2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [MISSION Terminée - Kseniya/Garin] Dreamers of the Day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Garin DeLyons
avatar
Date limite : 15 septembre



15 Mars 2075

Je veux être celui que Abel verra avant de mourrir. Je veux être celui qui aura protégé Liberation de lui.

All men dream, but not equally. Those who dream by night in the dusty recesses of their minds, wake in the day to find that it was vanity: but the dreamers of the day are dangerous men, for they may act on their dreams with open eyes, to make them possible.
This. I did.

– T. E. Lawrence

« Tu as compris ? »

J’ai fermé mon sac à dos avant de soupirer. « Tu veux dire mieux que le Chinois ? » J’ai rejeté le sac sur mon épaule et j’ai acquiescé. « Relax le Communiste. J’ai compris, ne t’en fais pas. Je connais ma mission. »

Je lui ai même souri. Un peu plus de quatre mois maintenant que nous étions rentrés deColombie et le MSS m’avait déclaré comme agent depuis peu, c’était ma première mission avec eux et contre la CIA. Comment Abel est entré en possession de ces informations, je ne lui ai jamais rien demandé jusque là, ça ne commencerait pas maintenant. Personne s’était porté volontaire et pour cause : tout le monde avait la trouille du MSS là-bas. L’Arabie n’était pas une alliée des USA. Pour ce que j’en savais, je m’en fichais : j’étais Anglais, nation qui n’était pas non plus une alliée des USA. J’avais tout pour plaire… Des contacts, l’envie de bouger, une confiance et un bon alibi.

Il m’a remis en forme pendant quatre mois. Entraînements, combats, tir… Et des heures. Des heures. Chaque jour. D'Arabe. Ce que la CIA n’avait pas jugé utile de m’apprendre, ni le Russe. Bien sûr, en quatre mois, un Arabe parfait demeure impossible. Il n’y a pas assez d’heures dans une journée pour tout faire et qui plus est, j’essayais également de retrouver un équilibre professionnel. Mais il a dit que les langues, pour moi, c’était inné alors en prime, il m’a donné des cours de Chinois. Au moins… Ils ne pourraient plus essayer de me niquer en parlant une langue que je ne comprends pas. Quoiqu'il en soit, ce que je baragouinais ne m'avançait pas à grand chose pour l'instant, tout juste à ne pas me perdre sur place si le MSS n'avait pas reçu l'info de ma venue.

« Si tu as tellement peur que je me plante, pourquoi tu ne viens pas avec moi ? »
« J'ai confiance en toi. Mais des affaires me retiennent ici. »
« Ah oui, ton truc avec la police, là. » J’ai plissé le nez. « Pourquoi la police ? Tu sais, j’ai toujours pensé que t’étais pas net. »
« Tu n’es pas l’unique raison de ma présence à Megalopolis, Garin. »

J’ai roulé des yeux en me dirigeant vers la porte. Peu importait ce qu’il était venu faire ici, tant que j’avais un oeil sur Liberation, je pouvais l’en garder distrait. J’ai ouvert mais à la dernière seconde, j’ai froncé les sourcils et je me suis tourné vers lui.

« Pourquoi tu fais ça ? Des groupes comme Liberation ou l'Aube sont contre le MSS. Contre la CIA, même. Quel est votre profit ? »

Le Chinois s’est retourné vers moi, refermant le livre qu’il tenait entre ses mains. Il adorait ça, lire en marchant. Il m’a toisé, se demandant s’il devait me répondre ou non. Il a cligné des yeux et j’ai vu le moment où la complicité que je percevais entre nous était outrepassée et qu’il ne manquerait pas de me faire savoir que je n’étais qu’un agent à sa botte. Pas son pote. Néanmoins, il a ouvert la bouche pour me surprendre. A nouveau.

« Le MSS a bien changé depuis quelques années, Garin. Si nous avons commis des erreurs, et même si nous ne cherchons pas forcément à les corriger, ces groupes ont tort de croire que nous, nous sommes contre eux. Le MSS a toujours considéré l’importance de Yu, sinon pourquoi faire des armées de Candidats ? De plus… C’est une occasion de contrer la CIA. Ma réponse te satisfait-elle ? Ramène-moi ce disque dur. Ne le détruis pas. »

Je suis resté bouche bée et j’ai acquiescé doucement.

« Fais un bon voyage. Tu es prêt. »

Machinalement, j'ai porté une main à mon abdomen, juste au-dessus de ma cicatrice. Je savais pourquoi il me disait ça et je dois avouer que j'étais plutôt content qu'il essaye de me convaincre d'une chose pareille. Je n'étais pas tranquille à l'idée de partir dans cette région-. C'est là-bas que Garin et tous les autres étaient morts. Un jour... Ce serait mon tour.

J’ai hoché la tête plus fermement et je lui ai souri. Je devais la vie à Angela, assurément. Mais je lui devais à lui ma seconde chance. J’ai laissé un vague rire s’échapper de mon nez en réalisant l’ironie qu’était ma vie et je suis sorti. J’avais hâte. Vraiment. Je voulais leur montrer, à tous, qui j’étais réellement.


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
#1 : Premier essai : Epic Win
SUCCÈS : Garin a des contacts restants de Liberation et parmi eux, un membre de l’Aube pour lui donner toutes les infos dont il aura besoin. Après tout, personne ne sait qu’il est supposé mort pour Liberation… Ni qu’il est revenu.
ÉCHEC  : néant

Si ÉCHEC #1 :
#2 Deuxième essai : You can do this

SUCCÈS : Garin a des contacts restants de Liberation et parmi eux, un partisan de l’Aube pour l’accueillir et l’aider dans sa tâche : logistique, entrées...
ÉCHEC  : néant

Si ÉCHEC #1 et #2 :
#3 Troisième essai : Jamais deux sans toi

SUCCÈS : Annie lui donne le nom d’un contact sur place. Le reste… Ne sera pas aisé mais il pourra au moins circuler sous la protection du MSS.
ÉCHEC  : néant

Si ÉCHEC #1, #2 et #3 : Epic Fail
Garin devra se contenter de ses sources auprès du MSS. Ce ne sera pas mission impossible mais ça le forcera à rouler pour le MSS, plus que pour Liberation. Hors, son allégeance n’a pas changé. Son but est avant tout de faire payer la CIA.


#4 : Agent double : Si et seulement Si Garin entre en possession du disque dur :
SUCCÈS : Garin la jouera agent double. Se faire marcher dessus a assez duré et à présent, il roule pour son propre compte. Il donnera le disque au MSS… Mais en aura consulté le contenu avant. Un Succès pour le MSS.
ÉCHEC : Un + pour Liberation, Garin montre patte blanche et détruira le disque sans autre forme de procès. Protéger l’Aube, c’est protéger Liberation. C'est un échec pour le MSS.

THIS, my friend, is how it is done.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#4 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
J'étais arrivée la veille à Medina, et je m'étais dépêchée de m'installer. Mes appartements étaient luxueux: une chambre de la taille d'un placard, dans laquelle régnait une chaleur étouffante, avec un lit tellement plein de ressorts que j'aurais dû dormir par terre histoire d'être au moins à plat, et il y avait un trou dans le plafond, quelque part par-là, vestige d'un dégàt d'eau quelques mois auparavant. Au moins, les dégâts d'eau, ça ne risquait plus: apparemment, depuis l'incident, ils avaient décidé que la plomberie ne devrait fonctionner qu'une fois sur deux pour minimiser les risques. J'avais une serrure et une chaînette de sécurité à ma porte, c'était déjà pas mal, surtout considérant le regard suspicieux que m'avait jeté l'homme à l'accueil de ce charmant établissement. Mon arabe était bon, mais apparemment pas assez pour masquer mes yeux bleus et mon teint clair qui criaient "elle ne vient pas d'ici".

Assise sur le lit avec un ressort qui était limite en train de me faire un bleu sur la fesse, je consultais mon itinéraire vers la planque du contact pour établir mon plan. La mission était, en elle-même, d'une grande simplicité: rejoindre le contact - duquel je connaissais la position - prendre le disque, rentrer au pays. Le problème principal, c'était l'endroit où je me trouvais. Ils n'étaient pas friands des étrangers, par ici, surtout les blondinettes aux yeux bleus qui débarquaient des États-Unis. Le MSS était partout, aussi - pour ce que j'en savais, le réceptionniste en bas était un agent du MSS - et si ce n'était pas la guerre à proprement parler... les deux agences gardaient un oeil l'une sur l'autre, prenant bien note lorsque l'autre se grattait le nez. Je risquais fort de tomber sur eux pendant cette mission, et ils auraient non seulement l'avantage du nombre, mais aussi celle du terrain.

Ayant mémorisé mon trajet, j'ai rangé mes affaires, caché mes cheveux avec un voile - déjà que je faisais un peu tache dans le décor, je n'allais pas en rajouter en me baladant nu-tête dans la rue - et je suis sortie. Marchant dans la rue à travers les passants, je cherchais un taxi des yeux: si je devais marcher dans cette chaleur et sous ce soleil de plomb, avec la distance que j'avais à parcourir, il aurait fallu que j'aie de l'eau potable dans ma chambre, et niet. En ayant repéré un, j'ai levé la main pour lui faire signe...

Taxiiiii !:
 

Je me suis glissée dans la voiture en lui donnant pour destination l'hôpital à proximité de la planque, qui était, bien sûr, ma destination réelle, avec mon arabe le plus soigné. Il m'a regardée des pieds à la tête avant de se mettre en route, non sans me jeter des regards suspicieux via le rétroviseur pendant qu'il conduisait. Mais, au moins, il acceptait de me conduire.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


Il fallait que je passe par mon agent de liaison du MSS avant de retrouver Shiri, le contact de Liberation. Elle ne m'attendait pas avant ce soir mais je voulais me balader dans la ville afin de savoir où j'allais, où je mettais les pieds et éventuellement des points stratégiques qui m'aideraient à me localiser plus aisément si je devais détaler comme un lapin à un moment donné. Ce qui m'arrivait assez souvent. Un tour de repérage nécessaire et salvateur. J'étais loin de chez moi, loin de ceux que j'aimais, j'étais seul et... Libre.

J'ai toujours eu les cheveux clairs mais le soleil leur donnait un éclat d'autant plus doré. Mes yeux, ambrés, étaient dissimulés derrière des lunettes fumées. J'avais beau être officiellement un agent du MSS et officieusement de Liberation, la forte luminosité me rendait passablement aveugle.

Alors que je sortais de l'immeuble où j'allais demeurer pour quelques nuits, j'espérais une seule, j'ai manqué de percuter une femme qui y entrait. Ses cheveux blonds n'avaient d'égaux que ma peau blanche, rougie par la chaleur. J'avais dissimulé mes propres cheveux sous une casquette. J'ignorais totalement qui était l'agent de la CIA, je ne pouvais pas risquer d'être reconnu ni à Megalopolis, ni ici.


#1 ou #2 et inversement si ECHEC à #1 ou #2 :

Ce que le MSS sait :
SUCCES : Le MSS a bien préparé le terrain pour Garin et il a une adresse
ECHEC : Ils savent que c'est un agent de la CIA qui détient le disque, ils ne savent juste pas où, exactement. Garin va devoir faire de la filature. Mais... par où commencer ? Par cette femme blonde ? Elle ne passait pas inaperçue.

Ce que Shiri sait :
SUCCES : L'agent a tenté une infiltration auprès de l'Aube et s'est retrouvé découvert par un PSY du groupe dissident, celui-la même qui aidera Garin à l'identifier dans la foule pour qu'il le suive jusque chez lui.
ECHEC : N'est pas agent de la CIA qui veut. Il est bien caché et l'Aube n'a pas réussi à lui mettre la main dessus. Et bien sinon, que ferait Garin ici s'ils pouvaient s'en sortir seuls ?


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Alors que le taxi avançait dans les rues étroites et achalandées, je regardais ce qui m'entourait. La mission était simple, le décor l'était nettement moins, alors en agent bien formé, je m'efforçais de repérer et de mémoriser tout ce qui pouvait être une issue ou une route me permettant de semer une éventuelle filature si jamais ça devait virer en eau de boudin. J'étais comme qui dirait un peu laissée à moi-même en terrain hostile, alors toute issue de secours éventuelle que je pouvais repérer était la bienvenue.

Bon tournant, mauvais tournant...:
 

SI SUCCÈS:

Rassurée, je me suis installée plus confortablement dans mon siège, essayant de ne pas avoir l'air trop nerveuse pour ne pas mettre le chauffeur en alerte. Manquerait plus que ça...


SI ÉCHEC:

Je me suis redressée sur mon siège, faisant de mon mieux pour demeurer calme. Il se pouvait qu'il m'ait mal comprise, il se pouvait qu'il prenne un chemin douteux pour arriver à destination plus vite, il se pouvait qu'il fasse trois milles détours pour me plumer un max, mais il se pouvait aussi que ce soit très mauvais signe pour moi, et que j'aie intérêt à sortir de cette voiture illico. Je me suis penchée un peu vers l'avant pour lui demander si ce détour était normal.

Bizarre, ou quoi ?:
 

SI SUCCÈS:

Rassurée en partie, je me suis réinstallée dans mon siège, tout en continuant à étudier ce qui m'entourait pendant ce trajet, autant parce que je voulais bien connaître que les lieux que parce que je voulais m'assurer qu'il n'était pas en train de me mener en bateau, quand même: on n'est jamais trop prudent. Les ruelles, les bâtiments, les gens, j'étudiais tout du regard.

SI ÉCHEC:

Ça pue, ça pue, vous trouvez pas que ça pue ? J'ai décidé de lever le camp: tant pis pour mes semelles et ma soif, mais je ne le sentais vraiment pas, ce taxi. "Vous savez quoi, avec cette circulation, je vais marcher, en fin de compte, mais merci beaucoup." Je l'ai payé - généreusement, en plus - et je suis descendue du taxi, prenant les petites rues pour me soustraire au regard du chauffeur.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


J'ai retrouvé Shiri sur un plateau de la ville qu'on pouvait voir en contrebas. Elle ne faisait pas partie de ma mission mais si Le Chinois avait des raisons d'être à Megalopolis que je ne connaissais pas, j'avais moi-même d'autres buts que ce lui d'être un brave soldat à la botte des bridés.

Sans vouloir les offenser.

Shiri n'était pas très bavarde. Ses longs cheveux noirs lui tombaient jusqu'aux fesses et elle avait beau les cacher sous un voile sombre, sa peau brune semblait luire à la chute du soleil. Ma couleur préférée. Il valait mieux qu'elle ignore mon affiliation au MSS, qu'elle me croit toujours de Liberation. Quand bien même elle en parlerait sur les réseaux à "Jericho", ça m'était égal. Abel savait que j'étais dans les parages. Et pour tout vous dire, je voulais qu'il en soit certain.

Dans son Anglais cascadeur, elle m'a conseillé sur les ouvertures de la ville, les meilleures planques et m'a donné un lieu où la retrouver ensuite avec le disque.

"Je ne pourrai pas t'accompagner, Garin, tu vas devoir y aller seul. Si tu te fais prendre, nous ne pourrons rien pour toi. Le MSS et la CIA épient chacun de nos gestes."
"C'est rassurant."
"Je t'attendrai au checkpoint quand tu seras en possession du disque et nous programmerons une extraction du pays pour toi. Ne me rejoins pas si tu te sens compromis."
"Je connais mes classiques."
"Une dernière chose."

J'allais m'en aller et aussi belle et désirable qu'elle pouvait être, j'avais autre chose à faire et pas de temps à perdre. J'ai légèrement soupiré et me suis retourné à moitié vers elle.

"Quoi ?"
"Fais attention à toi."

J'ai haussé un sourcil.

"On compte sur toi."
"Que veux-tu qu'il m'arrive ? Mourir ? Ca pique un peu mais faut pas faire sa chochotte..."

Elle n'a pas su quoi répondre et j'ai dû la désarçonner. Mais moi, je savais où j'allais. Je l'ai laissée là et je me suis laissé glisser du muret avant de m'éloigner.



SUCCES : Soir de fête, tout le monde chante et danse, il y a des parades dans les rues, beaucoup de musique. Facile de se fondre dans la masse et si un homme venait à mourir... Personne ne l'entendrait.
ECHEC : Les rues sont calmes ce soir et Garin peut déambuler en toute discrétion jusqu'à la planque de l'agent. Néanmoins, il est d'autant plus à découvert et enfonce son bonnet noir sur sa tête.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Tout allait bien... jusqu'à ce qu'on tombe sur la parade. Parade de qui, de quoi, en quel honneur, je n'en savais fichtrement rien, mais autant vous dire que ça ne m'arrangeait pas, mais pas du tout. Le contact de l'agence était dans l'eau chaude, faire vite était primordial. Je me suis penchée un peu vers l'avant pour parler au chauffeur. "Vous savez quoi, je pense que je vais finir à pied, merci beaucoup." Je l'ai payé lorsqu'il a immobilisé la voiture et je suis descendue, m'assurant que mon voile était toujours en place - manquerait plus que ça, faire un scandale - avant de me mettre en marche à travers la foule.

Heureusement, le taxi avait fait le plus gros du travail, et je n'étais plus si loin de ma destination finale, désormais, encore fallait-il que je me faufile dans la foule sans trop me faire remarquer. J'étais grande et visiblement pas Arabe, mais j'espérais que, vu que les gens étaient occupés à célébrer... quelque chose... ils ne me remarqueraient pas.

On me voit, on ne me voit plus:
 

SI SUCCÈS:

J'ai continué d'avancer vers ma destination, observant, l'air de rien, les gens autour de moi alors que je me frayais un chemin. Mes yeux se sont posés sur un jeune homme, qui, comme moi, semblait faire tache dans le décor, il n'y avait qu'à voir son teint. J'ai légèrement froncé les sourcils sans détacher mon regard de lui. Il me semblait familier, pourquoi il me semblait familier ?

SI ÉCHEC:

Avoir le nez baissé et marcher dans une foule compacte, ça fait mauvais mélange... ce qui devait arriver arriva, j'ai fini par foncer dans quelqu'un d'autre. "Pardon," ai-je fait en arabe... avant de me rendre compte que l'homme que je venais de percuter avec mon épaule n'était pas plus Arabe que moi.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075



Les mots de Shiri résonnaient dans ma tête. L’Aube savait que la CIA les traquait depuis un moment mais ils n’arrivaient pas à mener la CIA et le MSS de front en même temps et ils n’étaient pas assez nombreux, et leur Cyber pas assez puissant. Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à Jericho et alors que j’arpentais les rues en regardant les étals et les thés, les breuvages locaux, toute cette bouffe abondante… Mon ventre criait famine alors que je n’avais pas faim. Tout était naturel, ici, le soleil était chaud et la terre brûlée mais elle l’avait toujours été, c’était un art de vivre ici.

Que l’agent ait choisi une planque pas loin du souk ne m’a pas semblé stupide. Au coeur de la foule, il passait inaperçu. Mais je n’en étais pas à mon premier coup d’essai. Cependant, c’était ma première sortie depuis des mois. Depuis que Eve avait rejoint l’Underground, en fait. Ensuite, j’avais raté ma mission à la Waleman et puis… Me voilà 6 mois après. Ou un peu plus, je ne me souviens plus et le premier pas que je mets dehors, c’est pour le compte des Chinois et dans la seule région du monde contre laquelle j’aurais pu éventuel être. Mais je m’y suis senti également très proche, comme si tout ça m’était tellement familier. Tout comme parler Arabe, bien plus que le Chinois. Combien de générations avant moi avaient appris l’Arabe pour qu’il me revienne si naturellement ?

Alors que je me replongeais dans mes mémoires intérieures et antérieures, je me rapprochais de ma cible d’un pas lent, observant tout ce qui m’entourait. Autant en profiter quelque peu. M’asseoir à une table et vérifier sa fenêtre ? Pas une bonne idée, un homme seul, pas bridé et blanc à une table, en plein territoire de l’alliance chinoise… Autant lever un panneau « Bonjour, je ne suis pas mort » et attendre qu’Abel lui-même vienne m’achever à nouveau.

La fête battait son plein et ça ne m’arrangeait pas pour l’heure. Finalement, j’ai bifurqué dans un soupir, en me désintéressant de cette grande braderie pleine de musique. J’ai emprunté une ruelle plus calme qui s’enfonçait dans les résidences en s’éloignant des artères commerciales, ainsi que de ma cible. Avant de m’y engouffrer, j’ai tourné la tête pour voir par dessus mon épaule, mon regard ambré et brillant à la lumière faisant un tour d’horizon avant de… Croquer dans une pomme que je venais de piquer. Et j’ai repris ma route.

Quoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Les sourcils légèrement froncés, je ne quittais pas le Caucasien des yeux... jusqu'à ce qu'un groupe de jeunes passent devant moi en criant de joie et en faisant agiter des bracelets lumineux dans mon champ de vision, le genre de truc bien distrayant: quand ils se sont éloignés, l'homme qui m'était étrangement familier avait disparu. En fait, ce n'était pas plus mal: mieux valait qu'il disparaisse de ma vue et de ma tête pour que je puisse me concentrer sur cette mission. M'étirant légèrement le cou, j'ai vu que j'étais presque arrivée à ma destination - pas trop tôt !

Le bâtiment était légèrement en retrait, j'ai donc bifurqué pour le rejoindre. J'ai jeté un coup d'oeil par-dessus mon épaule pour m'assurer que personne ne se préoccupait de moi ni de ce que je faisais, et, puisqu'ils étaient toujours en train de célébrer je-ne-sais-quoi, j'ai reporté mon attention sur la porte pour y cogner de la façon convenue, signalant au contact que j'étais là. Mais lui, était-il là ?

Contact, es-tu là ?:
 

SI SUCCÈS:

Une voix s'est élevée derrière la porte: "Elle est où la poulette ?" J'ai retenu un sourire, le mot de passe m'avait fait bien rire quand on me l'avait dévoilé, mais il fallait dire que ça prenait un peu au dépourvu quand on ne s'y attendait pas. "Sur la brochette !" J'ai entendu plusieurs serrures, lockets et chaînettes de sécurité avant que la porte s'ouvre sur un jeune homme, petit, sec, et nerveux. "Allez, vite !" Je suis entrée, et j'avais à peine le pied dans la pièce qu'il a refermé la porte derrière moi. "Le disque est en haut, suivez-moi."

Il était tellement pressé de s'en débarasser - et moi de mettre la main dessus - que ni l'un, ni l'autre n'avons remarqué qu'il avait refermé la porte sans la reverouiller vingt fois. J'ai gravi les marches de bois avec lui pendant qu'il me jetait un regard suspicieux. "Ils ont pas trouvé un agent plus discret ?! Une grande blonde ici, ils sont fous ??? Personne ne vous a suivie jusqu'ici, vous êtes sûre ?" Je l'ai toisé de toute ma hauteur. "Si vous n'êtes pas content, je vous en prie, la prochaine fois, ramenez vous-même le disque à Langley, ça nous épargnera du temps." "Je suis sur les nerfs, moi !" Oui, j'avais remarqué. À se demander comment un type aussi nerveux pouvait faire ce travail, mais je n'ai pas relevé.

Arrivé dans le salon, il s'est mis à genoux par terre pour soulever une planche du plancher, où il avait caché le disque. Futé, quand même: si le MSS était tombé sur lui avant que j'arrive, qui aurait retourné le plancher à la recherche du disque ? Il me l'a déposé dans la main. "Voilà, tout est dedans. Maintenant, emmenez ce maudit truc loin de moi."

SI ÉCHEC:

Fronçant les sourcils, j'ai testé la poignée pour voir... et c'était ouvert. Pas normal du tout. Je suis entrée discrètement, et une fois la porte fermée, j'ai sorti mon pistolet de mon sac, montant prudemment l'escalier. "Il y a quelqu'un ?" Pas de réponse, pas de mouvement, pas de pet de souris, rien. En arrivant à l'étage, j'ai vu...

Yeux dites-moi ce que vous voyez:
 

DANS LES DEUX CAS DE FIGURE:

J'ai lâché un juron et baissé mon arme. J'étais bien avancée, maintenant... fronçant les sourcils, j'ai trouvé l'appartement bien en ordre: ils n'auraient pas dû fouiller pour le trouver ? Soit le contact avait parlé avant qu'ils s'occupent de lui, soit il avait menti en disant qu'ils étaient trop tard, soit... je ne sais pas, mais l'endroit n'avait pas été fouillé, à moins que ces gens soient maniaques du ménage. Rangeant mon arme dans ma poche, j'ai commencé à fouiller, bougeant les meubles, retournant les coussins...
[/color]


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


L'avantage de l'architecture là-bas, ce sont leurs toits plats. J'escaladé jusqu'à me trouver en haut et j'ai sorti une petite lunette de ma poche. A une époque, on se contenter d'une grosse paire de jumelles et d'une boîte de conserve avec un fil pour espionner les gens. Aujourd'hui, grâce à la Waleman et d'autres corporations du genre, nous avions tout en un ! Je me suis accroupi contre le muret de quelques centimètres, en hauteur et j'ai scruté les fenêtres à la recherche de ma cible. C'est là que je l'ai vue.

Alors qu'elle frappait à la porte, j'ai froncé les sourcils et je me suis d'autant plus ratatiné sur moi-même dans l'ombre. J'ai porté la lunette à mon oeil et j'ai essayé d'entendre.

En parlant d'agent discret, c'était la femme qui était à mon hôtel. Elle ne passait pas inaperçue, ici. Deux agents de la CIA ensemble et je bouillais. L'envie de sauter de mon toit pour aller les égorger tous les deux, par la simple vengeance, me tiraillait les muscles. Ils ne demandaient qu'à se lever et à sauter mais j'ai retenu ma respiration, comme si je voulais m'affaiblir moi-même et faire taire mon corps. J'ai respiré par le nez, lentement, doucement, jusqu'à retrouver le calme qui m'était nécessaire pour continuer.

La confrontation ne m'inspirait pas grand chose. Mais il me fallait ce disque. Je n'arrivais pas à me décider sur quoi faire. Ils étaient deux, même si je trouvais un moyen d'entrer dans la maison, je risquais gros. Rien ne me disait qu'il s'agissait de deux Négatifs et je n'étais pas très enclin à tester mon pouvoir en situation réelle pour le moment.

Qui aurait songé au parquet ? Sûrement moi, Barbie, j'ai reçu le même entrainement que toi et c'est probablement ce que j'aurais fait moi-même. Soufflant longuement pour rester concentré, la mâchoire tendue, j'ai attendu qu'elle ressorte.

Bien sûr que je n'étais pas le seul après ce disque. Mais je devais m'occuper de cet agent. Je ne pouvais pas laisser qui que ce soit en possession des informations de l'Aube. Cela impliquait sa petite cervelle de Yankee.

Dans le bruit ambiant, l'agent a eu du mal à identifier si ma voix aiguë était celle de Kseniya ou un agent dissident. Alors il m'a ouvert après le départ de Barbie. Reconnaissant son erreur, il a essayé de me claquer la porte au nez pour s'échapper. J'avais acquis de la force avec la mutation de mon pouvoir, j'ai repoussé la porte d'un coup d'épaules et j'ai tiré, faisant écho aux feux d'artifice. Alors qu'il s'écroulait sous le coup, j'ai fondu sur lui en pointant mon arme sur son front avant de tirer une seconde fois, cette fois sans le rater.

J'avais agi sans trop réfléchi. Rapidement, efficacement. Comme j'aurais toujours dû le faire. J'avais refusé d'exécuter Howard Stenton deux ans et demi plus tôt mais cette fois, je n'avais hésité.

Tremblant, l'arme toujours sur sa tête - ce qu'il en restait - je me suis figé. Il m'a fallu du temps pour me redresser, me relever. Mes jambes étaient flageolantes et j'ai failli m'écharper avec une chaise. J'étais soudain tellement pâle qu'on m'aurait cru malade. Le dernier homme que j'avais tué s'était avéré mon propre père. Et c'était une erreur. J'avais agi sous le coup de la CIA mais ils s'étaient joués de moi. Et si je venais de commettre à nouveau la même erreur de jugement ? J'obéissais au MSS, à présent. Lequel était le mieux, finalement ?

Titubant, je suis ressorti de la maison avec pour nouvelle cible : Kseniya.

Blood Hands by Royal Blood on Grooveshark


#1 : Silence, ça cause
SUCCÈS : Garin arrive à entendre le mot de passe - quand bien même ça ne lui servira probablement pas. C'est juste pour dire qu'il est trop beau et trop fort. Cependant, il peut peut-être entendre autre chose de leur conversation...
ÉCHEC : Trop de mon, la fête bat son plein et il y a des feux d'artifice. Garin n'arrive pas à percevoir les paroles de Kseniya. De toute façon on s'en fout, la porte est ouverte ! Mais on aurait pu entendre autre chose !

#2 : Aleas Jacta Est
SUCCÈS SUCCÈS : Garin ouvre la porte de l'agent, qui est là, juste devant lui et il lève le bras pour lui tirer une balle dans la tête, sans sommation. Like a boss.
SUCCÈS ÉCHEC : Garin ouvre la porte après le départ de K et il tire sur l'agent mais celui-ci, réactif, se décale pour ne prendre la balle que dans l'épaule.
ÉCHEC SUCCÈS : Garin n'aime pas les armes à feu. Le Chinois l'a pourtant rééduqué aux armes, mais il a horreur de ça. Il n'est même pas venu armé. Si le MSS l'apprenait, le blâme serait de taille. Il lui faut arriver dans son avec silence pour qu'il entoure sa gorge de son bras et serre fortement jusqu'à l'étouffer. Mais cette manoeuvre lui fait perdre du temps.
ÉCHEC ÉCHEC : Ksenyia a décidé de ne pas s'en aller si vite, l'agent a peut-être d'autres informations et il n'a pas l'air bien tranquille, un peu de protection peut-être ? Garin est bloqué sur son toit en l'attendant en jurant comme une moufette.

SI SUCCÈS ÉCHEC :
#3 : Abel serait fier...
SUCCÈS : Garin l'achève
ÉCHEC : L'Agent engage le combat malgré la supériorité de Garin.

SI ÉCHEC :
#4 : Abel serait très fier.
SUCCÈS : Garin a perdu un temps considérable et il faut espérer que l'extraction de Kseniya ne se fait pas dans la soirée même avant qu'il n'ait pu la rattraper à l'hôtel.
ÉCHEC : Garin est blessé


[J'ai peur.............. Trop de succès sont tombés, j'ai trop peuuuuur ! Priez pour moi, Déesse... PRIEZ ! Sainte MARIE DE DIEU !]


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#4 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Inutile de m'éterniser auprès du contact: j'ai glissé le fameux disque dur dans mon sac, et je suis sortie. Dans mon dos, j'ai entendu les trouzemilles serrures, et pendant une fraction de seconde, je me suis demandée ce qu'il allait faire, comment il allait calmer le jeu de son côté ou disparaître... mais puisque que ce n'était comme qui dirait pas mon problème, je ne me suis pas trop attardée sur la question et j'ai entrepris de retourner à l'hôtel, où je pourrais envoyer le message codé signifiant que j'avais le disque en ma possession et que j'étais prête à être ramenée au pays - parce que Medina, c'était bien beau, mais pas assez pour que je veuille m'éterniser au risque du succès de ma mission et de mes chères fesses.

J'étais à quelques bâtiments de la planque lorsque les feux d'artifices ont commencé. J'ignorais toujours ce qu'on fêtait, mais mon Dieu qu'on y mettait le paquet.

Ouïe utrla fine or not ?:
 

SI SUCCÈS:

J'ai froncé les sourcils, et mon sang n'a fait qu'un tour: je me doutais bien que la balle tirée était destinée au contact et non pas à un piéton lambda, ce qui voulait dire que j'avais littéralement le MSS au postérieur. Décidant que la foule était ma meilleure couverture si on essayait de me suivre jusqu'à l'hôtel pourri où je devais me rendre, je me suis glissée parmi les gens qui festoyaient et s'exclamaient "oooh !" "aaahhh " "OUUUHHHH !" devant les feux d'artifice.

Ce n'était pas le chemin le plus rapide, pour sûr, mais niveau sécurité, c'était nettement mieux que de couper dans les petites rues et autres raccourcis où je serais sans doute seule, vu que tout le monde semblait être dans la parade. La grande blonde dans la foule, passe encore: la grande blonde isolée, difficile de la rater. Oui, je partais du postulat, peut-être faux, que celui qui avait tiré sur le contact m'avait vue et serait sur ma trace: mieux valait être trop prudente que pas assez.

Après une bonne marche - c'est qu'elle était longue, en plus, cette parade ! On fêtait quoi, la fin de toutes les guerres dans le monde ? - je suis rentrée à l'hôtel miteux. Le réceptionniste à l'air pas commode n'était même pas derrière son bureau, et je suis montée directement dans ma chambre pour m'y enfermer et envoyer mon message.


SI ÉCHEC:

Maintenant que les feux d'artifice commençaient, c'était à peine si cette masse compacte bougeait, et j'avais l'intention de rentrer à l'hôtel avant la semaine prochaine. Avec un soupir exaspéré, j'ai quitté la sécurité relative de la foule pour bifurquer dans une petite rue que j'avais repéré à l'aller. Tout le monde célébrait, il n'y avait pas un chat. Je serais d'autant plus repérable, mais pas quoi ? Par qui ? Tout le monde s'émerveillait devant les feux d'artifice, et moi, je serais bien plus vite à l'hôtel en coupant dans les petites rues résidentielles.

Mes raccourcis ont porté fruit, quand même: j'ai mis moins de temps pour rentrer à l'hôtel que le taxi n'en avait mis pour m'emmener jusqu'à la parade. Le réceptionniste à l'air pas commode n'était même pas derrière son bureau, et je suis montée directement dans ma chambre pour m'y enfermer et envoyer mon message.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


Il m'a fallu du temps pour rentrer. Je n'avais pas le disque alors je n'ai pas retrouvé Shiri. Ca pouvait dire que j'étais mort, ou que ma mission n'était pas complète.

j'ai fait un détour par une ruelle quand je ne me suis pas senti bien. Pour ainsi dire, le coeur au bord des lèvres n'était qu'un doux euphémisme. J'ai fait une halte à une fontaine sur la place principale. L'eau était fraîche, douce et pure, rien à voir avec Megalopolis.

Et je suis rentré à l'hôtel. M'y être attardé n'aurait servi à rien. Mal en point, je n'aurais pas mieux réussi ma mission qu'en m'offrant quelques minutes pour me redresser. Le réceptionniste n'était pas là et l'hôtel bien calme. ce n'était pas du grand standing, après tout et il devait s'ennuyer toute la journée tout seul. J'ai attendu une minute ou deux en m'assurant qu'il n'y avait personne et je me suis hissé sur le comptoir pour tourner l'ordinateur vers moi.

Avec le numéro de chambre, je suis descendu du comptoir et je l'ai rejointe à sa chambre. Avant de frapper.

"Housekeeping !"

Ne dites surtout rien. Je vous en supplie.


Loup y es tu ?
SUCCES : Il n'y a qu'une femme en chambre simple d'enregistrée
ECHEC : Elles sont deux ou trois avec un nom à consonance européenne.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Assise sur mon lit aux ressorts bien sentis, j'étais en train de composer mon message quand... on a cogné à ma porte. J'ai légèrement froncé les sourcils: on ne pouvait pas vraiment dire que j'attendais de la visite, planquée que j'étais à l'autre bout du monde dans un hôtel absolument minable. "Housekeeping !" Ils avaient un personnel d'entretien, ici ? J'aurais juré que non, à voir la gueule de ma chambre. J'aurais peut-être dû me méfier, mais tout s'était passé sans anicroche, comme une machine bien huilée, et j'avais sans doute baissé ma garde.

J'ai rabattu l'écran de mon portable - quand même - et je me suis levée pour marcher vers la porte. Évidemment, dans un hôtel aussi pourrave, il n'y avait pas d'oeil magique sur ma porte, je n'avais donc pas d'autre choix que d'ouvrir pour savoir qui se trouvait derrière. J'ai donc déverrouillé la porte, retiré la chaînette de sécurité, et j'ai ouvert.

J'ai haussé les sourcils bien hauts lorsque j'ai vu que la personne qui avait cogné à ma porte n'avait rien d'un homme de ménage, ni même d'un Arabe. C'était le jeune homme que j'avais remarqué dans la parade, qu'est-ce qu'il foutait là ? J'avais toujours une main sur la porte, et mon arme coincée à ma ceinture, dans le dos, mais quelque chose m'a empêché de lui claquer la porte au nez. Je le reconnaissais, maintenant, comment j'avais pu ne pas le reconnaître ? "Daniel Day, ben ça..."

Un sourire en coin s'est dessiné sur mes lèvres alors que je sortais mon arme pour la braquer vers lui, faisant un pas vers l'arrière. "Comme c'est gentil de venir nous voir sur un plateau d'argent, viens, on va discuter." Je ne doutais de rien, pas vrai ? J'étais surtout en train de penser à la prime de fou que j'allais recevoir si je faisais d'une pierre deux coups en ramenant au pays le disque ET un ex-agent qu'on recherchait depuis si longtemps. À aucun moment l'idée qu'il pouvait en vouloir au disque autant que moi ne m'a traversé l'esprit.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


La porte s'est ouverte et je me suis attendu à l'ouvrir en grand d'un coup d'épaule, comme l'autre agent que je venais de refroidir. Je n'allais pas poser de questions, ma main repartant dans mon dos pour attraper ma propre arme et en finir aussi rapidement avec qu'elle qu'avec son collègue... mais elle a prononcé mon nom. Il ne restait qu'une seule personne en vie pour prononcer mon vrai nom. Une seule personne en vie et tout une organisation.

Elle a sorti son arme mais j'ai figé mon geste dans mon dos. Elle incarnait tout ce que je détestais, Abel en moins. Mon visage s'est d'autant plus fermé. Je n'avais plus simplement une femme avec un disque devant moi. J'avais un agent de la CIA qui me reconnaissait. S'ils me capturaient, ils me testeraient, ils me feraient passer de nouvelles expériences, me passeraient au sérum de vérité et un jour viendrait, je ne pourrai plus me retenir de parler de Liberation, ni de Jason et Gen.

Ce n'était pas le moment d'être altruiste, me diriez-vous. Et vous auriez raison. J'ai surtout pensé à sauver ma peau... et d'y trouver des excuses. J'ai haussé les épaules.

"On m'appelle ? Excusez-moi, j'ai fait aussi vite que j'ai pu, mon Jumper avait du retard."

J'aurais pu jouer son jeu, la jouer fine, délicat. Mais on avait vu à quoi ça m'avait mené d'être trop prudent. J'en faisais des erreurs. Fatales. J'étais toujours sur le pas de la porte et elle ne m'invitait pas vraiment à rentrer, réellement. Elle devait savoir que j'étais là pour le disque et pas autre chose.

Je me écarté pour rejoindre le mur, hors de son champ de vision et j'ai tendu mon bras armé pour tirer vers elle. Mais elle a été plus réactive que moi et instinctivement, j'ai protégé toute la partie de mon corps qui était en vue.

J'ai senti la balle cogner ma jambe alors que mon dos trouvait le mur. J'ai tourné la tête pour regarder la plaie mais il n'y avait rien. En revanche, je me suis senti tomber, mes jambes se dérobant, la balle aplatie à mes côtés. La tête m'a soudainement tournée et j'ai vu des étoiles quelques secondes. Mais ce n'était pas le moment de me laisser faire ni submerger par mon pouvoir. L'arme serrée dans ma main, j'ai tourné la tête, le bras le long du mur. Si elle apparaissait, elle perdait ce qui était à ma hauteur : son genou.

"On vous apprend pas à respecter les morts à la CIA, de nos jours, c'est vraiment dommage ! Tout se perd dans ce foutu monde !"


#1
SUCCES SUCCES : Kseniya est touchée mais pas moyen de savoir où ni à quel degré. Cependant, méfiance, elle est toujours armée.
SUCCES ECHEC : Garin a le temps de se mettre à couvert sans heurts mais s'il tire, il ne la touche pas.
ECHEC SUCCES : Kseniya est plus réactive que Garin qui a subi un choc émotionnel. Il est perturbé mais elle ne le touche pas et il a le temps de se mettre à couvert.
ECHEC ECHEC : Kseniya est réactive et elle a le temps de tirer avant qu'il ne se mette à couvert.

#2 Si ECHEC ECHEC :
SUCCES : Garin active son pouvoir pour se protéger
ECHEC : N'ayant pas encore été en situation réelle pour éprouver son pouvoir, il n'y pense pas et Kseniya le touche

#3 Si ECHEC :
SUCCES : Juste le bras. Le gauche, rien de bien grave.
ECHEC : Bien entraînée, elle a visé la jambe. L'impact de David aura une copine cicatrice à ses côtés, maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Lorsqu'il a tenté de se dérober et de quitter mon champ de vision, j'ai tiré, et j'ai fait mouche, la preuve étant que je l'ai entendu s'effondrer lourdement. J'ai esquissé un léger sourire avant de me mettre à couvert pour éviter la riposte qui n'allait sans doute pas tarder, je l'avais blessé tout au plus, certainement pas tué... mais non, rien. Moi, j'avais fait feu, quand même: j'osais espérer que les gens dans les chambres voisines étaient soit sourds, soit trop craintifs pour se mêler d'une fusillade de quelque façon que ce soit, parce que sinon, j'aurais un incident diplomatique plus gros que le cul de Megalopolis à gérer, et j'allais me faire engueuler par mes supérieurs, ça c'était sûr.

"Et on ne vous apprend pas à rester mort, à l'école des morts ? C'est vraiment un mauvais système d'éducation !" Je parlais, mais mes yeux cherchaient une issue. J'avais entendu un bruit sourd, comme s'il tombait par terre: je devais l'avoir atteint au bras, ou à la jambe, est-ce qu'il pouvait marcher ? Mais même incapable de se tenir debout, il était armé, je ne pouvais pas décemment m'en approcher sans risque.

Si je m'approchais de la porte, il allait me tirer dans la jambe, ça ne faisait pas un pli: et si je me prenais une balle dans le genou, je pouvais dire adieu à mes chances de protéger le disque. Au moins, j'avais toujours mon sac sur l'épaule: le disque était en ma possession. Je voulais sortir indemne et réussir ma mission... mais je ne pouvais pas résister à la tentation d'essayer d'emmener le rénégat avec moi. La prime, bon sang, vous imaginez la prime ?

"Alors c'est quoi ?" ai-je lancé vers lui. "T'en as eu marre de la machine à café ? Je dois te concéder qu'il est plutôt pourri, notre café, mais puisque tu n'es de toute évidence pas mort..." Je me suis étirée le cou pour tenter de le voir, mais de mon angle, je ne voyais rien de lui. "Qui t'envoie, dis-moi ? T'as pas vraiment le profil du MSS, sans vouloir t'offenser." Mon regard a coulissé vers l'autre côté de la pièce, où mon portable trônait sur le lit. Merde, merde, et re-merde. S'il mettait la main dessus et le ramenait à ses petits copains, j'allais me faire trucider par l'agence. Je me suis relevée, et, à pas de loup, je me suis dirigée vers le lit - heureusement, je n'avais pas à passer devant la porte pour.

Ninjaaaa !:
 

SI SUCCÈS:

Toujours sur mes gardes et à pas de ninja, j'ai commencé à me déplacer... lentement... cherchant un angle pour voir et tirer sur lui sans me faire remarquer et me prendre une balle moi-même.

Embuscade or not !:
 

DANS TOUS LES CAS DE FIGURE SAUF DOUBLE ÉCHEC:

J'ai trouvé refuge derrière un meuble, pour me couvrir un peu s'il décidait de riposter. En même temps, je tentais de le voir, estimer à quel point ma première balle avait pu le blesser.

SI DOUBLE ÉCHEC:

Je me suis jetée derrière le lit...

LES FEMMES ET LES ENFANTS D'ABORD:
 

SI ÉCHEC AU DÉ 1 (Ninjaaa):

Le bruit du vieux plenché a alerté mon adversaire, et j'ai à peine eu le temps de penser "merde" que...

Ze confrontation of ze siècle:
 


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#4 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


« Excuse-moi, c’est l’univers ! Mon adorable visage d’ange lui a tapé dans l’oeil ! »

Elle m’a tiré dessus. Pour la seconde fois. J’ai tourné vivement la tête sur le côté alors que la balle frôlait le coin du mur et que des débris ont explosé dans l’air. J’ai crispé les yeux une seconde avant de les rouvrir pour rire.

« Pourquoi tout le monde me croit incapable de penser par moi-même ? Tu crois vraiment que si je travaillais pas pour moi-même, je serais venu seul ? Oh, attends une minute. Mais où est la cavalerie ? »

Visiblement… Elle aussi, était seule, mais c’était un avantage que je ne pouvais exploiter car je n’étais sûr de rien. Elle était planquée et moi aussi. J’ai appuyé le canon de mon arme au sol pour me hisser contre le mur et me redresser. Ma jambe… Pesait… Une tonne. Je commençais à croire Angela lorsqu’elle avait dit que deux personnes n’avaient pas suffit à me porter lorsque j’étais mort.

« Ok, voilà ce que je te propose. Tu me donnes le disque, je te promets de te laisser al vie sauve. C’est deux fois plus de promesses que ce qu’on m'a offert, tu devrais te réjouir. Je suis plutôt fairplay, comme garçon, et pas très revanchard, tu as remarqué ? Qu’est-ce qui peut bien t’intéresser sur ce disque ? Des noms et quoi ? Qu’est-ce que ça peut vous faire, vous n’avez pas des fugitifs comme moi à pourchasser au lieu de vous intéresser à des quidam ? »

Je me suis collé dos au mur, l’arme au poing prête à servir, et j’ai tendu le nez, juste de quoi voir par le coin où elle pouvait se trouver. J’avais besoin de savoir où elle se trouvait.

« Allez, Barbie, parle avec moi. Ca fait longtemps que j’ai pas eu le plaisir d’une belle voix féminine et sensuelle. Fais-moi rêver, tu veux ? C'est quoi cet accent ? »


#1
SUCCES : Alerté par les voix et surtout… la balle dans sa porte, le voisin d’en face l’ouvre pour beugler comme un putois, une possibilité de distraction - et de mauvaise visée - pour elle
ECHEC : Tout le monde reste bien en sécurité dans sa piaule.

#2 Si SUCCÈS
SUCCÈS : Garin vise, tire et la touche
ÉCHEC : Garin vise, tire et la rate


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :
 


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Bien malgré moi, j'ai éclaté de rire lorsqu'il a lancé son offre. Bien sûr, et il voulait pas un autographe du président, pendant qu'on y est ? Petit con suffisant, va. J'avais le disque, j'étais armée, je l'avais - selon toute logique - touché à mon premier tir, et il voulait que moi, je rentre bredouille ? "Prelestnyy." "Adorable" était sorti dans ma langue maternelle sans que j'y fasse attention. "Qu'est-ce qu'un homme seul, en fuite de la CIA, peut bien en avoir à faire, du contenu de ce disque ? Si vraiment tu roules pour ta propre pomme, alors mêle-toi de ce qui te regarde, et les moutons seront bien gardés !" J'ai laissé échapper une exclamation moqueuse, mes yeux cherchant toujours une issue. Il y avait bien la fenêtre, mais j'étais à l'étage: si je sautais par là, d'une il pouvait me tirer dessus, de deux, j'allais me casser quelque chose, c'était sûr.

"Et tu veux pas que je t'emmène un café après avoir fait ton boulot à ta place ? Tu veux mon disque, lève-toi et viens le chercher !" J'ai réajusté le sac sur mon épaule, me faisant aussi petite que possible derrière mon meuble. "La cavalerie est toujours un peu en retard, on t'a jamais dit ?" La cavalerie, elle n'irait surtout pas bien loin pour l'instant, parce que je n'avais pas eu le temps d'envoyer le message signalant que le disque était en ma possession et qu'il était temps d'organiser mon exfiltration... mais ça, il n'avait pas besoin de le savoir, n'est-ce pas ? Je l'ai entendu se relever avec difficulté: je l'avais donc bien touché. À la jambe ? Un avantage que je gardais en tête, il serait sans doute ralenti par sa blessure.

Lorsque le voisin d'en face a ouvert la porte pour beugler je ne sais quoi en arabe, j'y ai vu une opportunité: je suis légèrement sortie de ma cachette pour essayer de voir mon adversaire, mais ça s'est révélé être une erreur: plus rapide que moi sur ce coup-là, il a réussi à me mettre une balle dans le haut du bras: sous la douleur, un juron bien russe m'a échappé, et j'ai même failli en lâcher mon arme. Ce n'était pas ma première balle, mais putain, ça faisait mal à chaque fois. "RENTREZ DANS VOTRE CHAMBRE, VOUS !" ai-je crié - en arabe - en direction du voisin d'en face, le genre bien baraqué qui ne devait pas obéir souvent à une femme, mais pas le genre à savoir garder la tête froide dans une altercation armée, donc... il a refermé la porte aussi vite qu'il l'avait ouverte. Restait à savoir s'il allait appeler les autorités ou si on était tranquilles pour un moment...

911, what's your emergency ?:
 

"Hey, Daniel !" J'ai déposé mon arme à côté de moi pour presser mes doigts sur la plaie: je saignais, mais ça ne pissait pas le sang, ce qui était normalement bon signe. "J'ai une meilleure idée." Adieu la prime, mais là, il fallait surtout que 1) je ne me fasse pas descendre et 2) je complète ma mission initiale. "Tu me laisses faire mon travail, la CIA ne saura pas que je t'ai vu. Tu veux bien continuer à jouer les morts, non ?"


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


J’ai ri. Doucement, pour moi-même, mais j’ai eu un grand sourire. Je l’aimais bien, celle-ci. Autrement dit : je la haïssais déjà. Pas autant que Abel, ce n’était pas possible, mais suffisamment pour ne pas me soucier d’elle si ses paupières ne se soulevaient plus jamais. Je l’ai laissée poireauter un instant avant de répondre d’une voix désolée.

« Ma jolie, s’il y avait une chance que la CIA me croit encore mort avec tout le ramdam que j’ai fait ces derniers mois, je te prie de me croire que je serais plus discret. Tu peux leur dire que tu m’as vu, ça ne changera rien. Ils savent que je suis en vie. Cela dit, je t’avouerais qu’on est plutôt bien, une fois mort. C’est calme, paisible… Tout un monde un poème en couleurs ! »

J’ai refait irruption dans la chambre, mon bras bien tendu vers elle pour la viser, mais sans tirer. Je boitais à cause de la lourdeur de la jambe et je dois dire que je me sentais un peu bizarre. Quitte à perdre le disque, je me préparais à user de mon pouvoir à nouveau pour empêcher une nouvelle balle de m’atteindre en pleine poitrine, ou en pleine tête. Croyez-le ou non… Je tenais à ma vie comme personne. Mais je ne souriais plus, je ne riais plus. Je ne repartirai pas sans ce disque. Je ne suis pas entré bien loin dans la chambre, je voulais rester dans son chemin.

« Donne-moi le disque. Ne réfléchis pas, ne pense pas, fais juste ce que je te dis. J’hésiterais pas à tirer si tu fais un mauvais geste, je n’ai aucun scrupule à abréger les souffrances d’une femme. »

La raison pour laquelle elle était toujours vivante ? Garin avait horreur des armes. Il venait déjà de tuer un homme et ne se sentait pas très aiguisé à l’idée de remettre ça collé serré.

« S'il te plaît. Ne me force à te descendre. »


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Merde. Moi qui pensais qu'il tenait à sa couverture de mec mort... loupé. Lorsqu'il est entré dans la chambre, j'ai immédiatement eu le réflexe de récupérer mon arme, la braquant sur lui de mon bras valide - heureusement que j'étais droitière. Je n'ai pas tiré, mais je voulais qu'il sache que j'y étais prête. J'ai froncé les sourcils en voyant que même s'il se traînait la jambe, il n'était pas blessé. Pas de sang derrière lui ou sur le tissu de son pantalon: je l'avais touché, pourtant, j'en étais sûre. Une capacité du Candidat que j'ignorais ? En tous cas, si son truc, c'était de bloquer les balles, apparemment, ça ne lui réussissait vraiment pas, il ne se serait pas plus traîné si je lui avais tiré dans le mollet.

Son offre a eu le mérite de me faire rire, encore. "Prelestnyy," ai-je répété en penchant la tête sur le côté, l'étudiant. "Sinon quoi, tu me descends ? Si tu en avais les couilles, je ne serais pas en train de te parler." Je lui ai servi un sourire en coin maxipute. "Mignon petit Daniel, si tu étais un tueur à sang froid, je serais déjà morte, non ?" J'ignorais comment il était arrivé jusqu'à moi: le contact devait avoir raison, la grande blonde en Arabie, c'était une mauvaise idée de la part de l'agence. J'étais toujours par terre, mais je ne me laissais pas intimider pour autant. Si j'étais du genre à m'affoler et à faire tout ce qu'on me disait dès qu'une arme était pointée sur moi, j'aurais été recallée de la CIA bien avant d'arriver aux tests où on rampait dans la boue sur des kilomètres. Il pouvait tirer sur une femme... mais pouvait-il la frapper ? D'un coup, j'ai bondi vers lui.

DANS TA FACE:
 

Lui ayant fait voir quelques étoiles, je me suis précipitée - autant que faire se peut - en direction de la porte, toujours ouverte.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


Je ne supportais pas qu'on utilise mon prénom. Il leur appartenait dorénavant et ce n'était plus moi, même si le MSS l'utilisait des fois. Question administrative, il leur fallait mon identité complète. Je m'apprêtais à lui tirer dans l'autre bras pour qu'elle se taise quand elle s'est redressée pour me sauter dessus. Plus que son coup, c'est le léger déséquilibre causé par ma jambe qui a manqué de me faire tomber.

Je n'avais pas envie de la tuer. J'en avais le désir mais la volonté d'arracher une vie. Et à cette distance, j'aurais probablement pu, mais j'ai choisi un autre moyen. Je faisais rarement dans la facilité. J'ai visé le panneau de sécurité dont elle s'approchait et j'ai tiré, lui sifflant dans l'oreille. Il me restait 7 balles. C'était plus qu'il ne m'en fallait. Des étincelles se sont échappées du panneau avec un bruit de grésillement peu engageant.

Je l'ai attrapée par les cheveux et l'ai faite renverser en arrière et mon poing s'est abattu contre son visage, qu'elle voit quelques étoiles elle aussi. J'ai serré sa gorge pour la maintenir d'une main alors que je la clouais au sol d'un genou - celui qui pesait une tonne ou presque - sur le sternum et mon arme sur le front. Légèrement à bout de souffle, les dents serrées, j'ai repris. Je ne plaisantais plus.

"Je te le demande gentiment une dernière fois. Donne-moi ce putain de disque ou que Allah me protège je te dévisse le lobe frontal comme ton copain."


#1 Come oooon, stop playing with each other.
SUCCÈS : Garin la rattrape, son bras entourant l'estomac de Kseniya et dans un vol plané, il la plaque contre un mur pour tirer dans la vitre histoire d'avoir toute son attention. Maintenant, on va discuter.
ÉCHEC : Le déséquilibre l'a entravé dans une chaise et il n'arrive pas à rattraper Kseniya.

#2 Si ÉCHEC #1
SUCCÈS : Garin vise le panneau de sécurité à côté de la porte et les étincelles qui en jaillissent ont de quoi dérouter Kseniya. Suffisamment pour qu'il puisse la rattraper et la clouer au sol avec lui de tout son poids.
ÉCHEC : Son arme s'enraye

#3 si SUCCÈS #2
SUCCÈS : Kseniya en perd son arme.
ÉCHEC : N'est pas agent de la CIA qui veut, elle a plus de ressources que la moyenne.


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#3 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
J'ai sursauté malgré moi lorsque sa balle qui m'avait sifflé à l'oreille a atteint le panneau de sécurité dans un festival d'étincelles et de fumée. Pendant une fraction de seconde, je me suis demandée s'il était mauvais tireur, ou s'il avait rechigné à tirer sur une femme dans le dos. Je n'ai pas eu le loisir de me poser la question bien longtemps: d'une main, il m'a tiré les cheveux pendant que son poing s'abattait en plein dans ma figure. Je suppose que je l'avais cherché en lui sautant dessus ? Sa main sur ma gorge, je me suis retrouvée au sol, avec un genou sur la poitrine et une arme entre les deux yeux. La routine, quoi.

Son genou pesait UNE TONNE ! J'en avais du mal à respirer, et il n'avait même pas l'air d'appuyer si fort. Une conséquence de son pouvoir ? J'avais du mal à me rappeler de ce que disait son dossier à ce sujet. Je l'ai fixé du regard alors qu'il parlait. C'était la troisième fois, au bas mot, qu'il me faisait poliment la demande, confirmant ce que je pensais depuis le début: il rechignait à me tuer. J'aurais été lui, l'agent ennemi serait mort depuis un moment, et je serais soit partie, soit en train de fouiller la chambre de fond en comble pour trouver le disque. En l'occurrence, s'il s'y mettait, il n'avait pas à chercher bien loin, le disque était sur moi, dans mon sac.

Je l'ai regardé dans le blanc des yeux. "Alors pourquoi je suis encore en vie, dis-moi ? Si tu es si déterminé à me tuer pour ce disque, pourquoi je suis encore là à te parler ?" Je parlais, mais c'était d'abord et avant tout pour le distraire...

Mental d'acier ou pas ?:
 

SI SUCCÈS:

J'ai pressé ma propre arme entre ses deux yeux, un sourire en coin se dessinant sur mes lèvres. "Now what ?"


SI ÉCHEC:

Plus de pistolet, ça c'était balot, quand même... mais en bon agent préparé, j'avais plus d'un tour dans mon sac. Discrètement, j'ai glissé ma main droite dans mon sac pour en sortir mon couteau. Ah, les fidèles couteaux, ça fait tout, et ça le fait sans manquer de munitions et sans s'enrayer. J'ai fait un mouvement pour planter le couteau dans le bras qui me tenait la gorge, et...

BACKSTABUUUU:
 


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
[S'il ne te tue pas c'est parce que je n'ai pas le droit. Sinon quoi, oui, tu serais déjà morte.]

16 Mars 2075


J'appuyais sur sa gorge et autant sur sa poitrine en essayant de ne pas lui briser les côtes. Mes yeux dans les siens, j'ai approché mon visage pour qu'elle l'étudie bien. Je voulais qu'elle voit le plus de choses possibles, y compris les paillettes dorées dans mes iris. Légèrement à bout de souffle, les lèvres pincées, j'ai répondu.

"Qui te dit que je n'ai pas un message à faire passer et que je me sers de toi pour y arriver ? Tu n'as rien contre une petite danse, si ?"

En guise de réponse, j'ai reçu son coup de couteau dans le bras. Je ne l'avais pas vu venir, et je n'ai donc pas pu activer mon pouvoir à temps. Et tout à fait entre nous, si je l'avais vu, je n'aurais pas réagi quoi qu'il arrive. Je me suis redressé subitement dans un râle de douleur et j'ai vu mon bras. Dire qu'il avait fallu des jours pour comprendre en Colombie comment cela fonctionnait. En temps normal, j'avais la peau tellement dure qu'un simple couteau ne pouvait que me griffer. Mais elle m'avait affaibli, elle m'avait tiré dessus et mon pouvoir était concentré dans ma jambe à l'heure actuelle.

La bouche ouverte, j'ai vu le couteau et mon coeur a raté un battement. Et ainsi, mon instinct de survie a repris le dessus. Il était hors de question que je meurs ici. Pas pour un disque. Pas pour une faction à laquelle je n'appartenais pas et pas à cause d'un agent d'un gouvernement auquel je n'avais jamais appartenu.

Toujours bloquée sous mon genou, si j'avais lâché mon arme, j'ai donné un violent coup dans son poignet pour lui faire lâcher son couteau à son tour et j'ai envoyé ma tête dans la sienne sans sommation.

Et avant qu'elle ne reprenne totalement connaissance, j'ai commencé à la fouiller sans ménagement. Si le disque était sur elle, je ne tarderais pas à le trouver. L'objet de ma quête en main, je me suis redressé pour me lever et j'ai levé mon pied dans l'intention d'écraser le disque. Il me fallait juste le détruire. Juste le détruire, peu importaient les informations !


#1 All the pretty little horses
SUCCÈS : Le coup de Garin assomme Kseniya avec un peu d'aide de son pouvoir.
ÉCHEC : Quand on est russe, on a la tête dure, comme le caractère. Kseniya voit surtout des étoiles.

#2 Si SUCCES #1 :
SUCCES : Garin a usé de son pouvoir et bien qu'affaibli et titubant, il a le temps de rejoindre Shiri... Avec le disque.
ECHEC : Garin a usé de son pouvoir et entre la colère, la peur et le stress, il l'a trop dosé et se retrouve en manque d'équilibre à se heurter aux murs.

#2 si ECHEC #1 :
SUCCES : Allez, un deuxième coup devrait l'affaire.
ECHEC : FAILURE IS NOT AN OPTION HERE EITHER ! Je sais pas, je verrai, c'est juste PAS envisageable. Bref, Garin ne repart pas avec le disque... Pour le moment.

[SALE... DE F.... DE M.... JE VAIS TE TUER !]


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Bien malgré moi, j'ai senti le couteau glisser de mes doigts sous la violence de son coup à mon poignet. Plus de pistolet, ni de couteau à portée de la main, ça commençait vraiment à mal tourner, cette histoire. Pourquoi il avait fallu que je veuille en faire plus, au juste ? Je n'ai pas eu le temps de me poser la question bien longtemps, son coup de tête contre la mienne me sonnant passablement. Alors que les zoulies petites étoiles dançaient devant mes yeux, j'ai senti ses mains qui me fouillaient pour le disque, mais j'étais trop étourdie pour protester ou faire quoi que ce soit pour l'en empêcher.

Lorsque j'ai repris mes esprits, Daniel était en train de se redresser, le disque en main: ça m'apprendrait à chasser les boni. Lorsque j'ai vu son pied se lever pour écraser le disque, j'ai vu ma vie défiler devant mes yeux: j'ai hurlé "Non !" comme si ça allait l'en empêcher, je me suis débattue comme une diablesse, et dans une tentative désespérée de protéger le disque...

NOT THE DISK YOU JERK !:
 

Ramenant le disque vers moi de ma main gauche, j'ai commencé à reculer vers le coin de la pièce où il avait envoyé valser mon arme plus tôt.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Kseniya Ivankov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar

16 Mars 2075


Elle était toujours au sol. j'ai récupéré mon arme et j'ai franchi les quelques mètres pour donner un coup de pied dans la sienne et l'éloigner d'elle à nouveau. Je boitais moins, mon pouvoir faisait son oeuvre et si ma jambe était lourde, elle ne m'entravait pas. Au contraire, j'appréciais d'avoir une arme comme celle-ci mais je n'osais pas vraiment en faire plus, je ne voulais pas me retrouver par terre.

Mon bras me brûlait et je sentais des filets de sang rejoindre mes doigts au bout des mains. J'ai ramassé le couteau au passage pour éviter qu'elle s'en serve à nouveau contre moi et j'ai balancé violemment mon pied lourd dans ses côtes pour la faire retourner sur le dos, au sol et à ma merci.

J'ai calé le couteau dans mon dos et je l'ai surplombée de ma hauteur et j'ai à nouveau lever le pied. Elle voulait garder le disque ? Parfait. Ca m'allait très bien. Elle gigotait alors j'ai posé mon pied sur la plaie de son épaule pour qu'elle s'immobilise. Je me suis penché pour récupérer le disque.

Les lèvres pincées, le regard mauvais, j'ai respiré fortement en visant sa tête de mon canon. J'aurais pu tirer. Là, maintenant. J'aurais pu la tuer, mettre fin à son calvaire. Entre mes dents j'ai sifflé en Arabe sans accent.

"For they may act on their dreams with open eyes, to make them possible."

Et j'ai tiré.

"This. I did."

La balle s'est fichée non loin de son oreille, dans le mur. Au moins apprécierait-elle la vie qui lui était offerte et considérerait-elle la CIA comme autre chose qu'une agence gouvernementale. En tout cas, j'espérais qu'elle se demanderait ce qui avait poussé quelqu'un comme moi, capable de tout, à renier la CIA comme je l'avais fait, mettant ma propre vie en danger...

J'ai retiré mon pied de son épaule et je me suis reculé pour partir.


#1 Daydreamers are dangerous men :
SUCCES SUCCES : Garin abat son pied sur le disque ET la main de Kseniya. Une épaule démise, des côtes cassées, un égo diminué ? Au choix... Mais elle est hors service.
SUCCES ECHEC : Garin bloque à nouveau Kseniya de son pied sur son épaule blessée et il se penche pour lui récupérer le disque, appuyant sur sa plaie pour la distraire. Mais elle est toujours parfaitement consciente et le couteau est... A sa portée.
ECHEC SUCCES : Garin prend trop de temps, trop d'élan et Ksenyia a le temps de le parer, mais pas assez de force pour lui faire l'équilibre.
ECHEC ECHEC : Il hésite à lui perforer les poumons de cette façon et le peu d'hésitation sert Kseniya. Garin se retrouve à son tour au sol.

#2 Si SUCCES SUCCES ou SUCCES ECHEC #1 :
SUCCES : Tirer. "J'ai besoin qu'ils sachent. J'ai besoin de leur faire passer un message. Je veux qu'ils sachent que je suis en vie. Que je suis prêt à tout, à tuer comme à épargner, pour ce en quoi je crois. Je veux qu'ils sachent que je ne crois pas en eux et que je n'hésiterai plus à faire ce qui est nécessaire. Si je dois mourir, je veux mourir en étant resté moi-même. Je suis vivant et ceci est ma vie."
ECHEC : Abdiquer. "Je ne suis pas comme ça. Je n'aime pas ce que je suis en train de devenir. Je viens de tuer un homme et je m'apprête à tuer une femme. Tout va trop vite. Il ne s'agit que d'un disque. Qui me paye ? Je trahis déjà le MSS en sachant que je ne leur donnerai jamais ces informations. Quand ma vie prendra fin, je veux être sûr d'avoir pris les bonnes décisions. Si je dois mourir, je veux mourir en étant resté moi-même."


Revenir en haut Aller en bas
Butterfly Effect
avatar
Le membre 'Garin DeLyons' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Quitte ou double' :
 

--------------------------------

#2 'Quitte ou double' :


Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
Le coup de pied dans les côtes m'a fait perdre le souffle et tomber sur le dos. J'avais mal - pas assez pour soupçonner quelque chose de cassé, mais entre ça, la balle dans l'épaule, le poing dans la figure, et le coup de tête sur le front, je commençais grave à cumuler pour une seule journée, agent de la CIA ou pas. Sans parler de son pied qui venait de se mettre à faire pression sur ma blessure par balle à l'épaule, m'arrachant un cri et des larmes de douleur. J'aurais pu m'épargner tout ça en ne le provoquant pas lorsque je l'avais reconnu, mais non, il avait fallu que je joue à la plus fine, pour pas changer.

Son pied sur mon épaule m'envoyait une douleur vrillante, mais pas au point de me faire oublier que mon couteau était dans son dos, et que maintenant qu'il se penchait vers moi... il était à portée de main. En théorie. J'ai commencé à étirer le bras, mais à ce moment précis, il a approché son pistolet de mon visage, et j'ai figé - avec le recul, je pense qu'il n'avait même pas vu mon geste, mais sur le coup... j'ai levé les yeux vers lui. Ses yeux à lui n'étaient pas normaux - mais il était Candidat, alors de quoi je me surprenais ? Il avait le regard mauvais, haineux en me parlant: nom de Dieu, mais qu'est-ce que la CIA lui avait fait pour qu'il nous ait pris en grippe à ce point ? Bien malgré moi, j'ai sursauté lorsqu'il a tiré.

Je n'avais pas besoin de sa confirmation pour savoir qu'il avait raté sa cible exprès: personne, même pas le pire tireur sur terre, ne manquait une cible à bout portant. Son discours était plein de haine envers la CIA, et le "Pourquoi ?" a traversé mes lèvres sans que je ne m'en rende compte. J'ai levé mes yeux vers lui en me redressant en position assise, ma main droite sur la plaie de mon épaule gauche. Il avait le disque, mais j'étais trop HS pour en faire plus. Il avait mon couteau, et mon pistolet était loin: si je me précipitais vers l'arme, il aurait au moins dix fois le temps de me mettre une balle. "Dis-moi ce qui t'a été fait pour que tu détestes l'agence à ce point." Ça ne pouvait décemment pas être à cause de la machine à café dégueulasse du troisième étage à Langley.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Garin DeLyons
avatar
[O.o... Bah euh... Okay !]

16 Mars 2075



Je me suis frotté le nez de mon poignet. Je dois avouer que je trainais un peu la patte, peut-être, mais c'était une bonne excuse. Je ne marchais pas droit, quoi qu'il arrive. Quand j'ai entendu sa voix, je me suis arrêté de marcher et j'ai posé le canon sur une commode, plus pour me tenir droit qu'autre chose. J'ai concentré mon pouvoir dans la main qui tenait le disque et j'ai serré de toutes mes forces pour l'écraser au creux de ma paume. Je voulais qu'elle le voit et qu'elle l'entende. J'ai joué de la mâchoire avant de baisser le menton et de me retourner pour la regarder.

Elle me faisait de la peine. J'aurais pu retenir mes coups, elle n'était pour rien dans ce qui m'était arrivé. Je n'avais pas été obligé de la frapper, sûrement pas aussi fort, mais je reconnais que je voulais ce disque plus que sa vie à elle. Elle avait choisi son camp, j'avais choisi le mien. Le fait qu'elle abdique de la sorte a éteint toute la colère qui m'avait animé jusque là. Je l'ai longuement observée. Elle ne pouvait plus rien maintenant, le disque était détruit et son contact était mort. Avant que la CIA n'ait une nouvelle chance d'être en possession de ces informations, L'Aube serait déjà loin.

"On vous dit qu'on est Candidat. On vous dit qu'on a été volontaires. On vous dit qu'on a été de la CIA. Et on vous dit qu'on a déserté."

J'ai appuyé le canon de l'arme sur la commode, ma jambe me faisait un mal de chien à peser des tonnes. Et ma main était fermée comme un poing dans la roche, le disque bien en sécurité sans que qui que ce soit ne puisse en récupérer les débris et pourquoi pas essayer de le reconstituer. J'ai dodeliné de la tête et j'ai haussé les sourcils. Cynique et sarcastique, j'ai presque craché.

"Bah p't-être bien qu'on vous ment."

Et c'est tout ce que j'ai dit. Je m'en suis retourné pour sortir, et sur le pas de la porte, je me suis arrêté à nouveau, comme si je me rappelais de quelque chose. J'ai posé l'arme sur la commode afin de pouvoir sortir le couteau de mon dos et je l'ai violemment planté dans le meuble avant de tapoter le manche et d'agiter mon index.

"Ceci n'est pas un jouet."

J'ai laissé mon arme là, ça ne me servirait à rien de plus et ils avaient déjà mes empreintes. Je ne voulais plus voir cette chose et encore moins imaginer le sang qui cernait le canon. J'ai longé le couloir alors que le voisin me toisait dans l'entrebâillement de sa porte. Je n'ai même pas prêté attention à lui.




17 Mars 2075


Je n'avais plus qu'une envie : quitter cette ville, ce pays, m'éloigner de ce couteau. Quand j'aurai un pied à Megalopolis alors là et seulement là... Je me sentirai soulagé.

J'ai retrouvé ma chambre, récupéré mon sac et je suis parti. J'ai laissé des heures passer avant de retrouver Shiri et j'ai passé la nuit à l'Aube, en sécurité. Je n'ai posé aucune question, je n'ai même pas regardé où ils m'avaient emmené. J'avais une mission, pas de questions à poser. J'avais veillé sur eux, alors ils ont veillé sur moi jusqu'à ce que je quitte le pays. Nous étions quittes et Liberation gagnait un allié considérable outre Atlantique, même s'ils l'avaient déjà.

Expliquer au Chinois que ni moi ni la CIA n'avaient les informations m'a pris le trajet de retour à réfléchir. Si je lui disais que je n'avais pas le disque, la CIA devait l'avoir. Mais si la CIA ne bougeait pas, ce n'était pas cohérent. Je pouvais également prétexter que j'avais détruit le disque par mégarde quand mon pouvoir s'était activé... Mais je ne voulais pas qu'un soupçon, même infime puisse leur laisser songer, une fraction de seconde de lucidité que j'avais pu m'allier à l'Aube. J'ai prétexté que les dissidents étaient intervenu sans faire partie du plan et qu'ils m'avaient coiffé au poteau chez le contact. Quand je suis rentré à Megalopolis, je n'ai pensé qu'à une chose : Shiri informerait très vite Abel.

Et Abel me chercherait bientôt.



Revenir en haut Aller en bas
Kseniya Ivankov
avatar
L'aisance avec laquelle il a détruit le disque m'a surprise: ce n'était pas une faculté à laquelle je m'attendais, mais il fallait dire que le dossier de Daniel Day était loin d'être une priorité pour moi, alors je ne me rappelais pas très bien de son pouvoir. Il me semblait que ça avait quelque chose à voir avec le carbone, mais les détails étaient loin dans ma tête, pour être très honnête avec vous. Et puis, même là, ça n'avait aucune espèce d'importance: le disque détruit, ma mission était un échec cuisant, et il est parti. Quoi, c'était tout ? Il était venu ruiner ma mission, et merci au revoir ? Pour qui travaillait-il, maintenant ? Il avait prétendu faire cavalier seul... mais quel genre de cavalier seul aurait su pour le disque, et se serait frotté à un agent de la CIA pour l'avoir et le détruire ? Le MSS aurait voulu le disque, il n'aurait donc pas eu intérêt à le détruire s'il avait été envoyé par eux. Restait l'hypothèse qu'il faisait partie d'un de ces groupes positifs rebelles, comme l'Aube ou Libération.

Prenant appui sur le mur derrière moi, je me suis levée pour aller fermer la porte sous le regard on ne peut plus suspicieux du voisin d'en face. C'était un miracle que notre altercation n'ait pas attiré plus de monde. Sans lui accorder un regard, j'ai fermé la porte à clé - et croyez-moi que le prochain qui cognait en disant qu'il venait faire le ménage, je n'ouvrais pas - et, me laissant tomber assise sur le lit pourrave, j'ai sorti mon portable de mon sac pour envoyer un message. "La poulette est tombée de la brochette, on fait quoi pour ce soir ?". Traduction: je n'ai pas le disque, je suis repérée, sortez-moi de là. Ce n'était pas tout à fait exact au détail près, mais pardon, hein, nous n'avions pas prévu de code pour "un ancien agent en fuite m'a cassé la gueule et a détruit le disque avec".

Mon message envoyé, j'ai levé les yeux vers l'arme qu'il avait laissé, et mon couteau qu'il avait planté dans le meuble. J'étais à la CIA depuis une dizaine d'années, maintenant, et pendant cette décennie, j'avais travaillé avec plusieurs agents Candidats. L'Idée qu'ils ne soient pas tous volontaires ne m'avait jamais traversé l'esprit. Le MSS exposait des Candidats contre leur gré, mais pas nous, hein ? Nous étions meilleurs que ça, pas vrai ? "P't-être qu'on vous ment". J'espérais vraiment que ce n'était pas le cas et qu'il avait simplement espéré me faire douter.

Lorsque la cavalerie est arrivée, je n'ai pas dit un mot. Les deux agents ont tout récupéré, méticuleusement: les armes, le couteau, les douilles, les balles dans le mur, la blonde amochée qui ne disait pas un mot. Je n'étais déjà pas bavarde de base... mais alors que je venais d'encaisser un échec aussi cuisant, échec que je ne voyais que très mal comment j'allais pouvoir l'expliquer à mes supérieurs... silence radio total de ma part.

Tout le long.


"You're a game I win every time."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION Terminée - Kseniya/Garin] Dreamers of the Day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ARCHIVES :: Children of Lux Aeterna :: [ÉPISODE 0] Missions-