2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Bogdan/Garin/Sky] Breakfast in America

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Sky Cervantes
avatar


MAI 2076

Ce n’avait pas vraiment été une surprise cette décision judiciaire. Elle n’attendait plus rien de Megalopolis depuis longtemps malgré son jeune âge et si la colère et la frustration l’avaient embrasée pendant les premiers jours, aujourd’hui elle avait décidé de les mobiliser pour autre chose, une cause qu’elle aurait choisie, qu’elle mènerait à bien pour enfin reprendre en main son destin.
Etre maître de sa propre vie et de ses propres décisions.

Sky n’avait jamais pris l’avion.
C’était une première.
C’est surement pour ca que ni Garin, ni Bogdan n’avaient ne serait-ce qu’émis la moindre parole contestataire quand elle s’était octroyée d’autorité la place à côté du hublot.
Elle était tout à la fois terrorisée et excitée et s’il n’avait eu son Yu, Garin en eut les doigts réduits en compote.
La journée était belle et le soleil avait l’air décidé à les accompagner jusqu’au Texas. Houston avait subi de plein fouet les aléas post bombardement aussi Austin était l’aéroport le plus proche de leur destination. De là, il devrait prendre une voiture pour se rendre à China en passant par la frontière terrestre. Pas loin de 6 heures de trajet sous une chaleur accablante.
Ils traverseraient San Antonio, puis prendraient au Sud en direction de Reynosa.
Sky avait demandé s’ils pourraient faire une escale à Pleasanton. C’était sur leur route. Elle voulait voir ce bourg de ses propres yeux, celui où elle avait passé sa première année de l’aveu de Dolores.
Dolores.
Sky n’arrivait pas vraiment à l’appeler « maman ». Depuis qu’elle était en âge de comprendre le sens des mots, elle avait arrêté. Si seulement elle avait su alors à quel point c’était pertinent ! En y repensant, les larmes lui montèrent aux yeux tandis que l’avion roulait au pas sur le tarmac.
Après son entrevue avec le juge donc, elle avait choisi de mobiliser son énergie dans son mariage avec Garin.
Ca l’obnubilait et… c’était vital. Ce que Sunny lui avait appris - malgré elle ou non, elle n’en savait rien - c’était à concentrer sa colère sur les sujets qui en valaient la peine à défaut de pouvoir l’étouffer. Taper pendant des heures à la salle de boxe n’avait pas vraiment servi à grand-chose si ce n’est à s’écorcher les phalanges. Lisbet lui avait d’ailleurs engueulée sur la façon dont elle les avait protégées (c’est-à-dire « pas »). Ce n’était pas faute de le lui avoir montré maintes et maintes fois mais… de frustration elle avait passé les consignes de sécurité élémentaires et le payait de son sang. Bien fait.
Toujours est-il qu’elle avait compris qu’elle ne pourrait pas avoir son nom à côté de celui de son chéri dans les jolis registres de Mégalopolis parce qu’elle n’obtiendrait jamais l’accord de sa tutrice. Pas seulement parce qu’elle y était opposée, mais surtout parce que Sky avait compris que Sunny jouait avec elle sa propre vie. Et ca, c’avait été un élément nouveau particulièrement inattendu. C’est d’ailleurs pour cette raison que la jeune fille avait joué franc jeu avec elle quand elle lui annonça vouloir voyager jusqu’à China, sa ville natale. Elle n’était pas non plus entrée dans les détails mais elle ne voulait pas mettre l’éducatrice dans une position intenable. Et puis… lui laisser croire encore une fois qu’elle était allée mourir sur un matelas pourri… non. Loin de là.
Son mariage serait informel, et tant pis si le monde entier le leur déniait, eux, ils sauraient. Et comme elle n’avait pas le choix, elle s’en contenterait. Mais pour l’heure, elle n’en avait pas encore parlé avec Garin. Elle avait soigneusement éludé la question pratique.
En revanche, ce qu’elle lui avait demandé, c’était de tenir la promesse qu’il lui avait faite de retourner voir Dolores pour lui annoncer la nouvelle.
Sa présence était tout à la fois un gage de sécurité – elle devait obligatoirement mettre les pieds dans le Queen’s – et l’envie de montrer à sa mère son « trésor », sa capacité à elle à se trouver un type bien, qui prenait soin d’elle, la chouchoutait et l’aimait. Et sexy. Aussi. Très.

Elle renifla, délaissa la contemplation du bitume puis essuya ses yeux pour les tourner vers lui. Elle lui sourit tendrement.
C’avait été un bon jour en fait, elle avait même eu de la chance. Son beau-père était perdu quelque part dans le quartier – Dolores ne l’avait pas quitté et il n’était pas mort non plus (dommage) – et sa mère était à la maison, occupée à entretenir la ruine qui lui servait de foyer et qui contenait si peu de meubles et de biens qu’il n’y avait rien à balayer ou dépoussiérer. Tout puait la misère et la vieillerie. Rien n’avait changé. Sky avait eu honte de montrer à Garin où elle avait grandi mais elle n’en avait rien dit. Exposer aussi crument un aspect peu reluisant de sa vie l’avait mis mal à l’aise.
Dolores ne l’avait même pas reconnue sur le coup - pourtant Sky n’avait pas eu l’impression d’avoir autant changé en trois ans – mais en s’approchant d’elle, la jeune fille avait remarqué la courbe incongru des yeux. L’un devait même être aveugle. Une conséquence irrémédiable de quelques coups de trop à la tête sans doute…
La mexicaine ressemblait à une petite vieille usée, la caricature de ces femmes de maison dans les vieux films classiques américains. Non seulement il paraissait incroyable qu’elle ait pu être la belle Latina que Sky avait décrit à Garin, mais qu’elle n’ait pu avoir que 45 ans à peine paraissait encore plus improbable ! On lui donnait aisément 20 ans de plus.
Les retrouvailles ne furent pas pleines d’effusions non plus. Ni l’une ni l’autre ne sut vraiment quoi faire de cette rencontre, encombrées par leur passé, par leurs douleurs, la distance et le temps qui les avaient irrémédiablement séparées. Sky avait déposé un baiser rapide sur la joue de Dolores avec un « salut » et s’en était contentée. Elle s’était aussitôt collée à Garin qui l’avait laissée mener sa barque jusqu’à maintenant.
Le reste… elle avait du mal à s’en souvenir. Cela paraissait flou comme si le choc des révélations l’avaient tellement assommée qu’elle n’avait pu conserver toute la mémoire des événements.

Sky reprit l’observation du paysage à travers le hublot.
L’avion était en position sur le tarmac et de mystérieux petits bruits avertisseurs ponctuaient les paroles des hôtesses de l’air qui s’assuraient de la sécurité des voyageurs.
Elle se souvint qu’elle lui avait montré sa chambre à l’étage. A sa grande surprise, elle n’avait pas changée non plus : un lit simple avec une couverture et un oreiller d’un autre âge, une étagère avec une poupée sur laquelle mini-Sky avait testé ses talents de coiffeuse/tatoutrice/esthéticienne (sans succès), un livre sur les animaux de la savane auquel il manquait la plupart des pages et une lampe de chevet tordue.
Dans une caisse qui servait de commode, Sky retrouva ses vieux vêtements empilés. Elle n’y jeta même pas un coup d’œil.
Le papier peint qui se décollait un peu partout et dont le motif n’était même plus visible sous la crasse constituait le seul élément de décor de la chambre. C’était spartiate et aucunement chaleureux. Sky avait même précisé que quand elle avait été en âge de quitter la maison, elle dormait la plupart du temps chez John.
Là s’arrêtait la visite. Garin ne vit rien d’autre que Sky ait pu lui montrer. Le reste il l’aura découvert par lui-même pour peu qu’il ait eu la curiosité de jeter un coup d’œil.
Dolores les fit assoir dans la cuisine - le salon était la réserve naturelle du soulard dangereux avait ironisé la jeune fille – et leur proposa de boire un café dont aucun commissariat de la basse n’aurait envié le gout. Sky n’avait pas l’intention de rester et plus le temps passait, plus elle regrettait d’être venue. C’est sans doute pour cette raison qu’elle n’avait pas mis les formes pour prévenir de son mariage et qu’elle l’avait fait comme une simple formalité, un avis de passage du facteur. Et la réaction de Dolores avait été à la hauteur de l’annonce de sa fille : laconique.
Après un silence pesant et particulièrement gênant, Dolores s’était alors décidée à ouvrir les vannes.
Le début de la fin.
L’apothéose de sa vie pourrie.
Le château de caca sur la colline de merde.
En quelques minutes d’aveu qui avait paru une éternité à Sky, Dolores avait réussi à détruire complètement le peu du passé qu’il restait à la jeune fille auquel s’accrocher. Tout ce qu’elle avait toujours cru comme vrai n’était finalement qu’un vaste mensonge. Toute sa putain de vie à prendre des coups, à se faire humilier, à survivre, à manquer de se faire violer pour…. Rien ? Finir là où elle en était alors que sa propre ligne de départ n’était qu’une illusion.
Non Dolores n’était pas sa mère. Elle avait hérité de la petite Sky comme d’un passeport pour les Etats-Unis, une chance toute blonde d’avoir une vie meilleure. C’était un bébé porte-bonheur mais pas le sien. Pour preuve, elle en alla chercher la seule photo qu’elle posséda encore de cette période : celle prise par un couple de vieux à Pleasanton, au sud de San Antonio, alors que Sky avait tout juste un an. Elle lui remit aussi son passeport originel ou figurait le nom de Sky Cervantes.
Son nom.
Un mensonge aussi.
Pas de père un peu rêveur qui le lui avait donné. Une légende. Pas de beau gosse blond comme les blés qui avait vécu la love story de sa life avec une jolie mexicaine. Une légende. Pas de mec plus beau, plus intelligent, plus fort que l’autre con. Une légende.
Sa vie… n’était plus qu’une vaste blague.
Sky n’avait pas d’avenir… mais mesurait soudainement à quel point elle n’avait pas de passé non plus.
Elle était anéantie.
Garin l’avait pilotée hors de la bicoque. Du moins le supposait-elle, elle ne s’en souvenait pas. Sky avait conservé la photo et le passeport. Avait-elle seulement dit quelque chose à Dolores ? Elle ne s’en souvenait pas non plus.
Quand elle avait émergé de ce cauchemar des jours après, elle avait ajouté cette colère là à celle contre le juge et avait décidé de partir pour le Mexique.
C’était décidé ! Elle ne se marierait pas tant qu’elle ne saurait pas qui elle est vraiment. Daniel épouserait… pas une fille sortie d’un chapeau de magicien en tous cas !
Sunny avait consenti à cette excursion parce qu’elle avait compris sans que Sky ait besoin de l’exprimer quelle importance cela avait pour elle. A défaut de pouvoir l’accompagner elle-même à cause de ses obligations, elle avait mandaté Bogdan, un compromis efficace entre les volontés de la donzelle et celles de l’éducatrice. Elle avait passé sous silence la présence de Garin – inconcevable pour Sky qu’il put en être autrement – et avait acheté son billet avec ses économies. Ainsi, elle n’aurait même pas à tricher à la frontière. Sky partait en toute légalité, en règle.  Quand on sait qu’elle passait les douanes de la haute en trichant, c’était une première.

Les moteurs de l’avion rugirent et elle sentit une force incroyable qui la poussait dans son siège. Son cœur s’emballa soudainement et elle serra aussi fort qu’elle put la main de Garin. L’avion augmenta son allure puis décolla, doucement, avant de s’envoler. Elle respira de nouveau normalement qu’une fois qu’il eut atteint les nuages.

[HJ : et désolée pour le pavé, j'ai pas su faire à moins :/ ]






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
L'avion, Bogdan n'aimait pas vraiment ça. Pour quelqu'un qui a si peu bougé, et tant voyagé à la fois, il avait toujours la voie terrestre. A pieds, en voiture ou en train, l'avion n'avait été que pour traverser les océans. C'était donc la troisième fois qu'il le prenait et cette fois, à part le Golfe du Mexique, pas d'océan. Il ne verrait même pas les plages du Pacifique du haut des nuages. Partir à nouveau aussi loin avait eu de quoi inquiéter Maze, mais tout comme Sunny, l'importance que ce voyage avait pour Sky forçait l'acceptation. Quant au reste de ses occupations, et bien il s'en était tout bonnement libéré. Une occasion en or de fournir du mensonge par paquets de vingt. A ne pas rater, donc.

Quant à Garin, particulièrement concerné par l'état émotionnel de sa douce, la question ne s'était pas posée. Suite à sa mission à Cuba, il avait réclamé une semaine de vacances. Obtenues parce qu'il ne fallait pas déconner, lui aussi avait droit à une récompense. Il avait posé les conditions dès le départ. En bon petit agent qu'il était, ça avait été accordé. Pendant ce temps, il ne cherchait pas Huyn. Ca les arrangeait. La vision du "passé" de Sky avait ravivé chez lui également des souvenirs douloureux qu'il avait tus par respect pour sa belle. Finalement, l'endroit qu'elle avait connu était pire que le sien. Même sa mère n'était pas arrivée au niveau de Dolores. Non, elle y avait mis un terme bien avant d'en être à ce point. Aussi ne l'avait-il pas lâchée. Qu'elle serre ses doigts dans les siens autant qu'elle le voudrait, il avait activé un peu de son pouvoir histoire d'y survivre. Non, c'était plutôt voyager avec Bogdan qui le rendait nerveux. Il demeurait un lien tendu avec Liberation et alors que le roumain les avait habitués à un visage rieur, jovial et toujours optimiste, fêtard et envahissant, il n'avait pas décroché un mot depuis qu'ils s'étaient retrouvés. Ou alors, juste pour les phrases formelles. Garin l'avait observé, mais n'avait pas réussi à en déduire quoi que ce soit. Son manque de capacité à dire la vérité accentuait d'autant plus sa nervosité car il se demandait ce que Bogdan pouvait alors cacher.

Qui plus est, se retrouver entre les deux rendait son âme dépressive. Et quand l'avion fut enfin plus stable, Garin passa son bras autour des épaules de Sky et la ramena contre lui. Bogdan pouvait serrer sa ceinture en guise de doudou, il ne jouerait pas ce rôle là avec lui. Et pour détendre l'atmosphère, il tenta tout de même une bribe de conversation.

"Et donc euh... Tu as pu te libérer de Gen ?"

Mauvais choix de mots et humour déplacé. Bogdan tourna lentement le regard vers Garin et plissa légèrement les paupières, son corps régulièrement secoué de petits soubresauts causés par le vol. Il le fixa quelques secondes et Garin regretta immédiatement d'avoir ouvert la bouche. Pour toute réponse, Bogdan déboucla sa ceinture et se leva.

"Je vais pisser."

Garin l'observa se lever et s'appuyer sur la tête d'un siège avant de s'éloigner.

"Oooookay."

Il échangea un regard avec Sky et haussa les épaules. Hey, au moins, il avait essayé. Dans son esprit, les rôles auraient dû être inversés. C'était plutôt Bogdan qui s'amusait à détendre les atmosphères. S'il ne l'avait pas connu plus tôt, il aurait soupçonné que son pouvoir soit de contrôler la glace et de répandre le froid autour de lui. Comme à cet instant. L'air était si glacial que même Garin en frissonna. Au moins, Bogdan éloigné, son taux de nervosité redescendit et il reporta son attention sur Sky en écartant une mèche derrière son oreille et caressant sa tempe. Il lui sourit un peu plus.

"T'as vu, le décollage ça fait des guilis."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Plus détendue maintenant que le décollage était terminé, Sky accepta volontiers de se laisser aller contre Garin. Elle devait reconnaître que de voler comme un oiseau, même dans une carlingue, avait quelque chose de magique qui excitait l’enfant qui était en elle et jamais bien loin de la surface. C’est pourquoi elle pouffa à la remarque de son chéri.

- Ouais ca fait des trucs chelous dans le ventre ! Tu sais quoi ? Ca me fait pareil quand je vais dans le wire ! Ca fait comme quand on prend l’avion en fait ! C’est bizarre hein ?

Sky avait assisté à l’échange avec Bogdan et elle devait reconnaître qu’elle non plus ne comprenait pas vraiment son comportement. C’était tellement inhabituel de sa part.

- Sunny voulait que je sois accompagnée. J’voulais pas un de ces cons d’educ c’était hors de question. Ce sont des babouins qui comprennent jamais rien !

Elle soupira et reprit

- Bogdan c’était ok pour elle et pour moi. J’crois que du coup il est là mais il aurait préféré être ailleurs, tu vois ? J’m’en veux presque de lui imposer ca. Moi je serai partie qu’avec toi et c’aurait été très bien. En plus on aurait pu faire vachement plus de trucs si on avait été que tous les deux… dit-elle pensivement.

Allez donc savoir ce qu’elle avait en tête, pas certain que ce soit que sexuel. Toujours est-il qu’elle fit une petite moue dubitative en reportant son regard sur Garin.

- Sachant qu’il ment tout le temps, tu crois vraiment qu’il est allé pisser ?

Elle glissa sa main dans la sienne, délaissant ses doigts qu'elle regarda quelques secondes.

- J't'ai pas trop fait mal ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
"Si y a bien un truc que j'ai compris avec Bogdan sur le temps, c'est qu'il fait que ce qu'il veut. T'en fais pas pour lui, c'est un grand garçon. Quant au reste..." Le sourire de Garin s'agrandit et il fit danser ses sourcils. "Il dort des fois."

Le Candidat regarda un point dans le vague où Bogdan avait disparu et il haussa les épaules. Ce n'était pas franchement le genre de questions qu'il se posait.

"De toute façon, que veux-tu qu'il fasse d'autre à des kilomètres au-dessus du sol ?" Il baissa les yeux sur leurs mains jointes et joua doucement avec ses doigts en secouant la tête. "Non, t'en fais pas."

Il se retint d'ajouter qu'il ne sentait rien, de toute manière, mais il songea que Sky n'appréciait peut-être pas forcément cette sensation de sens unique. Bogdan finit par revenir avec un petit sachet de cacahuètes qu'il tendit aux deux autres. Il allait devoir rester immobile ou presque le reste du trajet et pour quelqu'un qui aime bien bouger, ce serait sûrement une torture. Le temps de vol, Bogdan le passa à aller et venir pour se dégourdir les jambes et aussi parce que la nervosité et l'agacement agitaient ses nerfs comme si c'était lui qui jouait ses origines dans ce voyage un peu improvisé. Il réussit toutefois à fermer les yeux trois petits quart d'heure. Garin demeura plus calme, malgré que ses muscles durcis rendaient le vol de plus en plus désagréable. Quand ils touchèrent enfin le sol d'Austin, Garin commença à trépigner. Alors qu'ils récupéraient leurs bagages, il balança son sac sur son épaule et ouvrit la bouche.

"Je conduis."

Garin resta interdit. Bogdan venait de lui siffler la politesse et il ne sut quoi répondre sinon une indignation.

"Pourquoi c'est toi qui conduirais ?!"
"J'aime pas comment tu conduis."
"Tu sais pas comment je conduis !"
"C'est exactement ce que je viens de dire."
"..."

Garin ne batailla pas plus. Après tout, pourquoi pas. Il pourrait admirer le paysage pendant ce temps, taper un p'tit roupillon et même rendre Bogdan furieux en papouillant sa bien aimée. Avec son bagou inné, le roumain réussit même à négocier une bonne voiture, agréable, climatisée et silencieuse. Ca lui changeait du tas de boue qu'il s'était offert avec l'argent d'Angélique. Mais, c'était une décapotable, rien que pour ça, elle valait le détour. Aujourd'hui, ils voyageraient dans un beau modèle à la limite du dernier cri. Bogdan avait fait dans les moyens, grâce aux économies que Sunny lui avait fait faire. Et pendant qu'ils attendaient les clés de la voiture, il avait même appelé cette dernière pour lui dire que tout allait bien et qu'ils passeraient bientôt la frontière.

Une fois installés dans la voiture, Bogdan prit le volant et ils quittèrent l'aéroport. Un dernier coup d'oeil par-dessus son épaule, il demanda.

"Qui fait le co-pilote ?"

En fait, Bogdan voulait conduire pour s'occuper les mains et l'esprit avec.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Peut-être que Bogdan faisait la gueule et peut-être que Garin s'était fait souffler la politesse mais Sky réussit à les mettre d'accord tous les deux en une seconde.
Elle a levé les bras triomphante et a chantonné « C'est moi qui conduit ! » , ce à quoi elle a récolté un « Non » à l'unisson des deux garçons.
Outrée, elle a commencé à argumenter qu'elle voyait pas pourquoi, que c'était de la discrimination, que ce n'était pas juste et que comme d'habitude on lui laissait jamais rien faire, que franchement si elle avait su elle serait partie toute seule blablabla.
Avant que le mal de tête s'installe Garin lui expliqua calmement qu'à sa connaissance elle n'avait pas le permis et que ce serait stupide de se faire arrêter en plein Texas pour si peu, et de plus, Bogdan passait nettement moins bien à travers les pare-brises que lui.
L'indignation de la blondinette atteignit des sommets... suffisamment hauts pour qu'elle la ferme.
Boudeuse, elle s'installa à l'arrière de la voiture et n'ouvrit la bouche que pour répondre à Bogdan à sa demande de co-pilote « C'est tout droit, t'as qu'à rouler ! ».
Contrairement à Sky, la chaleur suffocante les épargnait, tenue à distance par la climatisation. Le roumain avait délaissé le glamour (Sky voulait une grosse américaine vintage décapotable rouge qui brillait au soleil – second « Non ») pour l'efficace et le confortable.
La donzelle, silencieuse, avait donc tout loisir de se pencher sur ses pensées. Et franchement, elles n'avaient rien à envier à celles qui l'avaient torturée quelques heures avant dans l'avion.
Difficile de s'occuper la tête quand elle est pleine et que vous êtes à l'arrière d'une voiture dans laquelle vous avez déjà essayé tous les boutons, ouvert toutes le fenêtres, trituré toutes les coutures.
Alors Sky commença par commenter le paysage. Paysage Texan.
«  Un poteau – un poteau – un poteau -un poteau – un grozoizeau – un poteau – un poteau – un poteau – un grozanimal – un poteau – un poteau – un rocher » Ad lib.
Puis elle eut soif.
Puis elle eut faim.
Puis elle voulut de la musique. Non pas cette station c'est nul. Pas celle là c'est naze. Celle là c'est des trucs de vieux. Remet l'autre, non l'autre avant. Non éteins en fait j'vais chanter.
Elle chanta.
D'abord en Hmmm-ant. Puis à tue-tête.
Elle enleva ses chaussures et se dit qu'en fait elle avait vachement de place derrière pour elle toute seule. Elle essaya de voir si elle arrivait à poser les pieds à plat sur le plafond et jusqu'où elle pourrait tendre les jambes. Avait-elle assez d'espace pour faire la roulade ? Outch. Non.
Elle eut encore soif.
Finalement elle avait envie de faire pipi.
Le soleil était aveuglant et elle avait oublié ses lunettes de soleil, elle était trop deg'.
On était encore loin ?
On arrivait bientôt ?
San Antonio apparut comme une délivrance.
Aux abords de la ville, Bogdan s'arrêta à une station service pour faire le plein. Sky aussi. De sucettes. Elle avait aussi minaudé auprès de Garin pour des chips et des gâteaux et une grosse bouteille de soda. Mais c'est seulement une fois dans la voiture quand ils eurent repris la route, qu'elle leur demanda leur avis sur la paire de lunettes de soleil qu'elle arborait.
Pleasanton était à la périphérie sud de la grande ville et ils y furent en moins d'une heure. Durant ce trajet là, la petite blonde était restée mutique, bras croisée sur la poitrine, nerveuse au plus haut degré.
Quand la voiture traversa le centre en roulant au pas, elle se colla sur la fenêtre pour ne rien manquer de la vue. Dans la main elle tenait la photo que Dolores lui avait donnée.

La ville n'avait rien de remarquable. Petite, semblable à mille autres, sans intérêt. Ils n'eurent aucun mal à trouver la bicoque tant rien n'avait changé en 16 ans.
Sky était sorti pour observer les lieux, avait poussé de longs soupirs à fendre l'âme et essuyé une ou deux larmes avec colère, mais n'avait pas fait de commentaires. Quand elle en eut assez, elle avait juste lancé « c'est bon ! On y va ! » sans autre forme de procès.
Il leur restait encore la frontière à passer.

HJ : si y'a un truc à Pleasanton, je te laisse prendre la suite gros smile






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Bogdan, comme Garin, aurait pu s'énerver du comportement instable de Sky. Mais, au contraire, elle lui permit de se ragaillardir. Lui donnant ainsi quelque chose à penser et à regarder, une activité avec laquelle interagir et ainsi, lui changer les idées. Il rit même et chanta avec elle les nanars les plus populaires de la sphère pré-ado. Et quand le meilleur tube de Ken J vrombit dans les enceintes, Bogdan redoubla même de coffre, hurlant au loup à travers la fenêtre alors qu'ils roulaient sur la voie rapide au sortir sur la route de Pleasanton. Garin ne se joignit pas à leur bonne humeur, pour autant, il demeura souriant et secoua la tête, amusé par cette bonne humeur qui, il fallait le reconnaître, allégeait bien le voyage.

A la station service, Bogdan les attendit avec une simple bouteille d'eau fraîche, s'allumant une cigarette assis sur le capot de la voiture. Garin se protégeait les yeux de ses lunettes et sa tête d'une casquette. La chaleur commençait à le faire souffrir et sa migraine n'en était que plus forte. S'il pouvait le dissimuler assez aisément à Sky, c'était moins le cas avec Bogdan de par, 1, son pouvoir et 2, sa propre expérience avec le Candidat. Ce dernier avait cherché à profiter de la climatisation, même précaire, de la station, mais tout ce qu'il avait eu, c'était un ventilateur qui ne lui avait absolument pas fait plus de bien.

Alors que Sky s'attardait un peu dans le bouiboui, Garin revint à la voiture et fixa la cigarette fumante entre les doigts de Bogdan qui avait croisé ses bras sur sa poitrine. Garin regarda par la fenêtre pour voir où en était Sky et il jeta leurs vivres sur la banquette arrière de la voiture. Bogdan tourna la tête par-dessus son épaule pour voir Garin et le dévisagea de la tête aux pieds.

"Ça va ?"
"Ouais ouais."
"Et la chaleur ?"
"Bah, ça monte, mais ça va mieux depuis mon..." Il leva les mains en forme de guillemets et haussa les sourcils. "Upgrade. C'est juste quand je suis longtemps exposé à la chaleur."

Bogdan se contenta d'acquiescer.

Sky revint et Bogdan se redressa, Garin abandonnant son observation du roumain pour sourire à sa douce et lui ouvrir la portière arrière pour l'accompagner. Bogdan jeta sa cigarette et reprit le volant dans un soupir, retrouvant sa morosité inhabituelle.

il observa la petite ville. Pensif, son regard s'attarda sur un panneau indiquant "Pleasanton, Texas - Birthplace of the Cowboy". Avec tout ça, ils s'offraient même un peu de tourisme ! Rien qu'en voiture, son bras avait déjà pris des couleurs. Il fixait toujours le panneau sans trop savoir quoi en penser. Une légère brise chaude secoua leurs cheveux. Dans tout ce voyage, la journée touchait enfin à sa fin et le soleil menaçait de se coucher vu l'heure tardive. Garin accusait la chaleur sans trop se plaindre mais Bogdan avait remarqué ses grimaces dues à la migraine. Même Sky commençait à percevoir que quelque chose ne tournait pas rond avec lui.

Les garçons laissèrent Sky s'imprégner de la maisonnée, appuyé contre le flanc de la voiture. Garin ne la quittait pas des yeux, réfléchissant probablement tout autant qu'elle à ce que ce voyage signifiait pour elle. Souhaitant récupérer sa caution au retour, Bogdan ne pouvait fumer dans la voiture, aussi, chaque pause, il en profitait, et plutôt deux fois qu'une. Bogdan inspira profondément en reportant son regard panoramique sur la route quasi déserte.

"Je pourrai totalement vivre ici."
"Tu plaisantes ? Tu fais quoi de tes forêts si sacrées, de tes arbres, de tes ombres rafraîchissantes... ?"

Bogdan se contenta de hausser les épaules.

"Y a que les cons qui changent pas d'avis."

Dans son cas, le désert restait sa dernière destination de choix. Lui vivant, il ne s'y installerait jamais. Sinon, il s'approprirait le Sanctuaire. Garin finit par attendre Sky sur la banquette arrière de la voiture et quand celle-ci décida de repartir, Bogdan la laissa reprendre place, avant de bouger. Peut-être qu'il se passerait quelque chose si elle tournait les talons. Comme si quelqu'un pouvait l'observer de loin et attendre qu'elle abandonne pour finalement se décider. Mais rien ne vint et rien ne se passa. Ils reprirent la route dans un silence de plomb et Garin piqua un somme en tentant Sky contre lui, le temps d'arriver à la frontière.

Bogdan avait refusé de passer le volant à qui que ce soit tout ce temps. Mais la nuit tombée et bien avancée, la fatigue fit finalement son office. Le sommeil le gagnant dans le silence de l'habitacle, il n'eut pour seule compagnie que ses propres réflexions. Le voyage de Sky avait un goût amer dans sa bouche, elle lui faisait comme écho, finalement. S'il avait voulu ne pas se sentir touché par tout ça, c'était raté. Avec la fatigue vint l'énervement et la frustration. Au moins, dans la fraîcheur nocturne, Garin avait trouvé un peu de paix dans sa tête. Il avait demandé un motel avec un lit pour la nuit, mais Bogdan avait vaillamment insisté pour rouler afin de ne pas engendrer plus de dépenses que nécessaire. Et puis, ce n'était plus que quelques heures de route et qu'ils seraient à China dans la matinée. Finalement, plus vite ils y seraient, mieux ce serait, non ? La vérité était surtout qu'il refusait de s'arrêter une seule seconde. Ce voyage, loin de Megalopolis, était aussi une manière pour lui de se changer les idées. Et si pour les autres ce n'était pas flagrant, lui avait commencé à en ressentir les biensfaits grâce à Sky... Jusqu'à ce qu'elle et Garin s'endorment à l'arrière une fois la nuit venue.

La frontière n'était pas très loin en distance mais le pays avait entrepris un arrangement avec le Mexique pour sa frontière. Il n'y avait qu'un accès possible par état limitrophe, peu importait d'où l'on venait. Et cela rallongeait considérablement la route.

À quelques kilomètres à peine de la frontière, Bogdan freina, un peu sèchement, et se rangea, à peine, sur le côté. Garin sursauta à la brusquerie et dévisagea, ahuri, Bogdan les mains sur le volant.

"Est-ce que ça va ?"

En guise de réponse, Bogdan n'attendit pas la fin de la question et ouvrit la portière pour sortir.

"Je vais bien, j'ai juste besoin que tu prennes le volant le temps que je me repose."

Garin échangea un regard avec Sky, l'embrassa et passa entre les deux sièges pour se mettre à l'avant. Si Bogdan dit qu'il va bien... Le temps d'une cigarette et il prit la place avant passager et se cala contre la fenêtre. Peu importe qui et quand on lui demandait s'il allait bien, la réponse était la même. Et ils passèrent la frontière pendant qu'il dormait, aussi bien que c'était possible dans une voiture.

Garin roulait déjà depuis près de trois heures depuis la frontière, et il restait au moins autant d'heures de route jusqu'à China. Bogdan, étrangement, n'avait même pas ouvert un oeil. Que Sky ou Garin discutent, chantent, ou autre, rien ne vint perturber son sommeil, la tête calée dans son pull contre la vitre. Ce qui le réveilla ne fut pas de tout plaisir.

La voiture fit une embardée sur la route, manquant de peu un accident avec une autre voiture arrivant en face et le klaxon résonna bruyamment aux oreilles de Garin qui s'était plaqué les mains sur les oreilles. Une violente migraine l'avait pris et l'avait même aveuglé alors que les premières lueurs du jour apparaissaient. Il gémit en serrant sa tête entre ses mains. Voilà bien des choses qui ne lui avaient pas manqué. Heureusement qu'à Cuba, ils avaient eu droit à un peu de piscine, et de la climatisation... Il se demanda comment il aurait pu survivre sans ça. Bogdan se pencha vers lui en observant la route. Déserte, il reporta son attention sur Garin, le visage rougi d'être crispé.

"Quoi, quoi !"

Si Garin devait lui claquer dans les mains, il n'était pas sûr de savoir comment réagir. Le Candidat ne sembla pas réussir à contrôler son mal de tête pendant de très longues secondes et quand le calme revint, Garin soupira et appuya une main sur son front.

"Une de ces putains de vision qu'est de retour."
"Je croyais que tu n'en avais plus."
"Presque plus."
"Qu'est-ce que tu as vu ?"
"J'en sais rien... Un avion, je crois."
"Un avion ?"
"Un avion. J'étais dedans et y avait un film qui passait sur l'écran face à moi. Et autre chose aussi."

Bogdan regarda Sky, visiblement inquiet. Garin rouvrit enfin les yeux et les regarda tour à tour avant de secouer la tête.

"Bah c'était pas moi, cette fois. Cette vision... Elle est pas à moi."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Le trajet lui sembla moins long quand Garin se joignit à elle au moins pour partager les vivres achetées à San Antonio. Sky n’avait pas vraiment envie de harceler Bogdan de questions qui de toutes manières ne lui dirait pas la vérité et n’avait visiblement pas envie d’être causant.
En fin d’après-midi en revanche elle ne put manquer les signes évidents de mal-être de Garin qui s’efforçait de les lui cacher pour ne pas la perturber plus. Elle lui était infiniment reconnaissante d’autant de délicatesse mais ca n’enlevait rien à son inquiétude. Sky ne comprenait pas vraiment ce qui se passait mais elle en avait déduit que cela avait à voir avec son Yu, d’une manière ou d’une autre, et la chaleur.
Elle le couvrait de baisers, de caresses, d’attention et se contentait de petites conversations légères. S’occuper de lui, non seulement l’aidait à passer le temps mais en plus elle ne pensait pas à ses angoisses toutes personnelles.
Quand vint la nuit, Garin se sentit mieux et elle s’endormit contre lui quand elle le vit piquer du nez, soulagée.
C’est le coup de frein brutal de Bogdan qui la tira de son sommeil. Garin prit la suite au volant mais Sky ne put se rendormir qu’une fois la frontière passée, son passeport à l’identique de ce que disait sa puce comme avaient pu le constater les gardes.
Quand Garin fit une embardée sur la route, la jeune fille dormait encore du sommeil du juste. Un sommeil vide et sans rêve comme la plupart du temps. Il lui fallut de longues secondes avant de se souvenir que celui qui conduisait n’était plus Bogdan et quand cela lui revint, elle paniqua complètement. C’est le roumain qui la devança pour les questions mais Sky roulait des yeux à voir son chéri dans cet état et de se savoir complètement démunie.

- C’est quoi cette histoire de vision ?

Les deux garçons ne semblaient pas se formaliser de cet élément mais plutôt de la teneur de ladite vision. Sky garda un air ahuri mais comprit très bien ce que disait Garin. Il n’était pas l’auteur de la vision dont il venait d’être victime.
Pour le coup, c’est le roumain qui prit. Elle savait très bien ce que ses visions à lui donnaient sur les autres. Elle les avait même expressément expérimentées un soir d’halloween.

- Putain Bogdan ! Tu fais chier à faire n’importe quoi avec ton Yu merde ! T’avais quoi dans la tête cette fois ? C’est quoi cet avion ? C’est quoi ce film et cette chose là ??!!

Elle se glissa entre les deux sièges et poussa Garin.

- Allez on arrête les conneries les deux là ! C’est moi qui conduis. Moi j’ai peut-être pas de permis mais j’fais pas la gueule et j’ai pas de vision ! Et puis on est au Mexique alors ici, j’suis personne ! Et dès qu’on est à China on prend un hôtel avec clim’ et piscine, c’est moi qui paye !

De se mettre en colère lui passait les nerfs. Elle était juste morte d’inquiétude et se demandait si son caprice de vouloir Garin à ses côtés n’était pas la plus grosse erreur qu’elle ait faite. Elle avait pourtant besoin de lui. Elle ne sentait pas assez forte pour affronter le vide intersidéral de sa vie sans qu’il soit là. Il était son ancrage dans la réalité le plus solide. Et voilà qu’elle en était à craindre pour sa santé alors qu’ils venaient tout juste de commencer.

- Y a quoi avec cet avion ? redemanda-t-elle à Bogdan avec colère, certaine qu’il était l’auteur de l’événement.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
La violence de Sky laissa un Bogdan sans voix. Il la fixa, les yeux ronds, sans réussir à en placer une. Il aurait aimé se défendre, mais dire la vérité au réveil - même léger - lui aurait arraché un mal de tête à son tour.

"Mais, je..."

Il sursauta légèrement en se prenant une leçon de vie par Sky et recula légèrement la tête dans les épaules, comme si ça pouvait effectivement être lui. Il fouilla sa mémoire et ne se souvint pas d'un avion. En fait, il ne se souvint même d'aucun rêve. Il se contentait de se reposer afin de prendre la relève de Garin. Et quand Sky tenta de forcer le passage, Garin l'empêcha de prendre sa place en tendant un bras.

"Je vais bien ! Sky !"

Bogdan jeta un nouvel oeil à la route, puis reporta son regard sur Garin. Et si après tout c'était vraiment lui ? Il baissa les yeux, et soupira. Il aimerait tellement réussir à maîtriser sa propre 'upgrade'... Garin les regarda à tour de rôle. La migraine semblait s'être enfin apaisée et il retrouva pleinement ses esprits.

"Sky, Bogdan provoque des images que tout le monde peut voir. Moi, je me vois dans un autre corps, dans un autre temps, mais c'est toujours moi, ce sont des mémoires, des souvenirs. Je reconnais la sensation, c'est la même. Sauf que là, ce n'était ni moi, ni un souvenir, de toute évidence, et c'était plutôt récent à juger par le film."
"C'était quoi ?"
"Avengers, Infinity War."
"..."
"La deuxième partie."
"C'est ÇA que t'appelles récent ?"

Garin haussa les épaules.

"J'appelle ça moderne ! D'habitude, je te signale que j'ai surtout une épée à la main, assortie à ma côte de mailles et qu'on parle un anglais bien bizarre !" Il regarda Sky. "Et la migraine qui l'accompagne est normale. Sauf que là... Bah, c'était pas mon souvenir. Je sais reconnaître quand il s'agit de moi, d'un de mes ancêtres ou peu importe avec qui je partage mon ADN. Cette fois, c'était qu'un de bien différent. De très. Différent."

Bogdan commença le geste de prendre le volant en se redressant. "Pousse-toi, je reprends le volant." Mais Garin l'interrompit en posant une main sur son torse pour le faire reculer.

"Non ! Tu as suffisamment conduit comme ça. On partage. Sky a raison. On va prendre la suite parce que si ça m'arrive à nouveau, vu que la chaleur va revenir, on aura peut-être pas toujours autant de chance sur la route quand on va se rapprocher de la civilisation. Qui plus est, quelque chose me dit que ça te fera pas de mal de ronfler encore un peu."
"Je ronfle pas."
"Ca m'est égal."

Bogdan abdiqua et passa à l'arrière en laissant Garin rester aux côtés de Sky. Cette dernière termina ainsi leur voyage sous le regard du Candidat. Pas qu'il manqua de confiance quant à sa conduite... Mais, quand même. Bogdan prit toute la place à l'arrière et tenta de se rendormir, sans succès, se contentant d'écouter les deux autres.

"Et une fois à China, tu comptes faire quoi, alors ?"

De ça, Garin était bien curieux.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Le film ne lui parlait absolument pas mais elle n’avait pu échapper à toute la culture ludique qu’il y avait autour de certains films particulièrement populaires. Pour elle c’était ultra vieux et pour la peine, elle partageait l’avis de Bogdan. Mais aucune importance. Ca la laissait de marbre les considérations cinématographiques et elle fut plutôt satisfaite que le roumain joue au jeu des chaises musicales avec elle et prenne sa place.
Et assez aussi que Garin la laisse conduire. C’était plus prudent en effet. Et aussi super cool. Trop cool \o/
Il allait bien mieux qu’il n’y a quelques heures et ca, elle pouvait le voir de ses propres yeux, aussi elle se calma un peu quand il l’y invita. Ca ne suffit pas toutefois à stopper son inquiétude.
Sky s’assit donc à la place du conducteur et reprit la route, prudemment. Elle conduisait plutôt bien mais la route n’avait rien de dangereux non plus. Un ruban de béton au milieu de nulle part sous une chaleur qui, même à cette heure, commençait à devenir lourde.
Elle inspira profondément à la question de Garin mais ne répondit pas.
Il aurait pu reformuler sa question, croyant qu’elle n’avait pas entendu mais elle finit par ouvrir la bouche.

- Je sais pas.

Son visage s’était fermé.

- Quand je m’imaginais revenir ici, j’avais le nom d’une abuela que m’avait donnée Dolores. J’allais la voir, lui posais des questions sur ma mère, sur comment elle était petite, ou quand c’était une jolie fille… pour… comprendre…

Elle haussa les épaules et sa gorge se noua

- Comprendre comment ca avait pu se terminer comme ca. J’aurais trouvé qu’on avait les mêmes yeux et peut-être la même voix ou… autre chose… et j’aurais dit qu’en fait je tenais pas tout de mon père…

Sky s’interrompit et se concentra sur la route qu’elle trouvait floue soudainement. Ses yeux brillaient des larmes de déception qu’elle trouvait rudement amères.

- Elle m’aurait dit ce qu’elle savait de mon père. Pas grand-chose surement, mais un peu quand même. Elle aurait pu me le décrire… m’en dire du mal aussi, compléta-t-elle dans un triste sourire.

D’un revers de la main, elle s’essuya les yeux puis renifla.

- Et après elle m’aurait fait gouter son « mole » et des « tacos » au maïs noir et elle m’aurait même donné la recette !

Son petit rire sec ne trompait personne. Elle garda de nouveau le silence quelques secondes puis se tourna vers Garin.

- C’est naze hein ? Ca craint ! c’est rien que des rêves. Des rêves nuls. C’est même pas ma mère, putain !


Sky s’était imaginé la scène des milliers de fois. Même si le décor changeait ou la succession des événements, les questions étaient les mêmes et la chute identique.
Finalement elle tendit une main vers Garin et lui caressa la joue en un geste de mère louve inquiète.

- Ca va t’es sur ? Tu veux en parler ?

Elle fronça les sourcils

- Comment tu peux savoir que c’était pas encore un de tes ancêtres ou… un parent ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Garin garda un oeil sur Sky le temps de sa rêverie. Lui aussi avait suivi une chimère, et dans le sens inverse. Il aurait aimé avoir été adopté et que des vrais parents se cachent quelque part dans le monde pour lui offrir ce qui lui avait toujours manqué : une stabilité non relative. Une vraie adolescence et des journées où personne ne pleure ou ne crie. Pour le coup, Bogdan ne dormait pas et, ses grandes jambes relevées contre la vitre, un bras derrière la nuque, tel un plagiste en hamac, il observait Sky entre les deux sièges.

Alors que Garin tournait la tête par-dessus son épaule pour voir ce que Bogdan en pensait - c'est à dire, pas de plan, ça craint et elle va me claquer une nouvelle tentative entre les doigts parce que ça craint, oui - celui-ci se contenta de lui retourner le regard, sans rien dire. Les uns comme les autres s'étaient souvent nourris de rêve au cours de leur vie. Ca faisait partie de la vie, tout simplement. Quand il nous arrive quelque chose, on tend à se créer des aventures qui nous rendent plus forts et nous aident à traverser ce qui nous semble au premier abord d'insurmontable. Que Bogdan ne réagisse pas plus que ça et ce, malgré son regard étrangement appuyé sur Garin, cela ajouta un peu plus de curiosité pour le Candidat. D'habitude, il était celui qui trouvait les mots réconfortants, qui disait ce qu'on voulait entendre pour alléger notre coeur. De deux choses l'une, ou bien il était aussi impuissant que Garin, ou bien il lui laissait la primeur car, après tout, c'était sa copine à lui et il avait bien assez à faire avec la sienne !

Bogdan lâcha le regard le premier et Garin reporta son attention sur Sky en secouant la tête.

"Ce n'est pas grave de se faire ses idées, et ce n'est pas nul. C'est juste..." Il haussa les épaules. "Dis-toi que maintenant, tout est possible. De toi à moi, c'est peut-être pas plus mal que cette femme soit pas ta mère. Ça veut dire que t'en as une autre et qu'il y a une raison à tout ça, que... Peut-être, il y a vraiment une raison. Quoiqu'il en soit, nul ou pas, connaître ses origines, c'est ce qui nous permet de construire notre futur, alors... Je suis confiant. Quoi que tu trouves là-bas, ça sera difficilement pire."

En lui-même, Bogdan salua l'optimisme de Garin. Si ce dernier souriait, le roumain savait que c'était surtout pour rassurer Sky. Pas ses vrais parents ? Où sont les vrais ? Pourquoi l'ont-ils abandonnée ? Pourquoi ne sont-ils pas restés ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Autant de questions laissant à présager qu'on sait toujours ce qu'on perd, jamais ce qu'on peut gagner ensuite. Et parfois, ça peut être une sacrée merde. C'est toujours quand on n'imagine pas que notre situation puisse empirer... Qu'elle se transforme en un enfer de flammes. Jusque là, Sky avait l'enfer. Mais pas les flammes. Bogdan espérait que Garin ne se trompait pas.

Celui-ci secoua doucement la tête.

"Il n'y a rien à dire de plus, je n'ai rien vu de plus." En attendant, il redoutait la chaleur. Cette température-là était supportable, mais très vite, le soleil du Mexique taperait à nouveau sur la voiture et alors viendraient les flammes. "Quand je vois un truc, je suis dans mon corps à moi, je vois à travers mes propres yeux, je m'entends penser, je ressens des choses. Hyun appelle ça la mémoire carbone, tu te souviens, je t'en avais vaguement parlé. Quand la température est trop élevée, ça me provoque des réminiscences. Des sortes de voyages dans le passé, dans le corps de mes ancêtres. Mais là... Ca allait bien et d'un coup, migraine. Comme si j'avais une de ces visions en retard, tu vois ?"

"Je l'ai déjà vu faire une crise une fois, c'était assez impressionnant. Là, c'était rien."

"Là, c'était juste une migraine. Très forte, ok. Et je me suis pas entendu penser. C'est tout juste si j'ai entendu ce qui se passait autour de moi. Il y avait quelqu'un à ma gauche, c'est sûr. Une fille, je crois, qui me tenait la main et qui était appuyée contre mon épaule. Et l'allée à ma droite. Y avait une hôtesse qui passait aussi. Et j'ai entendu un bébé hurler. Je crois. J'avais un casque sur les oreilles pour écouter le film et ça causait en espagnol. Normalement, je ressens une connexion, tu sais, un peu comme quand tu regardes un parent, tu te dis que t'as les mêmes yeux, ou la même ride, un truc du genre. Tu le sais, c'est tout. Là, y avait rien. C'était pas mon corps, ni ma signature ADN, ni carbone. Probablement encore une connerie des nouveautés du pouvoir."

"Un an et demi après ?"

Garin haussa les épaules et soupira.

"Peu importe. C'est passé, maintenant. Il me faut juste une clim assez rapidement, j'ai pas très envie que ça recommence."

"Ça, c'est clair que t'as choisi ta destination."

Garin roula des yeux.

"Comment va Gen, au fait ?"

"La ferme."

"Ouh, on n'aborde plus les sujets sensibles, alors ?"

Avec un sourire narquois, Garin regarda l'heure à sa montre, puis le GPS.

"On ne devrait plus être très loin, maintenant. Si tu es vraiment née à China, alors l'hôpital aura forcément ton dossier de naissance aux archives. On devrait commencer par là."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Est-ce que ce qui l’attendait serait forcément meilleur que ce qu’elle avait ? On lâche tellement facilement la proie pour l’ombre.
Sky haussa les épaules en inspirant profondément pour refouler ses émotions.

- Au moins j’suis sure d’une chose ! Mes parents biologiques, eux, ils ont pas manqué de me tuer chaque jour. Alors j’me dis que y’a pas de raisons que ce soit pas toujours le cas, tu vois ? Mais j’vais te dire une autre chose…

Elle fronça les sourcils et afficha un visage dur et déterminé.

- Si y’en a un des deux, père ou mère, qui lève la main sur moi ! j’le bute. Merde quoi. C’coup ci j’me laisse plus faire !

Garin n’avait rien de bien concluant à dire de plus sur cette vision qui l’avait terrassé et malgré les circonstances, Sky en gardait une certaine inquiétude. Elle estimait qu’il avait déjà assez à faire avec ses propres retours de manivelles, si en plus il devait se payer ceux des autres… ca l’agaçait. Ca l’agaçait car c’était un premier élément imprévu et Sky n’aimait pas les imprévus quand elle jouait avec le feu. C’est pas pour autant qu’elle arrêtait de jouer avec le feu notez bien.
Bogdan mit fin à l’échange qu’il avait entamé en une petit phrase bien sentie et elle se garda de rebondir. Gen était donc un sujet à éviter et potentiellement la cause de la mauvaise humeur de leur compagnon de voyage ? Garin revint à des considérations plus pragmatiques en lui suggérant de commencer par l’hôpital.
Sky, sans quitter la route des yeux, augmenta légèrement la clim’ de la voiture. Elle préférait encore se payer un rhume, elle ou Bogdan d’ailleurs, mais s’assurer que son chéri aille bien.

- Ouais c’est ce que j’ai pensé aussi. Et même si je suis pas dans les registres – si ma date de naissance est fausse ou mon nom ou que je sois pas née à la maternité – au moins je trouverai peut-être quelqu’un qui a connu ma mère. J’ai la photo de Pleasanton. J’pense pas qu’elle m’ait menti quand elle m’a dit qu’elle bossait là-bas…. Les gens mentent pas sur des trucs aussi con. Y’en a même un que j’ai retrouvé en grande partie grâce à ce petit bout de vérité, hein ? dit-elle en lui retournant un sourire, le premier depuis un petit moment, accompagné d’un clin d’œil.

Les premiers panneaux indicateurs dignes de ce nom firent leur apparition sur le bord de la route. China n’était plus qu’à une cinquantaine de kilomètres. Ils y seraient dans une petite heure.

- Je choisis l’hôtel et j’veux aucune protestation.

Ca c’était dit.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Être au Mexique et devoir enfiler son pull. Si Bogdan en avait eu la force, il aurait grogné et fusillé Sky du regard. Il se rassit convenablement vu que sans oreiller moelleux, il ne fermerait plus les yeux.

"Le truc, en effet, c'est que si on t'a donnée à Dolores, d'une manière ou d'une autre... C'est qu'on a changé ton nom. Autre hypothèse, si on t'a fait passer la frontière avec cette femme..."

"C'était peut-être pour la cacher de quelqu'un."

"Ou de quelque chose."

"Moralité..."

"On va peut-être devoir aller fouiller les archives nous-mêmes."

"J'ai déjà un plan."

"Tu veux pas déjà tenter avec la photo ?"

"C'est un truc qui date de 20 ans, tu crois franchement que quelqu'un se souviendra de quoi que ce soit ?"

"C'est quand que t'as perdu ta joie de vivre et ta bonne humeur et ton optimisme, au fait ? Je te jure, c'est méga flippant en fait."

Garin regarda Bogdan par-dessus son épaule et hocha la tête vivement, les sourcils hauts. Le roumain s'appuya entre les deux sièges pour s'avancer et ouvrit les mains.

"J'essaye d'envisager toutes les possibilités. On obtiendra rien juste avec une photo. On doit trouver les archives nous-mêmes et faire le relevé de tous les bébés nés à la date inscrite sur l'acte de naissance de Sky et ensuite, on le fait par élimination. On trouve un ordinateur, on fait une recherche sur le net..."

"Et on attire des intéressés."

Bogdan dévisagea Garin en fronçant les sourcils.

"Tu sais c'est quoi ton problème ? La parano."

"Je n'aime pas ces histoires de Cyber ! Quand on a aucun élément, le meilleur moyen d'arriver à ses fins, c'est de rester vigilant et de suivre des techniques sécuritaires. Toi, plus que n'importe qui, devrait le savoir."

Touché. Bogdan n'eut rien à répliquer. Garin reporta son attention sur la route et soupira.

"On commence par la photo. Si ça ne donne rien, on tente ton plan."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky les écouta sagement deviser sur la marche à suivre. Ils avaient l’air tellement d’accord tous les deux, c’était trop mignon. Mais elle, elle avait une idée très précise de ce qu’elle comptait faire même si elle s’était contentée d’une réponse à la con pour Garin.
Il avait surement raison sur un point. Cervantes n'était pas son nom d'origine. Sky l'était-il ?
Quand ils eurent l’air d’avoir fini, elle regarda rapidement dans son rétroviseur et s’éclaircit la gorge.
China se profilait à l’horizon d’une platitude désertique alors que le soleil avait déjà quitté le levant.

- J’vais vous dire… si moi j’avais du planquer un bébé, et j’parle pas d’un gros diamant ou d’un paquet de fric, j’parle d’un truc super plus maousse et qu’on met pas dans un coffre… c’est que j’aurais eu une sacrée raison de le faire.

Elle tapota de l’index sur le volant.

- J’ai pas tué ce bébé. Ca veut dire qu’il a une importance dans l’avenir. Ou pour quelqu'un. Ou que j’aurais besoin de ce bébé. Non, je me suis contentée de le planquer. Reste que 1/ soit j’attends qu’il fasse ce que j’avais prévu - ou qu'on tente de lui faire ce pour quoi je l'ai planqué - quoi que ce soit… 2/ soit je vais le chercher quand j’ai besoin.

Sky ouvrit les yeux et secoua la tête

- Que je sache personne est venu me chercher, ni hier, ni aujourd’hui. Que ce soit pour me ramener ou pour me faire... des trucs. Alors comme j’suis une gonzesse prudente et que quand je planque un bébé je le fais pas pour des nifles, je m’assure d’être bien au courant quand il se repointe dans mon paysage.

La jeune fille inspira profondément et se tourna brièvement vers Garin.

- Quoi qu’on fasse, qui que ce soit, il va le savoir dès qu’on aura mis un pied à China.

Elle reporta ses yeux sur la route tout en continuant de parler.

- Y’a un proverbe qui dit « connais ton ennemi ». Sauf que bah je le connais pas et ca me fait bien chier. Alors on va la jouer à la Sky !

Et même si Bogdan ne savait pas trop ce que ca signifiait, Garin pouvait en avoir une idée assez précise.

- On va faire exactement tout ce que vous dites, en même temps et en faisant semblant d’être de super mauvais menteurs. J’vais accéder à leur base de données à l’hôpital en racontant un gros bobard. J’m’en fous que le type au comptoir me croit ou pas, suffit qu’il ouvre son interface. Et Bogdan tu vas sortir les plus gros mensonges que tu voudras en te baladant avec cette photo et en interrogeant tous les gonzes qui bossent là-bas et qui ont au moins… disons…

Elle compta rapidement dans sa tête.

- 35 ans ! Y compris le type qui passe le balai !

Sky tapota de nouveau nerveusement sur son volant et continua de réfléchir tout haut.

- On file notre adresse, la vraie, celle où on crèche. Et si on trouve rien, on attend qu’on nous trouve. Vous deux, surveiller nos arrières vous êtes super bon à ca ! Autant qu’on s’en serve. On instaura des tours de garde pour surveiller les chambres et on va s’équiper un peu… même dans ce trou du cul du monde, ils ont des HP. J’peux les config pour en faire des video surveillance. Si on fouille nos chambres pendant notre absence, on le saura.

Sky se tut et resta concentrée sur la route. Elle garda le silence longuement, comme si elle était perdue dans ses pensées mais la nervosité était à son comble alors que le dernier panneau indiquait qu’ils arrivaient. Elle était en colère, elle était au-delà même de la colère. Elle était une boule incandescente de fureur et de désespoir et elle se sentait tout à la fois vide, dévastée et pleine de rancœur.
Elle se mit à hurler des «MerdeMerdeMerdeMerde » à la chaine en tapant sur le volant pour évacuer toute la tension qui lui tendait les nerfs. Ca l’aida. Un peu.
China s’offrait à elle dans toute la largeur de son pare-brise, la narguant de venir dénicher le secret de ses origines.
Et Sky avait bien l’intention de lui retrousser toutes les jupes pour atteindre son but.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
'À la Sky'... Garin loucha.

"Oh boy."

Mais bizarrement, son plan tenait encore plus la route que les leur combinés. Impressionné, il hocha la tête et sourit à Sky. Le silence s'installa. Garin et Bogdan échangèrent un regard, en accord avec le plan de Sky. Finalement, ça mettait tout le monde d'accord. Et alors que la ville s'offrait à eux, Bogdan ouvrit la bouche.

"Moi, si je devais planquer quelqu'un... Ce serait pour le protéger." Il laissa passer une seconde ou deux. "Et je mettrais le plus de distance entre lui et moi."

Garin réfléchit un instant.

"C'est... A peu près ce que tu as fait, non ?" Bogdan tourna les yeux vers lui et acquiesça doucement. "Et ça a été concluant ?"

"Jusqu'à ce qu'on me retrouve, oui..."

Et tous les deux regardèrent Sky. Bogdan se gratta la tempe, incertain.

"Tu es sûre de vouloir le faire ? Ce que tu pourrais découvrir..."

"Tout ira bien. Il arrive un moment où on ne peut plus garder tous les secrets et ils doivent éclater. C'est la seule solution pour avancer."

Bogdan soupira. "Alors heureusement que je m'occupe des mensonges, parce qu'il va m'en falloir un sacré paquet pour pas dégueuler quand je vais devoir cracher le mien." Et il se laissa aller à nouveau dans le fond de la banquette.

"Toujours gonflé par la poésie, à ce que je vois."

"Je peux reprendre le volant ?"

"Non."

Dans un profond soupir, Bogdan laissa sa tête se renverser en arrière pour regarder le paysage. Les lèvres de Garin s'étirèrent dans un sourire satisfait à l'idée d'une nouvelle mission. Il en devenait accro.

"Que le spectacle commence."

Une fois à l'hôtel choisi par Sky, Bogdan fut de plus en plus impatient. L'idée même de devoir rester là à rien faire, l'idée même de devoir s'imposer un repos le rendait presque fou. Il avait besoin d'action, de bouger. Ils étaient si loin de Megalopolis, il était si excité à l'idée de l'inconnu ! Pour quelqu'un qui supporte peu l'idée de changer ses habitudes, c'était tout de même pas si mal.

Une fois à la clinique, Bogdan prit son propre chemin avec la photo et Garin resta avec Sky pour en rajouter s'il le fallait. Même sans clim, l'intérieur de la clinique offrait une température suffisamment supportable pour lui. Sur le long terme, cela lui procura quelques maux de tête, mais pas de crise.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky n’eut pas d’autres manifestations violentes de son état de nerfs. Elle avait même choisi l’hôtel avec circonspection, veillant à ce qu’il dispose d’une sortie de secours accessible, d’un accès limité aux chambres mais à volonté à l’espace aquatique. Garin n’aimait pas l’eau mais elle lui rendrait de grands services pour lutter contre la chaleur. De même la climatisation était en parfait état et dès qu’ils eurent mis un pied dans leur chambre, elle se dépêcha de la régler au plus frais.
Sky fit le tour du propriétaire, s’imprégna de la disposition des lieux avant de s’installer véritablement.
Elle était fatiguée mais elle n’en dit rien. Il serait temps de dormir… plus tard.
La nuit n’était pas bon marché ici mais elle s’en fichait. Pour le moment, elle avait payé en cash en sortant des billets qu’elle avait planqués comme une magicienne dans ses affaires. Pour la suite, elle improviserait… soit elle maltraiterait quelques DAB, soit elle utiliserait ses aptitudes. Elle avait pu régler pour quatre nuits d’avance.
A l’hôtel, elle passa vite fait sous la douche pour se rafraichir puis enfila une petite robe toute simple et une paire de sandales. Ses cheveux libres et les lunettes de soleil qu’elle avait piquées à San Antonio lui donnaient un air de jeune touriste américaine venue se frotter à la chaleur du Mexique.
Quand ils mirent leur plan à exécution, Sky se rendit compte d’une chose dans les rues de la ville.
Il y avait peu de touristes en fait, mais les américains ici n’étaient pas rare. Elle ne sut encore s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose. Seul l’avenir le leur dirait.
Bogdan proposa de se séparer.
Ils convinrent d’un lieu et d’une heure de rendez-vous.
Non loin de l’hôpital un bar mexicain typique près d’une fontaine coloniale offrait boissons fraiches et nourriture locale, fruits frais et tacos. Ils se retrouveraient ici.
Sky ne voulait pas perdre de temps pour « sécuriser » leur chambre aussi elle se promit d’acheter deux HP pour les bidouiller dès ce soir.

Quand elle entra dans l’hôpital, elle sentit son cœur se mettre à battre à tout rompre. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver sa contenance et elle prit la main de Garin pour se donner du courage.
En affichant son plus beau sourire, elle s’approcha du comptoir.

- Bonjour, dit-elle en chantonnant à celui qui jouait les planctons. On vient voir mon abuela, Dolores Cervantes !

Quitte à y aller avec les gros sabots, autant y aller franco.
Elle espérait seulement que la personne prendrait au moins la peine de vérifier dans le registre informatique si cette patiente était là. Et par la même occasion, lui ouvrir la voie vers leur base de données patients.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Garin hocha la tête en serrant sa main. C'était aussi pour ça qu'il préférait rester avec elle. D'autant que la compagnie de Bogdan ne l'enchantait guère. Celui-ci opérait d'ailleurs plus loin, histoire qu'on ne fasse pas le lien entre les deux.

Jet de chance pour Bogdan : SUCCÈS SUCCÈS
Jet de chance pour Sky : SUCCÈS SUCCÈS

Le plancton fronça les sourcils et se pencha légèrement en ouvrant les mains. Aussi, Garin fit la traduction plus clairement et le plancton se tourna vers une infirmière collègue pour plus de renseignements, pas sûr de l'opération à avoir. L'infirmière se pencha donc sur son écran pour faire une recherche, car le nom ne lui disait rien du tout.



Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Zaan Lareck' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Elle avait oublié que la plupart des gens ici ne maîtrisait pas l’anglais. Garin s’improvisa traducteur ce qui contribua sans doute à ce que l’homme se montre plus conciliant. Ses vœux furent exaucés et l’infirmière se pencha sur l’interface pour chercher le dossier patient.
Sky laissa Garin gérer l’interaction avec le bobard qu’il voudrait, elle, elle plongea dans le réseau de l’hôpital.
Comme de coutume, elle ressentit la singulière sensation que cela lui procurait. Virtuellement, elle suivit le trajet que lui avait indiqué l’infirmière. Elle accéda à la BDD, prit quelques dossiers patients au hasard pour en trouver un qui n’était plus au sein de l’hôpital et dont le dossier serait archivé. Quand elle trouva, elle suivit le chemin jusqu'aux archives et checka les dates d’ouverture desdits dossiers. Puis elle accéda à ceux de 2058. Quand ce fut fait, elle isola ceux qui concernaient la maternité.


HJ : je te laisse juge de la violence ou non du retour de manivelle et de ce que je trouve ou pas, donc gros smile






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Quand on demanda à Garin plus d'informations, il aurait bien aimé avoir le pouvoir de Bogdan, mais celui-ci ne se montrait toujours pas, encore occupé à faire le tour.

Jet de chance de Sky : SUCCÈS ÉCHEC SUCCÈS

Sa connexion fut bonne et Sky fut s'immiscer dans la base de données de l'hôpital. Son oeil de Cyber aguerri tomba rapidement en 58 sur le nom de Dolores Cervantes. Pour cette date, tous les bébés sont nés avec l'aide de l'infirmière. C'est elle qui remplissait, à l'époque, les actes de naissance. Trois bébés naquirent à cette date entre minuit et 23h59. Deux filles et un garçon : Rafaelle Chavez, Tonio et Consuela Alvarez.

Mais avant que Sky ne puisse remonter aux noms des parents éventuels, l'infirmière coupa la connexion en fermant son écran. Les limites de mensonge de Garin furent atteintes. Un beau parleur, peut-être, mais pas autant que Bogdan. Malgré tout, et forcée par l'entraînement, Sky réussit à s'extirper de la connexion sans trop de dommages.

Retour de manivelle : 5/10

Une violente nausée la tordit quelque peu et son ventre se mit à grogner, signe qu'il lui faudrait peut-être trouver des toilettes rapidement. Peut-être. Sky réussit à se retenir et Garin l'emmena avec elle pour s'asseoir sur un banc, près de l'entrée. Il scruta l'extérieur à la recherche de Bogdan, mais n'en vit pas les taches. L'amoureux dégagea les cheveux du visage de Sky et réclama un verre d'eau aux infirmiers qui l'observaient sans rien dire. Ils s'exécutèrent finalement.

"Qu'est-ce que tu as découvert ?"


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Zaan Lareck' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 10' : 5


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Dans la salle d’attente ou Sky mangeait ses effets secondaires – bien moins violents que ce qu’elle avait imaginé compte tenu de l’effort demandé – elle accepta le verre d’eau avec reconnaissance. Les toilettes visiteurs étaient disponibles et elle rassura d’abord Garin avant de s’y engouffrer.

- Ca va… dis-leur que je suis enceinte. Ca fait pareil, tout le monde y croit !

Subterfuge qu’elle avait déjà utilisé avec succès. Y’avait pas plus symptomatiques et plus pressée d’aller aux toilettes qu’une femme enceinte.
Sky attendit que les effets indésirables se calment puis elle se rafraichit le visage aux lavabos public. L’eau fraiche l’aida à se rasséréner.
Elle reprit sa place près de son chéri qui l’attendait sagement et elle posa sa tête contre son épaule.

- J’ai pas trouvé grand-chose mais c’est mieux que rien. Y’a eu trois naissance au mois de mars 2058. Toutes ont été enregistrées par Dolores Cervantes. C’est son vrai nom… c’est bien elle !

Elle termina le verre d’eau et le rendit au personnel avec un « gracias » aimable. Au moins elle connaissait ce mot là.

- Une fille et des faux jumeaux. J’ai leur nom. Faut que je les note avant de les oublier…

Joignant le geste à la parole, elle écrivit une note dans son HP et la montra à Garin.

- Peut-être que je suis une des deux filles… ou peut-être qu’on ne m’a pas enregistrée. C’est un début au moins, non ? On peut déjà voir s’ils sont toujours en vie ou sont encore dans les parages ? Qu’est-ce t’en penses ?

Sky avait l’air assez secouée, tant par sa cyber-expédition que par ses découvertes. L’une d’elle impliquait peut-être qu’elle ait un frère… une autre qu’elle n’ait aucune existence et que sa piste s’arrête là. C’était beaucoup pour une première journée.

- On va boire un cocktail de fruits à côté ? J’ai rien pu avaler depuis hier soir…






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Garin s'exécuta et chercha à nouveau Bogdan des yeux en attendant. Il en profita pour se masser les tempes. La chaleur gagnait la journée et ils ne s'étaient pas vraiment reposés, ni les uns, ni les autres. Peut-être avaient-ils eu tort de pousser autant. Bogdan avait tort, ils auraient dû rester se reposer un peu à l'hôtel avant. Bogdan avait les yeux rouges de quelqu'un qui n'a pas fermé les yeux depuis des jours, ou alors, jamais assez pour recharger suffisamment les batteries. En fait, il lui rappelait lui-même quelques temps plus tôt. Quelque chose se tramait mais il serait temps de s'en occuper quand ils seraient de retour à Megalopolis. Ses déboires avec Gen ne l'intéressaient pas et il s'agissait ici uniquement de Sky. Ces maux de tête, cependant, l'empêcher de se concentrer aisément. Alors que Sky revint, il se frottait le front. A croire que le Mexique, c'était pas pour lui. Pourtant, il ne se souvenait pas d'avoir tant souffert en Colombie. Ni à Cuba. ... Et pas non plus au Sanctuaire. Alors quoi. Il évoluait à nouveau ? Si oui, alors Yu avait un humour toujours aussi merdique... Et un mauvais timing.

Il accueillit ainsi l'invitation au verre de jus de fruit frais avec plaisir. Une fois posés au point de rendez-vous, il passa leur commande sans attendre Bogdan. Si celui-ci n'était pas encore là, c'est qu'il était encore occupé à chercher. Et qu'à l'heure actuelle... Et bien, il n'avait rien. Il savait le roumain plutôt efficace et pragmatique, sans trop de fioritures. En tout cas, les glaçons aidèrent son mal de tête, ce qui l'apaisa et il put à nouveau réfléchir convenablement en laissant Sky faire ses recherche sur son HP - neuf ou personnel.

Le seul nom qu'elle put retrouver était celui de Tonio, un admirateur des réseaux sociaux. Il était partout et avait une belle tête de vainqueur. Des cheveux noirs en bataille, une peau cuivrée et une admiration pour les boissons alcoolisées. Sur les réseaux, il ne semblait pas avoir quitté le soleil. Probablement qu'il n'avait donc même jamais quitté le Mexique. Sur ses derniers messages, il semblait si excité après une très bonne nouvelle : la fac de lettres de Megalopolis venait de l'accepter avec une bourse de la Waleman. Des photos avec des filles, qui lui ressemblaient ou non, il y en avait plein. Il fut impossible pour Sky de savoir s'il s'agissait de soeur ou d'amies. Même exposé, Tonio était conscient de sa vie privée et ne s'étalait pas quand il s'agissait de sa famille.

Les deux autres filles demeurèrent introuvables, tant bien sur les réseaux sociaux que sur les registres des universités ou des lycées. Soit elles se cachaient bien, soit elles n'étaient plus de ce monde. D'ailleurs, Rafaelle faisait l'objet d'un article, datant de 2059 où on la déclarait morte à l'issue d'un accident domestique, à China, son lieu de naissance. Consuela, quant à elle, n'apparut nulle part.

"Tu devrais faire attention avec ces recherches. Sauf si tu veux vraiment qu'on te trouve. Mais tu es sûre que c'est une bonne idée ? Si on t'a planquée, c'est probablement pour une bonne raison, tu crois pas ?"

Garin fit part de ses doutes et de ses craintes sur le chemin du retour vers l'hôtel. La journée touchait à sa fin et toujours pas de nouvelles de Bogdan. Intelligent qu'il était, Garin n'eut aucun doute qu'il saurait où les retrouver quand il le souhaiterait.

"Tu veux contacter le gars pour voir s'il a une soeur ou pas ?"


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Pendant qu’elle pianotait sur son HP pour faire ses recherches – assez succinctes tout de même, rien de bien compliqué à utiliser les réseaux sociaux – elle prit une commande de jus de fruits et une assiette pour se caler un peu l’estomac. Elle n’avait pas vraiment faim mais si elle ne voulait pas succomber à la chaleur et aux suites de ses contre YU, il fallait qu’elle se remplume un peu.
A l’ombre, près de la fontaine, Garin revenait à la vie et Sky lui jeta un coup d’œil perplexe. Elle détestait le harcelait de questions mais son état l’interrogeait de plus en plus.

- C’est clair il fait une chaleur à crever ici, mais comment t’as pu vivre au Sanctuaire ? Tu vas bien ? J’m’inquiète tu sais… j’devrais peut-être pas mais…

Elle se pencha vers lui pour poser une main sur son front et lui donner un baiser.

- Tu me dis quand ca va vraiment pas, on rentrera tout de suite à l’hotel d’accord ?

Chose dite, elle lui fit part de ses découvertes. Rien d’extravagant. Qui plus est, elle ne se sentait même pas en lien avec ce Tonio. Rien ne faisait tilt, rien ne lui parlait.

- T’inquiète pas pour mes recherches, lui répondit-elle. Je garde ma stratégie de départ : si tu ne vas pas à la montagne, la montagne viendra à toi !

Sa culture étant ce qu’elle était, il ne fallait pas attendre que ses proverbes soient très exacts. En tous cas, ils avaient le mérite d’être clairs.

- On m’a surement planqué pour une bonne raison oui. Tu t’es planqué pour de bonnes raisons Garin. Et alors ? Ca veut dire qu’il faut passer le reste de sa vie planqué ? J’suis pas une maladie honteuse. J’ai le droit d’exister. Je VEUX exister. Je veux que le monde sache que j’existe !

Droit qu’on lui avait finalement peu accordé depuis toute petite. Non seulement parce qu’elle était un bébé volé mais aussi parce qu’elle avait du lutter pour chacune de ses respirations.
Ils étaient bien au frais ici. Sky somnola un peu en attendant Bogdan, la fatigue la rattrapant soudainement, et elle se disait qu’elle aimerait bien profiter du Mexique. Cela faisait un an qu’elle économisait, qu’elle avait vendu de la weed pour ce voyage. Mais le roumain ne se pointa pas.
Elle soupira en acquiesçant quand Garin l’invita à rejoindre l’hôtel.

- Tu penses qu’il va bien ? Lui aussi il est bizarre. J’pensais pas que ca le mettrait dans des états pareil de s’engueuler avec sa copine ! Attend…

Avant de rejoindre les chambres, Sky alla acheter deux HP bon marché mais qui tenaient bien la charge. Elle avait bien l’intention de mettre leurs appartements sous surveillance.
Une fois à l’hôtel, elle se mit au travail et commanda d’autre jus de fruits frais. Elle y prenait gout.
Quand tout fut installé, elle reprit le fil de ses recherches.

- J’hésite entre deux stratégies. Soit je lui pose directement la question de savoir s’il a une sœur en passant par la messagerie de son interface sociale, soit je vais à sa rencontre. Le message… il me connait pas. Et si je vais le voir je risque de lui faire peur… à moins que j’ai un bobard crédible.


Elle fit tourner ses méninges à plein régime.

- Moi aussi j’suis une future boursière de la Waleman… j’habite Megalopolis, ca peut être une technique d’approche… on peut toujours essayer non ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
"Je vais bien...  C'est juste la chaleur prolongée. Au Sanctuaire, c'était moins violent, voilà tout."

Garin était persuadé qu'il y avait quelque chose, mais d'une part, il ne voulait pas l'inquiéter plus et d'autre part, il ne savait pas du tout ce que ça pouvait être, alors autant ne pas s'inquiéter lui-même. Quant à Bogdan...

"J'ai du mal à croire qu'une simple engueulade avec Gen le mette dans cet état. Même venant de lui, ça me paraît vraiment exagéré. Il y a probablement autre chose, peut-être qu'il s'est engueulé avec ses potes à cause de ses nouvelles activités... J'en sais rien, et de toi à moi, ça m'intéresse pas vraiment. Bogdan est gentil, mais c'est pas mon pote."

Et sur ce, il retourna à la paille de son jus de fruits frais. C'était peut-être un peu rude à entendre, mais Garin était honnête. S'il acceptait la présence de Bogdan, c'était uniquement parce qu'il n'était pas son ennemi et que c'était un ami de Sky. Sans ça, il aurait pu très bien faire sans lui aujourd'hui.

Une fois à l'hôtel, Garin se laissa tomber sur le lit pendant que Sky s'affairait. Son bras lui barrant les yeux, il tenta d'apaiser sa migraine qui était revenue au moment où ils étaient entrés dans l'hôtel. Et ça commençait à cruellement le fatiguer, d'ailleurs. Il l'écouta babiller sans trop réagir. La chambre était fraîche, agréable, et le calme apaisant. Ce n'était pas le meilleur hôtel de la ville, ni de la région, mais c'était sûrement suffisant pour ce qu'ils avaient à faire.

"Tu peux toujours essayer, oui."

Pendant que Sky faisait joujou avec les HP, Garin ferma les yeux une petite demie heure, une jambe pendant dans le vide, tellement il s'était laissé tomber sur le lit. Au bout d'un temps, on frappa à la porte.

"Garin, Sky, vous êtes là ?"

Garin ouvrit difficilement un oeil et laissa l'adolescente aller ouvrir à Bogdan, qui arborait un magnifique sourire, sans essayer de rentrer dans la chambre.

"C'est ouf, tout le monde parle anglais, ici. Un truc de dingue ! J'ai pas du tout galéré ! Désolé pour le retard, mais j'ai fait toute la ville, en vérité, on m'a balancé de gens en gens jusqu'à ce que je trouve le bon ! Et..." Bogdan fit danser ses mains avant de présenter une personne à ses côtés. "Tadaaaaa !"

Grand et mince, un homme d'environ 35 ans salua d'une main hésitante. Dans la pénombre du couloir, il fut difficile de voir ses yeux tant ils étaient sombres. Sky ne put faire la différence entre ses pupilles et ses iris. Il n'était pas seulement mince, il semblait même assez maigre, la peau cuivrée et le visage angulaire, malgré un sourire très chaleureux.

"Votre ami m'a dit que vous cherchiez vos parents." Il lui tendit une main aux longs doigts fins. "Tomás Chavez. Enchanté."

Bogdan, tout jouasse, acquiesça vivement à Sky, un sourire lui déformant bizarrement le visage, trop fier de sa trouvaille. L'état de Garin, quant à lui, n'avait de cesse que de se dégrader. Il était pâle et avait de la peine à tenir les yeux ouverts. Malgré tout, il se redressa et s'adressa à Sky, alors qu'il ne voyait pas ce qui se passait sur le pas de la porte.

"Qui c'est ?"


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Quels que furent ses projets, elle n’avait aucunement l’intention de les mettre à exécution dès aujourd’hui de toutes manières. Tout le monde avait besoin de repos et Garin plus qu’un autre. Elle fut néanmoins un peu surprise de sa réaction face à Bogdan. Elle pensait que Libération aurait créer des liens entre eux plus forts que ca… une sorte de fraternité… elle en avait certainement une vision très erronée en fait. Elle-même se sentait-elle proche de ceux avec qui elle avait repeint le tribunal ? Non, certainement non. Mais ils avaient accompli bien plus au nom de Libération, non ?
Elle se le tint pour dit, quoi qu’il en soit.
Tandis qu’elle terminait d’installer leur propre HP, celui de Bogdan en attente d’avoir son accord, elle alla ouvrit la porte.
D’abord elle fut soulagée de voir le roumain revenir sain et sauf. Soulagement qui se mua rapidement en curiosité quand il lui présenta l’homme qu’il avait trouvé.
Une mexicain tout ce qu’il y avait de plus mexicain. Et qui parlait anglais ? Tant mieux !
Garin se releva et la mine affreuse qu’il affichait lui retourna les sangs.
Elle n’y pouvait rien cependant et la climatisation ne se baissait pas plus sans risquer l’angine.

- C’est un homme qu'a trouvé Bogdan apparemment, lui répondit-elle. Enchantée Monsieur Chavez, entrez je vous en prie, dit-elle au mexicain.

Sky s’écarta de la porte pour laisser entrer Bogdan et sa trouvaille.
Chavez.
Il devait y en avoir autant qu’un curé peut en bénir au Mexique, tout comme les Alvarez en fait, mais la coïncidence était trop forte pour qu’elle soit du au hasard. Sky n’y croyait pas. Pour le moment toutefois, elle ne dit rien et était à peu près certaine que Garin ne dirait rien non plus s’il avait fait le lien.
Elle invita tout le monde à s’asseoir et observa silencieusement l’homme qui se tenait devant elle.
S’il était le père de Rafaëlle, il l’avait eu jeune. Mais peut-être était-ce un frère ? Ou peut-être n’y avait-il pas de lien.
Elle afficha son plus beau sourire de jeune fille innocente et ouvrit enfin la bouche.

- Ma mère m’a payée un beau voyage pour mon anniversaire. Je ne connais pas le Mexique et elle, elle y a passé toute son enfance. Du coup, j’essaie un peu de savoir comment elle était quand elle était jeune. Je cherche mon père en fait… pour être plus précise. Ma mère s’appelle Dolores Cervantes. Elle travaillait à l’hôpital de China.

Qu’importe ce qu’a dit Bogdan, qu’importe ce que croit ce gars. On n’est pas au jeu de la vérité, y’a rien à gagner.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Bogdan laissa l'homme passer devant lui et Garin fronça les sourcils en le regardant avancer. Il aurait bien voulu se lever, mais ses jambes refusèrent de le porter.

Tomas écouta sagement Sky, un demi sourire sur les lèvres. C'était comme s'il la dévisageait. Même s'il parlait anglais, il avait tout de même un accent et curieusement, il rougit à l'idée de lui en faire profiter. Et plus elle parlait, moins il n'avait envie de l'interrompre, comme s'il avait pu se contenter de l'écouter sagement. Il acquiesça doucement, cherchant les mots qu'il pourrait utiliser.

"J'ai en effet connu ta mère, oui."

Si Sky avait jeté un oeil à Bogdan pour qu'il la guide dans les mensonges, celui-ci ne semblait pas tiquer. Pour être plus précis, il haussa même les sourcils avec un sourire pour lui indiquer qu'il ne mentait pas. Tomas porta son attention sur Garin qui croisa son regard noir de geai. Le Candidat se plia alors en deux en portant sa main à son front et il lâcha un fort juron face à la douleur qui lui vrillait les tempes.

"Ca fait mal, je sais. Je suis désolé. Je ne resterai pas longtemps, c'est promis."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
La conversation partait sur un bon pied en admettant qu’il dise la vérité. Pour s’en assurer, Sky jeta un coup d’œil à Bogdan qui était le meilleur détecteur à mensonges qu’elle eut connu et qu’elle avait sous la main.
Elle ne se départit pas de son sourire quand elle répondit.

- C’est chouette ! Vous pouvez m’en dire un peu plus ? Vous l’avez connue combien de temps ? Vous vous en souvenez ?


Pour le moment elle n’aborda pas la question de Raphaelle. Elle garda cette carte là dans sa manche. Peut-être même que l’homme y viendrait de lui-même.
Mais les événements prirent une toute autre tournure.
Tomas savait visiblement de quoi Garin souffrait et il s’en excusa, prenant la responsabilité de son mal-être.
Et ça… ce n’était pas concevable pour la petite blonde. Bogdan s’était pris un savon magistral pour moins que ca.
Elle se leva comme une furie et s’approcha de son homme, agressive.

- Qu’est-ce que vous lui faites ? Arrêtez ca tout de suite !!!

Indéniablement, témoin ou non de la genèse de son histoire, elle lui casserait les dents et le reste sans aucune hésitation.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Pour le coup, Bogdan devint également agressif en se rapprochant de Garin.

"Je vous ai fait venir pour aider Sky, pas pour vous en prendre à l'un de nous ! Arrêtez ça tout de suite !"

Mais Tomas ne s'en offusqua aucunement. Il secoua doucement la tête.

"Je suis désolé, mais je ne peux rien faire. C'est un prix à payer. La douleur passera lorsque je m'éloignerai." Il prit quelques pas en arrière, mais rien n'allégea la douleur que Garin ressentait. "J'ai contacté quelqu'un qui pourra mieux te renseigner que moi." Garin tenta de lever ses yeux douloureux sur lui et Tomas sourit. "Mais je suis content de voir que tu vas bien."

"Et si t'allais te faire mettre ?" Sa voix était rauque et à la limite de l'absence.

"Je lui ai dit où vous étiez, il sera là d'ici demain matin. Il m'a dit faire au plus vite." Il reporta son regard sur Sky. "Je l'ai connue il y a des années, maintenant. Elle s'appelait Rachel. Une Positive élémentaire d'air. Elle est décédée... Le jour où tu es née. C'est fascinant de voir à quel point tu lui ressembles, d'ailleurs." Il secoua doucement la tête, presque à la porte à force de reculer pour s'éloigner de Garin. "Je suis désolé. Vraiment."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Il répondit à sa question sans vraiment entrer dans les détails mais ce qu’il dit après lui fit l’effet d’une bombe intérieure. Sky s’était attendue à tout, préparée à toute révélation mais l’imaginaire n’avait rien à voir avec la réalité. Là, entre deux mots, elle avait un nom et un Yu.
Elle en eut le souffle coupé.
Puis elle se souvint qu’il lui fallait garder la tête froide. Elle ne connaissait toujours pas son ennemi.
La respiration courte, elle se leva et se jeta sur son sac de voyage. Elle fouilla dedans et finit par extirper sa lame dans son étui.
Sky l’attacha autour de sa cuisse sous sa robe, comme elle avait coutume de le faire puis se tourna vers Garin.

- Désolée… dit-elle dans un petit haussement d’épaules, gênée.

Elle se s’adressa alors à l’homme.

- Combien la distance ? Si on retourne en centre-ville ca va ?

Et à l’adresse de Bogdan.

- Tu m’accompagnes ? Je connais pas ce type. Et je préfère avoir quelqu’un qui m’aide à surveiller mes arrières… ce sera plus prudent.

Elle se pencha sur le lit pour embrasser un Garin qui n’avait rien perdu de sa répartie malgré la migraine. Ca la fit sourire en y repensant.

- Je t’aime. Je reviens tout de suite, d’accord ? Bogdan reste avec moi…

Elle ne laissait pas vraiment le choix au roumain mais elle avait quelques questions à poser avant de laisser ledit Chavez prendre la tangente.

Si l’homme accepte, Garin et Bogdan aussi :

Installée en ce début de soirée au bar près de cette fontaine, un lieu qui risquait rapidement de devenir un QG, Sky attaqua les questions.

- Garin a eu une migraine juste avant notre arrivée en ville. Vous nous surveillez depuis quand ? C’est quoi votre Yu ? Qui est cet homme que vous avez contacté ? C’est quoi son nom ?

Et parce qu’il fallait bien y venir

- Rachel… comment ? Elle était mexicaine ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Au début, Garin chercha à retenir Sky. Non parce qu'il avait intimement besoin d'elle à cet instant, mais parce qu'il refusait de la laisser partir sans lui. Alors que l'homme était déjà à la porte en train de l'ouvrir, fronçant les sourcils en observant le petit manège de Sky, Bogdan força Garin à se rallonger.

"Je m'en occupe, ok ? Tout ira bien. Je suis un mec méga entraîné, tu te souviens ? T'as bonne mémoire, il me semble, pas vrai ?" Garin grogna, mais finit par abdiquer. Bogdan lui sourit et posa le HP sur sa poitrine. "Si tu as besoin de nous joindre, je garde mon téléphone avec moi."

"Putain, faites-le dégager ! Je me fous de qui il est !"

Garin pressa son front entre ses mains, à la limite des convulsions. Les mots de Sky ne l'apaisèrent même pas un peu. Il ne plongea dans un sommeil réparateur que lorsque les trois quittèrent enfin l'hôtel.

L'étranger n'était pas très emballé par la perspective de passer du temps avec eux, mais le regard de Bogdan le dissuada de s'enfuir. Qui plus est, Sky était venue chercher des informations. Toutefois, il ne sut vraiment s'il pouvait tout lui dire maintenant... Ou non. Les mains entre ses cuisses, la tête légèrement rentrée dans les épaules, il se fit tout petit à la terrasse du café. Bogdan ne le quitta pas du regard, prêt à lui bondir dessus s'il le fallait. Face à Sky, Tomas hésita, ne sachant comment se comporter avec elle. Il secoua alors la tête.

"Je ne vous surveillais pas. Ca m'a réveillé cette nuit, aussi. Vous avez dû passer pas loin de chez moi." Il secoua plus vivement la tête. Il ouvrit la bouche, mais Sky posait déjà une autre question. Il ne sut vraiment par quoi commencer et les yeux de Bogdan sur lui l'intimidèrent presque. "J'ai... Euh..."

Tomas passa de l'un à l'autre, les deux étaient armés à n'en point douter, il se sentit en plein interrogatoire et leva un index vers sa tempe.

"Je ne me souviens pas de son vrai nom de naissance. A l'époque... Elle portait le mien." Il se racla la gorge. "Tu devrais vraiment attendre Zaan pour poser toutes ces questions, je... Suis qu'un messager. Concerné, impliqué. Mais... Je suis censé garder mes distances. Je croyais que Garin serait seul, j'étais juste... Curieux."

Bogdan s'adressa à Sky d'une voix blanche, sans quitter Tomas du regard. Comme à Sky, le nom de Zaan le fit tiquer et il gronda à voix basse. "Il ne ment pas." Et sans laisser la place à une quelconque réponse, il posa son coude sur la table et se pencha vers lui. "C'est quoi cette mauvaise blague ?"

Tomas haussa les épaules.

"J'ai bien peur que ça n'en soit pas une."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky s’humecta les lèvres qu’elle avait soudainement sèches. Le nom de Zaan lui ramenait une foule de souvenirs plus déplaisants les uns que les autres.
Tibor le premier lui avait dit qu’il n’avait pas cherché à lui mettre le grappin dessus alors qu’il était en mesure de le faire, et voilà qu’elle se jetait directement sur sa route. Encore que… dans son esprit rebelle, c’est plutôt lui qui était encore sur la sienne.
Réfléchir.
Vite.
Bogdan aussi avait l’air assez déstabilisé par la révélation si elle jugeait par sa réaction.
Continuer de faire parler Chavez de tout et de rien… pour gagner du temps.

- J’ai du mal à te suivre Chavez. T’imaginais que Garin serait seul à se pointer au Mexique ? Ici ? C’est quoi ces maux de tête qu’il se tape… une alerte ? C’est lui l’alarme ?

Elle le lui avait dit. Dès qu’ils seraient à China d’une manière ou d’une autre celui ou celle qui les attendait le saurait. Elle n’avait pas imaginé de quelle façon et était loin d’appréhender un truc aussi machiavélique.
Si ca ne tenait qu’à elle, elle aurait gardé Chavez au frais, histoire de l’avoir sous le coude. Vous connaissez l’adage qui dit qu’il ne faut pas frapper le messager, qu’il ne faisait que délivrer le message justement ?
Pas Sky.
Elle en n’avait rien à foutre.
Si ce n’était Garin et ses migraines, elle aurait le mexicain enfermé dans ses chiottes.

- Raphaëlle… c’est mon nom de naissance ? C’est celui qui a été enregistré à l’hôpital… par Dolores.

Zaan se pointait et il avait des moyens qu’ils n’avaient pas. Et surtout elle ne voyait pas le rapport avec elle de façon clairement établie.
Et dans toute sa parano elle commença à suivre des liens qui ne lui plaisaient pas des masses.
Sky se concentra sur son verre de jus de fruits qu’elle n’avait pas encore touché.
Au moins, elle avait un nom. Rachel. Et en une seule journée d’enquête. Plus efficace tu meurs…
Elle jeta un coup d’œil à Bogdan, prête à laisser filer sa prise pour discuter avec lui.
Tout le monde connaissait Zaan.
Tout le monde n’avait pas l’immense bonheur de lui tomber dessus et elle se devait de mettre le roumain au courant de leur première rencontre si Tibor ne l’avait pas déjà fait. Mais loin des oreilles mexicaines.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Encore des questions qui mettaient Tomas mal à l'aise. Il se frotta les mains entre ses cuisses et tenta de répondre autant qu'il le pouvait.

"Ce ne serait pas la première fois que Garin voyage, si j'en crois le peu que je sais de lui. Alors, le Mexique ou ailleurs..." Il soupira et ses épaules s'affaissèrent. C'est... un paradoxe. Garin possède... Un truc à moi. Je peux pas être à deux endroits à la fois. Garin est une anomalie, alors quand Yu s'en rend compte, il essaye d'éliminer cette anomalie. Je pourrais lui retirer cette partie de moi, mais... Il mourrait probablement dans les semaines qui suivent." Il fixa Sky un instant. "Quelque chose me dit que tu préfères ces migraines à une lente agonie."

L'expression de Bogdan se fit de plus en plus menaçante. Il n'était pas venu armé au Mexique, mais il était doué pour s'en confectionner de fortune. Tomas hésita à la question de Sky. Zaan lui avait pourtant expressément demandé de ne rien dire, mais il était victime d'un concours de circonstance. Qui plus est... Zaan n'était pas son père et rebelle qu'il était, il lui arrivait de ne pas faire ce qu'il lui disait.

"Oui."

Tomas se contenta de répondre simplement à la question. Bogdan porta les yeux sur Sky. Leurs tentatives à la clinique avaient été fructueuses aussi, alors ?


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky ouvrit la bouche prête à gober les mouches. Elle ne comprenait rien de ce qu’il lui racontait. Comment Garin pouvait avoir quelque chose de ce type ? Quoi au juste ? Et puis dans quelles circonstances ? Encore que ok… son chéri avait peut-être bien encore plein de petits secrets qu’il gardait pour lui et dont elle n’avait pas besoin d’être au courant.

- Ouais… lui répondit-il un peu sèchement à ce sujet. Tu penses bien en effet. J’pourrais perdre un peu de ma lucidité si tu le touchais, tu vois ?

Y’a même quelque chose qui lui disait que Bogdan l’aiderait à s’en faire un joli collier de dents si elle en jugeait pas son attitude actuelle.
D’ailleurs le dénommé se tourna vers elle à sa remarque sur son prénom.
Sky haussa les épaules.

- J’ai pu accéder aux archives…

C’était pas franchement utile d’ajouter quoi que ce soit. Elle prit soudainement son verre et en bu une bonne moitié avant de reprendre la parole.

- Ok Chavez. Zaan veut me voir. C’est pas réciproque hein mais y’a un truc qui m’dit que j’ai pas vraiment le choix ! T’manières y’a un autre truc qui m’dit que s’il veut me voir, il me demandera pas non plus la permission…. Ca se passe comment ? Il vient frapper à la porte de ma chambre quand il est en ville ? Perso j’aimerais autant, plutôt que de se voir dans un coin que je connais pas…

Puis elle se tourna vers Bogdan et lui demanda

- T’es au courant qu’on se connait lui et moi ? J’ai juste hésité une seconde avant d’essayer de lui coller une balle dans le buffet… ca créé des liens… dit-elle en secouant la tête un sourire faussement jouasse sur le visage.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Sky était méfiante et Tomas ne put lui en vouloir. Malgré tout, chaque fois qu'elle prononçait son nom aussi sèchement, il grimaçait. Il n'était déjà pas habitué à ce qu'on l'appelle par un nom, tout court. La froideur de Sky lui fit encore plus rentrer la tête dans les épaules. Il préférait ne pas la mettre en colère.

"Je lui ai dit où vous étiez, alors j'imagine qu'il sait où te trouver."

Même si elle parlait à Bogdan, Tomas rit dans un grognement à l'entendre parler de son expérience avec Zaan. Les yeux du roumain, en revanche, s'agrandir progressivement alors qu'il penchait la tête. Il n'en croyait pas ce qu'il entendait.

"Mais pourquoi ?!"

Bogdan se tourna vers Tomas et fronça les sourcils, comme si l'entendre rire était tout sauf correct.

"Ca te fait marrer ?"

Tomas redoubla de rire.

"Oui ! Je suis même pas étonné et puis, c'est pas la première à s'y essayer."

"Quand ce sera mon tour, t'inquiète pas, je le louperai pas."

Tomas pris son verre dans une main et porta la paille à sa bouche. Alors qu'il hochait la tête, il haussa les sourcils, malicieux au possible.

"Oh oui, ça j'en doute pas. Mais prends un ticket, quand même."

Bogdan plissa les paupières. S'il ne tirait pas sur Tomas, c'était uniquement parce qu'il n'était responsable de rien.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Tomas Chavez était bien le seul à rire. Bogdan était sur les dents et Sky… perdue entre l’immensité du vide et l’espace intersidéral. Elle donnait le change, comme d’habitude, et peut-être même l’impression de maitriser un peu la situation mais au fond d’elle, c’était Hiroshima.
Il fallait qu’elle digère ce qu’elle venait d’apprendre en une seule journée, conjugue ses craintes pour Garin, de rencontrer Zaan et d’en apprendre encore, avec le maelstrom de sentiments qui la bouleversait quand elle pensait à sa mère, celle qui l’avait élevée bon an mal an, et cette inconnue qui l’avait mise au monde et payé de sa vie.
C’était beaucoup pour une seule personne. Beaucoup pour une minette de 18 piges qui venait tout juste de sortir d’un combat contre Mégalopolis et sa justice, gérait surtout des maliens, des clés et des chinois. Autrement dit, rien à voir.
Elle n’avait pas envie de rire elle. Loin de là.
Elle avait juste envie de hurler, comme elle l’avait fait dans la voiture.
Mais elle appliqua la méthode Hyun. Respirer. Calmement, profondément. Garder l’esprit clair.

- J’lai pas vraiment fait exprès… grogna-t-elle. J’avais la trouille…

Comme si ca excusait tout.
Elle observa Tomas et fronça le nez.

- Et t’es mon père ?

Oui bah un moment, fallait bien y venir.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Bogdan abdiqua en secouant la tête. Peu importait. Il se ferait Zaan dans un coin sombre, quand il n'y aurait pas de témoins. Il avait un rude contentieux à régler avec le vieux mutant des rues. Mine de rien, il y réfléchit. C'était une pensée bien violente et bien catégorique pour lui, si impulsif et instinctif. Il ne possédait pas le niveau de Tibor, mais il ne se serait jamais cru capable de penser comme lui, en tout cas. A l'intérieur de la partie la plus sombre de son esprit, Bogdan était en pleine guerre et commençait à comprendre un peu comment son meilleur ami avait pu devenir ce qu'il était devenu.

Son sang bouillait dans ses veines. L'idée de retrouver Zaan après tant d'années lui fit monter le rouge aux joues et augmenta la pression dans ses dents. Son genou se mit à danser frénétiquement tout seul sous la table. Et quand Sky posa la question qui tue, il daigna tout de même reporter son attention sur l'étranger histoire de s'assurer qu'il jouait pas au plus con avec elle.

Le coeur de Tomas manqua un battement et la question de Sky eut au moins raison de son pseudo rire. Il déglutit et devint tout pâle. Un regard à Bogdan lui indiqua qu'il ferait mieux de ne pas mentir s'il ne voulait pas d'ennui. Il ne connaissait pas cet énergumène-là, mais il n'avait pas envie de le tester non plus. Tomas était peut-être plus vieux qu'il en avait l'air, ce qui le rendait moins con que la moyenne, mais un adolescent s'évertuait à occuper son esprit et à fausser son jugement.

Il se mordit les lèvres et baissa les yeux en rentrant un peu plus la tête dans les épaules.

"Oui..." Bogdan haussa un sourcil. "Je suis désolé."

"Hey, tu pourrais au moins la regarder quand tu culpabilises."

Tomas ne se prit pas au jeu de Bogdan et releva ses yeux noirs dans les siens, le défiant d'essayer quoi que ce soit. Tomas n'était peut-être pas un vaillant combattant comme lui, mais au fil des années, il avait appris à placer quelques poings bien sentis. Les deux hommes se fixèrent à qui dégainerait son M16 le premier. S'il y avait bien une chose que Tomas ne supportait pas, c'était qu'on lui fasse sentir le poids de ses erreurs.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
D’abord elle ne dit rien.
Elle avait le regard aussi dur que le lui permettait sa frimousse de poupée mais il ne fallait pas s’y tromper. C’était sa tête des mauvais jours. De celle qui vous promet un ouragan prénom féminin quand c’est Sunny qui la fait.
Elle observa Tomas Chavez et balança furieusement la main en travers la table pour envoyer son verre s’éclater sur le sol à quelques mètres d’eux.

- On s’casse, dit-elle se levant.

Elle n’avait même pas envie d’en savoir plus. Pas pour l’instant. Elle avait atteint la limite de ce qu’elle pouvait encaisser.
Bogdan avait raison, la vérité vous laissait souvent plus de désillusions que de satisfaction mais elle se souvenait aussi comment les secrets avaient failli détruire le peu qu’elle avait.
Sky n’accorda pas même un regard à Tomas et reprit le chemin de l’hôtel. Si le mexicain se pointait dans les parages, grâce à Garin, elle le saurait tout de suite. Et pour le coup elle ne s’embarrasserait pas de considérations inutiles.
Quand elle entra dans leur chambre d’hôtel, Sky se débarrassa de sa lame et de son sac comme un automate et alla se réfugier dans les bras de son chéri. Elle avait envie de rester là, contre lui, pour calmer son cerveau qui bouillait dans sa boite crânienne et prendre sa dose de réconfort et de câlin.
Elle observa son profil et soupira. Pourquoi Chavez lui avait dit qu’il était une anomalie ? Qu’il avait quelque chose de lui ? Ca voulait dire quoi ?
En caressant sa joue, elle lui sourit doucement.

- Ca va ? Tu te sens mieux ? t’as faim ?

Ce genre de questionnement pragmatique la soulageait autant que sa présence.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
D'abord, Bogdan fut étonné de sa réaction. C'aurait été lui, il aurait probablement hurlé, cassé quelques trucs, mais il ne se serait pas levé pour s'en aller. Tomas garda la tête baissée et ne la retint pas. Il n'essaya même pas. Ce qui étonna Bogdan d'autant plus. Il regarda Sky qui s'éloignait déjà et soupira.

"Attends..."

Il se leva à son tour sans un regard à Tomas et rejoignit l'adolescente dont le pas était aussi allongé que le sien quand il marchait tranquillement. Un regard par-dessus son épaule, mais Tomas n'avait pas bougé.

"Tu es sûre de ce que tu fais ?"

Il referma la porte de la chambre derrière eux en arrivant.

"Sky, tu pourrais le regretter. Crois-moi, fuir n'est pas la solution."

En sentant sa main, Garin ouvrit lentement les yeux. La reconnaissant, il lui sourit doucement et acquiesça.

"J'ai l'impression qu'un camion m'a roulé dessus, mais ça va."

Sa voix était rauque et sa bouche pâteuse, il n'aurait pas renâclé à une petite heure de dodo en plus.

"Sky..."

Garin tourna les yeux pour voir Bogdan debout au milieu de la pièce.

"Qu'est-ce qui s'est passé ?"


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky entendit Bogdan prononcer son nom, tout ce qu'il avait dit et rien n'avait contribué à ce qu'elle s'apaise.
Même la question de Garin resta en suspend.
Puis elle se leva comme une furie et s'approcha du roumain l'index pointé comme une arme.

- Fuir c'est ce que je faisais quand j'échappais à l'enculé qui me tabassait. Fuir c'est ce que j'ai fait quand j'ai tiré la clé à Zaan avec un Tibor qui me collait au cul ! Mais pour le reste, JAMAIS j'ai fui, ok ? OK ? Ce type sait rien, il l'a dit deux fois ! DEUX FOIS !

Et sans même s'en rendre compte elle se mit à hurler au risque de joindre tout l'hôtel à leur conversation.

- CE TYPE c'est pas mon père ! Mon père il est blond comme moi ! Mon père il a son sourire, dit-elle en pointant Garin du même index, mon père il m'a appelée SKY ! PAS RAFAELLE PUTAIN ! SKY ! SKY MERDE !

Elle haletait, hors d'elle, hors de tout, toute en fureur. Quand elle essaya de reprendre son souffle elle se rendit compte que c'était Bogdan qui faisait les frais de sa colère. Elle le regarda incrédule et laissa tomber les bras le long de son corps en baissant les yeux.

- J'vais chercher à manger. Il aura faim quand il se lèvera. Ils ont toujours faim quand ils se lèvent. Toujours. Tout le temps. Tout le monde.


Joignant le geste à la parole elle passa la porte qui donnait dans le couloir.

- Y'a des distributeurs dans l'entrée
, marmonna-t-elle... je reviens.

Mais Sky ne revint pas.

Près du comptoir, dans l'entrée, le tenancier regardait d'un œil noir cette demoiselle toute blonde, le front appuyé sur la vitre du distributeur, le regard perdu dans le vague. La machine émettait un petit bip satisfait avant de cracher un gâteau emballé qui tombait sur le tas des autres gâteaux à ses pieds sans même qu'elle ne mette un peseta dedans. La donzelle ne prêtait même pas attention à ce qu'elle récoltait. Et le manège durait depuis de longues minutes.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Sauf que Bogdan ne se contenta pas d'écouter. Les sourcils froncés, il écouta le début et répondit à certaines choses. Du moins, ce qu'il arrivait à placer. De toute façon, même si elle n'écoutait pas, il parlait quand même. Il avait cette fâcheuse tendance à ne faire que ce qu'il voulait comme il le voulait.

"CE TYPE cache quelque chose, Sky, c'est évident, même pour toi !"

Il y avait de fortes chances que Bogdan se mette à hurler pour passer également plusieurs nerfs, se servant de la colère de Sky pour justifier la sienne. Il leva les mains et les yeux vers le ciel, excédé par la gaminerie de Sky.

"CE TYPE NE MENT PAS, Sky ! Il dit la vérité, regarde-moi et sache de façon certaine que tout ce qu'il t'a dit est VRAI !" Il brandit son poignet sous son nez, découvrant son faux tatouage qui dépassait de sous sa montre. "Mes taches bougent quand je dis la vérité et regarde !" Lentement, les bords de la tête loup déformèrent un peu plus la silhouette. Plus le temps avançait et moins cela ressemblait à un loup. "C'est ton père et il a les cheveux et les yeux noirs, c'est comme ça ! Et quoi ? Tu vas le laisser filer sans demander tes comptes ? Tu vas le regretter ! Demande-lui !" Il désigna Garin d'un geste vif. "Mais demande-lui !"

Garin n'intervint pas. D'abord parce qu'ils lui collaient une migraine du feu des diables, ensuite parce qu'il n'était pas certain de tout suivre. Lorsque Sky mit un pied dehors, Garin jura et mit un pied à terre. Il fut vite interrompu par Bogdan qui l'arrêta d'une main.

"Elle a besoin de moi."
"Non."

Garin releva les yeux sur lui, se demandant s'il allait le cogner tout de suite ou attendre qu'il ne s'y attende pas. Bogdan cligna des paupières et inspira profondément.

"Ce dont elle a besoin, c'est de quelqu'un d'objectif. Clairement... Tu ne l'es pas."

Garin baissa les yeux. Pour le coup, il dut reconnaître que Bogdan avait raison. Tout ce qu'il désirait, c'était protéger Sky et la serrer contre lui en lui disant de quitter cette ville et de rentrer à Megalopolis, loin des emmerdes. Il voulait lui dire ce qu'elle voulait entendre. Il dut reconnaître que Bogdan n'avait pas peur de pousser Sky dans ses retranchements. Il en serait bien incapable. Aussi, il finit par acquiescer doucement et abdiqua à son tour.

"J'ai fui pratiquement toute ma vie."

La voix douce de Bogdan arriva aux oreilles de Sky alors qu'il s'appuyait d'une épaule contre la machine. Il avait échangé la colère pour une certaine maturité. Il croisa un bras sur sa poitrine et gratta une vieille étiquette sur la vitre du bout de l'ongle.

"J'ai fui pour protéger ceux que j'aimais et c'est encore le cas aujourd'hui. Il m'arrive de fuir certaines vérités parce que je veux me protéger moi-même. La première chose peut être éventuellement une solution. La seconde..." Il secoua doucement la tête et porta son regard sur Sky. "Non. Définitivement pas." Il inspira profondément et se redressa en fourrant ses mains dans ses poches. "Je n'ai pas la prétention de pouvoir dire que je sais ce que tu traverses, mais je peux te dire que j'ai traversé d'autres choses et que... Je suis bien placé pour savoir que la vérité, c'est probablement la douleur la plus vivace et la plus douloureuse qui soit." Il fronça légèrement les sourcils en baissant les yeux sur tous les produits qui tombaient. "Je ne t'ai jamais parlé de quelqu'un. Un jour, tu m'as posé une question et je t'ai répondu assez évasivement parce que... C'est une des vérités que j'ai encore... Beaucoup de mal à accepter, mais... Yu... Transforme les gens. J'ai grandi avec une fille qui est née blonde comme toi, virant au roux à l'adolescence. Elle avait de jolis yeux bleus. Une peau un peu laiteuse et des taches de rousseur. Yu a balayé tout ça en une poignée d'heures. Ce type... est un Positif. Peu importe s'il a tes cheveux ou tes yeux, quelque chose l'a changé. Je suis désolé, Sky, mais ce qu'il dit est vrai. Et je ne pense pas que tu sois prête à tout abandonner si près du but. Tu n'as pas la moitié des réponses à tes questions, tu n'as qu'une... Fraction de la vérité. Viens là..."

Il sortit ses mains de ses poches et attira Sky contre lui pour la serrer dans ses bras. Il lui caressa doucement le dos en enfouissant son nez pensif dans ses cheveux.

"Aie confiance en moi. Je te guiderai. Je t'éviterai de prendre le mauvais chemin, je ne laisserai personne te dire de mensonges ou te cacher la vérité. Je peux sentir ses choses là. Je ne peux pas extirper la vérité comme Six, mais je peux te dire où elle n'est pas."

"Il y a autre chose, aussi." Bogdan redressa la tête pour se tourner et voir Garin s'approcher lentement d'eux. On aurait dit un fantôme et le roumain fronça les sourcils. "J'ai vu autre chose. Peu importe ce qui me lie à ce type, j'ai accès à ses souvenirs." Il regarda Sky, probablement aussi désolé qu'elle. "Le fait qu'il ne soit qu'à quelques centimètres m'a même donné le son. On aurait dit qu'on me hurlait dans tout le corps, que mes os en vibraient, c'était atroce. J'ai vu ta mère. Je crois que c'était pendant l'accouchement. Il était là et elle lui a fait faire la promesse de te protéger, de te mettre en sûreté. Elle lui a demandé de t'appeler Rafaelle." Il inspira profondément et soupira. "C'est le souvenir qui a frappé son esprit quand il t'a vue."

"Et là, comment tu te sens ?"

Garin haussa les épaules.

"Je suis un peu secoué et fatigué, mais... Plutôt bien."

Bogdan tourna les yeux sur Sky.

"Ce qui signifie qu'il n'est pas à côté de nous."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky ne répondit pas.
Le tenancier, lui, attendit que Bogdan fasse une pause pour lui baragouiner un truc en espagnol avec acrimonie en lui montrant du doigt le tas de victuailles aux pieds de la jeune fille.
Il recommença son petit laïus à l’adresse de Garin quand celui-ci se pointera d’ailleurs, espérant avoir plus de succès avec ce dernier : les denrées seront facturées en supplément et il ramasserait pas, c’était pas son travail non mais !

Elle ne réagit pas à ce que lui disait le roumain, non pas par envie mais parce qu’elle était en train de se battre avec ce qu’elle ressentait. Et là était le nœud du problème. Ce n’était pas une question de vérité, c’était une question de sentiment.
Bogdan prit Sky dans ses bras pour la réconforter et cela eut au moins l’effet de la sortir de son état catatonique.
Le papier plastique crissa sous ses sandales quand elle bougea.
Garin n’avait pas pu attendre dans la chambre visiblement et il se tenait là lui aussi, essayant de contribuer à la conversation comme il pouvait. Mais c’était un coup dans l’eau.
Peu importe qui étaient ses géniteurs, ils n’étaient pas ses parents.
Deux notions fondamentalement différentes et tout son combat intérieur devait se résumer à essayer de concilier les deux.
La vérité, là encore, n’avait rien à voir là-dedans.
Elle entoura la taille de Bogdan de ses bras en réponse à son serment, à la fois pour lui signifier qu’elle était toujours là et pour le remercier, puis leva des yeux rouges et gonflés sur lui.

- Tu comprends rien Bogdan.

Elle se dégagea de son étreinte avec douceur et ouvrit la main qu’elle serrait en poing. Dedans, un billet froissé.

- J’avais pas de monnaie…

Puis elle enjamba le tas de gâteaux sans y accorder un regard et passa à proximité de Garin. Elle posa son menton sur son épaule et lui murmura

- Je suis Sky. Je m’appelle Sky et t’as dit que c’était un beau prénom. Et puis je suis très fatiguée…

Pas besoin de maux de tête pour ça. Après tout, ils avaient tous les trois les heures de voyage dans les pattes, Garin avec ses migraines et Bogdan avec ses démons. Sky n’avait rencontré les siens qu’une fois à China mais elle avait de quoi être lessivée.
Avant de grimper les escaliers, elle se tourna une nouvelle fois vers Bogdan.

- Ton HP est prêt, t’as juste à le mettre dans ta chambre.

Elle hésita, regarda le plafond pour refouler des larmes puis ajouta.

- Demain on verra Zaan. Chavez est pas loin, j’en suis sure…

Sky ne savait pas quoi attendre de cette rencontre mais elle n’avait pas la force de l’appréhender. En fait, elle se sentait tellement vide que rien ne la touchait plus. Plus pour ce soir en tous cas.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
C'est là que Garin prit le relai. Il n'était peut-être pas le plus objectif, mais Bogdan avait fait ce qu'il voulait, maintenant, c'était son tour. Il tourna les talons après avoir traduit au roumain ce que le tenancier disait. Puis, entourant Sky d'un bras protecteur, Garin remonta à la chambre avec elle.

Bogdan soupira comme une âme en peine en les observant. Ca lui fit mal au coeur de s'être planté au sujet de Sky. Il aurait aimé lui dire quelque chose de réconfortant. Il lui sembla s'être planté en beauté et il dut bien reconnaître qu'en effet, si ce n'était ça, alors non, il n'avait rien compris.

Néanmoins, si eux avaient besoin de se reposer, Bogdan, lui, en profiterait pour se balader et se retrouver un peu seul avec ses démons, justement. Garin lui ayant si aimablement fait comprendre de gérer le tenancier, il commença par là. Rien que ça l'occuperait un petit moment, juste pour se faire comprendre. En tout cas, il ne payerait pas ce que Sky n'avait pas ramassé. Pas payé, pas mangé, pas remboursé, c'était tout.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky se laissa tomber sur le lit quand elle arriva dans la chambre. De son pied droit, elle enleva sa chaussure gauche, puis fit l’inverse.
Dès que Garin la rejoignit, elle se blottit contre lui, s’enivra de son odeur et de sa chaleur et se fit avaler par le sommeil.
Bien qu’il fut vide de tout rêve, comme à chaque fois, il fut de courte durée.
Elle ouvrit un œil, puis l’autre, pour constater que la nuit mexicaine était aussi noire que la nuit américaine. La chaleur était douce à ces heures et la climatisation devenait quasiment inutile.
Les bras de Garin étaient toujours là, réduisant son espace vital en un cocon protecteur au sein duquel elle se sentait en sécurité, si bien. Là, dans cet étrange pays inconnu dans lequel elle avait tant voulu aller, il était tout son univers.
Peut-être parce qu’elle avait pris du repos, surement parce que Garin lui procurait ce dont elle avait besoin, sans doute parce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de penser quoi qu’il advienne… les mots de Bogdan lui revinrent en mémoire.

- Je fuis pas…. chuchota-t-elle pour elle-même, un petit peu vexée qu’il ait pu le penser.

Dans son esprit, elle revit le visage de Tomas Chavez, détailla ses traits basanés si typiques et ses expressions. « Yu change les gens ». Garin ne lui avait-il pas dit qu’un jour il avait eu les yeux verts ? Quand il l’avait vu, Tomas n’avait pu manquer de souligner la ressemblance avec celle qu’il avait appelée Rachel et qui l’avait mise au monde.
Sky n’avait rien de Dolores et c’est pourquoi elle avait cru toute sa vie qu’elle tenait de son père. Mais la vérité était inverse visiblement. Si Tomas n’avait rien du père qu’elle s’était inventé alors peut-être devait-elle son patrimoine génétique à sa génitrice ?
Elle n’arrivait pas à se rendormir et se tourna face à Garin.
La vérité était souvent cruelle et Bogdan lui avait rappelé à quel point elle était pourtant essentielle. Avec un peu d’objectivité, tandis qu’elle contemplait dans les ténèbres le visage adoré de son homme, elle était même bien placée pour savoir à quel point il avait raison.
Rachel était sa mère biologique et avait voulu la protéger. Dolores était celle qui l’avait élevée, même mal, et avait fait de son mieux. Tomas était son père biologique et avait tout mis en œuvre pour exaucer Rachel. Ce blondinet au sourire ravageur était un doux mythe qui avait rendu son enfance plus douce.
Voilà.
A quoi s’était-elle attendue au juste en venant ici ? Un conte de fées ? Surement pas à tout prendre en pleine tête en une journée à peine de recherche en tous cas. Le tsunami l’avait noyée. Elle émergée doucement.

Sky soupira et se serra contre Garin. Elle le picora de petits baisers tendres qui, s’ils ne le réveilleraient pas, insensible qu’il était, le dérangeraient assez dans son sommeil pour qu’il ouvre un œil. Peut-être même ne dormait-il pas vraiment.
Quand il posa ses yeux sur elle, même dans la pénombre, elle lui demanda :

- Je lui ressemble ? A ma mère… il a dit que je lui ressemblais. Tu l’as vu, toi… je lui ressemble ?

Et après une longue hésitation :

- Il l’aimait ? Quand il lui a fait la promesse… dans son souvenir…






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Garin réussit-il à s'endormir rapidement ? Pas vraiment. Avant de se reposer dans le lit, il avait grignoter quelques trucs, mais son estomac encaissait encore les violentes migraines qui avait foutu sa journée en l'air. Sans savoir s'il avait chaud à cause de tout ça, de l'agacement, ou juste du pays, il retira son t-shirt et laissa Sky se caler contre lui. Il la resserra dans un bras et ferma les yeux en inspirant profondément, espérant s'endormir plutôt vite. Finalement, il se contenta surtout de se reposer et de veiller sur le sommeil de Sky. En fait, ça ressemblait plus à demi-sommeil. Le genre qui, au moindre mouvement, vous réveille. Alors, quand Sky se mit à gigoter contre lui, il porta une main à sa tempe pour lui caresser les cheveux et l'apaiser. Son geste se perdit à nouveau dans son demi-sommeil.

Il ne se demandait ni où était Bogdan, ni ce qui s'était passé avec l'étranger. Pourtant, c'était un sacré paquet de questions qui l'empêchaient de dormir. C'était comme un tas de démons qui ressurgissaient de son passé pour lui rappeler qu'avant d'être humain, il était un Candidat au pouvoir résonnant avec bien trop d'autres. Ca lui avait pourri ses premières années à la CIA et voilà que ça recommençait. C'était sûrement trop demandé de mener une vie tranquille. Malgré tout, il se demanda comment Bogddan pouvait faire. Sa relation avec Gen, sans qu'il en soit jaloux, semblait si facile.

Les baisers de Sky lui firent rouvrir les yeux et il tourna la tête vers elle en reprenant la caresse de sa tempe. Il réfléchit et les mots de Bogdan revinrent à son esprit. Il n'était pas objectif lorsqu'il s'agissait de Sky. Qu'est-ce que ça signifiait ? Qu'il était trop optimiste ? Voilà autre chose ! Lui qu'on reprochait d'être défaitiste. En attendant, pas de Bogdan pour détecter les mensonges, Garin aurait eu tout à loisir de ne dire à Sky que ce qu'elle voulait entendre. Et il le lut dans ses yeux, dans lesquels la lueur nocturne se reflétait. Finalement, alors qu'un sourit naissait sur ses lèvres, il opta pour aucune des options possibles et préféra un troisième passage. L'humour.

"Bah disons qu'avec tous ses cheveux collés sur la trogne, tout ce qu'elle transpirait, je sais pas si ce serait un super compliment, tu vois. Elle a dû en chier pour te pondre, ça c'est net !"

Ok, la délicatesse ce n'était pas toujours son fort. Mais il secoua la tête en retrouvant un peu de son sérieux.

"Je saurais pas te dire, c'est qu'un souvenir et honnêtement, c'était vachement tordu. Je sais pas comment t'expliquer. C'était flou parfois et y avait un sifflement horrible qui me perçait les tympans, comme quand une bombe t'explose trop près de la gueule. S'il ressentait un truc, j'ai pas trop eu le temps de l'analyser. C'est pas comme mes propres visions que je vis pleinement. C'est... Autre chose." Il fronça les sourcils en réfléchissant. "Maintenant que je prends le temps de recomposer les images et les sons, je sais pas te dire si ce que j'entendais, c'était sa voix à lui ou un autre. C'est tellement confus, c'est atroce ! Y avait plein de lumière, de toutes les couleurs, j'ai jamais eu aussi mal à la tête que ça. Je sais pas te dire si c'est son souvenir qui est aussi distordu, ou si c'est mon cerveau qui a tenté de le rejeter. Parce que dans la voiture, c'était beaucoup plus clair." Il secoua la tête. "J'en sais rien, Sky, je suis désolé... Si on pouvait m'hypnotiser pour que j'accède à nouveau à ce que j'ai vu, je le ferai. Mais..." Il s'humecta les lèvres en réfléchissant. "Il était concerné, oui. Il n'arrêtait pas de dire que tout irait bien."


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Comme on connait ses saints on les honore… et Sky était toujours aussi bon public. En d’autres circonstances elle aurait peut-être franchement ri mais il réussit tout de même à lui tirer un large sourire. Comment aurait-elle pu envisager de venir ici sans lui ? Même quand elle était en miettes, il arrivait à l’amuser.
Bien sur Sky savait que ce n’était pas à Garin qu’elle devait poser les questions mais elle cheminait doucement et avec lui, elle pouvait tout se permettre. Même de se montrer aussi peu combative… ou de commencer à accepter la réalité.
Elle l’écouta attentivement même s’il ne lui apprit pas vraiment grand-chose. Pourtant, elle se remémora les quelques mots de Chavez et d’autres questions pointèrent.

- Sert à rien… qu’on t’hypnose. T’as rien dans le crâne !


Donnant-donnant. Son sourire s’élargit et elle soupira en fermant les yeux. Elle savourait sa caresse sur ses cheveux, ce geste qui apaisait ses craintes et son cœur. Comme si elle redevenait un peu petite fille sous ses tendresses. Ca lui faisait tellement de bien… une oasis dans son désert.
Elle parlait tout doucement pour ne pas rompre cet instant, cette parenthèse où elle pouvait se laisser aller contre lui avant d’affronter la suite.

- Il a dit qu’il y avait quelque chose de lui en toi. C’est ca qui te rend malade… Yu réagit… Ce n’était pas une image, c’était pour de vrai. Qu’il pouvait le reprendre mais que tu en mourrais.

Elle jugea inutile de préciser quelle réponse elle lui avait faite. Garin n’avait pas besoin d’être grand druide pour le savoir.

- Il sait que tu as voyagé beaucoup…

Sky se tortilla un peu mal à l’aise. Elle avait le sentiment…

- … comme s’il te surveillait… te connaissait… tu l’as jamais vu avant ? Même, il y a longtemps ? Croisé quelque part ?






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Garin DeLyons
avatar
J'ai pouffé de rire. A vanne donnée, vanne rendue. J'ai retiré mon bras de sous sa nuque pour me tourner vers elle, appuyant ma tête dans ma main. De l'autre, j'ai mêlé ses doigts aux miens et j'ai embrassé ses yeux quand elle les a fermés. C'est marrant parce que Sky et moi on a toujours parlé de partir dans un pays comme celui-ci. Mais dans nos plans, on y restait.

Je l'ai écoutée - sans trop entendre - mon nez embrassant le sien doucement. C'est pas parce que j'ai pas de sensation que ça me prive de mes gestes. Je suis pas un mauvais bougre, et en vrai, je suis même plutôt tactile. Quand je vous dis que Yu a un humour de chiottes, c'est vraiment parce que je parle d'expérience. Sauf qu'à un moment, et ben... Vous êtes bien obligés de vous intéresser à ce qu'on vous dit.

J'ai reculé la tête en fronçant les sourcils. J'avais pas la moindre idée de ce dont elle me parlait à cet instant. Pour autant, j'ai préféré dédramatiser la chose.

"Ouais bah... Tu sais, y a un paquet de mecs qui m'observent. Et je suis le fruit d'une agence gouvernementale. Ils m'ont créé. Alors je serais pas étonné qu'ils m'aient retrouvé et qu'ils sachent pas comment m'approcher, encore. Cela dit, c'est bon signe, ça veut dire que je leur fous les miquettes. Mais non, cui là, il me dit rien."

J'ai ri doucement en approchant à nouveau mon visage du sien pour l'embrasser. Ce que je me disais, c'était qu'une bonne nuit de repos ne lui ferait pas de mal. Et ressasser toutes ces choses, elle n'en avait pas besoin. Qui plus est, c'était un de mes fantômes, alors je m'en occuperai plus tard. Moi-même. J'avais pas besoin de mêler Sky à ça. Pas que je voulais lui cacher des trucs ! Mais j'avais vraiment pas envie de la mêler à ça.


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Ses doigts trouvèrent les siens et ils lui répondirent. Elle s’en voulait un peu de le tourmenter avec ses questions alors qu’il devait lui aussi récupérer de ces migraines à vous rendre fou. Mais chacun de ses baisers était comme une sucrerie addictive. Les fenêtres donnaient sur une rue vide quoique non dépourvue de vie et le bruit familier du ressac lui manquait.

- Manque l’océan… dit-elle d’abord comme seule réponse à ses réflexions, suivant le cheminement de ses pensées.

Puis Sky lui rendit son baiser et sourit de nouveau dans la nuit.

- T’as sans doute raison. J’oublie toujours que t’as ton lot de casseroles au cul et que c’est pas pour cuisiner…

Garin avait un passé à remplir un semi-remorque alors il était fort probable que Chavez n’ait qu’un lien éloigné ou ténu avec tout ca. Et même le hasard pouvait être une vraie pute quand il voulait faire les choses alors… qui vivra verra comme on dit, non ?
En tous cas, elle espérait sincèrement que ses caprices de gamine ne l’avaient pas mis inutilement en danger. Ca ne faisait qu’un seul jour qu’ils étaient là, et la seule expérience positive de tout ceci était qu’elle avait pris l’avion. Chouette. Pour le reste…
Ca l’encombrait. Elle ne savait pas quoi en faire à part s’en rendre malade et… l’arrivée de Zaan ne lui inspirait définitivement pas confiance.

- J’dois voir Bogdan avant Zaan. Y’a un truc qui m’dit qu’on devrait mettre sur la table les contentieux qu’on a avec lui histoire d’éviter les mauvaises surprises.

Le plus simple aurait encore été de prendre ses cliques et ses claques et de se barrer. Elle avait eu la réponse à sa question « qui était ses géniteurs » et elle pourrait s’en contenter. Ou pas. Le comportement de Chavez ne cessait de l’interroger. Il ne s’était pas comporté comme un père qui retrouve une fille perdue… il avait été prudent, distant, répétant sans cesse qu’ils devaient attendre Zaan. Ce qui soulevait d’autres questions qui allaient au-delà de ses origines.
Elle se souvint alors que Garin ne savait rien de l’échange qu’ils avaient eu. Il avait été assez délicat pour ne pas poser de questions. Elle s’éclaircit un peu la gorge mais parlait toujours à voix basse.

- Rachel a demandé à Tomas de me protéger. C’est ce qu’il a fait en me confiant à Dolores. Il y avait une raison à ca et celui qui peut me dire pourquoi, c’est Zaan Lareck. Il arrive. Il sera là demain…

Et parce qu’elle doutait quand même, elle avait besoin de son avis mais elle le lui demanda de façon détourné.

- On peut encore partir maintenant… on peut aller voir l’océan tant qu’on est là… non ?







She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
"Qu'est-ce qui te fait penser que Bogdan a un contentieux avec l'autre uluberlu ? J'en ai qu'entendu parler, en ce qui me concerne. Jamais rencontré le dit gars en personne. C'était... Ou ça l'est peut-être encore, j'en sais rien, le contact d'Abel. Ou du moins, un des contacts. C'était un peu le... Boss du boss, tu vois ce que je veux dire ? Mais je le connais pas et je sais même pas à quoi il ressemble."

Quoiqu'il en fut, aux yeux de Garin, Sky s'inquiétait vraiment trop. Dans sa philosophie, il ne servait à rien de s'énerver sans moyens. Ça ne servait qu'à se faire monter soi-même la moutarde pour pas grand chose, si ça se trouvait. L'anglais soupira et pencha la tête pour la dévisager, écartant doucement une mèche de sa tempe. En gros, elle lui demandait de prendre une décision pour elle, comme si ça pouvait rendre les choses faciles. Mais même à sa place, il n'aurait pas su quoi faire. En fait, à sa place, en vérité, il n'aurait pas attendu que ça se passe. Ni autant de temps, ni en si peu de temps. Il aurait probablement déjà cogné son père pour l'avoir abandonné et maudit sa mère ... Pour l'avoir abandonné aussi, tiens. Il caressa sa joue du pouce en retrouvant son sérieux.

"On le verra toujours, peu importe quand et où. On a tout notre temps."

Il l'attira à lui et l'enferma dans son étreinte en embrassant son front. Puis, au bout d'un temps, il ajouta.

"Mais je peux te dire deux choses. La première, c'est que Bogdan a tort. Tu n'es pas obligée de rester. Tu n'en as pas le devoir. La seconde... C'est qu'il a raison. Tu le regretteras si tu ne poursuis pas ton idée maintenant." Il décala la tête pour pouvoir la voir, caressant doucement son bras. "Tout ce chemin parcouru, ce serait idiot de partir maintenant. Non ?" Il tourna les yeux vers son épaule, dessinant des formes imprécise sur sa peau. "Je crois que tu devrais dormir. Te reposer un peu et... Il sera bien assez temps de réfléchir clairement à tout ça demain, avec un café et un morceau de bacon et des oeufs brouillés. Un truc qui tient au corps, tu vois ce que je veux dire ?"


Revenir en haut Aller en bas
Sky Cervantes
avatar
Sky grogna pour seule réponse à tout ce qu’il venait de lui dire. Il partageait cet avis selon lequel il valait mieux vivre avec des remords que des regrets. Est-ce qu’elle viendrait à regretter d’être retournée à l’océan sans avoir entendu Zaan, sans avoir demandé à Tomas des précisions sur ce qu’il lui avait suggéré ?
En fait, sa véritable angoisse était de perdre Garin dans l’histoire. Et la seule chose qui la terrifiait, c’était de savoir que Chavez pouvait potentiellement être une menace pour lui mais qu’elle ne savait pas laquelle.

- Avec des gâteaux, le petit déjeuner… j’aime bien les gâteaux. Ma mère disait que depuis que je marchais, j’me serais nourrie que de ca.

Sa mère. Enfin… Dolores. Elle y repensa, revit son visage tordu par les coups. En trois ans, elle avait changée elle aussi…

- Quand je reviendrai à Megalopolis je l’aiderai. J’ai un endroit pour elle, si elle veut. Je ferai gaffe à ce qu’elle ait à bouffer et ce qu’elle a besoin !

Sky inspira profondément. Elle avait besoin de repos oui, même si elle avait déjà pris un acompte. Sa peau se hérissa de chair de poule et elle regarda Garin avec amusement.

- Je parlerai à Bogdan au p’tit dej. S’il veut tuer Zaan, ce qu’il a dit ouvertement, je veux savoir pourquoi.

Puis après une petite seconde de réflexion :

- Et si tu veux que je dorme, arrête de faire ca !
dit-elle dans un sourire en repoussant ses doigts qui dessinaient des formes obscures sur sa peau.

Elle s’installa plus confortablement mais ne prit pas pour autant la peine de se changer. Elle s’était endormie habillée, elle pourrait bien continuer.

- Toi aussi faut que tu te reposes. J’ai besoin de toi…

Au propre comme au figuré. Elle posa sa main sur sa joue et l’embrassa avec tout l’amour qu’elle avait pour lui. Elle évitait de lui répéter inlassablement qu’elle l’aimait pour ne pas le saouler, même si, à son goût, ce n’était jamais trop.






She's from a different world
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t908-sky-cervantes-cyberpathe http://forum.childrenofluxaeterna.com/t909-sky-cervantes
Zaan Lareck
avatar
Garin dut reconnaître que son petit lien avec Bogdan le dérangeait toujours un peu. Sky lui dirait probablement qu'il a une drôle de définition des priorités pour s'inquiéter, qu'il y avait plus important. Mais alors qu'il serrait Sky contre lui pour lui embrasser le front, l'enroulant dans un bras, il n'y avait qu'une chose qui comptait pour lui à présent.

"Cette fois, je serai là pour te protéger."

Ca faisait toute la différence. Et cette fois, il put s'endormir.

Il fut réveillé par des voix dans le couloir, des touristes qui passaient par là. Il ouvrit doucement les yeux et inspira profondément en s'éveillant au monde. Sky dormait encore et tout lui revint en tête. Au moins ne se réveillait-il pas avec une migraine, c'était bon signe. Il tendit le bras pour regarder son téléphone et y trouver un bref message de Bogdan qu'il n'avait pas entendu, l'informant qu'il sortait prendre l'air. Le message datait de fin de soirée. Il en profita pour regarder l'heure. Il crevait de faim, pour le coup et souhaitait profiter de l'heure matinale et de sa relative fraîcheur.

Garin se défit de son étreinte doucement. Quand elle grogna, il la rassura d'une voix douce, lui promettant de revenir très vite. Il avait peu dormi mais contrairement à Bogdan, ce n'était pas un très gros ronfleur. Il enfila un maillot de basket et des tongs et sortit de la chambre pour aller frapper à celle de Bogdan. Pas de réponse. Il traîna alors ses pieds de jeune homme ensommeillé vers l'accueil. Les cheveux en pétard et l'oeil hagard, il retrouva leur veilleur sur la fin de son shift. Il lui demanda alors si son compagnon de fortune avait été vu durant la nuit et le gardien lui répondit que oui, il était rentré. Il lui demanda si quelqu'un d'autre était venu et avait demandé après eux, mais rien.

Tant mieux, songea Garin, ça l'aurait bien gonflé de le chercher partout. Sur le bord de la piscine, l'anglais s'installa à une petite table sous un parasol et étudia la carte des petits déjeuners. C'était si calme. D'ici, il avait au moins une vue sur le hall d'entrée. Il saurait bien assez tôt si Tomas refoutait les pieds à l'hôtel. Zaan connaissait-il son visage, ou uniquement celui de Sky ? Il se posa également la question de savoir si les liens de Zaan et Bogdan étaient les mêmes que ceux avec Abel, ou s'il y avait autre chose qu'il ignorait. Ca ne serait pas étonnant, considérant que le trio avait vécu quelques années ensemble avant qu'il ne débarque au sein du groupe. Quant à pourquoi il voudrait se faire Zaan... Pas la moindre idée.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Bogdan/Garin/Sky] Breakfast in America
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: LA PLANÈTE DANS LES ÉTOILES :: Le Monde-