2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [MISSION] [David/Maddison] Punk is not dead

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Butterfly Effect
avatar
June regarda Maddison de haut en bas et était visiblement pressée de s'en débarrasser. Elle grogna plus qu'elle ne répondit :

- T'as qu'à aller voir vers Ridgewhood. Y'a un garage là-bas et un bar à côté. S'ils y sont, tu les trouveras là-bas.

Et vu qu'elle avait pas décidé de dire plus, elle reprit son activité principale avec son parasite du moment. Alors que Maddison obtenait quelques infos supplémentaires, son HP se mit à vibrer. Un message de David lui expliquant que sa piste à lui s'orientait aussi vers la basse.
La jeune flic avait le choix : soit elle allait faire du repérage, soit elle attendait son co-équipier. Ou alors elle se mettait sur la gueule avec ladite June pour passer le temps. A moins qu'elle n'opte pour un tatouage ?

[HJ : je fais l'impasse sur David pour l'instant puisque son action dépendra de celle de Maddison.]


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Je suis peut-être une fille bizarre, pique assiette, pénible et chiante, mais je sais travailler en équipe. En soupirant, j'ai tout de même remercié June en espérant ne plus avoir à recroiser son chemin. J'ai salué le tatoueur - bien plus aimable - et je suis sortie du salon. De ce fait, j'ai directement appelé David pour lui donner rendez-vous pas trop loin, afin qu'on puisse aller au bar donné ensemble. Et sur la route, je lui ai expliqué ce que j'avais euh... Découvert. Je sais pas trop si on peut appeler ça comme ça, mais au moins, pendant ce temps-là, nous avions une piste.

Quand j'ai retrouvé David, je l'ai invité à marcher jusqu'au garage. Je n'avais pas trop envie de leur montrer notre jolie voiture. Je puais déjà le flic à des kilomètres à en croire le tatoueur, alors autant ne pas non plus nous poser en dominants.

"Je vous propose quelque chose." Que j'ai dit à David alors qu'on longeait la rue menant au garage. "Je connais bien ces coins, je suis une fille de la Basse, tout ça... Je parle leur langue, on va dire. Vous, vous me semblez un peu... Trop... de la Haute, si je puis me permettre !" Et dire que Sunny l'avait encouragé à rencontrer des femmes... "Donc, je vais tenter d'abord. Et si ça marche pas, vous viendrez en renfort. Ca vous convient ? Pas que je doute de vos talents d'infiltré, mais... Et bien, disons plutôt que je ne vous connais pas !"

Et j'ai souri de toutes mes dents. Pour moi, c'était plutôt un bon deal.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Le temps que je retourne à ma voiture, DeLuca m'appelait pour qu'on voit ensemble la suite des événements. Je la rejoignis donc dans la ville basse, à l'endroit qu'elle m'avait indiqué. Elle profita du trajet jusqu'au bar pour me donner les infos qu'elle avait récoltées. C'était maigre, mais c'était un début de piste, et je n'avais pas l'intention de cracher dessus. Le début de la piste, c'est essentiel pour pouvoir la remonter jusqu'au bout et c'est souvent ce qui nous faisait cruellement défaut.

Son idée de garer la voiture assez loin et d'y aller à pieds me convint parfaitement. J'aurais d'ailleurs fait la même chose à sa place. Je m'assurai que j'avais toujours mon badge dans ma poche et mon arme glissée dans ma ceinture, dans mon dos et lui emboitai le pas.

- "Trop de la Haute" ?

Je baissai rapidement les yeux sur moi avant de la relever sur le lieutenant. Avec mon t-shirt, mon jean et mes tatouages, je faisais trop de la Haute ? Surtout que je venais de la Médiane quand même. Mais je comprenais ce qu'elle avait voulu dire. La plupart du temps, j'affectais une certaine distance, un comportement qui ne venait vraiment pas de la basse. J'imagine qu'à force d'évoluer dans la Haute, on finit par se conformer à ses codes inconsciemment ? Cela dit, ça ne m'empêchait pas de me débrouiller pas mal en gars de la basse aussi, non ? Après tout, les autres dans le Sanctuaire, j'aurais mis ma main à couper qu'ils s'étaient même pas rendus compte que j'étais un "flic".

Je baissai les yeux sur elle tout en marchant et esquissai un léger sourire en coin, en réponse au sien.

- L'inverse est vrai également. Pas que je n'ai pas confiance en vos capacités à vous fondre dans la Basse, mais je ne vous connais pas non plus. Mais d'accord, on va se la tenter comme vous le dites, je resterai à l'extérieur. Quand vous voudrez que j'intervienne, vous n'aurez qu'à me faire signe.

Je remis mes lunettes de soleil sur mon nez et glissai les mains dans mes poches.

- Et je ne suis pas de la Haute.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
"Oui, de la Haute, oui. Vous avez très bien entendu."

Le fait qu'il ait des doutes sur ma capacité à me fondre dans la masse de la Basse a même éclairci mon visage d'un rire.

"Euh... Allo ! Je suis pratiquement née dans cette ville. Si je travaille avec vous aujourd'hui, c'est un hasard. Ou une chance, comme vous voulez. Mais j'ai grandi dans ces rues ! J'ai été flic de rue pendant des années à me fondre dans la Basse alors croyez-moi." Je l'ai regardé avec un sourire amusé et j'ai acquiescé. "Pour n'importe qui ici, vous êtes de la Haute."

Son geste avec ses lunettes a même redoublé mon rire. Je ne m'étais pas imaginée avoir comme coéquipier un jour quelqu'un comme David. Mais en fait, c'était logique. Une fille de la rue comme moi n'a pas peur de grand chose, potentiellement explosive en mission. Et un mec comme lui a besoin de quelqu'un pour se lâcher et sûrement encore plus apprécier son job. C'était un peu la balance du noir et du blanc, du drôle et du triste, du... Ok, vous voyez le truc. Mais puisque lui aussi avait besoin de me connaître, alors j'ai fait ce que je faisais de mieux : parler.

"J'ai un petit frère, je suis Positive, j'ai... Approximativement pas tout à fait 30 ans, je suis originaire du Kansas et ma mère a été une star de la pop music dans ses jeunes années. Si je vous le chantais, vous reconnaîtriez, je parie. Malheureusement, ça m'a payé grand chose dans la vie, mais j'ai quand même été flic à la police de la Basse pendant près de 5 ans. Ma couleur préférée est le vert, je ne supporte pas la chaleur, je ne me nourris exclusivement que de pizza à emporter, de préférence épicées, de donnuts au chocolat et de café italien. Je parle parfaitement espagnol et j'ai un niveau d'arabe. J'aime le rap (NdlR : oui oui), je lis pas vraiment, c'est pas trop mon truc ! J'aime bien mais je préfère les BD... Et je suis célibataire !" J'ai affiché un sourire ravi sur mes lèvres en le regardant. "Maintenant, vous ne pourrez plus dire que vous ne me connaissez pas." Et je lui ai donné un léger coup de coude. "A vous !"



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Elle me faisait sourire, sincèrement. C'était sa façon d'argumenter que si, elle était bien plus de la basse que moi. Elle avait raison, cela dit. Mais j'avais plus d'une carte dans ma manche et quelques exemples dans ma poche de situations où j'avais même réussi à me faire passer pour un petit merdeux de cambrioleur suffisamment doué pour échapper aux flics. Mais on n'était pas non plus là pour jouer à celui qui était le plus "fort".

- Ok, je me rends !

Quant à son rire, c'était à la fois chouette et surprenant. Moi, capable de faire rire quelqu'un sans même le chercher ? C'est presque du jamais vu ! Ou en tout cas, ça ne m'arrivait pas souvent. Pas ce genre de rire, simple et spontané. J'eus un sourire gêné mais continuai à marcher sans même tourner les yeux vers elle.

Et puis elle se mit à me parler d'elle. Je ne lui avais rien demandé hein, mais je suppose qu'elle avait raison, c'était encore le meilleur moyen de savoir à qui nous avions à faire.  Au fur et à mesure de sa description, je pus me rendre compte que nous avions pas mal de différence, mais quelques points communs aussi.

- Positive ? Ma dernière coéquipière était positive aussi. C'est la seule avec qui la collaboration s'est bien passée d'ailleurs...

Camy... Je repensais à elle quelques fois, me demandant ce qu'elle était devenue. Elle semblait avoir pris sa décision de partir du jour au lendemain. Pour une fois que j'avais un coéquipier avec lequel je m'entendais bien et en qui j'avais confiance...

- A moi ?

Je tournai la tête vers elle et la dévisageai quelques secondes lui lançant un regard du genre "vous êtes sérieuse ?" qu'elle ne pouvait certainement pas voir à travers mes lunettes. Elles étaient pratiques pour ça, d'ailleurs, ces lunettes.

- Euh... le moins qu'on puisse dire, c'est que je n'avais pas l'habitude de ce genre d'exercice. Je suis né, j'ai grandi et je vis dans la Médiane, avec ma petite sœur. J'aurai 30 ans le mois prochain (il n'y a pas de date au début de la mission, mais je suppose qu'elle se déroule en mars ?). J'ai servi quelques années en tant que sniper dans les rangers avant de m'orienter vers le FBI. Je me débrouille en Turc et en gaélique irlandais (le truc qui ne servait strictement à rien...) et je parle correctement l'espagnol et le français. Je joue du piano, je fais de l'escalade, je continue à pratiquer le tir pour éviter de rouiller, j'aime bien lire même si j'en ai rarement le temps, et je passe mes soirées à regarder de vieux films en mangeant des pizzas ou des pâtes et en buvant de la bière. Enfin, quand j'arrive à rentrer du bureau à des heures raisonnables.

J'hésitai quelques secondes, cherchant quoi ajouter et puis finalement, je me tournai vers elle.

- Autre chose ?




[Sky, je me suis permis de répondre avant toi, vu que c'était des questions qui ne nécessitaient pas vraiment ton intervention]


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
[HJ : Je jette un oeil à votre rp et je vous laisse faire tkt. J'interviendrai quand ce sera utile. Je trouve très bien que vous profitiez aussi du rp pour lier vos persos ^^)






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Maddison DeLuca
avatar
"En turc ?! C'est pas commun ! Et Sniper ? Vous avez fait l'armée aussi ? De quel côté ? C'était quand ?"

Si j'avais su qu'il faisait référence à Camy, j'aurais probablement éclaté de rire. Je savais que Reese la cherchait encore et je savais qu'elle était au FBI. A l'époque, j'imaginais mal comment on pouvait combiner les deux. Le FBI et l'Underground. En fait, même si j'avais eu peur ce jour-là que Reese lui mette la baffe du siècle, j'étais d'accord avec lui. Mais c'était sans compter sur ma propre expérience de Reese. Celle qui m'avait fait comprendre que les voyages dans le temps étaient un terrain glissant. Je savais autre chose, aussi. Quelque chose que Camy n'avait pas cherché à comprendre et s'était contentée de le pousser dans ses retranchements jusqu'à toucher ses limites.

"J'ai fait l'armée, aussi ! En Turquie, principalement. Autant vous dire qu'en tant que Positive, ça n'a pas été de tout repos, mais... J'ai réussi à me faire respecter !" Je lui ai donné un petit coup de coude doucement. "C'est chouette tout ça ! Je voulais travailler seule, sans coéquipier pour changer, mais c'était sans compter sur l'agréable concept du travail d'équipe ! Elle est où votre précédente partenaire ?" Bonjour le tact... "Ca veut dire quoi, que vous êtes difficile à vivre, ou..."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Je haussai les épaules. C'était marrant qu'elle s'étonne surtout pour le turc, plus que pour le gaélique. Cela dit, pour l'un comme pour l'autre, j'avais une très bonne explication.

- J'ai...

Mais avant que je n'ai pu répondre à la moindre de ses questions, DeLuca s'était transformée en véritable pie bavarde. Je tournai à nouveau la tête vers elle, me demandant quand est-ce qu'elle allait s'arrêter de parler. Et lorsqu'elle eut terminé, je me retrouvai, pour le coup, totalement muet, alors que j'avais quelque chose à répondre avant.

- Je suppose que je suis trop exigeant ? J'ai besoin de pouvoir avoir une confiance aveugle envers mon coéquipier. Mais il se trouve que je l'accorde difficilement. Avec l'agent Adriacco, je n'ai pas eu ce problème, elle était compétente et elle me l'a prouvé à plusieurs reprise. Mais elle a été mutée, du côté de Seattle, je crois.

Je haussai une nouvelle fois les épaules. Je n'avais jamais su pourquoi Camy avait demandé à partir, je crois que c'était pour des raisons personnelles. Et elle avait obtenu sa mutation tellement vite qu'on n'avait même pas eu le temps de lui faire un petit pot d'adieu.

- Et pour le reste, le Turc, c'est parce que j'étais en Turquie moi aussi, avec le 75th régiment de rangers. J'y suis resté quelques temps, entre 65 et 67. J'ai appris à le parler au contact de la population, je n'ai pas vraiment eu le choix. Vous étiez dans quelle unité, vous ?

Je la détaillai des pieds à la tête avant de regarder à nouveau devant moi.

- Femme et positive ? Vous avez dû sacrément en baver dans l'armée, en effet. Rien que l'un ou l'autre déjà, c'est pas évident, mais les deux en même temps...

On pouvait dire ce qu'on voulait, l'armée restait tout de même un univers assez masculin et fortement machiste, même après toutes ces années. Il y a des choses qu'on n'arrive pas à faire changer. Quand à la Positivité des soldats, ça aussi c'était quelque chose que certains avaient du mal à digérer.

- Chapeau.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Peut-être parce que Maddison (Jet de dé #2) avait une meilleure connaissance du terrain, ou bien parce que tout en parlant, elle ne perdait pas de vue son objectif, ou bien parce que l'air avait changé et qu'elle avait des antennes intégrées.
Bref, pendant que les deux agents avancent en direction du garage tout en prenant le temps de faire connaissance, Maddison s'interrompt dans ses bavardages et invite David à faire de même.
Elle observe alors la rue qui semble calme, sans rien d'inquiétant. Sauf que justement, c'est ca l'inquiétant. Il y a un truc, quelque chose et Maddison l'a remarqué (Jet de dés #1).
Le garage est à quelques mètres, une cinquantaine tout au plus. Sa porte de devant est ouverte en grand, comme pour la plupart des garages, et contre le mur adjacent, entre la porte et le bar, sont alignés de splendides motos.
Mais il n'y a personne.
Pour peu que vous tendez l'oreille, vous n'entendez rien non plus. Pourtant les deux échoppes ont clairement l'air ouvertes.

Salope de June. Elle l'a bien embobiné la flicaille. A peine Maddison avait tourné le dos qu'elle avait décroché son HP pour passer un petit coup de fil. Et à l'autre bout, on avait pris ses mots entrecoupées d'injures très au sérieux.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé de 6' : 2

--------------------------------

#2 'Games of Honor' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Nous approchions du garage et du bar, notre but, et c'est naturellement que ne redevînmes silencieux l'un et l'autre. J'observai les deux bâtiments l'un après l'autre. A première vue, tout était normal : le garage était ouvert, le bar aussi, fréquenté par une bande de motards vues les bécanes qui stationnaient devant. Oui, vraiment tout semblait normal, sauf que ça ne l'était pas.

Je reportai mon attention sur le garage, avec les portes grandes ouvertes, est-ce qu'on n'aurait pas dû entendre les bruits caractéristiques d'un garage en activité ? Je veux dire, à cette heure-ci, ils travaillaient non ? Bon même admettons que ce soit la pause café, au niveau du bar c'était tout aussi silencieux. Pourtant je savais d'expérience que quand une bande de motards est dans le coin, on entend rarement les mouches voler... Sans compter qu'il n'y avait pas un chat dans la rue...

Il y avait un truc louche dans cette histoire. Instinctivement, je portai la main sur la crosse de mon arme, dans mon dos, mais sans la sortir pour autant.

- Vous êtes sûre de vos infos ?

J'indiquai le garage d'un signe de tête et me tournai vers DeLuca.

- Je vais jeter un oeil. Vous venez ?

Pas sûr que ce soit le moment de nous séparer. Le lieu pouvait être totalement désert, mais ça pouvait aussi être un sacré traquenard.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Si j'étais sûre ?

"Aussi sûre que la parole d'une junkie nymphomane vaut de l'or..."

Autrement dit... Bof. Pas tellement. Mais je ne suis jamais sûre de rien et même si je confie aisément ma confiance, ce n'est pas forcément le cas pour les loubards de ce genre. J'ai eu le même réflexe que David, j'ai posé une main sur la crosse de mon arme à ma ceinture et déboutonné le holster en hochant la tête. Bien sûr que je venais ! J'étais peut-être une bleue du FBI, mais je n'en étais pas à ma première approche d'une zone à risques.

En fait, ça pouvait tout aussi bien être un piège. Vide... Ou plein. Alors quand on a été plus qu'à quelques petits mètres de la porte du garage, j'ai sorti mon arme que j'ai gardée le long de ma cuisse, la tenant à deux mains. Je n'avais pas envie d'être prise par surprise. Néanmoins, je n'ai pas pu m'empêcher de reluquer les motos. Et les toits. Toujours vérifier les toits.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Les deux agents décident de ne pas se séparer pour ne pas s’exposer plus qu’ils ne le sont.
Quand ils approchent, ils comptent exactement 4 motos alignées le long du mur entre les deux entrées. Ce sont des pièces magnifiques.
Dans le garage, pas âme qui vive. Tout est silencieux.
Les dessertes mécaniques sont laissées à l’abandon, une moto était visiblement en cours d’opération. Au fond du garage, un local de verre où trône un petit bureau.

David (Jet de dés#1) s’approche prudemment et jette un œil par dela la vitre pour aviser un bureau surchargé de papiers, de restes de repas et d’un bordel innommable. Un téléphone dégueulasse n’est pas encore enseveli sous le tas d’immondices mais c’est bien le seul. A première vue, personne, mais la visibilité n'est pas infaillible de ce côté du mur.

Pendant ce temps, Maddison fait rapidement le tour du propriétaire. Chaque recoin où pourrait se planquer un mec armé est soigneusement fouillé mais… rien. Personne. Du côté du bar, une simple porte clos l’accès. Dessus un petit panneau « Private » mais elle ne semble pas verrouillée.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Games of Honor' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Son tuyau venait d'une junkie... OK. En même temps, ça ne m'étonnait pas. La parole d'un junkie, c'était toujours tout l'un ou tout l'autre, on n'avait aucun moyen de savoir s'il nous racontait des cracks ou pas. A moins d'avoir le même témoignage de quelqu'un d'autre, quelqu'un d'un peu moins défoncé. Moi, on m'avait juste indiqué la ville basse. Mais vous savez quoi ? Mon instinct me disait que l'info de Deluca était bonne. Pourquoi cet endroit serait-il aussi "étrange" s'il n'y avait pas quelque chose de louche derrière tout ça ?

Je jetai un coup d'oeil à la jeune femme derrière moi et finis par sortir mon arme, moi aussi. Et puis j'entrai dans le garage, prudemment. Le temps de faire rapidement le tour de l'atelier, je pus me rendre compte qu'il était complètement désert. Mais pas depuis longtemps. C'était comme si tout le monde était parti précipitamment.

Au fond du garage, il y avait le bureau, séparé de l'atelier par une partie de baies vitrés. Je m'en approchai tandis que ma coéquipière continuait le tour des lieux. De ce que je pouvais voir par la fenêtre, il n'y avait personne. Mais là encore, pas depuis longtemps. Le type avait manifestement abandonné son repas en plein milieu. L'état du bureau était pitoyable. Certes, nous étions dans un garage, donc on ne pouvait pas s'attendre à ce que tout brille, mais à ce point-là, quand même, c'était assez impressionnant.

Le problème, c'est que je ne pouvais pas voir tout le bureau à travers ces vitres. Il y avait toute une partie qui se dérobait à ma vue. J'affirmai ma prise sur la crosse de mon arme et rapidement, j'ouvris la porte, me tournai vers l'endroit que je ne voyais pas, pointant mon arme dans cette direction, des fois que...


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
(Putain, j'avais pas vu que ça faisait si longtemps !)

J'ai gardé un oeil sur David, hochant la tête pour lui signifier que mon passage était libre. Soit elle leur avait dit de fuir, soit, c'était une fausse adresse. Comme on est jamais trop prudents, j'ai gardé mon arme entre mes mains, le long de ma cuisse, mes épaules tendues pour répondre au moindre geste.

Une fois devant la porte, j'ai jeté un oeil à David. Il était aussi armé et prêt que moi. Au moins, on formait une bonne équipe. Je juge un bon duo à sa capacité à oeuvrer sans avoir besoin de communiquer. David était un bon et il connaissait son travail. Aussi, je me sentais plutôt rassurée et aussi, épaulée.

J'ai collé mon oreille à la porte, pour voir si j'entendais du bruit. Je me disais que si je n'entendais rien, je tenterais d'entrer.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
David avance prudemment dans l’atelier aux baies vitrées. Il est quand même aguerri, formaté par des heures et des heures d’entrainement d’abord en tant que flic puis en tant qu’agent.

Jet de dés #1 :
Succès succès : Un type est planqué et est armé
1 succès : Un type est planqué, mort de trouille
Echec Echec : personne

Si Succès Succès Jet #1 > Jet #2
Le type tire :
Succès : Manque David d’un cheveu
Echec : la balle se perd dans l’espace intersidéral


Un jeune homme boutonneux, le visage rond et les cheveux bruns en bataille est à quatre patte sous le bureau, essayant de passer totalement inaperçu. Raté. David ne le manque pas. Et tandis qu’il s’apprête à lui débiter la litanie classique du flic qui s’apprête à procéder à une interpellation, le garçon le repère et se met à hurler tout ce qu’il sait.

Maddison colle son oreille à la porte mais… n’entend rien. Mais rien de chez rien. Pourtant la porte ne semble pas du tout insonorisée, bien au contraire. Personne ne s’est cassé le cul à le faire.
C’est assez étonnant à vrai dire car un bar, ou un garage ca fait du bruit. Sauf si les habitués cherchent à rester silencieux, auquel cas, ca n’augure rien de bon.
Doucement, Maddi s’écarte de la porte, bras tendu, prête à faire feu quand soudain... un gamin se met à hurler du côté de David. Elle ne peut retenir un sursaut tant le cri transperce le silence assourdissant.
Les yeux rivés sur le local où son partenaire essaie de maîtriser le jeune hurleur, tout part alors en sucette.

Heureusement pour elle, Maddi s’était écarté de la porte. Cette dernière vola en milliers de petits éclats de bois et de matériaux poussiéreux sous un feu nourrit de fusils et de flingues.
En l’espace de quelques secondes, la porte n’exista plus. Seul un trou béant s’ouvrait sur le bar où quelques types attendaient surement l’arrivée des flics pour les accueillir selon leur propre sens de l’hospitalité.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
L'armée, ça nous apprend de sacrés réflexes tout de même, bien plus que d'être agent. Surtout quand on s'est retrouvé en première ligne dans un pays en guerre pendant de longs mois, comme moi. Je sais ce que c'est que d'entrer dans une cache remplie d'ennemis armés jusqu'aux dents près à se sacrifier à condition de vous entraîner dans la mort avec eux. Depuis que j'étais entré au FBI, je ne m'étais jamais retrouvé dans une situation similaire. Pas au point de la Turquie en tout cas. Et finalement, tout ce que j'avais appris durant ces quelques années que j'avais passé sous les drapeaux, ça me servait tous les jours. Et ça me donnait un avantage sur bon nombre de mes collègues. DeLuca devait avoir le même d'ailleurs, si elle avait été basée en Turquie elle aussi.

Dans le bureau, je ne trouvai rien d'autre qu'un gamin apeuré. Je fronçai les sourcils. Il ne pouvait pas être seul. Et sans le quitter du bout de mon arme, mon regard parcourut toute la pièce, s'arrêtant dans les coins, passant sous les meubles. Personne. Le gamin était seul. Je reportai mon attention sur lui. Mais avant que je n'ai eu le temps d'ouvrir la bouche, il se mit à hurler. Mais qu'est-ce qui lui prenait. Il criait tellement fort qu'il allait ameuter tout le quartier s'il continuait comme ça. Minute... ameuter tout le quartier ? Et si c'était justement ce qu'il cherchait à faire ? Sans perdre de temps, je l'assommai d'un coup de crosse au niveau de la tempe. Et puis au cas où il se réveillerait, pour éviter de l'avoir dans le dos, je le menottai au radiateur le plus proche. Qu'il essaie un peu de se détacher, le temps qu'il arrache la tuyauterie, ça nous ferait une bonne marge.

Au moment où je refermai les menottes sur ses poignets, j'entendis le bruit de la détonation. Je récupérai mon arme aussitôt et me rapprochai précipitamment de la fenêtre pour voir ce qu'il se passait. DeLuca s'était rapprochée d'une porte qui devait communiquer avec le bar. Sauf que la porte venait de voler en éclat sous les coups des hommes qui se trouvaient derrière. Des hommes armés. Ok, David, c'est le moment de réfléchir et vite.

DeLuca avait dû être distraite par le cri du gamin, elle s'était heureusement écartée de la porte, mais elle restait en pleine ligne de mire des hommes. Heureusement, elle n'était pas très loin de moi. J'affirmai ma prise sur mon arme et, la lâchant d'une main, je courus vers elle, la forçai à me suivre rapidement en la chopant par le col de la veste et la poussai à couvert derrière une voiture en cours de réparation.

- Ok ?

Ca, c'était notre truc à nous, les rangers, ou dans mon unité, en tout cas. Un simple petit mot, pour demander rapidement si tout allait bien.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Je suis pas née de la dernière pluie, mais j'ai surtout jamais été une fille hyper sereine. Sûrement le fait d'avoir voyagé dans pas mal de bourgades au cours de ma vie. Non, on peut pas rester ici parce que. Oui, on doit vraiment s'en aller parce que... Finalement, une telle instabilité, ça vous met les nerfs à fleur de peau. Mais quelque part, c'est resté à mon avantage.

J'ai lentement poussé la porte, gardant mon épaule contre le mur et j'ai tendu le bras pour viser quiconque pointerait une arme sur moi. Sauf qu'un gamin a hurlé et j'ai tourné l'arme d'un coup vers lui. Je ne sais pas qui il avait vu ou qui l'avait pris par surprise, mais je n'ai pas franchement eu le temps de me poser la question que la porte explosait à côté de moi. Dans un réflexe, je me suis protégé le visage, le dos roulant contre le mur pour m'éloigner un peu de l'encadrement. J'ai crispé les yeux et attendu que ça passe.

Pendant quelques secondes, je n'étais plus ni à Megalopolis, ni dans ce garage. J'étais ailleurs. Loin.

Quand j'ai rouvert les yeux, la réalité m'a frappée et je me suis mise à trembler sans m'en rendre compte. La seule chose à laquelle je pensais, c'était 'Par pitié, pas encore une balle.' David m'a tirée à lui pour me faire quitter le mur et nous a planqués derrière une voiture. C'est là que je me suis aperçue combien mes mains tremblaient. J'ai fermé les yeux et j'ai inspiré profondément. C'était pas le moment d'avoir des réminiscences... Franchement. J'ai hoché la tête à sa question. Paraît que je parle beaucoup. Mais je sais aussi bien communiquer sans un mot.

Machinalement, j'ai tapoté mon épaule, cherchant ma radio pour appeler du renfort... Sauf que je n'en avais pas. Je n'étais pas en uniforme, ni à l'armée, ni à la police. Je n'avais qu'un téléphone portable, une arme, et un coéquipier. Nous n'étions pas en intervention, seulement en investigation. Il n'y avait pas de tact team pour nous couvrir.

Nous étions seuls.

"FBI !" que j'ai hurlé pour me remettre la tête dans le bon sens. Ca avait quelque chose de grisant quand même ! "On veut juste vous poser quelques questions !"

Je me suis couchée à plat ventre pour voir sous le ventre de la voiture et viser la porte. Les bras en appui direct sur le sol, mon arme était bien plus stable. Et si je voyais ne serait-ce qu'un pied ou un bout de genou, je tirais.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Ni une ni deux, David assomme le gamin d'un coup bien placé sur le crâne, force de l'expérience sans doute. Il peine un peu à tirer le corps effondré jusqu'au tuyau mais parvient à l'y menotter juste avant que l'enfer ne se déchaîne à proximité.
A l'instar de Maddison qui voyant que la porte était bloquée s'était miraculeusement écartée du battant, il attendit que le calme revienne pour réagir.
Tous les deux planqués derrière une voiture en réparation, ils reprirent leur souffle après s'être assuré l'un l'autre qu'ils allaient bien.
Maddison prend le temps de se ressaisir et même si les souvenirs affluent, elle reste une professionnelle.
Premier reflexe : appeler du renfort. Hélas si elle doit le faire, elle devra passer par le HP et la bureaucratie. Néanmoins, le bureau sait parfaitement que les deux agents sont sur le terrain, leur parole devrait être prise au sérieux sans trop de difficulté. Mais il leur faudra quand même quelques précieuses secondes pour appeler.
Second reflexe : tenter la négociation.
Et ca semble fonctionner.
Du moins dans un premier temps.
Indistincts, quelques chuchotis agités parviennent jusqu'aux oreilles des agents de l'autre côté de la porte inexistante. Les protagonistes ne semblent pas d'accord sur la suite à donner aux événements et après un nouveau silence pesant, une voix bourrue d'ours des cavernes s'élève.

- Kesse v'voulez ? V'z'avez buté l'ptit merdeux ?


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Elle avait l'air ailleurs. Mais juste quelques secondes, avant qu'elle ne me réponde d'un hochement de tête. Elle allait bien, ok, tant mieux. Un souci en moins. C'est que la dernière fois que j'avais véritablement bossé avec quelqu'un sur une affaire, le quelqu'un en question s'était retrouvé hors jeu quasiment hors jeu dès le départ et mes adversaires avaient très bien su comment se servir de lui pour m'arrêter. Comment vous dire que je ne tenais pas particulièrement à ce que ça recommence ?

DeLuca avait choisi de s'allonger sur le sol pour voir par-dessous la voiture. C'était une idée. Mais je ne ferai pas pareil. Et si nous devions dégager rapidement pour une raison ou une autre ? Elle risquait de perdre du temps en se relevant. Je décidai plutôt de longer la voiture jusqu'au nez, de façon à pouvoir viser par dessus le capot en cas de besoin. Et de là, je voyais aussi bien que DeLuca. Peut-être même mieux, d'ailleurs ?

- Il est simplement assommé. On n'est pas là pour tuer qui que ce soit. On cherche juste deux personnes qui pourraient être impliqués dans un cambriolage.

J'avais bien dit "pourraient", pas "sont". Il y avait une grande différence entre ces deux mots. Le premier laissait entendre qu'ils étaient peut-être innocents, auquel cas ils n'auraient pas d'ennuis particuliers. Est-ce que ceux qui se trouvaient en face de nous allaient saisir la nuance ?


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
"Vous auriez pu le buter vous-mêmes, j'vous signale !"

J'ai jamais été une flic très orthodoxe dans mes méthodes... Et pendant que ça discutait à savoir si nous étions des flics verreux, des flics opportunistes ou juste des tarlouzes en costume, j'ai sorti mon HP pour chercher - dans tout ce merdier - le numéro de mon supérieur. Sauf que, pour un premier jour, et bien je n'avais pas grand chose...

J'ai tourné la tête pour voir David mais il avait bougé. Dans un "psstt" discret, je lui ai montré mon téléphone, espérant qu'il comprendrait. Je suis pas une suicidaire alors j'avais pas spécialement envie d'y aller la fleur au fusil. J'étais aussi impulsive, je sais, mais je savais reconnaître quand une situation m'échappait. Particulièrement comme celle-ci. En attendant, j'ai continué à parler.

"Je peux vous montrer une photo ! On m'a dit que je pourrais avoir des infos, ici." Après un temps, j'ai repris en roulant des yeux. "Promis, si vous dealez de l'herbe qui fait rire ou si vous faites du traffic de pièce auto, je m'en carre l'oignon avec un ananas, ok ? On n'est pas là pour ça !"



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Il y eut un silence.
Un long silence.
Puis la même voix bourrue répondit, incrédule, à Maddison

- Pourquoi v’voulez qu’j’bute mon apprenti ? J’en ai b’soin !

Heureusement que David avait donné des nouvelles du gamin sans quoi le dialogue de sourds aurait pu durer longtemps. Toutefois Maddison n’était pas plus suicidaire que l’agent du FBI et c’était tant mieux.
Elle trouva rapidement le numéro qu’elle cherchait dans son répertoire et pourrait sans problème appeler du renfort.
En attendant, il fallait gagner du temps. Si les infos de June étaient exactes, il y avait là exactement ce qu’ils cherchaient. Et si cette salope avait bien passé le coup de fil correct, les blaireaux savaient exactement pourquoi les agents étaient là.
Cependant, gagner du temps était un objectif des deux camps et au jeu de dupe, l’un n’avait rien à envier à l’autre.

Citation :
Jet de dés #1 :
Double succès : « J’mate la photo et si je connais pas, vous dégagez ! Juste toi la gonzesse ! L’aut’ i’reste planqué ou i’prend du plomb dans l’cul ! »

Un succès : Le silence assourdissant répond à Maddison et David. L’homme n’a pas l’air de vouloir engager la conversation et se statu quo semble lui convenir.

Double echec : A peine Maddi a-t-elle finit sa phrase qu’une volée de plomb lui répond. Les balles fusent à travers la béance qui fut autrefois la porte et vont se ficher dans une carlingue de moto dans le garage.


Après ce petit échange, le silence se fait de nouveau. Personne ne vient à la rencontre des flics ce qui implique que Maddi va devoir bouger.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Je restais là ou je me faisais tirer dessus ? Ok, le message était clair en tout cas. Sauf qu'il ne me plaisait pas des masses. Je tournai la tête en direction de DeLuca pour voir ce qu'elle en pensait. Honnêtement, je trouvais ça un peu trop risqué. Laisser la jeune femme y aller à découvert, c'était l'exposer plus que nécessaire face à cette bande d'abrutis. Cela dit, je serais toujours là pour la couvrir en cas de besoin. D'un autre côté, c'était le seul "contact" qu'on pouvait avoir avec eux. Le louper, c'était peut-être dommage.

- J'aime pas l'idée, chuchotai-je à l'intention de Maddie. Tu vois une autre option ?

Moi j'en voyais éventuellement une, leur balancer, mon téléphone avec la photo dessus. Sauf que s'ils me le gardaient, j'allais avoir du mal à appeler des renforts moi aussi en cas de besoin... Donc non, elle n'était pas bonne non plus.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
J'adore être privilégiée. Dans des moments comme ça, c'est... Tout ce que j'aime. Quand bien même David n'aimait pas l'idée, je ne voyais pas d'autres options. J'ai secoué la tête en le regardant et lui ai répondu silencieusement.

"Non, appelle du renfort, plutôt." Puis, pour me faire entendre, j'ai repris d'une voix plus forte. "Ok, je viens. Je range mon arme, d'accord ?"

Je me suis relevée, prudemment, l'arme toujours le long de ma cuisse en la tenant de mes deux mains. Mon coeur battait à tout rompre, mais je n'étais pas du genre à me laisser abattre par une petite crainte. J'ai passé les yeux par-dessus le toit de la voiture. Même si je rangeais cette arme-là, j'en avais une plus petite à ma cheville. Qui n'en avait pas à la police ?

J'ai levé les mains, juste au cas où et doucement, je suis sortie de ma cachette en rangeant lentement mon arme à ma ceinture pour reprendre mon téléphone. Au pire, j'avais toujours mon pouvoir pour me sortir de la pire situation. Prudemment, je me suis avancée, mais j'ai rechigné à passer devant la porte. Je suis pas tarée au point de prendre des risques inconsidérés.

"Ok, je suis là ! Je vous attends ! C'est juste une photo !"

Et j'ai avancé un peu mon téléphone pour le prouver.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Il leur fallait des renforts avant que tout ne tourne au drame, même si les deux agents faisant montre d’un grand professionnalisme. L’audace de Maddison pourrait peut-être s’avérer payante mais il lui fallait prendre de grands risques pour cela.
Son arme de poing rangée, elle s’est avancé vers la porte béante tandis que David appelait les forces de police en soutien. S’ils avaient de la chance et qu’une ou deux patrouilles n’étaient pas trop loin, ils pourraient compter sur leurs collègues dans cinq minutes grand maximum.
Si ce n’était pas le cas et qu’aucune patrouille n’était dans le coin, il leur faudrait une bonne vingtaine de minutes.

Jet de dés #1 :
Succès Succès : Une patrouille est juste à côté. Ils seront là dans moins de 5 min
1 Succès : Deux patrouilles sont disponibles en basse. Le temps d’arriver il leur faut 10 bonnes minutes
Double echec : Les deux agents doivent tenir 20 minutes, le temps qu’on trouve au moins une patrouille de disponible pour leur envoyer.

Maddison voit d’abord apparaitre le bout d’un canon. Puis à mesure que son possesseur avance, le fusil tout entier. Une bedaine proéminante et un visage barbu apparait fugacement par l’ouverture. L’homme s’assure juste que la flic est là mais il n’a pas non plus l’air décidé à s’exposer au feu de David. Prudent.
Il reste dans l’encadrement de la porte et en soutenant ses injonctions avec un mouvement de son flingue il indique à Maddi de montrer sa photo.

- Allez ! Faitezy voir vot’ avis d’recherche et vous vous cassez !


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
J'ai gardé mon sang froid.

"Baisse ton arme d'abord. J'ai pas envie que tu t'énerves au passage d'une mouche et de finir avec deux trous larges comme le Brésil à la place de mes nibards, t'imprimes ? Qui plus est... C'est malpoli. Est-ce que je pointe une arme sur toi, moi ? Nan."

Les mains toujours levées avec le téléphone dans l'une, je me suis placée face à lui, à quelques mètres de sécurité.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
J'acquiesçai en réponse aux paroles de DeLuca et sortis mon hp de ma poche. L'espace d'un instant, je regrettai de ne pas avoir mon oreillette directement reliée à Betty, comme souvent lorsque je partais sur le terrain. A l'autre bout du fil, on m'appris que deux patrouilles prenaient déjà notre direction et seraient là d'ici une dizaine de minutes. Pourvu qu'on n'en ait pas besoin avant...

Je n'avais pas quitté ma coéquipière du regard, l'autre main toujours refermée autour de la crosse de mon arme. Je surveillais ses arrières, des fois que... Je n'aimais pas ça, mais il fallait que je m'adapte, je n'avais pas le choix.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
David tient l'homme dans son viseur. Il est extrêmement bien placé : à couvert mais avec une ligne de mire parfaite. Si le bedonnant tente quoi que ce soit contra Maddison, il ne le manquera pas. Ce sera son dernier acte.
De son côté, la jeune femme continue de rester sur ses gardes tout en assurant sa sécurité. L'homme semble hésiter devant son injonction à baisser son arme mais s'il grimace, il s’exécute.
Sans doute prend-il conscience de son exposition et c'est ce qui le fait rechigner.
Pour continuer sur la comédie qui se joue entre tous les protagonistes, il fait même un pas en direction de Maddison, comme s'il s'intéressait vraiment à ce qu'elle pourrait lui montrer.
C'est à ce moment que Maddi repère du mouvement dans le bar. A travers la béance de la porte, quelqu'un s'est surement planqué derrière un comptoir crade, assurant les arrières de l'homme bedonnant. Et à moins qu'elle ne fasse marche arrière, elle est juste dans la ligne de visée de cette personne, si tant est que cette dernière sache tirer correctement, ce qui est moins sure.
En effet, pour l'avoir, il faudra qu'elle sorte de sa cachette, ajuste et tire. Trois actions qui dans un moment précipité sont beaucoup trop longues à exécuter pour un citoyen lambda.
En tous cas, ca lui apprend une chose. L'homme n'est pas seul et peut-être que d'autres se cachent dans le boui-boui adjacent.

- Allez ! F'moi voir sa sale gueule qu'on en finisse !


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
J'avais de la chance, ma position était stratégique. L'homme était dans ma ligne de mire, on ne pouvait guère rêver mieux. Au moindre mouvement suspect de sa part, je lui en mettais une. Il était impossible à louper, pas aussi près et avec ce boulevard devant moi. Ou alors, j'aurais de sérieuses questions à me poser...

Je ne le lâchai plus du regard, surveillant le moindre de ses faits et gestes. Il avait baissé son arme mais il la tenait toujours en main. S'il lui prenait l'envie de la lever pour tirer sur ma coéquipière, je serais probablement le seul en mesure de l'en empêcher. Je savais déjà parfaitement où viser pour ça. Il ne me faudrait qu'une seconde pour y loger ma balle.

Malgré tout, cette position parfaite avait un gros inconvénient. Je ne voyais pas ce qu'il se passait derrière l'homme, dans le bar. Et si c'était un traquenard ? La voiture derrière laquelle je me trouvais me protégeais d'éventuels tirs dans ma direction tout en me permettant d'avoir une bonne vision sur l'homme sur toute la longueur du véhicule. Je décidai de me déplacer légèrement pour pouvoir avoir une meilleur vue sur l'intérieur du bar.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
C'était rassurant dans un sens de savoir que David assurait mes arrières. C'était rassurant tout court de savoir que quelqu'un assurait vos arrières. Je n'ai jamais été quelqu'un de solitaire, j'ai toujours aimé travailler en équipe, ça rend toujours les choses plus simples.

Quand j'ai perçu du mouvement, c'est tout juste si j'ai tourné les yeux. Je ne voulais pas qu'on remarque que j'avais vu quelque chose. J'ai gardé l'information dans ma tête, laissant une de mes mains très près de mon arme. J'ai tendu le téléphone vers le bedonnant et j'ai haussé un sourcil.

"Alors ? Plus vite tu me dis, plus vite je dégage, tu sais ? Je suis pas chiante comme meuf ! Enfin je veux dire, il paraît que si et je sais pas tenir un mec dans ma vie, mais hey." J'ai haussé les épaules dans une moue. "Je suis une parfaite imperfection, alors tu sais..." J'ai froncé les sourcils. "Tu as fait venir les dératiseurs, récemment ? J'ai comme un bruit de souris dans l'oreille, je te jure, c'est désagréable, j'imagine si tu dois bosser toute la journée comme ça... Bonjour la migraine à la fin de la journée !" Et j'ai ri. Sombre conne que je suis. "Je veux dire, ça gratte tout le temps dans les placards, t'entends pas ?"

Je pouvais passer pour la folle dingue, mais j'essayais autant d'envoyer un message à David que de faire comprendre au type que je le savais pas seul et qu'ils feraient mieux de tenir en laisse ses toutous le temps qu'on s'en aille.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
David profite que l’homme soit occupé pour tenter de se décaler de la voiture qui assurait sa protection. Il lui fallait acquérir une meilleure vue sur le bar dans son dos, tout en gardant le véhicule entre lui et le danger.

Jet dés #1 :
Succès Succès : David parvient à se dégager. Il voit clairement le zinc et quelques tables dans son champ de vision. Si un mouvement se fait, il en sera informé. Le type, trop occupé à observer la photo Maddison ne fait pas attention à ce que fait David.

Succès Echec : David parvient à se dégager et obtenir une meilleure vue que le bar. Malheureusement, son mouvement attire l’œil de l’homme en discussion avec Maddison.

Echec Succès : David ne parvient pas à obtenir une meilleure vue sur le Bar. Toutefois, son mouvement n’a pas attiré l’attention de l’homme, tout accaparé par Maddison.

Echec Echec : non seulement David n’arrive pas à obtenir une meilleure vue sur le bar mais il attire l’attention de l’homme armé.


Le mec armé jeta un regard sur la photo pour la forme. Juste le temps que Maddison lui sort son charabia improvisé pour maintenir son attention sur elle et qu’il ne s’occupe pas des renforts, ceux présents par l’intermédiaire de David et ceux qui sont censés arriver.
L’homme, lui, grogne :

- Ta gueule !

Il doit pas aimer les souris, encore moins quand elles sont flics. Sans même se donner la peine de bien regarder, il ajoute.

- J’le connais pas ton batard là ! Maintenant dégage…


Jet de dés #2 : Arrivée des renforts
Succès : Rapide
Echec : Encore seul


Alors qu’il relève son arme, une voix féminine au bord de l’hystérie s’élève de derrière le mur adjacent à la porte :

- Bute là cette conne Freddy ! Faut qu’on s’casse merde !!


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Techniquement, je tiens plutôt parole. Je les aurais laissés tranquilles au moment où le type m'aurait dit qu'il reconnaissait pas le mec sur ma photo. Je lui aurais peut-être demandé confirmation, ou si d'autres dans le coin étaient susceptibles de le connaître. Sauf que déjà, le type relevait son arme sur moi. Alors, j'ai fait quoi ? Bah, j'ai à nouveau levé la mienne sur lui. Et c'est là que la nana s'est mise à beugler. Typiquement le genre de trucs qui te fait dérailler un mec en moins de deux. Lui tirer dans la poitrine, c'était pas mon style. Je préférais viser le genou. Bien plus efficace.

"Hey, hey, hey ! On se calme ! Vous voulez pas vous retrouver avec un délit de fuite sur le meurtre d'un flic en service ! Ca peut compter pas mal de temps en années de juge ! Crois-moi, on prend déjà cher pour moins que ça." L'expérience qui parlait. Ah, quelle époque. "En revanche, peut-être que ta copine voudrait bien regarder la photo elle aussi ? Hein ? Qu'est-ce qu'elle en pense, au lieu de se cacher là-bas derrière ? Je mords pas, c'est pour de vrai, hein ! Je promets de vous laisser tranquille si vous m'aidez. Qui sait, j'aurai peut-être droit d'avoir des indics ! Ca paye bien mieux que la taule, ça je vous le garantis."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Discrètement, je parvins à longer la voiture qui me protégeait pour arriver au niveau du coffre. j'étais désormais plus à même de regarder à l'intérieur de l'autre pièce. Mais ça n'était pas suffisant. Je jurai en moi-même. Non vraiment, ne pas savoir ce qu'il y avait à côté ne me plaisait pas du tout. Si seulement je pouvais bouger encore un peu, mais j'avais réussi à ne pas attirer l'attention jusqu'à présent, mieux valait ne pas trop forcer la chance. DeLuca était en première ligne, elle était trop exposée pour que je tente quoi que que ce soit. Bon, au moins, j'étais toujours à même de la protéger du danger le plus direct que je pouvais voir : j'avais encore une ligne de mire parfaite sur l'homme.

Tendu, je vis ma coéquipière avancer son HP en direction de l'homme. Avec un peu de chance, il se déciderait à coopérer. Et puis la jeune femme pris la parole et cela me fit tiquer. Qu'est-ce qu'elle racontait ? Elle parlait de souris, de placard... Je fronçai les sourcils et me redressai légèrement pour essayer malgré tout de voir de l'autre côté de cette foutue porte. DeLuca avait-elle vu du mouvement ? Certainement, sinon pourquoi attirer mon attention à ce sujet ?

L'idéal aurait été que je puisse m'éclipser pour faire le tour par dehors et contourner le bâtiment, histoire que si souris il y avait, celle-ci puisse être mise hors d'état de nuire. Seulement, je ne pouvais pas bouger sans attirer l'attention.  Je sortis alors mon HP de ma poche et envoyai un message à Betty, mon contact au FBI qui faisait le lien avec les renforts en route. "Dis à une partie des renforts d'enter aussi discrètement que possible du côté du bar. Nous pensons qu'il y a quelqu'un. Que les autres restent à l'extérieur du garage pour éviter d'attirer l'attention mais qu'ils se tiennent prêts pour toute intervention." Je n'avais aucune certitude, mais mieux valait rester prudent.

Cependant, le discours étrange de ma coéquipière n'était pas du goût de l'homme qui le fit sentir très rapidement. Et évidemment, il décida de ne pas se montrer coopératif. On avait l'habitude cela dit. En se montrant un peu plus persuasifs, on arriverait peut-être à en tirer quelque chose tout de même.

C'est alors que je le vis relever son arme et viser à nouveau DeLuca tandis qu'une autre voix s'élevait. Tiens donc, alors il y avait bien des souris dans ce bâtiment ? D'instinct, je relevai la mienne, la pointant sur le bedonnant sans la moindre hésitation. J'étais un excellent tireur et j'étais sûr de moi.

- Je vous déconseille de faire quoique ce soit dans ce genre-là.

Je retirai la sécurité de mon arme, faisant entendre ce petit "clic" caractéristique indiquant que j'étais prêt à tirer si nécessaire. S'ils avaient oublié ma présence, j'étais bien décidé à la leur rappeler.

- Ma collègue est sympa, elle ne vous parle que de taule. Mais elle oublie que moi, je le suis moins. Vous lui faites quoi que ce soit et je vous jure que je ne vous raterai pas. Ni vous, ni miss Souris qui se planque là-bas derrière. Alors je vous conseille de faire ce que ma collègue vous dit. Coopérez. Et je vous donne ma parole, moi aussi, que nous vous laisserons partir. Ca peut se terminer très bien, tout comme ça peut se terminer très mal, pour vous. c'est à vous de choisir. Et si vous êtes gentils, ouais, nous avons des indics au FBI,  deux de plus ça peut se négocier. Et nous le traitons remarquablement bien. Nous payons convenablement les infos qu'on nous donne, nous offrons une bonne couverture, et nous vous placerions même sous notre protection. Tout ça en échange d'une petite info, ça me semble être un bon deal.

Du geste du menton, j'indiquai à nouveau l'HP de DeLuca au type pour l'inviter à regarder la photo avec un peu plus d'attention.

- Et si Miss Souris veut profiter de tous ces avantages, elle aussi, elle n'a qu'à venir jeter un oeil à cette photo.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Les bavardages, il ne devait bien y avoir que le gros tas pour s’en accommoder. Tandis que David bouge puis rejoint la conversation, tout le monde braquant tout le monde, l’homme épais élève la voix mais en direction du bar cette fois-ci.

- Putain mais ferme là, toi !

Le silence lui répond. Une, cinq, dix secondes, puis tout s’emballe.
Du mouvement dans la pièce adjacente, des bruits de chaises renversées et une cavalcade. David comprend que les autres personnes présentes cherchent à se tirer par l’autre porte de sortie, sans attendre que Maddison leur ait montré la photo.
Cela suffit à détourner l’attention du proprio qui se retourne vers le zinc, l’arme pointant clairement dans une mauvaise direction. Cela laisse une fraction de seconde à Maddison si elle veut agir.
De même, David peut continuer à assurer les arrières de sa coéquipière ou se lancer à la poursuite des malfrats.
A l’instant même où ce choix cornélien se présente, il reçoit un message de bonne réception de la part de Betty, suivit presqu’instantanément des sirènes de patrouilles de police.
Pour la discrétion, les mecs repasseront.

Jet de dés #1 : Nombre de policier en soutien (au moins 2)

Deux voitures avec deux agents chacune font enfin leur apparition au bout de la rue. L'une vient se positionner juste vers la porte béante du garage, l'autre à proximité de la sortie du bar.
Le temps que les hommes en sortent, l'un d'eux s'écrient.

- Ils se barrent, deux individus en fuite !


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 6' : 4


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
C'était juste trop con, parce qu'il avait pas tiré. J'aurais aimé qu'il tire, j'aurais au moins pu le coffrer pour quelque chose ! Mais là ? Qu'est-ce que je pouvais faire ! J'ai profité de sa distraction pour le coller à terre et lui bloquer les omoplates sous mon genou en attendant d'avoir des menottes. Je pourrai le garder quoi... 24h ? Si j'avais de la chance. C'est le problème d'être un bon flic. On tient parole. Je comptais pas le coffrer pour quoi que ce soit. J'étais pas venue pour ça. Pendant que les autres se faisaient courser, je me suis penchée vers le proprio.

"J'ai besoin de retrouver ce type. On m'a dit que je pourrai avoir des informations ici. Je commence à en avoir plein le dos de me faire balader comme une chienne errante dans la Haute. Si tu m'aides, peu importe comment, même avec tes contacts, je te promets une protection rapprochée pour tes proches et toi. Tout ce que je veux, c'est régler cette affaire et rentrer chez ouam bouffer mes pâtes aux lardons. Je t'invite, si tu veux, y a un bon grec en bas de chez moi."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Fallait voir le bon côté des choses, le bedonnant ne semblait pas particulièrement enclin à suivre les consignes de Miss Souris comme il nous le prouvant en lui criant de se taire.  Le temps sembla suspendu durant quelques secondes. Quelques secondes durant lesquelles le silence fut roi. Et puis tout à coup, du mouvement, un bruit de chaises renversées, de pas précipités. Miss Souris se faisait la malle par derrière. On ne savait toujours pas si elle était seule ou pas, mais si on les laissait partir, on ne le saurait jamais.

- Merde ! Occupez-vous de lui !

Je me levai précipitamment pour courir vers la sortie du garage. J'avais de la chance que le bedonnant ait tourné la tête à ce moment là, parce qu'il aurait très bien pu décider de me tirer dessus en me voyant bouger de la sorte. Heureusement, il n'en fit rien. Et de toute façon, DeLuca fut plus rapide que lui. Je la vis fondre sur lui du coin de l'oeil tandis que j'atteignais la porte en courant.

Dehors, les renforts étaient arrivés dans la discrétion la plus parfaite... Sérieusement ? Toutes sirènes hurlantes ? Ils y étaient obligés ? Sans m'arrêter de courir, je donnai quelques ordres rapides.

- Toi, avec moi, et toi, au garage !

Le reste, ils étaient assez grands pour comprendre ce que ça signifiait. Et même si le "toi" n'indiquait personne en particulier, faudrait vraiment qu'on nous ait envoyé des tartes pour qu'ils me suivent tous les deux.

Bon sang, heureusement que j'étais sportif ! Restait à savoir si les autres l'étaient.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Maddison est nettement plus leste que notre gaillard qui consomme plus de bières que de salle de sport. Sans coup férir, elle prend l'avantage sur lui, reléguant son arme loin d'eux par mesure de sécurité et l'immobilisant avec technique.
L'homme à terre grogne et essaie de se dégager. Il n'a pas l'air de vouloir négocier, peut-être parce qu'il sait bien que menacer un flic avec une arme, ca risque déjà de lui couter cher.

Jet de dés #1 :
Double succès > Que dalle monzami, la moiselle elle te mate ta race wesh !
Un succès > A force de tanguer il va finir par réussir l'animal ! Telle la texane biberonné aux rodéos, Maddi ne se laisse pas démonter et chevauche le bœuf enragé avec brio mais pour combien de temps ?
Double echec > Monsieur Bonhomme tangue tangue et tangue et choit ! Les voilà tous les deux renversés, les quatre fers en l'air. Sans perdre un instant, il essaie de récupérer son arme.

De son côté David se lance dans la course poursuite.
Les renforts ne sont pas si cons et comprennent les ordres aboyés sommairement. Le premier s'avance prudemment du côté du garage où Maddison est aux prises avec le propriétaire tandis que le second emboîte le pas de l'agent du FBI à la poursuite de deux individus.
De ce que peut en percevoir David, il s'agirait d'une fille et d'un gars qui correspondrait typiquement aux genres qu'ils recherchent. Punk à chien alcoolisés.
Si les deux zigues courent cote à cote d'abord, s'entraidant dans leur folle échappée, très vite monsieur fait montre d'une galanterie à toute épreuve et largue sa gonzesse, la distançant sans efforts.

- Putain attend moi ! Hurle-t-elle dans un effort considérable et brûlant l'air qu'il lui reste dans les poumons.

Mais l'homme bifurque sur une autre route.

Jet de dés #2 :
Succès : Fille.
Echec : Garçon.

David choisit d'abord d'intercepter la demoiselle. Il laisse le gars à son coéquipier.

Jet de dés #3 :
Double succès : Il la ratrappe aussitôt
Un succès : réduit la distance
Double echec : cours forest, cours !

Son entrainement physique est bien supérieur à elle. Épuisée, elle est incapable de semer l'agent et en quelques secondes il lui tombe dessus comme le sida sur le bas clergé.
David la tient fermement, plaquée au sol, s'assurant qu'elle ne peut plus rien faire. Sauf hurler. Ce qu'elle ne se gêne pas pour faire.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Butterfly Effect' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Ils étaient deux, nous aussi. Techniquement, on avait une chance de les avoir, et une chance qu'il nous échappe, c'était mathématique. Il n'y avait plus qu'à espérer que ce soit nous qui gagnions. Je courais aussi vite que possible, j'avais atteint ma vitesse de pointe maintenant. Et je me rapprochais. Suffisamment pour voir qu'il s'agissait d'une femme et  d'un homme et qu'ils correspondaient plutôt pas mal au genre de ceux qu'on recherchait avec DeLuca. Et si c'étaient eux, justement ? Raison de plus pour ne pas les perdre.

Rapidement, l'homme commença à distancer la jeune femme. C'est que quand on a les flics au cul, certaines personnes préfèrent soudainement se la jouer solo. Entre nous, ça nous arrangeait bien. Alors que l'homme bifurquait dans une autre direction, je l'indiquai à mon renfort qui était du bon côté.

- Occupe-toi de lui !

Oui parce que si on se croisait, ça serait un truc à se prendre les pieds l'un dans l'autre et on aurait tout gagné, vous n'êtes pas d'accord ? Du coup, nous nous séparâmes, prenant chacun la direction la plus logique qui soit. Et c'est ainsi que je me retrouvais à courir derrière la jeune femme. Jeune femme qui, au demeurant, courant quand même moins vite que moi.

Arrivé à sa hauteur, je me jetai en avant pour lui tomber dessus et l'entrainer au sol avec moi. Impossible qu'elle ne m'échappe désormais. Je la plaquai au sol, le temps de lui passer les menottes.

- Ca sert à rien de crier tu sais ? Je te lâcherai pas pour autant. Et personne ne viendra t'aider.

Je me relevai, la forçant à suivre le mouvement et, maintenant fermement ses mains dans son dos, je la forçai à revenir vers le garage. Espérons que mon renfort parvienne à choper l'homme.

- Alors comme ça, tu voulais descendre ma coéquipière ? C'est idiot, on avait juste quelques questions à te poser, et peut-être que tu t'en serais sortie sans le moindre problème, mais maintenant, c'est trop tard.

Là bas, DeLuca avait maîtrisé le bedonnant.

- Regardez un peu ce que je viens de trouver !


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
J'ai fait installer le bonhomme dans une des voitures de renfort après lui avoir passé quelques bracelets, histoire de. Quand David est revenu, j'ai relevé les yeux sur lui et acquiescé. Ils étaient censés être deux, il en avait au moins un. Une.

J'ai fait un ou deux pas vers lui, regardant à nouveau la photo en essayant de voir si c'était la même et une fois à leur hauteur, pour une fois, j'ai pas ouvert la bouche. Il y a des moments, il faut juste savoir apprécier le jeu. J'ai levé la photo sous le nez de la donzelle et haussé un sourcil, attendant ma réponse ou mes infos, ou la révélation 42...



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Butterfly Effect
avatar
Maddison observe la jeune femme que David vient de ramener.
Punk jusqu’au bout des ongles, des piercings et des tatouages sur tout le corps, elle porte même des implants sous la peau du crane qui lui font deux petites cornes. Pour un peu, elle pourrait se faire passer pour une positive.
Rapidement, Maddi l’identifie comme un des deux suspects. C’est toujours ca de gagner, surtout que le flic revient quelques minutes après, complètement essoufflé mais les mains vides. Le second lascar s’est fait la malle.
Qu’à cela ne tienne ! David choppe monsieur bedonnant et le colle dans la voiture aussi. Pour la peine il sera bon pour un petit passage en calouchette.

Le trajet se passe dans les vociférations stridentes de miss punk qui a décidé de vider la totalité de ses poumons en hurlements contestataires inutiles.
Les deux agents ont récupéré leur propre voiture mais ils auront un compte rendu détaillé de leurs collègues qui ne les en remercieront pas de sitôt.

Une fois au poste, Maddison se charge de vérifier l’identité et le casier de chacun. Concernant le propriétaire du bar et du garage, rien à signaler de particulier si ce n’est quelques malversations fiscales, une ou deux bagarres et tapage qui pour la plupart, se sont soldés par des rappels à la loi et des amendes qui n’ont jamais été réglées.
Pour la miss en revanche le casier est long comme un jour sans pain : vols, braquages, détention de stupéfiants, troubles à l’ordre public, outrage à agent… tout ca pour son casier de majeur. Autant dire que la donzelle doit connaître les postes de police comme sa poche.
Elle n’est pas positive en revanche et est pucée, mais ce qu’elle a dans le bras appartient au marché noir de contrebande. Pas terrible comme matos d’ailleurs, Maddison sait qu’on fait beaucoup mieux de nos jours.

Mademoiselle a fini par se calmer et attend dans une salle d’interrogatoire, sagement attachée à la table par des menottes qui cliquettent à chacun de ses mouvements.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Plus important que manger ? Le café. Je suis un cliché ambulant, blâmez-moi. Si on devait faire ça le soir-même, alors j'aurais besoin de ma dose. Je me voyais bien travailler pour le FBI. Faire des heures sup toute la journée, gagner plein d'argent... Mais je m'égare.

Je suis entrée dans la salle d'interrogatoire, (accompagnée de David j'imagine), avec un mug tatoué "Need for Speed" de café chaud - et un gobelet de café soluble bon marché. Ce dernier, je l'ai posé sur la table, devant la mouflette et l'ait fait glisser sous son nez avec une légère danse des sourcils qui signifiait "Vois comme je suis Déesse, quand même." Je me suis assise en face d'elle, dégageant son dossier de sous mon bras et je l'ai posé sur la table. Je l'ai ouvert, je l'ai lu rapidement et puis, j'ai relevé les yeux sur elle.

"Avant, j'ai une question." J'ai fait une grimace. "C'est quoi le truc avec le look ? Je croyais qu'on en avait fini avec ça depuis le siècle dernier." J'ai levé mon index. "Mais j'ai une question plus importante, si tu me permets." j'ai désigné son poignet d'un coup de nez. "Moi, si j'avais un casier comme le tien, ma puce trafiquée, elle serait vierge. D'une, pourquoi une puce du marché noir ? On en fait des mieux au Sanctuaire. De deux, pourquoi une puce du marché noir tout court ? De trois..." J'ai fait glisser une feuille de papier et un stylo vers elle. "Ton copain. Son nom, où il habite, tout... On lui fera rien. Juste par curiosité. Je voudrais savoir pourquoi vous fuyez."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
David Foster
avatar
Pas de doutes possibles, la fille que j'avais réussi à attraper était bien celle qui figurait sur la photo. Ce qui signifiait probablement que le mec derrière lequel courait mon renfort devait être également celui qu'on cherchait. Quel dommage que le renfort en question revienne avec les mains vides... En attendant, nous avions toujours Miss Souris et le bedonnant, on arriverait peut-être à en tirer quelque chose.

Le trajet du retour au poste fut relativement exaspérant. Miss Souris donnait de la voix, et il n'y avait rien qu'on puisse dire ou faire pour qu'elle arrête. Elle me donnait mal au crâne. La première chose que je fis en arrivant, après les avoir mis en cellule, fut d'aller me prendre une aspirine.

Je laissai DeLuca se charger des casiers judiciaires tandis que je me penchai sur l'avancée de notre histoire du côté du petit geek. Il planchait sur cette histoire de données volées, peut-être qu'il en savait plus ? Je l'appelai rapidement, pour qu'il me tienne au fait et rejoignis ensuite ma coéquipière.

Je jetai un rapide coup d'oeil aux trouvailles de DeLuca. On n'avait pas grand chose contre le bedonnant, mise à part quelques délits qui lui voudraient quelques ennuis. Mais en soit, il n'avait pas forcément beaucoup de lien avec notre affaire. En revanche Miss Souris, c'était une autre histoire. Vols, braquages, voilà qui était intéressant, presque autant que sa fausse puce.

Il était temps de passer à l'interrogatoire. Je laissai DeLuca s'installer sur la chaise face à la jeune femme et restai debout à ses côtés, les bras croisés sur ma poitrine. Comme ma coéquipière menait très bien l'interrogatoire pour l'instant, je la laissai parler, attendant la suite. Attendant, surtout, les réponses de la jeune punk. En soi, les question de DeLuca était simples, restaient à voir si Miss Souris allait coopérer nous rejouer un opéra à sa façon, comme celui dont elle nous avait gratifié les oreilles pendant le trajet.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Lorsque David passa son coup de fil au service informatique, le geek du FBI s’arrachait les cheveux depuis de longues heures.

« Ce type est une anguille. Dès qu’on arrive à localiser un signal, hop ! il change de lieu presque instantanément. C’est frustrant ! Il ne prend même pas la peine de se cacher vraiment, on n’arrive juste pas à le localiser précisément. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il opère de la Médiane. Au moins on a la certitude qu’il est à Megalopolis. Il ne veut pas de rencontre physique pour l’échange, il est méfiant… il veut une transaction virtuelle. Je continue de le faire poireauter un peu pour vous laisser du temps mais je sais pas combien ca va durer… »

Ceci fait, David rejoint Maddison dans la salle d’interrogatoire.
La punkette est une habituée. Elle ne se laisse pas prendre au jeu des deux flics aussi aisément et si elle ne lui renvoie pas son café à la gueule c’est uniquement parce qu’elle a décidé de la jouer mutique. Ca change.
Quand la flic aborde « son look » pourtant, la jeune femme ne retient pas un sourire. Visiblement, ce qui lui a traversé l’esprit l’a fait beaucoup rire.
Est-ce que c’est ça qui a suffi à la dérider ? Toujours est-il qu’elle se décide à ouvrir la bouche.

- Ma puce c’est un cadeau. J’ai juste pas craché dessus… pis mon pote, je vois pas du tout duquel tu parles. J’ai plein de potes moi, pas comme toi !

Elle afficha un sourire goguenard avant d’ajouter.

- Et par principe je fuis toujours quand la volaille me court après !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION] [David/Maddison] Punk is not dead
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville haute-