hein, mais tu ne cours pas hyper vite non plus, on te ramène au poste. C'est bête, tu perds du temps du coup. Alors que si tu restes, on vérifie vite fait et on te laisse repartir et t'es tranquille. Là, juste parce que tu as fui, tu es bloquée avec nous pour tout le reste de la journée. Minimum. Je haussai les épaules avant de continuer. C'est pareil, plus tu gardes le silence longtemps, plus tu resteras ici. Remarque, si t'as rien de mieux à faire, moi ça me va. J'ai tout mon temps. Je me tournai vers DeLuca et m'adressai directement à elle. T'as quelque chose de prévu toi ? Parce que sinon, on pourrait peut-être aller se manger un truc en attendant que mademoiselle se décide à coopérer ?


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Je m'ennuyais déjà. Je crois que, plus que le crime, ce qui me rendait profondément meurtrie à l'idée de me lever pour bosser, c'était de gérer des pions pareils. Non, je n'avais rien de mieux à faire pourtant, alors j'ai haussé les épaules avec une expression désolée sur le visage en réponse à David. Puis, j'ai soupiré bruyamment et j'ai à nouveau montré la photo, la faisant glisser à son tour sur la table vers elle..

"Ok, je te la montre encore une fois et peut-être qu'à la fin, on finira par tous se la montrer ok ?"

C'était d'autant plus con que si cette abrutie nous avait répondus plus tôt, on serait déjà plus avancés. C'est quoi le problème de fuir à chaque fois ? Ces types se disent jamais que dans le monde, y a peut-être des gens comme David ou moi qui sont capables de compromis ? En parlant de ça... Je me suis penchée en avant et j'ai croisé les bras sur le bord de la table, désignant la photo d'un index.

"Celle-ci a été prise par une caméra de surveillance. Je te propose un marché et je te parie que mon collègue ici-présent sera ravi de ma suggestion. Tu nous dis ce que tu faisais là avec ton pote, ce que tu sais, et on fait en sorte que tu quittes les lieux par la grande porte sans charges à ton cul. La vie, c'est fait de compromis. On acceptera d'en faire un si tu montres un peu du tien et de la volonté. Et joue pas avec ma patience, je parle bien sûr de la photo, pas de ce que tu faisais dans le garage. Ca, je m'en contre-cogne et ça lui en fait bouger une sans toucher l'autre."

Je montrais David du pouce par dessus mon épaule.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
La donzelle a décidé de faire chier. En fait des flics elle doit en bouffer tellement souvent (ou l’inverse) qu’elle ne prend même plus la peine de faire des efforts. Elle jette quand même un petit coup d’œil à la photo que lui tend Maddison mais tout ce qu’elle lui retourne, c’est une moue dédaigneuse.

- ON s’baladait… on n’a plus le droit de se balader dans la Haute maintenant ? On fait pas assez couleur locale, c’est ca ?

Sauf que… Maddison n’avait jamais parlé de la haute. Ne l’avait pas même évoqué. Juste une caméra de surveillance qui, d’après la photo, aurait pu se trouver n’importe où. Est-ce que punkette se rendit compte de sa bourde ou bien avait-elle simplement décidé de rester mutique dorénavant ? Elle se recula dans son siège et commença à observer les murs.
David restait derrière sa partenaire, attentif. Tellement qu’il lui fallut quelques secondes avant de remarquer que quelqu’un essayait d’attirer son attention derrière le hublot de la porte de la salle d’interrogatoire.
Quand il s’en aperçut, il s’excusa brièvement auprès de Maddison et sortit.
Un jeune flic l’attira un peu à l’écart.

- Regardez ca…

Il lui montra une interface informatique portable tout ce qu’il y avait de plus banale. Des tablettes comme celle-ci il y en avait plein le poste. David lui retourna un regard d’incompréhension.

- Le réseau… là vous avez les réseaux de la ville, là celui de la police et là…. Réseau inconnu. C’est le service informatique à l’étage qui nous a demandé ce qu’on foutait. Le point émetteur est juste… là ! dit-il en pointant du doigt la porte de la salle d’interrogatoire. Et vous savez le plus dingue ? Ce point est mobile.


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
La réponse de Miss Souris me fit tiquer. Effectivement, jusqu'à preuve du contraire, il n'était pas interdit de se balader dans la ville haute. Mais il y avait quand même un truc qui me chiffonnait. Décroisant les bras, je pris appui sur la table pour regarder la photo de plus près. Je fis attention à chaque détail avant de finalement froncer les sourcils.

- Comment savez-vous que cette photo a été prise en ville haute ? Bon nombre d'immeubles de la ville Médiane sont également équipés de caméra de surveillance.

Je relevai les yeux sur Miss Souris. Voilà comment on vendait la mèche, en laissant échapper un petit détail aussi insignifiant que celui-ci. Une erreur de débutant, ou de petit délinquant sans grande envergure. Alors que j'ouvrais la bouche pour rajouter quelque chose, je vis le type qui nous faisait signe, de l'autre côté de la porte.

- Je reviens, m'excusai-je auprès de DeLuca, lui indiquant le type d'un geste pour qu'elle comprenne pourquoi je partais aussi soudainement.

A l'extérieur, le type me mit une tablette sous les yeux. Vous savez, l'informatique et moi, ça fait généralement deux. Je me débrouille, hein, je fais la base, mais il ne faut pas trop m'en demander. Aussi lui adressai-je un regard dubitatif après avoir regardé la tablette une seconde ou deux.

- Et bien ?

Il m'expliqua ce qu'il avait repéré, et au fur et à mesure qu'il parlait, mon regard glissa vers la porte de la salle d'interrogatoire.

- Je peux vous emprunter ça ?

Sans attendre une réponse de sa part, je m'emparai de la tablette et retournai dans la salle. Là, je posai la tablette sur la table, de façon à ce que seule DeLuca puisse en voir l'écran, et lui montrait le petit symbole de réseau inconnu.

- Vous êtes réellement négative ?


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Pour moi, que la nana me dise qu'elle avait le droit de sa balader en Ville Haute, ça me choquait pas. Alors, j'ai haussé les épaules avec une légère grimace de dédain.

"Bah, couleur locale, j'en sais rien, je suis pas d'ici non plus hein..."

Ce sur quoi, j'ai ri bêtement comme une bécasse. C'était vrai ! Moi aussi je faisais tache sur la tapisserie dorée, non ? Ca se voyait moins, certes, mais la police avait des standards, fallait bien les respecter. Que David soit piqué au vif m'a alertée, toutefois. Je me suis demandée ce que ça changeait... Après tout, nous on savait où ça avait été pris, mais ça voulait pas dire que la nana avait pas le droit de s'y trouver par hasard. Pour moi, c'était une preuve bien trop insuffisante. Il me fallait quelque chose de plus solide si je voulais justifier sa garde à vue de plus de 24h. J'ai regardé David sortir de la pièce, puis, je me suis retournée vers la Punkette, photo en main. J'ai étudié cette dernière encore une fois.

"Cette photo a été prise sur les lieux d'un cambriolage qui ressemble à d'autres. Une fois, c'est un hasard. Deux fois, une coïncidence. Trois fois, c'est un complot. Dis-moi ce que tu faisais là-bas. Si tu es innocente, alors ce sera vite réglé. Si tu ne l'es pas, alors il y a toujours moyen que ça règle vite."

Au retour de David, j'ai à peine jeté un oeil à l'écran au vu de son entrée en mode catastrophe. Et ses paroles m'ont frappée en plein coeur.

"Agent Foster."

Insinuer de cette manière que quelqu'un était Positif était un état de jugement qui me dérangeait. Ca faisait écho dans ma tête, comme ces fois où on m'a demandé à l'armée 'Paraît que t'es pas Négative, tu fais quoi là ?' et tout un tas d'autres sur lesquelles je ne reviendrai pas ici. Aussi, ma voix était sèche et coupante, tel un avertissement. On ne tirerait rien de cette fille en l'agressant de la sorte. Quelque part, je me suis aussi dit que la tactique bon flic- mauvais flic pourrait éventuellement marcher.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Maddison tente la conciliation mais n’obtient pas beaucoup plus. Pour miss punkette, il y avait autant de différence entre elle et la flic qu’entre un curé et un communiste. Pourtant les propos de la jeune agent la sortirent de son mutisme et elle s’insurgea.

- J’ai rien cambriolé putain ! C’est pas moi, j’fais pas dans le cambriolage ! Vous avez rien contre moi t’manières ! Allez-y, prouvez le que c’est moi hein ? vous avez rien ! Que dalle, Walou, Podzob !

David revint alors dans la pièce en tenant l’interface portable holo dans les mains. Quand il la posa sur la table juste sous le nez de Maddison, le petit signe de réseau augmenta d’une barre. Nul doute possible. Le réseau trouvait bien son origine ici, l’agent avait raison.
La question qu’il posa alors eut pour effet de surprendre tout à la fois la flic et la punkette. Si la première réagit avec froideur, la seconde éclata de rire. Un rire mauvais, plein de venin.

- Putain évidemment qu’j’suis négative connard ! Tu m’prends pour un de ces monstres de foire ? Mériterait tous de crever ces enculés ! Nous apportent que des emmerdes ouais ! J’suis négative et fière de l’être !! Tu veux vérifier ?

Elle remonta une de ses manches jusqu’au coude, dévoilant des bras décharnés plein de bleus et de marques divers.

- Vazy ! Fais moi une piquouze, prend mon sang !


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Malheureusement, nous étions aux Etats-Unis. Ce qui signifiait que tout individu était innocent jusqu'à preuve du contraire. Pas l'inverse. Encore que ça se discutait, on mettait plus d'innocents sous les verrous alors qu'ils étaient juste fautifs de dormir seuls que de véritables criminels. Là, je n'avais rien. Et le fait que cette nana le souligne n'a pas aidé à mon humeur. Je déteste les abrutis de service dans son genre. C'était trop demandé à la population de cesser de diaboliser la Ville Haute. Elle me fatiguait, en fait. J'avais beau avoir l'habitude, je vieillissais, je prenais de la bouteille dans le métier et je perdais peu à peu patience.

Quand elle s'est emportée à insulter les Positifs, il m'a fallu encore plus de patience, mais cette colère-là m'était bien plus facile à gérer. Beaucoup n'aimaient pas les Positifs et ses paroles ont fait écho dans ma tête. Chaque mot, je l'ai pris pour moi, il fallait croire que toute cette histoire de Liberation et de voyage dans le temps et... Tout le reste, et bien c'était toujours encore bien vif dans ma tête. J'aurais pu perdre mon aplomb, mais le fait qu'elle soit une inconnue m'a permis de rester la tête droite.

"Il n'existe aucune loi autorisant les forces de l'ordre ou le FBI à engager des procédures de dépistage de Positivité. C'est un trouble à la vie privée, sauf en cas d'obstruction à la justice. On ne peut pas vérifier cette information personnelle sauf avec un mandat délivré par le procureur général lui-même. Moralité... L'Agent Foster va nous expliquer pourquoi est-ce qu'il a posé cette question et tout le monde va garder son calme, c'est compris ?" J'ai désigné la punkette du menton. "Remets ta manche, Bonnie, t'es pas dans un bouge."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
L'intervention de DeLuca sonnait comme un reproche. Je tournai la tête vers elle, l'interrogeant du regard.

- C'est juste une question...

Je reportai mon attention sur Miss Souris alors qu'elle ouvrait la bouche pour me répondre. Et devant une telle véhémence, je ne pus qu'admettre qu'effectivement, sa réponse était claire.

- Un "monstre de foire" ? Mon regard croisa celui de DeLuca avant de se reporter sur notre suspect et je haussai les épaules. Pour autant que je sache, il y a au moins un positif dans cette pièce, je savais qu'il s'agissait de DeLuca, mais aux yeux de Miss Souris, cela pouvait aussi bien être moi, mais je ne vois aucun monstre nulle part. Cela dit, une affirmation comme la vôtre, faite avec autant de force, je n'ai pas besoin de procéder à une vérification pour la croire.

D'autant que, comme l'affirmait ma collègue, nous n'avions pas le droit de le faire. Je tournai à nouveau la tête vers ma coéquipière alors qu'elle m'enjoignait à m'expliquer. C'est que ce n'était pas tellement mon genre de m'embarrasser de paroles inutiles. Mais il me fallait bien reconnaitre que DeLuca n'avait aucun moyen de savoir ce qu'il se passait dans ma tête. Il fallait que je réapprenne à travailler avec quelqu'un. Aussi acquiesçai-je et fis-je glisser la tablette en direction de Miss Souris.

- Nos informaticiens ont détecté un réseau inconnu à l'intérieur de nos locaux. J'indiquai le petit symbole sur la tablette. Et il se trouve que la source émettant ce signal est justement dans cette pièce. J'avais deux hypothèses, vous venez d'en éliminer une. Ce qui m'amène à une autre question : Est-ce que vous avez, sur vous, un appareil ou n'importe quel objet capable d'émettre ce genre de signal ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
« Bonnie » avait perçu avec une acuité de prédateur que le sujet avait fait mouche auprès de la fliquette. Inutile de dire qu'elle se serait fait une joie de l'exploiter avec insistance si l'intervention de l'agent du FBI ne l'avait soudainement pas rendue de nouveau méfiante.
Et mutique.
De ce qu'en savaient les deux agents, elle n'avait rien sur elle puisqu'elle avait été fouillée en arrivant. Question de procédure. D'ailleurs, le contenu misérable de ses poches attendait sagement dans une enveloppe de plastique à l'accueil du comico.
Autant dire que si elle avait quelque chose sur elle, elle le gardait... à l'intérieur.
Toutefois, au sourire mauvais qu'elle affichait, elle savait quelque chose. Là-dessus aucun des deux flics ne pouvaient se tromper.
Restait à prendre une décision : soit l'envoyer à l'hopital pour une irm en bonne et due forme, soit lui foutre assez de pression pour qu'elle lâche le morceau.
Présente sur les lieux d'un crime comme l'attestait les prises caméras, possédant au moins un élément du délit sur elle, miss souris elle-même devait bien sentir que le vent tournait. Elle n'avait pas l'air assez altruiste pour vouloir porter l'entière responsabilité d'un larcin dont elle n'était qu'un élément.


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Et voilà que Miss Souris redevenait subitement silencieuse. Génial. J'étais d'un naturel plutôt patient, mais les gens non coopératifs avaient le don de mettre à mal cette patience, et de me filer la migraine à la fin de la journée.

Le problème, c'est qu'actuellement, on n'avait pas assez de choses sur elle pour lui faire vraiment peur. Concrètement, qu'est-ce qu'on savait ? Qu'elle s'était trouvée sur le lieu d'un cambriolage quelques heures avant qu'il ait lieu. On savait aussi qu'il s'agissait d'un cambriolage "informatique" et qu'il avait fallu une certaine technicité pour voler ces données. Moi, je l'ai assez dit, j'étais trop nul dans ce domaine pour vraiment comprendre comment cela marchait. Mais cette fille avait un truc qui avait intrigué nos informaticiens. S'ils l'avaient relevé, c'était pour une raison, non ? Cela dit, même ça, ce n'était pas encore suffisant. On n'avait pas encore de preuve accablante qu'elle y était mêlée.

Je me pinçai l'arrête du nez, signe que je commençais un peu à perdre patience et je relevai les yeux sur elle juste à temps pour apercevoir son sourire.

- Ah ! Il semblerait que vous ayez une petite idée de ce dont je parle.

Je me mis à réfléchir à haute voix, lui offrant ainsi le déroulé de mes déductions, histoire qu'elle voit que je n'étais pas tout à fait le dernier des imbéciles.

- On sait que vous n'avez plus rien dans vos poches. On sait aussi que ce signal ne peut venir que de vous. Ce qui signifie que c'est quelque part... J'esquissai un geste pour l'englober toute entière... par là. Un de vos piercings pourrait être un émetteur peut-être. Ou votre puce factice, pourquoi pas. Ou autre chose dans le même genre. Je me tournai vers DeLuca comme pour m'adresser surtout à elle maintenant. Je me demande si ce même signal a pu être repéré sur le lieu du cambriolage. Ca serait une sacré coïncidence si c'était le cas, pas vrai ? Je suis pas hyper calé en informatique, mais ça serait aussi une sacré preuve qu'il y a un lien avec notre affaire, non ?

Je m'adressai à ma collègue bien évidemment, dans ce qui pouvait passer pour une pure question rhétorique. Mais si quelqu'un, parmi ceux qui se trouvaient derrière la vitre sans teint à écouter l'interrogatoire, avait la réponse à mes questions, je voulais bien qu'il me la donne !


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Pression ou IRM, j'avais d'autres idées. Si David n'était pas hyper calé en informatique, pour ma part, je touchais tout de même un peu. Je suis sortie de la pièce à la recherche d'un détecteur de métaux et de fréquence. Si cette fille avait avalé quelque chose ou cachait quelque chose ou même, qu'elle était Positive et l'ignorait, j'avais des moyens de le savoir suffisamment rapide pour justifier la garde en vue ce qui, à cet instant-là, était ma priorité.

Au passage, je me suis servie un nouveau café avant de trouver les techniciens. Vous ne me ferez pas croire que s'ils avaient détecté le signal, c'était la seule chose qu'ils avaient identifiée.

– Vous avez trouvé un réseau, cherchez vers où il émet. En attendant, isolez-le, il ne doit pas pouvoir atteindre les serveurs, et cherchez combien de connexions et IP sont connectées à ce réseau. Bref, retracez le fil. Et si vous n'y arrivez pas, je le ferai.

Ou du moins, Evan le ferait. Moi, je me contenterai de regarder.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Le coup d’œil que David lança à Maddison glissa jusqu’à la vitre sans teint de la salle d’interrogatoire. Derrière, l’ordre fut rapidement transmis pour faire des recherches. Le service informatique était durement sollicité, sur les dents et il le fut un peu plus lorsque Maddison leur amena ses propres requêtes.
Tandis qu’ils occupaient Miss souris avec du bavardage commun, lui mettant un peu plus la pression pour ne rien lâcher, un représentant du personnel informatique de la police vint frapper discrètement à la porte.
Le jeune homme tenait dans une main une note rédigée en urgence qui essayait de lister toutes les réponses, et dans l’autre une sorte de tablette noire. Il fit un rapide compte-rendu oral aux agents, loin des oreilles indiscrètes de la punkette qui ne pouvait s’empêchait de se tortiller sur son siège pour essayer d’entendre quand même.

- Bon alors c’est compliqué en fait… on peut pas vraiment établir que ce signal ait été sur place mais y’a une chose qu’on sait, c’est qu’aucun autre réseau proche ou relativement éloigné du lieu du cambriolage n’a été utilisé. Comme on l’avait pensé sur place, y’a surement eu une utilisation d’un réseau local, éphémère, qui pourrait bien être celui-là. En tous cas, les caractéristiques de ce réseau sont compatibles. Il serait suffisant pour que le hacker ait pu shunter la domotique.

Il reprend sa respiration et se passe la main dans les cheveux, se tournant cette fois-ci vers Maddison.

- En fait ce réseau ne va pas loin du tout, il est discret, l’émission est à faible portée. Pour le moment il ne sort pas du commissariat mais on a mis en place un trojan basique pour surveiller les entrées/sorties. Y’a aucune IP de connectée dessus mais on garde un œil. Si y’a quelque chose, on vous le dit tout de suite. Par contre, y’a des traces…

Il s’humecta les lèvres et essaya d’expliciter.

- Quand on utilise un réseau on laisse toujours des traces, même petites, mais qui nous identifie. Des sortes de… cookies. On peut affirmer une chose : le hacker qui a utilisé ce réseau a laissé une trace qui pourrait correspondre à la signature du type qui veut nous vendre les infos…. On n’est pas encore complètement sûr, on continue de vérifier.

Il avait l’air super content de lui et affichait un sourire satisfait.

- Ah oui ! j’oubliais…

Il tendit la tablette à Maddison.

- C’est un scanner portatif. Le service médical nous l’a prêté et ils étaient pas franchement contents alors… faudra leur rendre en bon état. Parait que c’est du matos qui coute une blinde, ils ont dit.


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Ok, ce type me parlait Chinois. Mais vraiment. Et il se trouve que c'était une langue que je ne maîtrisais absolument pas, contrairement à d'autres (l'Arabe, l'Espagnol et le Français, notamment). Aussi ses explications me semblèrent totalement confuses. J'en retins cependant qu'ils n'avaient pas réussi à déterminer de manière sûre que le réseau qui émanait de Miss Souris était bien celui qui avait été utilisé pour le cambriolage. En revanche, je compris également qu'il avait toutes les caractéristiques pour l'être. Mais alors qu'il répondait à DeLuca, quelque chose attira mon attention. Il y avait un petit truc qui clochait. Un petit truc que je ne comprenais pas tout à fait.

- Attendez une minute. Je crois que je n'ai pas bien compris. Vous dites que les réseaux de ce genre laissent des traces quand on les utilise, c'est bien ça ? Alors le réseau qui a été utilisé pour voler les données de Mr Berglow a bien dû laisser des traces dans l'ordinateur de Mr Berglow, non ? Je veux dire, ça semble logique ? Vous pouvez pas récupérer ces traces et les comparer avec celles qui sont émises par ce signal et que vous avez décelées aussi chez le revendeur ?

Je tournai la tête vers DeLuca, cherchant son approbation.

- Je sais que je ne suis pas doué en informatique, mais là... je ne comprends vraiment pas. Vous me dites qu'on a aucun moyen de savoir si c'est ce réseau qui a été utilisé et en même temps, vous me dites que les réseaux laissent des traces... alors vous attendez quoi pour chercher ces dites traces sur l'ordinateur de Mr Berglow ?

Décidément, ma patience était mise à rude épreuve aujourd'hui, à très rude épreuve. Entre Miss Souris qui résistait, ces informaticiens qui me racontaient des trucs que je ne comprenais pas et qui en plus me semblaient contradictoires, comment vouliez-vous que je reste calme ?


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
J'ai pris la tablette en décroisant un bras, m'adressant à David.

– Non il dit qu'il est trop tôt pour déterminer si effectivement, oui ou non, c'est la même trace. Si c'est bien ça, alors combien de temps ? Nous n'avons droit qu'à 24 heures de garde à vue, si on loupe cette fenêtre pour trouver quelque chose de solide alors Miss Grumpy sera à nouveau en liberté et pas sûr qu'on ait l'occasion de lui remettre la main facilement à nouveau.

Et puis, j'ai désigné la tablette en haussant un sourcil.

– Qu'est-ce que je suis censée en faire ?

Ok, j'étais pas totalement une bille.. Mais en général, quand Elvis ou Evan parlait, je comprenais un mot sur deux à leurs explications. J'apprenais vite, mais il me fallait du temps.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Le gars apprécie moyennement de se faire remonter les bretelles mais le chef c’est David, aussi il se contente de se renfrogner.

- L’ordinateur de la victime a été nettoyé. Par un pro. C’est difficile de retrouver des traces qu’on a effacées mais pas impossible. Comme le dit l’agent DeLucca ca va nous prendre du temps et… se tournant justement vers elle… je ne sais pas combien. Si on a de la chance, dans dix minutes vous avez l’info. Si on n’en a pas… dans une semaine ? un mois ?

Il se tassa sur lui-même en annonçant cette nouvelle. Il n’y pouvait rien. On avait beau être un crack de l’informatique, avoir quelques mutants dans les poches, ca ne faisait pas tout, ils n’étaient pas magiciens non plus.

- Après on est sûr que les caméras de surveillance ont pris cette gonzesse en photo sur le lieu du cambriolage. On a demandé à nos collègues de Chicago par acquis de conscience de vérifier sur leurs caméras s’ils trouvaient nos deux punks mais… là encore ca va être long. Faudrait qu’ils aient déjà voyagé jusque là-bas, notez… dit-il pensif.

Le visage du jeune homme s’éclaira d’un sourire sous son idée.

- On peut checké l’ID de sa puce !

Lui aussi est un peu à court d’idées pour le moment mais il essaye vraiment de se montrer utile aux deux agents. Aussi il pointe du doigt le scanner portatif qu’il vient de donner à Maddison.

- Il vous suffit d’appuyer sur ce bouton là, en bas, et vous pourrez scanner la date. Au service med ils l’utilisent pour visualiser les fractures ou les balles. Si elle a un appareil dans le corps, il apparaîtra au scan tout simplement !


Jet de dés #1 : chanceux ou pas
Assez chanceux. Le service informatique confirmera deux heures plus tard que le réseau a bien laissé une trace sur l'ordinateur de la victime. C'est le même. Le lien entre June et le cambriolage est fait.
En revanche, pas de retour des collègues de Chicago et la puce n'a été checkée nulle part sur la capital à la période de la première infraction.... mais June a du matériel frelaté dans le poignet.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
J'ai inspiré profondément en prenant la tablette.

– Bien.

Avec un regard à David, je l'ai invité à revenir dans la salle d'interrogatoire. Et histoire que Bonnie prenne pas la mouche, j'ai fait mine de regarder un truc qui défilait sur mon petit écran pour voir si j'apercevais quelque chose, laissant le soin à David d'opérer comme il le voulait. Après tout, je démarrais aussi, je n'avais pas l'intention de prendre les devants et de lui faire sentir que je dominais la situation...



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Je les toisai avec l'impression qu'ils me faisaient perdre mon temps. J'étais injuste, c'était une évidence. Mais leur boulot c'était de faire parler ces foutus ordinateurs pas vrai ? Alors pourquoi est-ce qu'ils n'étaient pas encore dessus ? Ils avaient bien réussi à dire qu'il s'agissait du même réseau que celui utilisé par le revendeur alors pourquoi ne pouvaient-ils pas savoir aussi vite si c'était le même que celui du cambriolage ? Toutes ces histoires d'informatiques me dépassaient, d'autant plus que cela ne me semblait pas logique.

- Vous avez deux heures.

Des semaines, des mois ? Est-ce qu'ils étaient sérieux en disant cela ? Miss Souris était en garde à vue depuis quelques heures déjà. Nous ne pouvions pas la garder au-delà de 24h. Passé ce délai, si nous n'avions rien contre elle, nous serions obligés de la relâcher et nous n'aurions plus qu'à tout recommencer. Et d'ici à ce qu'on lui remette la main dessus... elle n'était pas très intelligente, mais probablement pas assez stupide pour se laisser remettre la main dessus.

Je soupirai en jetant un oeil au scanner portatif que DeLuca tenait en main. C'était une bonne idée qu'ils avaient là, de vérifier si Miss Souris avait quelque chose dans le corps susceptible d'être à l'origine de ce réseau. Mais nous n'avions pas le droit de l'examiner sans sa permission, et d'ici à ce qu'elle nous la donne d'elle-même...

- J'ai peur qu'il nous faille un mandat pour ça...

Je retournai dans la salle d'interrogatoire à la suite de DeLuca, faisant signe à un gardien de nous suivre.

- Nous allons en rester là pour le moment. Cet homme va vous raccompagner à votre cellule.

Sur un geste, le garde attrapa Miss Souris par un bras et la fis sortir de la salle d'interrogatoire. Une fois que nous fûmes seuls avec DeLuca, je m'emparai de mon HP.

- J'appelle le juge pour le mandat. En attendant de l'obtenir, on va creuser un peu cette histoire de puce piratée. Il y a peut-être un moyen de savoir quand elle a été "mise en service" ?

Je portai ma main à mon front, montrant ainsi que je commençais vraiment à en avoir marre de cette histoire. Je détestais piétiner de la sorte. Aussi, lorsque, deux heures plus tard, les résultats du service informatiques tombèrent, je me levai soudainement de mon fauteuil.

- On la tient !

De retour à la salle d'interrogatoire, face à Miss Souris que nous avions fait revenir, je pris appui sur la table et plongeai mon regard dans celui de la jeune femme.

- Histoire que tu sois un peu au courant de ce qui se passe, nous savons que le réseau qui émane de cette est justement le même que celui utilisé par un homme qui essaie de nous revendre les informations qui ont été volées en ville haute. Et il se trouve qu'il s'agit également de celui qui a servit pour le cambriolage. Je suis sûre que tu comprends ce que ça signifie.

Je repoussai la table de mes poings et croisai les bras sur ma poitrine. J'avais conscience de la jouer méchant flic mais là, sérieusement, j'en avais marre.

- Comme nous te le disions, nous sommes certains que ce réseau ne peut émaner que de toi. Et toi comme moi on sait très bien que tu vois de quoi je parle. Alors maintenant, tu as deux possibilités. Tu vois cette tablette ? Il s'agit d'un scanner portatif. Il nous permettra de détecter l'appareil qui émet ce réseau où qu'il soit sur toi. Donc soit tu coopères et tu nous laisses faire, soit tu refuses et on demande un mandat, sachant qu'on l'aura de toute façon. Alors, tu choisis quoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Mandat ou pas, vérifier ce que la donzelle a dans le crane c’est pas assez invasif pour que Maddison se prive d’utiliser du matériel qu’on lui a fourni. Mine de rien, elle passe la fille au scanner portatif. Rien ne l’empêche de vérifier que lors de l’arrestation musclée ils ne lui ont pas fait mal hmmm ?
La puce qu’elle porte dans le poignet apparait rapidement. Elle n’est pas ultra calée en anatomie mais assez pour ne rien remarqué d’étonnant sur le reste du corps. Puis vient la tête (alouette). Et là c’est bongo ! La punkette a deux cornes sur le crâne. Sans remettre en cause ses considérations esthétiques, ce genre d’intervention nécessite forcément quelques extensions, vu que, naturellement, l’homme en est dépourvu. La première corne apparaît clairement en plein sur le scanner comme une pièce de métal surement. En revanche la seconde est différente. Seul son contour parait plein mais sa contenance semble faite de plein de petites pièces différentes.
Un petit bouton sur le côté de la tablette lui permet de prendre un cliché si Maddison le souhaite.

David décide d’interrompre l’interrogatoire s’offrant par là même une pause bien mérité. Qui malheureusement, profitera aussi à la punkette. S’ils avaient pu utiliser la fatigue et la pression comme moyens coercitifs, la pause faisaient retomber tous leurs efforts.
Quand elle revint dans la salle d’interrogatoire, la donzelle était remontée à bloc, aussi mutique que possible, la mine goguenarde.
Elle écoute posément les arguments de David mais y sembla complètement insensible.
Elle savait compter. Elle connaissait aussi les rouages de la justice pour y avoir été confronté assez souvent.

Jet de dés#1
Double Succès : Il est inutile d’avoir un mandat pour une simple vérification, surtout si on demande au service médical de s’assurer qu’on n’a pas blessé la donzelle lors de son arrestation. Quoiqu’il en soit, elle est rapidement désarçonnée par les preuves de David et se met à table.
Succès Echec : Inutile de demander un mandat pour une vérification par le service médical. La fille en revanche lui tend un majeur en seule réponse, pas décidée du tout à coopérer avec l'agent.
Echec Succès : David demande un mandat pour impliquer plus la donzelle mais elle est assez désarçonnée pour se mettre à table.
Double Echec : David demande un mandat. Pas le choix, la donzelle refuse se coopérer et lui tend son majeur. Espérons qu’il arrive avant la fin de la garde à vue si les flics n’ont pas d’autres idées pour la faire causer.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Mes yeux s'étrécirent alors que le majeur de la fille se dressait, insolent face à moi.

- C'est toi qui vois. Renfermez la.

Elle ne voulait pas coopérer. Fort bien. Pour l'instant elle faisait la fière, mais on verrait bien comment elle réagirait, les heures passant. Nous allions finir par l'avoir à l'usure. Je fis un geste à l'homme qui se tenait dans l'embrasure de la porte. Si toutefois la jeune femme se débattait, il avait son pote juste à côté pour lui prêter main forte.

Mais, juste avant que le garde n'emmène la jeune femme, mon HP sonna. Je lui indiquai d'un geste d'attendre un peu avant de la faire bouger et pris l'appel. Nous n'avions pas besoin de mandat pour une vérification médicale. Enfin une bonne nouvelle !

- Non, en fait, elle va rester avec nous. Je baissai les yeux sur Miss Souris et lui lançai un regard froid. Vous savez quoi ? On n'a pas besoin de mandat pour vérifier si vous avez un émetteur dans le corps ou non. Ca tombe bien ! DeLuca, si tu veux bien procéder ? J'indiquai la jeune femme à ma coéquipière qui tenait toujours la fameuse tablette dans les mains. Ces messieurs vont t'aider si mademoiselle se montre peut coopérative.

Il ne s'agissait pas de lui faire de mal, simplement de la maintenir en place. Je connaissais mon boulot et je connaissais ses droits. Et je savais parfaitement que je n'outrepassais pas les miens en agissant de la sorte. Je laissai donc ma coéquipière faire la vérification nécessaire. Vérification qui démontra ce que nous soupçonnions.

- Tiens tiens, mais qu'est-ce qu'on a là ? J'avais sous les yeux le cliché que DeLuca avait pris du truc étrange implanté sur le crâne de Miss Souris. Je crois qu'on a trouvé notre émetteur. Ce qui veut dire, je me tournai vers DeLuca, corrige-moi si je me trompe, qu'on a suffisamment de quoi prolonger la garde à vue de mademoiselle ?

Parce que tout de même, elle portait, dissimulé dans son crâne, l'émetteur qui avait servi pour le cambriolage. Si c'était pas une preuve ça !

- Est-ce qu'on aurait pas aussi de quoi l'inculper, d'ailleurs ? Mais dis moi, elle risque plein pot non ? A moins qu'on ne trouve la preuve qu'elle n'était qu'une intermédiaire et qu'on mette la main sur les autres ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
L’ensemble des preuves obtenues par les deux agents ne laisse plus une seule opportunité de secours à la jeune fille. Si elle ne vend pas la mèche, elle comprend vite qu’elle sera la seule à porter le chapeau et ca, c’était hors de question. Surtout pour une idée qu’elle n’avait pas eue. Aussi elle hésita et finit par tout cracher.
Comment son tatoueur habituel leur avait présenté, à elle et à son mec, un jeune blanc bec propre sur lui, hacker de son état, qui était prêt à leur financer leurs implants s’ils acceptaient de porter de la technologie à l’intérieur. Elle, elle n’y connaissait rien mais il lui avait assuré que ce n’était absolument pas dangereux.
Pour le reste, il avait juste demandé qu’ils soient à disposition certains soirs et qu’ils se baladent dans les coins qu’il indiquerait. Son mec avait vu là-dedans des opportunités et il avait voulu filer un coup de main au hacker pour gagner de l’argent facile. Elle avait suivi, trouvant aussi le deal plutôt avantageux. Elle n’avait pas pensé que ca la mènerait jusque-là.
Après avoir vidé son sac pendant plusieurs minutes, elle finit par lâcher une adresse, en médiane, non loin d’un club-bar de rock. Le genre plus classe que ce qu’on trouve en basse mais qui leur servait de lieu de rencontre quand le type avaient besoin.

Maddison et David envoie rapidement des unités à l’adresse indiquée. Le service informatique leur confirme que l’adresse se situe bien dans la zone qu’ils ont captée pour l’échange. Rapidement les deux agents parviennent à arrêter l’homme décrit chez qui il retrouve un fatras de matos plutôt performant et la preuve irréfutable qu’il était bien en pleine négociation pour la revente des informations secrètes qu’il n’a pas pu craquer. Il n’a d’ailleurs pas cherché à le faire.

En conclusion :
David est tout à la fois félicité par Megalopolis et Chicago pour sa perspicacité. Cette performance ira figurer sur ses états de service déjà flatteurs.
Maddison, elle, est aussi félicité surtout pour une première intervention. Le chef bourru lui fera tout de même remarquer qu’il espère que ce n’était pas un coup de chance et que ses prochaines enquêtes seront tout aussi efficaces.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION] [David/Maddison] Punk is not dead
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville haute-