2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 Maddison DeLuca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maddison DeLuca
avatar


feat Genevieve Cortese-Padalecki
Maddison DeLuca
« Science now performs miracles like the gods of old, creating life from blood cells, or bacteria, or a spark of metal. But they're perfect creatures. And in that way, they couldn't be less human. There are things machines will never do. They cannot possess faith, they cannot commune with God, they cannot appreciate beauty, they cannot create art. If they ever learn these things, they won't have to destroy us. They'll be us.»


[ ] NÉGATIF [•] POSITIF [ ] CANDIDAT

Lieu et date de naissance 21 mars 2047 à Kansas City (KS)
Déclaré(e) [•] OUI - [ ] NON
Identité(s) connue(s) Maddison Clare DeLuca, Maddie, D
Activité Officier de police, Leader du quartier Sliders dans l'Underground
Situation Célibataire
Groupe Underground

CHRONOLOGIE


2047
21 mars • Naissance à Kansas City (KS)

2055
Octobre • Bataille de Lux Aeterna à Baltimore (MD)

2056
Juillet • Décès de Tereza DeLuca et Benjamen Jackson / Naissance de Logan Jackson
Août • Entrée dans les services d'adoption

2058
Janvier • Mise sous gardiens légaux Ariana et Sean Davis à Boston

2064
Juin • Prise de service militaire

2069
Avril • Fin de service militaire
Juillet • Tutrice légale de Logan Jackson et Amber Trent à New York

2071
Février • Fondation de l'Underground à Megalopolis

2072
Octobre •
Liberation, danger ou espoir ? feat. Abel Henoch FLASHBACK
Novembre • Division des quartiers de l'Underground
Décembre • Entrée dans la police de Megalopolis

2074
Janvier • Enquête sur les lois prénatales
Roule, je te suis feat. Hayden Walsh RP
Février •
Un jour, des souvenirs feat. Logan Jackson FLASHBACKS
L'avenir devant soi feat. Elijah Monroe RP
With great powers feat. Elijah Monroe RP
Mars • Disparition de Tim Novak
Hey you feat. Maybel Ashkevron EPISODE
Welcome to Megalopolis feat. Ulysse Ashkevron EPISODE
Mai •
Tim spent in reconnaissance is seldom wasted feat. Samaël RP
Quitte ou double feat. Abel Henoch RP
Pomme C feat. Archibald Akton RP
Sous le signe de l'unité feat. Reese Owen & Maze Ellis RP
Juin •
How to save a life feat. Samiha RP
Allô le Comédien, ici Maman feat. Archibald Akton & Samiha RP
L'éveil appelle la faim feat. Matthew Dare RP
Septembre •
The Moment of Truth feat. Archibald Akton RP
Deux flics et des nouilles tièdes feat. Jefferson Stark RP
Bad Mojo feat. Maze Ellis RP

2078
Décès à Megalopolis (PD)



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Maddison DeLuca
avatar
The Maddison Road


Explosions in the Sky - Waking Up



– Pourquoi vous engager dans l’armée ?
Snowden High-School,
Boston, Massachussets
J’avais tout juste 17 ans à l’époque. Et les études, c’était pas mon truc. Et ça ne le serait jamais, d'ailleurs. J’avais déjà des envies de grandeur. Cette question, on nous la posait plus qu’à d’autres. On étudiait notre réaction en silence, s’attendant probablement à une différence notable, quelque chose qui rappelle à quel point nous étions différents.
– Pour servir ma patrie, Monsieur.
2064
Et ça, c’était sûrement le genre de réponse qu’on lui servait à chaque fois. On était nombreux dans le hall à attendre pour cet entretient. La plupart avaient le regard vide, patient. Ils n'étaient là que par curiosité, parce qu'ils s'ouvraient à des horizons qu'ils ne connaissaient pas. Ils venaient prendre des informations. Dans le lot, nous n'avons pas été, finalement, très nombreux à repartir avec notre formulaire de recrutement. Dans ma tête, j'entendais la voix de l'homme en face de moi : "Dites-moi quelque chose que je ne sais pas." Avant d'entrer, ils scannaient la puce électronique dans notre poignet afin de savoir qui nous étions et ce que nous étions. Des humains "normaux", ou bien des êtres "exceptionnels". Je faisais partie de la seconde catégorie et, à ce titre, j'étais assez anxieuse. J'avais les joues rouges et je faisais mon possible pour que mes yeux ne se baladent pas nerveusement dans toute la pièce. Il a relevé le menton, suffisamment pour montrer qu’il me jaugeait et il a croisé un bras sur le bord de la table, posant son stylo sur son bloc-notes. J’ai serré les dents. Je sentais son regard perçant le mien, et j’ai eu un frisson dans le dos. Si aujourd’hui, je suis une femme accomplie, à l’époque, j’avais tout de l’adolescente rebelle qui a décidé de défier les lois de la nature, de l’apesanteur, mais surtout de l’autorité. Il voulait que je réponde quelque chose qui soit en ma faveur, quelque chose qui importe. Il voulait probablement voir en quoi j’étais différente et en quoi je méritais de prendre la place d’une autre. Une « normale », qui ne causerait pas de problèmes, en théorie. J’ai cligné des yeux.
– Pour faire quelque chose de ma vie, Monsieur. Quelque chose d’important.
– Qu’est-ce qui est important, pour vous ?
Je prenais du temps pour chaque réponse, je ne voulais pas qu’il me croit dans une passade, une période qui me lasserait plus vite qu’une autre, simplement parce que j’avais besoin de me prouver quelque chose. Mon coeur s’accélérait, je le sentais cogner dans ma poitrine. Cette impression à la fois désagréable et chargée d’adrénaline quand vous comprenez que vos actes et vos paroles sont déterminants.
– Me battre. Pour ce en quoi je crois.
L’instructeur désigné aux recrutements s’est légèrement dandiné sur sa chaise avant d'écrire quelque chose, mais j'étais trop loin pour arriver à lire, qui plus est à l'envers. J’ai entrouvert les lèvres. Il ne me quittait pas des yeux, pas une seconde, et je commençais à avoir envie qu’il m’achève pour sortir d’ici. Je ne voulais pas qu’il sache, je ne voulais pas qu’il voit. Mon coeur allait bientôt exploser dans ma poitrine. Cette dernière se soulevait de plus en plus rapidement mais je m’efforçais de rester droite, irréprochable. J’avais enfilé ma plus belle toilette pour venir. Un pantalon noir avec un débardeur blanc au col serré. La petite vague de chaleur qui couvrait Boston depuis deux jours aurait dû me dissuader de porter une veste. Néanmoins, pour me montrer présentable et non décontractée, j’en avais emprunté une que j’avais serrée d’un bouton. Mes cheveux châtains aux reflets roux étaient relevés en une queue de cheval broussailleuse et pleine de boucles, afin de libérer mon visage. N'étant pas une passionnée de maquillage, la seule couleur que j'arborais était le vert de mes yeux mais ma peau était légèrement halée et mes lèvres à peine plus claires. Je n’avais pas de chaussures adéquates. J’avais grandi d’un seul coup et n’avais pas souhaité renouveler ma garde robe. J’aurais peut-être dû, si seulement j’avais su que je me retrouverais là un jour. Je portais une pauvre paire de baskets, trouées qui plus est, dissimulée par le bas de mon pantalon, mais je n’arrivais pas à me décider à les jeter. Elles m’avaient porté chance jusqu’ici. Alors pourquoi m’en séparer, si près du but ?
J’ai dégluti en attendant que l’instructeur daigne reprendre la parole comme il semblait vouloir le faire. Comme moi, il choisissait ses mots. J’ignorais son âge et ne me souvenais plus de son nom. Il s’était pourtant présenté quand j’étais entrée. Il avait chaud, comme moi. je le voyais aux auréoles sous ses aisselles et à son col. Des gouttes perlaient sur son front. Une seconde, je me suis demandée s’il s’agissait de la température ambiance ou bien était-ce parce que je le mettais mal à l’aise ? En attendant, je jouais avec l’une des bagues autour de mon doigt, de plus en plus vite, au rythme des battements de mon coeur. S’il ne parlait pas dans les secondes qui suivaient, je le faisais.
– Et en quoi croyez-vous, Mademoiselle DeLuca ?
La peur… C’est le désir de changer sa vie. Pour toujours.
– En Vous, Monsieur.
Voilà une réponse à laquelle il ne devait pas s'attendre. Je l'ai lu, dans ses yeux. Et alors, en une fraction de seconde, j'ai senti mon coeur bondir. J'ai senti cette vague de chaleur en moi. Quand il m'a souri, c'était comme si le monde s'ouvrait à moi. Ca n'avait rien d'une grande accolade, ce n'était pas non plus proche d'un éclat de rire, ce n'était qu'un sourire, entendu. Un sourire auquel j'ai répondu en l'imitant, ce qui n'a fait qu'étirer un peu plus ses lèvres. Le rouge m'est monté aux genoux en creusant mes fossettes.
Peut-être que ce jour-là... Je n'étais pas si différente d'une autre.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
 
Maddison DeLuca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: RAPPORTS D'ACTIVITÉS :: Carnet de bord-