2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [Tibor/Keenan] So Close

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tibor Bruusgaard
avatar
Avril 2076

Depuis près de 6 mois que Bogdan avait "ravivé la mémoire" de Tibor, ce dernier s'était mis en quête de reconstituer le puzzle de son passé, à commencer par la disparition de sa mère. Son père ne pouvant combler les lacunes de sa mémoire handicapante, il partait donc de loin, usant de moyens peu propices à son épanouissement. Ne souhaitant pas mettre Six, ou Bogdan, au courant, il agit alors dans l'ombre. Il s'agissait également de protéger sa position. Si Tibor n'y connaissait rien en technologie, il était assez éveillé pour savoir que ce truc permettait de mettre en danger même un SDF avec une montre analogique. De nos jours, on n'était jamais assez prudent et sans être parano, Tibor avait développé un sens aigu de la prudence. Surveillant des maisons pour utiliser leur connexion en l'absence des propriétaires, il remontait toutes les pistes tendues par Bogdan, allant de son nom complet à celui de son père qu'il avait oublié également, en passant par sa date de naissance. Quant aux détails de sa mère, le Roumain ne l'avait pas connue, aussi, il se retrouvait dans une impasse.

Mais en fouillant depuis l'heure H de sa vie, Tibor avait réussi à trouver plusieurs femmes portant le même nom que lui et il en avait éliminé toutes celles ayant eu une fille, ne gardant que celles ayant eu un Négatif et au prénom sans consonance slave. Il ne lui était resté que trois ou quatre potentielles mères, dont une était toujours en vie et en Norvège, vivant une vie parfaitement normale, d'après les réseaux sociaux de l'Infranet. L'une d'elle vivait à Megalopolis et il avait pu la suivre jusqu'à la voir en compagnie de son fils, semblant du même âge que lui. Il l'avait donc rayée de la liste. Il avait découvert les photos d'une autre, mais celles-ci n'avaient rien déclenché dans sa mémoire, pas plus que la précédente. Qui plus est, il avait toujours imaginé sa mère lui ressemblant, une grande blonde aux yeux bleus. Or, jusque là, il n'avait déniché que des brunes. Pour les autres, elles demeuraient introuvables, ni sur les réseaux, ni dans les journaux… A force de recherches, Tibor avait failli abandonner, se disant que jouer les Terminator ne le conduirait à rien sinon à se blesser d'autant plus qu'il ne l'était déjà quand il reçut une visite étrange.

Alors qu'il surfait sur les pistes d'une des mères de sa liste, au coeur d'une maison plongée dans les ténèbres, un soir de grand frais, il entendit quelqu'un approcher, frapper à la porte, puis crocheter la serrure. A défaut d'une bonne mémoire, Tibor avait développé une excellente perception de son environnement, renforçant l'aspect sauvage de son instinct. Se rendant invisible, il avait découvert un homme, la quarantaine, environ, seul, à chercher quelque chose qu'il ne trouverait pas. Il l'avait suivi jusqu'à l'ordinateur où il remontait l'historique de Tibor. Ce dernier ne put que se féliciter de sa prudence. Ainsi, il avait dû tomber sur une information critique et quelqu'un avait remonté la piste de l'IP jusqu'à la maison, pensant encore l'y trouver. Au bout d'un temps, l'homme quitta enfin les murs, laissant le Candidat seul face à ses doutes. Mais, quand Tibor revint sur l'ordinateur, il y avait un mot pour lui, une date et une heure de rendez-vous s'il voulait en savoir plus sur la mère en question. Tibor avait serré les poings pour contenir son envie de hurler et de sauter partout. Cette fois, il la tenait, mais il ne pouvait relâcher sa méfiance.

Flairant le piège, Tibor se pointa au lieu de rendez-vous, toujours invisible et étudia l'homme en train de surveiller sa montre. Son allure n'avait rien de notable, il aurait pu être n'importe qui. De taille moyenne, les cheveux en pétard, la barbe mal rasée, environ la quarantaine, peut-être la cinquantaine bien conservée, il ne sut dire, il n'était pas très doué pour ça. La seule chose que Tibor nota de véritablement intéressant fut l'alliance à son doigt. S'il avait su qu'il s'agissait d'un agent gouvernemental, peu importait lequel, il aurait tourné les talons et lâché définitivement l'affaire. Alors qu'il s'apprêtait à se rendre visible, il entendit des pas dans la nuit avancée de ce parc de la Ville Médiane et s'immobilisa totalement, retenant son souffle. Sa méfiance serait-elle récompensée à nouveau ? L'homme lui tournait le dos, quant à la source des pas, Tibor tendit l'oreille, mais il ne vit rien. Peut-être avait-il rêvé ?



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



T'as jamais été aussi mauvais à ce jeu là.
Enfin c'est pas plus mal, cet homme n'a rien demandé.
Il me semble pas vous avoir demandé vos avis.

Non, effectivement. Niveau efficacité on repasserait. Dés minuit, dés le changement, je m'étais mis en chasse. J'avais ce type en tête depuis plusieurs jours déjà, plusieurs de mes jours, mais mes interventions se faisaient relativement rares dernièrement aussi j'avais profité de la nuit pour le retrouver.
Oui enfin, pas tout à fait.

Je l'avais pas trouvé. Pas de suite. La première fois de la journée où j'avais posé mes yeux sur lui c'était en milieu de matinée en pleine ville. Aucun moyen de lui mettre la main dessus. J'avais passé la journée à le suivre sans jamais trouver la moindre faille dans laquelle m'engouffrer. Il n'avait pas un instant été seul ou suffisamment isolé pour que je puisse lui coller ma seringue dans le cou. Ça avait été long.
On s'est bien fait chier, ouais.
C'est quand même plus drôle de jouer aux cowboys et aux indiens...

La journée était passé, le soleil s'était couché et je ne l'avais pas lâché d'une semelle. J'avais perdu en temps fou avec comme seule maigre consolation mon imagination débordante. Finalement j'avais j'avais enfin droit à mon moment. Un parc de la ville médiane, la nuit. Discrétion et solitude aussi loin que je pouvais percevoir. Je sortais ma seringue et retirais son capuchon. J'allais arriver par derrière, planter ça dans son cou et l'embarquer ailleurs pour jouer.
Moi aussi je peux jouer?
Ferme donc les yeux, jeune homme.
De toute façon tu sais très bien qu'il verra rien...


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor resta silencieux. Tout inexistant qu'il était, s'il faisait du bruit, dans le silence du parc, il se ferait entendre tout de même. Il fronça les sourcils en observant la manoeuvre de l'homme qui s'approchait de son contact. Et si ce dernier avait une idée de qui était sa mère, alors il ne le laisserait sûrement pas s'échapper au profit d'un autre. A cet instant, Tibor était à des années lumières de ce type dont L'Enclave avait entendu parler dans les journaux. Une sorte de serial killer de Megalopolis, mais pas assez dangereux pour passer en première page, suffisamment pour que ça soit remonté aux oreilles de l'italienne.

Le Candidat n'était jamais armé, sinon de deux paires de petits couteaux de lancers fixés à ses chevilles. Rendez-vous ou pas, il les portait toujours. Même pour dormir. Mais sa meilleure arme restait ses mains. Agile et rapide, Tibor avait également suffisamment de force pour étrangler un homme s'il le désirait. Tout impulsif qu'il ait pu être, néanmoins, il n'agissait pas sans savoir. Pourtant, il n'allait pas laisser ce type s'en prendre à son contact sans réagir.

SUCCÈS SUCCÈS : Tibor attrape Keenan d'une clé autour du cou et réapparaît en offrant la possibilité à l'agent de fuir
SUCCÈS ÉCHEC : Le temps que Tibor arrive à la hauteur de Keenan, il a fait suffisamment de bruit pour que le psychopathe l'entende et puisse réagir, et l'agent peut fuir
ÉCHEC SUCCÈS : Keenan a tout juste le temps de planter l'aiguille avant que Tibor ne lui assène un grand coup sur la nuque
ÉCHEC ÉCHEC : Keenan a le temps de planter l'aiguille avant que Tibor n'intervienne

Dans l'obscurité, le temps que Tibor comprenne ce qui était sur le point de se passer, c'était trop tard. Keenan eut le temps d'enfoncer l'aiguille dans le cou de l'agent sous l'avertissement sonore du Candidat. Malgré tout, ce dernier demeura invisible, un éclair de rage dans le regard et décida de ne pas lâcher l'agent d'une semelle. Il ne pouvait pas attaquer un inconnu sans savoir qui il était. Tibor pinça les lèvres de frustration et regarda autour de lui en espérant y trouver un témoin, mais l'assaillant avait eu de la chance.



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Tibor Bruusgaard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



C'était quoi ça?
Un bon samaritain?

Au moment où je plantais l'aiguille dans le cou de l'homme et injectais le produit dans son sang, un cri me fit tourner la tête et me raidir. Un cri d'alerte. Comme pour prévenir ma proie mais mon regard ne se fixait sur rien, je n'en trouvais pas l'origine. L'homme perdait son équilibre. Le produit que je lui avais injecté lui faisait perdre toute volonté. Un GHB amélioré durant ce siècle en gros. Il n'était pas vraiment conscient et pouvait toujours marcher, juste c'est moi qui le dirigeais et justement je le dirigeais loin. Cette intervention sonore ne me plaisait pas et je ne voulais pas rester là pour me faire choper. Au moins il faisait sombre, je pouvais compter sur ça pour dissimuler mon visage, ça et la capuche de mon sweat noir.

Supportant son poids, je nous dirigeais vers la voiture que j'avais laissé plus loin. Ce n'était pas la mienne. J'avais "emprunté" celle-ci pour venir et la remettrait où je l'avais trouvé quand j'aurais terminé. Le but était de ne pas attirer l'attention et une plainte pour vol de voiture ça attire l'attention.
Alors que prendre et remettre une voiture à sa place, c'est mieux?
Ce que les gens ne savent pas, ils ne peuvent pas le questionner.

Prendre une voiture et la ramener avant que son propriétaire ne s'en aperçoive. L'avènement de l'électronique aidant avec un magnifique unlocker à distance. Il suffisait d'effacer mes traces à l'intérieur. Mes victimes étaient trop dans le brouillard pour faire quoi que ce soit et au pire... Je me débrouillais. Enfin peu importe. La voiture en question n'était pas très loin, suffisait de rejoindre le trottoir et de s'y rendre, en passant pour deux fêtards bien éméchés au besoin.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Ce qui était un inconvénient s'avérait aussi parfois être un avantage. La cape d'invisibilité de Tibor étouffait le son. S'il était trop brusque ou qu'il éclatait de rire, alors le bruit pouvait se répandre plus efficacement, même s'il restait comme étouffé, suivant la position de l'oreille la plus proche, ce qui était le cas ici. Autrement dit, pour Keenan, le cri pouvait semblait bien plus lointain qu'il ne l'était réellement. D'où un inconvénient se transformant en avantage. Le tueur ne fit pas cas de l'homme invisible, mais il se tenait directement entre l'objet de sa convoitise et lui-même. Tibor ne comptait pas le laisser s'en tirer à si bon compte aussi facilement, juste comme ça, d'un coup de seringue et d'une voiture volée.

Aussi, il préféra la jouer prudent, ne souhaitant pas se dévoiler, ni lui, ni son pouvoir. Il lui fallait donc récupérer l'agent, le dissimuler sous sa cape et l'emmener loin. Pour cela, il devait distraire Keenan. Tibor ramassa des cailloux au sol et commença à les lancer dans une direction pour alerter le psychopathe, tout en se rapprochant lentement et silencieusement de lui.



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Je serrais les dents en dirigeant ma proie. J'avais pas toute la nuit et il m'était impossible de localiser l'origine du cri aussi je n'avais que cette option. Je marchais lorsque j'entendais des bruits proches. Des mouvements de pierres, de cailloux. Des pas? Je me retournais partiellement tout en tenant l'homme mais la pénombre n'était pas seulement un avantage, elle m’empêchait aussi de voir ce que je voulais voir.
Et merde.
Qu'est ce que c'était?
Un observateur?
C'est peut être un écureuil qui joue avec ses noisettes?
Je vois rien et il est pas question de s'éterniser.
Oui, sors-nous de là avant qu'on est des problèmes. Je la sens pas cette nuit. Ni ce parc. Je sens rien du tout.
Tu ne sens rien parce que tu met dans ton nez des choses qui ne devraient pas s'y trouver.
Ça arrive PAS si souvent!
Fermez la maintenant, c'est pas le moment!


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
L'homme semblait pressé et ne fit pas vraiment cas des semences du Petit Poucet devenu grand. Aussi, Tibor, tenta une autre approche. Il ne laisserait pas l'inconnu se mettre sur le chemin entre sa mère et lui. Il avait besoin de ces informations.

Aussi, il se pencha pour récupérer une de ses lames et s'approcha jusqu'à réapparaître dans le dos de Keenan. Il fit tourner le manche de l'arme dans la paume de sa main. Dans le genre, Tibor était très discret, presque un poids plume, sûrement à cause de l'habitude du silence qu'il se refusait toujours de déranger. Ou bien l'expérience d'être resté caché sans faire un seul bruit pendant des mois.

Son bras vola autour du cou de Keenan et il lui colla la lame sous la gorge, près de l'oreille, lui parlant de l'autre avec son accent russe caractéristique et sa voix basse et neutre.

"Si j'étais toi, je serais un gentil bonhomme intelligent et je le lâcherais."



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



M'être arrêté n'avait qu'un seul effet: alourdir ma cible. L'homme avait oublié de se tenir sur ses jambes l'espace d'une seconde, le temps que je regarde derrière moi vers ces bruits et je le tenais à la force d'un bras, assez maladroitement je dois dire. Je sentais quelque chose, c'était étrange, lointain et proche, inconnu et bizarre, et c'est au moment où je me retournais pour reprendre mon chemin que la sensation se fit bien plus forte. En fait juste avant qu'un métal froid soit collé sous mon oreille après qu'un bras se soit enroulé autour de mon cou.
C'est quoi?
Oh bordel!
Mais d'où sort-il comme ça?
C'est qui ce type?
Et quel est cet accent?
Tu devrais laisser tomber le type, non?
Oui, fait donc ce qu'il te demande.
J'ai pas prévu de me faire trancher la gorge ce soir de toute façon mais il faut sérieusement que vous vous calmiez, vous aidez pas.

Bien. - Je relâchais ma prise et l'homme s'écroulait au sol, assez lourdement. Il était toujours conscient mais la drogue l’empêchait de se déplacer... Ou même de vouloir se déplacer en fait. Pris comme ça je n'avais pas grand chose à faire sinon coopérer. Le couteau était bien placé. J'aimais les couteaux et ce qu'on pouvait faire avec, je savais alors que bouger serait mal avisé. Je n'avais pas assez de marge de manœuvre pour le moment. J'aurais pu jouer les ivrognes mais avec un couteau sous la gorge je doutais que ce soit bien utile. - C'est pourquoi? C'est que j'ai pas toute la nuit.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
"C'est bien, t'es plutôt malin."

Sa première idée fut de repousser l'agresseur, de récupérer son informateur et de fuir. Mais ce dernier étant drogué, qui sait combien de pas aurait-il pu faire avant que Keenan ne l'entrave ?

"C'est parce que j'aime pas qu'on touche à mes affaires..."

Tibor avisa son contact au sol en mode zombie. Cet homme possédait de nombreuses réponses à ses questions, il ne pouvait pas rester là sans rien dire ni rien faire. Aussi, il resserra son emprise sous la gorge de Keenan.

"Qu'est-ce que tu lui veux ? Parle ou les derniers mots de ta vie se résumeront à des paroles sans intérêt."

Pas que l'interroger fut digne d'intérêt pour le Candidat, mais en attendant, il gagna du temps pour sa réflexion intense.



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Tes affaires?
Alinéa 3, paragraphe 36, l'Homme dans l...
... n'est pas une marchandise. Faudra dire ça aux trafiquants d'esclaves mais il sonne pas mexicain lui.

Je sentais la lame juste en dessous de mon oreille et en réalité je n'osais pas bouger. Je ne voulais certainement pas lui donner une raison de couper. Enfin j'aimais bien ça, mais je ne voulais pas mourir donc je me tenais tranquille pour le moment. - J'voulais simplement passer la soirée avec lui. Et toi alors? Tu lui veux quoi?


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
"Ca ne te regarde pas."

Dans le genre, Tibor n'était pas tendre. Il se fichait pas mal de faire mal et n'obéissait qu'au nécessaire. Soyons francs... Tibor n'était pas un causant. Ni un négociant. C'était un combattant. Aussi, pour cette raison, il abattit la crosse de son poignard sur la nuque de Keenan pour l'assommer.

Pourquoi attendre bêtement une résistance quand on peut l'étouffer dans l'oeuf ? Tibor ne faisait pas dans la dentelle et puisque que Keenan n'engageait rien... Il en profita ainsi.



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Pas le temps de penser, ni pour moi ni pour les autres,  et j'échangeais un couteau sous la gorge contre un coup sur la nuque. Douloureux le coup, et je m'écroulais, inconscient. Ça allait laisser une trace, ça c'était certain.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor hissa l'un puis l'autre dans la voiture et conduisit jusqu'à ce qu'il aimait appeler "sa forteresse de l'oubli". Là-bas, personne ne savait qu'il y trainait. Quand bien même ceux qui le savaient ne venaient jamais frapper à la porte. Mais depuis qu'on l'avait découvert à l'ancien Saloon de Liberation, il avait dû changer d'endroit. A cette heure-ci, c'était même très calme.

Quand Keenan rouvrit les yeux, ce fut après une ou deux baffes et la première chose qu'il vit fut le visage de Tibor, proche du sien. Accroupi, il le fixait, les bras appuyés sur ses genoux. Il avait laissé Keenan au sol, une main menottée à un pied de meuble vissée au sol. Dans le dos de Tibor, une porte arrondie et un habitacle étroit : un mobilhome ou une caravane. A sa gauche, une table rétractable et des banquettes en U. Keenan était donc attaché à la kitchenette. Littéralement.

"On se réveille, la Belle au Bois Dormant. C'est pas l'heure de ronfler."



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



... c'est quand qu'on s'réveille, c'est quand qu'on s'réveille, c'est quand qu'on s'réveille, c'est quand qu'on s'réveille...
Ta gueule.
Hey!
Silence, nous sommes réveillés!

J'ouvrais rapidement les yeux, la douleur dérangeante dans ma nuque se répandant par vague tout le long de mon cou et jusque dans mon crâne alors que mes joues chauffaient. J'allais avoir besoin d'une bonne aspirine... Mal au crâne, mal aux yeux, j'observais ce qui m'entourait. Je constatais d'abord les menottes qui retenais ma main gauche au pied d'un meuble avant d'éteindre mes observations.

Je me trouvais dans ce qui semblait être un mobil-home ou une caravane, enfin c'était exiguë, aménagé, et de là où je me trouvais j'aurais pu me préparer quelque chose à bouffer.
J'ai faim...

Je tirais sur les menottes deux trois fois, pour en tester la résistance et surtout par réflexe: non, quand on a pas l'habitude d'être attaché, on ne se tient pas tranquille, pas de suite. Et puis je préférais attacher les autres, soit dit en passant.  - J'ai une gueule à m’appeler Aurore? - Avais-je dit à mi voix. Je faisais craquer ma nuque tendue avant de poser mon regard sur le blond, fixement. Je pouvais enfin voir le visage de l'homme qui m'avait tenu un couteau sous la gorge. - C'est pas que je sois fermé hein... - Je donnais un coup sonore en tirant sur les menottes. - ... Mais paye moi un verre d'abord. - Je le fixais, encore. - Alors Cendrillon, pourquoi j'suis là?
Pourquoi il aurait une raison?
Tous le monde a une raison d'enlever des gens.
Lui non.
Moi c'est pour mon plaisir personnel, c'est différent.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor demeura accroupi, les coudes en appui sur les genoux et il eut un très léger sourire à peine perceptible. Aurore, Cendrillon... Il ignorait à quoi cela faisait référence, mais une petite voix au plus profond de sa mémoire lui indiqua qu'il savait grâce aux histoires de Bogdan, mais qu'il avait oublié l'information. Encore une farce de son cerveau. C'était pratique et fatiguant à la fois.

A la demande de Keenan, il se releva sans rien dire et accéda à sa requête sans rechigner. Il aurait pu passer des jours sans boire - le côté pratique des retours de Yu - mais il rinça un verre sale et y versa de l'eau du robinet - c'est à prendre ou à laisser... - puis il revint pour tendre le breuvage soigné à son acolyte avant de répondre.

"Parce qu'il paraît que je dois travailler à ma sociabilité..."

Pourtant, l'humour n'était pas le fort de Tibor. Il s'assit sur la banquette en face de Keenan et se pencha légèrement en avant pour être un peu plus à son niveau.

"Et aussi parce que j'ai réfléchi sur le chemin du retour... J'ai entendu parler du meurtre d'un couple de chinois dans la Médiane et depuis quelques temps, je lis des trucs marrants dans les journaux. Des gens qui disparaissent bizarrement... Tout ça."



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Je ne boirais jamais dans ce verre. C'est dégoutant.
Dommage, c'est pas toi qui décide.

Je prenais le verre entre mes doigts et adressait des remerciements succins à mon geôlier. Sociabilité. Même moi j'étais plus sociable.
Tu fais semblant, ça compte pas.

Je buvais une gorgée de l'eau presque fraîche et appréciait la sensation. Ça aurait pu être pire, il aurait pu me laisser dessécher au fond d'une malle. Posant le verre à côté de moi, j'écoutais son petit récit. Un couple de chinois? Dans la médiane?
Quel couple?
Depuis quand tu fais les couples?
Depuis jamais.

Sur mon visage pourtant, rien de cette petite conversation interne ne pouvait se lire. A vrai dire, j'étais pas impassible ni indifférent. - Ah oui? C'est fou. On se demande où va le monde. - Je regardais rapidement autour de moi avant de revenir à lui. - Tu aurais l'heure? Pas que je m'ennui et c'est gentil à toi d'avoir voulu me protéger mais il se fait tard je pense. Y'en a qui travaillent demain.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor acquiesça, son léger sourire s'accentuant lééééééégèrement. Dans les derniers mois, une seule personne l'avait entendu éclater de rire, c'était Sky. Les autres l'avaient tout juste entendus rire un peu et prendre part un peu plus aux conversations. Mais pour les inconnus, c'était le mieux qu'il pouvait offrir. Pour répondre à sa demande, Tibor leva le menton et chercha des yeux une horloge ou quelque chose. En voyant une sur le dossier en bois d'une des banquettes, il tendit le bras pour l'attraper et la montrer à Keenan. 11h30. De ce qu'il avait pu en voir, les gens de Megalopolis se fichaient pas mal de travailler le lendemain. Ce qu'ils aimaient, c'était faire la fête.

"Je veux savoir ce que tu volais à cet homme."

Pas décidé à le laisser partir, le Viking...



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Voler? Sérieusement? Lui voler quoi?
Sa vie?
Ses yeux?
Il ne fait pas les yeux.
Ses chocobons?
Bien joué, petit.
Hein?
Je le fixais. J'avais une gueule de voleur? Pourquoi pas. En noir, dans l'ombre, la nuit, je pouvais être tout et n'importe quoi alors pourquoi pas un voleur effectivement. - A ton avis? Ce qui a de la valeur, ça se revend. Le cash c'est mieux. Son porte-feuille, son téléphone, peu importe. - Je reprenais le verre d'eau et buvais une gorgée de plus. L'air était sec ici, ou poussiéreux, de là je pouvais pas vraiment apprécier les talents de ménager de mon hôte.

Et toi alors? Qu'est-ce que tu lui voulais? T'es son garde du corps ou bien? - J'avais déjà posé cette question, dans la rue où on était au départ de tout ça. S'il était curieux de la raison de ma présence, j'étais tout aussi curieux de la raison de son intervention et surtout de ce que je foutais là, attaché dans cette caravane. Minuit arrivait à grand pas, je devais être loin du danger avant ça, autrement les choses allaient devenir bien compliquées.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
[je voulais dire "voulais", c'est une faute de frappe ! Mais en fait, je trouve la faute trop bonne ! C'est Tibor et j'imagine qu'il doit en faire un paquet des comme ça !!!]

Tibor fronça les sourcils et grimaça légèrement.

"C'est tout ? Tu endors un type lambda dans un parc la nuit et tu le kidnappes... Pour de l'argent et une montre bon marché ?"

Il cligna des paupières et soupira en se redressant, ses mains glissant sur ses cuisses. Tibor n'était pas un as de l'interrogatoire, il avait toujours laissé ça à Six et Bogdan. Non, lui, il cognait d'abord. Il posait les questions ensuite. En réalité, tout ça le gonflait plus que de mesure. A la question de Keenan, il fit une moue réfléchie en levant les yeux vers le plafond, puis, il haussa les épaules.

"Je ne crois pas que tu sois en position de poser des questions donc je vais répéter à nouveau."

Il se pencha pour récupérer un de ses couteaux à sa cheville et commence à jouer avec. C'était probablement l'arme qu'il maîtrisait le mieux. Les pistolets et tout ça, c'était moins son truc. Qui plus est, aujourd'hui, la technologie avait tellement pris le pas qu'il n'arrivait pas à les faire marcher une fois sur deux. De toute façon, avec un couteau, on avait plus de chance de réussir son coup. Tibor joua de la pointe de la lame sur son pouce opposé.

"Qu'est-ce que tu voulais à cet homme ?"



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



On tourne en rond là...
Ouais, je m'ennuie.

Je posais mon regard sur lui alors qu'il ne me révélait absolument rien. J'aimais pas être en position de soumission, je préférais être au dessus, en contrôle. Cette petite conversation me fatiguait et n'apportait rien à personne. Je savais exactement où il voulait en venir et je ne comptais certainement pas confesser mes péchés au premier blond qui passait. Il était temps de prendre pleine conscience de cet endroit. - Rien qui ne te regarde.

Sans le quitter du regard, une légère lueur de "je t'emmerde" dans le regard, je passais à l'offensive.

Spoiler:
 

J'envoyais dans la tête de mon kidnappeur ma conscience dérangée, le drogué. A peine le transfert était-il effectué que je prenais conscience de mon environnement du point de vu du blond. Je voyais ce qu'il voyait, entendait ce qu'il entendait, sentait tout ce qu'il pouvait bien sentir ou ressentir. Si assit dans mon coin de cuisine minuscule, mon champ visuel était restreint, maintenant c'était une autre paire de manches.
Ça va pas durer.
Je sais, il est déjà entrain de le combattre.
On doit forcément pouvoir apprendre quelque chose d'utile avant qu'il le jette dehors.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Keenan Mathis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 100' : 69


Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor aurait bien aimé avec Six avec lui à cet instant, elle l'aurait aidé à faire parler cet uluberlu. Au lieu de ça, il se coltinait un détestable petit malin qui ne perdait rien pour attendre. Tibor commença à croire qu'il n'y avait rien d'intéressant là-dedans. Il soupira en se disant qu'il allait tout simplement l'abandonner ici et repartir avec son indic pour le soigner et avoir les réponses tant attendues. Mais au lieu de ça, Tibor sentit une piqure dans sa tête qui n'était pas sans rappeler d'autres têtes d'épingles qui l'avaient transpercé à plusieurs reprises. Suffisamment pour qu'il reconnaisse le pouvoir d'un PSY en action. Il sursauta d'abord et inspira mentalement à plein poumon pour éjecter Keenan de sa tête.

SUCCÈS SUCCÈS : Tibor sachant où il se trouve, Keenan accède à cette mémoire-là, la plus récente. Il se sait donc au Sanctuaire. Ce qui pour le moment est déjà pas mal.
SUCCÈS ÉCHEC : Keenan peut ressentir la peur de Tibor alors qu'il se sent contrôlé. Elle est vivace, brûlante et le rend extrêmement impulsif.
ÉCHEC SUCCÈS : Alors qu'il pensait à Six, Keenan peut apercevoir le visage de l'intéressée traverser l'esprit de Tibor, son nom etc...
ÉCHEC ÉCHEC : Keenan n'apprend rien.

Ni une ni deux, Tibor se releva, dégaina son poing et l'abattit contre la mâchoire de Keenan. Le tout n'avait dû prendre que deux secondes. Une pour se lever, l'autre pour cogner. Sans desserrer le point, Tibor fusilla Keenan du regard en se penchant vers lui. Il attrapa ensuite son col d'une main et le souleva légèrement pour plaquer son visage à quelques millimètres du sien. Entre ses dents, il siffle d'une voix lente et menaçante.

"Essaye encore et je te tue."



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Tibor Bruusgaard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Re les gars.
Et merde.

Pas le temps de dire ouf, le blond bondissait sur ses pieds et me collait une droite bien senti en pleine mâchoire avant de me hisser par le col pour que nos visages soient quasiment collés l'un à l'autre. Le sang dans ma bouche, la douleur sur ma joue, je passais une langue avide sur mes lèvres, les nimbant d'une légère teinte rouge, dans un sourire malsain. - Psy... - Avais-je dis dans un rire satisfait.

A être dans sa tête je n'avais rien appris. Je n'avais fais que visualiser notre environnement immédiat, la caravane, mais rien à l'extérieur ni rien de plus de véritablement intéressant. Je pouvais déduire ou voir tout ce que j'avais pu voir dans sa tête. Cela dit une chose étrange s'était produite, outre le fait qu'il m'ait foutu dehors avec une facilité déconcertante, j'avais eu la sensation d'une légère différence. Rien que je puisse concevoir sur l'instant cela dit, donc peu importait. Il me lâchait et je retombais lourdement au sol, pas qu'il m'a levé sur des mètres non plus.

Le temps passait et je sentais que minuit approchait bien trop vite à mon gout. Toujours attaché, toujours coincé ici, avec un taré qui en savait trop et qui était imperméable à mon pouvoir. Je n'avais pas peur de mourir...
Nous si.

... Mais je ne souhaitais pas soumettre mon esprit à une nouvelle expulsion.
C'était le mien, connard.

J'avalais le sang dans ma bouche en un frisson parcourant mon échine avant de prendre le verre et de me rasseoir plus correctement, plaçant ma main enchaînée derrière mon dos, collant mon pouce contre la paroi du meuble. Mon sourire ne me quittait pas: j'avais appris au moins une chose. - Deux Psy sont dans une caravane... - Un craquement etouffé par mon corps faisait vibrer mon bras et mon sourire malsain revenait, absorbant la douleur en une étrange sensation. - ... On dirait le début d'une mauvaise blague.

Spoiler:
 

J'avais renvoyé mon ami drogué mais je savais déjà que c'était purement inutile. Peu importe lequel de mes alter ego j'envoyais, savoir qu'il était un Psy et lui sachant que j'en étais un, les chances de réussites étaient nulles... Mais ce n'était pas vraiment pour ça que je le faisais. Non. Le verre était dans ma main valide, mon autre main était détachée, douloureuse et le pouce bleuté, et tenait les menottes pour ne qu'elles trahissent leur inutilité. Qu'il approche. Ce n'était qu'une distraction. Je devais quitter cet endroit avant minuit.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Keenan Mathis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 100' : 88


Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Voyant son regard étrange, Tibor fronça les sourcils et secoua sa main pour que la vibration de douleur passe plus vite. Quoi qu'on dise, il n'aimait pas spécialement cogner. Ou bien, justement, un peu trop et il ne retenait pas ses coups. En alerte ou non, il sentit l'invasion psy à nouveau et crispa les yeux pour se concentrer :

SUCCÈS SUCCÈS : Tibor réussit à contrer la possession avec brio et Keenan ressort bredouille. A nouveau.
SUCCÈS ÉCHEC : Tibor n'a pas peur de grand chose. Ses peurs se comptent sur les doigts d'une seule main. Parmi elles, celle de perdre à nouveau totalement la mémoire et de devoir s'en remettre à des tiers comme Bogdan ou Six. Humiliant, pour lui. Keenan a le temps de percevoir tout ça alors que Tibor répète inlassablement son propre nom dans sa tête, comme pour forcer son pouvoir à ne rien oublier. Même en russe, "Je m'appelle Tibor Bruusgaard", ça reste compréhensible, surtout répété des dizaines de fois.
ÉCHEC SUCCÈS : Tibor et Keenan se sont trouvés par un hasard certain, mais également par fortune. Il songe aux raisons qui l'ont conduit à cet agent du MSS et, quelque peu parano qu'il est, pense même que Keenan est un piège, une mise à l'essai. Il s'est trop approché du soleil et a manqué de justesse de se brûler les ailes. Ou bien est-il en train de subir une chute libre et les renforts vont-ils bientôt arriver ? Il a été repéré et ils se sont servi de sa mère pour le coincer.
ÉCHEC ÉCHEC : Même en peu de temps, Keenan réussit à percevoir le flot de pensées qui le traverse. Sa mère - sans visage -, Bogdan, Six, ses peurs - être contrôlé par un autre PSY, redevenir amnésique, les chiens, et une dernière que Sky lui a insufflé sans le savoir : ne jamais connaître l'amour - et une jeune brunette aux immenses yeux bleus, au regard menaçant comme Keenan qui s'acharne mentalement sur lui.

Quand il rouvrit les yeux, ce fut pour voir Keenan prêt à attaquer. Il n'eut que le temps d'inspirer pour se préparer au combat.

SUCCÈS SUCCÈS : Tibor possède d'excellents réflexes enseignés par le MSS. Il attrape le poignet de Keenan dans sa lancée et lui retourne dans le dos pour le plaquer nez contre la paroi.
SUCCÈS ÉCHEC : En cognant le poignet de Keenan du sien pour détourner son attaque, Tibor s'expose à un autre coup de son adversaire.
ÉCHEC SUCCÈS : Désorienté par son combat mental, Tibor n'a que le temps d'esquiver et heurte la banquette sur le côté en chavirant.
ÉCHEC ÉCHEC : Tibor n'a pas le temps de réagir et Keenan a le temps de lui éclater le verre sur la tête.

Cette fois, Tibor aboya presque à l'oreille de Keenan.

"Tu poursuis un agent du MSS, je veux savoir pourquoi et qui t'envoie !"



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Tibor Bruusgaard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



MSS?
C'est quoi le emessesse?
Marijuana sans sédatif?
Ce sont les services secrets chinois.
Et comment tu sais ça toi?
Il sait ça parce que pendant que tu fumes, il paye attention à ce qui se passe.
Exactement.

Ou alors il avait réussi à accéder à certains souvenirs que j'avais préféré leur cacher. Je ne pouvais pas en être sur mais je ne pouvais non plus m'en étonner. Nous étions un. J'avais réussi à me lever, j'avais porté mes coups mais ils n'avaient simplement pas atteint leurs cibles. Ce type était rapide, entraîné. J'étais clairement pas en compagnie du dernier plouc du coin. C'était un tout autre niveau et mon apprentissage au cours de ces années n'étaient clairement pas suffisant. Je devrais être plus malin que ça.

En impactant la paroi de la caravane je lâchais le verre qui éclatait au sol, me retrouvant plaqué, le bras coincé dans le dos dans une position bien inconfortable. C'est pourtant mon oreille qui était graciée d'une voix bien trop forte d'une bouche bien trop proche. Je fermais les yeux par réflexe avant de les rouvrir en souriant. - Qui a dit que j'étais là pour lui. - Avais-je réussi à articuler entre deux respirations coupées.

Quelque chose s'était passé. La première fois ça n'avait été qu'une impression, mais là c'était plus clair, pas moins évident mais plus clair. J'avais perçu des choses durant les quelques secondes que Connor avait passé dans sa tête, des choses qui n'avait rien à voir avec l'odeur de cet endroit ou la sensation d'un objet dans sa poche. C'était plus que physique, c'était... Comme des souvenirs. Ou autre chose encore. Je n'arrivais pas à le définir, je n'arrivais pas à comprendre comment ni pourquoi, je savais simplement que j'ai perçu ces choses, ces... pensées? Je savais que je ne les avais pas inventé. Je n'étais pas censé être capable de ça.
Jusque là.
Ça n'a aucun sens
Ah, on lit les pensées maintenant?
Non. C'est autre chose... Mais c'est pas le moment.

Je peinais à tourner un peu plus la tête, à tourner mes yeux vers lui. Dans cette position je ne pouvais que voir du coin de l’œil un bout de sa joue mais peu importe. Je parlais plus bas, comme un secret dévoilé. - Qui a dit que cet agent était là pour toi?


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
"Parce que c'était mon heure de rendez-vous."

Quelle question.

Tibor sembla hésiter et fronça légèrement les sourcils en réfléchissant avant de reprendre.

"Si tu n'étais pas là pour lui alors qu'est-ce que tu lui veux ?"

Il ne desserra pas son emprise. Keenan avait cessé de se débattre, peut-être que comme ça, il accepterait de parler. Tibor ne croyait pas aux hasards, il ne croyait pas au "au bon endroit, au bon moment" et inversement. Keenan avait un but, une raison d'être là à cet instant précis. Aussi, il répéta en articulant d'autant plus, adoucissant son accent slave pour un meilleur anglais.

"Qui es-tu et pour qui travailles-tu ?"



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Et maintenant? Que fait-on?
On peut pas lui demander de nous lâcher au monsieur?
Maintenant on improvise.

Oh tu sais... Moi je suis surtout là pour le fun. C'est d'autres qui veulent. Je ne fais que... procurer. - J'esquissais un sourire mais quand la question fatidique tomba je ne pu étouffer mon rire. - Bonne question! Repose la pour voir.

Dans la ville une cloche sonnait, une montre bipait, les aiguilles d'une horloge se superposaient et je me relâchais totalement, chaque muscle de mon corps se détendant. Mes yeux se fermèrent et durant un instant, un court instant, j'étais en paix... Et finalement je les rouvris. La lumière de cette caravane me tuait les yeux. Je me ressaisissais, mou mais conscient. Mon regard était fade, mes lèvres étirées d'un sourire léger et con. Ma voix était légèrement plus éraillée, empreinte d'un accent londonien prononcé que je n'avais pas avant. - Hey mon pote, t'as pas un ptit truc à fumer dans l'coin?

Ma maman elle m'a dit que c'est pas bien de fumer.
T'as pas d'maman, gamin.
Et le tact, qu'en fait-tu?
Chuuut.

Switch:
 


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Keenan Mathis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de 100' : 46


Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Keenan avait le mérite de lui taper sur le système. Il ne répondait pas à la question et Tibor commença à penser que peut-être il se plantait sur la personne. Pourtant, il avait bien vu ce qu'il avait vu. Certes, il possédait un problème de mémoire, mais pas de vision. Celle-ci était même plutôt bonne. Comme son ouïe et son flair. Allez savoir si ses sens s'étaient renforcés contre un esprit bancal, ou bien si le métier était rentré bien plus qu'il ne l'aurait voulu. Il leva son poing, prêt à lui reposer la question... Mais la voix de Keenan changea.

Il fronça les sourcils. C'était comme zapper une chaîne de film d'action pour tomber sur un documentaire sur la vie des flics dans les rues. Pas qu'il soit très concerné par la référence vu qu'il ne regardait jamais la télé, mais il ressentit la différence.

"Hein ?" Tibor s'interrogea dans un souffle et scruta le regard de Keenan. Sa propre voix changea alors, partant dans les aigus face à cette indignation et l'insolence de son adversaire. "Non !"

Pour autant, il ne relâcha pas sa prise sur la gorge de Keenan et ne baissa pas son poing, mais il ne frappa pas. Entre ses dents, il siffla.

"Est-ce que tu vas me dire qui tu es, ou est-ce que je dois le chercher moi-même dans ton hideuse tête ?"



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Je crois que nous avons énervé ce jeune homme.
C'était un peu ce que j’espérais.
Ah ouais?
Oui, t'es très doué pour ça.
Bah c'est inné hein.
Ça nous le savons, oui...

Je lâchais un rire con, débile, alors qu'il continuait de me secouer comme un prunier, son poing toujours serré sur mon col. Néanmoins inconfortable, je posais ma main sur son poing pour tenter de le repousser, au moins pour ne pas qu'il serre trop la gorge. J'en avais besoin pour mon spliff de 3h30.

Ohe oh! Jsuis pas... jsuis pas hideux! - Un hoquet me prenait. - Soit pas grossier! Moi.. Moi jme fais qui j'veux! - Réflexion du poivrot. - Moi j'ai des bons gènes! Tu peux en dire autant hein? Avec ta mâchoire parfaite là?

Oui alors les gènes... Oublie pas de quoi on descend.
Oui, évitons d'utiliser les gènes comme argument. Nous ne voulons pas de ces gènes là.

Je me secouais tout seul mais sa poigne était bien trop forte pour que je puisse réellement bouger. - Vient! Vient jt'attend!


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Sa mâchoire parfaite ? TIbor fronça les sourcils. Qui que fut ce type, si on pensait le norvégien en décalage du monde, celui-ci était encore pire. Deux sociopathes ensemble, le résultat ne pouvait qu'être complètement absurde.

"Tu m'as entendu quand je t'ai menacé, non ? Parce que j'ai pas l'impression."

Et parce que Tibor n'est pas du genre à discuter et à laisser filer l'ennemi, il plaqua sa main sur le front de Keenan et actionna sur son pouvoir. Cependant, s'il maîtrisait à la perfection son pouvoir d'invisibilité pour s'en servir absolument tous les jours et s'en être servi pour se dissimuler pendant des années, l'infliger aux autres lui a été bien moins utile. Tibor n'a jamais aimé faire du mal aux gens, quand bien même il y a déjà été obligé. La survie est un concept faisant partie intégrante de son univers et de son mode de vie.

SUCCÈS : En fouillant la mémoire de Keenan à la recherche d'un indice ayant pu le conduire à sa cible, il percute une image qui lui est familière. Ou du moins, qui lui apparaît comme telle. C'est le visage d'une femme, vue par les yeux de Keenan. Tibor n'a pas le temps de l'analyser, l'image le frappe de plein fouet, à tel point qu'il s'en décoche un mal de tête qui le fait vivement reculer de Keenan.
ÉCHEC : Le pouvoir de Keenan le protège de toute intrusion, ou Tibor a besoin de mieux se concentrer, ce qui commence à drôlement le frustrer.

[Oui parce qu'à la base, c'était ça le but de les confronter !]



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Tibor Bruusgaard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Bien sur qu'on l'a entendu, c'est quoi son problème?
C'est peut être lui, son problème, tu ne penses pas?
Ah... Oui, t'as pas tort.
Qui ça? Moi?
Oui oui, j'ai entendu. - Pas une pointe de provocation là, juste une réponse basique, simple, parfaitement simple, à une question. Oui, j'avais entendu, et c'était tout, mon regard était de toute façon déjà entrain de dévier ailleurs. Il déviait jusqu'à ce que sa main se pose sur mon front. Je rivais mon regard sur lui: la réaction était immédiate.

C'est quoi ça.  Il entre? Laissons entrer le soleil! Dehors! Vous n'êtes pas le bienvenue! C'est qui ça? Un intrus qui n'a rien à faire là!
A peine avait-il infiltré mon esprit, mes esprits, que toutes les voix fondirent sur lui tel une volée d'oiseaux en quête de sang. Dans la tête les oiseaux. Un mur mental douloureux, vraiment. La douleur était fulgurante, le mal de crâne tenace et je retombais lourdement lorsqu'il lâchait prise.

Je n'étais pas en reste pour autant. L'échos de la douleur qu'il ressentait se répercutait dans ma tête comme une gueule de bois passagère. J'avais entendu ce qu'il avait entendu, vu ce qu'il avait vu... A la différence que moi j'en avais l'habitude. La tête entre mes mains je riais doucement. Un peu trop lentement d'ailleurs mais bon c'était les relent de cocaïne de... y'a six jours.
Dégage de là!
Je sautais sur mes pieds et tentait une trouée. Faut dire que je titubais un peu, mais c'était maintenant ou jamais.

sortira-t-il pas:
 


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Keenan Mathis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
La douleur frappa Tibor et il hurla en reculant, son dos allant cogner la petite table ancrée dans le sol de la caravane. Il se tint la tête et se plia en deux. C'était comme si ses oreilles se mettaient à siffler à cause d'une explosion avoisinante. Ou comme un de ces matins où il ouvrait les yeux et que sa mémoire lui revenait en flash, doublée d'une gueule de bois. Oui, Tibor avait la descente facile, en bon héritage russe. Psy contre Psy, ça faisait souvent mauvais mélange.

Trop occupé à attendre que la douleur passe, il ne put retenir Keenan. Cependant, il entendit celui-ci se prendre les pieds dans le tapis et quand il releva la tête, l'autre Psy se rétamait à quelques centimètres de la porte. Pour un peu, il aurait pu rire. Oui, ce genre de choses faisait beaucoup rigoler Tibor. Il appuya son pied sur le dos de Keenan pour l'empêcher de se relever.

"Ok, sac à foutre, nouvelle question pour toi." Le sang battait ses tempes et il écarquilla les yeux en secouant la tête pour retrouver ses esprits. "Que comptais-tu lui faire ?"



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Keenan Mathis
avatar
So close.
Feat. Tibor Bruusgaard



Je passais par dessus le blond comme une gazelle au dessus d'un buisson et atteignais presque la porte lorsque je me prenais les pieds dans le tapi. Je tombais de toute ma hauteur, qui était quand même haute, sur le sol et n'avait qu'à attendre deux secondes qu'un truc se pose sur mon dos.
Mais quel boulet...

La masse sur mon dos se révélait être le pied du blond et il me maintenait au sol. Ça allait tâcher mon t-shirt tout noir ça encore. - « Que comptais-tu lui faire ? » - A qui? - Il me fallait une seconde pour comprendre. - Ah! Et bah figure toi que j'allais...
Ta gueule!
Oh c'est pas bon signe ça...
Ferme ta gueule!
...lui payer un verre. Ah ça t'en bouche un coin hein, connard! - Je pivotais ma tête légèrement sur le coup de la surprise. - Mince, j'ai dis ça à haute voix?
Je voulais te le dire à toi!
A qui?
A toi!
Oh sale petit...
Pardon hein, c'était pas à toi que je disais ça. - Je posais ma tête sur le sol en attendant qu'il arrête de m'appuyer sur le dos. - Tu me lâches, s'il te plait?
Oui, faut dire s'il te plait, c'est poli.


« We are one. »
Revenir en haut Aller en bas
Tibor Bruusgaard
avatar
Tibor ne savait plus quoi faire, ni comment. Après tout, il avait ce qu'il voulait désormais et l'homme ne parlerait pas. En soi, ça ne le regardait plus. Il le lâcha, un peu brutalement et s'écarta, pour lui laisser la voie libre jusqu'à la porte.

"Que je te revois plus dans les parages. Je serai peut-être aussi enclin à poser des questions avant."

Tibor en avait assez vu et entendu. Ce type ne lui dirait rien de plus et de toute évidence, ce n'était qu'un hasard. Il put sentir le côté Positif - ou Candidat - de Keenan mais il n'aurait su préciser de quoi il était capable. Tout était juste... Bizarre à son sujet. Aussi, il préféra le laisser partir et en finir avec lui, en se promettant de garder un oeil ouvert.



You never know
the true value of a moment...

UNTIL IT BECOMES A MEMORY.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Tibor/Keenan] So Close
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville médiane-