2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Maddie/Amber] La Rose des Sables et le Rossignol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maddison C. DeLuca
avatar
Septembre 2074

L’histoire, telle qu’elle l’a connue, n’avait rien à voir avec la mienne, en dehors de notre enfance. Elle était née à Kansas City, comme moi, d’une mère célibataire, soutenue par son meilleur ami qui était contre toute forme d’engagement. Sa mère était chanteuse, mais elle n’avait pas eu le temps de rencontrer le succès comme la mienne, même fugace. Ses parents étaient morts à Baltimore en 55, elle n’a donc jamais eu de frère, et lorsque Chase avait eu l’idée de l’élever, le temps qu’il se retourne, elle avait déjà fugué avec Hayden. De là, nos chemins ont divergé. Je ne lui ai pas narré toute ma vie, aussi, elle n’a pas comparé toutes les différences. Est-ce que Amber a existé de l’autre côté ? Je ne sais pas.

Cela faisait quelques jours que Hayden était à l’hôpital, dans le coma, et j’avais besoin de l’autre moi pour le faire sortir au moment où il se réveillerait. J’ai dû me résigner à lui trouver une porte de sortie pendant ce temps et je l’ai laissée vivre sa vie. Sûrement une erreur de ma part mais j’ai estimé que me dupliquer un moment ne pourrait pas faire de mal… Pas vrai ? Je lui avais demandé de me rendre un service et d’aller me chercher une commande pour l’Underground. Elle avait acquiescé, connaissant les risques du pouvoir et m’avait promis de faire attention. Mais bien entendu, quand je lui ai dit de ne pas s’approcher du saloon, qu’elle ne faisait pas partie de Liberation, ici… Que pensez-vous qu’elle ait fait ?

Une foule s’était attroupée autour d’un petit groupe de musiciens et tous battaient des mains en rythme au son du djumbe entre les genoux d’un grand black à tresses. A côté de lui chantait une grande fille métissée du nom de Liv, accompagnée de l’autre moi. Je l’avais déjà remarquée mais je ne restais jamais au Sanctuaire que le temps dont j’avais besoin. Je ne supportais pas cet endroit, sauf pour venir voir Abel, il y faisait beaucoup trop chaud. Mais elle… C’était son élément. Elle n’avait pas peur de la chaleur et n’avait pas développé les mêmes handicaps que moi. Cependant, qu’elle soit restée aussi jeune dans sa tête, selon moi, c’en était un plutôt gros, de handicap. Aussi, elle était là, avec eux, en train de chanter à tue-tête comme si elle avait fait ça toute sa vie, pendant que certains jetaient des pièces dans un chapeau de paille. Si elle ne faisait pas ça de sa vie… Elle connaissait pourtant bien le filon. C’était étrange d’être jaloux de soi-même, vous ne trouvez pas ? Mais elle avait tellement hérité de sa mère, j’avais tellement gagné de mon père, j’aurais aimé savoir chanter comme elle, j’aurais aussi aimé avoir le cran de le faire devant un groupe de personnes.

Au dernier coup de poignet sur le bord de l’instrument, la petite foule a applaudit avant de se disperser. L’autre moi s’est redressée avec un sourire sur les lèvres plus éclatant que le mien n’aurait jamais été. Cependant, si elle supportait mieux la chaleur que moi, elle s’hydratait d’autant plus. Elle s’est retournée pour attraper une bouteille d’eau et l’a ouverte avant d’y boire au goulot. J’imagine que si elle n’a pas remarqué Amber - qui aimait beaucoup traîner ici aussi - c’est qu’elle ne devait pas exister de l’autre côté. Une punaise pareille, c'était si tenace et un tel parasite que je ne voyais pas un monde sans qu’elle s’y soit fièrement incrustée comme le sable dans les chaussures. Mais l’autre moi n'aimait pas beaucoup qu’on la dévisage, elle prenait ça comme… Une provocation. Elle l’a dévisagée en retour, baissant sa bouteille. La première qui détournait le regard avait perdu.

"Elle veut ma photo, la naine ?"


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
J’ai bloqué, littéralement, sur place parce que je n’arrivais pas à comprendre ce que j’avais sous les yeux. C’était contraire à tout ce que je savais. Manifestement Maddison s’était fichue de moi jusqu’au bout. Le Sanctuaire, c’était le mien, un endroit hors de son atteinte où j’aimais venir le temps d’une course ou quand mon travail d’assistante à la Waleman me le permettait. Et maintenant elle se l’accaparait aussi ?! Le seul lieu où je me sentais proche, qui évoquait se sentiment familiarité pour ne pas dire 'maison’. Je sentais une rage sourde monter en moi, à petit feu, au fur et à mesure que mon poing se refermait sur lui même.

« C’est nouveau maintenant ? C’est ta nouvelle lubie de jouer la bohémienne dans la cour des miracles ? »

La patience n’a jamais été un de mes traits caractéristiques, pourtant je savais en faire preuve sur des situations pratiques, ou du moins avec le docteur Sydney ou avec Maze parce qu’ils avaient une certaine aura qui me poussait à la prudence. Maddison, c’était autre chose, elle n'avait aucune emprise sur moi et je me complaisais à répondre aux provocations. J’étais incapabl de toute retenue, ce qui la plupart du temps envenimait les choses. Ce trait là, je le partageais sans aucun doute avec mon père, qui courait tête baissée dans la confrontation.

«  Tu sais ce qu’elle te dit la naine ? Va te faire foutre Maddison !!! »

Il y a eu un grand éclat d’effroi autours de nous qui a poussé tous les regards des passants à se braquer contre la scène qui s’offrait à eux. Nombreux étaient au courant de la discorde qui s’était établie entre nous, mais rare étaient ceux qui en avaient réellement été témoins.

A la voir ici, je me sentais incroyablement possessive. Je lui laissais l’Underground, mais ici ce n’était pas son territoire. Et puis depuis quand elle pouvait supporter cette chaleur ? J’étais dans mon élément et si il le fallait je pouvais aller jusqu’à utiliser les mains et l'étrangler, comme la vipère qu’elle était.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
A son attaque, elle a haussé un sourcil, se demandant encore bien ce qu’on pouvait lui vouloir. Elle n’appréciait que peu les attaques et s’en débrouillait très vite toute seule. « Lubie ? » Elle vivait ici et Amber se mettait le doigt dans l’oeil. Pire, elle s’attirait des ennuis. J’avais beau ne pas beaucoup l’apprécier, elle restait ma cousine. Une promesse faite à son père. Une sorte de soeur pour Logan, une… Elle était autant une des miennes que n’importe qui, je n’étais pas uniquement partie pour forger un meilleur avenir à Logan, je l’avais aussi fait pour elle. Je n’oubliais jamais cette conversation dans la cuisine de Boston. Et je l’aurais toujours défendue, quoi qu’il arrive. Mais Elle ? Elle ignorait qui elle était, cette Amber n’était pas de sa famille, elle n’avait aucun devoir envers elle, aucun lien de parenté. Ni cousine, ni soeur, ni fille. « Excuse-moi ?! »

Si elle conservait son calme face à l’insulte, ça ne durerait pas. Quand un homme a cherché à s’interposer pour apprendre les bonnes manières à la jeune fille, elle a levé une main pour l’arrêter, sans quitter Amber du regard. Il était cent fois plus perçant que le mien, beaucoup plus stable et profond. Je crois que mes épreuves, au cours de ma vie, m’avaient forcée à rester humaine et sensible, à être assez diplomate et impartiale, mais ce n’était pas son cas. Froidement, elle a repris. « Je m’en occupe. »

Elle refermée le bouchon de sa bouteille mais sans la reposer et elle s’est avancée vers Amber, lentement, mais avec un soudain sourire sur le visage qui faisait danser les petits points de son tatouage de chaque côté des yeux. En dehors de ça, les différences physiques s'arrêtaient à un corps beaucoup plus fin, plus nerveux, moins musclé mais tout aussi sportif. En fait, elle ressemblait plutôt à Amber sur ces aspects. Elle a fait rouler sa main dans l’air en riant. « Je crois que je vois ! En ce moment, on n’arrête pas de me confondre avec une grosse naze de la Ville Basse, ça commence un peu à me courir mais c’est pas trop grave, je vais faire avec. » Une fois à sa hauteur, alors que certains reprenaient leur activité, elle l’a percée du regard, son sourire s’estompant doucement. Elle l’a désignée d’un coup de menton. « Hey… La Naine. » Et son sourire avait totalement disparu derrière une voix basse et menaçante. « Si tu es un des toutous de madame morale, je te suggère d’aller laper ton eau croupie dans ta litière plus loin au lieu de respirer mon espace vital. Comprende, le troll ? »

Elle avait assurément la même voix que moi mais empreinte d’un accent bien plus hispanique que je n’en avais et un caractère clairement issu des bas quartiers.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
Qu’est-ce qui m'empêcher de lui sauter au visage, je ne le savais pas très bien encore. Plus elle se rapprochait de moi, plus je percevais les différences. Je gardais la tête haute tout en la scrutant. Son regard n’était pas le même, plus intense. Même lorsqu’elle m’a fait face, la façon qu’elle avait de se tenir ne lui ressemblait pas.

Je l’ai laissé répliquer à mon attaque et puis de nul part, je suis mise à hurler de rire. Moi être le toutou de quelqu’un ? Maze avait déjà eu assez de mal avec et je ne parle par de Maddison justement. A quel jeu jouait-elle ? C’était si risible que je ne me contrôlais pas.

« C’est tout ce que tu as trouvé Maddison comme moyen de changer de vie ? Prétendre être une autre ? Wow, je sais pas qui t’as soufflé cette idée là… » Je me suis frottée le coin de l’oeil. « Mais c’est bien la meilleure que j’ai pu entendre. C’est réussi au niveau de la transformation. »

J’en ai profité pour tourner autours d’elle lentement pour poursuivre mon inspection. « La posture... Les intonations. » Arrivé derrière elle, j'ai glissé le doigt sur une de ses mèches de cheveux « Les expressions. Le chant. Les tatouages. » Je me suis plantée devant-elle et j’ai croisé les bras. Mon ton était moqueur. « Tout un spectacle… pour une reconversion casi-totale. »

J’étais bien loin de me douter de la vérité. Comment en étais-je capable ? Je répugnais tout ce qui était lié de près ou de loin aux voyages dans le temps et aux mondes alternatifs, bien trop abstrait à mes yeux. Ne serait-ce que d’envisager l’éventualité que Maddison puisse avoir un double ou même un clone m’était inconcevable et défiait ma logique. Ce n’était pas pour rien que je travaillais dans la robotique, il me fallait du concret car dans ma perception des choses j’étais bien trop terre-à-terre.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Son éclat de rire, elle ne l’a pas totalement perçu comme une attaque ou une provocation. En réalité, Amber était un peu comme elle. Les sourcils froncés, elle l’a regardée lui tourner autour sans rien dire. Elle s’est fait violence pour ne pas claquer sa main et lui interdire de la toucher. J’étais tactile, mais sûrement pas elle. Au lieu de ça, encore une fois pour me pourrir la vie, son sport favori, elle a décidé de jouer à un jeu. Et a souri, passant une main dans ses cheveux pour les ramener en arrière. Avec le peu de grâce d’une Audrey Hepburn, elle a relevé le menton. « De quoi j’ai l’air ? »

Nous étions tellement différentes que tout le monde voyait le hic mais personne ne l’admettait, pensant que j’avais une nouvelle lubie, comme si me faire tatouer tous les matins ou me saper comme une demie racaille faisait partie de mes rigolades les plus folles. D’après certains, il semblait presque qu’on la préférait à moi. Elle avait plus d’humour, plus de fun, le diable au corps, elle n’avait pas le même regard sur la loi, sur ce qui était possible ou non de faire. C’était une rebelle activiste, fière de ce qu’elle était et qui n’avait pas froid aux yeux. Elle avait même le sens de la fête et son côté enfantin rappelait à quel point j’étais une rabat-joie.

Si elle voulait connaître le nom de Amber et la raison pour laquelle elle me détestait, il lui faudrait un peu de patience et de réflexion. Elle ne pouvait pas non plus parler facilement de l’Underground, elle m’en savait leader, non, il lui faudrait, à un moment donné, paraître un peu plus comme moi. Si c’était possible. Amber avait cette colère dans le regard, qu’elles partageaient. Ainsi, elle avait deviné qu’il se passait quelque chose entre nous. Elle remis en place la bretelle de son débardeur en imitant mon sourire maternel et elle la dévisagea en me volant ma crédibilité pour l’occasion.

« Et si on faisait un peu la paix, toi et moi ? Tu veux aller choper un verre ? J’ai un tatouage qui devrait te plaire. Ca va te faire marrer, tu vas t’en taper le gras sur ta chaise. » Elle n’était pas nécessairement très fine, mais elle n’était pas non plus totalement stupide.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
Je l’ai désigné de haut en bas de la main : « Tu n’as plus l’air toi ! C’est comme une exagération… ». Il n’y avait pas de jugement de valeur, quand cela touchait de près ou de loin Maddison, il m’était très difficile de faire la part des choses tellement les sentiments que j’éprouvais l’emportait. Peut-être que mon plus gros défaut était de vivre dans l’instant et qui me donnait cette impulsivité. Harnacher ce que je pouvais ressentir, impossible. « En plus vulgaire et sauvage.»

Par la suite, j’ai fait un pas en arrière en levant les mains, dans une posture un peu plus défensive, mais sans pour autant perdre tout mon piquant.

«  Wow wow wow ! Toi faire la paix ! C’est Noël pour que tu puisses dire une chose pareille ? » D’une cela n’avait aucun sens puisque Maddison a toujours considéré que c'était moi qui était en guerre contre elle. Combien de fois il y a eu des disputes qui ne menaient nulles part et que j’avais provoqué simplement par hargne. Pourquoi faire la paix dans ce cas là ? «  Je te rappelle que c’est moi qui suis sensée te haïr dans l’affaire et que ça fait partie des choses immuables de notre relation. » Parfois, j’avais même l’impression de la détester plus qu’elle ne me détestait. Elle devait être tombée sur la tête et ne plus se souvenir de qui elle était. Ça n’avait pas d'espèce de cohérence. Alors bien sûr, je suis montée sur mes grands chevaux.

«  Et si tu arrêtais un peu ton petit manège pour enfin revenir sur terre ? Quelle mouche t’as piquée pour que tu te mettes à changer comme ça ? » J’ai levé un sourcil inquisiteur. «  Ça va être quoi la prochaine étape ? Danser la corrida pieds nus sur le sable ? »

Dire si j’appréciais ou non cette nouvelle facette, l’admettre en tout cas était au dessus de mes forces. Ce qui était sûr, c’est que j’aimais ce contact plus direct. C’était comme marcher le long d’une corde suspendue dans le vide, il suffisait d’un courant d’air pour fait tout vaciller. Le plus souvent, j’étais celle qui allumait le feu au poudre mais quelque chose me disait que cette fois-ci, la tendance pouvait changer.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Plus Amber parlait, plus elle la détaillait avec un sourire en coin, de haut en bas. Elle adorait ça, observer les gens. Il y avait une grosse différence entre elle et moi. Là où je me taisais pour ne pas mentir, elle, elle disait clairement la vérité. C'était appréciable pour la plupart des gens, de là où elle venait, sûrement. Elle a pouffé d'un rire léger aux remarques d'Amber mais sans se départir de son amusement.

"Oui, je sais, tout le monde me déteste, je suis si pénible, c'est insupportable pour la plupart des gens. Pour tout te dire, je ne me souviens même pas pourquoi on se dispute tout le temps !" Elle a souri à en rendre jaloux le soleil et a haussé une épaule. "Mais c'est sûrement à cause de moi, j'en suis consciente." Il faut que je la remercie à ce sujet. Mes relations avec Amber se sont améliorées avec le temps, en vérité. Cela a pris quelques années mais j'ai fini par ouvrir les yeux. Ou bien par les fermer, je ne sais plus trop.

Elle s'est alors mordue la lèvre, amusée. Tout ce que disait Amber était du pain béni pour elle et contre moi. L'étape suivante l'a bien inspirée, en tout cas. "Une corrida, peut-être, dans le sable, ça me dirait bien du moment qu'il est grand, brun, avec des yeux bleus électriques… Oh allez, tu préfères pas cette version ? Je suis pas mieux comme ça ? Je suis plus drôle, je m'amuse ! On peut faire des trucs toutes les deux, je te montrerai et on se détestera plus jamais, on sera les meilleures amies du monde !" Je vous ai déjà parlé de ses hormones ? Elle a tendu la main pour toucher une pointe de mèche de cheveux d'Amber. "J'aime bien tes cheveux, ils sont doux. Les miens sont un peu rêches comme de la paille. Un héritage de ma mère." Son visage s'est peint d'une mine boudeuse alors qu'elle récupérait sa main. "Désolée de t'avoir appelée la naine. Une vieille habitude, j'aime pas beaucoup qu'on me regarde fixement, je me sens agressée et ça me dérange. Mais je me soigne, pour ça !" Les mains dans les poches, elle a haussé les épaules avec un sourire désolé. "Alors, ça te tente cette petite virée entre copines ?" Sérieusement ?


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
[Je sais pas pourquoi j'ai cru ce RP abandonné. Don't ask. Ces derniers temps je me suis montée le bourichon pour rien. Mais là j'ai eu l'illumination pour faire tiquer Maddie. Muuuhuuw ]


J’ai plissé les yeux. Maddie n’avait pas tendance à tenir ce genre de discours. Plus je l’écoutais et plus je ne savais plus sur quel pied danser. Il faut l’avouer, quelque part en moi, j’appréciais cette soudaine franchise mais cela me faisait aussi réaliser qu’elle n’était pas la seule à blamer. Je n’avais pas été facile à vivre non plus mais je n’étais pas encore prête à le proclamer à voix haute. Il y avait quelque chose dans son sourire, c’était comme si elle me brossait dans le sens du poil, et par pur moyen d’auto-défense j’ai riposté.

«  Wow. Ce que tu me dis là… sincèrement. Ça me touche énormément. » J’ai porté ma main sur ma joue, fainéant la surprise effrayée. « C’est tout ce que j’ai toujours rêvé entendre sortir de ta bouche. » Je fis une moue abasourdie et il y avait presque des étoiles dans mes yeux. « Ne change plus jamais. C’est parfait ! » Et là voilà que je me mettais à en faire des tonnes et on pouvait sentir que mon ton était loin d’être honnête pour enfin revenir sur quelque chose de plus terre-à-terre.

«  Vraiment ?! » J’ai pouffé de rire, après les inepties que j’entendais. «  Toi avouer tout ça. Naaan… Arrête je sens le mensonge des kilomètres à la ronde. Tu vas pas me dire que la morveuse que tu as élevée aux côtés de Logan et qui t’as exaspérée toutes ces années à cause de sa putain de ressemblance de caractères avec Chase... Tout d'un coup, tu es en train de me dire que tu es capable de mettre tout ça de côté en un clin d’oeil pour qu’on devienne les meilleures BFF ??? » J’ai secoué la tête frénétiquement.

Alors qu’elle approchait sa main de mon visage, je lui ai pris le poignet. »
«  Je ne me pas gober ça. C’est au dessus de mes forces. Tu peux me traiter de tous ce que tu veux : tête de mule, naine, parasite. Ça ne changera rien. Ce n’est pas ça que j’attend de toi. Juste, ne joue pas un de tes petits jeux avec moi. » J’ai fait courir des grains de sables brûlants de mes doigts jusqu'à sa peau, rien de bien méchant, mais cette action instinctive exprimait tout à fait ce que j’avais en moi. Je l’ai tenu à peine 30 secondes avant de la relacher.  

Et à y réfléchir… je n'attendais plus rien de Maddison. Elle en avait déjà tellement fait.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
[Désolée pour la rapidité >.<]

Si jusque là elle n’avait aucune idée de qui était Amber, cette fois, cette dernière l’avait mise sur la piste. Une seconde, son regard a changé à la mention de Chase et elle a serré les dents. Ce qui était évident pour moi… Ne l’était absolument pas pour elle. Et tout ce que Amber lui disait lui était inconnu. Logan, Chase… Elle était trop âgée pour être ma fille, elle a donc compris que je lui avais caché des choses. Et comme elle a voulu en savoir plus, elle a très vite retrouvé son sourire de peste.

Sourire qu’elle n’a pas perdu lorsque Amber lui a attrapé le poignet. Elle a plongé son regard dans le sien. Bien sûr que cette peste ne me reconnaissait pas. Je ne lui avais jamais menti une seule seconde au cours de sa vie. Me voir raconter des salades était une incohérence à ses yeux. Je me suis toujours comportée en grande soeur avec elle, je n’ai pas su la traiter autrement. J’ai été exigeante et détestable. Mais au moins, j’avais fait d’elle une battante. D’accord, peut-être pas de la meilleure manière.

Elle a avisé son pouvoir en le sentant contre sa peau, son sourire disparu. Mais elle n’a pas bougé. Je ne saurai jamais d’où elle détenait cette résistance « normale » à la chaleur mais j’aurais voulu avoir la même. Il était assez étonnant de voir comment son pouvoir avait évolué d’une façon un peu différente du mien. Comme s’il répondait à nos besoins ou nos humeurs, plus qu’à des lois invisibles. De plus en plus intéressant, définitivement. Elle a gardé son poignet en l’air, comme si elle attendait que Amber fasse quelque chose.

Deux options s’offraient à elle. La première, jouer encore les gentilles jusqu’à ce qu’Amber plie. La seconde, lui asséner un coup puissant au visage pour la plaquer au sol et en savoir plus, plus vite, sur Chase et Logan. Et vous savez quoi ? Elle n’était pas moi. Elle n’était pas de l’Underground. Elle n’avait pas acquis ma patience, ni mon don inné pour pour la discrétion. Elle était de Liberation, elle avait un tatouage sur le cul qui disait « Pétasse » et son âme soeur était Hayden. Que pensez-vous qu’elle ait choisi ?

Son poignet en l’air, elle a refermé son poing et l’a frappée d’un coup sec à la mâchoire en pinçant les lèvres sous l’effort. Avant que Amber n’ait le temps de répliquer, elle l’a attrapée à la gorge, lui coupant la cheville d’un pied pour la faire tomber sur le dos et la coincer sous un genou contre son sternum. Le visage proche du sien, la maintenant d’une main autour de sa gorge, elle a serré les dents.

« Je ne t’ai jamais élevée et je ne connais pas de Logan. Quant à Chase, il est mort sous mes yeux il y a vingt ans, s’il avait une chieuse dans ton genre dans le paysage, je te prie de me croire que je le saurais bien avant que tu aies le temps de dire Liberation. » Elle a souri en faisant danser ses tatouages au coin des yeux. « Plus de petits jeux, alors ? » Son sérieux est revenu au galop. Elle avait de la pratique dans le métier. Elle a serré d’autant plus les lèvres en la plaquant au sol des fois qu’elle tente de se débattre. « Je te connais pas. D’où tu sors ? »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
[Mah nan, pas d’excuses à avoir. Ça t’as inspiré alors je suis contente : D ]


Je n’allais pas me laisser faire. Et en toute sincérité j’espérais une réaction physique, quelque chose contre quoi me battre. Chose que j’attendais toujours avec Maddison, mais qui ne venait jamais. Aussi… je m’attendais à une bitchslap mais une groupe beigne dans la figure. Je me suis sentie virevolter sous l’impact et d’une prise bien maîtrisée au centimètre près j’étais dans la poussière, son visage bien trop proche du mien.

«  What the hell is going on… » J’ai ouvert grand les yeux. A ce stade là, c'était pire que de la surprise.  «  Quand elle a enfin ouvert la bouche pour me sortir une bombe au visage, c’est là que j’ai pu faire 1 + 1 et comprendre tout ce qui clochait. Ce que j'avais toujours redouter sur le pouvoir de Maddison était la sous mes yeux en train de  m’écraser au sol.

«  Je sors de cette réalité et je crois que tu t’es gourée sur la tienne. » J’ai craché la poussière qui était rentrée dans ma bouche. «  Et ton monde doit être sacrément être merdique pour être privé de gens comme Logan. C’est ton frère. Enfin, ici ça l’est. Et c’est le soleil de ta vie. Sur ta planète ça doit clairement être différent. » Maintenant je comprenait ses subtiles différences. Toutes ces histoires univers parallèles, très clairement lié aux Sliders, cela m’a toujours effrayé et fichu une trouille monumentale. Et si elle pouvait avoir une quelconque influence sur ma vie ? Je n’avais aucune idée de comment tout cela fonctionnait et je ne voulais très certainement pas le savoir.  

«  Et eIle doit être aussi pourrie que toi. » Elle me plaquait, et elle savait parfaitement comment m’empêcher de bouger. Je gardais mes muscles contractés mais je n’essayais pas de combattre son emprise. Je pouvais sentir qu’elle allait me contrer aisément alors mon avantage c’était la sournoiserie. J’ai allongé la paume de ma main contre le sol sablonneux et ocre et une minuscule bourrasque s’est projetée dans ses yeux une fois ma réplique terminée. C’était suffisamment et imprévisible pour me permettre de sortir de son étreinte. J’ai roulé et je me suis relevée. Allait-elle répliquer une seconde fois ?

[Fiouw ! Sur ce dodo.]




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
La mention de Logan a fait mouche. Elle a froncé les sourcils mais elle était encore plus confuse maintenant. J’avais un frère, j’avais Amber et jusque là, pour elle, c’était ma soeur, issue de Chase si elle recollait les morceaux et elle n’appréciait absolument pas cette tournure des événements. Pendant qu’elle s’était retrouvée seule avec seulement Hayden pour survivre, j’avais tout eu. Une famille de substitution, un frère, une soeur, des amis et visiblement, quelqu’un dans ma vie qui valait encore plus cher que Hayden. Et à ses yeux, il était tout pour elle. Alors elle n’osait imaginer ce que « le mien » pouvait représenter pour moi pour que je daigne rire au nez d'Hayden. Si seulement elle savait qui c’était… Alors, du coup, elle était d’autant plus énervée. Quant à dire que sa dimension était aussi pourrie qu’elle… Je n’aurais pas été jusque là, non. Mais Amber ne pouvait savoir qu’elle était une version de moi. Différente, mais qu’elle était ce que j’aurais dû être dans d’autres circonstances. Elle allait la cogner une fois de plus quand Amber lui a envoyé le sable dans le visage. Elle s’est redressée et a porté les mains à ses yeux. Elle s’est relevée et l’a fusillée du regard en crachant par terre des grains de sable.

« Mes parents sont morts à Baltimore il y a 20 ans, je n’ai ni frère, ni soeur. CA ! » Elle l’a montrée d’un doigt impérial de haut en bas comme pour l'accuser. « Ca, c’est pas normal. » Le pire, dans tout ça c’est que lorsqu’elle disait ‘parents’, elle n’entendait pas Ben. Mais Chase. Son coeur a raté un battement. « Est-ce que Chase est vivant, ici ? Si oui, je veux le voir. Je veux le voir, t’entends ?! » Elle commençait à s'agiter et s'énerver. S'il y avait une chance qu'il soit en vie et qu'elle ait la possibilité de lui parler une dernière fois, alors elle était capable de tout. « T’as intérêt à me dire où il est, sinon, je te promets que je trouve ton foutu soleil et que je lui arrache les rayons de la gorge. » 

Être spécialiste en torture, ça ne s’invente pas...

[Sifflote)


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
Je n’avais pas mâché mes mots, tout cela dans le but d’utiliser la provocation pour m’en sortir. C’était mon instinct de survie qui entrait en jeu et je pouvais devenir venimeuse.

«  Pas normal. C’est toi qui n’est pas normale je te signale. Tu es une anomalie ! » De ce que je comprenais, elle ne faisait pas partie de ce monde et j’ignore comment mais cela était un crapotage du pouvoir de Maddie. Les univers alternatifs, la physique quantique : voilà ce qui pouvait me rendre barge. J’allais devoir lui en toucher deux mots un jour.

Ma main tiquait et je pouvais sentir les grains de sable danser sur ma peau. «  Chouette métaphore ! » me suis-je mise à répondre avec un rire insolant. Si elle connaissait bien Chase, elle pouvait voir à quel point je lui ressemblais sans en être consciente.

« Donc il est mort chez toi. » Plus elle révélait ceux qui étaient absent de son univers, et plus cela me causait un pincement au cœur. «  Je me demande comment. Est-ce que c’est en partant à la vengeance de Kirsten ? Comme ici ? Il est vivant, oui. Tu peux me menacer comme tu le voudras. Mais tu crois vraiment que je vais te dire où il est ? » Si il y avait une chose que je n’étais pas c’était cafteuse, j’étais loyale envers ceux que j’aimais. Même mon père qui m’avait aux yeux de tous m’avait lâchement abandonnée. Je l’avais toujours défendu parce qu’au fond de moi je comprenais ses actions.  

« Et puis même si je le savais, ce qui n’est pas le cas, je ne dirais rien. Il sait très bien s’y prendre pour se cacher aux yeux de tous. La seule façon de le trouver c’est si lui le veut. Et je ne crois pas que voir une Maddison alternative soit dans son agenda. Il a déjà de quoi faire avec l’originale. »  




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Amber l’ignorait. Mais elle la provoquait plus que de raison. J’avais le sang chaud mais j’étais patiente. Je savais rester calme dans ce genre de situation, pas elle. Elle a serré les dents à s’en faire mal et son regard s’est assombri. Amber aurait probablement dû avoir peur d’elle. Je crois que parfois, j’ai peur de moi-même. Plus elle parlait de gens qu’elle ne connaissait pas, plus elle virait au rouge. Son visage se décomposait, si Amber dérapait d’un mot de plus, elle l’attaquait et elle n’aurait aucune chance. Face à moi, Amber avait toujours toutes ses chances. Je n’osais jamais la frapper. La secouer, la brutaliser un peu, lui crier dessus, oui. C’était mon rôle. Je ne savais pas comment être différente avec elle mais je n’avais jamais souhaité son malheur.

La distance qui les séparait était trop grande, le temps qu’elle l’atteigne à la gorge et Amber aurait répliqué. Elle ne croyait pas un instant tout ce qu’elle lui disait. Et elle détestait plus que tout qu’elle en sache plus qu’elle. Alors elle s’est redressée, les lèvres pincées et elle a relevé le menton avec fierté. D’abord Hayden, maintenant Chase ? La question qu’elle se posait était : avais-je repoussé toutes les personnes les plus importantes dans sa vie pour m’amuser ou juste par esprit de rébellion ? En une fraction de seconde, elle a disparu, laissant un « pouf » de nuage noir devant Amber. Elle est réapparue la seconde suivante dans son dos et lui a tordu un bras sur les reins en plaquant un couteau sous sa gorge.

Comparée à elle, Amber devait me trouver bien adorable et bien gentille. Je me contentais de crier et de l’énerver. J’agaçais ses oreilles mais cela s’arrêtait là. Surtout depuis que Maze s’interposait entre nous. Elle l’a serrée fermement contre elle, ses lèvres près de son oreille.

« Il est mort pour sauver ma vie et celle d’une quinzaine de gamins aussi orphelins que moi, alors je te menace si ça me chante et quand ça me chante, adorable petite rose des sables. »

« Mad, qu’est-ce que tu fais ?! »

« La ferme ! »

« Mais ce n’est que Amber ! »

Elle a lâché le couteau de la gorge de Amber pour l’envoyer dans la cuisse de celui qui tentait de la raisonner. Sans sommation. Dans les films, les gens réfléchissaient trop. S’ils voulaient tirer, qu’ils le fassent, bon sang. Elle ne se formalisait pas. Elle voulait tirer, alors elle le faisait. Et alors que l’autre s’est mis à hurler sous la douleur, elle a reporté sa main autour de la gorge d’Amber, pinçant les lèvres sous l’effort pour l’immobiliser en plus de la clé de bras dans son dos. Le coeur battant et la rage au ventre, elle a reprit entre ses dents.

« J’ai l’impression que cette sale garce a bien pris soin de me cacher ce qui l'arrangeait. Tu ignores totalement d’où je viens, tu n’y survivrais pas plus d’une seconde, si j’étais toi, je bénirais cet endroit, l’ennui est un luxe et je te trouve bien insolante de ne pas en profiter. Maintenant dis-moi, vénérable punaise des sables… Est-ce que l’autre moi sait pour où est mon père ou est-ce que je dois te pendre en haut d’un immeuble pour délier sa langue de pute ? Tu sais quoi, j’ai toujours rêvé d’avoir une soeur, mais je n’ai jamais pensé à un frère. Il aurait fallu que je le protège sans arrêt, un véritable boulet et j’ai une vie à vivre, moi. Dommage que tu n’existes pas d’où je viens… J’ai le pressentiment qu’on se serait si bien entendues. Et j’ai un truc avec les intuitions. Ca te le fait jamais ? Hein ? Amber… »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar

C’était donc comme ça qu’elle utilisait son pouvoir. Quelque chose me disait qu’elle n’avait pas du tout la même réserve que Maddison. Elle pouvait avoir un avantage sur moi dans le temps, j’en avais un sur l’espace où on se trouvait. Mon bras était bloqué en clef derrière mon dos. Je respirais fortement, mais pas par angoisse, par rage. Aussi, je me débattais en contractant les muscles de mes bras par à-coup. Je ne supportais pas que quiconque puisse être en position de supériorité. Alors pendant qu’elle parlait, cela me laissait l’opportunité de réfléchir à comment je pouvais me sortir de là. J'étais tellement énervée que je crois que j’aurais pu conjurer n’importe quoi. Ma haine envers elle se faisait bien plus grande que ce que j’avais pu éprouver contre Maddie.

« Ça fait un point commun avec le mien. Tout ce que je sais c’est… »

Un marchant habitué du Sanctuaire, nous a reconnu et est intervenu, mais s’était peine perdue pour lui car il n’avait pas fallu attendre longtemps pour qu’elle use de son arme. Au moins, cela m’avait débarrassé du couteau qui dansait près de ma gorge.

Alors que ma main droite était accroché à son bras, mon autre main était collée à mon corps. Je fermais les yeux pour me concentrer, puissant dans tout ce que je ressentais. Le sable grouillait au sol comme une tempête qui se préparait. Elle pouvait facilement sentir ma respiration qui se faisait plus intense. Je n’avais pas encore assez de prise pour me défaire d’elle.

« Maintenant il joue les vigilantes. Ce que je peux te dire c’est qu’il est possible de le traquer si on sait lire les indices qui sème. Maddison n’a pas encore compris ça. Peut-être qu’elle sait où il est et qu’elle me le cache pour ce que j’en sais ! »

Si son pouvoir ressemblait ce serait-ce qu'un peu à Maddie, elle devait craindre l’électricité. Hors en trouver dans le désert, bonne chance ! Il y avait bien les fils électriques qui pendait dans les allées du Sanctuaire, mais était-ce suffisant ? Je contrôlais le sable mais je n’étais pas Tornade pour autant. Pour l’instant je ne pouvais rien faire parce que je n’avais pas d'importunité pour contre-attaquer.

« Chase, ton père ? Je ne suis pas ta soeur alors garde tes délires perverts pour tes potes. Quelque chose me dit que le masochisme c’est ton truc. » J’ai plié mon coude gauche pour lui donner un coup dans l’estomac et profiter de sa réaction pour lui donner un coup de tête.

« Et mon intuition me dit que qui s’y frotte s’y pique. » Les grains de sable sont passés de ma peau sur la sienne et montaient dangereusement jusqu’aux interstices de son visage : oreilles, yeux, narines… Et cette fois j’ai pu me retourner pour encercler mes mains sur la sienne de gorge et la pousser pour la plaquer jusqu’au mur le plus proche. Cela a fait clic dans ma tête.

« C’est un fugitif. Recherché par l’état. Considéré comme un terroriste. Crois moi, tu ne le trouverais pas. Rentre ça dans ta petite tête d’éméchée. » Je n’avais pas réfléchis à deux fois et le sable qui s’infiltrait la mettait proche de l’asphyxie. La folie addictive que je tenais des Trent quand la rage les guettent se manifestait. Mes yeux avaient pris cette couleur ambrée incandescente caractéristique de ce 'switch’. « Oh ne t’inquiète pas. Comme le feu qui consume, je profite de ce monde. ‘Vivre au jour le jour’ comme MON père me l’a appris. »




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Difficile pour elle de suivre les indices que semait Chase quand on venait d’un monde où il n’existait plus depuis des décennies. Et puis la tendance s’est inversée. Elle a basculé la tête en arrière en recevant celle d’Amber et elle a porté ses mains à son nez en grognant. Elle a alors observé les grains de sable avant de regarder Amber, surprise.

« C’est quoi, ça ?! »

Son dos a heurté un mur. Quand bien même sa résistance à la chaleur était bien meilleure que la mienne, elle n’était pas non plus immunisée. Elle a commencé à tousser, et le sable n’a rien arrangé. Elle tenait ses poignets dans ses mains, les lèvres pincées de colère. Mais si Chase était un fugitif, elle était une hors la loi. Quelque chose que Amber n’avait pas encore découvert. Ni son appartenance à Liberation qui la rendait bien plus dangereuse que moi. Mais ici, elle faisait partie de l'Underground et ni Gen, ni Jericho, ni Jason, ni Libby ne viendrait à son secours. Quant à Samaël, il n’était pas là et l’Underground était bien loin ! Elle était seule. Mais c’était une chose à laquelle elle était habituée, elle savait se défendre et composer sans personne pour la seconder. Quand elle a vu les yeux de Amber briller, elle a fermé les siens pour se concentrer. User de son pouvoir, alors aux prises de celui d’Amber, lui a pris plus de temps que prévu mais quand elle a réussi...

C’était de la neige, il tombait de gros flocons de neige, quelque part au coeur de la Sibérie. Elle l’a faite tomber avec elle, la tête la première dans la neige. Habillées pour le soleil, le choc des températures n’était bénéfique ni pour l’une, ni pour l’autre. Mais pour l’autre moi, c’était un atout car elle a cessé de tousser en se frottant tous les bras pour enlever le sable. Amber était toujours là et elle n’avait pas fini de parler. Elle a roulé pour revenir sur elle, à califourchon et lui a décoché une droite dans la mâchoire, se débattant pour attraper ses poignets et lui clouer au sol. Cette fois, c’étaient ses yeux qui étincelaient et là où la neige tombait sur sa peau, elle scintillait quelques secondes avant de fondre sous sa chaleur corporelle.

« Tu vas tout me dire. Je ne suis pas une fugitive, mais je suis une terroriste dont parlent tous les journaux du coin. Je n’ai aucun scrupule à foutre la merde dans sa vie à commencer par son.. Petit copain chéri quand je vais le trouver, alors je vais pas en avoir pour ruiner la tienne. Comment Chase est en vie, ici, qu’est-ce qui est différent ? Parle ! »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
«  Ok. Bien. Parfait ! »

Elle avait de l’imagination, je ne pouvais pas lui enlever ça. Elle venait de m’emmener je ne sais où et je ne sais quand dans le froid polaire. Avant même d’avoir eu le temps de me relever, elle était sur moi. La douleur de la droite qu’elle m’avait lancée était endolorie par le froid, et c’était bien le seul avantage. Ma peau était encore brûlante et faisait fondre la neige autours de l’emplacement où elle m’avait plaqué. J’ai laissé un hurlement exprimer ce que je ressentais : rage, hargne, frustration. Il y avait profondément quelque chose d’animal en moi à cette instant.

«  Ce qui est différent. Qu’est-ce que j’en sais ! Tu veux que je commence par quoi ? C’est pas comme si j’avais toute la journée ici. » A mesure que je parlais, je ne contrôlais plus les frissons qui me parcouraient. « Il est en vie parce qu’il est en vie. Tu veux pas non plus que je te sorte toute une biographie non plus ? Si ? Alors sors moi de là. »

J’avais une très mauvaise résistance à ce genre de température si basse et que je me souvienne, c’était bien la première fois que je m’y retrouvais confronté. C’était loin d’être du cinéma, elle pouvait déjà voir les effets : ma chair de poule, mes lèvres qui viraient au bleu. Pourtant, mes yeux n’avaient pas perdus de leur couleur et cela créait un contraste vif. Mon pouvoir n’agissait que sur les particules mais l’eau n’entrait pas en compte. La pierre façonnée par le vent et la chaleur pour était mon élément de prédilection. Mais étais-je capable d’en créer à partir d’autres éléments comme la terre ou la pierre ? Il y avait tellement à apprendre sur mes capacités, je n’en connaissais pas encore mes limites.

« Je sais pas ce que je peux te raconter. Ma mère a été assassiné peu après ma naissance, on ignore toujours comment mais Chase est parti en vendetta à cause de ça. » J’ai haussé un sourcil. «  Est-ce que ça te va ?! Ou tu veux d'autres détails croustillants ? Pour la suite embarque moi dans un pays chaud et on en reparlera ! »  




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Je sais que de là où elle venait, c’était un as de la torture. Abel l'avait engagée pour ça : son détachement, son grain de folie, ce que Libby était mais en plus féroce et animal. Libby était froide et calculatrice avec une excellente connaissance des armes à feu. Elle… Elle pouvait vous faire avouer ce qu’elle voulait en vous tordant le petit doigt. Question de principe. Et Amber ne lui en disait pas suffisamment. La relâcher maintenant était une mauvaise tactique. Mais sa propre peau virait au rouge sous l’effet du froid et elle commençait à trembler autant que Amber. Elle ne résistait pas forcément très bien au chaud… Mais au froid non plus. Je ne résistais pas du tout à la chaleur mais en revanche, le froid m’était nécessaire. Allez comprendre comment un pouvoir pouvait évoluer d’une façon aussi différente suivant la manière dont nous l’utilisions. Elle a ri légèrement ironique.

« Une biographie serait pas du luxe, on dirait que j’ai pas mal d’incohérences à remonter. »

D’une voix légèrement tremblante alors, elle a repris.

« Pas tant que tu ne m’auras pas dit qui est ta mère. Je te déconseille de me mentir. »

Sa véhémence n’avait de nature que tout ce que je ne lui avais pas dit, tout ce que j’avais eu et pas elle. Si elle devait en plus découvrir qu’elle aurait dû avoir une soeur, je ne donnais pas cher de ma peau. La seule raison pour laquelle elle avait accepté de m’aider à sortir Hayden de l’hôpital, c’était uniquement parce qu’il s’agissait de Hayden et qu’elle avait en tête de lui faire tourner la tête. Elle a entendu une voix crier au loin et elle a relevé le menton. En souriant, elle a replongé son regard dans celui de Amber. Je dois reconnaître que son côté malsain m’inquiétait grandement. Peu importait comment son pouvoir avait évolué, c’était le même que le mien. Peu importait le nombre de tatouages en plus ou en moins qu’elle possédait, nous en gardions un en commun. Peu importait qui nous étions devenues… Au fond de nous, nous étions la même.

« Tic Tac, rose des sables… »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
Est-ce que j’avais vraiment le choix ? Ce n’était pas non plus comme si il s’agissait d’informations top secrètes. En d’autres circonstances cela aurait pu se terminer accoudées à un bar en train de siroter une pinte. Il faut croire que demander poliment des informations ce n’était pas son truc. Je devais cracher le morceau, du moins assez pour qu’elle puisse m’extraire de ce froid glaciale par ses pouvoirs de voodoo ou je ne sais quoi encore !

«  Kirsten. Kirsten Trent. Enfin… née McAdams. » Bien que je ne l’avais jamais connue, je tenais tout ce que je savais de Maddison justement. « Qu’est-ce qui se passe dans ta tête pour vouloir savoir un truc pareil ! » Je me débattais en jouant des coudes, cela avait le mérite de réveiller mes muscles.

« Après la mort de tes parents, en plus de moi, il s’est occupé de toi et Logan pendant un temps. Et puis il est parti et je ne l’ai plus revu ensuite, je devais avoir 4 ans. J’aime à croire qu’il veille sur moi mais je n’ai aucune preuve. Tu es sûre que tu veux le retrouver ? Ça va prendre un peu plus qu’un claquement de doigt. Bien que tes pouvoirs de Mary Poppins peuvent s’avérer utiles. Il ne veut pas qu’on le trouve et ça ce n’est pas un mensonge. »

Je me débattais de plus en plus fortement, en tournant mon bassin et en gigotant des pieds. Combien de fois je suis partie à sa recherche, sans succès. Pourquoi cette fois serait-elle différente ? Je l’imaginais à la tête d’un groupuscule à revendiquer sa propre loi. Avais-je un tant soit peu raison dans mon intuition ?




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Une chose était sûre, Amber l’avait touchée. Elles tremblaient toutes les deux comme des feuilles et la température de leurs corps chutait à une vitesse incroyable. Les voix se rapprochaient et la seconde suivante, la température était à nouveau plutôt chaude - brûlante vu d’où elles venaient - et elles tombaient toutes les deux dans le vide avant de plonger dans l’eau.

Je me déplaçais dans le temps, plus que dans l’espace, je revisitais des moments de mon passé mais je n’allais jamais vraiment dans le futur, ça ne m’intéressait pas, sauf poussée par la curiosité, mais je ne voulais pas tricher. Oui, je sais ce que vous pensez, mais c’était ma façon de voir les choses. Quant à elle, son pouvoir ne lui servait pas à voyager dans le temps mais dans l'espace. Contrairement à moi, le temps ne l’intéressait pas et elle refusait de jouer à Dieu. Elle n’avait jamais essayé de sauver ses parents, ni de changer les événements qu’elle avait connus. Mais son pouvoir l’aidait dans des situations comme celle-ci, pour se sortir d’un mauvais pas. Elle allait, de points chauds en points chauds, ceux-là même créés par d’autres Sliders à travers le monde. Et cette fois, elle les avait faites atterrir au pied d’une cascade, quelque part au milieu de la Bolivie.

Elle est remontée à la surface et a pris une immense inspiration. Ses mouvements étaient saccadés à cause du froid mais son corps se réchauffait à grande vitesse. Totalement immergée, sa peau étincelait, comme une boule à facettes dans un vieux film de Twilight, et ses yeux brillaient comme une pierre précieuse. Ce serait sûrement la première fois que Amber me voyait sous cette forme. Ce n’était pas quelque chose que j’aimais montrer à tout le monde, voire même à qui que ce soit. Reese m’avait déjà vue, mes frères d’arme aussi à force de patauger dans la pluie, Abel bien sûr et peut-être Logan une fois ou deux. Pour les autres, je faisais en sorte qu’ils n’en sachent rien. Elle, elle s’en fichait royalement, elle en était même très fière, la moindre particule d'hydrogène et… Twilight en séance privée. Sous le bruit de la cascade qui s’époumonait derrière elles, entourées d’une forêt dense et humide qui aurait fait la joie d’un Abel, elle s’est hissée sur un rocher, non sans un gémissement dû à l’effort.

Elle s’est laissée tomber sur le dos et a ramené ses cheveux en arrière. Ses bracelets sont descendus jusqu’à ses coudes, dévoilant des tatouages à ses poignets en forme d’étoiles et la cicatrice de sa puce. Elle n’avait pas vraiment voulu cacher cette dernière mais ça l’avait bien aidée des fois. Le temps qu’elle reprenne son souffle, les paroles d’Amber continuaient de se répéter dans sa tête. Jusqu’à ce qu’elle se mette à rire. D’abord doucement et face à l’ironie et l’incroyable désagréable impression d’avoir été bernée comme une bleue dans l’histoire, elle a été prise d’un fou rire.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
Elle allait me rendre folle. J’avais conscience que c’était ce qu’elle voulait et elle ne le faisait pas à moitié. Plus vite que je ne l’aurais voulu elle m’a ‘zapé’ dans un endroit tropical. D’un extrême à un autre, cette fois c’était la chaleur humide et suffocante. Et puis je suis tombée, plus aucune prise, le vide avant de tomber dos le premier dans l’eau. Un bruit de gros plouf et une fois remonter je pouvais entendre le son régulier de la cascade à quelques mètres de moi. Je ne suis pas sortie de l’eau tout de suite, j’ai voulu attendre de voir où Maddison² allait avant et aussi pour me ré-habituer à la chaleur ambiante.

En quelques mouvement des bras et des pieds je faisais du sur place, je détaillais les lieux. Les arbres étaient immenses, d’un vert luxuriant et les lianes grimpaient sur chaque parcelles, même au sol. Voyant où elle allait, je suis montée sur un rocher à l’opposé, juste à côté de la cascade. Je pouvais sentir les goutes se vaporiser sur ma peau. D’ailleurs, la sienne étincelait comme si incrustée de cristaux blancs et microscopiques. Je trouvais cela étrange et je me demandais à quoi cela était dû mais je n’ai pas voulu cherchais plus que ça. Ma peau scintillait elle aussi mais d’une manière plus dorée par le sable, quand le soleil ‘rechargeait’ mes batteries.

« Et bien, moi qui avait envie de faire le tour du monde… » j'essorais mon débardeur blanc et je bénissais d’être en shorts. « Tu as eu les infos que tu voulais ou tu vas encore faire la hyène pendant longtemps ? » C’était une faiblesse de lui avouer mais je voulais rentrer ! Bien être dans un pays chaud était agréable, je n’avais pas prévu le road-trip, enfin… le flash-trip.

« Est-ce que tu vas me donner des explications sur cette fascination pour Chase ou bien je dois me contenter de ce que j’ai ? » Elle m’avait définitivement laissé sur ma faim. Il m’était incompréhensible qu’elle puisse lui porter une attention autre que pour le détruire.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Elle a pris une profonde inspiration en se redressant et elle a levé les bras en faisant danser ses bracelets.

« Mais tu ne trouves pas ça tellement ironique ?! » Elle continuait de rire et elle a secoué la tête avant de reprendre. « J’suis sûre qu’elle a un chien, quelque part et une épargne sur une barraque en Ville Médiane. Tu ne trouves pas ça profondément insultant et détestable cet air hautain qu’elle affiche en permanence ? Comme si elle avait tout mieux que toi, et qu’elle te le faisait bien savoir. » Elle a crispé les doigts en grimaçant. « J’ai envie de l’étrangler à chaque fois. Comme si sa version était la bonne et que la mienne n’était qu’un brouillon, une erreur de la nature. C’est ELLE la pétasse qui s’est plantée de dimension ! » Elle avait levé d’un ton en désignant un point dans le vague. « Avec son frère chéri, son mec chéri, son truc chéri, je sais pas quoi ! Regardez-la, elle a même une soeur, cette garce. Et pendant ce temps-là… » Elle s’est poussée du rocher pour réussir à se relever et elle a légèrement chancelé. « … Quelque part de l’autre côté de Megalopolis, il y a moi. » Elle s’est alors accroupie en fronçant les sourcils, les coudes appuyés sur ses genoux. « Moi je trouve ça affligeant. Elle est là, elle a tout et elle profite de rien. » Et elle a à nouveau rire, le même que le mien, c’était sûrement le plus dérangeant dans l’histoire. « Putain, si j’étais toi, je trouverais ça carrément vexant. Je lui dirais clairement d’aller se faire foutre, si tu veux mon avis. »

Elle a tourné la tête pour cracher dans la rivière et elle s’est essuyée le menton du revers du poignet avant de renifler et de ramener des cheveux en arrière.

« T’as du répondant, rose des sables, mais tu retiens tes coups. Pourquoi ? T’as peur qu’elle te bute ? Elle a pas ce pouvoir. Et c’est une queutarde. T’attends quoi pour l’envoyer en enfer ? C’est pas interdit, tu sais ? Moi, je le fais tous les jours, Liberation m’en tient pas rigueur, que je sache. »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar

« Non non non. Je te retiens sur ce point là. Je ne suis pas sa soeur. Que ce soit par le sang ou le reste. Je crois que c’est un truc que t’as pas saisi. Elle haie Chase plus que tout, et elle a reporté ça sur moi. Elle ne m’a toujours vu comme un poids, jamais comme égal. C’est encore plus vrai maintenant. Elle sait tout mieux que tout le monde, elle fait tout mieux que tout monde, elle a un sens inné de la justice blablablaah… Rien que d’y penser ça me file la gerbe. »
Je me suis mise à grimacer de dégoût.

« Oh mais je l’envoie se faire foutre régulièrement. L’insulter c’est qui m’entretient. C’est l’une des raisons pour laquelle il ne faut pas nous laisser dans même pièce. Ça devient rapidement n’importe quoi. »  A cette pensée, j'ai secoué la tête de satisfaction pour ensuite m’asseoir sur le rocher qui faisait presque office de piédestal.

Elle a lâché le nom de Liberation. Tiens… ça existait aussi dans son univers. Mais je n’étais pas très familière avec leurs agissements, juste qu’ils étaient une version plus exacerbée de Resistance avec des moyens encore plus radicaux pour défendre leur vision de la justice.

« J’en sais rien. Je dois avoir encore des principes débiles qu’elle a dû me transmettre sans que je m’en rende compte. J’en viens facilement aux mains, mais elle peut se montrer d’une rigidité déconcertante. Toi au moins tu donnes de la matière à laquelle je peux répondre, elle parce que c’est Miss ‘Know-it-all’ et qu’elle se pense meilleure que moi, elle se contente des mots. Et ça me soule, c’est comme si elle cherchait constamment à m’embobiner. Je la déteste pour ça. » en soupirant d’exaspération.

«  Mais qu’est-ce que tu veux réellement ? Voir Chase ou bien… 'Fin, je veux dire, il y a bien une raison pour laquelle tu es là non ? Tu n’est pas juste apparue « pouf » par magie pour avoir soudainement l'envie de lui pourrir l’existence ? Si c’est le cas, chapeau. » Réussir à la cerner c’était comme un jeu d’équilibriste. J’avais des bribes, des pistes mais la majorité n’était que pure supposition.

[Ah oui ! Et j'approuve le "rose des sables"  ]




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Amber lui donnait de nouvelles informations et elle ne savait pas vraiment comment les traiter. Dans un demi sourire, elle a écouté Amber sans l’interrompre. Elles ne m’aimaient pas beaucoup, c’était un fait. Mais l’aînée avait bien moins de raisons que la cadette. Alors, quand elle a eu fini, elle a secoué la tête dans un rire.

« Lui pourrir l’existence ? Pourquoi je voudrais lui pourrir l’existence ? C’est mon père… Le gars m’a sauvée la vie au péril de la sienne. Il m’a élevée quand mon vrai père n’a jamais rien voulu savoir de moi. S’il est en vie, je veux le voir, n’importe qui le voudrait. » Dans un sourire plus franc, bien plus similaire au mien en plissant le nez, elle a repris. « Je ne veux rien. Elle a atterri chez moi sans s’annoncer et après qu’elle soit repartie, je me suis retrouvée ici. La seule raison pour laquelle je suis encore là c’est parce qu’elle a besoin de moi pour faire sortir un mec de l’hôpital. En attendant, je m’occupe. » Elle a ramené ses cheveux par dessus son épaule pour les essorer, ses bracelets tombant sur ses coudes. Elle a haussé les sourcils en les tressant. « Une chose que je sais, c’est qu’on a beau être différentes, on est quand même la même personne. Quoiqu’elle dise, on a les mêmes parents, le même caractère même s’il est modifié en fonction de nos expériences. On vient du même endroit elle et moi. Elle adore dire qu’on est si différentes, mais tu veux que je te dise ? » Elle a lâché sa tresse en écarquillant les yeux et elle a tendu le menton vers Amber avec un sourire perfide sur le ton de la confidence. « Elle se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’à l’anus. »

Elle s’est secouée d’un rire en se redressant et elle a regardé autour d’elle en poussant un profond soupir. Elle aimait son pouvoir encore plus que moi le mien, si c’était possible. Les mains aux hanches, elle a avisé la nature.

« J’avoue que rester ne me dérange pas tant que ça. J’en apprends tous les jours sur elle. Et moi qui aie toujours cru que ma vie était trépidante. » Elle s’est retournée vers Amber et a reniflé en lui faisant un geste de la main. « Lève-toi. Tu sais rien faire de tes jambes. Je vais te montrer comment lui foutre une rouste la prochaine fois. Elle t’en dira des nouvelles. C’est une froussarde, ne la laisse jamais te dire le contraire. Elle n’agit jamais sur quoi que ce soit parce qu’elle a trop peur de l’inconnu. Elle a besoin de contrôler. Tu attends que j’agisse pour répondre, hin hin, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. C’est à toi de montrer que tu as le contrôle. Elle a horreur de ça, que les choses lui échappent. Pourquoi tu crois que je suis là ? Parce que son pouvoir lui a échappé et qu’elle s’est transformée en ouinouin des mutants. »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
« Oui, je comprend. Je le veux aussi… » J’ai baissé la tête. C’était quelque chose que ne n’avouais jamais à voix haute, je le gardais pour moi car je savais le danger que cela représentait.  

Quand elle s’est mise à parler de mon père, même si il était une version alternative, cela m’a irrité au point de m’en faire hérisser les poils des bras. Il avait élevé comme sa propre fille alors que le mien ne l’avait pas fait. J’avais beau comprendre les raisons qui l'avaient poussé à faire ce choix là, aussi stupide que cela soit, je me suis sentie jalouse.

Je l’ai regardé et étudié plus en détail à mesure qu’elle expliquait la raison de sa présence et qu’elle révélait sa similitude avec Maddison. C’était logique en soit, à vous retourner la cervelle à l’envers mais logique. 'AltMaddie' avait un toute autre conscience d’elle-même et de ce qu’elle projetait. Elle accordait une attention toute autre à son apparence, ce que soit avec ses parures ou la façon de se coiffer.

Et puis elle s’est mise à me donner leçons sur comment appréhender Maddie. « Control-freak quand tu nous tiens…» ai-je lancé en roulant des yeux. J’ai trouvé ça fou et en même temps son analyse était très juste, j’étais forcé de le reconnaitre alors je me suis levée pour aller la rejoindre.

A moitié impressionnée par son initiative, je me suis postée en face d’elle, les bras croisés.  « Tu serais prête à faire ça ? Wow. » lui ai-je répondu en levant le menton. «  Mais qu’est-ce que tu y gagnes ? »
J’espérais simplement qu’il ne s’agissait pas d’une manoeuvre de sa part pour m'emmener à Tombouctou.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
« Si Chase a survécu ici suffisamment pour avoir une fille, alors disons que je paye ma dette envers lui. Qui te dit que j’ai obligatoirement envie d’y gagner quelque chose ? »

Elle se tenait face à elle, les bras croisés pour imiter sa position. Elle a haussé les sourcils après sa question et sans prévenir, elle a tendu le pied pour entraver la cheville d’Amber et la faire basculer. Elle savait exactement où taper pour lui faire perdre l’équilibre, juste avec un bref coup. Elle a souri et secoué les épaules, maligne.

« Oups. » Elle a souri d’autant plus sans quitter Amber du regard. « C’est ce que tu lui diras quand elle te demandera ce qui t’a pris. Simple. Et efficace. » Elle l’a aidée à se redresser. « Pourquoi Chase n’est pas avec toi ? C’est quoi son histoire, ici ? »

J’imagine que s’il y avait une personne pour retrouver Chase, ce serait bien elle. Mais elle ne l’avait plus revu depuis ses 8 ans, comment pouvait-elle espérer lui remettre la main dessus dans un monde où elle ne connaissait rien ni personne ? Où tout était différent ? La chance du débutant ? Non, j’en doutais fortement. Avais-je moi même envie de le retrouver ? Non, absolument pas. Et j’empêchais Amber autant que je pouvais de tenter de le retrouver. Il l’avait abandonnée. Il nous avait abandonnés. Au lieu de vivre une vie normale, au lieu de nous offrir une maison, il avait décidé de nous laisser en plan pour aller mener sa petite vendetta. Et pour quoi ? Faire partie des personnes les plus recherchées du pays ? Je connaissais déjà cette chanson, les bureaux de police avaient tous une liste des Most Wanted. Zaan et Chase étaient sur cette liste mais leurs pistes étaient froides depuis des années. Soit ils étaient morts, soit ils se cachaient bien. Je pariais sur la seconde option, les connaissant. Mais pour moi… Ce n’était qu’une preuve de plus de son abandon.

J’avais refusé que Ari et Sean élèvent Amber à ma place et j’avais sûrement fait une erreur. Mais je l’avais considérée sous ma responsabilité. Sa mère avait disparu en partie à cause de mon père et ma mère n’avait pas survécu pour nous aider. Chase n’avait aucun droit de la voir ni de la réclamer. De plus, s’il avait voulu le faire, il aurait dû se manifester plus tôt. Chaque fois que Amber parlait de son père, je me retenais de la séquestrer. Si seulement elle savait à quel point tout ce que j’essayais de faire, c’était de la protéger. Mais toutes les deux ignoraient tout ça. Et tout ce qu’elles voyaient était une rabat-joie. Je ne pouvais pas les blâmer.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
«  J’en sais rien. Pure supposition. Quelque chose me dit que tu es du genre à faire les choses par intérêt. » lui ai-je répondu alors qu’elle venait de me faire virevolter au sol. J’ai pu avoir le temps de me retenir avec mes mains sur le sol.

« Jouer sur l’inattendu, hum ? J’y ai souvent pensé, déstabiliser en premier, mais jamais osé, enfin… du moins avec elle. » Maddison m’a toujours intimidé et une part en moi à toujours cherché la rébellion contre son autorité. Le problème c’est que très vite je me confrontais à des barrières d’ordre morales qui me freinaient sur mes ambitions. J’aurais aimé être capable de dire «  fuck it » et faire ce que je voulais, comme je le voulais et d'y aller jusqu’au bout. « La notion de danger endoctrinée par Maddison a finalement eu plus d’effet sur moi que je ne le croyais. » je me suis relevé et j’ai enlevé la terre humide qui s’était accrochée sur mes genoux.

« Son histoire, c’est à lui qu’il faudrait le demander. Je n'ai que certaines bribes auxquelles j’ai tenté redonner un sens. » Je lui ai raconté ce que je savais sur les événements qui ont suivit la bataille de Lux Aeterna : comment ses parents et ma mère étaient morts et à quel point cela à provoqué une réaction en chaîne qui a poussé mon père à la soif de vengeance et donc son abandon. « Pour moi, il est l’incarnation du feu. Son pouvoir est tellement en osmose avec ce qu’il est. Mais ses penchants destructeurs auraient été problématiques pour élever trois enfants. Du moins… c’est ce qu’on m’a laissé croire. Je n’ai jamais accepté tout ce que Maddison pouvait me raconter sur lui, que c’était un irresponsable, fou, lâche et anarchiste. » J’ai secoué la tête négativement, les yeux dans le vague. « Il y a plus que ça. Ce n’est pas si noir que ça, il y a forcément des tâches de blancs, ça et là.»  




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Elle l'a écoutée avec attention. Je crois qu’elle voulait me comprendre avant tout, savoir ce qui avait dérapé. Je la soupçonne d’avoir toujours voulu changer sa vie et en posséder une plus normale, plus calme. Elle voyait la mienne, plus stable, visiblement, moins destructrice… Morale. Elle se demandait pourquoi elle n’était pas devenue comme ça elle aussi. Nous étions la même personne, oui ou non ? J’avais un peu de peine pour elle mais je savais qu’elle se satisfaisait également très bien de ce qu’elle avait. Liberation, Hayden… C’était sa vie et elle l’embrassait avec joie. Une part d’elle, néanmoins… Se questionnait. Alors quand Amber a cherché à se convaincre que j’avais forcément tort, elle, elle lui a simplement souri en haussant les épaules. Elle se voulait désolée, peut-être même un peu fataliste.

« Regarde-moi… » Elle a eu un léger rire pour souligner l’ironie. « Notre différence ? Ce n’est pas la même personne qui nous a élevée. Elle a eu son vrai père et regarde ce qu’elle est devenue. » Voilà qui lui coûtait d’avouer ça à Amber mais elle n’a jamais été une méchante fille. Peu importe ma version, j’ai toujours ma part d’erreurs à travers mes expériences, des choix pas forcément bons mais que j’ai jugés nécessaires ou ce qu’il y avait de mieux pour moi. Elle n’était pas si différente, elle était juste… Une autre facette de moi-même. « Et regarde ce que moi je suis devenue avec ce… fou, lâche et anarchiste, incarnation du feu. Est-ce que… C’est ce que tu veux ? » Elle a haussé les sourcils. « Parce que, Amber, je n’ai pas eu le choix. Je ne sais pas qui est mon père, j’ignore qui est ta mère et je me souviens à peine de la mienne. J’ai appris à survivre seule, je n’avais que 8 ans. Toute la ville me recherche, je suis celle qui a couru pour la vengeance. J’ai abattu Howard Stenton de sang froid et ne l’ai jamais regretté. Je suis désolée d'avoir à te dire ça, Rose des sables, mais pour cette fois, elle a raison... Vouloir retrouver Chase ne veut pas dire que je l’estime comme l’homme de l’année… Ca veut juste dire qu’il me manque. »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
[Han l’optisme Kikiesque la perdra ! ]

J’ai serré le poing fort au point de sentir les ongles entrer dans ma peau.

« Ce que je refuse de croire, c’est qu’il n’est QUE ce que tu viens de dire »

Bien ou mal, je m’interdisais la dichotomie comme explication valable. J'avais déjà fouillé dans l'ancienne base de donnée du PRD que la Waleman avait récupérée, je connaissais son histoire de ce point de vue aussi. Je le voyais comme une âme torturée, j’étais persuadée qu’il ne me ferait jamais de mal volontairement je me pensais capable d’apaiser sa rage. J’étais sans doute naïve, mais cette conviction m’avait animée depuis si longtemps que j’avais dépassé la raison.

« Je n’attend pas subitement à ce que d’un coup il devienne mon père. Encore moins de réécrire le passé. Je n’ai pas ce genre là d’espoirs. Je veux juste le revoir et comprendre. »

Je sentais la déception qui montait comme une vague jusqu’à me serrer la gorge. La frustration d’entendre encore une fois la même chose, cela me blessait intérieurement. Je ne supportais plus de revenir à la même chose dès que je touchais ce sujet si épineux. Malgré la beauté de l’endroit, je suffoquais dans mes émotions, je voulais rentrer. Me perdre dans le sable et arrêter de me tourmenter avec ces pensées que je ruminais encore et toujours.

« Ramène moi au Sanctuaire. Maintenant ! »

J’étais désespérée que cela se termine alors dès qu’un indice aussi minime soit il se présentait, je voyais là une piste à explorer et à ne pas lâcher. Chacun avait ses démons, et ceci était mon enfer personnel.




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
« Non, il n'est pas que ça mais tu ne dois pas l’idéaliser ! » Elle avait fait un pas vers Amber, sans pour autant se montrer menaçante, mais en portant une main sur sa poitrine. Elle avait beau savoir que si je protégeais Amber, c’est que j’avais raison, elle n’en a rien dit. Sûrement pour que je garde le mauvais rôle. Avais-je réellement un bon rôle dans cette affaire ? Je n’en sais rien. Amber ne voulait rien entendre d’autre que ce qu’elle pensait, je ne voulais rien reconnaître d’autre que l’abandon qu’il nous avait infligé. Si elle ne voulait pas de moi, j’étais tout de même rassuré qu’elle ait Maze pour prendre soin d’elle. Quelque part, je crois qu’elle aurait aussi plus facilement écouté cette version de moi que celle… A laquelle elle a eu droit finalement. « Je ne te dis pas ce que tu dois faire ou qui tu dois croire, je te dis la vérité, okay ? Il n’est pas un Saint, il ne l’a jamais été ! Mais les faits sont là. Maintenant, si tu as des questions, je ne peux pas y répondre, elle peut-être que si. »

Elle lui a pris le bras et l’a ramenée au Sanctuaire en un clin d’oeil. Elle gérait bien mieux son pouvoir que le mien. Elle a déposé Amber à quelques secondes de leur toute première disparition, un peu plus loin et elle l’a bousculée pour la faire reculer, le regard sombre et déterminé.

« Tu veux tes réponses alors va les chercher au lieu de garder la tête dans le sable ! Lève toi et arrête d’attendre ! Bouge toi ! Je ne le reverrai jamais, je n’aurai jamais mes réponses à mes propres questions alors arête un peu de geindre et prends ta vie en main, chérie ! S’il est là, quelque part… ALORS TROUVE-LE ! »

Je pense que la même colère - ou presque - l’animait. En revanche, elle utilisait la sienne pour avancer. La mienne me clouait au sol, je ne savais pas quoi en faire. Si elle avait eu la chance de le retrouver, elle n’aurait jamais laissé quelqu’un comme moi l’en empêcher. Elle ne s’est jamais servi de son pouvoir pour retourner dans le passé, elle n’en a jamais ressenti le besoin. Elle avait Hayden… Et cela lui avait suffit.

« Qu'est-ce que tu attends ? » Elle a désigné la ville dans le dos d’Amber et lui a presque crié dessus. « GO ! »

J’avais des questions… Mais je ne voulais pas les réponses. Elle, elle se savait suffisamment perdue depuis assez longtemps pour reconnaître qu’elle ne saurait jamais. Alors si Amber le pouvait, elle aurait au moins réussi ça.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
En un instant, nous étions au Sanctuaire. Je me suis sentie déstabilisée, la tête qui tournait. Décidément, les voyages éclairs, ce n’était pas mon truc.

«  Je ne l’idéalise pas. Pourquoi est-ce que tout le monde croit ça ! »

Est-ce qu’elle cherchait à me provoquer ? En tout cas, elle y arrivait très bien puisque je me suis mise à mon tour à la projeter vers l’avant, les deux mains sur ses épaules. « Je n’ai pas attendu depuis toutes ces années à me tourner les pouces et à fabuler sur un père que j’aurais voulu avoir. Non ! Je connais la réalité de ses actes et j’ai vu les dégâts qu’il a pu causer sur son passage. »

J'avais épluché nombre de dossiers, regroupé les données qui se recoupaient, un travail d’investigation, mais en vain. Si il ne s'était jamais manifesté, j’en avais déduis que c’était parce qu'il considérait que l’on se débrouillait très bien sans lui ou que cela était à cause de Maddison. Dans les deux cas, le faire sortir de sa tanière n’avait rien d’aisé. Où chercher quand on a aucune piste ?

« Mais comme je te l’ai dit, il ne veut pas être trouvé et c’est un maître dans l’art de la fuite. Le seul moyen serait que je sois en danger, un truc si énorme qu’il n’y ait que lui qui puisse faire quelque chose. Même là je n’ai aucune garantie que cela le fasse venir. »

Je me suis retournée pour voir la ville qui se dessinait à l’horizon. «  Je me sens vidée d’avoir essayé en vain de le traquer pour à chaque fois me confronter à un mur.  Si tu as l’idée du siècle, je t’écoute.  »  




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
Amber avait de la suite dans les idées, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais parler à voix haute de comment retrouver Chase n’était peut-être pas une bonne idée. Pourquoi tenait-elle tant à le retrouver est resté un mystère pour moi. Je revenais dans le passé pour voir ma mère quand elle me manquait. J’aurais voulu lui parler, et je l’avais fait une fois, mais c’était toujours sans révéler qui j’étais ni modifier mon passé. Je voulais retourner à ce que j’étais, pas changer ce qui m’était arrivé. Mais elle n’usait pas son pouvoir de cette manière. Elle était trop extrême pour ça. Retrouver Chase, c’était sûrement dans le même but que moi revoir ma mère. Elle le faisait juste de façon plus… Complexe.

« J’en ai une, oui. »

Et alors que Amber avait le dos tourné, elle a asséné un violent coup dans sa nuque pour la mettre KO. Elle a haussé les sourcils, moyennant un léger sourire en coin.

« Quoi, faut que ça ait l’air vrai, non ? »

A son réveil, il faisait nuit. Je ne m’étais pas encore rendue compte de son absence, je n’étais pas dans son dos en permanence. Je ne m’en rendrai compte lors des informations. Depuis l’émergence des Positifs, le délai avant la déclaration de disparition était passé de 48 à 24h. Je devais lui reconnaître qu’elle était chaque fois plus inspirée dans ses coups tordus.

Installées dans un motel à la sortie de la ville, elle avait non seulement volé une voiture pour embarquer Amber mais elle avait payé quelqu’un pour aller déclarer la disparition d’Amber. Elle aurait pu le faire elle-même et tout l'Underground me serait tombé dessus pour l’avoir amenée dans notre univers - même par accident. Mais elle était aussi pas mal tordue et pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliqué. La photo d’Amber apparaissait sur tous les journaux télévisés à une heure de grande écoute - la procédure - j’étais donc… forcément au courant à un moment.

Elle l’avait attachée à une chaise, les mains derrière le dossier, bien visible par la fenêtre. Et elle, elle était restée dissimulée derrière la porte, invisible pour qui ne l’avait pas vue agir. Assise par terre, dans le coin, elle se nettoyait les ongles avec un petit canif.

« Tu vois, Rose des sables, il y a une chose que je sais… C’est qu’il n’y a pas mieux que des enfants pour connaître leurs parents. Alors si tu penses qu’il te faut être en danger pour le voir rappliquer… Je te fais confiance. »

Elle avait bien monté son coup. Une femme avait déclaré être une amie d’Amber et qu’elle s’était faite enlever au Sanctuaire par une nana me ressemblant. Grande, brune, des yeux verts, revancharde avec un franc parler. Et armée. Très important. Et avec le ramdam qu’elles avaient fait, d’autres ont appuyé son témoignage. Certains ont même donné mon nom. Mais mon alibi était bien plus solide que celui de n’importe qui à ce moment-là : j’étais au poste avec pas moins d’une cinquantaine d’officiers. L’alerte était bien évidemment tombée entre mes mains, au poste et on nous avait collés en patrouille à travers la ville pour la trouver. Je serais incapable de vous décrire dans quel état je me trouvais. Je savais qu’elle avait pris Amber. Je ne savais juste pas pourquoi. Chase, quant à lui… Ne lâchait jamais sa gamine des yeux. Et il ignorait ma double existence. S’il était dans les parages… Il était certain qu’il réagirait. Ne serait-ce que pour m’interpeler.


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Amber Trent
avatar
« Sérieusement ? Sérieusement !!! » C’était ce que j’avais eu le temps de répondre dans les quelques secondes qui ont suivi le coup que je venais de me prendre. Bien sûr que je m’attendais à ce qu’elle réagisse avec ce que je venais de lui révéler, mais j’avais pensé un peu naïvement que cela allait se faire avec mon accord et que nous allions élaborer ensemble la marche à suivre. C'était sans compter l’impulsivité exacerbée de cette Maddie.

Ce n’était pas un black-out complet, j’ai déliré dans mes pensées : des formes multicolores qui vacillaient comme des flammes et des visages qui m’étaient inconnus qui se surimposaient par dessus. Je faisais toujours des rêves étranges, ce n’était pas nouveau mais avec la tournure des événement, c’était mon ascendance Dreamer qui se manifestait dans mon inconscient et ça je ne le savais pas.

Je n’avais aucune idée du temps passé entre le moment de ma chute jusqu’au réveil. Ce qui m’a tiré de mon état était le mal de crâne dû au bel hématome à l’arrière de ma tête et de ce fait, il était autant à l’intérieur qu’à l'extérieur.

«  T’étais vraiment OBLIGÉE de me foutre la torgnole du siècle ? » ai-je relevé en ouvrant un oeil difficilement. Lorsque j’ai pu ouvrir les yeux, j’ai réalisé où je me trouvais et surtout que j’étais attaché à une chaise. Elle était même allé jusqu’à serrer mes liens jusqu’à l’extrême à presque m’en couper la circulation. «  Quelle heure il est ? ‘Fin je veux dire, ça fait combien de temps que j’étais inconsciente ? Qu’est-ce qui s’est passé ? »  

Mes repères étaient faussés, qu’ils soient spatiales ou temporels mais étant donné la luminosité de la pièce j’en venais à la conclusion que la nuit commençait à tomber. Quant à dire où, j’étais dans une chambre de motel de ce qu’il y a de plus banale.

«  Tu penses que faire l’appât comme ça va l’attirer ? C’est pas un peu… léger ? »

Je pouvais parler de légèreté avec le cirage que j’avais dans la figure. Mais je n’avais aucun indice de tout le ramdam qu’elle avait pu provoquer.


[Tu peux répondre si tu veux. Je poserai avec Chase au prochain tour je pense.]




"We all have our time machines.
Some take us back, they're called memories.
Some take us forward, they're called dreams.”
Revenir en haut Aller en bas
http://musheeboom.bittersweet-art.net/blog/
Maddison C. DeLuca
avatar
« Rien n’est léger avec Chase, c’est comme le chocolat. Tu peux le préparer d’autant de manières que tu veux, ça te tombe sur le cul sans attendre, quoi qu’il arrive. » Elle a relevé la tête sur Amber et lui a offert un sourire en coin. « Détends-toi. Tu me remercieras. »

Elle a relevé les jambes pour poser ses coudes sur ses genoux et elle a commencé à faire tourner le canif entre ses doigts.

« Pendant que tu ronflais, je suis allée regarder sur internet en tapant le nom de Chase. Je voulais voir ce qui ressortait. La vache, il n’a pas fait semblant de vivre, ici ! Recherché par toutes les autorités avec Zaan Lareck ! Most wanted #2 ! Joli shot ! Je sais que Zaan n’est pas l’homme le plus tendre de l’univers, je bosse pour lui de temps en temps, je le connais bien, maintenant. Mais de là à aligner Chase juste derrière. J’avoue ! » Elle s’est redressée avec un immense sourire et des yeux plein d’étoiles. « Tout Los Angeles à ses pieds ! Il a fait exploser la moitié de la ville ! Même toi, tu dois reconnaître : c’est énorme. » Elle a levé une main et refermé le canif pour le ranger dans l’arrière de son pantalon. « J’ai même lu ses états de fait à Baltimore. J’ai du mal à croire qu’il ait pu survivre ici et pas chez moi ! J’ignore ce qui a changé et comment, mais… En tout cas moi… Je suis admirative. »

Folle, surtout. Elle l’était. J’avais de la peine et un peu de pitié pour elle. Mais je dois reconnaître qu’elle avait su tirer son épingle du jeu et s’en sortir à sa manière. Elle avait survécu encore plus que moi. Elle a caressé ses dents d’un coup de langue et elle s’est penchée doucement vers la fenêtre pour regarder à travers les stores.

« J’ai hâte de le rencontrer… »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Chase Trent
avatar
AMBER


«  Argh… » J’ai levé les yeux en ronchonnant en réponse à son sourire malicieux et puis je me suis mise à tourner les poignets pour tenter de dé-serrer mes liens ou de trouver une position  .

«  Je vis avec l’ombre de ses actions. Maddison n’hésite pas à me rappeler qu’il a faillit tuer sa mère et bruler vive la mienne, à Los Angeles justement… » Ma tête tournait encore et je ne pouvais pas partager le même enthousiasme, du moins je ne l’affichais pas. Je restait moralement tiraillée entre l'idée que ce plan puisse réussir ou bien que soit la pire idée qui a pu être soufflée. Dans tout les cas, cela allait m’éclater royalement à la figure.

CHASE

Le visage d’Amber était visible sur tous les écrans diffusant des flux d’informations, difficile de ne pas en prendre connaissance. Pourtant c’est grâce à un de mes contacts à l’Underground que j’ai appris la déferlante. Je n'étais pas sur place, mais à la Nouvelle-Orléans où j’étais établi depuis peu. Je ne restais jamais au même endroit plus de deux ans mais je retournais à Mégalopolis dès que l’opportunité se présentait, ce qui était relativement fréquent. Mon activité se résumait à être coursier, mais pour des paquets bien particuliers, souvent des mallettes verrouillées. Personnes de me posait de questions sur mon identité, je n’en posais aucune sur le contenu de mes livraisons et j’avais finit par me forger une réputation dans la pègre, particulièrement en Louisiane. Cela me donnait surtout un accès interne à ce monde sombre et avec assez de persévérance je pensais être capable de remonter à la source des responsables de trafics de Candidats, et donc le meurtre de Ben et par extension celui de Kirsten. Pour ces raisons, j’avais fait le choix de m’éloigner de ceux qui comptaient sur moi, pour les protéger. Mais parfois, à vouloir trop honorer les morts, on en oublie les vivants.  

Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’ai brisé la promesse que je m’étais faite de pas intervenir directement du moins. Megalopolis restait un nœud d'informations, et dans l’ombre, je restais au courant des faits et gestes autant de Maddison, Logan, Amber que de chaque factions. J’avais pressenti l’éclosion du mouvement des Protecteurs et des émeutes, il n’allait pas falloir longtemps pour qu’un autre groupe agisse en réaction. Au fond de moi je restais contre les formes d’oppressions et j’étais un fervent défenseur de la cause Positive.

Je savais quelles ficelles tirées, à quelles personnes m’adresser et trouver la trace d’Amber fut presque trop facile. Il devait s'agir de quelqu’un qui me connaissait très mal, ou bien tout le contraire et qui jouait sur ma faiblesse. Je n’ai pas pris le temps d’enquêter. Dans le désert des Appalaches se trouvait ma destination, et il allait me falloir rouler jusqu’à la nuit et par delà.

AMBER

J’ai relevé la tête, pour me sortir de mes rêvasseries.

«  Tu as entendu ce bruit ? » une suite de bip bip sourds a retenti et c’est à ce moment là que je l’ai fixée droit dans ses yeux émeraudes. Alerte incendie. Evacuation du bâtiment. On savait.

Dehors, il y avait effectivement un incendie, suffisant pour pousser résidents à fuir par peur, mais pas assez pour demander l’intervention des pompiers. Ce n’était plus qu’une question de minutes.

« Il va venir jusque ici tu penses ? Ou bien… On ferait mieux de décamper ? »

CHASE

Observateur dans l’ombre, j’étais perché au dernier étage, dans un endroit stratégique qui me donnait une vision d’ensemble. Il est certain que j’aurai pu choisir un autre type d’entrée, mais c’était aussi un moyen de tester à qui j’avais à faire. Ça me donnait l’occasion de faire le tri des résidents du motel et focaliser mon attention sur les pièces qui restaient occupées ou bien chercher un visage connu parmi la foule.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison C. DeLuca
avatar
Elle a secoué la tête.

« Je suis certaine qu’il y a une explication à tout ça. »

Amber et elle ont entendu le bruit de l’alarme incendie et ont relevé la tête toutes les deux. Si la cadette se manifestait, l’aînée, elle, est restée silencieuse à calculer tous les paramètres. C’était une chose que je faisais : je réfléchissais avant d’agir. En tout cas, j’essayais. J’étais plutôt contente de savoir qu’elle aussi, bien que ce ne soit pas totalement dans son caractère. Mais visiblement, quand elle avait un plan, elle le menait à bien. C’était quand il s’agissait d’obéir aux ordres qu’elle était moins calculatrice.

Elle s’est levée pour aller regarder par la fenêtre et a avisé les hauteurs qu’elle pouvait voir et le feu que des gens essayaient d’éteindre. Elle a penché la tête pour observer les fugueurs et chercha Chase des yeux. En 20 ans, il avait dû changer et elle n’était pas certaine de pouvoir le reconnaître. Elle a fait tourner son canif entre ses doigts et elle a ouvert la porte.

« Reste-là. »

Et pour s’assurer qu’elle obéirait, elle ne l’a pas détachée. Elle n’avait aucun moyen de savoir si son plan avait marché ou s’il ne s’agissait que d’un départ de feu banal. Ce qu’elle avait appris de Chase ne suffisait pas à répondre à ses questions. Sur le pas de la porte, elle a continué à jouer avec son couteau tout en scrutant la foule. Elle espérait que s’il la voyait, elle le verrait en premier.

« Où es-tu… »

C’était à se demander laquelle avait le plus besoin de le retrouver. Elle ou Amber ?


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Chase Trent
avatar
AMBER

« C’est pas comme si je pouvais partir en randonnée subitement ! » ai-je grogné. Plus j’attendais et plus cela devenait pesant. N’ayant même pas la vue de l’extérieur, je me suis mise à compter les tâches sur le papier peint, mais cela n’a pas capté mon attention très longtemps. Dans cette histoire, j’avais le sentiment de m’être faite durement arnaquée. Je l’avais cherché non ?

CHASE

J’ai longuement scruté l’action qui se déroulait sous mes yeux. Les gens comme des fourmis se focalisaient sur leurs tâches. Il y en avait qui communiquait leur panique autres, alors qu’il y en avait qui s’occupait à éteindre le feu. S’en était presque comique de voir autant de remue-ménage. Beaucoup de chaos pour pas grand chose. Cela m’a fait sourire car je réalisais à quel point cela était pathétique et exagéré.

Et puis, j’ai cru voir un visage auquel je ne m’attendais pas. Ça n’avait pas de sens, et j’ai même cru l’avoir imaginé. Alors par précaution j’ai attendu d’avoir une meilleure vision, car après tout elle n'était plus aussi infaillible, je suis donc descendu d’un étage, au deuxième. Je me suis accoudé à la rambarde, et par provocation j’ai sorti une cigarette, que j’ai allumé seulement à la friction de mes doigts. C’était bien elle, je n’avais pas rêvé. Un vieillard d’une soixante d’année s’est mis à jurer en sortant de sa chambre.

«  Ah si on peut plus être tranquille chez soi sans qu’un pèquenot mette le feu aux poudres, où va t’on ! » Il a gesticulé, tout en exprimant son exaspération par ses soufflements répétitifs.
«  À qui le dîtes-vous… » j’ai laissé filé entre mes dents, tout en gardant mon air malicieux qu’il ne pouvait pas voir car je gardais les yeux rivés sur la foule.  
«  Encore un de ces jeunots qui picolent et qui se croient tout permis. Ah la jeunesse décadente ! Ça commence par des poubelles enflammées et ça s'finit en pyromane moi j’vous l’dis ! » Il s’est tourné vers moi, m’a regardé en plissant ses yeux embrumés de cataracte pour finir par me tapoter l’épaule et se départir. Si seulement il savait, je l’ai salué d’un hochement de tête sans cacher mon amusement face à ses paroles.

Elle était dans ma ligne de mire, alors entre deux doigts, je jetai mon mégot possédant encore de la braise pour qu’il arrive à ses pieds. Je le fis crépiter pour attirer son attention. Si elle levait la tête, alors la traque prendrait fin, et il n’allait pas falloir longtemps pour qu’elle vienne à ma rencontre. Si ce n’était pas le cas, alors le décamperais pour tenter de la suivre, en me faisant aussi invisible que possible et voir où est-ce qu’elle pourrait bien me mener.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison C. DeLuca
avatar
Elle gardait un oeil sur tout ce qui se passait, son regard analytique et observateur calculant tout. La cigarette, elle l’a vue arriver avant même qu’elle touche le sol, il lui a juste fallu du temps pour trouver qui l’agressait de la sorte. Les sourcils froncés, elle a cherché jusqu’à le voir.

Comment aurais-je réagi si un de mes parents s’était tenu devant moi alors que je les croyais morts ? Je ne sais pas, je crois que j’aurais pleuré. Ou bien j’aurais été trop interdite pour réagir ? Elle, elle a senti son coeur battre pour la première fois et un sourire s’est dessiné sur ses lèvres. Elle l’aurait reconnu entre mille, il n’avait pas tellement changé. Il était juste plus vieux. D’un coup, elle a fait demi tour pour rejoindre Amber.

« Merci, Rose des Sables. » Elle a planté ses lèvres sur son front avant de lui coller une petite baffe amicale. « J’en toucherai un mot pour toi à l’autre poufiasse. » Elle lui a fait un clin d’oeil et l’a plantée là avant de détaler en rangeant son couteau dans la poche arrière de son pantalon. Elle a claqué la porte derrière elle et elle s’est mise à courir, malgré le chaos et les flammes. Elle a poussé quiconque la gênait et gravi les escaliers pour rejoindre son étage. Quand tout le monde descendait, s’éloignait, elle, elle se rapprochait du foyer de flammes. Sans se départir de son sourire, qui s’agrandissait, c’était comme une adolescente, et quand elle a été à son étage, elle s’est arrêtée, à bout de souffle, pour le dévisager. Les mètres qui la séparaient de lui, elle les a franchis en un temps record avant de sauter à son cou pour s’y agripper comme à sa vie. Elle s’est accrochée à lui comme la gamine de 8 ans qu’elle était alors. Tout lui est subitement revenu : l’odeur de la cigarette, la chaleur qu’il dégageait, le chaos dans lequel elle l’avait vu disparaître. Tant de souvenirs qui défilaient pour imprimer celui-ci. Elle avait tant de choses à lui dire. Elle savait qu’elle n’avait qu’une chance et une seule. Après ça, elle ne le verrait plus jamais. Ses cheveux lui chatouillaient le nez et elle avait envie de pleurer. Dans un souffle, ému, elle lui a glissé qu’elle l’aimait et combien il lui avait manqué. Le soulagement qui la submergeait a fini par l’emporter et son coeur battait à tout rompre contre le torse de Chase. Jusqu’à ce qu’elle entende un déclic dans son dos. Le mien.

« Descends. Maintenant. »

L’arme pointée sur Chase, j’ai fait un geste du canon vers le sol. Je ne m’adressai pas à lui, bien sûr. Je savais qu’elle savait que c’était à elle que je donnais cet ordre. J'ai dégluti en serrant les dents. Depuis un moment maintenant, je veillais sur Amber. Je la savais assez esprit et électron libre, je voulais qu’elle obtienne son indépendance et je voulais pouvoir lui faire confiance. Mais je la tenais subtilement en laisse grâce à un traceur. Logan avait le même. J’aurais aimé leur dire que je m’étais débrouillée pour ne jamais les avoir hors de vue mais ils ne m’auraient jamais pardonnée. Pourtant, ça m’a bien servi ce jour-là. J’ai retrouvé Amber attachée dans la chambre et j’ai tranché sec ses liens en grognant. Bien sûr, elle n’avait pas pu s’empêcher de se frotter à l’autre moi, elle n’avait pas été capable de sentir le danger. Comme d’habitude ! Mais j’avais plus important à traiter que l’adolescence d’Amber. Je l’ai levée par le bras pour qu’elle me suive. J’aurais aimé lui dire de rester là, mais elle ne m’aurait jamais obéi, alors...

J’avais perçu mon double et je l’ai suivie, arme au poing. Jefferson avait accepté de rester dans la voiture. Et même, il s’occupait du chaos ambiant. J’étais toujours en tenue, mon blouson bien refermé sur ma poitrine. J’avais chaud mais les cheveux attachés en une queue de cheval ont permis au vent de s’engouffrer dans ma nuque. Ma peau perlait de sueur et Amber dans mon dos, l’empêchant de passer, j’ai visé celui que je détestais plus que tout au monde.

Elle s’est lentement laissée glisser et elle s’est tournée vers moi, prudemment, les mains levées.

« Tu ne me feras rien. Tu ne peux pas. Et puis c’est pas dans ta nature, Miss Heroique. »
« La ferme. Recule. »

Cette fois, je parlais à Chase. C’était lui que je visais. Pas elle. Nous avions le même pouvoir, elle empêcherait la balle, mais elle devait savoir, si elle se connaissait bien, que mon point de pression, c’était Chase et pas elle.

« Qu’est-ce que je t’ai dit la dernière fois ? N’essaye plus jamais de t’approcher d’elle. »


We are all, at our cores, the sum of our fears.
To embrace destiny, we must, inevitably, face those fears and conquer them.
Whether they come from the familiar...
or the unknown.
Revenir en haut Aller en bas
Chase Trent
avatar
CHASE

Alors qu’elle courait vers moi, je n’ai pas compris ce qui se passait sur le moment et je suis resté stoïque, les bras le long de mon corps. Bien sûr, j'avais remarqué à quel point elle était différente mais de toute les réactions, c’est bien celle là à laquelle je m’attendais le moins. Si je restais éloigné c’était en partie à cause d’elle. Lorsqu’elle m’a glissé que je lui avais manqué et qu’elle m’avait, j’ai pris ça comme une plaisanterie, une farce de mauvais goût alors j’ai mis mes mains sur ses épaules pour la faire reculer et rencontrer son regard. Mais à peine avais-je eu le temps de le faire qu’un clic s’est déclenché dans mon dos. Immédiatement, j’ai levé les mains et les paroles que j’entendis sonnaient comme un écho. J’ai perçu l’échange de regard. Deux Maddison, voilà qui changeait la donne.

J’ai senti le canon du pistolet se coller contre l’arrière de ma tête. Les yeux plissés, je lui ai lancé un sourire en coin. « Evidemment… » Puis j’ai entendu un cri d'effroi dernière moi qui définitivement ne provenait pas de Maddison.

«  Avant tout, est-ce que tu aurais l’obligeance de m’expliquer pourquoi il y a une version double de toi et qu’est-ce qu’elle fout avec ma fille ? » J’avais beau garder un oeil sur leur évolution, je n'étais pas focalisé sur les moindres détails de leurs vies étant donné la distance à laquelle je me trouvais. Mais à ma manière, je faisais tout ce que je pouvais pour les protéger, même si cela impliquait de m’effacer.  « Cette fois c’était différent Maddison. Elle était en danger. » Est-ce que je faisais entièrement confiance à cette dernière, clairement pas. C’était paradoxal puisque qu’elle l’avait élevée à ma place. J’ignorais si un jour j’allais pouvoir revenir dans la vie d’Amber en toute sécurité, cela n’empêchait pas d’être un de mes buts, une fois que ma quête de rédemption serait terminée. Le même sang coulait dans nos veines, la même fougue mais par dessus tout, je voulais lui éviter mes propres erreurs alors je les assumais pour elles, pour eux.

« Ne t’en fait pas. Je ne compte pas rester. »

AMBER

«  Maddison ! Je t’en supplie, arrête ça tout de suite. Tu vois bien qu’il a fait tout ça pour moi. » J’avais enfin la preuve que je cherchais. Que malgré tout, il se souciait de ce que je devenais et qu’il ne m’avait pas totalement abandonné.

J’ai posé la main sur le bras de Maddison, celui qui tenait son pistolet, tout en tournant mon regard dans le siens et plus bas je me suis adressée à elle : « C’est ton moyen de pression, mais ne m’oblige pas à m’interposer entre vous. Fais ce que tu veux avec ton double, mais laisse le partir. C’est tout ce que je te demande. Fais-le pour moi.»


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Elle m’a fusillée du regard. L’autre. Quant à moi, je n’ai pas baissé mon arme. J’étais ni trop loin, ni trop proche. Je pouvais le viser lui comme elle et je me rendais suffisamment alternative pour que Amber n’essaye pas de m'interrompre sous peine d’aggraver les choses. Un geste et elle mangeait mon coude en prime. J’avais le pouvoir, je détenais le contrôle sur chacun des trois. J’ai néanmoins accepté de répondre à Chase.

« Il m’est arrivé quelque chose cette année. Ca a, comme qui dirait, détraqué mon pouvoir. Elle représente une faille que j’essaye de colmater. »
« T’es vraiment obligée de faire ta pétasse ? »
« Je crois t’avoir dit de la fermer. Et ce qu’elle fait là ? La même chose que toi. Elle marque un point. Malheureusement pour vous deux, l’un comme l’autre, votre place n’est pas ici, ni en cet instant, ni en cette seconde, ni dans cette ville. »

J’ai ignoré Amber dans mon dos et j’ai sifflé entre mes lèvres.

« Elle n’est jamais… En danger… Avec moi. Tu devrais le savoir vu qu’elle est toujours en vie. Pas grâce à toi. »

« Fais-le pour moi », les paroles d’Amber ont résonné dans ma tête et j’ai serré les dents.

« C’est son père, tu n’as aucun droit de l’empêcher de— »

J’ai tourné le bras pour lui tirer dessus et elle a disparu dans vapeur de fumée noire. De quoi me faire bien entendre et comprendre.

« Je n’ai aucun scrupule à me tirer dessus alors je te laisse imaginer le plaisir que ça me procurerait de te caler un trou entre les deux yeux. Tu n’as RIEN d’un père ! Et elle n’est PLUS ta fille ! C’était TON choix, TU es parti ! Quel père se manifeste en mettant en danger la vie de dizaines de personnes innocentes ?! Tu n’es pas celui qui l’a entendue cauchemarder toutes les nuits, tu n’es pas celui qui a cumulé deux jobs en plus de ses études pour qu’elle ne manque de rien, tu n’es pas celui qui lui a donné un but à suivre qui ne SOIT PAS le tien ! »

Abel et Maze avaient été tous les deux témoins de la défaillance de mon pouvoir. Pour ce que j’en savais, c’était flou. Je n’en étais jamais totalement consciente mais je savais que quelque chose se passait et que ma vision se troublait. Alors que la colère montait, comme à chaque fois que je pensais à lui et à tout ce que nous avions traversé, ce que j’avais traversé, je savais que mon coeur était prêt à exploser. Comme il l’avait failli face à Abel. Cette colère sourde et aveugle qui m’empêchait de respirer était une soufflerie pour mon pouvoir qui ne demandait qu’à s’exprimer. Et avec lui des interférences. Par bribes, une fraction de seconde par ci, une autre par là, le feu n’existait plus, ni les cris des gens, ni même le motel. Le silence se faisait et se défaisait. Une seconde j’étais là, la suivante j’avais disparu. Tantôt le ciel était clair, tantôt… Il pleuvait des cordes sur un visage durci et assombri qui était le mien sans l’être, juste avec des cheveux plus courts et Abel à mes côtés à la place d’Amber, comme un fantôme, une ombre.

Cette version du monde était la plus proche de moi. Cette version de moi-même… Etait la plus similaire à celle que j’étais à cet instant. Nous nous suivions, depuis des mois et nos univers menaçaient de se confondre si, l’une comme l’autre, ne trouvions pas très vite la raison de cette faille. Seul Chase demeurait le même.

« Tu es celui qui m’a abandonnée avec deux enfants en bas âge sous prétexte que quelqu’un a accepté de nous donner un toit. A quel moment as-tu cru qu’on nous donnerait une famille ? Je lui ai offert un toit et des études. Et toi, tu n’es qu’une ombre qui plane au-dessus de sa tête depuis trop longtemps. Donne-moi une bonne raison de ne pas te descendre sur le champ. »

Il n’y avait pas de point de pression pour moi. Aucun. Amber m’était apparue en danger et j’avais réagi sans penser qu’il s’agissait de l’autre.

« Il n’a jamais rien fait pour toi, Amber. Ni pour Logan. Ni pour moi. »



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Chase Trent
avatar
J’ai baissé mes mains. « And now what ? » Elle allait continuer à me faire la liste des choses que j’avais loupé, mais avait-elle un temps soit peut conscience de ce que j’avais fait dans l’ombre pour les protéger et éliminer les menaces qui planaient sur eux trois ? C’était quelque chose je ne pouvais pas avouer pour l’instant, il fallait que Maddison continue à croire ce qu’elle pensais de moi, que j’étais le vilain de l’histoire.

« Venger ton père. Sa mère. Trouver les réels coupables. Remonter jusqu’à la source. » Le terme ‘mère’ vacillait suivant les univers. Je continuais à donner cette version partielle de la vérité, mais qui était révélé dans le monde alternatif par à-coups : « Tu n’as aucune idée dans quoi Ben s’était embarqué et à quel point les répercutions ont été graves. Je vous ai évité à tous de finir comme des rats de laboratoire. Le PRD, la Waleman, ce n’était rien, des enfants de chorale à l'époque. Le MSS était encore plus virulent il y a 20 ans. Ils étaient prêts à tout pour arriver à leur fins.»

Puis quand l’interférence passait, je terminais ce que j’étais en train de dire.
« Ils étaient à nos trousses. Dois-je te rappeler comment Kirsten est morte ? Abattue comme un chien. Ce fut presque une chance d’avoir retrouvé Amber intacte. » J’étais de plus en plus tenté par l’envie de me retourner et leur faire face ce que je fis enfin quand la vague d’interférence se stoppa pendant un court laps de temps. J’ai pu voir le changement d’aspect de Maddison, ainsi que l’alternance entre Amber et Abel, ce qui soulevait des questionnements. Le feu avait été maitrisé, plusieurs sauts d’eau avait été nécessaire pour éteindre la benne que j’avais allumé.

Si il y avait une chose de toute ma vie que je maitrisais, c’était bien mon pouvoir. L’apprentissage avait été long et j’avais commis mon lot d’erreurs. Longtemps il avait rythmé mon âme et mes désir au point d’en être esclave. A présent je ne faisais qu’un avec le feu. Par expérience, je pouvais voir la débacle et le tiraillement que Maddison expérimentait. « Ecoute, ce que je vais te dire peut paraître fou. C’est toi qui nous met tous en danger. » J’ai lavé les mains pour me disculper, je ne revenais pas de ce que j’allais dire. « Ton pouvoir est lié à ce que tu ressens. Et peut importe ce que tu perçois de moi, tu ne dois pas laisser filer ta colère dans le vent. Utilise la, nourris toi d’elle mais ne te laisse pas décider pour toi. Focalise toi sur une pensée unique. » Cela me pesait de dire mais je ne pouvais pas ne rien faire et laisser la situation s’envenimer.

« Crois moi. Ne répète pas les même erreurs que les miennes. » Je payais les miennes et il n’y avait pas un moment où je ne ressentais pas la culpabilité. Pourtant je continuais à aspirer au sentiment de rédemption, de liberté. Un combat quotidien, sans relâche qui aurait un jours une fin ?


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Mon pouvoir me rendait dingue. Pendant près d'un an, j'ai vécu un enfer à cause de ça. Quand Maze a parlé d'un dysfonctionnement à cause d'une possible grossesse, j'ai trouvé ça risible. Mais avec le recul, ça ne me semble pas si incohérent. Tout avait commencé à la suite de ça. cependant, ça coïncidait avec ma prise de conscience qui concernant Abel. Il n'était pas juste... Abel. Dès lors, il était bien plus que ça et il mettait ma loyauté en doute. Ce qui ne m'était jamais arrivé jusque là. Tous les doutes que j'ai ressentis, les choix auxquels j'ai fait face, ont découlé de cet instant où on m'a annoncé que ma vie était sur le point de changer.

"La ferme."

Ce que Chase pouvait faire n'avait pas d'intérêt pour moi. J'avais d'abord grandi sans père. Juste un modèle. Lui. Et puis on m'avait finalement donné un père. Pour me le reprendre et Chase était redevenu la figure dont j'avais besoin. Et il était parti. J'ai serré les dents quand il s'est retourné pour me faire face, mais je n'ai pas baissé mon arme. Il continuait de parler et son visage, ses yeux me rappelaient tellement Amber que j'en étais d'autant plus furieuse. Elle avait encore un père, elle. Un père qui préférait jouer les Vengeurs Masqués plutôt que de s'occuper d'une gamine qui avait plus besoin de lui que de moi. Il me parlait à moi mais avait-il seulement conscience de ce qu'il lui infligeait à elle ?

"Je t'ai dit de la fermer."

Mon arme s'est mise à trembler dans mes mains et j'ai senti ma respiration se bloquer dans ma poitrine. Le fait qu'il essaye de me conseiller, de jouer les pères avec moi, m'a mise d'autant plus hors de moi et j'ai entendu un craquement dans mon dos. Un des poteaux de la coursive venait de se fendre en deux et de la pluie gouttait au sol, tel que ça devait l'être dans l'autre univers qui se confondait peu à peu. Le plus étrange, c'est que chaque geste d'Amber correspondait à ceux d'Abel de l'autre côté. Nos deux mondes étaient plus que jumeaux, je crois qu'ils étaient, d'une certaine façon, complémentaires.

"LA FERME !"

Un éclair a grondé et illuminé le ciel et pourtant, la pluie ne tombait toujours pas et il n'y avait pas un seul nuage. J'étais à bout de souffle sans avoir couru, mes mots étaient détachés tellement je manquais d'air.

"Tu... As perdu ton droit, sur Logan et moi, le jour où tu as laissé notre père mourir, seul. Et sur Amber, le jour où tu as préféré la vengeance à ta propre fille. J'ai gagné le mien, le jour où j'ai pris la décision de sacrifier ma propre vie pour le bien de ma famille. Un gamin ne se souviendrait pas de tout ce que tu as fait à Los Angeles. Mais moi, si."

Mon arme tremblait de plus en plus et j'avais d'autant plus de difficultés à parler. Mes yeux devaient briller tellement je me forcer à ne pas céder à mes émotions, quand bien même, j'entendais gronder dans le ciel.

"Je te veux. Hors. De notre vie. Aujourd'hui."



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Chase Trent
avatar
CHASE


« Non, je ne le ferai pas. Cette fois je vais pas me la fermer. Tu oublies facilement les détails qui t’arrangent. Ben est parti tout seul comme un grand, sans que je sois au courant. Si je l’avais su, je l'aurais empêché d’y aller ou bien je me serais joint à lui et l’issue aurait été différente. » Mes paroles furent illustrées par l’interférence. Un très court instant, le monde alternatif se mit à shifter pendant 3 secondes avant de se stabiliser. « Il est celui qui a fait le choix de t’abandonner toi et ton frère le moment où s’est impliqué avec les Candidats. Il a mis vos têtes à prix, plus celle de son entourage, à l’instant où il a fait sortir les sujets tests pour le MSS. Et depuis, je suis celui qui cherche à récupérer les pots cassés. Mais tu as toujours refusé de voir la vérité en face Maddison et c’est pour cela que tu en arrives là. Ouvre les yeux. »  Peut importe ce que je pouvais dire, que cela soit sincère ou fondé, Maddison n’arrêterait jamais de garder cette haine envers moi. Une haine qui la rongeait de l’intérieur.  

« En pensant au plus grand nombre, j’ai fait le choix de vous écarter pour vous protéger. Si tu es trop obstinée pour ne pas le comprendre, je ne peux rien faire de plus. Trop longtemps j’ai été faible, à choisir la facilité et fuir. Avec cette menace grandissante, ça s’est imposé à moi. J’ai fait ce que je devais faire. De la mauvaise façon sans doute, pourtant avec les meilleures intentions. Et dans le fond on est pas si différent dans nos motivations. Parfois le choix juste n’est pas le bon choix ni le plus évident. » J’ai lancé un regard à Amber. Jusqu'à lors je ne l’avais pas encore car je savais pertinemment qu’elle était ma faiblesse. Sans la regarder je pouvais sentir sa présence. C’était une chose de la voir à travers des écrans qu’ils soient de surveillance ou de télévision. Elle était superbe et ses yeux étaient à présent parsemés d’éclats dorés. Je refusais de me laisser attendrir car je savais que cela allait influer sur mes décisions et responsabilités. Elle s’est mise à s’avancer et j’ai eu un léger mouvement de recul.

La souffrance que je leur avais infligée n’était pas volontaire. Est-ce que sans Kirsten j’aurais pu un père digne si j’avais fait d’autres décisions ? Je me pose encore la question. L’histoire a une drôle de façon de se répéter. Mon père, cet individu que je n’oserais plus jamais nommer ne s’est jamais remis du décès de ma mère. Il faut dire que j’en ai été la cause. Il n’est pas parti, il était là. Pourtant, il aurait mieux fait de partir. Sa présence était toxique. Et si j’ai passé ma vie à fuir et à braver les interdits, c’est en partie de sa faute. Autant je ne me rendais pas compte lorsque je blessais mes proches, lui le faisait de son plein grès.  J’ai toujours haïs les responsabilités car j’en ai eu un piètre exemple.

D’une certaine façon, par mes actions tout comme leurs absences, j’avais façonné les femmes qu’elles étaient devenue. Y être confronté, face à face, me crevait les entrailles.


AMBER

J'avais horreur de cette situation qui m’amenait à prendre un camp car j’avais l’impression que cela remettait en cause ma loyauté, voire même mes principes.

« Maddison, ça n’avancera à rien. Baisse ton arme. » Je me suis avancée pour m’interposer entre eux pour faire face à Maddison, croisant au passage le regard de Chase. A ce moment là, j’ai senti un pincement dans mon cœur.

Je me trouvais suffisamment éloignée pour avoir à faire quelques pas en avant pour le canon de son pistolet ne soit plus qu’à deux centimètre de ma poitrine. Le long de mon corps, j’ai serré mes poings. Il fallait que cela s’arrête.

« Le pardon. Je sais que c’est une notion... dure pour toi mais si tu en es incapable alors je peux l’être pour deux. »[/b ]Un autre éclair s’est mis à trancher le ciel dans un bruit fracassant. [b]« S’il te plait. » Je ne m’en rendais pas compte, mais dans mon regard on pouvait lire autant de désespoir que de détermination. Peut-être était-ce le feu de l’action, ou de la maladresse, mais je ressentais que je devais agir et le seul moyen c’était de prendre Maddison par les sentiments. Le seul problème, c’est qu’ils étaient sincères…


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Au fur et à mesure qu'il parlait, je sentais ma détermination s'effriter. La faiblesse me gagnait. Ce n'était pas tant que je n'avais jamais vu les choses de cette manière, ça ne m'avait surtout pas suffit.

"Tu aurais dû être avec lui."

Ma haine était palpable et probablement qu'il s'agissait là d'une petite fille face à une figure paternelle tentant de recoller les morceaux. Pendant une seconde, j'ai voulu être cette autre moi et sauter dans les bras de Chase pour qu'il me console de mes plus rudes années. Mais je ne sais pas ce qui m'en a empêché. L'orgueil, probablement, le besoin de rester fière de mes valeurs et de mes choix. Pour rester droite, je me suis remémorée tout ce que je savais jusqu'à trouver le dernier point noir de cette histoire, qui m'aiderait à me tenir éloignée de lui. Mon arme tremblait de plus en plus dans mes mains, ainsi que mes lèvres et ma vue se brouillait sans que je n'en ai le contrôle. Dans une grimace dégoûtée, je me suis contentée de cracher :

"Je te hais."

Plus que m'entendre, il avait sûrement dû lire sur mes lèvres, mais j'en perdais ma voix alors que je ne le pensais même pas. J'essayais de me convaincre que je faisais tout ça simplement par haine et colère. La vérité, c'était que j'ignorais comment m'y prendre autrement. Lorsque Amber s'est placée devant moi, je n'ai pas eu d'autres choix que de lâcher Chase et porter mon regard dans celui d'Amber. Et tout à coup, j'ai senti mon coeur fondre et mon arme était soudainement brûlante entre mes doigts. Me prendre par les sentiments était un doux euphémisme. Je n'aurais jamais cru ça possible, mais c'est la voix d'Amber qui m'a apaisée, ou du moins, qui a empêché les courants alternatifs de se confondre pour rendre chaque monde à son univers. Le ciel est redevenu silencieux et j'ai à nouveau entendu les gens du motel en contre-bas qui s'étaient planqués jusque là en attendant que l'orage passe. Et quel orage.

"Je suis désolée…" J'ai doucement secoué la tête. Je ne sais pas trop de quoi je m'excusais, bien précisément. De tout, j'imagine. D'avoir été impitoyable avec elle, de ne pas lui avoir offert la vie qu'elle méritait, de lui avoir imposé l'Underground d'une certaine manière parce que je n'aurais jamais accepté qu'elle quitte la ville et qu'elle parte loin. J'aurais voulu faire tellement plus pour elle, mais il m'en avait empêchée. J'ai lentement baissé mon arme et je me suis sentie si faible, comme dénudée. Je n'avais plus ma barrière, mais je me refusais à la garder pointée sur Amber. Elle lui ressemblait tellement, son regard était aussi perçant. Dans une vague d'égoïsme, j'avais espéré qu'elle ressemble à Logan et moi, ainsi, j'aurais pu peut-être réclamer mon appartenance, mon droit sur elle. Sauf qu'il n'en était rien. Amber n'était pas à moi, elle ne l'avait jamais été. Je l'avais gardée en otage comme une monnaie d'échange pour Chase, mais je crois que ce jour-là, j'étais juste trop fatiguée pour continuer à jouer ce jeu là.

J'ai fait un pas vers Amber et j'ai encadré son visage d'une main avant de déposer un baiser sur son front. C'était ma façon de lui dire bon courage, une manière détournée de lui rendre sa liberté, de lui dire au-revoir. Quelque part, je lui souhaitais bonne chance… "Il y a certains détails que je n'arrive pas si facilement à oublier." Car là où elle partait, je ne venais pas avec elle.

J'ai laissé le soin à Chase de se rappeler de son dilemme fait à mon père : ma mère et moi ou Dylan. Il avait menacé ma propre vie et maintenant, il voulait me donner des leçons ? J'ai fait un pas en arrière, puis deux. Si c'était ce qu'elle voulait réellement… Je vivais dans un monde où lui et moi ne pouvions co-exister. Où qu'il soit, je ne pouvais être et vice versa. Ou en tout cas, c'était ainsi que je le voyais, et que je le vivais. Je me suis passée une main sur le visage pour l'essuyer alors que je tournais les talons. Pour la première fois de ma vie… J'abdiquais.



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Chase Trent
avatar
CHASE

« J’aurais dû être là avec lui. J’aurais dû être là avec ta mère, Amber. Il y a beaucoup d’endroits où j’aurais dû être. Tu sais mieux que moi ce que transformer le passé veut dire. » J’ai baissé mes mains pour en placer une sur ma poitrine. Elle n’était pas mon ennemie et ne l’avait jamais été. « Je ne te hais pas. » Je rendais les armes pour un temps. Ma voie vers la redemption était longue et tortueuse. J’avais changé bien plus qu’elle ne pouvait le concevoir. Le temps m’avait endurci. Je ne riais plus comme avant. Mon pouvoir n’avait plus son emprise néfaste sur moi et mon organisme. Plus jeune, j’étais en quête perpétuelle de sensation. Un délire hédoniste que je m’étais fixé. A présent, comme un fantôme j’errais, sans réel joie de vivre, pris dans une routine obsessive de revenge car c’était l’unique chose qui me restait.


AMBER

Maddison se mettait à flancher, j’ai placé mes mains sur la sienne pour attraper son arme. Elle pesait si lourd entre mes doigts. Sans ce que je calcule réellement le poids de mes actions, le pistolet s’est effrité pour retourner poussière. « Plus de violence. Envers moi. Envers nous. » Je me suis retournée vers Chase, mon père, pour le désigner du regard. « C’est tout ce que je te demande. Tout ce que je veux. » Les mains de Maddison contre mon visage, il m’était difficile d’oublier certains autre détails. Ces moments où je me suis sentie emprisonnée. Restreinte, avec pour seule justification que cela était pour ma sécurité, alors que je ressentais cela comme une excuse pour me contrôler. Tout sonnait comme un au-revoir dans ses gestes, mais pas dans ses paroles. A cet instant, j’ai senti le besoin de tout lâcher : à propos de Logan, de mon attachement pour l’Underground et notre cause, que je ne pourrais jamais dire adieux à tout ça. Si il y avait un futur que je voyais, c’était avec lui.  


CHASE

J’ai regardé Amber, allait-elle m’accepter comme je l’étais ? Je n’avais jamais envisagé qu’elle puisse me pardonner, tout simplement parce que je pensais l’influence de Maddison bien trop étendue. Elle me promettais l’esquisse d’un futur que je n’entrevoyais plus. Tout était tellement sombre dans mon esprit. J’avais tellement peur de la corrompre. Et si d’une certaine manière elle s’avérait être ma lumière, comme sa mère des années auparavant ?


AMBER

« Attend ! » Elle venait de tourner les talons alors je l’ai interpelé pour qu’elle se retourne. « C’est pour Logan. Il saura. » Dans sa main, j’ai glissé une rose des sables qui faisait la taille de ma paume fait de l'accumulation des particules de son arme à feu. « Je vais revenir. J’ai juste besoin d’un peu de temps pour comprendre qui je suis, d’où je viens. » J’ai ponctué ma phrase par un sourire confiant, rassurant et pour la première fois, réellement optimiste.


Revenir en haut Aller en bas
Maddison DeLuca
avatar
Je me suis arrêtée en entendant sa voix et j'ai dû me passer une main sur le visage pour faire disparaître les sales larmes qui avaient commencé à couler sur mes joues. J'ai posé mon regard sur elle avant de le baisser sur nos mains. J'ai froncé les sourcils. Allez savoir pourquoi, mon arme à feu ne me manquait pas, je ne la sentais pas mais je ne m'en étais pas rendue compte. J'ai relevé des yeux curieux sur elle en reniflant légèrement. Ah, que mon image devait en prendre un coup. Je me demandais bien ce qu'elle voulait à mon frère mais j'avais bien vu son regard à une ou deux reprises, j'ai pensé que pour elle, c'était aussi comme un frère.

Mais les mots d'Amber m'ont faite rire. Pas de façon sarcastique, ni ironique ou sardonique, un véritable rire. J'ai approché mon visage du sien en le serrant dans une main.

"Je sais. On revient toujours dans la famille."

Mes parents, pour commencer s'était enfuis l'un de l'autre avant de revenir. Chase allait et venait, Dylan allait et revenait… Il n'y avait qu'une fois morts qu'ils s'immobilisaient. Encore qu'ils demeuraient dans notre esprit et revenaient régulièrement dans le paysage, comme aujourd'hui. Quant à moi… J'avais l'impression de partir chaque soir, et de revenir le lendemain matin, bien forcée de faire face à mes propres responsabilités.

Alors, j'ai franchi la barrière qui nous séparait jusque là et je l'ai prise dans mes bras. Je l'ai serrée fort, comme jamais je ne l'avais fait, ou alors lorsqu'elle était petite et qu'elle ne s'en souvenait plus. J'ai fermé les yeux un instant et j'ai inspiré profondément.

"Tu es ma petite soeur et je veillerai toujours sur toi. Si tu cries, je t'entendrai, aie confiance en moi."

J'ai embrassé sa joue, appuyant mes lèvres contre sa peau et je m'en suis détachée presque aussi brusquement que je l'avais prise contre moi. A nouveau, j'ai parcouru les alentours du regard et je me suis détournée avant de lever le bras quelques mètres plus loin.

"Have fun with Daddy !"



I've made some mistakes. And I paid for them. I just hope I don't have to keep paying for them my entire life.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.always-escalate.com
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Maddie/Amber] La Rose des Sables et le Rossignol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ZONES DE NON DROIT :: Le Sanctuaire-