2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [EVENT] Riot - Epilogue (Megalopolis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Save the Day
avatar
Le service des urgences du Wade Memorial Hospital avait été en effervescence dès que l’annonce de l’attaque était arrivée. Le chef du service n’était pas un amateur, il avait déjà connu des émeutes, des attaques terroristes, des accidents de la route terrifiants… A peine l’annonce de l’attaque diffusée avait-il préparé ses troupes. Et pour cause : le Wade Memorial se trouvait être le plus proche du tribunal. Autant dire qu’il serait en premiere ligne.
Le chef des urgences avait donc fait vidé les boxes et la salle d’attente des rhumes et autres entorses. Il avait demandé à ce que des blocs soient prêts pour les blessés les plus graves. Il avait demandé que les traumato se tiennent prêts.

Et, parés pour leur bataille, les médecins, les infirmiers, avaient attendu l’arrivée des ambulances.

Infos HRP

Vous êtes désormais hors de danger.

Vous êtes à l'hopital et il va falloir maintenant discuter des conséquences. Vous pouvez bien sur narrer ce qu’il vous est arrivé depuis votre dernier post, l’explosion, tout ca tout ca.. avant de parler de votre arrivée aux Urgences.

Il n’y a plus de tour, vous pouvez poster comme bon vous semble. Les membres de l'Underground qui n’étaient pas au Tribunal peuvent aussi participer.  Vous pouvez aussi ouvrir un/des sujet-s à part que vous pourrez poursuivre à l’envie.

Vous avez jusqu’au mercredi 18 février 20 h / 2 pm pour poster au moins une fois dans ce sujet, qui sera ensuite verrouillé.

:lilipony:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.childrenofluxaeterna.com
David Foster
avatar
Evitant de trop prendre appui sur mon pied, j’avais fini par réussir à atteindre les ambulances, assurant la sécurité de la jeune femme et de son bébé. Mais j’avoue que je ne sais pas trop comment j’ai fait. Avec mon souci d’équilibre depuis l’épisode du son et ma cheville foulée, je me demande si la jeune femme ne m’a pas soutenu à moitié autant que je la soutenais.

Arrivés à l’ambulance, les secouristes s’approchèrent de nous pour nous délaisser très vite tandis que je leur faisais signe que nous n’allions pas trop mal. Nous n’étions pas tellement blessés. Nous avions eu énormément de chance contrairement à la majorité des personnes qui se trouvaient sur la place. J’aidai la jeune femme à s’asseoir par terre, à côté du camion. Nous étions maintenant totalement à l’écart de la zone de combat. Ici, nous ne risquions plus rien. Elle serra une nouvelle fois son bébé contre elle et releva les yeux sur moi.

- Merci.

Je hochai la tête pour toute réponse. Qu’aurais-je pu dire de plus ?  Je l’avais aidée à mettre son bébé au monde en plein milieu du chaos, mais je ne me sentais pas un héros pour autant. Mettre un bébé au monde, quand on n’est pas médecin, ça a quelque chose d’effrayant. Et les circonstances n’avaient pas tellement aidé à calmer les choses. Mais le bébé était là, et il allait bien. Heureusement qu’il ne se rappellerait de rien.

- Comment vous vous appelez ?
- David.

La jeune femme me sourit, hocha la tête et se pencha sur son bébé. Elle caressa son petit visage.

- Bienvenue parmi nous, David.

Je le regardai, interloqué. Elle releva les yeux sur moi et m’expliqua.

- Je veux qu’il se souvienne de l’homme qui l’a aidé à venir au monde.

Qu’est-ce que vous voulez répondre à ça ? Je baissai la tête et me frottai la nuque. Le retour des secouristes m’épargna de devoir faire une réponse. On allait nous évacuer rapidement, nous emmener à l’hôpital le plus proche.

Une fois à l’hôpital, je restai un long moment dans la salle d’attente, assis sur un siège. Je n’étais pas prioritaire. Je le savais, et je restai patient. Des blessés graves, j’en vis passer des tas devant moi. Beaucoup me semblaient d’ailleurs plus morts que vifs. Mais ils n’étaient pas morts, je le savais. Devant tant de victimes, un premier tri avait du être fait, sur place. Les morts avaient probablement été dirigés vers un autre endroit, là où ils n’encombreraient pas. Il fallait pouvoir loger tous les blessés.

A côté de moi se trouvait la jeune femme et son bébé. Elle semblait ne plus vouloir me lâcher désormais. Dire qu’elle avait eu peur de moi au départ…


Revenir en haut Aller en bas
Sunny Sullivan
avatar
Sunny leva les yeux sur le jeune homme qui venait d’arriver. Il n’avait pas la tête d’un urgentiste, si vous voulez son avis, mais elle ne rétorqua pas. Ne quittant pas Matt des yeux, elle se laissa faire en déglutissant. La pression retombant, la douleur, elle, s’éveillait comme un feu sauvage dans sa jambe. Elle promena son regard sur le parvis quand quelque chose attira son regard, au loin. Elle écarquilla les yeux.

« Oh mon Dieu… »

Bogdan et l’ambulancier relevèrent le nez pour suivre son regard au moment un cheval déboulait avant de se faire abattre. Et puis survint l’explosion. Bogdan se pencha sur Matt pour le protéger et Sunny hurla, cachée par l’ambulancier. La ville était surréelle. L’orage grondait tant et si fort qu’on s’entendait à peine parler. Et elle se remit à pleurer. Le cheval n’était plus là mais il y avait plus de morts qu’elle ne pouvait en compter. Sunny n’avait jamais été confrontée à ce genre de situations et le contrôle lui échappa. Elle se sentit soulevée et tirée sur un brancard.

« Non… Attendez ! Matt ! »

Bogdan la regarda mais il avait cessé d’opérer, cherchant quelqu’un qui ne tarderait plus à venir.

« Non, attendez, mon ami ! Vous ne pouvez pas le laisser ! »
« Quelqu’un s’occupe de lui, ne vous en faites pas. »
« NON ! Où est-ce que vous l’emmenez ?! Il a besoin d’un médecin. HEY ! »

Elle commença à se débattre pour descendre du brancard. Bogdan avait beau être grand et costaud, il lui fallut attendre l’arrivée de Maze pour sortir Matt de là. Allez savoir pourquoi… Personne ne sembla y faire attention. Un sort d’illusion ? Une persuasion ? Peu importait, Sunny, elle, le voyait. Quelqu’un emmenait Matt, et loin d’elle. Elle était furieuse, et ses yeux étaient écarquillés de terreur. Un deuxième ambulancier dû intervenir pour la maintenir afin qu’elle n’aggrave sa blessure au mollet.

« MATT ! »

Un éclair s’abattit férocement non loin de Maze et Bogdan, et celui-ci en eut le souffle coupé. Il lança un dernier regard à la jeune femme, pas tout à fait persuadé qu’elle soit la cause de la météo. Quand elle, elle n’y pensait même pas et, déjà, on l’enfermait dans l’ambulance.

L’infirmier tenta tant bien que mal de la consoler, en vain. La météo cessa de gronder et ne laissa place qu’à la mélancolie de la pluie pour nettoyer le tribunal et éteindre les feux de l’explosion. Une fois à l’hôpital, le ciel s’était éclairci, demeurant pourtant gris. Sunny n’était plus que l’ombre d’elle-même, le visage sali mais il y avait des blessés bien plus graves. On l’avait installée sur un brancard avec d’autres dans la salle des urgences, entre deux rideaux. Les cheveux collés sur le front, leur doré encrassé, son visage ne s’est illuminé qu’à la vue de son fils qui arrivait en courant. Il sauta sur le lit et serra sa mère contre lui alors qu’elle se remettait à pleurer en le gardant fermement contre sa poitrine. La balle avait traversé son mollet et il lui avait bandé la jambe, faute de mieux à l’heure actuelle. Son ex-compagnon avait été averti de sa présence et était venu aussi vite que possible. Il la prit à son tour contre lui pour la rassurer, que tout allait bien.

Matt ne répondait pas au téléphone, mais elle était mortellement inquiète. Alors quand un infirmier passa pour s’occuper de quelqu’un à côté, elle le retint.

« Excusez-moi… Est-ce que vous avez un Matthew ? » L'infirmier a haussé un sourcil. Sérieusement ? « Matthew Dare. Environ 25 ans, châtain clair, environ 1m80 ? Il a reçu une balle dans l’abdomen. » L’infirmier a porté son regard sur Ray et a secoué la tête.

« Nous avons reçu beaucoup de monde. Mais votre description ne me dit rien. Je suis désolé. »

Sunny déglutit et acquiesça. Mais si Matt n’était pas là, alors où était-il ? Une seule personne devait le savoir. Alors, elle appela Alex, au bar.



There's a certain beauty to your resistance.
Revenir en haut Aller en bas
Maze Ellis
avatar

J'avais bien entendu Skandar qui pestait mais pour le coup je n'en avais carrément rien à faire de ses récriminations, il n'était pas le gars le plus réfléchi de ma connaissance et je ne voulais pas qu'il fasse un truc insensé, cela ne saurait que nous desservir.

Je remerçiais d'un signe de tête Elvis, au moins Hope était vivante et avec les ambulanciers? Avait-elle finalement renoncé à Liberation? En réalité d'un coup je doutais qu'elle les ai suivi si elle avait réussi son objectif par le passé mais du coup elle avait forcément des ressources.

Une scène surréaliste se déroula encore sous nos yeux avec ce metamorphe qui avait visiblement protégé la fuite d'une des membre de cette équipe de soit disant protecteurs, le jour ou je les chopperai ceux la...

Je n'avais toujours pas réussi à trouver Logan quand finalement j'aperçus Bogdan, je ne l'avais pas vu, il avait été discret et d'un coup je réalisais que d'autres pouvaient avoir été présents sans que je ne le réalisa plus tôt. Il était affairé sur un homme et me fit des signes de la main, son air inquiet n'augurait rien de bon. J'indiquais à Elvis et Skandar que je les rejoignais dès que possible, et si c'était Logan au sol? Je rejoignis Bogdan en courant et je grimaçais en voyant que le blessé n'était pas Logan , c'était pas mieux, c'était Matt. Bordel nous avions tous eu la même mauvaise idée de venir ici.

Bogdan expliqua qu'on emmenait Matt pour le soigner dans une unité spéciale, les ambulanciers le crurent sur parole mais pas la jeune femme blonde qui observait la scène avec effroi. Je sentais plus que je ne voyais qu'elle ne croyait pas vraiment Bogdan, pourquoi comment aucune idée sauf que cela pourrait faire foirer. Je soulevais avec l'aide de Bogdan le corps ensanglanté de Matt en lui intimant de tenir le coup sous peine de prendre une raclée comme jamais il n'avait eu. Stupide vu son état comme réflexion mais bon.

Par contre alors que nous n'avions fait que quelques pas un éclair s'écrasa à côté de nous et je fus tout aussi surpis que Bogdan, je tournais la tête pour voir la jeune femme perdue et dont les larmes semblèrent accompagner la pluie, était-elle responsable de cela? Connaissait-elle bien Matt?

Il serait temps de s'en préoccuper plus tard, nous avions un blessé à ramener à Echo et vite.

[La suite plus tard à la maison, à l'Underground quoi]


Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkover.fr/
Lisbet Miller
avatar
Quand les hommes du MTT avait encerclé les derniers Protecteur a l'abris derrière un champ de force, Lisbet avait décidé qu'il était temps de s'éloigner lentement, son bras droit le long le long de son corps, du sang coulant le long de ce dernier. Au loin elle avait repérer les urgentiste qui s'affairait a tenter de sauver ceux qui pouvait encore l'être. Sa migraine était toujours mais la elle s'en fichait, son corps la faisait souffrir et elle avait l'impression que son gilet pesait de plus en plus lourd.

Et c'était quoi cette sensation d'humidité ? Il pleuvait et ce n'était que maintenant qu'elle s’en rendait compte, un drôle de frison la parcouru presque au même moment ou elle entendit plusieurs rafale d'arme automatique, elle voulut se retourner trop vite et s'écroula en avant en trébuchant. Sa chute lui arracha un juron, la douleur l’empêcha de se relever, ce qui la sauva du souffle de l'explosion et de tous les débris divers et variés projeté avec.

Cela devait être a ce moment qu'elle perdit connaissance, quand elle reprit plus ou moins conscience, elle était dans une ambulance, un masque a oxygène sur la bouche et une perfusion dans le bras gauche. Elle entendit un ambulancier annoncer qu'elle avait repris connaissance et l'informa qu'on la transportait au Wade Memorial Hospital. Consciente mais pas l'esprit clair, elle aurait été bien incapable d'estimer combien de temps dura son transport.

Arrivé à l’hôpital, elle fut mise en attente bien que son état était douloureux elle n'était pas en danger immédiat.Au bout d'un temps incertain elle réalisa qu'elle était plus dans la position allongé mais assisse dans un fauteuil roulant, la douleur avait largement diminué sans doute grâce à la poche de morphine. Il y avait du monde autour d'elle, des gémissement , des pleurs bref un soir aux urgences après un attentat. Tiens mais le gars blond pas très loin la, elle avait l’impression de le connaître mais la drogue ne l'aidait pas a se rappeler.


Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Toujours assis sur ma chaise dans la salle d’attente des urgences, j’attendais qu’on s’occupe de moi. Qu’est-ce que je pouvais faire d’autres de toute façon ?

Les blessés continuaient d’affluer. Bon sang, combien y avait-il de personnes sur cette place ? Et avec cette question, je ne pouvais m’empêcher de m’en poser une autre : combien de personnes étaient-elles restées sur cette place ? Je soupirai et appuyai ma tête sur le mur, derrière moi. Ma tête cessait, progressivement, de tourner. Et mon ouïe revenait lentement à la normale, comme si on me retirait tout doucement les bouchons que l’onde sonore avait enfoncés. Restai ma cheville, qui me faisait plus mal encore maintenant qu’elle se refroidissait.

Mais à part ça, j’allais bien, comparé à tous ces gens. Et j’avais beau être patient, je commençais à en avoir un peu marre. J’avais l’impression d’encombrer le couloir, de prendre de la place alors que je n’avais pas tellement besoin de soin. Bon ok, je ne pouvais pas poser le pied par terre mais ce n’était pas si dramatique. J’avais des attelles à la maison, ça pouvait attendre quelques jours, que la situation à l’hôpital se calme. Ou alors, je pouvais tout simplement aller à celui de la Médiane. Il était trop loin du tribunal pour qu’on y ait transporté qui que ce soit…

Je sortis mon téléphone de ma poche et m’apprêtai à appeler Angie lorsqu’un enfant et un homme entrèrent en trombe dans l’hôpital. Le nom qu’ils demandèrent à une infirmière qu’ils croisèrent attira mon attention : Sun Sullivan. Ce pouvait-il que ce soit LA Sun Sullivan ? Je fronçai les sourcils et hésitai un instant à aller la voir. Elle avait du monde avec elle. Son fils probablement, elle m’en avait parlé déjà. Et l’homme devait être son ami, ou le père du petit. J’irai la voir plus tard.

Je parcourus la salle du regard, cherchant à voir un visage connu peut-être. Bien que j’espérais n’en voir aucun. Mes yeux s’arrêtèrent sur une jeune femme que j’avais déjà vue quelque part. Contrairement à elle, je n’étais pas sous calmant et je fis le rapprochement tout de suite. C’était la jeune femme avec qui j’avais fait brièvement équipe lors du braquage de l’épicerie.

Je me levai et claudiquai vers elle.

- Mademoiselle Miller ?

Je me laissai tomber sur une chaise à côté de son fauteuil. Nous étions à quelques pas de Sun Sullivan et de sa famille, à portée de voix.


Revenir en haut Aller en bas
Lisbet Miller
avatar
Dans un état normal elle aurait remarqué que le blondinet c'était rapproché d'elle mais la.....l'instant d'avant il était au loin et la maintenant il était assis juste à coté d'elle. Et en plus il semblait la connaître vue qu'il connaissait au moins son nom de famille. Elle tourna donc légèrement la tête vers lui et le fixa quelques secondes cherchant ou elle l'avait déjà vue. Puis elle se rappela de lui, l'agent David Foster du FBI, ils avaient fait équipe quand ils c'étaient retrouvé tout deux « piégé » dans leur supérette de quartier.....un assez bon souvenir au final, comparer aux événement du jour.

-Agent Foster c'est bien ça, avec la morphine je n'étais pas sur......j'ai des cotes fêlés et deux de cassés..mais la bonne nouvelle c'est que je vais avoir droit à nouveau gilet tout neuf. Et vous ?

Le simple fait de converser avec l'agent du FBI, permis à Lisbet de retrouver un peut plus ses esprits, à moins que l'effet de la morphine s'estompait quelque peut, petit revers a la médaille de sa capacité de récupération plus rapide que la moyenne. Elle ses cotes commençait lui lancer aux moindre mouvement comme le simple fait de respirer mais la douleur néanmoins supportable.

-Je regrette juste d'avoir raté la toute fin, je n'ai pas vue ce qui à causé l'explosion, je me suis étalé par terre juste avant....et c'est à peut près a ce moment que j'ai perdu connaissance. Vous aviez déjà entendu parler de ce groupe, les Protecteurs ?


Revenir en haut Aller en bas
Sunny Sullivan
avatar
Être dans cet hôpital, dans ce lit avec Ray et son fils, tout cela rappelait à Sunny des souvenirs détestables. Qui plus est, sans savoir où était Matt et s’il allait bien, elle virait hystérique sans arriver à se contrôler, ce qui n’allait pas arranger ses affaires. Elle demanda à son compagnon d’aller lui chercher de l’eau et de prendre le petit avec lui. Elle ne voulait pas qu’il entende ce qu’elle avait à dire à Alex. Alors qu’elle composait le numéro du bar, un infirmier vint déposer une paire de béquilles. Sans pouvoir s’en empêcher, elle le fusilla du regard. Il pensait quoi, qu’elle allait marcher jusque là-bas pour les attraper ? Maintenant que tout était terminé, la douleur n’était sourde que par les anti-inflammatoires puissants qu’on lui avait prescrits. Pour le reste, il n’était même pas question de poser un pied par terre.

« Alice ! »
« JE SUIS POSITIVE TÊTE DE NOEUD, J’AI PAS LE SIDA ! »

Le bar était bondé et la plupart des clients avaient le nez rivé sur l’écran de télévision qui transmettait les informations. Sans Matt et Lexy pour aider, Alex assurait aussi bien le bar que la salle avec Angela et Yuna et son humeur n’était pas des plus resplendissantes.  L’agression de Sunny au bout du fil manqua de lui faire raccrocher tant et si bien qu’il ne reconnaissait surtout pas sa voix. Encore moins celle de son hystérie.

« Alex ? »
Il haussa un sourcil à l’autre bout et jeta un regard sur la salle avant d’inspirer profondément.
« Ecoutez, on a beaucoup de travail ici, alors… »
« Alex, ils ont pris Matt. »
« Sunny ?! »
« Je sais pas où ils l’ont emmené, il était inconscient, les ambulanciers ne m’ont pas laissée avec lui ! Il était là-bas par ma faute ! Ces types sont sortis de nulle part, c’est devenu l’enfer, tout le monde hurlait de partout ! Ils avaient des tasers, ils ont paralysé tout le monde ! »

Et plus Sunny parlait, plus son visage se décomposait et sa détresse revenait. Alex commença à recoller les morceaux mais essaya de ne pas céder à la panique.

« Calme-toi, de quoi tu parles ? Comment ça, ils ont pris Matt ? »
« J’en sais rien, il était blessé et puis deux types sont venus et l’ont emmené pendant que les ambulanciers s’occupaient de moi. »

Et rester calme devint pour Alex de plus en plus dur alors qu’il levait les yeux sur la télé.

« Sun, ça veut dire quoi Matt est blessé ? »
« Ils nous ont tiré dessus comme du bétail ! »
« Vous étiez LÀ-BAS ?! »
« Tout est de ma faute, je lui ai dit de s’arrêter quand on est passés devant ! Alex, il ne répondait plus quand ils l’ont emmené… Il a été gravement blessé et il ne répondait plus. »
« Est-ce que tu es en sécurité ? »
« Oui, je suis à l’hôpital, je vais bien. »
« Je vais le trouver, d’accord ? Matt a de la ressource, il ne se laissera pas abattre comme ça. »
« Matt est un Positif, pas vrai ? »
« … Il me semble, oui. »
« C’est quoi, son pouvoir ? »
« Je ne sais pas trop, on ne parle pas de ces choses là, ici. Un truc avec les machines. Pourquoi, c’est quoi le tien ? »

Sunny déglutit et s’humecta les lèvres en ramenant ses cheveux en arrière. Ils avaient baissé leur voix mais ils se firent d’autant plus discrets à la mention de leur condition. Mais elle n’avait pas rêvé, elle avait senti quelque chose (non pas sa main sur ses seins, non... Ca va ?) C’était fort et ça l’avait gênée, comme une forte démangeaison dans le coude...

« Je ne sais pas trop non plus… Visiblement. Alex, j'ai peur. »
« Je sais. Je vais le trouver. Promis. »

Sunny raccrocha et regarda le téléphone entre ses doigts, en se mordant les lèvres. Elle se sentit un peu plus soulagée maintenant que Alex était là pour l’aider mais son coeur continuait de battre la chamade. Perdue dans ses pensées, elle capta la conversation non loin d’elle et fronça les sourcils avant de relever la tête.

« Agent Foster ?! »

Sunny se débattit avec son lit pour essayer d’en descendre pour attraper les béquilles.

« Agent Foster du F– »

Et un "pouf" se fit entendre : Sunny avait rejoint le sol.



There's a certain beauty to your resistance.
Revenir en haut Aller en bas
David Foster
avatar
Je hochai la tête tandis qu’elle prononçait mon nom. Je n’étais pas certain que Lisbet me reconnaitrait. Bon, le fait de faire équipe lors d’un braquage, c’est le genre d’événement qui rapproche, qu’on n’oublie généralement pas, mais avec la morphine. Je savais quel effet cette substance pouvait avoir sur notre cerveau. Ce n’était pas pour rien que je l’avais refusée systématiquement quand on m’en avait proposé après mes différentes blessures. Je voulais garder les idées claires et il existait d’autres antidouleurs, moins dangereux et tout aussi efficaces.

- Je vais bien aussi. Juste une entorse à la cheville et l’oreille interne un peu perturbée. Mais ça revient. J’ai eu de la chance.

Je relevai les yeux vers Lisbet et hochai une nouvelle fois la tête, laissant mon regard parcourir la salle d’attente.

- Nous avons eu de la chance. Il semblerait que nous fassions partie des rares qui ne sont pas gravement blessés…

Et puis elle me parla de l’explosion. Je ne l’avais pas vue non plus, juste entendue. A ce moment-là, j’aidai la femme à s’asseoir par terre. C’était juste après qu’elle ait appelé son bébé comme moi.

- Non, c’est la première fois que j’entends parler d’eux. Il semblerait qu’un troisième groupe se soit créé pour défendre positifs et candidats… Je crains qu’ils ne soient pires encore que Libération.

Je ne connaissais pas beaucoup Libération, du moins, je n’avais jamais assisté à l’une de leur démonstration. Je savais qui ils étaient, bien sûr, et pour quoi ils combattaient. Et je les comprenais. Mais un acte comme celui-ci ne leur ressemblait pas. Ce qui avait eu lieu sur cette place, c’était juste… quoi ? De la vengeance gratuite, de l’extermination ? Les deux à la fois ? Libération n’aurait probablement jamais commencé à tirer sur les anti-Yu tout en sachant qu’ils risquaient de se retourner contre les Positifs.

J’en étais là de mes réflexions lorsque j’entendis une voix m’appeler. Sun Sullivan, bien sûr, je reconnaitrais sa voix entre mille. Je tournai la tête vers elle au moment où elle tomba de son lit en essayant de se lever.

- Mademoiselle Sullivan !

Je me levai brusquement de ma chaise, grimaçai légèrement lorsque je pris appui sur ma cheville mais ne m’arrêtai pas pour autant. Je m’approchai de Sunny et l’aidai à se relever. Je l’examinai du regard, de la tête aux pieds. Elle avait l’air vraiment mal en point. Mais pour qu’elle soit encore dans ce couloir, les infirmiers avaient dû juger que son état n’était pas prioritaire. Je vis néanmoins qu’elle s’était pris une balle dans la jambe et je grimaçai. Qu’un gars comme moi s’en prenne une de temps en temps, c’était « normal » encore que là, j’y avais échappé, mais elle ? Ça ne faisait que renforcer ma colère et mon sentiment d’injustice et d’impuissance.

- Doucement, ne vous agitez pas. Ça ne fera qu’accentuer la douleur. Je sais de quoi je parle, croyez-moi.

Avec des gestes que je voulais apaisants, je l’incitai à se rallonger sur son lit.


Revenir en haut Aller en bas
Lisbet Miller
avatar
Sa conversation avec L'agent Foster avait attiré l'attention d'une autre personne, au moment  ou Lisbet avait prononcé le nom de l'agent. Elle aperçut vaguement la chute de la jeune femme, et ne put s’empêcher de commencer à rire en la voyant par terre après ce magnifique pouf. Bon en temps normal Miss Miller se serait bien garder de le faire, mais Lisbet  non tout dépendait du lieux et du contexte. Nan la surtout elle aurait évité de rire, avec ses côtes cela n'était pas une bonne idée. Son rire se tue aussi vite qu'il était venue. La dose de morphine n'était plus suffisante pour l’empêcher de souffrir comme une dingue.

David lui c'était levé pour aller assister cette mademoiselle Sullivan, visiblement l'agent Foster la connaissait. Cette blonde ne ressemblait pas trop à un membre du bureau, donc pas une collègue de travail. Lisbet ramassa les béquilles, enfin ça c'était sa vision des choses, mais pour le reste des témoins les béquilles c'étaient soulevé toute seule et c'étaient posées à coté de cette Sullivan. Bien malin qui avait pu repérer la télékinésiste, qui avait appris a ne pas forcément joindre des gestes à l'utilisation de son pouvoir....même si cela arrivait encore des fois. Puis doucement avec ses mains elle déplaça son fauteuil pour se rapprocher, non sans serrer la mâchoire.

-voila qui n'est pas banal des béquilles volantes......vous devriez suivre son conseil vous agitez en tout sens ne va pas vous aider, pardonnez moi j'en oublie les bonnes manières, Miss Miller Mademoiselle Sullivan si j'ai bien entendu.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT] Riot - Epilogue (Megalopolis)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ÉVÉNEMENTS :: DAY ONE: RIOT-