2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Yuna/Alex] Yuna Téléphone BOBO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Peterson
avatar
Ville Médiane
Février 2075


La seule chose que nous avions en commun, c'était notre couleur de cheveux. Elle avait un joli visage rond, des cheveux bouclés, un petit nez pincé et recourbé, la peau plus claire que la mienne et des yeux verts. Elle était aussi beaucoup plus petite et fine que moi. Elle ne portait pas de tatouages, juste un piercing au nombril et des boucles d'oreille. Elle ressemblait beaucoup plus à son père qu'à notre mère. C'était probablement l'homme le plus laid de la planète, mais ma soeur était la plus belle femme que je connaisse au monde.

Quand Liberation a fini par arriver, le but n'était pas de rester dans les parages. Je ne sais même plus vraiment comment on a réussit à rentrer en Ville Médiane. Heureusement qu'il ne s'agissait pas de passer les barrages de la Ville Haute, je ne serai pas passé dans l'état où j'étais.

Je lui ai donné le numéro du bar. Je lui ai dit demander Jenna. Et je lui ai demandé de lui dire de venir ici. Seule. Ma soeur faisait des études de psycho et ne me serait d'aucune aide. J'espérais que Yuna s'y prendrait mieux qu'elle et je ne voyais pas qui appeler d'autres sans avoir besoin de tirer un portrait d'explications. Elle savait.

Je sentais la fièvre me gagner, avachi dans le canapé dans le salon de ma mère. Je n'avais absolument aucune envie de la croiser mais quelque chose me disait que je ne pourrais pas y échapper, cette fois. Ma soeur s'est levée, laissant les compresses sur la table, pour aller ouvrir la porte quand Yuna est arrivée. Ce n'était peut-être que l'épaule mais ça commençait à tirer sur la durée. Qui plus est, la masse de coups sur mon visage devait sûrement me rendre méconnaissable. Ma mère aurait du mal à me reconnaître. Je ne sentais rien, sinon un filet chaud de ma tempe à mon cou.



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'ai froncé les sourcils quand Lexy m'a tendu le téléphone. Quoi, vraiment ? Depuis quand on me demandait ? Je n'existais même pas ! J'ai pris l'appareil pour le caler entre mon oreille et mon épaule, continuant de frotter mon verre. "Yo," ai-je fait distraitement. J'ai re-froncé puis haussé les sourcils lorsque la voix d'une jeune femme que je ne connaissais absolument pas a commencé à déblatérer sur Alex qui avait besoin d'aide. Sur ce, mon sang n'a fait qu'un tour. Le connaissant, il devait s'être fourré dans un sacré pétrin. Et pour qu'il demande de l'aide - à moi-même ici présente, qui plus est - il devait VRAIMENT être désespéré.

J'ai posé le verre propre devant moi dans un bruit sourd et je me suis détournée, faisant quelques pas pour m'éloigner de Lexy et de Matt. "Où ça ?" Elle m'a donné une adresse en Ville Médiane, et j'ai froncé les sourcils. Depuis quand Alex avait quoi que ce soit à voir avec la Ville Médiane ? "Je... euh... je passerais bien vous chercher, mais je ne veux pas le laisser." J'ai retenu un sourire. Le temps qu'on vienne me chercher en bagnole, je serais déjà là. "Je vais m'arranger pour le transport. J'arrive tout de suite." Enfin, presque tout de suite.

J'ai raccroché, rapidement sorti une excuse aux autres comme quoi j'avais un imprévu, et je suis sortie par la porte de derrière, eeeet... au revoir ! L'idée que ça puisse être un piège ne m'a même pas effleuré l'esprit: on m'avait dit qu'Alex avait besoin d'aide, et moi je répondais au quart de tour.

De jump en jump, j'ai atteint ma destination à la vitesse de l'éclair, et il m'a fallu une certaine retenue pour cogner au lieu d'entrer en tornade: ça aurait été chez Alex, je serais entrée dans demander mon reste, mais là, je ne savais même pas qui habitait ici. On m'a ouvert la porte et je me suis précipitée à l'intérieur, mes yeux devenant ronds comme des assiettes au fur et à mesure que je découvrais son état. Je me suis avancée vers lui pour l'observer. "Nom de Dieu, t'as fait quoi, tu t'es battu contre l'armée américaine au grand complet ?!"


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
« T’es juste jalouse parce que t’es pas capable d’en faire autant. »

J’ai souri mais ma voix était plutôt rauque. Je ne savais pas où ma soeur avait appris à se battre comme je l’avais vue, mais une chose était certaine : en soin… Elle était nulle. A nouveau penchée sur moi pour presser un linge sur ma plaie, elle a relevé le nez - qu’elle avait clairement plus joli que moi - vers Yuna.

« Un gang de Pro-Négatifs au nord de la ville. »

« Vous voulez que je vous dise ? J’en ai connu des passages à tabac mais je n’avais jamais pris de balle ! »

Ma soeur a froncé les sourcils, visiblement inquiète.

« Il commence à avoir de la fièvre et je n’arrive pas à retirer la balle. Il refuse d’aller à l’hôpital. » Et elle a déchiré mon t-shirt pour l’enlever. « Allez, big boy, montre-nous ta puissance. »

« Hey !!! C’était mon préféré ! »

« Cesse donc de faire l’enfant, t’as quel âge ?! »

« Tu commences à parler comme maman. »

« Il commence à délirer. J’ai pas besoin de faire médecine pour savoir que c’est pas bon signe. Il m’a dit que vous étiez la seule à pouvoir faire ça. Retirer la balle, je veux dire. »

Ma soeur était loin d’être stupide. Ce n’était pas non plus un pantin, elle avait du caractère, sa propre volonté et elle n’hésitait pas à le faire savoir. Elle savait aussi reconnaître ce dont elle n’était pas capable. Et faire du mal aux autres en faisait partie. Encore qu’avec des mots, elle était douée. Mais physiquement, c’était autre chose.

« Il faut le transporter à la cuisine, je n’y arrivais pas toute seule. »

A-t-elle dit en passant mon bras sur ses épaules….



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'ai roulé les yeux. Pour sûr, j'étais pas capable d'en faire autant, parce que j'étais capable de me tirer d'une situation vaseuse avant que ça vire au passage à tabac. Mais le fait qu'il sorte une connerie pareil me rassurait un peu: à quelque part, ça voulait dire que malgré son allure, il n'allait pas SI mal que ça. J'ai suivi le court échange du regard: il avait une soeur, maintenant ? Première nouvelle. Enfin, il fallait dire, je ne lui avais pas parlé de moi, je n'allais quand même pas lui reprocher d'avoir ses propres secrets, alors je n'ai rien dit à ce sujet. On avait d'autres problèmes plus essentiels, du genre une balle fichée dans son épaule.

Je me suis placée de l'autre côté d'Alex pour aider Maddison à l'emmener vers la cuisine, où on l'a installé sur une chaise. Son pouvoir ne lui serait d'aucune aide contre une blessure de chair, et comme je n'étais pas vraiment médecin, comment dire... il allait devoir serrer les dents. Comme un homme, un vrai. J'ai pris des pinces et une compresse, et lorsque sa soeur s'est placée pour le maintenir en place, je me suis approchée pour observer la blessure. Heureusement que je n'étais pas chochote, parce que ce n'était pas bien beau à voir. Je ne voyais même pas la balle tellement elle s'était enfoncée profondément. J'ai levé les yeux vers Alex. "This... this is going to hurt like a bitch." Ne me regardez pas comme ça, je n'étais ni médecin, ni infirmière. Rassurer les patients, ce n'était pas mon travail.

J'avais déjà vu Echo faire - plusieurs fois, même - et je mentirais si je disais que je ne m'étais jamais pris de balle à force de faire des conneries, alors je savais quoi faire - en théorie. Je savais aussi que ça lui ferait un mal de chien, alors faute d'avoir de la morphine dans mon sac, j'ai essayé de le distraire en parlant pendant que je cherchais la balle. "Un gang de Pro-Négatifs ?" Si je n'avais pas eu les yeux rivés sur ce que je faisais, j'aurais levé les yeux au ciel. Il avait le chic pour se mettre dans des situations, quand même, vous me l'accorderez. "Tu peux pas glander sur Internet comme tout le monde pendant tes jours de repos ?" Et surtout... oui, surtout, qu'est-ce qu'il fichait à se mêler à des histoires pareilles ? J'étais bien placée pour savoir qu'il ne faisait pas partie de l'Underground, alors de quoi il se mêlait ? Je me refusais de penser à une autre alternative.

Ooookay, jolie petite balle, viiieeeens voir maman... prenant autant de précautions que possible, j'ai retiré la balle en retenant une grimace, pressant la compresse pour éviter qu'il ne pisse le sang partout. "Là, là, le pire est passé." Admettons ? Non, parce que maintenant, il fallait recoudre, mais pour une fois que je me voulais rassurante, vous n'allez pas me casser les pieds. J'ai désinfecté la plaie - très généreusement, mieux valait être trop prudente que pas assez - avant d'entreprendre les points de suture. Ça devait être désagréable, mais pas autant que ce qui était venu avant. Sur un ton léger, j'ai lancé: "Et sinon, ta journée de repos ?"


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
Me distraire ? C'était impossible. A peine elle approchait la plaie que je hurlais. Non parce qu'elle me faisait mal mais parce qu'à force de serrer les dents, j'en avais des hématomes. C'est ce qu'il a fallu pour arriver à la cuisine sans alerter tout le quartier. Alors quand elle a commencé à triturer dans mon épaule, je n'ai pas réussi à me retirer de hurler, cette fois, laissant toutes les insultes de l'univers déferler par ma bouche. Ma soeur a pincé les lèvres. Je serrais sa main si fort dans la mienne qu'elle en avait le visage rouge. Dans un demi délire causé par la douleur que mon corps essayait d'assourdir, j'ai réussi à trouver la force de distraction pour lui répondre.

"La dernière fois que je suis resté sur un PC, on a fini en Ville Haute à jouer à cache cache avec des drones, toi et moi." J'ai lâché un énorme soupir de soulagement quand elle a extrait la balle. J'étais tellement tendu que j'avais l'impression de ne former qu'un seul et même muscle nerveux. J'ai jeté un oeil au projectile puis à la blessure et j'ai regardé Yuna. J'avais appelé la bonne personne. Je me sentais bouillant et ma tête a manqué de tomber. Ma soeur m'a gardé contre elle et j'ai fermé les yeux, le visage roulant contre son ventre, alors qu'elle se tenait debout à côté de moi.

"Ils les ont eus ces enfoirés ?"
"Je ne sais pas, j'étais plus occupée à te sortir de là qu'à regarder derrière moi."
"Liberation leur court après depuis un moment, maintenant."

J'ai rouvert un oeil pour regarder ce que faisait Yuna. Ma soeur en a profité pour aller me chercher de l'alcool fort. De la Vodka ou quelque chose comme ça. Vous savez quoi ? Pur, sans préparation psychologique, c'est franchement pas bon.

"Tu as vraiment risqué ta vie pour Liberation ?"

Vous savez quoi ? J'ai haussé les épaules, ce qui m'a arraché une grimace de douleur et un grognement.



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'ai retenu un sourire à sa remarque sur notre escapade pour retrouver le petit Daniel. "Et si je me souviens bien, on a trouvé le gamin, on l'a ramené chez lui, et personne ne s'est fait tabasser. Moi je trouve que c'était une soirée pas trop mal, surtout si on la compare avec la journée que tu sembles avoir eue." Je les ai écouté parler d'une oreille en finissant les points de suture, et j'ai froncé les sourcils. J'avais pas dû choisir la bonne oreille pour écouter, parce que j'entendais de ces trucs ! J'ai levé les yeux vers Alex, très sérieuse pour le coup - et puisque ça ne m'arrivait pas souvent, mieux valait le souligner en narration. "Excuse-moi, je dois avoir les oreilles qui débloquent après un voyage trop rapide vers ici, parce que j'aurais pu JURER t'avoir entendu parler de Liberation comme si c'était tes potes !"

Ayant fini mon travail, je me suis redressée pour croiser les bras. "Alex, Liberation c'est des malades, meme selon MES standards, tu te rends compte ?! Ces gens..." J'ai levé un doigt. "Nous donne une reputation de fous furieux qui ne nous aide franchement pas." J'ai levé un autre doigt. "Défendent LEURS intérêts et LEURS idéaux, pas ceux de toute la population Positive, loin de là." J'ai levé un autre doigt. "Ces gens TUENT pour envoyer des messages, tu crois VRAIMENT que c'est quelque chose qui se fait si on veut un monde qui se tient un peu ?!" Je l'ai pointé de mon index avant de me pencher légèrement vers lui. "Sois aimable, mais surtout sois honnête, et dis-moi que tu n'as rien à voir avec ces terroristes."


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
J'ai relevé des yeux faibles sur Yuna. Je n'avais sûrement pas la force de me battre mais de toute façon, ça n'arriverait pas avec elle. Ma soeur, néanmoins, s'est rangée de son côté. Elle n'a pas été aussi vive qu'elle, cela dit, mais en même temps, elle a bien vu que sans eux, mon extraction n'aurait pas été si aisée.

"J'ai cru que c'était une chance de les voir débarquer."

Je suis passé de Yuna à ma soeur sans vraiment bouger. De toute façon, j'étais à moitié décalqué contre un mur, je n'étais même pas sûr de vraiment entendre tout ce que Yuna disait.

"Non..."

"Lex ! Tu plaisantes, j'espère."

Doucement, j'ai fermé les eux et secoué la tête. J'étais désolé de décevoir Yuna mais avec ou sans une balle dans l'épaule, je l'aurais appelée quand même parce que j'avais confiance en elle. J'osais espérer que la réciproque était vraie. Au bout d'un moment, j'ai dégluti pour trouver le courage de vaincre mes tempes bouillonnantes et le tournis. J'ai péniblement rouvert les yeux pour regarder Yuna, feintant un sourire en coin.

"Underground, pas vrai ?" Depuis janvier, j'avais un doute et personne n'en avait plus parlé. Mais cette fois, à sa réaction, il n'y a pas d'erreur possible. "C'était eux ou moi, Yuna... Et ce n'est pas Liberation qui m'a mis dans cet état." J'ai à nouveau fermé les eux, ma tête lourde. "Désolé de te décevoir..."

Et je l'étais vraiment. Yuna et moi avions une relation un peu étrange. Sans pouvoir être les meilleurs amis, nous étions aussi loin de s'attirer l'un l'autre. Elle était plus comme... Quelqu'un sur qui je savais pouvoir compter. Je me suis pris une quinte de toux et ma soeur a recalé ma tête contre elle. Elle a soupiré.

« Maman va tellement flipper quand elle va te voir. »

J'ai grogné en grimaçant.

« En fait, j'espérais que Yuna m'emmènerait très loin, très vite. »



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'ai inspiré un bon coup à sa question qui n'en était pas vraiment une. "Dix points pour la perspicacité." J'ai esquissé un sourire en levant les yeux vers lui. C'était la première fois que j'admettais à quiconque que je faisais partie de l'Underground. J"espérais qu'il ne fasse pas le lien avec Matt si Matt ne lui en avait pas parlé lui-même - lui dire pour moi-même c'était une chose, lui dire pour une autre personne, je considérais que ça ne me regardait pas. "Je ne suis pas énervée parce que des fous furieux qui veulent la peau des Positifs se sont fait descendre, je suis énervée parce que tu serais pas dans cet état si tu t'étais pas dit 'tiens, pourquoi j'aiderais pas Liberation ?' ! Ce ne sont peut-être pas eux qui t'ont mis une raclée, mais c'est quand même pour eux que tu te l'es prise, je me trompe ?"

Je me suis avancée vers lui pour poser une main sur son épaule - celle dont je ne venais pas de sortir une balle, quand meme - en me penchant légèrement vers lui pour le regarder dans les yeux. "Alex, je ne suis pas déçue, je suis... je suis inquiète, voilà. Ces gens ne reculent devant rien, et je doute fortement que l'avenir de tes fesses soit leur priorité, alors je veux que tu me promettes que ça demeure toujours la tienne, de priorité."

Je me suis redressée. "Quant à t'emmener très loin, et très vite... tu es certain de ce que tu dis ? Dans ton état ?" Vu l'état des gens bien portants à l'arrivée, je n'osais pas trop imaginer ce que ce serait avec lui - soyons francs, il avait peut-être connu pire, je n'en savais rien, mais je pouvais définitivement vous dire qu'il avait connu mieux !


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
Je l’ai observée mais je n’ai rien dit. J’avais tellement envie de dormir. Elle n’avait pourtant pas tort mais je n’avais pas la force d’argumenter. J’avais choisi de prendre des risques pour une cause de Liberation dont je partageais l’opinion, voilà tout. Je me suis donc contenté de lui répondre en clignant des paupières. Yuna était bien placée pour savoir que les risques, ça me connaissait. Je n’étais pas irréfléchi, je n'étais pas non plus stupide. Mais j’avais tendance à oublier que si mes os étaient résistants… le reste de mon corps n’étais pas mieux qu’un Négatif. Je me suis senti si fatigué que soutenir le regard de Yuna m’a demandé une force surhumaine.

« Tu es ma priorité. »

Elle, ma famille et mes amis. J’ai levé une main pour prendre celle de ma soeur et y mêler mes doigts aux siens. J’aurais préféré la voir intervenir dans d’autres conditions, mais j’étais tout de même soulagé de la retrouver. Je n’ai même pas eu le temps de répondre à Yuna, j’avais déjà perdu connaissance.

Ma soeur m’a réveillé à grands coups de gifles. J’ai inspiré profondément en sentant comme la vie me revenir et j’ai rouvert les yeux en grand, me demandant où j’étais. Je l’ai regardée, devant fouiller une seconde dans ma mémoire pour la reconnaître, et j’ai levé les yeux sur Yuna. Ma tête me tournait tellement...

« Ma mère est infirmière, elle sera là dans moins d’une heure. Lex, il faut que tu l’attendes. »

J’ai commencé à secouer la tête. Elle était jolie, Yuna quand même. Mais c’était étrange de ne rien ressentir en la regardant. J’avais l’impression de voir double. Comme si j’avais deux soeurs. Mon regard est passé de l’une à l’autre en me demandant laquelle était la bonne. Et j’ai à nouveau sombré.

Je ne me souviens que des rêves laiteux et cotoneux, le genre plein de couleurs à vous donner envie de vomir. La tête me tournait et j’ai fini par émerger. Il faisait nuit et j’étais allongé dans mon ancienne chambre avec ma soeur endormie contre mon bras. Elle avait raconté un truc de dingue, comme quoi, une émeute avait éclaté en Ville Basse et que mon amie Jenna m’avait amené jusqu’ici à ma demande. Pour le reste, ma mère n’avait pas besoin d’un mensonge pour comprendre que je ne veuille pas d’hôpital. Ce que j’ignorais… C’était que ma soeur n’était pas Négative. Véritable détecteur de mensonges, elle était aussi douée pour en dire sans sonner l’alerte.

Ma mère avait amélioré le travail de Yuna avec un pansement et des antibiothiques, anti inflammatoires... La totale, je sais pas quoi. De quoi me calmer et m'aider à me reposer. Mon visage était propre avec un pansement plus petit et ma joue me brûlait à cause du coup que j'avais pris mais ce n'était rien en comparaison au choc que mon ventre avait absorbé sous la batte.



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'ai légèrement froncé les sourcils lorsqu'il a parlé. Un commentaire pareil, venant de lui, je ne m'y attendais vraiment pas - je savais qu'il se souciait de moi, bien entendu, mais de là à l'entendre le dire de vive voix, je me demandais si sa soeur ne lui avait pas filé des cachets de morphine ou quelque chose du genre avant que je ne débarque à la vitesse de la lumière, même si, à la lumière de sa réaction lorsque j'avais retiré la balle de son épaule, j'en doutais fortement.

J'ai senti mon coeur rater un battement lorsqu'il est parti dans les vappes, et je n'ai pas eu le temps de réagir que sa soeur lui collait déjà une baffe bien sonore pour le ramener à lui. Il est revenu, brièvement, et je me suis sentie soulagée... puis, il a sombré à nouveau. J'ai échangé un regard inquiet avec sa soeur, mais il respirait bien, alors nous n'avons pas insisté. Et puis, aucune de nous n'était médecin, mais je me disais qu'il devait avoir bien besoin de récupérer pour se refaire un peu de forces, autant le laisser faire.

Lorsque la mère infirmière est arrivée, je pense que je n'ai jamais été si soulagée de ma vie de voir une parfaite inconnue arriver. J'ai laissé la soeur d'Alex gérer sa mère et le mensonge pour couvrir autant l'état d'Alex que ma présence - de vous à moi, j'étais aussi mauvaise menteuse que ma mère alors c'était avec une joie immense que je laissais les autres s'en charger pour moi. J'ai eu peur que la mère pose des questions, mais si c'était le cas, elle a tout gardé pour elle et s'est occupée de lui, perfectionnant mon travail pas professionnel mais efficace avant qu'on s'y mette à trois pour l'emmener vers le lit - c'est qu'il était pas léger, le Alex !

Madison est restée avec Alex, et la mère a insisté pour que je passé la nuit là, parce qu'il était très tard, que les rues n'étaient pas sécuritaires, tout ça, tout ça... et comme je ne pouvais décemment pas lui dire que ça ne risquait rien parce que j'étais une Jumper, j'ai accepté et j'ai squatté le canapé... sans vraiment dormir parce que je me faisais du souci pour Alex, et les soucis, ça tient reveillée. Au bout d'un moment, je me suis levée, à pas de loups histoire de ne déranger personne, pour aller jeter un oeil dans sa chambre.

J'ai esquissé un sourire en voyant sa soeur endormie contre lui et comme le hasard fait bien les choses, c'est à ce moment qu'il a émergé. "Hey !" ai-je soufflé. D'un coup, je me suis retrouvée à côté de lui. "T'attendais le baiser du prince, Blanche Neige ? Tu nous as flanqué une de ces trouilles !"


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
En voyant Yuna, j'ai souri. "Hey..." Je l'ai regardée s'asseoir à côté de moi et j'ai tendu la main vers elle pour la poser sur sa cuisse, un geste amical. J'ai pouffé de rire et j'ai cherché à me redressé en m'appuyant de mes mains, réveillant ma soeur. Elle a levé les yeux sur moi et a directement posé sa main sur mon front.

"La fièvre est enfin tombée ! Tu nous a flanqué une de ces trouilles."

J'ai ri d'autant plus.

"J'ai cru comprendre oui. C'est rien, c'est mon pouvoir qui a dû se déclencher pour se protéger de la douleur. Je vais bien."

"Tu veux quelque chose à manger ?"

J'ai acquiescé. J'avais surtout soif. Elle m'a offert un léger sourire et elle s'est levée pour sortir de la chambre. Je me suis assis en repliant une jambe sous mes fesses et j'ai grogné lorsqu'une douleur m'est montée à la tête. Je l'ai couverte d'une main en grimaçant légèrement puis j'ai soupiré avant de rouvrir les yeux sur Yuna.

"C'est pratique, non ?"

J'avoue que j'ai un pouvoir pratique. Enfin, en terme de guérison. Être dans le coma pendant des heures ne m'arrangeait pas, pendant ce temps, j'étais un légume, qui plus est exposé. Si mon pouvoir s'était déclenché là-bas, j'aurais été un poids mort pour ma soeur. J'ai tapoté la cuisse de Yuna.

"Je vais bien. Mais tu m'engueuleras plus tard, d'accord ?"

Je commençais à connaître Yuna, je la voyais mal me laisser m'en tirer à si bon compte. mais même si mon pouvoir m'avait rendu des forces, il m'en manquait encore pas mal pour essuyer sa morale.



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
"Tu sais, plus tu laisses mijoter, plus tu vas en prendre pour ton grade !" Le tout livré avec un sourire qui ne devait pas lui donner envie de me prendre au sérieux. Moi-même, je ne me prenais pas au sérieux. Après la peur qu'il nous avait faite, j'étais tellement soulagée de le voir éveillé et de l'entendre dire qu'il allait bien que je n'avais pas envie - oui oui, vous avez bien vu - de lui tomber dessus. J'ai attendu que sa soeur soit sortie de la chambre pour soupirer et reprendre à voix basse: "Je ne suis pas en désaccord avec ce qu'ils pensent, je suis en désaccord avec ce qu'ils font. Leurs méthodes ne nous mèneront nulle part."

Oui, "leurs", pas "vos". Je savais qu'Alex n'était pas un membre à part entière de Liberation, c'était simplement impossible. Tout le monde savait que les membres de Liberation n'avaient pas de puces électroniques. Alex, lui, avait la sienne, j'en avais eu la preuve moi-même en janvier. Pour l'heure... si quelqu'un avait pu passer pour Liberation dans la pièce, c'était moi. "Fais un peu attention, quand même. La prochaine fois que tu me fais une frousse pareille en frôlant la mort de si près, je te jure que je te tue." Avec un regard qui montrait que, là, j'étais sérieuse.

Je me suis étirée le cou pour voir si sa soeur arrivait, mais on l'entendait encore dans la cuisine. J'ai tendu la main vers lui. "Tu veux que je t'emmène, ou tu restais vraiment pour le p'tit dej ?" La veille, c'était hors de question au vu de son état; ce matin, il allait mieux, et surtout j'avais eu l'impression qu'il ne voulait pas s'éterniser chez sa mère.


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Alex Peterson
avatar
Alors, j’en prendrai pour mon grade, je m’en fichais. Je n’avais juste pas la tête à ça pour le moment. Quant à cette histoire de méthodes, j’ai haussé les épaules.

« On ne meurt pas d’une balle dans l’épaule, Yuna. Tu ne te serais pas débarrassée si rapidement de moi, je te le garantis. »

J’ai avisé sa main tendue et j’ai relevé les yeux sur elle. A dire vrai, je n’avais plus pensé à son pouvoir. J’ai entrouvert les lèvres pour parler, mais aucun son n’en est sorti. Je n’avais pas vu ma mère mais je sentais sa présence. Son odeur émanant du bandage, surtout. C’était son oeuvre. Je m’étais presque fait à l’idée de l’affronter, ainsi que les questions de ma soeur. Mais je crois qu’inconsciemment, je l’ai envoyée à la cuisine pour la repousser physiquement de moi. J’ai lentement acquiescé en me redressant.

« Vite, avant que ma mère ne décide de me payer une petite visite de courtoisie avec son regard coupable. »

J’ai grimacé, le corps tout ankylosé, et j’ai pris la main de Yuna dans la mienne.

« Aussi loin que tu peux. »

J’étais désolé pour ma soeur et ma mère. Je l’étais vraiment… Mais je n’étais pas non plus prêt. J’aurais probablement demandé comment allait les deux autres femmes de ma vie, et je me serais éternisé et… Je me sentais trop coupable pour ça.



"The secret to happiness with men ?
Lower your expectations.
Because deep down, in my heart... I know Big Foot is real."
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Crescent
avatar
J'aurais pu demander pourquoi il tenait tant à éviter sa mère. J'aurais pu. Mais je ne l'ai pas fait, parce que... parce que moi-même, si je me retrouvais balancée chez ma mère avec une balle dans l'épaule, j'ignorais ce que je ferais. Je pense que je décamperais aussitôt pour tenir mes ennuis loin d'elle, alors... quelles que soient ses raisons, je le comprenais. "Tu sais quoi, moi je vais te faire le petit dej'. Chez toi. Promis. Dans trente secondes maximum."

J'ai pris sa main et je nous ai fait disparaître, d'un coup. Encore et encore, jusqu'à le ramener au bercail: j'ai levé les yeux vers lui pour voir si ça allait et... euh... ça allait... à peu près. Il n'avait pas vomi, du moins pas encore, mais la couleur de son teint ne me promettait rien. "Allez, là, c'est fini, t'es à la maison." Doucement, je l'ai guidé vers son lit: je l'ai senti avoir un haut-le-coeur alors que je l'aidais à bouger, mais brave petit, il s'en est sorti comme un chef.

Je me suis redressée. "Tu restes là, je te fais un petit dej' que tamère elle serait jalouse de mes talents." Euh, non, pas vraiment. En ce qui concernait mes talents culinaire, ma propre mère me disait généralement que c'était l'intention qui comptait: et ça voulait tout dire. Non pas que ce soit important, parce qu'une quinzaine de minutes plus tard, quand je suis revenue avec une assiette dans les mains, toute fière................................

Alex dormait.

Vous m'avez bien lue.

"Oie, Alex," ai-je fait à voix basse.

Que dalle.

"Alex."

Que dalle.

Haussant les épaules, je me suis assise, assiette sur les cuisses... avant de l'attaquer. Nan mais... vous vouliez quand même pas gaspiller de la bouffe dans notre société où tellement de gens meurent de faim, si ?!


"I had a plan."
"You ? A plan ?"
"Yes. A good one. Carefully laid out. But I got bored."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Yuna/Alex] Yuna Téléphone BOBO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: MEGALOPOLIS :: Ville médiane-