2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [EVENT] Riot - Groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Save the Day
avatar
PREMIER EVENT : RIOT

GROUPE 2



Nous vous rappelons qu’un sujet spécifique concernant les règles à suivre a été ouvert et nous vous invitons à le relire attentivement.

Un sujet spécifique a été ouvert pour poster vos une question, doutes, besoins d’être guidé sur une action. Postez là et uniquement là. Enfin… Si vous voulez qu’on vous réponde gros smile

N’hésitez pas enfin à exprimer tout le bien que vous pensez de cet event dans le sujet des RP, ça fera toujours plaisir à votre MJ d’amour amour

NB : afin de pallier à toute récrimination, l’event, son thème et sa teneur ont été déterminés avant les événements récents. Tout parallèle est donc fortuit et très malheureusement indépendant de notre volonté.


LISTE DES HAUTS FAITS SPECIAL EVENT :

Les bonus, malus et citations sont uniques. Ils ne pourront être utilisés qu'une seule fois au courant de l'event, tous joueurs et factions confondus. Pensez à les consulter régulièrement pour ne pas perdre du temps à faire des doublons.

BONUS
Se fouler la cheville en glissant sur quelque chose d'insolite + 5 points à l'appréciation du MJ
Sauver un innocent + 5 points
Tuer un partisan (non-joué) adversaire + 5 points
Avoir une envie pipi au pire moment + 2 points
Imiter un autre personnage/joueur + 2 points
Jouer tout l'Event en étant totalement ivre ou drogué + 1 point
Interrompre une conversation très importante avec quelqu'un pour aller taper un partisan + 5 points
Faire croire à un autre personnage que vous êtes le fils ou la fille d'une personnalité connues de Megalopolis (ou du monde entier) + 1 point
Aider une femme à accoucher en plein coeur de l'action + 10 points
Fuir un combat ou un conflit + 5 points

JOKERS
Faire rire le MJ + 15 points à l'appréciation du dit MJ
Poster dans les premières 24h du premier tour + 15 points

SUPER-BONUS
Poster en premier à chaque tour + 50 points
Poster dans les premières 24h à chaque tour + 30 points
Incarner un personnage prédéfini issu de l'Event + 50 points

MALUS
Ne manquer aucun tour + 20 points & le rang "The Riot Club"
Manquer un tour + 10 points & le rang "The Riot Club"
Manquer deux tours + 5 points
Manquer trois tours - 10 points et élimination de l'event

SUPER-MALUS
Faire chier le MJ big time of the dead of the night of the apocalypse (Grosbillisme, non respect des règles, interjections...) - 50 points à la fin de l'event

CITATIONS SPÉCIALES EVENT
As-tu jamais dansé avec le diable au clair de lune ? (Batman) + 1 point
Si tu ne décides pas de ton destin, c’est ton destin qui décide pour toi. (Iron Man) + 1 point
Et toutes les putes et les politiciens lèveront la tête et crieront : « Sauvez-nous ! ». Et dans un murmure je dirai « Non ». (Watchmen) + 1 point
C’est bizarre, t’as trop la tête du gars qui croit qu’on en a quelque chose à foutre de ce qu’il dit ! (X-Men Origins : Wolverine) + 1 point
Avant d’envoyer quelqu’un sauver le monde, assurez-vous qu’il y tient à ce monde. (xXx) + 1 point
Attaquer l’un des nôtres, c’est nous attaquer tous ! (Watchmen) + 1 point
Ma reine ! Ma femme... Mon amour. (300) + 1 point
Ce qui ne me tue pas me rend plus... bizarre. (The Dark Knight) + 1 point
Certaines règles sont faites pour être transgressées. (Zombieland) + 2 points
Nous combattrons à l'ombre dans ce cas. (300) + 1 point
Moi, les règles, j'leur pisse dessus. (Beetlejuice) + 5 points
Quel salopard, il a piqué mon texte ! (Will Hunting) + 1 point
N'ayez pas peur, il n'existe pas de façon plus digne de mourir ! (Le Labyrinthe de Pan) + 2 points
Non mais je bosse moi, de jour ! J'suis dans l'armée, j'tiens pas un stand de crêpes ! (Kaamelot) + 1 point
Hé ! Hééé ! J'suis pas une spécialiste, mais à mon avis, là, vous allez mourir, hein ! (Kaamelot) + 2 points
Le poisson qui étouffe sur la berge remue plus que celui qui est dans l’eau. C’est bien la preuve de ce que je dis : si on se débat, c’est qu’on est en train de crever. (Kaamelot) + 2 points
Tu tombes bien mon loulou, j’ai remonté ma pendule... Regarde ! Dans deux secondes je te fait couiner le nez et je te fous ton calebard sur la tête. (The Mask) + 1 point
Eh, t’as un bazooka ? Mon pote, arrête de penser manuel de police et pense un peu Playstation. Faut tout faire péter. (xXx) + 2 points
On est venu, on a vu et il l’a eu dans le cul ! (SOS Fantômes) + 1 point
Quand on n'a pas de pouvoirs, on n'a pas de responsabilités. (Kick-Ass) + 2 points
Mais, mais, où est-ce qu'il a appris à négocier ? (Le Cinquième Elément) + 1 point

CITATIONS ULTIMES
C'est le pouvoir... De la FOUNK ! (Mozinor : L'auto-stoppeur) + 5 points
Ma mère m’a toujours dit qu’un jour je f’rais quelque chose de ma vie, elle s’imaginait pas que ça s’rait en zigouillage de mutants ! (variante de Zombieland) + 5 points
Et bah si on peut plus péter sous les étoiles sans faire tomber un mutant, il va nous en arriver des pleines brouettes. (variante de La Soupe aux Choux) + 5 points
À ce moment-là, il paraît qu’on voit les meilleurs moments de sa vie défiler devant ses yeux. Moi, je me suis seulement souvenu de quand je jouais à la playstation (Mozinor : La Cigarette de Baboulinet) +10 points avec bonus +5 pour le joueur qui aura asséné la dite tarte du siècle (à l'appréciation du MJ) afin de provoquer le magistral slow motion movie de l'autre joueur (avant ou après la citation).

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
Save the Day
avatar
TOUR PREMIER

Après la parution de l’article de Shannon O’Dair du 16 janvier, l’ambiance à Megalopolis s’était nettement réchauffée. Journaux, écrits comme numériques, talkshows, et bien sûr dans tous les lieux de réunion de la ville, il avait été impossible au débat qui découlait de l’arrestation de Carter Mitchell, l’origine douteuse des preuves l’incriminant, et ce que sa condamnation pouvait signifier pour la politique de la ville.
Et à mesure que les prises de position se faisaient plus passionnées, le fossé entre le camp des pro-Positifs et celui des anti se creusait. Ce qui n’était qu’un débat sur la probité d’un candidat politique s’était transformé en une bataille rangée d’idées. Dans les bars, dans les salles de pause et les salons, familles et amis se posaient des ultimatum, chacun demandait à ses proches de prendre position.


☛ 27 janvier 2075 - 8.27pm
Channel 1 - UNITED NEWS En Direct
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD.

Le micro de l’envoyé spécial se coupa un peu brusquement et son visage disparut de l’écran. Les projecteurs, déjà, se rallumaient sur le plateau, mettant en exergue les visages graves des deux invités et de la présentatrice. Shannon n’en était pas à sa première émeute et elle avait déjà couvert des sujets d’une gravité au moins équivalente.

« Merci encore à Jimmy MacAllister et Dan Clark pour ce reportage exceptionnel sur les événements d'aujourd'hui, événements que vous avez pu suivre en direct sur notre antenne heure par heure. A cette occasion, je reçois Richard Aberline, récemment élu au Sénat de Polis District et conducteur des projets avant-gardistes de la Waleman Dynamics, et Cal Fairbanks, fraîchement Procureur d'Etat. »


☛ 27 janvier 2075 - 16 h
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


Le grand jour était arrivé. Après des semaines de débats, de controverses et de tensions, le jugement allait être rendu. Beaucoup avaient attendu ce jour avec impatience ou angoisse. Une chose était sûre, dans Megalopolis, il ne se trouvait personne pour ne pas avoir pris parti. Et comme souvent lors de ce genre d’événement, un attroupement s’était formé sur le parvis du tribunal. Deux même, séparés par un couloir maintenu par un cordon de police plutôt chatouilleux. Il suffisait de voir leurs regards féroces et déterminés pour se douter qu'ils ne feraient pas de cadeau.

De ce côté-ci du tribunal, les gens scandaient leur soutien à Carter Mitchell. Enfermez les Positifs, Non au génome Yudifié, Maire Mitchell ou encore Négatif = Pur étaient autant de slogans qu’on pouvait lire sur les différentes pancartes, repris à tue-tête par la foule.


« C’était vraiment une mauvaise idée de venir, tu le sais ca ? » grommela Elvis à Skandar, qui arborait lui un sourire radieux.
« Pourquoi ? C’est pas comme si j’allais leur vider les poches ! » répondit-il. « Même s’ils le mériteraient... »
« Reese serait teeeeeellement ravi que tu fasses ça... » Souffla Elvis à mi-voix, visiblement ravi de faire la babysitter.

Infos HRP

Vous vous trouvez donc du côté où on est prêt à balancer les Positifs aux ordures. Ca ne veut pas dire que vous partagez cet avis. A vous donc de justifier votre présence de ce côté-ci du tribunal. Vous ne pouvez par contre pas traverser le cordon de police. Toute tentative se verra repoussée avec violence par les officiers.
Elvis et Skandar seront vos PNJ. N’hésitez pas à aller lire la liste des Prédéfinis pour en savoir plus sur eux. Les membres de l’Underground les connaissent bien sûr au moins de vue.

Vous avez jusqu’au lundi 26 janvier 2015, 21h (Paris), 3pm (Québec), pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
Gen Caleb
avatar
De part ma formation à la CIA et le pouvoir que j'avais reçu rien qu'en naissant, l'espion attitré de Libération, c'était moi. Observation de loin ou infiltration dans le feu de l'action: dans un cas comme dans l'autre, c'était mon domaine. Alors vous pensez bien que lorsqu'il s'agissait d'avoir des yeux parmis une bande de ploucs prêts à allumer un grand feu sur la place publique pour y balancer tous les Positifs et Candidats de cette bonne vieille planète, on ne tirait pas à la courte paille et c'était Bibi qui se le coltinait.

Pour l'heure, donc, j'étais pour ainsi dire du mauvais côté de la ligne des forces de l'ordre, habillée comme une foutue bourgeoise - pour sûr, si ça dégénérait, j'allais me péter la cheville avec ces foutus talons hauts - entourée de zigotos qui gueulaient des slogans entraînants tels que "LA NÉGATIVITÉ C'EST LA PURETÉ" et  "YU C'EST DE LA POUBELLE". Mais nom de Dieu mon pauvre, t'as trouvé ça tout seul cette phrase, ou ta mère t'a aidé comme elle t'aide pour tes chaussettes ???

Rien que pour m'empêcher de rouler les yeux sur toutes les conneries que j'entendais hurlées autour de moi, ça me prenait un sacré effort de concentration, alors imaginez les efforts que ça me prenait pour m'y joindre. "PAS DE PLACE POUR LES DÉGÉNÉRÉS DANS NOTRE MONDE !" ai-je crié en direction de l'autre côté. Pour sûr, Abel n'allait pas accepter que ça devienne notre nouveau slogan à Libération, mais un rôle à jouer est un rôle à jouer. Si les gens autour de moi se rendaient compte que j'étais positive, et membre de Libération en plus, je ne m'en sortais pas vivante, ça c'était quasiment certain.

J'ai regardé autour de moi en essayant d'avoir l'air le plus "anti-Yu" que je le pouvais: devant moi, un mec brandissait une pancarte sur laquelle était écrite "ARRETÉ DE CRÉEZ DES MONSTRE DESGÉNÈRER" (nous au moins on sait écrire, mon gars... enfin, moi j'dis ça, hein...) comme si c'était une fourche, et j'ai dû me retenir de rire. Franchement, au rythme où allaient les choses, dans cinq minutes, on allait gueuler "MÉCRÉANTS !" et "AU BÛCHEEEEER !". Quelle bande de pignoufs, quand même. Fallait être malade pour approuver des conneries pareilles.

Au fur et à mesure que je regardais autour de moi, je sondais les esprits, prenant mentalement note de ce que j'y trouvais. Je n'étais pas juste là pour faire style, j'étais là parce que Abel voulait des informations sur ces dingues - j'ignorais qui avait dit "Connais ton ennemi", mais Abel devait être son plus grand fan, ça c'était sûr. En prime, j'étais supposée récolter des informations, si jamais il y avait dans la foule quelqu'un de particulièrement anti-positif ayant une importance quelconque... une cible potentielle dans le futur, en somme.

Je savais Libby et Jericho, entre autre, de l'autre côté - AKA du bon côté - du cordon de police, mais de là où j'étais, avec tout le monde ou presque qui me dépassait même avec mes talons, je ne voyais rien du "camp adverse", alors j'ai commencé à me faufiler doucement à travers les gens, gueulant "LES NÉGATIFS SONT LES SEULS VRAIS HUMAINS" en coeur avec ces imbéciles.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar
Ce procès incarnait à mes yeux tout ce qui ne tournait pas rond dans ce foutu monde.

Cet homme méritait de finir sous les barreaux et encore à mes yeux c'était bien trop léger, devais-je avouer qu'au vu des récents événements et des faits portés à ma connaissance je me disais clairement que si Liberation décidait de le zigouiller comme Stenton ils gagneraient encore des points et monteraient dans mon estime? J'aurais volontiers réglé le compte de cette raclure, ce résidu de fausse couche de l'humanité bref en somme cet homme avait un don certain pour attiser sympathie et haine, mais jamais il ne laissait indifférent.

J'aurais voulu assister au procès en simple spectateur mais l'Underground avait des besoins grandissants et nos ressources stagnaient, donc on devait bosser pour ramener plus de ressources et surtout espérer trouver une source nouvelle de revenus, quelqu'un pour nous subventionner . Et c'est la que cette bonne vieille Constance De la Tour de Saint Genès, une riche veuve issue de la noblesse française intervenait. Elle n'était pas fondamentalement méchante ou autre mais elle avait une vision étriquée du monde et avait peur de ce qu'elle ne connaissait pas. Elle était à Mégalopolis depuis deux mois pour exposer des oeuvres d'artistes français dont elle était le mécène et elle avait eu besoin d'un garde du corps de fait depuis début décembre je bossais pour elle et j'avais eu droit à nombre de moqueries de la part de Skandar justement qui trouvait cette employeuse bien demandeuse. Elle avait donc suivi les événements et voulait en savoir plus et j'étais donc la dans mon habit de pingouin, avec comme le veut mon travail un gilet pare balles (pour la forme en général) et dans mon holster mon 9mm automatique. La cinquantaine, chic jusqu'au bout des ongles, elle portait sa noblesse sur elle sans avoir besoin des apparats des parvenus et elle attirait l'attention même dans son tailleur strict. La foule était dense et les débiles légions sans parler des slogans qu'ils délivraient.

Nous nous sommes avancés et sans avoir trop de mal, je nous ai frayé un chemin sur le devant de la scène, j'ai aperçu Skandar qui donnait un coup de coude à Elvis en me montrant, nul besoin de l'entendre pour savoir qu'il délivrait une de ses grivoisereries coutumières.

Quand un excité qui scandait un slogan à la noix nous interpella je le repoussais sans vergogne, j'allais pas jouer le jeu de ces demeurés pour ma part pas foutu d'accepter que le monde changeait et les gens avec. Il continua néanmoins et Dame Constance soupira d'agacement, je me devais donc de renvoyer à ses foyers l'andouille sans cervelle. J'essayais au début d'être poli et courtois, juste en lui demandant de s'éloigner mais visiblement les mots n'atteignaient pas son hémisphère cérébral, ou alors les synapses ne parvenaient pas à faire les liaisons entre les rares neurones. Fatigué d'entrée de jeu par ce genre d'olibrius je lâchais finalement un "C’est bizarre, t’as trop la tête du gars qui croit qu’on en a quelque chose à foutre de ce qu’il dit "

Cela fit rire ses voisins et sourire ma cliente, mais cela eut l'effet escompté, l'homme  se déplaça pour débiter ses âneries plus loin et bouscula au passage une jolie jeune femme dans un tailleur bien ajusté mais qui ne semblait pas à son aise, j'observais un instant et comprit ce qui avait attiré mon regard, je la connaissais, nous nous étions croisés par le passé sans que jamais le destin ne nous renvoie au même endroit au même moment, Hope était présente et je savais bien aujourd'hui que Liberation n'était pas de simples mots livrés sur la toile. Je ne bougeais pas cependant et par un réflexe stupide je me remis à penser en français. C'était d'ailleurs ma maîtrise de la langue de Rimbaud qui avait fait que j'avais été engagé, parfois ma cliente se plaisait à me parler en français pour n'être pas comprise des gens alentours.


Hj: post édité pour ajout gilet pare balles et 9mm


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Logan Jackson
avatar
Je n’avais encore jamais participé à une manifestation et c’était sans doute la raison pour laquelle j’avais cette ferveur en moi. Venir ici, je le percevais comme un devoir, une manière de prouver mes convictions et de soutenir notre cause. D’un côté il y avait les Positifs, de l’autre les Négatifs et dans mon esprit c’était aussi clair que le cordon jaune qui séparait les deux camps.

Pourtant, je n’avais pas prévu mon retard et je me suis retrouvé très en arrière au moment où les policiers finissaient de cloisonner les espaces. Etant du côté Positif, par un effet de masse, je me suis fait happer chez les Négatif. J’étais furieux, c’était comme si un trickster m’avait joué un mauvais tour. J’étais encerclé de toute part, il y avait des agents de sécurité tous les mettre-carrés. Par conséquent je ne pouvais pas utiliser mon pouvoir sans me faire remarquer, étant donné qu’il ne fonctionnait que sur une surface réduite. Je n’étais pas encore capable de figer dans le temps l’entièreté de la foule. Un rayon de cinq mètre tout au plus.

Il fallait une autre alternative moins voyante. Je me suis mis alors à scruter la foule dans  l’espoir de trouver un visage familier. Au niveau le plus haut, j’avais reconnu Maze à sa stature visible de loin qui arborait son rôle de garde du corps. Mais c’était bien le seul pour l’instant.

Un peu inconsciemment, il faut l’avouer, je me suis engouffré dans le fourmillement de personnes en battant de temps à autre des coudes pour me frayer un chemin. Les cris autours de moi me piquaient les oreilles : « Etre Positif c’est la vie ! », «  A mort les bêtes de foire ! » , « Tous unis contre les mutants ! ». Parfois, j’avais même un regard de snobisme qui se posait sur moi, très certainement dû à la façon dont j’étais fringué : jean, veste en cuir brun usée. Mais je n’y prêtais pas d’importance et il suffisait de les regarder droit dans les yeux pour dissiper la suspicion.

Plus j’avançais et plus le groupe devenait compact au point où je pouvais difficilement bouger. C’est là que j’ai cru  reconnaitre Elvis et Skandar de profil mais je n’en étais pas tout à fait sûr. Hurler leurs noms ne servait à rien alors tant bien que mal, je continuais à me faire un chemin.

« Pfew… C’est plus serré qu’une boite de sardine ! » j’étais parvenu à arriver derrière eux, « Le poisson qui étouffe sur la berge remue plus que celui qui est dans l’eau. Et comme on dit : si on se débat, c’est qu’on est en train de crever ! »  et je m’essuyais le front du revers de la main.





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Carter Mitchell était profondément anti-positifs, anti-candidats, anti-mutation, anti-tout ce qui touchait à Yu quoi. Moi, j’étais plutôt l’inverse. Mes parents m’avaient élevé dans le respect des autres et dans la tolérance. Je pensais que les positifs et candidats, même s’ils étaient différents de nous, étaient, avant tout, des humains. Des humains qui aimaient, pensaient, vivaient. Et pour moi, ils devaient avoir les mêmes droits que les négatifs. Je trouvais cela tellement injuste qu’on leur refuse certaines choses qui me semblaient être des droits fondamentaux.

J’avais suivi l’affaire Mitchell, je m’étais intéressé à ce qu’il se passait. Ou du moins, à ce que les médias nous racontaient. J’essayais de lire et de regarder un maximum de choses à ce sujet pour me faire ma propre opinion. Je ne voulais pas me contenter d’un seule journal qui pouvait, sait-on jamais, ne pas être totalement objectif. Et, dans la logique des choses, j’avais voulu assister au procès. Je voulais voir comment cet homme, dont les idées étaient totalement à l’opposé des miennes, allait pouvoir s’en sortir.

Juste avant de passer les portes du tribunal, j’entendais déjà la clameur à l’extérieur. La foule qui s’était rassemblée était immense. Là, dehors, il y avait clairement deux camps distincts : les « anti-Yu » et les « pro-Yu ». J’hésitais à me mêler à la foule. Je n’étais pas du genre qui exprime ses opinions ainsi, en criant des slogans et en manifestant. J’étais de ceux qui préféraient les montrer par des attentions, des gestes, des actions. Ainsi, il m’arrivait parfois, dans mes enquêtes, de rencontrer des positifs (Alors, je vous le dit tout de suite, je sais que Positifs et Candidats sont deux choses bien différentes, mais « Positifs et Candidats », c’est long à écrire et je trouve le mot « mutant » péjoratif. A l’avenir, vous saurez donc que quand je parle de « Positifs », j’englobe à la fois les Positifs et les Candidats), injustement soupçonnés de par le fait de leur nature positive. Je faisais alors de mon mieux pour rétablir la vérité vraie, celle qui ne serait pas biaisée par un quelconque racisme à l’égard d’une population différente.

J’hésitais donc. Je savais que si je devais rejoindre un camp, ce serait sans hésiter celui des Positifs. C’était ce qui collait à mes convictions. Mais j’étais discret. C’était aussi, en grande partie, dû à mon travail. En tant qu’agent du FBI, je devais m’efforcer de conserver ma crédibilité en ne me faisant pas remarquer dans ce genre de manifestation. J’étais libre de mes opinions, mais la discrétion était de mise. J’avais donc fini par décider de m’éloigner, tout simplement.

Sauf que je me décidai un peu trop tardivement. Sans avoir pris le temps de comprendre réellement ce qu’il se passait, je me retrouvais bousculé, forcé à avancer malgré moi et me retrouvai soudain entouré de personnes qui criaient des slogans en brandissant des pancartes. Si au moins j’avais été du bon côté, ça aurait encore pu aller. Mais les gens autour de moi hurlaient des « A bas les positifs », « Positifs ≠ humains », « Mutants, on ne veut pas de vous »… (et encore là, je ne vous cite que les moins virulents pour ne pas heurter la sensibilité de mes lecteurs). Inutile de vous dire, donc, que je n’étais vraiment pas du bon côté de la barrière. J’aurais pu m’éloigner quand même, enfin… j’aurais voulu. Mais la foule était compacte, tendue vers un même point, tellement dense qu’elle me tenait debout d’elle-même. Je crois bien que même si mes jambes avaient subitement lâché, je ne serais pas tombé.


Revenir en haut Aller en bas
Save the Day
avatar
TOUR DEUX

☛ 27 janvier 2075 - 16 h 35
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


A mesure que les minutes passaient, la tension montait. A côté d’elle, un spectateur jusque là silencieux jeta un regard curieux à Gen, et finit par scander avec elle LES NÉGATIFS SONT LES SEULS VRAIS HUMAINS. Mitchell aurait du sortir depuis un moment, avec l’escorte de son avocat et des policiers pour le protéger. Il aurait alors fait une déclaration aux journalistes réunis là pour couvrir l’événement. Ou alors son avocat se serait montré, piteux, criant au scandal et réclamant un appel contre l’injuste sanction de son client.
Au lieu de cela, le temps passait, et la foule s’échauffait. D’autant que si le temps était couvert, entre pollution et foule amassée, la chaleur semblait étouffante. D’un groupe à l’autre, les insultes commencaient à fuser, avec de moins en moins de retenue. Indistincts dans la foule, l’animosité était elle très claire.


« Arrête de trépigner comme ca... » grogna Elvis.
« Mais… d’une, je pense au fric qu’on pourrait se faire, personne n’y verrai quoi que ce soit... »
« Avec des flics partout, c’est évident... »
« Et de deux... » continua Skandar sans l’écouter. « … ils le méritent, tout ces arriérés racistes ! » Une dame à côté d’eux leur jeta un regard mauvais et semblait prête à hurler à la traitrise.
« Il parle d’un ami à nous. Qui est très loin. » Elvis entraina Skandar un peu plus loin. « Ok, tu ne vas pas seulement rendre Reese furieux, tu vas aussi nous faire tuer... »
« Mais non… Eh ! Salut Logan ! » Lanca Skandar en lui donnant une bourrade amicale, tournant la tête aussitôt, l’attention attirée par un mouvement quelconque.
« Si Skandar continue à brailler des conneries, oui, on risque vite de se retrouver façon truite morte... » Répondit Elvis à la déclaration de Logan, l’air blasé.

Mais Skandar ne les écoutait pas. Par dessus le bruit de la foule, des cris surpris, puis paniqués, se faisaient entendre, venant de l’autre côté du cordon de police.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? » Elvis tourna la tête à son tour, sourcils froncés, quand une voix s’éleva, dominant le bruit ambiant.

« Chacun d’entre vous est coupable ! Peu importe la peine de ce rebut - qui subira la justice des Positifs, tôt ou tard - vous avez tous pêché en laissant le champ libre à des hommes comme lui ! Aujourd’hui, nous, les seuls VRAIS protecteurs des Positifs, nous allons protéger les nôtres ! »

« Ca ne sent pas très bon... » Marmonna Elvis en échangeant un regard entendu avec Skandar, et pour cause. A quelques pas d’eux, ils virent des gens s’effondrer sans raison. Tous deux pensèrent aussitôt à un pouvoir de télékinésie, mais ils n’eurent pas le temps de se consulter sur le sujet, car une rafale de tirs à l’arme de guerre se perdit dans la foule des anti-Positifs.

« TOUT LE MONDE A TERRE ! » Mais le conseil d’Elvis se perdit dans la cohue hurlante.

Infos HRP


Ouaip, m’sieur-dame, on attaque fort ! Ca tire dans votre direction, et sans discernement, en plus, les fourbes ! Vous êtes peut être content qu’on s’en prenne à ces rats de Négatifs, mais autant dire que vous risquez vous aussi de vous faire toucher.
Il vous faut un succès au moins sur un double lancé pour ne pas être touché par ces tirs - oui, ce n’est que le deuxieme tour, on va pas vous envoyer tous à l’infirmerie de suite.

Vous ne pouvez pas atteindre les Protecteurs, puisqu’ils sont hors de portée, de l’autre côté du parvis du Justice Hall.

Enfin, si vous êtes à plus de 20 mètres de l’origine des tirs, votre pouvoir est inopérant.

La liste des Hauts Faits a été mise à jour. Continuez comme ca, mes agneaux, et peut être qu’on mangera du gigot rire machiavélique

Vous avez jusqu’au jeudi 29 janvier 21h (France) 3 pm (Quebec) pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
Gen Caleb
avatar
J'étais toujours occupée à me frayer un chemin vers l'avant, scandant un slogan bien discriminatoire pour me fondre dans la foule lorsque j'ai tiqué. Mon esprit observait toujours ceux qui m'entouraient, fluide, allant d'une personne à l'autre pour repérer quelqu'un d'intéressant dans le futur, lorsque je suis tombée sur lui. Lire un esprit que j'avais déjà lu, c'était un peu comme remettre une vieille paire de chaussures, je reconnaissais: et je l'entendais penser en français, même, comme quand on s'était rencontrés la première fois. Un sourire en coin s'est dessiné sur mes lèvres: Maze Ellis. Me suivrait-il, cette fois ? Maintenant qu'il savait que Libération était bien réelle ?

J'étais en train de le chercher du regard - pourtant ça n'aurait pas dû être difficile vu sa carrure, mais la foule était tellement compacte - lorsque j'ai entendu la voix venue de nulle part: "Chacun d’entre vous est coupable ! Peu importe la peine de ce rebut - qui subira la justice des Positifs, tôt ou tard - vous avez tous pêché en laissant le champ libre à des hommes comme lui ! Aujourd’hui, nous, les seuls VRAIS protecteurs des Positifs, nous allons protéger les nôtres !" De quoi ??? Hein ??? Ça schlingait, mais ça schlingait ! Non loin de moi, j'ai entendu un jeune homme hurler à tout le monde de se mettre à terre, et autour de moi ça paniquait déjà, ça se pressait de tous bords tous côtés: ah, tout d'un coup, gueuler "POSITIFS EN TAULE !" c'était nettement moins prioritaire, je me demandais bien pourquoi !

Lorsque j'entendis les coups de feu, j'ai compris pourquoi les gens autour de moi avaient subitement arrêté de beugler des propos discriminatoires envers les Positifs: "Qui ?" me suis-je demandé. Pour sûr les gens allaient penser à Libération d'office, mais j'étais bien placée pour savoir qu'il n'en était rien. On faisait quand même dans le plus raffiné, et puis Abel n'aurait pas ordonné qu'on tire sur une foule alors qu'il savait pertinemment que je serais dedans.

Spoiler:
 

[HRP: roulement de tambour... ben chiottes....]

Je me suis jetée par terre en essayant de me protéger au possible, mais lorsque j'ai senti une vive douleur à mon pied, j'ai compris que je n'avais pas été assez rapide. "Fils de pute !" ai-je gueulé à qui voulait bien m'entendre. Je ne parlais à personne en particulier, mais bon Dieu que ça m'avait fait du bien. Incapable de me tenir debout - je vous y verrais bien, avec une balle dans le pied, et en TALONS HAUTS - je me suis rétamée par terre, le cul sur le bitume: j'ai viré mes chaussures d'un coup de pied et j'ai pressé ma main sur la blessure en grinçant des dents. C'est que ça pissait le sang, en plus, et j'espérais de tout coeur qu'on ait pas droit à une autre vague de tirs, ou que je ne me ferais pas piétiner par cette bande de cons en panique.

Qui, nom de Dieu, mais qui ? La question était sans réponse, mais elle ne me lâchait pas. Les seuls vrais protecteurs de Positifs, je t'en foutrai, mon gars, tu sais à qui tu parles, là ??? Je vais te trouver, pauvre pignouf, te traîner dans un entrepôt bien désaffecté, et avec Libération ON VA TE FAIRE LA PEAU ESPÈCE DE TARÉ !!! Respirer, respirer - ça faisait un mal de chien cette histoire, en plus ! J'étais par terre, avec une balle dans le pied, au risque de me faire tirer dessus encore par quelqu'un qui ignorait complètement qui j'étais réellement: en prime, j'étais entourée de gens techniquement hostile à tout ce que j'étais et je représentais. J'avais des alliés... de l'autre côté de la barrière policière. Jericho et Libby étaient là, mais aucune chance qu'ils m'aient vue être touchée: dans tout ce bazar, il me fallait un allié et vite, parce que je risquais de ne pas m'en sortir sans.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Gen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Mitchell et son avocat tardaient à sortir. J’entendais, autour de moi, des gens continuer à crier leurs slogans minables. Vous le savez déjà, je n’étais pas du bon côté. Je ne partageais pas leur opinion. Je devais me retenir de leur répondre. Une telle foule, je n’en sortirais pas vivant si je l’ouvrais pour me dresser contre eux…

Mitchell se faisait toujours attendre, et les esprits s’échauffaient de plus en plus. De mon côté, les gens étaient de plus en plus virulents. Je ne cessais de jeter des coups d’œil autour de moi. J’étais aux aguets, prêt à intervenir si cela menaçait de dégénérer. En intégrant le FBI, j’avais promis de protéger les gens, et ce même si leurs opinions allaient totalement à l’encontre des miennes. Je n’étais pas là pour juger de qui avait tort ou raison. Je n’étais pas là pour juger qui méritait que je le protège ou non.

Alors, quand j’ai perçu un mouvement dans la foule, forcément, j’ai essayé de voir ce qu’il se passait. Et quand j’ai entendu cette sentence tomber, comme une condamnation, j’ai toute de suite eu un réflexe.

- Tout le monde à terre !

Ils allaient tirer, c’était forcé. Ils n’en avaient rien à faire des gens qui se trouvaient au bout de leurs armes. Ils n’en avaient rien à faire de savoir si certains n’avaient pas été emporté malgré eux par le flot humain et s’étaient retrouvés, comme moi, du mauvais côté.

Quand ils ont commencé à tirer, les gens ont commencé à céder à la panique. Certaines personnes tombaient à terre, risquant d’être piétinées. Devant moi, je vis une jeune femme (Gen) tomber sur le sol. Elle avait l’air blessée. N’écoutant que mon instinct, je me précipitai vers elle, me fichant totalement de savoir si elle faisait partie de ceux qui portaient l’une de ces maudites pancartes ou non.

- Est-ce que ça va ?

Mais ça continuait à tirer autour de nous.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'David Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar
Forcément ce n’était pas un bon jour, déjà il fallait supporter cette bande de trous du cul qui se croyaient supérieurs au reste du monde alors qu’ils allaient aux chiottes comme tout le monde aux dernières nouvelles mais en plus il allait falloir compter sur une bande de dégénérés qui s’en prenaient à une foule et donc à des innocents.

Bien sûr j’avais un taf et celui-ci impliquait de protéger ma cliente mais au final, même sans ce boulot j’aurais protéger cette femme parce qu’elle était à côté et que c’était en moi, je trouvais toujours le moyen de me mettre en travers des ennuis quels qu’ils soient quand il s’agissait d’une femme, pas que je les considère comme faible, j’en connaissais de nombreuses très fortes et capables et qui avaient les moyens de s’en sortir mais parce que c’était comme ça et qu’on pouvait pas lutter contre sa nature.

J’ai vu tomber Hope, j’ai entendu son cri, elle était blessée, je ne la connaissais pas vraiment mais ça me foutait en rogne, un homme s’approcha pour l’aider, ses gestes étaient sûrs, pas de peur n’émanait de ses actions, tant mieux. Je m’étais donc concentré sur Dame Constance dès que les tirs avaient débutés. Activer mon pouvoir était un réflexe comme respirer alors je n’ai pas eu de mal à changer la résistance de mon corps. Constance avait peur cela se voyait, se sentait et je l’avais saisie pour la mettre au sol et faire obstacle de mon corps aux tirs, sauf pas de chance elle ne devrait pas en prendre une mais parfois la poisse ne nous donne pas de choix

Un instant, alors que mon pouvoir s’active j’ai une pensée saugrenue, Liberation, Underground et maintenant ces trouble fêtes, et je me dis que c’est un peu ce que Reese et Maddison ont du ressentir quand je suis rentré de force dans l’équation, cette troisième faction, non prévue, non attendue, c’est comme une épine dans notre pied, un facteur non envisagé et un problème à résoudre pour retrouver un équilibre.


Tadam, chance es-tu là ?:
 

[hj] Ouais quelle poisse....


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Maze Ellis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Logan Jackson
avatar
J’ai hoché la tête pour saluer Elvis et Skandar. Des visages connus dans ce monde brute ce n’était pas de refus et c’était presque appréciable. Mais à peine ai-je eu le temps de reprendre mon souffle pour répondre qu’une voix s’était élevée dans les airs pour nous juger. Elle raisonnait sur les bâtiments et arrivait comme un couperet qui nous condamnait tous. Pourtant, je n’ai pas immédiatement fait de supposition sur qui pouvait agir de la sorte et revendiquer de le faire au nom de tous les Positifs. Mais quoiqu’il en soit, qu’un groupe se mette à parler au nom de l’ensemble des Positifs, je ne l’ai pas bien pris du tout. J’avais au contraire l’impression que cela allait aggravé la situation davantage.

«  Ok ! Tout ce que j’ai pu dire sur le fait de crever… Qu’on soit clair, ça ne tient de la prémonition ! Ce n’est pas en mon pouvoir. » en répondant au présentement d’Elvis qui venait tout juste de se réaliser. Sans me poser de question, je me suis accroupi au sol car je ne connaissais que trop bien le bruit des balles qui siffle.

«  Tout le monde à terre ! Ecoutez nous ! » Les gens présents se mettaient à spontanément paniquer, ce qui en soit était purement humain mais qui aussi réduisait énormément le taux de survis. Par expérience, j’ai cherché à me protéger contre l’échange de tir. Et puis je me suis mis à écouter. Malgré les cris de terreur, d’agonie ou d’effroi, je voulais définir la proximité de la menace qui planait sur nous.

Cela tenait presque de l’ironie du sort. Etre Positif, se retrouver du côté Négatif et être pris en deux feux par le camps opposé. Non vraiment… c’était une blague de très mauvais goût, et pourtant, je m’y connais dans le genre. Mais à la guerre comme à la guerre !

Quand pris par la surprise, la panique, mon pouvoir à tendance à s’enclencher de manière non-contrôlée. C’est mon « mode survie ». Cette fois-ci n’a pas échappé à la règle.


Spoiler:
 

Wouuw dans les temps ! Bon par contre, la GROSSE poisse.





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Save the Day
avatar
TOUR TROIS

☛ 27 janvier 2075 - 16 h 37
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


Les tirs s’arrêtèrent après deux minutes qui parurent interminables. La foule s’était égayée, mais dans la cohue, finalement, personne n’avait vraiment reculé, d’autant que beaucoup s’était jeté au sol pour éviter les balles. De nombreux cris des blessés se firent entendre, et certaines personnes restaient au sol. Blessés ou morts ? Il faudrait encore pouvoir les atteindre. Ce que tentait de faire Skandar.


« Skandar, arrête ! Tu vas t’en prendre une ! »
« On peut pas les laisser comme ca ! » Et sans autre cérémonie, Skandar se faufila parmi la foule, cherchant le pouls d’une jeune femme grièvement touchée. « Elle est vivante, faut la tirer de là ! »

Ils n’eurent cependant pas le loisir de la dégager effectivement de la foule. La voix masculine s’éleva à nouveau et Skandar et Elvis tournèrent la tete pour en trouver l'origine.

« Les Négatifs veulent nous opprimer, veulent nous utiliser ! Ils vont nous parquer comme des bêtes et nous laisser pourrir ! ILS VOUS MEPRISENT ! ALORS VOUS ! VOUS QUI ETES POSITIFS ! NE LES LAISSEZ PAS FAIRE ! DETRUISEZ LES EN PREMIER ! » Et les deux membres de l’Underground virent un flot de pro-Positifs s’attaquer aux policiers et aux manifestants. Dans leurs rangs, ils repérèrent ceux qui étaient sans doute les instigateurs, armes à la main, tirant sur les policiers, ou en utilisant leurs pouvoirs.


Les images correspondantes se mirent à défiler sur grand écran dans le dos de Shannon, des images qui avaient déjà fait le tour du pays et des chaînes de télévision. Et malgré les mouvements de la caméra à l’épaule, la bousculade et les badauds effrayés qui passaient devant le champ, les silhouettes de meneurs de files se détachaient nettement de la foule de manifestants. Shannon se racla la gorge avant de porter son attention sur Richard Aberline.

« Sénateur Aberline, quelle est votre opinion à ce sujet ? »
« J’aimerais vous dire que je ne suis pas inquiet. Qu’un événement comme celui-ci se produise alors que j’accède tout juste au Sénat, et que je n’ai pas encore pris toutes mes marques, je crois que cela est un signe. J’y vois là comme l’opportunité, malgré des circonstances tragiques, de faire quelque chose et de prouver que tout ce que j’ai entendu lors de ma campagne - celle-là même que vous avez magistralement administrée, par ailleurs... - »
« Doit-on d'ailleurs s'interroger sur l'indépendance de la presse, ce soir ? » Glissa Cal avec un sourire mi-figue, mi-raisin, qui n'empêcha pas Richard de poursuivre. Bien que nerveuse et peu à l'aise, Shannon n'en montra rien et demeura silencieuse.
« ...est réalisable. Il n’est pas question d’ordonner des couvre-feux ou d’interdir le passage de Positifs dans des lieux à majorité Négative. J’ai pour mission de travailler en étroite collaboration avec Cal Fairbanks mais je dois également m’assurer que ni l’une, ni l’autre des parties ne soit un danger pour la ville, celle-ci même pour laquelle je travaille tous les jours. Je ne veux pas paraître enfantin mais il est temps de se focaliser plutôt sur les méchants qui font des choses pas belles, peu importe qui ils sont, plutôt que ce dont ils sont capables - ou non - avec leurs petites mains. Avant, il y avait les noirs, maintenant, il y a des mutants mais l’histoire est la même… Je dis que si un Positif a assassiné sa femme, il mérite le même traitement qu’un Négatif mais que la présomption d'innocence s'applique autant à eux qu'à nous. »

L’écran suivait à présent les factions policières, tentant de contrôler les dissidents violents à l’aide de tazers. Si l’intention de ne pas blesser mortellement était louable, au milieu de la foule et de la bousculade, cela donnait surtout l’impression d’un combat de David contre Goliath. Et ces images ne redoraient pas le blason déjà entaché des Positifs qui semblaient se jeter sur leurs opposants comme une meute de loups sur un troupeau d’agneaux sans défense.


« Il faut les arrêter ! »
« Il faut aussi tirer les gens de là, c’est toi qui l’a dit... » Ils échangèrent un regard, et l’instant suivant, Elvis aidait un jeune homme à se relever, pendant que Skandar assommait un pro-Positif un peu trop excité. C’est alors qu’il remarqua que Logan était blessé.
« Merde, Logan, ca ira ? » Lui demanda Skandar tout en enlevant sa veste pour lui compresser le bras. « Faut qu’on tente de les stopper, tu peux faire le tour pour les prendre à revers ? »

De son côté, Elvis s’était rapproché de Gen et David.
« Faut pas rester là. » Thank you, Mister Obvious. Elvis releva le nez et chercha un chemin sur. « Venez par ici. » Dit-il en désignant le coin du tribunal. Alors qu’ils progressaient, un nouveau cri couvrit le vacarme ambiant. Une boule de feu jaillit de la foule et alla heurter le dernier étage d’un immeuble. Quelle mouche les avait piqués, bonne question...

Un Protecteur télékinétique utilise son pouvoir contre l’un d’entre vous et envoie voler :
succès-succès : David
succès-échec : Maze
échec-succès : Logan
échec-échec : Gen

Infos HRP

Une horde sauvage tente donc de vous faire la peau. Inutile d’essayer de les raisonner, que vous soyez Negatif, Positif ou la Reine d’Angleterre, l’instinct grégaire prévaut, et maintenant que la foule est lancée, elle ne s’arrêtera pas aussi facilement, même avec un pouvoir. Ah oui, et il y a un pyroman dans le tas gros smile
Il se peut que le discours vous ait inspiré, vous êtes tout à fait autorisé à suivre l’exhortation des Protecteurs et décider finalement que vous pouviez faire de la bouillie de Négatifs. N’oublions pas que Liberation a un objectif proche, bien que des méthodes différentes.

Vous pouvez tenter de neutraliser un des Protecteurs, il vous faudra un double succès pour réussir. Un seul succès vous permettra d’éventuellement en blesser un, mais ca ne l’empêchera pas de rester opérationnel. Vous ne pouvez en aucun cas en neutraliser / toucher deux.

Dans tous les cas, autant dire que vous risquez toujours de vous faire écharper.
Pour la personne désignée par le dés, pas de chance, tu fais un vol. Il te faut un double lancé pour déterminer à combien de distance tu voles, et la gravité des conséquences.
Pour les autres, il vous faudra un succès sur un double lancé pour ne pas vous faire agresser gravement par un des manifestants. En cas de double échec, vous n’allez vraiment pas bien.

Pour ceux qui sont partis à l’attaque des Protecteurs, vous vous rapprochez de Skandar qui semble être décidé à ne pas rester les bras ballants. Pour les autres, vous trouverez Elvis sur votre chemin.

Logan, au choix, soit tu te sens assez bien et tu suis les instructions de Skandar, soit vous prenez des chemins différents.
Dans tous les cas, Skandar part à l’assaut des Protecteurs.

RAPPEL REGLEMENT : L'usage des dés correspond à rechercher la probabilité d'une action. Lancer un dé vous donne du 50/50, lancer deux dés vous donne du 25/25/25/25. Chaque résultat de dé doit donc donner un résultat différent, un échec/succès n'est pas le même résultat d'un succès/échec. Sinon, c'est 25/50/25 et là, ce n'est plus le même usage du dé.

Vous avez jusqu’au dimanche 1er février 20 h / 2pm pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Save the Day' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
La jeune femme s’était pris une balle dans le pied. Il fallait à tout prix la sortir de la foule pour éviter qu’elle ne se fasse piétiner.

- Il faut que nous partions d’ici.

Les tirs venaient de cesser. Mais peut-être n’était-ce que passager. Jugeant que la jeune femme ne pourrait pas marcher bien vite, je passai ses bras autour de mon cou et la soulevai dans mes bras tandis que je me redressai.

- Accrochez-vous bien.

Il y avait tellement de blessés autour de moi. Il fallait les éloigner, s’occuper d’eux, et vite. Certains étaient peut-être même déjà morts… Mais chaque chose en son temps. D’abord emmener la jeune femme en lieu sûr et ensuite, si je le pouvais, je reviendrais en chercher d’autres.

Je me mis en marche d’un pas rapide et fus vite rejoins par un autre homme, un asiatique. Celui-ci nous montra le chemin pour atteindre une position un peu plus sécurisée. Mieux valait faire vite d’ailleurs, parce que les Protecteurs s’adressaient maintenant aux Positifs de l’autre côté du cordon, les exhortant à s’en prendre à nous eux aussi. Bon sang, c’était quoi ce merdier ?

Quoiqu’il en soit, je suivis l’asiatique vers l’endroit qu’il m’indiquait, mais notre progression fut rapidement stoppée par une boule de feu qui frappa un immeuble à quelques pas de là. Je jetai un regard à l’asiatique puis baissai les yeux sur la jeune femme que je portai dans mes bras.

- On va vous mettre en sécurité, vous en faites pas.

Comment pouvais-je savoir qu’elle était de Libération et que ce genre de situation ne l’effrayait pas ? A mes yeux, ce n’était qu’une femme, probablement une négative, il me semblait l’avoir vue tenant un de ces maudits panneaux anti-positifs.

C’était sans compter sur les autres manifestants qui, dans la panique, se mettaient à attaquer un peu tout le monde. En fait, les Protecteurs s’étaient retournés contre les policiers qui maintenaient le cordon de sécurité. Maintenant qu’ils ne pouvaient plus nous empêcher de passer d’un côté ou de l’autre, pros et anti-positifs étaient mélangés. Nous n’étions plus à l’abri de rien.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'David Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar
Avais-je de la chance ou est-ce que la poisse avait décidé de se coller à ma peau en ce jour? Le fait était qu'alors que ma cliente se mettait à hurler comme une forcenée j'ai senti un souffle m'emporter et je devais avouer que j'avais clairement pas l'habitude qu'on m'envoie voler au sens propre comme au sens figuré.

Et je vole....:
 

Et j'ai mal ?:
 


Donc voila le protecteur qui m'avait pris pour cible me fit décoller et j'ai atterri lourdement sur une voiture pour m'encastrer dedans au final, vous comprenez Newton, Murphy quand ils décident de jouer ensemble ils sont pas franchement sympas. Bref mon pouvoir étant activé physiquement je n'avais pas grand chose, ou si peut-être un truc dans le dos de coincé mais on verrait demain pour ça non? Par contre on pouvait pas en dire autant pour cette pauvre bagnole qui venait de rendre l'âme, j'avais joué le gros sanglier en explosant le radiateur et m'enfonçant dans le capot. Je me relevais sonné néanmoins sous les regards ahuris des gens. Forcément était-ce la peine de dire que je n'étais un humain sans le don de Yu? Nannnnnnnnnn

Je profitais de ces secondes ou les regards rivés sur moi montraient l'ahurissement pour chercher le mort en sursis qui m'avait envoyé valdinguer sans autre forme de procès, on était devant un tribunal bordel il aurait pu y songer quand même à rester dans l'air du lieu non? Je gars qui m'avait projeté comme un malpropre était dans ma ligne de mire, pas trop dur, seuls les "protecteurs" restaient debout sans bouger pratiquement. Je trouvais ma cible qui visiblement était surpris de me voir bouger du coup, son effet avait fonctionné mais il devait avoir espérer se débarrasser d'un peloï lambda.

Je sais utiliser mon flingue il parait:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Maze Ellis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de 6' : 5

--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Gen Caleb
avatar
En général, je n'étais pas trop "demoiselle en détresse". D'une, j'avais été entraînée à la CIA, où on ne m'avait pas vraiment fait de fleurs ou de passe-droits sous prétexte que j'avais une paire de seins, et de deux, ça faisait presque 3 ans, maintenant, que j'étais à Libération où, si jamais, d'aventure, l'envie de dire "MAIS ENFIN JE SUIS UNE DAME JE NE PEUX PAS FAIRE ÇA" nous passait par la tête, Abel nous passerait par la fenêtre et merci au revoir. Pour ce cas précis, cependant, j'étais bien prête à faire une exception et à jouer le rôle, histoire qu'on sauve ma peau: ce type sentait l'agent fédéral à plein nez, s'il savait qui j'étais - un agent en fuite de la CIA et, techniquement, une terroriste - je doutais qu'il m'aide en priorité, et avec une balle dans le pied, un tailleur de grosse bourgeoise et une foule en débâcle autour de moi, je n'en menais pas large.

Je me suis accrochée à lui comme je pouvais: j'ai levé la tête pour regarder par-dessus son épaule alors qu'il tentait de m'emmener dans un coin à peu près calme, et j'ai vu - et entendu - les "Protecteurs" exhorter la masse de Positifs à s'en prendre à la foule de (supposés) Négatifs, histoire de bien faire passer leur message. Et... ça a été la débandade. C'ÉTAIT QUOI CE BORDEL ??? Le prochain qui osait dire qu'à Libération, on était des fous furieux de terroristes, je lui ferais bien remarquer que nous, au moins, on n'incite pas des foules à se mettre sur la gueule pour nous. À peu près au même moment, j'ai vu un homme faire un vol plané et s'écraser lourdement dans une voiture, Maze ??!?! Je l'avais cherché, ben je le voyais, sauf qu'il venait de démolir une bagnole avec son dos, et que l'homme qui me tenait dans ses bras m'en éloignait.

J'ai poussé un cri bien malgré moi lorsque le bâtiment à nos côtés a pris feu. Génial, un pyromane, manquait plus que ça pour que ce soit ENFIN une fête digne de ce nom ! Dans ce bazar, au moins, personne ne faisait attention à nous, et l'homme me menait vers un endroit qui semblait plus tranquille... pour l'instant. "Merci," ai-je soufflé lorsqu'il m'a déposée par terre. Incapable de prendre appui sur mon pied droit (tu m'étonnes), je me suis appuyée, le dos contre le mur extérieur du tribunal. "C'est gentil de vous être occupé de moi, vous devriez me laisser, maintenant, d'autres demoiselles en détresse peuvent avoir besoin de vous." Oui, parce que moi, jouer les meufs en détresse, ça allait cinq minutes, mais après... et, surtout, je voulais essayer de repérer Jericho, Libby, n'importe qui de plus familier, pour qu'on foute le camp ensemble.

Et, évidemment, à ce moment, un type est sorti de nulle part en courant, fonçant vers nous comme un dégénéré. J'ai soupiré d'une force mais d'une FORCE, et j'ai sorti de mon sac à main griffé de grosse bourge un petit pistolet, et...

Suis-je un tireur d'élite ?:
 

Boom, headshot, bitch. Comme si de rien n'était, je relève mon arme, retenant un petit sourire en coin. "Voyez, je saurai me défendre toute seule, mais merci beaucoup de m'avoir évité le piétinement, oui, vraiment."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Gen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Logan Jackson
avatar
« Putain de bordel de merde ! » ai-je juré. Haut et fort. Aussi idiot que cela soit c’était purement humain comme réaction. La balle s’était logée dans le haut du bras gauche, proche de l’épaule. Bien que je participe à des missions militaire dans le cadre de mon service, j’avais toujours réussi à éviter les tirs. Cette fois-ci, je m’en voulais terriblement.

L’adrénaline coulait en moi et minimisait la douleur, mais elle était bien là. Skandar s’était porté à mon aide pour faire une compresse à partir de sa veste. J’aurais voulu jouer les grands et forts et dire que ça irait mais en réponse à sa question j’ai simplement hoché la tête. Je n’allais pas abandonner si facilement.

«  Je peux tenir le coup. » ai-je assuré à Skandar. J’ai déchirer un pan de sa veste pour en faire un lambeau qui me permettrait de lier la compresse. Je me refusais de réaliser ce que je ressentais réellement, cela me paraissait tellement annexe face à la situation ambiante. Il fallait agir. «  Les prendre à revers, pour essayer de les contenir vers l’intérieur. Je peux le faire. » J’ai échangé un dernier regard pour aller me rapprocher du côté du tribunal. Au loin j’avais vu la figure de Maze, il semblait dans la panade mais je n’étais pas encore assez proche pour faire quoique ce soit.

Ce qui est sûr c’est que j’allais user à abuser de mon pouvoir jusqu’à ce qu’il marche. C’était un avantage non-négligeable dans un terrain de bataille. Un protecteur, enfin une, s’est jetée sur moi avec une arme blanche alors qu’un autre couvrait ses arrières, ses mains crépitaient de flammes et il tenait deux cocktails molotov.


Quand faut y aller !:
 





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Save the Day
avatar
TOUR QUATRE
☛ 27 janvier 2075 - 16 h 40
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


Les anti-Positifs avaient encaissé l’attaque dans des hurlements et des mouvements de panique, et pour cause : les premières lignes des pro-Positifs avaient cédé dans la grande majorité au discours du leader des Protecteurs et s’en prenaient aux premières personnes qui passaient. De nombreuses personnes se battaient, d’autres arboraient des marques de coups bien visibles.
Dans leur désir de fuir, nombre d’anti-Positifs piétinaient les blessés au sol, et même les valides qui ne faisaient que trébucher. Mais dans tous les cas, la foule était si dense que personne n’allait bien loin : les personnes les plus éloignées de l’action ne bougeaient pas vraiment, ne comprenant pas ce qu’il se passait - ou restaient regarder par curiosité malsaine, empêchant dans tous les cas l’évacuation des lieux.

Et puis progressivement, des anti-Positifs qui s’étaient défendus ripostèrent. D’abord isolément, puis ce qui n’était qu’une défense devint une contre-offensive. Bientôt, on se battait sur tout le parvis du tribunal, et il devenait difficile de différencier les camps, sous un ciel noir menacant de déverser des trombes d’eau sur la foule.


Elvis à son tour se défit d’un morceau de sa chemise pour bander la cheville blesser de Gen juste avant qu’elle ne descende un manifestant trop… enthousiaste, lui faisant marquer un mouvement de recul vif. Il scruta Gen d’un air inquisiteur, trouvant la réaction de la jeune femme excessive. Mais il n’avait pas le temps de faire quoi que ce soit : une petite brune apparut juste devant lui. Elle marqua une petite hésitation et lui décocha finalement un coup de crosse dans la machoire avant de disparaitre sous les yeux de Gen  et David.
Elvis se redressa en pestant. « La connasse… » Il regarda autours de lui, mais ne retrouvait pas la jeune femme. A la place, il vit pas mal de gens en sang. Il jeta un regard circonspect à Gen : « Ne faites rien d’autre de regrettable… Surveillez la ! » Lacha-t-il à David avant de se porter à l’aide d’une malheureuse.

Skandar s’était frayé un chemin parmi les combattants, distribuant sa part de coup, jusqu’à arriver à proximité des Protecteurs. Il ne savait pas trop ce qu’il allait pouvoir faire une fois sur place. Il comptait un peu sur Logan pour les bloquer et du coup en profiter pour leur piquer leurs armes, par exemple… Ou leur mettre des menottes. Ce genre de truc cool qu’on peut faire quand on peut bloquer le temps.
Et puis soudain, à quelques pas de lui, il vit s’effondrer un type large comme une porte cochère alors qu’il s’apprêtait à planter un couteau de boucher dans un sosie d’Elvis. Il avait de droles de trucs fichés dans la gorge. Skandar n’arrivait pas à imaginer de quoi il pouvait s’agir. Il avait le regard rivé sur le gars. Il n’avait pas l’habitude de ce genre de scène. Loin d’être aguerri au combat, il lui fallait un temps pour intégrer l’information, oubliant la présence de Logan, non loin.

D’autres, part contre, mirent moins longtemps à réagir. Une personne se mit à crier de tout ses poumons. Bientôt rejointe par beaucoup d’autres, certains y allant de son commentaire.
« Oh mon dieu ! Il l’a tué ! Ce monstre l'a tué ! »
« Ils vont tous nous crever ! »
« Les Positifs tuent les civils ! » Lanca un des flics dans sa radio portative tout en dégainant son arme. « Ces terroristes tuent les civils ! » Et sans autre forme de procès, le policier descendit un des Protecteurs.

Infos HRP

On monte de niveau les ptits chats ! Les agents de police vont désormais tirer à vue sur tout les Positifs. Comment peuvent-ils faire ca ? Mais avec un petit scanner de puce bien sur ! Des armes équipées d’un scanneur rapide permettent de lire les informations de la puce de chaque individu. Ca facilite l’identification et des suspects et évite les bavures. On n’arrête pas le progrès… Et ils ne vont pas réfléchir sur le côté avec lequel vous vous êtes battu jusque là. Ce qui veut dire que tous les Positifs, Natifs ou Candidats, vous êtes des cibles ambulantes. Membres de Liberation dépucés, vous êtes louches, donc abattables à vue aussi. Il va vous falloir un double lancé pour déterminer si vous êtes touchés. Seul un double succès vous épargnera la balle. Un double échec, c’est la blessure grave.

D’autre part, les agents de police ont toujours leurs tazers et continuent d’en faire usage pour calmer la foule de Negatifs. Que vous attaquiez ou non, vous risquez dans tous les cas de vous faire toucher. Il vous faudra un succès sur un lancé simple pour ne pas vous faire tazeriser (j’y tiens).

Enfin, vous pouvez toujours tenter de neutraliser un des Protecteurs, il vous faudra un double succès pour réussir. Un seul succès vous permettra d’éventuellement en blesser un, mais ca ne l’empêchera pas de rester opérationnel. Vous ne pouvez en aucun cas en neutraliser / toucher deux.
Deux protecteurs sont morts : celui neutralisé par Hayden, et celui abattu par l’agent de police. Jed qui était chargé de protéger Trudy a pris une balle dans la jambe. Ils sont encore sept autres dans la cohue.
Pete le lanceur de feu ne marche plus très droit après s’etre pris successivement Samael et Logan dans le buffet. Un seul succès sur un double lancé vous permettra de l’éliminer.

Si d'aventure vous étiez dans l'incapacité d'utiliser votre pouvoir, cette restriction est levée.

On a passé la moitié de l’event, mes agneaux. Restez alertes… :sadique:

Vous avez jusqu’au mercredi 4 février 20 h / 2 pm pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
David Foster
avatar
Je réussis à atteindre le coin du tribunal sans encombre. Une chance quand on voyait ce qui se passait autour de nous. Les gens étaient devenus fous. Les deux camps s’énervaient les uns les autres, la violence continuait de monter. Cela n’allait-il donc jamais se calmer ? Combien de morts allions-nous compter aujourd’hui, sur cette place ? Etions-nous en train de vivre un nouveau Bloody Sunday ?

Je déposai la femme et lui jetai un bref regard tandis qu’elle me remerciait. Je n’avais, en effet, pas l’intention de rester là. Elle était en sécurité, du moins, pour l’instant. Un peu éloignée de la foule, si elle ne se faisait pas remarquer, personne ne s’intéresserait à elle. Je m’apprêtai à repartir pour aider d’autres personnes lorsqu’un forcené se précipita vers nous. J’avais parlé trop vite manifestement. Dans un geste réflexe, je dégainai mon pistolet et le pointai sur lui. C’est alors que j’entendis la détonation. Mais ce n’était pas moi qui avais tiré. Je tournai les yeux vers la jeune femme, qui tendait un pistolet en direction du forcené. Celui-ci se trouvait désormais allongé sur le sol. La balle l’avait frappé pile entre les deux yeux. Je lui lançai un regard éberlué. Effectivement, elle savait se défendre. Pour ma part, j’aurais tiré ailleurs, cette jeune femme venait somme toute de commettre un meurtre ! Ok, c’était pour sauver sa peau, mais mince, une balle dans la cuisse et ça l’aurait arrêté net le type ! Mais l’heure n’était pas aux tergiversations de ce genre. Pour le moment, il y avait des choses bien plus importantes à faire.

Je ne répondis rien à la jeune femme, me contentant de lui lancer un dernier regard. Si j’avais eu une expression avenante tandis que j’essayai de la sortir de là, mon expression était désormais indéchiffrable. Au moment où j’allais bouger à nouveau, une brune arriva devant nous et envoya la crosse de son arme dans la mâchoire de l’asiatique avant de disparaitre, purement et simplement. Je regardais un instant l’endroit où elle se trouvait quelques secondes auparavant, éberlué. Nan là, c’était juste… merde, comment on pouvait se défendre contre ça ? Je n’avais rien contre les positifs, je l’ai déjà dit et répété. Mais dans une situation comme celle-ci, nous, les négatifs, n’avions pas la moindre chance de nous en sortir.

- Mais il faut les aider ! m’écriai-je en réponse à l’asiatique en indiquant les personnes à terre qui se faisaient piétiner et la foule d’anti-positifs qui se faisait, purement et  simplement tabasser dans les règles.

Le temps que je termine ma phrase, le type était déjà parti. Je jetai un regard à la jeune femme, levai un index dans sa direction.

- Faites attention et éviter de reproduire ce genre de geste, ça ne fera qu’attiser leur colère. La prochaine fois, visez la cuisse !

Et je la plantai là pour porter secours à d’autres personnes. Et puis, tout à coup, un cri, un nouveau coup de feu, et je vis un Protecteur s’effondrer sur le sol. A l’autre bout du pistolet : un flic. Je nous croyais déjà en enfer, j’allais rapidement me rendre compte qu’il n’en était rien. Rapidement, les policiers se mirent à faire feu sur tous les positifs qu’ils détectaient grâce aux détecteurs de puce qu’ils avaient amenés. Bon sang, mais ils avaient perdu la tête ou quoi ? Ils étaient censés protéger la population, pas tirer sur les gens ! Il fallait que ça cesse.

- Arrêtez !

Je décrochai mon insigne de ma ceinture et me mis à courir en direction du cordon de policiers. Cordon qui n’existait plus, d’ailleurs. Ils étaient maintenant dispersés dans la foule. Je m’approchai du plus proche, levant mon insigne devant moi pour que ce soit la première chose qu’il voit.

- Vous ne faites qu’empirer la situation. Ils réagissent de la sorte parce qu’ils sont persécutés depuis le début. Arrêtez de tirer !



Spoiler:
 


Si succès au dé :

Le flic me jeta un regard. Il m’avait entendu, m’épargna, mais ce qui se déroulait devant ses yeux dépassait son entendement. A cet instant, il ne songeait qu’à sauver sa propre vie et celle des négatifs qui l’entouraient.

Comprenant que je n’arriverai pas à les arrêter, pas tout seul, je le plantai là. Il fallait faire quelque chose pour que tout ceci s’arrête. Et je n’avais qu’une seule autre idée en tête. Pour cela, j’avais besoin d’une situation élevée et d’un fusil à lunette. Si la première chose ne devrait pas être particulièrement difficile à trouver, pour la seconde, ce serait plus compliqué, voir impossible.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'David Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Gen Caleb
avatar
La prochaine fois, visez la cuisse, qu'il me disait ! OH BEN PARDON MONSIEUR L'AGENT FÉDÉRAL ! J'avais une balle dans le pied au milieu d'une émeute, pardon oui PARDON de pas avoir fait de demi-mesure ! À croire qu'il me trouvait excessive - excessive, excessive ?! MOI ? Vous voyez un peu ce qui nous entourait ? J'étais super modérée, mon gars ! Avant que je puisse dire quoi que ce soit, il était parti, s'élançant dans la foule pour sauver la veuve et l'orphelin.

Nom.
De.
Dieu.

Je vous rappelle que j'avais une balle dans le pied et que ça, ça faisait vachement mal ? J'ai inspiré profondément, les dents serrées: mes yeux comme mon pouvoir cherchaient quelqu'un de familier pour me tirer de là, mais tout ce que je voyais, c'était des inconnus en panique...

Et puis il y a eu un coup de feu.

J'ai cherché l'origine du bruit des yeux - de là où j'étais, j'avais plutôt une belle vue sur le bordel qu'on était en train de mettre sur la place publique - et j'ai vu un flic, arme au poing, qui venait d'abattre un Protecteur. Et bien que je m'étais pris une balle dans le pied des Protecteurs... ça ne pouvait pas être bon. Un autre coup de feu, sur une civile, cette fois: sans cérémonie, sans avertissement, rien. J'ai étudié l'arme qu'il tenait, et que les autres policiers tenaient, et je me suis sentie devenir blanche comme un drap. Ce type d'arme détectait les puces pour permettre de tirer sur les Positifs et les Candidats en laissant les Négatifs tranquilles. Je n'avais plus ma puce m'identifiant comme Positive, mais je n'étais pas stupide: l'absence de puce à mon poignet criait "Positive en fuite", au mieux, et "Libération", au pire: dans les deux cas, je l'avais dans l'os.

"Mais meeeeeeerde !" ai-je lâché à personne en particulier. Il fallait que je bouge de là, j'étais isolée, trop facilement repérable: si j'étais dans le tas, je risquais peut-être de me faire renverser, mais plus de gens pouvaient faire bouclier pour moi. Titubant - je vous y verrais, avec une balle dans le pied - j'ai commencé à me rediriger vers la foule, mais apparemment, j'avais déjà trop attiré l'attention - bon, okay, tirer sur l'autre duduche n'avait peut-être pas aidé ma cause, côté discrétion - et un flic me pointait avec l'arme du progrès. Il n'a fallu que quelques secondes à l'appareil pour détecter l'absence de puce. "LIBÉRATION !" a-t-il gueulé, "TERRORISTE !" Il a levé son arme sur moi eeeeeeeeeeeet...

Roulement de tambours:
 

MUAHAHAHAHAHAHAHAHAHA... enfin j'aurais peut-être eu un rire diabolique, si j'avais pas été une meuf d'un mètre soixante en tailleur avec une balle dans le pied au milieu d'une émeute. En plus, le cri de ce flic avait attiré l'attention d'un autre sur moi, et pour le coup, c'était un taser qu'il pointait sur moi.

C'est électrisant !:
 


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Gen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :
 

--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Logan Jackson
avatar
La protectrice aux couteaux est en effet très surprise mais dans la cohue ambiante elle ne peut pas se douter que j’ai fait un bon dernière elle. Et puis surtout elle est tellement prise dans l’action qu’elle continue tout droit son chemin pour trouver une autre victime. J’en profite pour reprendre mon souffle.

De mon côté je sentais le sang couler de plus en plus le long de mon bras. A chaque mouvement, cela me rappelait la balle logée dans ma chair. C’est fou qu’un si petit morceau de metal peut être si emmerdant. J’aurais aimé figer le temps pour profiter d’aller dans une ambulance, panser ma plaie et surtout prendre une bonne dose d’antalgiques en douce ! Une vague de policiers est arrivée.

Pile ou face !:
 


« F*ck. C’est pas passé loin. Plus jamais je n’utiliserai le mots ‘crever’ dans un rassemblement de personnes ou quoique ce soit qui y ressemble de près ou de loin ! » J’ai convulsé. Cela ajoutait encore plus de piment à ce que je ressentais avant de me rattraper sur le sol avec le bras valide.

Quant au pyromane, il était encore dans les choux mais pour plus très longtemps. C’était l’occasion de mettre à profit ce que j’avais appris à l’armée, je savais utiliser une arme à feu et j’avais une préférence pour les shotguns mais tout ce que j’ai trouvé à proximité est un pistolet sur un victime. Après avoir vérifié le nombre de balles : quatre, j’ai décidé de le garder au cas où cela devienne une nécessité. Mon intuition avait vue juste puisque le pyromane se relève vacillant. C’est à ce moment là que je le prend dans ma ligne de mire.


« Ici on accepte pas les fillettes ! » :
 

Si Echec / Echec:
 


A cause du coup de taser, mon pouvoir ne pouvait plus fonctionner correctement. J’avais autant de chances de d’imploser ou d’exploser quelqu’un ou encore pire de causer une faille dans le fil du temps. Même si je n’avais jamais essayé, je savais à quel point l'électricité était dévastatrice pour les Sliders. Tant que les effets ne s’étaient pas estompés, je ne m’y risquerais pas. Avec toute ma concentration et mon sérieux, j’ai visé le pyromane avant qu’il ne puisse agir. Cas de légitime défense. Je n’avais rien à me reprocher. Pourtant… c'était la première fois que j’abattais quelqu’un, et de surcroît un Positif. A l’intérieur de moi, quelque chose me disait que c’était mal. La culpabilité et le remord s’installaient doucement.

Malgré mes reflexions, je devais continuer à agir mais la douleur dans mon bras se répandait de plus en plus, surtout depuis que j’avais utilisé l'arme que je venais de m'approprier. Je me suis souvenu que Maze était dans les parages, tout en surveillant mes arrières je me suis mis à sa recherche.





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar
Ce n'était pas franchement mon jour, j'étais en train de faire craquer mon dos pour virer ce maudit point douloureux quand la situation s'envenima et que la tension monta d'un cran supplémentaire. J'avais vu Hope sortir de mon champ de vision, elle avait réussi à prendre la poudre d'escampette peut-être? Elvis comme toujours aidait les gens à sortir de la et Skandar était parti un peu trop au coeur de l'action pour moi, tout comme Logan qui avait disparu de la ou il se trouvait une seconde avant.

Le problème dans tout cela c'est que maintenant les flics s'en mêlaient et qu'ils se mettaient  à tirer sur les porteurs de puce, mais c'était quoi leur foutu problème à tous? Ce Carter Mitchell avait réussi au delà de ses intentions en tout cas, son procès, cette mascarade était en train de mettre à feu et à sang la ville. a se demander si ces blaireaux de protecteurs n'avaient pas été payé par les hommes de Mitchell pour montrer à quel point il avait raison et comme ses arguments anti positifs étaient vrais!

Mon pouvoir bien ancré, nulle faille n'existait.

Bullet time:
 

J'ai quelques secondes devant moi et je refuse de m'en prendre aux flics alors je hurle que ce sont les mecs armés de fusil d'assaut les fauteurs de trouble pas les gens lambda. Osef hein? Bref juste pour montrer que quand je retire un coup de mon revolver 9mm je vise bien un portecteur, vu ma poisse je vise de nouveau celui qui a pris une balle dans la jambe tout a l'heure, la mienne, celle déviée... Autant le finir, c'est la règle de base, si un adversaire est encore en état de tirer ou agir il reste dangereux, on focalise donc sur lui et ...


Same player shoot again:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Maze Ellis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Save the Day
avatar
TOUR CINQ
☛ 27 janvier 2075 - 16 h 45
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


Le Parvis du tribunal ressemblait à un champ de bataille, ce qu’il était, finalement : partout, des gens se battaient. Pro et Anti Positifs se confondaient dans une meute agressive ou pleurante. A la périphérie, des ambulances avaient fini par arriver, mais le personnel avait le plus grand mal à s’en sortir : les blessés affluaient, mais ils devaient aussi secourir ceux pris au milieu des combats. Et ils n’étaient pas assez nombreux...


Skandar avait été repoussé à distance des Protecteurs par un groupe de Pro-Positifs agressifs. Il se battait contre eux, mais à un contre quatre, il avait un peu du mal.

« Abrutis, je suis de votre côté ! » Peine perdue, ils continuaient de s’en prendre à lui comme s’ils n’avaient rien entendu. Il allait se faire submerger quand l’air sembla se courber et une jeune femme, visiblement membre des Protecteurs, apparut derrière les agresseurs.


Elle marqua une hésitation et son regard croisa celui de Skandar.

« « Pensez-vous alors qu’il s’agisse d’un défaut de confiance de la société envers les Positifs ? Carter Mitchell avait-il raison en parlant de la menace de l’Underground ? » »

Cal Fairbanks se redressa en s’appuyant d’une main sur l’accoudoir de son fauteuil.

« Carter Mitchell est une cible facile ici. »
« ...Je suis certain que les habitants de la Ville Basse sont heureux de l’entendre. »
« Ce que je veux dire, c’est que ces émeutes sont l’explosion qui couvait depuis des années. Il n’est pas le premier à montrer du doigt l’Underground, il est simplement le premier à le faire pour protéger notre ville. »
« En financement des groupes secrets et en mettant des gens à la rue. »

Cal désigna Richard d’un index en dévisageant Shannon qui resta impassible.

« Voilà où je veux en venir quand je parle d'interprétation. »


Et la jeune femme, en quelques mouvements bien sentis, assomma les quatre Pro Positifs qui ne l’avaient pas vue venir.

« T’as intérêt à l’être, de notres, sinon c’est ton cul que je dégage... »

Et elle disparut comme elle était apparue. Skandar tenta bien de la retrouver du regard, mais dans la foule, c’était peine perdue, même si elle n'avait pas été capable de se rendre invisible.


Elvis avait réussi à trainer deux victimes jusqu’aux ambulances avant de se souvenir de la jeune femme qu’il avait laissé aux bons soins du Samaritain. A n’en pas douter, elle apprécierait de voir un secouriste. Et Superman serait ravi de pouvoir aller porter secours à la veuve et à l’orphelin.
Le Slider revint donc rapidement à l’endroit où il les avait laissés pour ne trouver que Gen.
« Où est passé l’autre type ?! » Il regarda autours de lui et grimaca, résigné. « Il y a des ambulances, là bas. Je peux vous y emmener. » Proposa-t-il à Gen, mais il n’eut pas l’occasion d’entendre sa réponse.

Un vrombissement se fit entendre et lever le nez à ceux qui étaient encore à peu prêt clairs. Dans les airs, c’était un Aircraft Supercharger, un des fleurons de la police de Megalopolis. A son bord, pas moins d’une trentaine de membre de la troupe d’élite du Megalopolis Tactical Team, et deux atouts majeurs recrutés à grands frais par l’administration de la ville.

« Calmez-les un peu avant qu’on descende... » Lanca le chef des opérations à un de ses agents. Celui-ci hocha la tête, ferma les yeux pour se concentrer, et finit par ouvrir le bouche, n’émettant qu’un seul son. Ou plutôt, une onde sonore très haute fréquence qui parcouru le parvis, obligeant chacun à se recroqueviller en hurlant.

Infos HRP

Ca va, pas trop égratigné ? Vous aimez l’ambiance ? Je vous ai ramené le son ! Pour la lumière, on verra plus tard (ou pas).

Véritable bombe sonore, le Positif employé par la police vient de mettre un petit coup d’arrêt à cette émeute. Cette onde à haute fréquence tape vos tympans et remonte gentiment jusqu’au cerveau, causant quelques dommages. Ca ne durera pas, mais ca va avoir des conséquences. Il vous faudra lancer deux dés pour déterminer ce qu’il vous arrive, d’un double succès avec un bon mal de crane à un double échec et une très forte désorientation. Notez que ces conséquences vont vous accompagner jusqu’au dernier tour.
Notez aussi que vous êtes trop perturbé pour vous en prendre à un Protecteur surentrainé. Un émeutier, par contre, reste à votre portée si vous le souhaitez.

Cinq protecteurs sont morts : celui neutralisé par Hayden, celui abattu par l’agent de police, le télékinétique tué par un flic, Trudy tuée par Samael et Pete le pyroman dégommé par Logan.
Jed qui était chargé de protéger Trudy a pris deux balles, une dans chaque jambe. Un simple succès sur un double lancé vous permettra de le tuer, désormais.
Ils sont encore quatre autres dans la cohue.
Vos pouvoirs ne sont plus limités puisque Trudy était la bloqueuse de pouvoirs. Have fun.

Soyez sages, et peut être que vous vous en sortirez… rire machiavélique

Vous avez jusqu’au samedi 7 février 20 h / 2 pm pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
Maze Ellis
avatar
Il était coriace le bougre mais pas fringant et c'était le principal. Un truc me rassurait c'est que ces foutus blaireaux qui avaient mis le feu aux poudres étaient en train de perdre leurs membres petit à petit, nous étions plusieurs à agir, certains avec plus de succès que moi.

J'observais la scène je me décidais à bouger parce que bon plus aucun flic n'en avait après moi, par contre je voyais bien que Skandar était acculé et peinait face à plusieurs adversaires. Ma destination prochaine était donc à ses côtés pour l'aider.

J'avançais sans peine parce que bon pousser du monde je maîtrisais mais quand l'aircar apparu dans les airs je levais la tête et quand le son vibra cela s'insinua directement en moi dans mon cerveau, cela n'allait donc pas s'arrêter?

In my headddd:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Maze Ellis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Gen Caleb
avatar
M'étant effondrée sur le parvis - encore - suite au coup de taser, je peinais à me remettre en position assise lorsque l'Asiatique qui nous avait guidés ici, l'agent fédéral et moi, se pointer de nouveau. "Plaît-il..." soufflant de douleur à cause de mon pied, toujours sous le choc (HAHAHAHA !!!) du coup de taser que le flic m'avait envoyé, j'ai pris appui sur lui - qu'il le veuille ou non - pour me remettre debout. "Il est parti sauver d'autres demoiselles en détresse, je pense. C'est pas ça qui manque en ce moment..." J'étais un peu chancelante, incapable de vraiment mettre du poids sur mon pied droit: j'espérais qu'Abel allait écouter les nouvelles du soir, ça m'évirerait de devoir lui expliquer de vive voix dans quel bordel je m'étais retrouvée. Ce qui devait être une simple mission de reconnaissane et d'observation était vraiment, mais VRAIMENT en train de virer au cauchemar, et c'était pas peu dire.

Lorsqu'il a proposé l'ambulance, j'ai ouvert la bouche pour m'objecter - oui, m'objecter. Avec une balle dans le pied, ambulance voulait dire hôpital, hôpital voulait dire scanner la puce électronique que je n'avais plus, ce qui voulait dire emmerdes. Mais je n'ai pas eu le temps de sortir une raison bidon ou même d'exprimer mon refus qu'on a entendu un vrombissement de moteur d'avion suivi du son le plus horrible que j'avais jamais entendu. Autour de nous, toute l'action s'est arrêtée nette alors que tout le monde - nous y compris - se retrouvait en position accroupie, les mains plaquées sur les oreilles.

So loud !:
 

"Nom de Dieu !!" j'ai reporté mon attention sur le jeune homme à mes côtés. "Vous vous en sortez ?" J'en pouvais déjà plus, et quelque chose me disait que cette journée foireuse était loin d'être finie.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Gen Caleb' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
- Allez Mitchell, sors de ce tribunal.

Posté à une fenêtre, au second étage d’un bâtiment voisin du tribunal, je surveillais l’entrée du tribunal. Mon plan, je n’en avais pas tellement en fait. La situation en bas était tellement catastrophique que j’improvisais totalement. Je n’étais même pas sûr de ce que j’étais en train de faire. Je n’étais pas certain que ça allait suffire à arrêter ce carnage, mais c’était la seule idée que j’avais en tête.

Mon idée ? Mitchell était responsable de cette situation. C’était ses déclarations, ses actes, qui avaient mené à ce procès. C’était à cause de lui que, aujourd’hui, des dizaines – des centaines peut-être ? – de pro et anti positifs étaient rassemblés sur cette place, dans l’attente du verdict. Les passions étaient déjà fortement exacerbées par le procès en lui-même. Il avait suffi d’une étincelle pour que cela s’embrase. Et cette étincelle, c’était le groupe de Protecteurs qui l’avait fait jaillir. Et la foule n’avait pas été longue à réagir. Et voilà où on en était maintenant.

Les gens s’entretuaient sur cette place. Les positifs utilisaient leurs pouvoirs pour blesser, voir tuer des négatifs. Les policiers, qui normalement avaient dû prêter serment de toujours protéger la population, tiraient à vue sur chaque personne portant une puce le présentant comme positif, et sur ceux qui n’avaient plus de puces. Les gens étaient devenus fous en bas. Et moi j’étais là, à cette fenêtre, le regard fixé sur l’entrée du tribunal, me préparant à tirer sur un homme.

Mitchell était la cause de tout ceci. Les anti-positifs le considéraient presque comme un prophète, un guide, un dieu, un général. Les pro-positifs, eux, se battaient contre tout ce qu’il représentait. Ma logique n’était peut-être pas implacable à l’heure qu’il était. Je ne voyais que ce qui se déroulait en bas, et je n’avais qu’une envie, arrêter ça, quelque soit le moyen utilisé pour. Je me disais qu’en abattant Mitchell, les gens allaient tellement être surpris qu’ils s’interrompraient tout de suite. Et puis les antis se sentiraient certainement démunis, ayant perdu leur « chef » tandis que les positifs auraient obtenu une sentence proche de celle qu’ils auraient voulue. Vous l’avez compris, mon plan n’était pas sans failles. Il était même plutôt mauvais. Mais je n’avais pas d’autre idée.

D’autant que cela impliquait que j’abatte un homme, de sang froid, un homme qui ne me menaçait pas. Je n’étais pas certain de pouvoir tirer le moment venu. Cela allait contre mes idées. Cela allait certainement avoir des conséquences désastreuses pour moi. On m’arrêterait et on me jugerait pour meurtre, je serais condamné.

J’étais en train de penser à tout cela lorsque qu’un Aircraft Supercharger descendit au dessus de la place. Je le regardai arriver avec une vague de soulagement mêlée d’inquiétude. Les renforts arrivaient, ils allaient peut-être pouvoir calmer le jeu. Mais comment allaient-ils le calmer ? Allaient-ils, comme leurs collègues présents sur la place, tirer à vue jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne en mesure de se battre ?

Et puis l’onde sonore s’abattit sur moi.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'David Foster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Logan Jackson
avatar
Alors que j’essayais de jouer sur la vitesse en voulant semer des policiers qui venaient tout juste de débarquer de l'aircraft, en dilatant de temps, je me suis écroulé sur les marches du parvis du tribunal. Un son indescriptible me faisait tordre au sol. Il était profond et entêtant. Le genre de son qui reste ancré jusqu’à rendre maboule.  Comme si cela pouvait changer quoique ce soit, j’avais mes mains sur les oreilles. Tout ce brouillait dans mon esprit et je n’arrivais plus a retrouver mon train de pensée, ni a me souvenirs des objectifs que je me m’étais fixés précédemment. Tout devenait flou.

Ma balle dans le bras, les effets encore présents sur mes muscles à cause du taser et maintenant ça. C’était bien la journée la plus chargée que j’avais connu jusque là. Je ne parvenais plus à contrôler quoique ce soit sur mes mouvements. Et ce sentiment de game over, d’échec. Une multitude de pensées m’a percuté. Et si cela révélait que j’étais un piètre soldat ? Et si Maddison me voyait dans cet état ? Vous avez dit Kraken ? Très clairement, j'ai pensé que le choc serait aussi dévastateur que cette onde sonore… voire pire.

It's all about da bass:
 


J'ai descendu les quelque marches, sonné. Toutes ces images qui se bousculaient dans mon esprit. Je me suis frotté la tempe et c’est là que j’ai vu ma main gauche ensanglantée. « Je promet de faire voeux d’abstinence. Les gueules de bois c’est le mal. L’oeuvre du démon ! Wait… ! J’ai vraiment pensé ça ?! » J’ai porté mon autre main à mon bras éméché. Le bandage de fortune ne servait plus à rien. Autours de moi, les gens se débattaient avec les répercutions de l’onde. Mon esprit s'éclaircissait peu à peu.





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Save the Day
avatar
TOUR SIX
☛ 27 janvier 2075 - 16 h 57
Parvis du Hall of Justice de Megalopolis, PD


Le Supercharger descendait doucement au dessus de la foule, déclenchant un beau coup de vent. A mesure que les gens reprenaient un peu leurs esprits après l’onde sonore, on voyait ceux qui en subissait plus ou moins douloureusement les conséquences. Si certains se relevaient en se tenant le crane, d’autres titubaient franchement, quand ils ne restaient pas au sol. Le MTT avait mis toutes les chances de son côté pour s’attacher les services de ce Positif, devinant sans mal les avantages qu’il pourrait en retirer dans le contrôle des foules et la neutralisation de suspects. Un psy pouvait être contré par un autre psy. Mais celui-ci, il fallait être sourd pour lui échapper. Ou bien équipé : les trente agents étaient équipés de casques anti-bruit à filtration électronique et ne risquaient donc pas d’être touchés par les effets de l’onde haute fréquence que le Positif était capable de générer.

« Ok, Stark, tu restes ici. N’hésite pas à rebalancer la sauce si tu vois que ca recommence à dégénérer. Tu seras notre ange gardien mon gars ! »
« Comme d’hab, chef ! » Son supérieur lui servit un sourire un peu fou.
« Les autres, c’est parti ! Rayons paralysants pour tout le monde ! Vous me séparez ces cons et vous arrêtez tout ceux qui tiennent autre chose qu’un téléphone portable ! On fera le tri au poste ! »
L’Aircraft s’était stabilisé à sept mètres du sol, permettant aux agents de descendre en corde lisse. Ils se positionnèrent en cercle, et chacun se mit en action, réglés comme une horloge.

Une quinzaine d’entre eux s’était dirigée vers le point de départ des Anti-Positifs. Dans la foule, ils repérèrent rapidement rapidement un Protecteur qui s’était isolé de ses partenaires et qui se battait comme un beau diable. Il avait en plus un avantage majeur sur ses assaillants : il avait la capacité de modifier la matière, et ne s’en privait pas. Face aux anti-Positifs et aux flics qui pouvaient avoir envie de le neutraliser, tout ce qui lui passait sous la main perdait consistance ou se retournait contre son propriétaire. Beaucoup se retrouvaient alors ligotés par des cordes tirés de leurs propres vêtements, mais la plupart avaient surtout la mauvaise surprise de tirer avec une arme dont le canon avait été inversé, ou étranglés par un collier soudainement trop serré.
De toute évidence, c’était une cible prioritaire pour le MTT. Les agents se rapprochèrent de lui et tentèrent de le neutraliser, mais le Protecteur était en prime particulièrement agile et tenait à distance les commandos, bien voyants avec leurs tenues d’assaut, tout en évitant les tirs bien trop lents des rayons paralysants. Une véritable anguille...
Seulement, c’était sans compter le deuxième atout du MTT : il s’avança entre les agents et se campa devant le Protecteur d’un air décidé. Il ne sembla pas se passer grand chose, et pourtant...
« Il est à vous ! » Et les commandos se rapprochèrent, encerclèrent le Protecteur qui les accueillit avec un sourire mauvais. Pourtant, lorsqu’il toucha le premier agent du MTT qui se trouvait à portée, rien ne se passa. le Protecteur écarquilla les yeux.
« Non ! Qu’est-ce que... »
« Quoi, t’as oublié quelque chose ? Comment te servir de ton pouvoir, peut être ? » Lacha l’agent Positif avec un sourire amusé. « Tu es en état d’arrestation ! »


La brunette s’était accroché à son épaule et lui avait passé la main autours de sa taille pour la soutenir, et il la dirigeait vers les secouristes, présumant - à tort - qu’elle sauterait sur l’occasion de se mettre à l’abri. Mais de toute facon, ils n’eurent pas loisir de lancer un débat sur le bien fondé de cette décision. L’onde sonore les avait jetés à terre. Apparemment, la jeune femme ne souffrait pas de graves séquelles, mais lui se trouvait à moitié sourd, le regard au ciel. Il vit descendre les agents du MTT, et il pensa confusément que leur arrivée sonnait l’heure de la retraite. Il sentit un liquide chaud sortir de son oreille, et y porter une main l’informa qu’il s’agissait de sang. Et ses oreilles bourdonnaient. Il devait retrouver Skandar et les autres. Ils devaient se tirer de là.
La brunette était penchée sur lui, disait quelque chose qu’il n’entendait pas. Il tentait de se redresser quand une paire de secouristes titubant s’approchèrent. Ils n’avaient pas de brancard, mais une mallette de premier secours.
« Où êtes vous blessé ? »Elvis ne les entendit pas, mais hurla : « Occupez vous d’elle ! » En désignant Gen. Les secouristes se tournèrent vers elle et notèrent rapidement la blessure à son pied. L'un s’empressa de la faire assoir, l’autre commençait à fouiller sa mallette. Et Elvis en profita pour s’esquiver maladroitement, mais pas assez pour qu’ils le remarquent.


Skandar avait vu Maze se rapprocher avec un certain soulagement. Si Maze n’avait pas vomit, Skandar lui ne s’en était pas privé. Elvis les avait rejoint, avec une oreille qui saignait.
« Maintenant que la cavalerie est là, on pourrait peut être rentrer au bercail ? Ca commence à être un peu dangereux, le coin. »cria Elvis, toujours à moitié sourd.
« Ca commence ? T’es sérieux ?! »gémit Skandar.
« Les flics, ca s’évite. Eux, nettement moins... »répondit le Cyber en pointant le MTT du doigt. « Vaut mieux battre le rappel des troupes et regagner nos pénates. Rapidement. Et retrouver Logan. » Ils ignoraient que Matthew s’était retrouvé pris dans la foule, mais Logan était bien là, et Maddison les écorcheraient vifs tous les trois s’ils le laissaient derrière eux.
Skandar grimaca, mais il ne trouva rien à rétorquer. L’heure était effectivement au repli stratégique. Il chercha Logan du regard en tentant de contenir ses hauts-le-coeur. Et pour faire bonne mesure, il s’était mis à pleuvoir.

Infos HRP

On touche au but mes agneaux, mais vous n’êtes pas tirés d’affaire. Les agents du Megalopolis Tactical Team sont déployés parmi la foule, et ils n’ont pas l’intention de faire dans la dentelle. Ils ont pour mission de faire le ménage, et ils ne vont pas se gêner pour le faire. Néanmoins, il y a foule, et beaucoup à faire.
Si vous avez une arme à la main, il vous faudra lancer deux dés. Un double échec, et vous serez pris pour cible par un des agents du MTT avec leur rayon paralysant. Les trois autres cas vous épargnent totalement de leur action et vous êtes exceptionnellement autorisés à ne pas proposer trois choix différents. Notez que le rayon est bien plus lent et visible qu’une balle, donc facile à éviter.
Vous pouvez vous défendre contre eux par ailleurs, ou simplement les attaquer parce que vous avez la rage contre le systeme. Attention néanmoins : tous les agents du MTT ont un système d’enregistrement qui fera que vous serez fiché comme terroriste si vous faites ce choix, ce qui veut dire plus de balade à la surface de la ville car les drones vous repèrerons aussitôt. Pensez y. Il vous faudra un double succès sur un double lancé pour en neutraliser un.

Cinq protecteurs sont morts : celui neutralisé par Hayden, les deux abattus (dont le kinétique) par les policiers, Trudy tuée par Samael et Pete le pyroman dégommé par Logan.
Jed qui était chargé de protéger Trudy a pris deux balles, une dans chaque jambe. Le Leader et un troisième Protecteur sont invisibles et hors de votre portée. Ces trois là sont donc hors de portée. Quant au petit dernier, il est désormais entre les mains du MTT.

N’hésitez pas à vous rapprocher - ou à faire se rapprocher - des secouristes, ils sont là pour vous aider !

Ah et vous êtes mouillés.

Soyez forts. Soyez braves. Soyez fous aussi, si vous voulez, on aime ca gros smile

Vous avez jusqu’au mercredi 11 février 20 h / 2 pm pour poster

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
David Foster
avatar
L’horrible son s’était arrêté, mais il continuait de résonner dans ma tête. J’avais du perdre connaissance quelques minutes parce que quand j’ouvris de nouveau les yeux, j’étais à plat ventre sur le sol. La sensation que j’avais, à ce moment précis, c’était exactement la même que j’avais eue quelques années plutôt, durant cette embuscade, quand une explosion avait eu lieu à quelques mètres moi et m’avais projeté dans les airs. J’avais les oreilles qui sifflaient, la tête qui tournait. Je ne savais plus où j’étais, ni quel jour nous étions… pour l’instant. Etais-je encore en Turquie ? Sentant la panique m’envahir, je me retournai précipitamment. Simmons était juste à côté de moi, c’était lui qui avait dû se prendre la roquette de plein fouet. Je regardai un instant autour de moi. Je devais secouer la tête, plisser les yeux, je n’y voyais plus très net. Mais Simmons n’était pas là.  Je n’étais pas sur le toit d’un immeuble Turc. Je reposai ma tête contre le sol et soupirai de soulagement. Je n’étais pas en Turquie.

M’efforçant à garder les idées claires, je me redressai et m’appuyai au chambranle de la fenêtre pour me mettre debout. Et la vision que j’eus de ce qu’il se passait en bas me remis tout en mémoire : le procès de Mitchell, la manifestation des deux camps, les Protecteurs, l’émeute, l’enfer.

Je ramassai mon arme que j’avais dû lâcher pendant mes minutes d’inconscience et relevai les yeux vers le tribunal, me remémorant mon plan. Il faut croire que ce son atroce, m’avait désorienté et remis les idées en place en même temps. A voir ce qu’il se passait en bas, comment avais-je pu espérer que tuer Mitchell aurait suffit ? Comment avais-je pu penser que j’aurais été capable de lui tirer dessus de toute façon ? Quand on est désespéré, je crois qu’on imagine des choses, qu’on ne réfléchit plus correctement. On cherche une solution pour changer ça, et on prend la première qui nous tombe sous la main, même si c’est complètement idiot.

Je laissai donc complètement tomber mon plan et rangeai mon arme. De toute façon, dans l’état dans lequel j’étais, j’aurais été incapable de viser correctement. Je tentai de rejoindre la sortie de l’immeuble et dut me retenir au mur pour ne pas tomber. Le son avait perturbé mon oreille interne. Mon équilibre était précaire. Je tenais debout, j’arrivais à avancer, mais à la moindre bousculade, je me retrouverai par terre. Je réussi cependant tant bien que mal à rejoindre la porte d’entrée de l’immeuble. Dehors, il pleuvait, et là, sur le seuil, se trouvait une jeune femme, enceinte, qui tenait son ventre et hurlait de douleur.

- Hey !

Je fis quelques pas vers elle. Elle leva sur moi des yeux terrifiés.

- Non, je vous en prie, ne me faites pas de mal !

Je baissai les yeux sur mes mains. Je ne m’en étais pas rendu compte, mais mes oreilles avaient dû saigner pendant cette espèce d’onde sonore terrible. Et j’avais porté mes mains à mes oreilles pour essayer de faire barrage au son… Je frottai mes mains sur mon pantalon et les levai en signe d’apaisement.

- Je ne vous ferai rien. Je suis du FBI.

A ces mots, sa terreur s’accrut encore. Ce n’était pas étonnant, depuis tout à l’heure, les forces de l’ordre tiraient sur tout ce qui portait une trace de Yu. Peut-être était-elle positive ? Elle tenta de reculer, de s’éloigner de moi et je vis qu’elle avait perdu les eaux. Merde, elle était en train d’accoucher, au milieu de ce carnage !

- Je ne vous ferai pas de mal, je vous le promets. Vous avez besoin d’aide. Il faut que je vous emmène à une ambulance.

De mon perchoir, j’avais vu où elles s’étaient arrêtées. Il y en avait une pas trop loin. Il nous faudrait traverser une partie de la foule, mais on pouvait y arriver. Elle avait cessé de reculer et me regardait m’approcher avec méfiance. Je me penchai pour l’aider à se relever. Si j’avais pu, je l’aurais soulevée et portée jusqu’à l’ambulance, mais mon équilibre n’était pas assez sûr pour ça. Au moment où je passai mon bras derrière son dos pour la soutenir et la soulever, elle cria et me supplia d’arrêter.

- Non, c’est trop tard, il arrive !
- Attendez encore un peu, l’ambulance est là, pas loin. Ils pourront vous aider !
- Je n’arriverai pas jusqu’à l’ambulance.
- Alors je vais les chercher.

Elle me retint par la main tandis que je me relevai.

- Non, ne me laissez pas seule !
- Mais je ne suis pas médecin !
- Je vous en prie !

Elle qui me regardait quelques secondes plus tôt avec terreur, s’accrochait désormais à moi comme à une bouée de sauvetage. Et moi, je regardais autour de moi, cherchant du regard quelqu’un qui pourrait éventuellement m’aider. Un ambulancier peut-être ? Ou un médecin ? Pourquoi n’avaient-ils pas de brassards comme les médecins militaires quand nous partions au combat ? Mince, j’étais agent du FBI, pas sage-femme. Et si ça se passait mal ? Et si le bébé ne se présentait pas correctement ?

Je sentais ses mains m’agripper pour m’empêcher de partir. Elle eut une nouvelle contraction et enfonça ses ongles dans mon bras sous l’effet de la douleur. Je reposai les yeux sur elle et acquiesçai, m’efforçant d’avoir l’air aussi rassurant que possible.

- Ok, je reste. Ne vous inquiétez pas, ça va aller.

Mais je n’étais pas serein du tout. Autour de nous, c’était le chaos. Les agents étaient descendus de l’aircraft, ils neutralisaient toute personne qui semblait hostile. Heureusement pour moi, j’avais rangé mon arme avant de sortir de l’immeuble. Je vis du coin de l’œil, des secouristes passer à toute vitesse à côté de nous.

- Hey ! On a besoin d’aide ici !

Mais personne ne m’entendait, personne ne faisait attention à nous. Nous n’étions pas debout en train de nous battre, nous n’étions pas une menace pour ces hommes du MTT. Et les secouristes avaient trop de personnes à aider.

La femme tenait toujours fermement mon bras. Elle cria sous la douleur d’une nouvelle contraction et je dégageai mon bras de sa main. Je retirai ma veste et la posai sur elle pour la protéger un peu plus de la pluie. Comme si on avait besoin de ça !

Au bout d’un certain temps qui me  sembla une éternité, je me retrouvai avec un nouveau né dans les bras. Le bébé (un petit garçon) semblait en parfaite santé, il criait de toutes ses forces. Pauvre petit, naitre dans des conditions pareilles… Je récupérai ma veste et enveloppai le bébé avec pour qu’il n’ait pas trop froid. J’aurais voulu faire mieux, lui trouver une couverture sèche, mais c’était tout ce que j’avais sous la main. Je déposai le petit dans les bras de sa mère.

- Est-ce que ça va ?

La jeune femme hocha la tête et me regarda comme si j’étais un super héros avant de reporter son attention sur son bébé. Elle semblait avoir complètement oublié ce qu’il se passait autour de nous, mais moi pas. Autour de nous le chaos ne s’était pas dissipé, loin de là. Les gars de MTT continuaient à neutraliser toute personne qui semblait vouloir poursuivre le combat.

- Il faut que nous bougions d’ici. Vous pouvez marcher ?
- Je ne sais pas. Je pense oui.

Je l’aidai à se relever et l’aidai à faire quelques pas. Mon équilibre n’était pas encore revenu à la normal et, avant que j’ai eu le temps de dire ouf, je me retrouvai par terre. J’avais glissé sur… un canard en plastique ? Mais qu’est-ce que ce truc faisait là ? Fort heureusement, je n’avais pas entrainé la jeune femme et son bébé dans ma chute. Je tentai de me relever et grimaçai en m’appuyant sur mon pied. Mince, et maintenant j’avais une entorse à la cheville. Bravo !


Revenir en haut Aller en bas
Gen Caleb
avatar
J'étais pas forcément d'accord avec l'idée de me faire mener vers les secouristes - pas que j'étais suicidaire et que je ne voulais pas être soignée, mais j'étais sûre qu'on voudrait m'emmener à l'hôpital après ce bazar, chose qui n'était pas acceptable pour moi. Cependant, j'avais besoin d'Elvis pour me tenir debout, donc je n'étais pas vraiment en position pour protester: c'était soit je le suivais, soit je m'asseyais par terre en attendant que l'émeute passe. Alors qu'il me menait vers les ambulanciers complètement débordés, j'ai vu les hommes du MTT descendre au sol. Super, on avait justement besoin de plus de bordel et de plus de forces de l'ordre qui tiraient à vue sur les gens. Après, le public allait se demander pourquoi, à Libération, on voulait renverser le système ? Sans rire, vous l'avez bien regardé, ce système ???

Elvis est parti quasiment aussi "vite" qu'il était arrivé, et j'ai pris appui sur le rebord de l'ambulance pour me tenir debout, maintenant que ma béquille humaine s'était fait la malle. J'avais une balle dans le pied, un gros mal de crâne, il pleuvait, c'était la débandade complète autour de moi, et tout ce à quoi je pouvais penser, c'était la tête qu'Abel allait tirer quand j'allais rentrer bredouille - et pourvu que je rentre, ce serait déjà ça de pris. Et en plus, j'avais une de ces VIOLENTES envies de pisser - comme si c'était le moment ! J'allais faire quoi, demander au guide touristique où étaient la toilette des dames la plus près ? Foutues fonctions biologiques. Un ambulancier s'est approché de moi, et au même moment, les agents du MTT se sont mis à tirer avec des fusils paralysants sur quiconque portait une arme. Heureusement que j'avais perdue la mienne en bouffant le coup de taser et que je n'avais pas pensé à la récupérer en me relevant, sinon, on aurait vraiment pu dire que je cumulais, aujourd'hui.

Même avec tout ce boucan, j'ai entendu l'ambulancier dire quelque chose à propos de l'hôpital. Il allait désinfecter ma blessure et me poser un bandage pour que j'arrête de saigner, mais il fallait que je me rende à l'hôpital après l'émeute, c'était une blessure sérieuse - ben voyons, moi qui pensais que c'était de la rigolade ! Avec tous les petits os qu'on a dans le pied, pas besoin d'être médecin ou ambulancier pour savoir que j'allais en chier pendant des semaines, merci quoi... quand même, hors de question que j'aille à l'hôpital. J'allais faire quoi, leur dire que j'avais égaré ma puce par mégarde, mais que non, non, j'étais pas suspecte ?

Du coin de l'oeil, j'ai repéré une silhouette familière: discrètement - autant que faire se peut quand on titube, mais les ambulanciers avaient largement autre chose à faire que me suiveiller - je m'en suis approchée, et j'ai posé une main sur son bras. "Jason," ai-je soufflé. Ma main s'est crispée de douleur sur son bras. "Sors-moi d'ici."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar
Je m'étais donc relevé poursuivant ma route en direction de skandar pour l'aider à se sortir de ce mauvais pas. Je ne voyais plus pour le moment ni Elvis ni Logan ce qui n'était pas forcément pour me rassurer, perdre un membre de l'Underground me semblait juste impensable. Comme quelques chanceux mon mal de tête suite à l'onde de choc ne m'avait pas fait perdre mes moyens, j'avais un léger problème d'équilibre qui se remettrait bien vite. c'était un peu comme si j'avais raté un palier de décompression à la plongée, c'était dérangeant mais pas handicapant.

Quand enfin je parvins à rejoindre ce dernier était en train de vomir tripes et boyaux, ce n'était pas la joie. Je soufflais de soulagement quand presque au même moment Elvis nous rejoignit par contre je remarquais le sang qui coulait de ses oreilles, mais vu qu'il avançait droit cela devait aller, ou du moins cela irait jusqu'à ce qu'on soit sorti de ce merdier sans nom.

Nous avons vu avec effarement cet agent du MTT qui avait privé un protecteur de son pouvoir, ou l'avait isolé, bref l'avait rendu inoffensif, je le gardais en vue pour ne pas que cela se retourne contre nous.  

- Skandar c'est pas l'heure de jouer les fanfarons, que cela début ou pas on doit sortir d'ici et sans faire de dégât ou faire trop parler de nous autant que possible.

Je songeais à la voiture que j'avais explosé en volant dessus.

- Faudra que tu trouves le moyen de nous effacer je crois


Et puis tant que j'y étais je demandais.

- La petite brune qui a pris une balle dans le pied, elle est sortie de la place Elvis?

Ce message était forcément destiné à Elvis qui hélas n'avait probablement pas entendu. J'observais la situation, les forces en présence, les déplacements de foule et cherchait la sortie la plus directe tout en cherchant Logan du regard.

Oeil de Lynx:
 

Rayon es-tu la?:
 

Bien sûr dans toute cette joie il s'était mis à pleuvoir, la poisse totale, d'un autre côté cela ferait gagner du temps aux services d'entretiens de la ville, le sang allait gentiment glisser jusqu'aux routes et s'infiltrer dans le réseau sous terrain, la merde du jour allait partir sans faire de bruit, quelle chance non?

Dans tous les cas, pas de Logan en vue. Je pris néanmoins Skandar pour le soutenir et nous avons commencé notre avancée pour nous extraire de la foule. Avec du bol, Logan lui nous repèrerait?


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Maze Ellis' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Logan Jackson
avatar
J’arrivais à un stade où mon bras me faisait horriblement mal et je ne pouvais plus maîtriser le degré de douleur que je ressentais. La montée d’adrénaline s’était dissipée après l’onde sonore. Je n’avais plus que les oreilles qui sifflaient, mon mal de crâne s’estompait mais mon sens de l’équilibre en avait pris un coup, je clopinais. Posté en bas des marches du tribunal, je voyais au loin la troupe du MTT s’activer. Il fallait que je bouge, que je retrouve Elvis, Skandar et Maze. J’avais croisé ce dernier il n’y a pas si longtemps, avant que je n’abatte le pyromane. D’ailleurs les souvenirs remontaient dans ma tête, mais j’étais dans un état de choc qui ne me faisait pas encore réaliser toute l’ampleur de mon geste. Je ne savais plus ce que j’avais fait du pistolet, je l’ai cherché en tâtant mes vêtements. Il était glissé dans la grande poche de ma veste aviateur.

Poisse ou pas poisse ?:
 

Je ne pouvais plus rester là où je me trouvais, je devais bouger même si cela devenait de plus en plus une épreuve. Mon bras blessé contre moi, j’appuyais de ma main libre pour faire pression et minimiser le flux sanguin. Peut-être qu’en rebroussant chemin je finirais par les trouver. Je savais que Skandar était de l’autre côté pour encercler les protecteur et la dernière fois que j’avais vu Maze il était plus dans le centre de la place.

I'm a warrior:
 





" Most people think Time is like a river, that flows swift and sure in one direction but I have seen the face of time and can tell you they are wrong. Time is like an ocean in a storm, you may wonder who I am and why I say this. Sit down and I will tell you a tale like none that you have ever heard. "
Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Logan Jackson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT] Riot - Groupe 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ÉVÉNEMENTS :: DAY ONE: RIOT-