2076. Côte est des Etats-Unis. Megalopolis est le centre névralgique d'une guerre géo-politique mondiale depuis qu'un attentat biologique en 2026 a divisé l'humanité en deux populations bien distinctes : ceux qui se battent pour le futur, et ceux qui font avec le présent.
NAVIGATION

Partagez | 
 

 [CLOS] [Bogdan/Gen] Forget Me Not

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bogdan Lupescu
avatar
Mars 2015

Depuis les émeutes, l'Underground est si tendu. Je sais que Liberation y était, j'ai aperçu Libby et ses cheveux de feu. J'ai vu Gen, aussi. Je ne sais pas si qui que ce soit m'a repéré également mais je n'ai pas eu beaucoup le temps d'y penser, à vrai dire. Ce que je sais, en tout cas, c'est que Eve a quitté l'Underground le même jour. Ce n'est pas une coïncidence, j'en suis persuadé. Tout le monde est si tendu, ces derniers temps...

Je ne peux pas approcher Abel, j'ignore combien ils sont maintenant à Liberation. J'imagine que depuis tout ce temps, ils ont bien grandi. Je suis également convaincu qu'ils ne sont pas responsables de ce qui s'est passé, je n'ai pas eu besoin d'un démenti pour ça. Mais j'ai laissé Maddison faire son speech pour les défendre. Ma priorité, c'est qu'on ne sache pas mon affiliation. Ce n'est pas une question de confiance, je ne veux juste pas engager plus d'interrogations qu'il n'y en a réellement. Pourtant, je les ai entendus hurler au sujet de Eve. On était plusieurs, les oreilles collées contre la porte à s'étonner que le plus calme des leaders de l'Underground soit celui qu'on entendait le plus râler d'habitude. Je n'ai pas tout entendu, le bruit était étouffé mais suffisamment pour savoir que Liberation était au coeur de la conversation.

Je ne veux pas non plus que l'on me juge. Il n'est pas rare d'entendre de la colère envers Liberation, mais je sais comment ils sont nés, alors...

Je me rends au Sanctuaire dans l'espoir d'y trouver Gen, ou au moins de la voir. De loin. Si elle est seule, elle viendra probablement d'elle-même, au contraire si elle est accompagnée, j'ai assez confiance en elle pour ne rien dire et faire comme si elle ne me connaissait pas. Mais je rumine depuis des jours, des mois maintenant au sujet d'Eve. Je suis inquiet de savoir ce qu'il s'est passé et si elle va bien.

Je me balade dans le souk du Sanctuaire, dans la foule, j'ai plus de facilité à me cacher et je traîne de son côté, un peu plus loin que le Saloon. J'aimerais voir Libby mais j'ai toujours été plus proche de Gen. Je regarde les bibelots, les textiles, avec un demi sourire sur les lèvres. Je pourrais aller directement à sa caravane, si elle y est toujours, mais j'hésite encore en me frottant l'oreille. Cela fait un peu plus de deux ans que je suis parti sans rien dire et quelque chose me dit qu'elle ne va pas me prendre dans ses bras. Je me demande s'ils savent depuis que j'ai rejoint l'Underground. Et je me demande si l'Underground s'est déjà posé la question de savoir pourquoi je rechignais toujours à venir au Sanctuaire...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
Mon pied était mieux, et autant vous dire que sortir de chez moi sans avoir à demander à qui que ce soit de m'aider, ça avait un charme certain. J'aimais bien le Sanctuaire, d'ailleurs, le saloon n'était pas la seule raison pour laquelle j'avais déménagé mes cliques et mes claques de mon ancien appartement en Ville Basse. Bon, forcément, il fallait que je le quitte après avoir déserté la CIA, mais j'aurais pu rester en Ville Basse si je l'avais voulu. Le soleil brillait, il faisait chaud, on était bien, que demander de plus ?

Je me baladais dans le souk, à la recherche de... de... ben, de rien en particulier, en fait. J'aimais surtout regarder, fouiner, et sûrement que j'allais trouver une babiole mignonne et la ramener chez moi. Je vous raconte pas les négociations du feu de Dieu pour une Listener, je m'en sortais toujours pour trois fois rien ! Et pendant que mes yeux allaient d'un item à un autre, mon pouvoir, lui, allait nonchalamment d'une personne à une autre. Quoi ? Vous regardez bien le visage des gens autour de vous quand vous êtes distrait, non ? Moi, avec mon pouvoir, c'est pareil.

Et puis tout d'un coup... tout d'un coup, j'ai comme qui dirait figé parce que j'ai cru reconnaître l'esprit dans lequel je m'étais glissé. Non, ce n'était pas possible. Personne - enfin, sauf Eve - ne l'avait vu depuis qu'il était parti au milieu de la nuit comme un voleur, quelques jours avant qu'on liquide Stenton. J'avais beau me dire que ce n'était pas possible, mon pouvoir ne m'avait jamais trompée. Il reconnaissait un esprit comme nos yeux reconnaissent un visage, comme nos oreilles reconnaissent une voix.

J'ai redressé la tête, le cherchant du regard. Je l'ai repéré assez rapidement, regardant des textiles à un autre stand plus loin, et j'ai plongé la main dans mon sac. Mon premier réflexe était d'appeler Abel, mais lorsque mes doigts ont touché le téléphone, je me suis ravisée. Bogdan n'était pas Garin. Si Abel devait craindre une trahison venant de lui, il aurait paniqué quand Bogdan est parti, pas plus de deux ans plus tard. J'ai enlevé ma main et je l'ai observé un court instant, me demandant quoi faire. Nous avions été plutôt proches, mais ça remontait, maintenant. Et puis, s'il était à l'Underground... autant vous dire que ça faisait bizarre.

Mais j'ai quand même rassemblé mon courage pour me glisser à travers la foule en direction du stand devant lequel il se trouvait toujours... et, mine de rien, je me suis plantée cordialement à côté de lui. "C'est pas dans ta palette."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J’ai beau espérer la voir d’un côté, je sursaute en l’entendant de l’autre. Je tourne la tête pour la regarder et mes yeux s’arrondissent. Je crois que si elle ne m’avait pas abordé, je ne l’aurais pas reconnue. C’est fou comme les gens changent en l’espace de seulement quelques mois. Mes yeux l’ont étudiée avec une grande attention et petit à petit, le sourire est né sur mes lèvres.

« Gen. »

Oui, c’est tout ce que je trouvais à dire. J’ai senti une vague d’air chaud me réchauffer le coeur. Voir Gen à cet instant, c'est un peu comme me sentir à la maison. C'est confortable, connu, ça me rattache à mes valeurs, ça me rappelle qui je suis et d’où je viens, même indirectement. Je ne sais pas si j’ai beaucoup changé mais j’ai l’impression à présent qu’une vie nous sépare.

Une autre chose m’avait poussé jusqu’ici sans pour autant m’approcher du Saloon : le nom d’Abel dans les journaux. Je ne connaissais pas l’homme sur la photo et je savais qu’Abel n’existait qu’en un seul exemplaire, à moins qu’il ne s’agisse d’une supercherie. J’ai peur de la réponse. S’il est arrivé quelque chose à Abel, je sais que je m’en voudrais.

Je ne peux pas m’en empêcher, c’est plus fort que moi. Je la prends dans mes bras. Je les fais glisser dans son dos et je n’ai soudain plus du tout froid à l’intérieur de mes os. Je suis à la maison. Peu importe où c’est pour le reste du monde. Pour moi, c’est ici, en cet instant.

« Je n'espérais pas te trouver. Un tout petit mensonge, pour la forme. « J’ai vu Libby au tribunal. » Je me redresse pour la lâcher et la regarder. « Je n’étais pas sûr de t’avoir aperçue. Toi, ça va ? » Comme pris d’un doute, je me retourne et je regarde autour de moi, à la recherche de quelqu’un. « Où sont les autres ? »


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
L'étreinte m'a un peu prise au dépourvu, mais je me suis presque aussitôt surprise à y répondre, passant un bras derrière son cou, un léger sourire aux lèvres. Je ne l'avais pas vu depuis qu'il nous avait quitté de lui-même, quelques jours avant l'exécution d'Howard Stenton, et je mentirais si je disais qu'il ne m'était pas sorti de la tête, mais quelque part au fond de moi, ça faisait du bien de le retrouver, et de voir qu'il se portait - apparemment - bien.

En parlant de mensonge... mon sourire s'est légèrement agrandi lorsqu'il a sorti le sien. Normalement, je détectais les mensonges aisément, parce que même les meilleurs menteurs savent qu'ils vous mentent, alors la première chose que je voyais dans leur esprit, c'était le mensonge. Bogdan... parfois, il mentait tellement bien que je pensais qu'il se croyait lui-même. Mais en l'occurrence, ce qu'il venait de dire ne concordait tout simplement pas avec une pensée que j'avais captée en le repérant. "Menteur," ai-je soufflé à son oreille, pour la forme. Je me suis légèrement mordu la lèvre inférieure alors qu'il s'éloignait, mentionnant Libby et le tribunal. J'ignorais qu'il avait été là. "J'y étais, du côté des anti-Positifs. J'étais... je devais..." J'ai secoué la tête. "C'est plus important. Mais j'étais là, oui." J'avais été envoyée dans cette foule hostile pour trouver des cibles potentielles, mais tout avait été mis de côté à la mort de Jericho. Est-ce que Bogdan avait vu l'explosion sans savoir que l'Animorphe qui avait joué les héros était l'un des nôtres ?

J'ai froncé les sourcils en le voyant se retourner, mais à sa question, j'ai vite su ce qu'il cherchait. "Pas ici," ai-je simplement répondu. "C'est juste moi à la recherché de mon coup de coeur du jour." J'ai levé les yeux vers lui. "Les choses ont bougé depuis que tu es parti au milieu de la nuit comme un voleur, tu sais." C'était le moins qu'on puisse dire. Il y avait eu Jason, Jericho, Annie, puis Samaël, et maintenant Marlene et Levi. On avait perdu Garin, perdu Jericho, et maintenant Garin était revenue des morts, mais sans avoir la cordialité de nous dire coucou. "Je ne te parlerai pas des autres, mais je peux te dire... je peux te dire que tous ceux que tu connais sont encore en vie."

Un choix de mots, ma foi... judicieux. Jericho était mort, mais Bogdan ne l'avait jamais connu. J'aurais bien voulu lui dire que les gens qu'il connaissait allaient bien, mais, étrangement, l'ironie de mentir au menteur de première ne me séduisait pas. Libby n'allait pas bien, pas vraiment. Je n'allais pas bien non plus, je crois. Nous n'allions pas bien en tant que groupe. Quant à Garin, que Bogdan avait connu... allez savoir s'il allait bien.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je souris en l’entendant dans mon oreille et je profite encore un peu de son étreinte avant de la relâcher. J’acquiesce ensuite en posant une main sur son bras, plus sérieux.

« Oui, j’étais de ce côté-là aussi, je crois. »

C’est important, si, mais je suis encore assez intelligent pour sentir lorsqu’une pente est glissante, alors je n’insiste pas. Je suis surtout content de la voir, ce que je suis incapable de cacher. C’est très dur de mentir sur des sentiments qui s’expriment, contrairement à des faits.

Je ne peux m’empêcher de prendre sa remarque sur mon départ comme un reproche dissimulé et je baisse la tête pour regarder le pied de l’étal à côté de nous dont la jupe frotte dans le sable.

« Je suis désolé d’être parti comme ça. » Mensonge, je ne suis pas fier, c’est tout. « Mais oui, j’ai vu les gros titres. J’étais un peu inquiet. » Mensonge, je sais Abel en vie et je laisse l’Underground croire le contraire si ça les enchante.

Je relève les yeux sur elle. Je n’ai qu’une question à poser, finalement. Son regard est étrange et je perçois dans sa voix le son caractéristique du mensonge par auto-suggestion. Je la dévisage un instant, les sourcils légèrement froncés. Bien sûr, en deux ans, il s’est passé beaucoup de choses et je sais que même en me connaissant, Gen ne dira rien. Ce n’est pas la politique de Liberation. Cependant, j’ai besoin de savoir que je ne suis pas parti sur de la fausse parano. J’entraîne finalement Gen un peu plus loin pour discuter, nous servant de la foule pour nous fondre. Je résiste cela dit à lui prendre la main. Elle est toujours à Liberation et ça reste une partie de moi et de ma vie, même si elle a été courte. Ce que j’ai vécu avec Abel a été déterminant dans mes choix. Je ne peux pas non plus m’empêcher, parfois, de lui en vouloir. Peut-être que sans lui… Mais ce n’est pas de sa faute. Gen est ce qui me rapproche le plus de Liberation, d’Abel, de mon passé, et donc de tout ceux que j’ai connu avant et que j’ai perdu.

Je fais toujours confiance à Libby, c’est une fille très instinctive, comme moi. Si elle a eu des doutes sur Garin, je sais qu’ils sont fondés.

« Qui a tiré ? » Je l’aide à comprendre de quoi je parle. « Gen, est-ce que Garin a tiré ? »

Peut-être un peu brutal comme question, mais j'ai besoin de savoir.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
Ses premières remarques m'ont fait légèrement sourire. Est-ce qu'il mentait ? Peut-être. J'aurais probablement pu le savoir si j'avais vérifié, mais je préférais ne pas le faire. Quelque part, je préférais qu'il soit vraiment désolé et qu'il se soit sincèrement fait du souci pour ses anciens camarades. Certes, il avait vu la photo comme tout le monde et il savait pertinemment que ce n'était pas Abel, mais j'osais espérer qu'il s'était inquiété en se disant que ça devait quand même être un des nôtres.

Il m'a guidée plus loin, et je l'ai suivi sans trop me poser de questions. Évidemment que je ne redoutais pas un piège ou une entourloupe quelconque. Bogdan était digne de confiance. Peut-être pas dans ce qu'il disait, mais dans ce qu'il faisait. S'il avait voulu nous vendre, ce serait fait depuis très longtemps, maintenant. La question m'a prise au dépourvu. L'explication ne m'a pas fait défroncer les sourcils. "Quoi, dans sa vie ? J'ose espérer que oui, sinon y'a une grave faille au recrutement de l'agence." Une pointe de sarcasme pour la forme.

J'ai légèrement soupiré. Je n'étais pas là le soir de l'exécution d'Howard Stenton, j'avais été chargée de couper la sécurité. Mais, à défaut d'être sur place, j'avais été en communication avec le reste du groupe qui était chez lui. "Non," ai-je simplement répondu, le regard à l'horizon. "Abel lui a mis une balle dans la jambe pour le tenir tranquille pendant qu'ils lui expliquaient ce qui arrivait. Libby a fini le travail." J'ai levé les yeux vers lui. "Pourquoi ça t'intrigue au point de me chercher deux ans plus tard pour m'en parler ?" J'ai froncé les sourcils. "C'est pour ça que tu es parti ? Parce que tu croyais - tu savais - que Garin n'en aurait pas la force ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ris. Et très franchement. Je baisse la tête et me passe une main sur le visage pour dissimuler mon amusement parce que je pense surtout à Eve à cet instant et à la tête d'Abel s'il savait. En vérité, je me rappelle même du regard du dit frère aîné lorsque j'observais la dite soeur cadette.

Mais les mots de Gen me ramènent sur terre et je tourne la tête vers elle. Ainsi donc, le plan ne s'est pas déroulé comme prévu. Je suis tout à coup fébrile et mon coeur cogne dans ma poitrine. Bizarrement, ce n'est pas uniquement à cause de l'information. C'est aussi parce que le regard de Gen m'hypnotise. Mais allez lui avouer… Je la fixe de longues secondes, imprimant les conséquences de mon départ dans mon esprit et je ne vois toujours pas de raison de lui mentir. Quand bien même mon pouvoir accepte mieux la vérité qu'il y a plusieurs années, je n'aime toujours pas la sensation, comme un grésillement ou de minuscules décharges dans ma tête. Finalement, la même chose que le mensonge, mais relié à la vérité.

Les mains dans les poches, j'ai à nouveau baissé les yeux avant de regarder devant nous et j'ai haussé les épaules.

"J'ai prévenu Abel, j'ai essayé de le mettre en garde. Libby aussi, c'est elle qui m'a confié ses craintes. Mais il voulait vraiment que ce soit Garin."

Je veux bien mentir lorsque j'en ai une raison, mais pourquoi est-ce que je mentirais à Gen ? Pourtant, même à elle, c'est facile, il suffit que j'ouvre la bouche. Pas vrai ? Gen est une sorte de polygraphe et je les passe tous avec brio. Gen n'y verrait que du feu. C'est terrible de devoir mentir quand ce n'est pas vraiment dans votre nature. Pourtant, c'est ça ma nature, pas vrai ?

"Je suis rassuré qu'il ne l'ait pas fait. C'est une chose de tuer quelqu'un dans le feu de l'action, pour sa propre défense ou d'une belle perdue. C'en est une autre de l'avoir à sa merci et de sentir le goût de l'exécution dans la bouche."

Je sais de quoi je parle. Je sais ce que cela représente d'ôter une vie de ses propres mains, de sang froid.

"Je suis parti parce que je ne voulais pas le faire. Parce que mes objectifs ne sont pas les mêmes que Abel." Ni que Magda. "Garin n'est pas un tueur. En tout cas à l'époque, il ne l'était pas, aujourd'hui je n'en sais rien, je ne l'ai jamais revu. Je savais qu'il ne tirerait pas et Libby aussi." Ni que Gen, à bien y penser… "Je ne te cherchais pas pour te parler de ça… C'est… Un bonus." Cela dit, le sujet Eve me rend vraiment curieux. Mais jusqu'où Gen peut aller pour me parler ? "Je voulais juste m'assurer que vous alliez bien. Peu importe…" Je secoue la tête. "Peu importe ce qui se passe à Liberation, je ne suis pas là pour le savoir, je connais le règlement." Je soupire. "Je voulais juste… Je ne sais pas trop. Être là. Un peu."

Je souris.

"Deux ans, ça fait beaucoup de mois. T'arrives à vivre sans moi ?"

Je relève le nez vers elle, tout sourire et franchement amusé et je lève un peu une épaule comme pour me protéger d'un éventuel coup.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
"Il voulait que ce soit Garin parce que c'était un test. Il voulait savoir s'il pouvait lui faire confiance." Comme il avait voulu savoir s'il pouvait me faire confiance, et si j'étais aussi douée que je le prétendais. Avais-je besoin de spécifier que Garin avait échoué le test de la confiance d'Abel ? Mais lorsqu'il a expliqué la suite de son raisonnement, j'ai froncé légèrement les sourcils. "Tu parles comme si on avait tué un innocent. Howard Stenton était loin d'être un enfant de chœur. C'était un monstre en plus d'être un symbole, rien de mieux pour envoyer un message."

J'avais sans doute l'air sur la défensive, parce que je l'étais. J'assumais pleinement ce qu'on avait fait ce soir-là. Peu importe que ce soit Libby, Garin, Eve, ou n'importe qui qui ait tiré le coup fatal, nous y avions tous pris part. C'était bien moi qui avais fourni les plans et coupé la sécurité, non ? Je n'avais pas appuyé sur la gâchette parce que je n'étais pas là, mais ça ne faisait aucune différence. Moi aussi, j'avais tué Howard Stenton. J'étais aussi "coupable" que Libby. Est-ce que ça changeait la vision que Bogdan avait de moi ? Ça n'aurait pas dû me préoccuper - surtout que je ne l'avais pas revu depuis 2 ans - mais j'étais là, en face de lui, à m'en préoccuper. "Ce n'était pas un meurtre gratuit. C'était une exécution nécessaire. Nous nous battons tous les jours contre ce système, pour notre liberté, et dans un tel combat nous n'avons pas le choix d'utiliser la violence, parce que... parce que c'est le seul langage que ce monde comprend." Est-ce que quelqu'un dans l'assistance voulait bien me dire pourquoi je me justifiais avec deux années de retard à celui qui nous avait laissé tomber ?

Lorsqu'il a demandé si nous allions bien, j'ai eu un léger rire. Il en avait mis, du temps, pour se soucier de nous ! "Comme je t'ai dit, tous ceux que tu connais sont encore en vie." Si je lui parlais de tous nos problèmes internes et qu'Abel l'apprenait, Abel allait me crucifier. "Nous avons..." J'ai soupiré. "Nous avons perdu quelqu'un pendant les émeutes. Personne que tu connaisses, il est arrivé bien après, mais nous sommes un groupe soudé, ça a été difficile d'encaisser. Libby..." Je me suis mordue la lèvre inférieure. Ça ne le concernait pas, mais il devait être la seule personne extérieure à Liberation au monde à qui je pouvais m'ouvrir. Bogdan ne nous trahirait jamais. Même s'il le voulait un jour, il sortirait tellement de mensonges parmi ses vérités que les autorités ne s'en sortiraient jamais. "Libby et lui, étaient, tu vois... ça a été dur, mais elle est forte. Elle s'est relevée. On s'est tous relevés."

Je lui ai mis un léger coup sur le bras. "Et j'arrive très bien à vivre sans toi. Heureusement, parce que si j'avais dû retenir mon souffle, je serais morte depuis longtemps !" J'ai souri, puis je suis redevenue sérieuse. "Tu sais que je suis passée à deux doigts d'appeler Abel avant même de t'aborder ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Bon sang, ce que mon coeur bat vite. J'en ai presque le tournis. Cette fois, ça n'a rien à voir avec Gen, mais plutôt avec ce qu'elle dit. Sans que je m'en aperçoive, mon regard s'assombrit. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Stenton n'a jamais été innocent. J'en avais après les méthodes d'Abel, lesquelles je n'ai jamais vraiment appréciées, de toute façon. Je ne suis toujours pas soulagé, mais quelque chose me dit que mes doutes étaient justifiés et que Garin n'a pas tué Howard Stenton. Est-ce que j'aurais tiré ? Je cherche la réponse en essayant de ne pas me mentir.

Non.

Je n'aurais pas abattu un homme de sang froid, même s'il le méritait. Est-ce que cela change la confiance qu'Abel m'a confiée ? Pas plus que Garin je ne suis un assassin. Et tout à coup, je suis fier de mon choix. Avoir quitté Liberation pour rejoindre l'Underground était la meilleure chose que je puisse faire. Aussi, je baisse un peu le menton mais je ne réponds rien, le regard dans le vide, perdu devant nous. Pendant ce temps, je ne lui mens pas, je ne l'affronte pas, même si je fais clairement comprendre que je suis en désaccord. C'est sûrement pour ça que Gen insiste en revenant sur le sujet. Et encore une fois, je me fais violence pour ne pas l'affronter. Je ne suis pas venu voir Gen pour ça. Je sens que je m'énerve. A l'intérieur, involontairement. Je sens que je vais cracher du mensonge pour me soulager. Mais je ne peux rien faire, elle ne pose pas de questions directes. Au lieu de ça, je serre les poings dans mes poches. J'ai sûrement la mâchoire vissée, aussi.

"Oui, je m'en suis douté." Si elle savait que je me soucie d'eux chaque jour. Même ceux que je ne connais pas. "Je suis désolé." J'aimerais l'être. Pour de vrai. Mais je ne le suis pas. C'est grotesque et effroyable de ma part, mais je ne le suis pas du tout. Qui que fut ce type, Liberation n'a de cesse que de chercher les embrouilles depuis des années et ils s'en sont toujours bien sortis. Il est tout de même amusant de constater que je ne sors de l'ombre que parce que l'un d'eux est mort. Mais avoir menti me soulage un peu les muscles que j'ai bien tendus.

Alors pour éviter l'affrontement avec Gen dont les paroles me mettent plus la rate au courbouillon qu'autre chose, je fais un peu d'esprit. Je suis content qu'elle suive mon changement de sujet. Mais ce n'est que de courte durée, jusqu'à ce qu'un plomb me tombe directement au fond de l'estomac. C'est un poids énorme et mon regard se fait plus perçant alors que je relève les yeux dans les siens. Elle allait prévenir Abel ? Et lui de dire quoi ? De m'abattre aussi ? Je ne suis pas un symbole, mais sait-on jamais. Bon sang, je n'aime pas la tournure que prend cette rencontre. Je suis froid et glacial, je le sais, mais je n'arrive pas à m'en empêcher. De plus, savoir Abel quelque part dans les parages, ça me rend nerveux. Pas parce que j'ai peur de voir sa réaction, mais parce que d'une certaine façon, il me manque. J'aimerais pourtant lui parler d'un tas de choses, qu'on se retrouve, mais soyons honnête, c'est la pire idée que j'ai eue. Je n'ai aucune envie de le rencontrer et que mes souvenirs de lui se ternissent, contrairement à Gen. Mais là sur l'instant, je me sens surtout en danger face à elle.

Une seconde, je me demande si elle sait à quel point Abel et moi nous connaissons. Ma mère se fait vieille et je redoute le moment où mon frère me trouvera pour m'annoncer qu'elle est partie. Ce jour-là, je n'aurai envie d'en parler qu'à Eve. Ou Abel. J'espère que je pourrai les trouver à ce moment-là. La seconde suivante, je me demande si elle sait pour l'Underground. Bon sang, elle est la seule à qui je puisse parler et je la sens si loin. Je me passe une main sur le visage alors qu'on s'est éloignés du marché. Et je soupire, je me sens un peu plus en sécurité maintenant qu'on est un peu plus seuls.

"Et tu ne l'as pas fait, parce que ?"

Si je ne portais aucune accusation avant, c'est le cas maintenant. Je regarde brièvement autour de nous et je reporte mon attention sur elle, les dents toujours fermement vissées entre elles, rappelant vraisemblablement quelqu'un.. Mon regard est sombre comme mes taches noires sur ma mâchoire. Je ne veux pas être si dur avec elle mais je la tiens mauvaise. Son petit laïus sur Stenton est coincé dans ma gorge. Comme mes remarques acerbes. Pourtant, une multitudes me viennent à l'esprit, mais je suis encore trop réfléchi pour les lâcher sans me soucier de leur incidence.

Encore une fois… Je ne veux pas affronter Gen. Je sens mon coeur qui tambourine dans ma poitrine, toujours. "Tu parles comme si on avait tué un innocent." Je parle comme l'Underground. Et soudain, c'est un gouffre entre Gen et moi et je me sens vulnérable. Parce que tout ce temps, je me suis menti à moi-même, comme si j'avais un jour appartenu à Liberation...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai suivi son regard alors qu'il fouillait les alentours, cherchant ce qu'il cherchait, jusqu'à comprendre: il cherchait Abel, ou un signe qu'Abel était dans les parages. J'ai légèrement secoué la tête. "Il n'est pas là. Personne n'est là, je te l'ai dit, c'est juste moi." Est-ce qu'il me faisait confiance ? Est-ce que je pouvais vraiment le blâmer s'il doutait de moi ? Je venais de lui confirmer... je ne sais pas, en fait. Je me demandais s'il s'était imaginé que je regrettais ce qu'on avait fait, que je n'avais pas été d'accord avec l'exécution de Stenton. Est-ce qu'il savait que j'en avais parlé à Abel dès notre première rencontre ? Que c'était moi qui avait offert à Abel de lui donner les plans du domicile sur un plateau d'argent ? On aurait dit que non.

J'ai ramené mes yeux sur lui lorsqu'il m'a demandé pourquoi je n'avais pas appelé Abel. "Parce que..." Bonne question, Bogdan. Très bonne question. T'en as d'autres des comme ça ? "Parce que tu n'es pas une menace. Si tu l'étais, on l'aurait su bien avant. Abel sait que tu es à l'Underground, Eve t'a vu là-bas. Il n'a pas... ça n'a pas semblé le troubler outre mesure" Faut dire, on avait eu d'autres chats à fouetter. J'ai eu un léger rire. "Je pense que même si tu voulais nous vendre, les gens à qui tu parlerais s'arracheraient les cheveux et abandonneraient avant de nous trouver. Et puis..." Je me suis mordue la lèvre inférieure, hésitante. "Tu pensais à moi. J'ai voulu savoir pourquoi."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Si vous voyez mes yeux quand elle m'annonce savoir que j'ai rejoint l'Underground. Mes lèvres s'ouvrent mais aucun son n'en sort. Ainsi donc, Eve m'a bien reconnue ? Ma question à cet instant est : est-ce qu'elle l'a dit à l'Underground ou non ? Les yeux ronds, mes lèvres sont entrouvertes et je ne trouve pas quoi dire. Je dois admettre que j'attends une réaction de la part même de Gen. J'ai toujours cette impression de les trahir alors qu'en soit, j'ai aidé Abel mais je n'ai jamais rien fait qui justifie mon appartenance à Liberation. Abel ? Pas troublé ? Je n'ai pas le temps de me poser la question que Gen en remet une couche et je reste totalement interdit.

Elle a lu dans mes pensées pourquoi ? Pour s'assurer que je n'étais pas là pour eux ? J'aurais fait pareil, soyons honnêtes. Mon coeur rate plusieurs battements en l'espace d'une seule minute.

"Je… Euh…"

Bien, c'est là où je dois mentir pour ne pas dire la vérité. Sauf que je ne sais même pas pourquoi je pensais à elle. Mes lèvres bougent mais je suis toujours pas capable de répondre. J'ai l'air d'un abruti profond alors que les filles, c'est mon domaine. Mais elle m'a blessé une aile avec sa révélation et je sens mon coeur qui brûle à l'intérieur. Abel sait. Liberation sait. Ma seule façon de palier à ma nervosité, c'est de changer de sujet.

"Qu'est-ce que…" Je fronce les sourcils en cherchant à comprendre quelque chose. "Qu'est-ce que Eve est venue faire à l'Underground ?! Elle a failli causer des guerres de gangs, là-bas, tu sais ? J'ignore comment elle a réussi à sortir, mais de toute évidence, elle a eu de l'aide de l'intérieur."

Je voulais voir un visage familier. Voilà ce que j'aurais dû lui répondre. Mais j'aurais pu vouloir parler d'Eve ou de Libby… Alors pourquoi Gen ? Très bonne question. Et plus je la regarde, plus la réponse est évidente, mais je n'arrive pas à la formuler. J'ai bien été complice avec Eve, mais jamais comme avec Gen. Quant à Libby, j'aimais son professionnalisme, mais elle n'était pas… Gen.

"Oublie… Je n'ai pas envie de parler de ça."

J'en crève d'envie, c'est évident, j'ai besoin de savoir. Mais je ne veux pas aborder de sujets comme ça avec Gen. Quand je vois à quel point je me suis trouvé sur la brèche avec Stenton, je ne suis pas venu pour ça. J'aurais même normalement pu rire à sa dernière remarque sur mes mensonges mais, là, tout de suite, elle m'a juste cloué sur place. Finalement, je baisse la tête dans un sourire. Toutes ces révélations me donnent le tournis. Gen a le pouvoir de me moucher. Je suis toujours à l'aise avec les filles, pourtant. Mais elle… Qu'est-ce qui me dit qu'elle ne lit pas ce que je pense… Je me mets à rire.

"Arrête de lire dans ma tête… Tu chatouilles et j'ai horreur de ça."

Faux.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
Notez bien la date, ce n'était pas souvent qu'on voyait Bogdan chercher ses mots. À sa défense, ce ne devait pas être bien souvent, depuis qu'on ne s'était pas vus, qu'il se retrouvait face à quelqu'un qui pouvait lire son esprit. De vous à moi, il était plutôt tortueux, son esprit. Rien à voir avec l'esprit surchargé et emmêlé de Libby, mais quand même, pas évident à naviguer. Le changement de sujet évident m'a faite sourire, et j'ai secoué la tête. "Elle est rentrée, elle va bien, c'est tout ce que tu auras de moi."

Et il ne voulait pas en savoir plus, ça m'arrangeait. Je n'avais pas particulièrement envie de lui mentir - ce que j'aurais dû faire s'il m'avait demandé comment elle était sortie, ou pourquoi elle était là à la base - mais même si Bogdan n'était pas resté longtemps avec nous, il avait été à Liberation assez longtemps pour savoir que je ne répondrais jamais à ces questions, alors s'ils se les posaient, il les a gardées pour lui. Je l'ai étudié alors qu'il disait ne pas avoir envie de parler d'Eve et de l'Underground. Sachez qu'il n'y avait pas que mon pouvoir pour savoir si quelqu'un mentait... mon entraînement n'était pas en reste.

Sa voix me disait qu'il ne voulait plus en parler, son langage corporel me criait que oui. Mais comme moi, je n'avais vraiment pas envie d'aborder ce sujet avec lui, j'ai laissé couler et je n'ai pas relevé le mensonge. "Ça ne chatouille pas, arrête de faire le bébé." On aurait dit Abel quand je l'avais rencontré, à se balader avec l'esprit grand ouvert et à se demander comment ça se faisait que la première Listener venue osait jeter un oeil. J'ai fait un pas vers lui sans détacher mon regard de son visage, curieuse. "Alors dis-moi, de quoi tu as envie de parler ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ris un peu plus.

"Je te dis que ça chatouille, je sais encore ce qui se passe dans ma tête. En fait, je savais que tu étais à côté de moi. Je t'ai sentie dans ma tête. Je te jure, c'est vrai."

Faux, faux, et refaux.

De quoi je veux parler ? Je hausse les épaules. Maintenant qu'elle est là, je ne suis pas sûr. Mais finalement, toute cette subite distance entre Liberation et l'Underground qui nous ramène à ce que nous sommes de façon primitive : des humains, ça m'apaise, ça me rassure et ça me remet sur les rails. D'un coup, je retrouve la voix et mon aise et je lui montre quelque chose plus loin.

"Je sais qu'ils organisent un petit truc pour l'arrivée du printemps. Ils ont installé des roulottes sur la place là-bas avec des trucs à manger et à boire." Je souris. "Si être vue à côté d'un rat d'égout ne te dérange pas…"

L'auto-dérision aide bien dans les mensonges. Bon sang si seulement je savais.

"Je t'invite."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai roulé les yeux. Il mentait, et je le savais. Mais cette fois encore, je n'ai pas relevé, parce que au bout du compte, s'il fallait que je relève à chaque fois que je m'en rendais compte... Bogdan et moi, à l'époque, n'aurions jamais pu tenir une conversation. Et puis, je savais depuis longtemps que le plus souvent, il n'entendait pas à mal. Ça lui faisait du bien de mentir, ce n'était pas sa faute, quand même. "Mais oui, bien sûr, Bogdan."

Sa suggestion, par contre, m'a prise par surprise. Quoi, vraiment ? J'ai froncé légèrement les sourcils. Personne ne l'avait vu depuis qu'il était parti sans rien dire, et il sortait tout d'un coup de l'ombre pour... m'inviter à manger avec lui ? Vraiment ? Je cherchais l'entourloupe, mais j'avais beau essayer, je ne la voyais pas. Peut-être... peut-être que vraiment, il pensait encore à nous et qu'on lui manquait. Moi, en tous cas. J'ai considéré l'option un instant. Après tout... après tout, on s'entendait très bien, quand il était là. "Ça dépend, tu acceptes d'être vu avec une grosse terroriste ?"

Moi aussi, je connais l'auto-dérision, monsieur.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Mon sourire est énigmatique alors que je la dévisage. J'ai du mal à m'empêcher de l'étirer un peu plus.

"Tu m'aurais connu à une autre époque, c'était moi le terroriste."

Techniquement, c'était Abel. Mais pour le coup, Gen ne pourrait voir que je mentais. Ce n'était pas la même chose. Et je dois avouer que je parlais pour Magda qui avait fait cramer la plupart des agents du MSS ce jour-là. Je secoue la tête.

"Je m'en fais surtout pour tes ongles."

Je me mets en marche pour qu'elle me suive et mon sourire est à nouveau vissé sur mes lèvres. Cette fois, je sais que je suis seul avec Gen et que personne ne viendra nous interrompre. Si elle est toujours les yeux sur Abel, ça m'est égal, je ne suis pas là pour ça non plus. Mais oui, notre complicité me manque. Peut-être encore plus que mon amitié avec Abel. Je n'ai jamais trouvé de fille comme elle à l'Underground. Et je dois reconnaître une chose à Liberation contrairement à nous : ils savent s'amuser.

"Tu fais toujours des sandwiches ?"

En vérité, je ne peux plus en manger un seul sans penser à elle. C'est grave ?


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
"Tu m'aurais vue avant, j'étais le gentil toutou du gouvernement, comme quoi !" J'ai ri avec lui, prenant son bras pour marcher dans la direction qu'il avait indiquée plus tôt. "T'en fais pas pour mes ongles, va. Ils vont bien. Moi aussi, je vais bien." Enfin... pas tout à fait. Mais je me sentais un peu mieux en le voyant. Je n'en avais pas eu conscience pendant tout ce temps, mais maintenant qu'il était là, je me rendais compte qu'il m'avait manqué. Beaucoup, même. Alors, certes, j'aurais préféré le savoir ailleurs qu'à l'Underground... mais il allait bien, c'était déjà ça.

À sa question, j'ai ri à nouveau. Je ne vous cacherais pas que ça faisait du bien. "Si ! Tu te rends compte, tout ce temps sans jamais se faire coincer par Abel, on est doués, non ? Oh ! Oh ! Tu sais, c'est dommage que tu sois parti si vite, t'aurais vu les sandwichs que Jericho faisait, tu-" Et... et... et merde. C'était sorti tout seul alors que je m'étais promis de la boucler. Je me suis mordue la langue, je me suis flagellée mentalement, et je l'ai regardé dans le blanc des yeux. "Tu ne m'as pas entendue dire ce nom, bien sûr."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Je quoi ?"

Je tourne la tête vers elle et je vois son air contrit. Je me demande bien deux secondes pourquoi et je réalise qu'elle a parlé au passé. Il ne me faut pas longtemps pour additionner A + B et je secoue doucement la tête. Je me demande si je dois faire comme si de rien n'était parce qu'il est mort et que ça semble l'affecter, ou parce qu'elle n'a visiblement pas confiance en moi vis à vis de Liberation ? Ce qu'elle a pourtant avoué être le cas quelques minutes plus tôt.

"Promis."

Et une promesse est une promesse. Et en acquiesçant, reprenant un air amusé, je reprends.

"Tu es la seule véritable PSY que je connaisse alors je me méfie plus de toi que tu ne devrais te méfier de moi, je suis sûr."

Accessoirement, ils ne sont pas plus de 10, j'estime, et j'ai la vie de plus de 200 personnes dans ma tête. Qui est le véritable danger, selon vous ?

"Ca, c'est quelque chose qui ne me manque pas : me faire choper par Abel. Cela dit… Je ne me fais choper par personne, ça devient ennuyeux. C'est simple, je n'ai rien fait depuis que j'ai quitté Liberation." Sous entendu : elle est la seule avec qui je m'amusais. "Je suis un exemple pour pas mal de monde. Toi, en revanche, ça ne t'a pas gêné de me tromper avec un autre ! Regarde-moi, je suis outré et vexé."

Je désigne mon visage d'un index en regardant tantôt devant moi, tantôt ses yeux. Mais je n'ai qu'un sourire sur le visage. En vérité, je suis un peu touché, oui. Je me rends compte que je m'ennuie sans elle. J'aime par dessus tout ce que je fais à l'Underground et pour l'Underground. Mais je ne sors presque pas, je ne travaille pas et ma vie se résume à la communauté. Voilà qui me remplit de joie parce que je fais ce pour quoi je suis né et ce pour quoi je me bats. Mais être là, avec Gen, je réalise que j'en ai besoin. Pour moi.

Alors, je lui donne un léger coup d'épaule avec un sourire un peu plus grand.

"Terroriste ou non, tu es tellement plus laide quand tu ris."

……………………………….. Faux.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai levé deux doigts. "Deux ans, toujours jamais prise sur le fait. Tu te souviens les brownies qu'on avait fait pour Garin, comment Abel était passé à DEUX DOIGTS de prendre le dernier ? Libby s'était jetée sur le brownie comme une furie genre "dégage c'est le mien !", il a jamais calculé ce qui se passait !" J'ai éclaté de rire, franchement, cette fois. "Tu trouves pas ça ironique qu'on soit toujours arrivé à faire ça dans le dos de quelqu'un comme Abel ?" Parce qu'il ne le savait pas, j'en étais sûre. Jamais de la vie il ne nous laisserait faire sans nous passer un savon.

J'ai joué l'outrée lorsqu'il s'est plaint que je l'aie "trompé". "Excuse-moi, tu voulais que je fasse quoi de tout ce pain et toute cette salade ? ET MON POULET ??? T'étais parti, assume d'être remplacé." J'ai haussé les sourcils. "Et toi, t'es un exemple ? Ils ont une grave carence d'exemples là-dessous, alors." Je lui ai adressé un clin d'oeil. "Si t'as faim, je peux toujours t'aider, là, pauvre bête, je suis là pour toi." Oui bon là tout de suite, euh... j'avais surtout des clopes. Mais j'avais de quoi faire un beau sandwich bien dodu chez moi ! Et... à son dernier commentaire... il s'est valu un coup sur le bras. "HEY ! Tu viens de perdre deux bouchées ! P'tit con !"

Cordialement.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Je me souviens d'un tas de trucs, oui. Je suis persuadé que Abel savait. Mais bordel…"

Je grimace au souvenir parce que j'ai l'impression que c'est si loin que j'en ai mal à la tête.

"J'étais tellement défoncé. Je voyais de ces trucs, c'était incroyable ! Une fois, je t'ai vue en double. Je me souviens avoir demandé à Abel si j'étais mort. Les cheveux de Libby ressortaient encore plus, je l'ai prise pour quelqu'un d'autre plusieurs fois." Pour Magda, en vérité. "Je te dis : il a toujours su. Ne serait-ce qu'avec tout ce que je racontais, il savait. Je me souviens d'une fois, je l'ai touché en lui disant à quel point je trouvais que sa peau était douce. De toute évidence, je n'avais plus touché une fille depuis un sacré temps." Magda... "Et celle que je voulais n'était pas disponible alors j'ai fait avec les moyens du bord." Gen.

Ca me revient, maintenant. Je sais pourquoi je suis venu chercher Gen. Je ne souris plus… Je suis extatique dans mon regard, plongé dans le sien. Perdre deux bouchées ?

"Voilà qui est bien dommage."

Oui, je trouve ça dommage.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
"Tu permets ? Parole de Listener, il n'a jamais calculé ce qui se passait. T'es juste passé pour un gros dégénéré ce soir-là, rien de nouveau sous le soleil du Sanctuaire." Le tout servi avec un sourire fendu jusqu'aux oreilles. Tu veux jouer au con, Bogdan, moi aussi je suis douée à ce jeu. "Il a rien dit quand on a dit que l'odeur était due à un vent en provenance directe de Garin, je te ferais remarquer ! Non, et puis, pas de sermon, ça veut dire qu'il ne sait pas."

J'ai soutenu mon regard, à la fois intriguée et amusée. "Vraiment ? Je n'ai jamais su que tu en pinçais pour quelqu'un. Mais quelle idée, aussi, d'avoir un oeil sur quelqu'un qui n'est pas disponible." J'en savais quelque chose, croyez-moi que j'en savais quelque chose. "Tu peux les récupérer si tu es gentil. Si tu es vraiment gentil, je t'en donnerai d'autres, même, tu sais combien je suis généreuse. Si tu me dis..." J'ai haussé un sourcil. "Pourquoi tu me cherchais, après tout ce temps, tu gagneras plein de bouchées." Moi, acheter un vieil ami avec des sandwichs pour satisfaire ma curiosité ?

Jamais.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'ouvre la bouche mais je souris en même temps et je me demande si elle a percuté que je parlais d'elle au fait que mes taches se mettent à danser sur ma mâchoire. Mais quelque chose me dit qu'elle est restée sur les sandwiches.

"Je suis quelqu'un de patient. Et je me laisse porter par le vent. Je n'ai pas non plus dit que j'étais dingue d'elle, mais… J'en… Pince, comme tu dis, encore toujours un peu pour elle. Je l'aime bien, elle est drôle, franche, passionnée. Elle a les yeux qui brillent la plupart du temps, elle sait s'amuser."

Mais en même temps, je ne veux pas trop en dire. Je ne veux pas m'emmêler avec quelque chose de complexe parce que nous avons des visions du monde qui diffèrent. Je préfère la regarder et savourer qu'en cet instant, tout va bien et que rien ne peut nous atteindre.

"Je te l'ai dit. Je voulais m'assurer que vous alliez bien. Je ne mentais pas, pour le coup." Ce n'est pas tout à fait exact. "Je crois…" J'ai écarté une mèche de ses cheveux qui se rebellait dans le vent pour lui ramener derrière l'oreille. "…Que quelqu'un se prend un peu trop pour le centre de la terre." À raison, mais elle n'a pas besoin de le savoir.

Mon pouce s'attarde de son oreille à la naissance de ses cheveux avec un demi sourire. Je n'ai pas déterminé encore si je suis là pour être proche d'elle ou pour me retrouver plus proche de Liberation. Elle a toujours les yeux qui pétillent et quand elle me regarde, j'ai l'impression que pour elle au moins, ne serait-ce qu'un instant, j'existe. C'est indéfinissable, je n'arrive pas à l'exprimer, c'est pour ça que je ne dis jamais rien.

"Bogdan !"

Timing is everything.

"Yep !"

C'est comme se réveiller brutalement et je tourne la tête pour voir une main tendue vers moi, laquelle je serre en acquiesçant. C'est Skandar, le petit farfadet de Salvation qui a sûrement fini sa journée.

"Depuis quand tu viens au Sanctuaire ?"

"Je sors des fois, tu sais."

"Salut !"

Il tend sa main à nouveau vers Gen pour la saluer à son tour.

"Je venais voir la fête avec une amie. Laura, Skandar."

"Les amis de Bogdy sont mes amis. Amusez-vous bien !"


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
De vous à moi... ce n'était pas souvent que je ne savais pas quoi répondre à quelqu'un, moi non plus, mais quelque chose dans son regard, ou le ton de sa voix, ou un peu des deux, me laissait... comment dire... interdite. J'ignorais de qui il parlait. Il la connaissait depuis tout ce temps, est-ce que moi aussi, je la connaissais ? Je ne pouvais penser qu'à Libby, mais Libby était célibataire quand Bogdan était avec nous, alors je voyais mal en quoi elle n'était "pas disponible". J'ai souri légèrement, sans détacher mon regard du sien. "Une femme plutôt intéressante, on dirait."

Et... je n'ai pas eu le temps de répondre au reste qu'un jeune homme appelait Bogdan. J'ai eu l'impression qu'on me vidait un seau d'eau froide sur la tête, et je me suis reculée d'un pas, rompant le contact - visuel autant que physique. Qui c'était, celui-là ? Je l'ai étudié du regard - et du pouvoir -, demeurant en retrait. Underground. J'ai suivi l'échange sans dire un mot, ne réagissant que pour le saluer poliment - quoi, je n'allais pas passer pour une sauvage, quand même - avant qu'il ne s'éloigne, disparaissant aussi vite qu'il était apparu. J'ai haussé un sourcil en direction de Bogdan, une fois Skandar trop loin pour entendre. "Laura, vraiment ? J'ai une tête de Laura ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je ris à nouveau et en haussant une épaule.

"Je réfléchis vite. Un avantage de mon don. La prochaine fois, je dirai ton vrai nom." Je tourne la tête pour désigner Skandar du menton et je reprends à voix basse. "C'est lui qui a trouvé Eve et l'a portée jusqu'à l'Underground. Il a travaillé sa mémoire au corps et passé beaucoup de temps avec elle. Même si j'avais voulu l'approcher et prendre le risque qu'elle me reconnaisse, il a été son garde du corps. C'est un mec bien. Il revient de loin. Il a pris soin d'elle. Mais depuis qu'elle est partie… Il fait un peu la gueule. Je peux le comprendre."

Je reporte mon regard dans le sien et lui sourit.

"Tu as faim ?"


Je tire brièvement sur le bas de son débardeur pour l'inciter à venir avec moi avec un clin d'oeil. L'avantage de ces soirées, c'est qu'il y avait du monde et même si on me voyait avec Gen, tout le monde serait trop alcoolisé ou enfumé pour la reconnaître un autre jour. Quand bien même, comment je pouvais savoir que Maze la connait déjà ? De toute façon, Maze n'est pas ici. La musique bat son plein et déjà des habitants du Sanctuaire qui dansent autour de certaines tables. Des barquettes de frites et autres hot-dogs, voilà de quoi est fait le printemps, quoiqu'en disent les vegans et végétariens.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
"Tu donnes mon vrai nom à quelqu'un de chez toi, je te descends." Le tout dit en toute cordialité, avec détachement, et avec beaucoup d'affection. "La prochaine fois, trouve juste un truc qui fait moins mémé, tu veux bien ?" J'ai suivi le jeune homme du regard alors que Bogdan parlait. On s'était douté - enfin, on avait espéré - que quelqu'un là-dessous s'occuperait d'elle. C'était plus fort qu'eux, ils allaient voir quelqu'un en détresse, ils allaient s'en occuper, non ? Parce que c'était de bons Samaritains. "Elle n'aurait pas dû se retrouver là." J'ai poussé un léger soupir. "Ce n'était pas ce qui était prévu, mais... je suis contente d'apprendre que quelqu'un s'est bien occupé d'elle. Surtout, je suis contente qu'elle soit revenue au bercail."

Il m'a tirée de ma rêverie en parlant de nourriture, et je l'ai suivi. C'était... comment dire... surréaliste ? Il y a quelques semaines, je ne savais même pas s'il était encore en vie ou mort dans un coin. Il y a moins d'une heure, j'avais failli appeler Abel pour l'aviser avant même de l'aborder, et là, je me retrouvais au milieu d'une fête avec lui, à nous remémorer la fois où Abel était passé à deux doigts de se taper un brownie magique, ou la fois où Bogdan était sûr d'avoir vu un éléphant rose entrer dans la salle de bains et nous avait tous convaincus d'aller voir. J'ai attrapé une barquette de frites qui passait par là, et j'ai saisi une frite avant d'annoncer: "Tu sais ce qui manque cruellement à ces frites ?" Pause dramatique... "Mon sandwich."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'éclate de rire en tendant ma monnaie. Oui, avec l'Underground, je n'ai pas fait l'acquisition d'une puce neuve.

"Ca ne manque pas qu'aux frites, je crois."

J'élude volontairement la partie sur Eve. Je ne tiens pas à ce que cela devienne un problème ou un obstacle entre nous. Je connaissais Eve déjà depuis longtemps, si je dois parler d'elle, ce sera avec elle et personne d'autre. Quelque chose, d'un peu vexant, me fait dire en moi-même que si elle n'est pas venue vers moi, c'est que son jugement est la déception et qu'il ne me servirait à rien de m'approcher d'elle. Aussi, je suis heureux que Gen soit là. Et je le lui fais savoir d'un sourire en attendant.

J'entends à nouveau mon nom alors que j'ai la main tendu vers ma propre barquette. Sincèrement ? D'abord Gen, maintenant ma nourriture… Quelqu'un, décidément, souhaite me voir mourir de faim. Mais en me retournant, attendant pour la barquette, c'est une petite fille pleine de boucles blondes qui accourt vers moi en tendant les bras. Je la récupère pour la soulever contre moi et elle entoure mon cou de ses bras. Si elle a 4 ans, c'est le bout du monde.

"Tu as menti ! Tu as dit que tu ne venais pas ce soir."

"Et bien je n'ai pas menti parce que je ne savais pas que je venais. Tu vois, mentir, ce n'est pas bien." Je tourne la tête vers Gen et grimace légèrement en haussant les épaules. Puis je reporte mon attention sur la petite fille qui joue avec les taches sur ma mâchoire. "Vous êtes bien nombreux tout à coup. Il y en a encore ?"

"Oui, c'est Skandar qui nous garde, ce soir, avec Dean." Elle énumère d'autres noms et je hausse les sourcils en faisant mine d'écouter mais en moi-même, je me dis que j'aurais pu choisir meilleur plan pour retrouver Gen que le seul soir où tous les enfants de l'Underground sont réunis avec les plus populaires adultes de la communauté, ou presque. "Tu viens nous montrer tes tours ? David, il dit que t'es un faux magicien."

"Je viendrai tout à l'heure, si tu veux. J'ai une amie que je n'ai pas vue depuis longtemps, tu vois. Tu dis bonjour ?" Dire bonjour à une inconnue ? La voilà tout à coup muette à se réfugier dans mon cou. "Je vais manger et je viens après."

"Juré !"

Ne pas mentir à un enfant, ne pas mentir à un enfant. mes tempes me picotent d'avance, je n'ai aucune intention de passer ma soirée avec l'Underground.

"Je te promets d'essayer."

"D'accord…"

Je la laisse revenir à terre et partir en courant en disant que j'avais juré de venir tout à l'heure. Je récupère enfin ma barquette de frites et désigne une table pour m'y installer.

"J'ai peut-être pas de sandwich, mais je profite toujours quand je mets un pied dehors…" Je soulève une fesse pour en sortir mon paquet et l'abattre fièrement sur la table avec un immense sourire. "Et tant pis si les gamins me voient, c'est ma soirée de libre." J'ai levé ma barquette vers la sienne pour trinquer. "À la liberté."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
Une frite en bouche, j'ai ouvert les yeux bien grand en voyant la petite fille courir vers Bogdan. J'ai suivi l'échange du regard, amusée de l'Underground. Qui aurait cru que Bogdan allait finir adulé des enfants de l'Underground quand on était autour d'une table à planifier l'exécution d'Howard Stenton ? Levez la main. Non ? Personne ?

Avec un léger sourire - et une autre frite, hop - je me suis dis que son pouvoir devait aider, quand même. Il avait toujours eu une imagination débordante, les enfants devaient l'adorer. "Bonjour !" J'ai souri à la gamine en lui faisant un coucou de la main... et elle s'est cachée dans le cou de Bogdan comme si j'étais le monstre en dessous de son lit. C'était quoi cette gamine qui ne m'aimait pas ? Les gosses m'adorent, vous saurez !

J'ai attendu que la petite fille s'éloigne, assurant à tous ses copains que Bogdan avait juré qu'il viendrait plus tard leur montrer des tours de magie, et j'ai souri. "Ironiquement, tu ne lui as pas menti, mais elle va quand même te faire passer pour un menteur si tu n'y vas pas plus tard." Combien d'enfants y avait-il à l'Underground comparé au nombre d'adultes capables de les défendre ? La question me brûlait les lèvres, mais je me suis retenue. Je n'avais pas à lui parler de Liberation, il n'avait pas à me parler de l'Underground. Franchement, oublier Liberation et l'Underground l'espace de quelques heures n'allait tuer personne.

J'ai levé ma barquette pour trinquer avec mes frites. "À la liberté." En voilà quand même un toast que j'approuverais toujours. "Je t'accorde..." J'ai sorti mon propre paquet de la poche arrière de mon jean, histoire de ne pas être en reste, pour le mettre sur la table aussi. "Que là-dessous, ça doit être une zone non-fumeur." J'ai levé les yeux vers lui. "Tu réalises qu'en partant, tu m'as obligée à cloper toute seule pendant deux ans ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je souris à peine.

"Je suis toujours désolé pour ça."

Absolument pas. Mais est-ce que je parle des cigarettes ou de mon départ ? Ne parlons pas de l'Underground ni de Liberation quelques heures. Gen l'ignorait mais les enfants, c'était un peu toute ma vie, ce pour quoi j'étais né. Peut-être qu'un jour, je lui dirais. J'ai piqué quelques frites en une seule bouchée.

"Ironiquement, je ne mens même pas tant que ça. C'est surtout quand on me pose une question directe que ça devient embarrassant."

Un contrat tacite reste un contrat. Gen ne pose pas de questions sur où je vis, je n'en fais pas plus sur les gens qui constituent son quotidien, même si j'en connais certains.

"Bon sang, mais qu'est-ce que tu as fait de ta vie en deux ans, alors, sans moi ?! Tu habites toujours ton vieux tas de ferraille ? Ou tu t'es décidée à prendre quelque chose de plus solide et moins temporaire ?"

Voilà, parler de choses futiles. Des trucs de tous les jours, comme des personnes normales. Voilà qui est parfait. Malgré tout, je ne cesse de regarder autour de nous. Si Liberation a eu la même idée que l'Underground, je veux déguerpir le plus vite possible et sans me faire repérer. Là, entre les deux stands, ça devrait le faire. Une issue facile et efficace. J'essaye cependant de ne pas y penser, j'aimerais profiter de Gen autant que possible. Je hausse les sourcils en fouillant mes frites des yeux.

"Ironiquement, pour quelqu'un qui s'est battu pour sa liberté, je me suis vite enterré vivant."

Non, je n'arrive pas à éviter le sujet de l'Underground...


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
Je lui ai servi un regard de "mais bien sûr" lorsqu'il a - encore une fois - dit être désolé. Peut-être que oui, peut-être que non. Pour vous dire, moi-même, j'avais du mal à distinguer le vrai du faux avec Bogdan, au point ou parfois - comme là - je ne me donnais même pas la peine d'essayer. J'ai attrapé une frite, haussant un sourcil à sa question. "Mon 'vieux tas de ferraille' te fait dire qu'il t'emmerde et que de lui, au moins, j'ai la lumière naturelle."

S'il se souvenait où je vivais, et que vraiment on - je - lui avait manqué, pourquoi il n'avait pas donné signe de vie plus tôt ? Par peur que je prévienne Abel illico ? Et vu comment j'étais passé à deux doigts, ses inquiétudes étaient sans doute justifiées, alors est-ce que je devais lui en vouloir ? "Et puis oh, tu voulais que je fasse quoi, exactement ? Déjà que t'aurais voulu que j'arrête de manger des sandwiches pour pas te tromper, t'aurais quand même pas voulu qu'en plus j'arrête de fumer ?!"

J'ai sorti une cigarette et j'étais à deux doigts de l'allumer lorsqu'il a passé son dernier commentaire. Mords ta langue, Gen, mords ta langue, ce n'est pas le moment de faire un commentaire de rat d'égoût. Ou de trouillards qui se planquent. Ou d'utopistes à la con. MORDS TA LANGUE ET NE DIS PAS DE CONNERIES ! Alors j'ai tout retenu, tout tout tout, et j'ai esquissé un sourire. "Ironique, oui. Mais c'était ton choix. À moins que tu sois tombé dans le trou comme Alice et qu'on t'ait pas laissé remonter ?"


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'éclate de rire et relève les yeux sur elle, une frite entre les doigts.

"Alice. C'est toujours cette putain d'Alice." J'ouvre les mains, mon torse offert à l'univers. "Mais, j'en apprécie d'autant plus l'extérieur !"

Bogdan se ment à lui-même, pour ne pas changer. C'est le seul point noir de l'Underground à mes yeux. C'est pour ça que je passe du temps sur les toits et que j'ai aménagé une verrière, d'ailleurs. Encore une fois, ce n'est pas à Gen que je dois parler de ça. Concrètement, pourquoi aurais-je donné signe de vie ? J'assumais chacun de mes choix, aussi durs soient-ils. Quitter Liberation en faisait partie. J'assume pleinement.

J'boserve sa cigarette, l'air pensif.

"Est-ce que tu te souviens, quand tu es arrivée.. Je commençais tout juste à me faire à un cercle plus grand qu'Abel, Eve et moi. Je n'avais pas plus confiance en toi qu'en Garin ou même Libby. J'avais…" Je mouline de la main. "Ce vice !" Souriant, je relève le regard dans le sien. "Et j'étais le seul ! A l'époque, je vivais dans une petite pièce, un ancien débarras du Saloon, au rez-de-chaussée. On aurait pu tirer à pile ou face avec Abel, mais je lui ai laissé l'étage. Comme ça, je pouvais sortir et fumer auuuuutant que je voulais. Quand j'étais au MSS, je marchandais des paquets entiers, c'était presque un commerce clandestin. Genre…" Je me frotte l'arrière de l'oreille. "J'allais docilement à l'entraînement ou prendre une tannée à la place de qui tu veux, en échange d'un paiement pour mon cancer. bref, sachant ça, je me suis toujours dit qu'Abel détesterait ça !"

Je grimace en plissant le nez mais je souris en même temps, parce que malgré tout ce que j'ai vécu, j'ai encore la force de sourire et de faire de l'humour. Je me frotte les lèvres d'une main et je reprends.

"Donc, régulièrement, le dernier à me coucher, je finissais sur les escaliers et j'étais là, à regarder le Sanctuaire. Et je sais pas, un jour, tu as été frappée d'une insomnie, tu es venue au Saloon, sûrement pour voir Abel, j'imagine." Je hausse les sourcils en secouant la tête. Peu importe quelles étaient les excuses et arguments pour ses actions à l'époque, il s'agissait souvent d'Abel. La mission d'Abel, le repas d'Abel, l'appel d'Abel… "Sauf que c'est moi que tu as trouvé. Et j'étais tellement… À réfléchir que je ne t'ai pas entendue arriver. Il ne devait être vers 4h du matin et à cette heure là, il ne se passe rien en ville, ou alors loin, en Ville Basse. Et ta voix a fendu l'atmosphère, j'étais dans une bulle, si loin, tu m'as flanqué une de ces frousses…"

J'éclate de rire.

"Je me souviens avoir poussé un cri aigu. Et toi…" Je ris encore, le sourire jusqu'aux oreilles. "Tout ce que tu as trouvé à dire, c'était… 'Ta braguette est ouverte.' A ce moment." J'ai fini mes frites, repoussé la barquette, et pris une cigarette à mon tour en la tournant dans mes doigts jusqu'à taper la table avec pour marquer ma phrase. "À cet instant précis, j'ai su que je pouvais te faire confiance et qu'il ne s'agissait plus uniquement d'Abel, Eve et moi en train de fuir. Tu t'es assise à côté de moi et… C'était juste ça. Je te faisais confiance. C'est tout. Je savais que je pouvais."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai eu du mal à retenir un rire au début de son explication. Je trouvais plutôt drôle d'imaginer Bogdan en plein camp d'entraînement de Candidats du MSS en train de marchander ses clopes contre des services rendus: allez savoir pourquoi, ça ne m'étonnait même pas venant de lui. Et puis, lorsqu'il a évoqué ce moment, j'ai souri. "Je me souviens." Oh, oui, je me souvenais. Très bien, même. Je m'étais tapée une insomnie, cadeau des souvenirs de Maze et d'Abel qui m'avait hantée pendant des mois à l'époque, et j'étais sortie prendre l'air. Sans trop y réfléchir, mes pas m'avaient menée au saloon. "Je ne m'attendais pas non plus à tomber sur toi, en fait." Très honnêtement... je m'étais attendue tomber sur Abel. J'avais espéré, du moins. À l'époque, pas mal tout ce que je faisais était dicté par lui, consciemment ou pas.

Ah... de qui je me paie la tête...

Encore aujourd'hui, c'était le cas.

Un jour, faudrait bien que j'en revienne, n'est-ce pas ?

"Tu sais, j'ai toujours pensé que ce n'était qu'à moi que tu ne faisais pas confiance, au tout début. J'étais..." J'ai jeté un coup d'oeil aux alentours, soucieuse de ne pas être entendue, mais personne ne se préocuppait de nous. "J'étais née comme ça, j'avais postulé moi-même, je n'avais jamais eu à me plaindre de comment j'étais traitée là-bas. J'étais... tellement de choses que vous n'étiez pas. 'Pourquoi est-ce que quelqu'un comme elle plaque tout pour être ici ?' - je me serais posée la question à ta place aussi. J'étais... différente, je le savais très bien. Mais..." J'ai levé les yeux vers lui et j'ai souri. "C'était ma place. Ma famille, ma raison d'être. Je l'ai su dès que je vous ai rencontrés."


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
« Ce n’était bien qu’en toi que je n’avais pas confiance. Bizarrement, Libby aussi s’était portée volontaire mais je n’ai pas eu de problème avec elle. » Je m’étais méfié de Libby mais pas autant. « J’ai appris à faire confiance au jugement d’Abel, que je le veuille ou non. »

Je baisse la tête. Liberation n’est plus ma famille et pourtant, je continue de les considérer comme tels, avec la désagréable impression de les avoir trahis, quand bien même ce n’est pas le cas. Mais en quelque sorte, ce que je veux dire, c’est que je n’ai pas tellement eu le choix de la présence de Gen parmi nous. Quand bien même j’en avais été content, au début, je lui ai plus menti qu’à son tour. ce qui a dû me rendre assez antipathique. Je me mets à rire.

« Je n’ai pas facilité ton arrivée. Mais tu me rappelais quelqu’un. Et je ne voulais pas que tu t’imagines que tout serait facile avec moi. C’était un peu mesquin, je veux bien le reconnaître. »

De là à m’en excuser ou à en être désolé, il y a une vie. Je sursaute légèrement en relevant la tête alors que de la musique couvre la place. Certains se mettent à danser et je les observe en me disant à nouveau que la vie ici me manque. C’est un peu comme si nous vivions à une autre époque, ,plus insouciante. Ca chante en espagnol ou en arabe, au choix. Je comprends le premier, mais pas le second. Parler le Chinois et le Russe, c’est déjà pas mal. On verrait l’Arabe le jour où je m’ennuierai.

« J’avais oublié la joie de vivre, ici… »


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai haussé une épaule. "Je sortais de nulle part, aussi. 'Bonjour, j'arrive de l'ennemi, je peux vous aider ? Je viens en paix, je vous jure !'. Je ne blâme personne d'avoir eu des doutes." J'ai esquissé un léger sourire. "J'avais la confiance d'Abel. Dès le début, et c'était tout ce dont j'avais besoin." J'ignorais si Abel avait un jour dit aux autres, au moins dans les grandes lignes, ce que je lui avais dit pour le convaincre qu'il pouvait me faire confiance. J'avais toujours pensé que non, et je ne m'étais pas étendue non plus. Depuis le temps, mes preuves étaient faites depuis longtemps, aussi.

Je lui ai donné un léger coup sur l'épaule. "Tu vois ? Tu aimes le soleil, l'animation du Sanctuaire, l'air frais, et en plus tu fumes, tu veux bien me dire ce que tu fais terré là-dessous ?" J'étais à peu près à moitié sérieuse. C'était... je ne sais pas. Comme une façon déguisée d'essayer de comprendre, après tout ce temps, pourquoi il était parti.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je tourne la tête vers elle et je suis sérieux. Je sais que je vais lui mentir pour avoir la paix car je sens le reproche dans sa voix. J’aimerais pourtant lui dire la vérité, quitte à m’offrir la migraine du siècle, juste pour lui faire comprendre. Pourtant, je ne suis pas juge, je n’ai pas le droit de l’influencer ou de lui dire, sous couvert, que le mien est mieux que le sien. Alors je sais déjà que je vais lui mentir.

« Les filles sont canons. »

Et je souris. Nul doute que Gen saura voir que je suis plus sarcastique que sérieux, mais j’estime que nos retrouvailles sont peut-être encore trop fraîches pour parler des sujets qui fâchent. Notez que je n’ai pas l’audace de lui retourner la question. Il s’agit de Gen. Pas d’une ennemie. Alors je baisse la tête. Et au moment où j'ai fini ma cigarette, je me lève pour jeter le mégot avant d’expirer, puis je lui tends la main.

« Au lieu de poser des questions dont tu connais déjà la réponse, viens plutôt bouger avec moi. Oublie l’Underground, on est trop nombreux pour que j’en sois un représentant de haut niveau. »

Et je tire sa main dans la mienne pour la lever avec moi en retrouvant mon sourire. De circonstance. Mais mon sourire quand même.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
"Plus que les nôtres ?" J'ai fait la moue. "Je ne te crois pas !" Évidemment que je ne le croyais pas, il mentait. Mais je sentais que c'était pour la bonne cause, alors j'ai laissé coulé. Et puis, de vous à moi, je n'avais pas vraiment l'intention ou l'envie de ruiner le moment.

J'ai à peine eu le temps de jeter mon propre mégot qu'il m'a attrapée par la main pour me mettre debout, et à ce moment, j'ai tout oublié: l'Underground, Liberation, Stenton, son départ, j'en oubliais presque Abel, c'est vous dire. J'avais retrouvé un ami que je n'avais pas vu depuis de longs mois, et je voulais simplement profiter de ce moment avec lui.

J'ai ri en l'entraînant vers les gens qui dansaient. "Le premier à vouloir s'arrêter n'a pas de sandwich !" Quoi ? C'était un enjeu comme un autre. Je ne savais même pas si j'allais le revoir: depuis tout ce temps, c'était la première fois que je le revoyais ici, au Sanctuaire. Est-ce qu'il reviendrait me voir, maintenant qu'il savait que j'étais bel et bien toujours là et que j'étais disposée à lui parler ? Aucune idée - d'où l'importance de profiter du moment.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
"Si tu savais tout ce que je pratique en pas de danse, toutes les semaines, j'espère que tu as de l'endurance !"

Faux, bien entendu. Il est si difficile de mentir quand on a une morale... Mais avec l'humour, c'est plus facile. Et tout à coup, autant qu'elle, j'oublie Liberation, Abel, l'Underground, mon départ... Et son rire est contagieux. Je ne lui lâche pas la main et même, je la fais tourner jusqu'à lui donner le tournis. Et quand elle manque de perdre l'équilibre, je la rattrape contre moi avant de la redresser.

"Je t'ai dit que j'avais de l'entraînement ! Je suis un tombeur !"

Faux, à nouveau. Je crois même que j'ai pris du poids à ne rien faire. Pourtant, je fais un tas de choses. Je jardine, je fais à manger, je lis, je donne des cours aux gamins... Mais le combat n'a jamais été vraiment ma tasse de thé, je crois. Abel me rétamait en deux-deux. Je sais me battre mais dans l'urgence, c'est instinctif, chez moi. Je pense que certains me voient avec Gen mais personne ne vient nous voir et c'est tant mieux.

Et avant que la musique ne s'arrête, je la rattrape d'un bras autour des reins. Je m'assure qu'elle soit stabilisée avant de la lâcher. Mon sourire ne m'a pas quitté tout le long et mes yeux n'ont pas lâché Gen.

Alors que l'ambiance change et que seuls les couples restent agglutinés près des musiciens improvisés - des bouteilles d'eau vides, des cartons renversés et d'autres instruments de fortune parce que la musique, c'est un art qui s'assume et se respecte - je ris encore et ma main s'attarde dans son dos pour la retenir, des fois que son équilibre lui joue encore des tours parce que oui, j'ai fait exprès.

"Je crois que j'ai droit à mon sandwich ! Tu sais que je te prends au mot pour ça."


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
De vous à moi, je n'avais pas dansé - et encore moins de cette façon - depuis un bon moment. Personne ne faisait attention à nous, et même s'ils avaient porté attention, qu'est-ce que vous vouliez qu'ils voient de particulier ? On avait pas "Underground" et "Liberation" tatoué sur nos fronts, après tout. J'arrivais à le suivre, mais heureusement qu'il me retenait, sans quoi, je serais tombée le cul par terre, cordialement et élégamment, dans une gloire totale. En plus de perdre mon dernier sandwich disponible, il se serait payé ma tête un bon moment.

Étourdie, le souffle court, j'ai ri de bon coeur en me redressant. "D'accord, d'accord." Ouuuh, ça tourne, qui a fait tourner le Sanctuaire ? Arrêtez, on rigole plus ! "Tu gagnes, tu l'as mérité... si tu viens le chercher." Je me suis redressée sans détacher mon regard de lui, tout sourire. "Parce que tu t'imagines pas qu'en plus de te faire à manger, je vais te le livrer, quand même !" Quoi, hein, pardon ? Est-ce que je m'étais bien entendue ? Ça devait encore tourner.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
J'écarquille les yeux, avec un immense sourire rempli de malice et les sourcils hauts. Je n'en crois pas mes oreilles, mais j'éclate de rire.

"Excuse-moi ?"

Je me le tiens pour dit et considère l'invitation une à deux secondes. J'acquiesce, à moitié prudent sur ma réponse, car on parle toujours de Liberation, mais mon sourire toujours présent.

Je ne sais pas si c'est à cause de la musique espagnole qui se veut langoureuse, mais je reconnais que ça me donne des idées. D'une certaine manière, j'ai un peu rêvé d'un moment comme celui-ci pendant longtemps. Je n'ai jamais été seul avec Gen. Soit Abel était dans le coin - difficile de l'éloigner de lui - ou bien Libby avait besoin de moi, ou bien Eve se plaignait de son frère face à Garin, ou bien... Je ne me souviens pas avoir un jour été seul... Avec Gen. À part sur ce perron, un matin. Pour le peu que ça a duré, alors que j'acceptais tout juste de lui accorder ma confiance - et plus uniquement le bénéfice du doute - quelqu'un s'était joint à nous, je ne me souviens plus de qui. Aussi, mes moments seuls avec elle pour la découvrir ont toujours été fugaces. Mais cette fois, elle est là rien que pour moi et malgré nos différends, chaque fois qu'elle sourit, j'oublie tout. Pourtant, nous voulons la même chose, mais nous n'avons pas la même opinion sur ces choses.

Je ris à nouveau.

« Je viendrai, alors… »

Malgré tout, quelque chose me dit que c’est un peu le seul moment qu’on aura ensemble. Peut-être que je me trompe mais sur l'instant, c’est ce que je pense. D’où le fait que je ne pense pas vraiment ce que je dis en parlant de venir. Ce n’est qu’un fantasme, finalement. On s’était prouvés que tout ça n’était qu’une bombe à retardement. Elle me reprochait mon appartenance à l’Underground - même sous couvert - et j’avais quitté Liberation pour des raisons qui allaient à l’encontre de ce qu’elle pensait. Moralité : nous n’avions rien à faire ensemble. Ce que je pensais, du moins. Mais je veux profiter de l’accalmie. Parce que très souvent, je n’ai aucune idée de ce que je fais, je ne réfléchis pas, je le fais, tout simplement, parce que j’en ai envie.

Je lâche ses yeux pour ses lèvres et après une seule seconde d’hésitation, je l’embrasse, ma main se resserrant légèrement sur ses reins.

« Tu m’as manqué. »

Pour le coup, c’est la vérité. Mais je comprendrais qu’à force, les gens ne me croient pas quand je suis sincère. Pas juste quand je dis la vérité. Mais juste quand je suis sincère. Après tout, quand Gen est arrivée, je ne suis pas parti si longtemps après, on s’est presque seulement croisés. Mais il faut croire que ça m’a suffit. Pour tout dire, si j’avais menti, elle aurait su la vérité. C’est ironiquement paradoxal, non ? Je lui offre le bénéfice du doute, sur ce coup-là, alors que mon front s’attarde contre le sien.


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
J'ai vu son approche sans réellement la voir: à ma défense, je ne saurais pas vous dire quand était la dernière fois où j'avais été dans cette situation alors... qu'on ne s'étonne pas que Bogdan m'ait prise par surprise. Je n'ai même pas eu le temps de calculer ce qui m'arrivait que ses lèvres étaient sur les miennes. Je n'ai pas pu m'empêcher de fermer les yeux pour apprécier le moment, c'était doux, et tendre, et nom de nom laissez-moi tranquille, on ne m'avait pas embrassée depuis des années. Surtout de cette manière.

Pourtant, lorsqu'il s'est reculé, appuyant son front contre le mien, mon visage et mon esprit n'étaient que confusion. Le petit hamster dans ma tête courait très très vite dans sa petite roue pour essayer de comprendre ce qui venait de lui arriver - en vain. J'ai dégluti lorsqu'il a dit que je lui avais manqué: est-ce qu'il mentait ? Difficile à dire avec lui. J'avais bien envie de croire qu'il me disait la vérité, cependant. "Je... je..."

C'est bien, Gen, tu as un sujet, ne te manque plus qu'un verbe et un complément pour être cohérente. Qu'est-ce que je foutais ? Je m'accrochais à quelqu'un qui ne me verrait jamais autrement que comme un soldat ? J'étais perdue. Sur le plan émotif, j'étais pire qu'un accident de train, en ce moment. Ahem. J'ai rassemblé mon courage en relevant les yeux vers les siens. "Tu m'as manqué aussi, mais... je-" J'avais toujours pensé que si quelqu'un avait vu mon manège avec Abel à des kilomètres à la ronde, c'était Bogdan. Je me serais trompée ? "Pas..." Pas de cette manière. Je pense. "Pas au même point que toi... on dirait." Bon, ok. J'étais clairement un cas désespéré...


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Bogdan Lupescu
avatar
Je m'attends à un retour de manivelle mais rien ne vient. Je ne suis pas non plus étonné de son hésitation. En fait, si elle n'en avait pas eu, ça n'aurait pas été Gen. Elle était toujours si prudente. Encore une fois, je n'irais pas vous dire si je suis amoureux ou quoi, je n'en sais rien moi-même, c'est un des problèmes que je rencontre en ce moment. A croire que j'ai de plus en plus de mal à savoir moi-même si ce que je ressens est vrai ou pas. Je sais que j'aime énormément Gen, que je suis attaché à elle et qu'elle m'a manqué. Quant au reste… Je sais simplement que je suis content d'être là, content qu'elle soit là contre moi. J'estime que c'est déjà pas mal et que compte tenu de la situation, c'est aussi pas mal.

Je ris en rouvrant les yeux dans les siens. Je peux pas m'en empêcher, c'est facile de me faire rire, cela dit. C'est la façon dont elle le dit, ce qu'elle sous entend - et j'imagine qu'elle me considère comme une traître même si elle n'en dit rien - c'est tout simplement pour ça qu'elle m'a manqué.

"Oui, je me doute."

Je ne l'ai pas embrassée une deuxième fois. Ce n'est pas que ses lèvres ne me donnaient pas envie, si proches, mais je me suis contenté de ramener une mèche de cheveux derrière son oreille en glissant un pouce sur sa joue. Je ne pense pas avoir été le seul à remarquer son manège avec Abel, ni celui à ne pas s'y intéresser, d'ailleurs. Je ne la demandais pas en mariage non plus et à mes yeux, Abel n'était même pas le genre à avoir quelqu'un dans sa vie. Tout court. J'ai supposé que s'il y avait un Abel dans le paysage, il n'y avait pas de Gen. Probablement une fausse supposition, mais ça m'a suffit pour agir. Il faut parfois se lancer et tenter sa chance, non ? Si Abel dans le paysage il y avait encore, Gen me le ferait vite savoir. Pour l'heure...

"C'est pas grave. Je voulais juste… Que tu le saches. Comme le reste. C'est tout."

L'avantage d'être considéré comme un Don Juan ou simplement un coeur d'artichaut, c'est que personne ne s'inquiétait de me voir avec une fille, même une qu'ils ne connaissaient pas. Pour eux, ce qu'ils en savaient, c'était… "la nouvelle copine de Bogdan".

(et j'ai ENCORE failli écrire "Brendan")


Dear Dad,
I think about you every day. The end of your world. The beginning of mine. Six billion lights that went out in six months. Six billion lives lost to a mystery. All the mothers, fathers, sisters, brothers over the age of innocence. Of fifteen years full of missing you.
But I keep you alive in my words.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.childrenofluxaeterna.com/t944-bogdan-lupescu-listener http://forum.childrenofluxaeterna.com/t945-bogdan-la-iele-lupescu
Gen Caleb
avatar
[He liiives in youuuu Slytherin ]

"J-je..."

Vous savez le pire ? Mais vraiment le summon du pire du pire ? Il y avait de ces angles, de ces jeux de lumière où... Bogdan ressemblait à Abel. Pas à s'y méprendre, loin s'en faut, mais assez pour rendre la situation encore plus compliquée pour moi. Je voyais en partie l'homme dont j'étais amoureuse, mais j'étais pleinement consciente que ce n'était pas lui. Et pourtant...

"Tu sais, il y a..."

J'ai dégluti. J'avais du mal à respirer, alors à réfléchir ? N'abusez pas des bonnes choses. J'ai rassemblé mon courage, regroupé mes forces et ramassé mes dents, et j'ai fait un pas en arrière - ça m'a coûté énormément. Au fond de moi, j'étais bien, là, dans ses bras, sous son regard, je me sentais comme... comme... comme si on me voyait enfin, tout simplement. Et d'un autre côté, justement, le fait qu'on me voit... ça me déstabilisait. Ça me faisait peur.

"Il y a... Libby et Eve qui m'attendent, je... j'allais... j'allais les oublier, je..."

Un autre pas vers l'arrière - là, c'est bon, c'est bien Gen, maintenant vous vous ne touchez plus, bravo.

"Je ne voudrais pas qu'elles se posent des questions, et puis tu dois être occupé, tout ce monde, je vois bien que tu es occupé !"

Il y avait dix secondes j'avais du mal à aligner deux mots, et là tout déboulait d'un coup à la vitesse de la lumière, super.

"Je ne dirai rien à personne, c'est promis, je..."


J'ai inspiré.

"Au revoir, Bogdan."

Et je suis partie - me retenant à grande peine de courir, mais mentalement, je prenais quand même mes jambes à mon cou.


"Those who make peaceful revolution impossible will make violent revolution inevitable."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[CLOS] [Bogdan/Gen] Forget Me Not
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of Lux Aeterna :: ZONES DE NON DROIT :: Le Sanctuaire-