2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [ENQUÊTE] Positiv' Business - 15/01/74

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shannon O'Dair
avatar
Positiv' Business

« Megalopolis Post - 15 janvier 2074
Une enquête exclusive de Shannon O’Dair »


Si depuis les années 30 le gouvernement nous assène de messages rassurants quant à la « Menace Positive », force est de constater que malgré les efforts initiés par le Programme de Restructuration Démographique, il y a chaque année près de 8% des naissances recensées sous le matricule Positif. Comment, malgré les lois prénatales en vigueur, des milliers d’enfants porteurs de l’anomalie rejoignent les rangs de citoyens de notre noble patrie ? Enquête au cœur d’un business juteux.

DES INÉGALITÉS TERRITORIALES



John Garver, Gouverneur de l'état de Louisiane
Qu’on se le dise : nos compatriotes de la côte Est sont plus laxistes en matière de régulation des naissances que ceux du centre voire de l’ouest de notre beau pays. Il faudrait tempérer cette affirmation en y ajoutant que les habitants des états au sud de la Ceinture Positive sont de vrais tyrans. Ou devrions-nous plutôt dire de parfaits citoyens puisque les lois prénatales y sont respectées à plus de 90% si on en croit le taux d’IVG par rapport au nombre de déclaration de Positifs dans ces contrées. La palme revient haut la main à la Louisiane, déclaré « Premier état sans Positif » par son gouverneur républicain Mr John Garver, dont les tempes grisonnantes et le front décidé ne font que témoigner de sa profonde sagesse en la matière.

Avant d’approfondir tout cela, rappelons brièvement les obligations qui incombent à chaque américaine à l’utérus occupé : subir un examen gynécologique accompagné d’un prélèvement ADN afin de s’assurer que l’embryon est bien Négatif, et ce avant la douzième semaine d’aménorrhée.  Bien entendu, cette mesure ne concerne pas les femmes Positives qui n’auront pas le mauvais goût de tenter l’aventure de la maternité. C’est que non seulement elles risqueraient de transmettre leur vilaine tare à une progéniture qu’il faudrait alors éradiquer, mais on en profiterait pour leur enlever toute envie –ou possibilité- de recommencer. Comme le soulignait encore la semaine dernière l'éventuel candidat conservateur Wilkins à la présidence de la Maison Blanche, l’être Positif est la « victime collatérale d’un drame mondial : l’infection de nos terres et de notre patrimoine par un agent extra-terrestre ; la conséquence criante des ravages du terrorisme qu’il faut pour le bien de la communauté et l’avenir de notre nation, faire disparaître irrémédiablement ».  A ce titre donc, il est difficile de se morfondre sur le cas de ces enfants qui ne naîtront jamais et qui n’auront donc pas à souffrir toute leur vie d’être tout un tas d’autres choses peu valorisantes.

Pourquoi alors l’état civil fait encore mention d’enfants Positifs et pourquoi les Fichiers Officiels des puces électroniques continuent à comporter de nombreuses immatriculations dès lors que l’immigration de Positifs est étroitement contrôlée à nos frontières ?

UN PERSONNEL MÉDICAL DIVIN

Aujourd’hui les contrôles prénataux sont encore effectués par des êtres humains qui ont la fâcheuse tendance à craquer face à des situations faisant appel à des sentiments tels que l’amour, la pitié ou l’empathie. Il n’est pas anodin de relier à cela l’importance des dirigeants religieux qui ont refusé de prendre position en faveur de l’Interruption Médicale de Grossesse, voire encouragé leurs fidèles à ne pas se salir les mains avec des pratiques qu’ils jugent en désaccord avec les préceptes divins.



Père William Rosenberg, Fondateur de Lux Aeterna, au cours de son procès à Baltimore, en 2054
On se souvient des actes du Père William Rosenberg dans les années 30 à 50, visant à protéger toute vie, quelle qu’elle soit, en fondant Lux Aeterna, le plus grand foyer d’adoption de Positifs et de protection des Candidats, et ce, sans oublier les enfants Négatifs délaissés selon une bonne vieille méthode humaine. A l’époque jugé par le tribunal d’instance de Baltimore, le Père Rosenberg a été le premier accusé de fraude aux lois prénatales. Nombreux sont ceux qui ont tenté de suivre ses travaux, en vain.

« Il semble logique que ces Maisons de Naissance aient commencé à apparaître à la mort du Père Rosenberg, à la fin des années 30. », déclare une assistante sociale de Megalopolis. « Il a été la lumière au bout du tunnel, un symbole d’espoir pour beaucoup d’enfants à une époque révolue. L’annonce de son décès a frappé bien plus de personnes que le gouvernement a bien voulu entendre. De nombreuses personnes ont vu sa mort comme un acte de sacrifice et je sais que certains ont attendu sa résurrection. Aujourd’hui, c’est un hommage. » Depuis 20 ans, le corps médical a connu la vague de démission la plus spectaculaire de cette moitié de siècle et il a été difficile de recruter de bons vieux athées pour prendre leur place dans les blouses. « Mais avec tout le respect que je dois à ce type, révolution ou non, il n’est plus là. », poursuit Nick, un membre des Paramedics. « Ces Maisons agissent sans regarder vers le passé. Ce qui compte, c’est aujourd’hui et maintenant. Ce sont nos actes qui importent. Nous ne sommes rien sans ceux qui ont forgé notre avenir dans le passé, mais nous devons à présent regarder notre propre futur et l’image de celui que nous voulons donner à ceux qui viendront après nous. C'est un combat de tous les jours. »

Ainsi, on estime qu’une grossesse sur cinq échappe à la première loi prénatale, offrant à la future mère la possibilité de poursuivre sa grossesse en toute illégalité, moyennant des soins parfaitement adaptés.

DES TOUR OPERATOR DANS LA COMBINE



Tami Whitmore, consultante pédiatre et gynécologue au Cook County Private Hospital de Chicago et Noah Doldinger, Directeur associé de Thomas Cook
Si la pratique était encore marginale à la génération précédente, à présent des services gynécologiques entiers sont encouragés à « aider les mères à trouver une solution adéquate », le souligne officieusement le Dr Louis Cambridge, chef de service du Cook County Private Hospital de Chicago. Les hôpitaux publics ont régressé comme peau de chagrin après la reconstruction du pays si bien qu’ils ne constituent plus que 6% de l’offre hospitalière sur notre territoire. Les Mercy Hospital et hôpitaux universitaires de comté sont avant toute chose fréquentés par les plus démunis qui n’ont pas d’assurance et vivent en dessous du seuil de pauvreté. Dans ces établissements, le respect des lois prénatales atteint haut la main le fabuleux taux de la Louisiane. Dans les hôpitaux privés par contre, le personnel soignant est formé et spécialisé dans l’accueil des futurs parents désemparés. L’allongement du délai légal de 4 semaines pour l’envoi officiel des résultats du prélèvement ADN donne toute latitude aux accompagnants médicaux pour organiser la fuite des mères vers de très lucratifs havres de paix loin du bistouri meurtrier.

Thomas Cook, le géant des voyages organisés est le premier à s’associer aux hôpitaux privés pour offrir aux parents des départs discrets et confortables vers la frontière. L’offre s’est ensuite rapidement diversifiée, étoffée, renforcée pour s’adapter à la plupart des bourses. Les sociétés de crédits ont elles aussi croqué dans le gâteau et tendent la main à ceux qui n’auraient pas le portefeuille assez fourni pour payer d’une traite afin d’assurer la naissance de leur future progéniture. Ainsi il n’est plus rare de se voir remettre une documentation complémentaire à ce propos, belle comme une page de magasine et entièrement financée par le partenaire attitré du centre hospitalier.

LES MAISONS DE NAISSANCE

Elles sont florissantes le long des frontières canadiennes et mexicaines. Adieu cliniques de fortune, aujourd’hui ce sont pour la plupart de véritables hôtels médicalisés avec chambres individuelles modernes et pouponnières dernier cri. Là encore, plusieurs niveaux de prestation et certaines infrastructures plus réputées que d’autres.  Si les plus chères sont chez nos amis canadiens, les plus fréquentées sont irrémédiablement mexicaines. Il faut dire que de ce côté de la frontière, il est inutile d’avoir un diplôme de médecin pour monter sa Maison de Naissance : il suffit de payer à l’état la Taxe d’Accueil correspondant à une redevance annuelle en fonction du nombre de lits d’accueil, pour avoir légalement son nom dans la liste des Maisons agréées.

Il est donc possible de se laisser guider par son gynécologue, du dépistage ADN à la naissance en adhérant à l’une des formules proposées, accoucher en toute discrétion à la frontière et revenir ensuite déclarer son enfant le plus légalement du monde. Pour celles et ceux qui préféreraient choisir l’option du road-trip à l’ancienne, un petit billet habilement glissé échappant à la déclaration d’impôts du praticien suffira à le dissuader d’envoyer immédiatement le résultat des tests aux administrations compétentes, et vous disposerez du délai légal des quatre semaines pour acheter sac à dos et carte routière en vue de votre voyage imminent.

Si ces Maisons ont déclenché une chasse aux sorcières des plus virulentes dans les années 50 et 60, la légalité des partenariats et sponsors offrent une couverture confortable. Ainsi, les choses demeurent intactes. Le gouvernement continue de fermer les yeux sur les coffres qui se remplissent après avoir été rudement mis à mal par la reconstruction d’un pays en dépression. Et comme fort heureusement, il n’est malgré tout pas dépourvu d’humanité : il n’ordonne pas la mise à mort de nouveau-nés même Positifs. Alors quelle que soit l’option choisie, vous pourrez faire l’enfant prodigue et revenir au pays en toute tranquillité.

LE MOT DE LA FIN

Le constat est souvent le même à la fin de ces articles d’investigation : notre monde, gangréné par un capitalisme sans borne, s’éloigne de ses valeurs profondes. Adieu principes fondateurs, le gouvernement face à la toute-puissance du profit, s’enlise dans ses propres décisions et ne peut tenir l’ambition de ses difficiles décisions. Rassurez-vous, l’état trouve dans ces accords privés son propre intérêt. Outre les taxes appliquées aux Tour Operator et aux hôpitaux privés, le passage des frontières pour l’accès aux Maisons de Naissances est soumis à péages ! Ce sont près de 8,7 milliards de dollars de recette qui sont engrangés chaque année grâce au business des naissances à l’étranger. Alors, ne vous étonnez plus. Les Positifs ne sont pas prêts de disparaître ! Ils sont l'économie de notre monde actuel.



« It's a good sign for Humanity when Intelligence is considered Hot. »
Revenir en haut Aller en bas
 
[ENQUÊTE] Positiv' Business - 15/01/74
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: UNITED TV-